Bâtiment : Le bâtiment reste solide - Construction neuve : le non-résidentiel prend le relais du résidentiel (Octant n° 113)

De
Publié par

En 2007, l’activité du bâtiment reste soutenue, portée par l’accroissement de la construction de bâtiments non résidentiels. L’emploi dans l’ensemble du secteur progresse de 3 400 postes en 2007. Le recrutement de main-d’oeuvre qualifiée demeure en revanche une difficulté majeure pour le secteur.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 20
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

Le bâtiment reste solide
En 2007, l’activité du bâtiment reste soutenue, portée par nière que pour l’ensemble du bâti-
ment, soit une nette progression lesl’accroissement de la construction de bâtiments non
six premiers mois avant un ralentisse-
résidentiels. L’emploi dans l’ensemble du secteur ment au second semestre.
progresse de 3 400 postes en 2007. Le recrutement de
main-d’œuvre qualifiée demeure en revanche une
Le jugement sur les carnetsdifficulté majeure pour le secteur.
de commandes s’améliore
Le jugement des entrepreneurs du
bâtiment sur le niveau de leur carnetsans un contexte économique selon l’avis des entrepreneurs. Ils fontDmoins porteur mais encore dy- état d’une activité plus soutenue dans de commandes continue de s’amélio-
rer. En fin d’année, bien qu’un peunamique, l’activité du secteur du bâti- le secteur de l’entretien-amélioration.
ment (construction de logements et En ce qui concerne les logements plus pessimistes, les professionnels
du bâtiment font état de carnets dede locaux professionnels) continue neufs, leur opinion reste favorable.
sur sa lancée en 2007. commandes conformes à leur niveau
1moyen .
L’activité dans les bâtiments non rési- L’activité continue
dentiels poursuit son essor en 2007 de progresser
Progression de l’emploi
D’après les professionnels du bâti-
toujours soutenue-ment, l’activité continue de progres
L’activité continue de progresser (soldes d’opinions, en %) ser en 2007. Elle s’accroît graduelle- La croissance de l’emploi salarié dans
erment au 1 semestre avant de décé- le secteur de la construction demeure
30 lérer un peu au second semestre. soutenue en 2007, mais plus modé-
rée qu’en 2006. L’emploi de l’en-
20 Cette tendance au tassement en semble du secteur (bâtiment et tra-
deuxième partie d’année est surtout vaux publics) s’accroît de 4,7 % en
10 perceptible dans les logements neufs, 2007, soit 3 400 créations nettes. Au
Activité passée
plus modérément dans les logements niveau national, l’emploi augmente de
0
Activité prévue non résidentiels et dans le secteur de 4,2 %.
l’entretien-amélioration.
-10
Toutefois, les difficultés de recrute-
Dans le gros-œuvre comme dans le ment de main-d’œuvre qualifiée sont
-20
second-œuvre, l’opinion des profes- toujours fortes dans le bâtiment : 77 %
sionnels sur leur activité reste positive
-30
en 2007 comparé aux années précé-2002 2003 2004 2005 2006 2007
dentes. Dans les deux secteurs, elle 1- Il s'agit de la moyenne des soldes d'opinion sur
Source : Insee, enquêtes nationales de conjoncture pondérées par la structure régionale les carnets de commandes depuis octobre 1999.fluctue sur l’année de la même ma-
14 Octant n° 113 - Juin 2008 Bilan économique 2007Bâtiment
des entrepreneurs déclarent en ren- ment. Chacun des segments d’activi-
Les difficultés de recrutement sont toujours importantes
contrer, proportion qui s’accroît gra- té serait également concerné, notam-
(% d’entreprises)
duellement depuis deux ans. Le ment les bâtiments non résidentiels.
gros-œuvre est davantage touché par Les entrepreneurs sont plus optimis- 100
cette pénurie : 84 % des profession- tes concernant l’évolution globale du Difficultés de recrutement
nels signalent rencontrer des difficul- secteur du bâtiment.
tés de ce type.
80L’année 2008 devrait toutefois être
satisfaisante pour la filière construc-
tion selon la Cellule économique deLes prévisions à court terme
Bretagne. Elle ne prévoit pas de rup-demeurent favorables malgré
60ture d’activité au cours de l’année, sides signes de tassement
ce n’est quelques ajustements sur
erPour le 1 trimestre 2008, les profes- certains marchés.
sionnels interrogés en janvier tablent
40
sur un tassement de l’activité.
2002 2003 2004 2005 2006 2007
Gros-œuvre comme second-œuvre
Source : Insee, enquêtes nationales de conjoncture pondérées par la structure régionaleseraient affectés par ce ralentisse- Lucile Cros
Le jugement des entrepreneurs sur leurs carnets
de commandes s'améliore en 2007 (solde d'opinions)
20
Pour comprendre ces résultats
10
L’Insee effectue des enquêtes nationales auprès des entreprises du secteur du bâtiment.
Les résultats régionaux sont obtenus en appliquant aux indicateurs nationaux élémentaires
la structure régionale des établissements selon leur secteur d’activité et leur taille. Le profil
0
régional est établi à partir des masses salariales de la source CLAP (Connaissance Locale
de l’Appareil Productif).
Les résultats sont présentés sous la forme de soldes d’opinions, écarts entre les propor-
-10tions d’entrepreneurs qui estiment la situation en hausse et en baisse au regard de la ques-
tion posée. Les réponses stable n’influencent pas la valeur des soldes. Cette représentation
améliore la lisibilité sans perte d’information notable.
L’interprétation des soldes d’opinions est fondée sur l’évolution des séries plutôt que sur -20
2002 2003 2004 2005 2006 2007leur niveau. On peut toutefois comparer les soldes d’opinions à leur moyenne de longue
période afin de tenir compte du comportement usuel de réponse des chefs d’entreprise.
Source : Insee, enquêtes nationales de conjoncture pondérées par la structure régionale
Construction neuve : le non-résidentiel
prend le relais du résidentiel
1vec 40 600 logements autori- torisés sur l’ensemble de la région, Ille-et-Vilaine et de 12 % dans le
soit 7 % de plus que l’année Morbihan.Asés au cours de l’année 2007, la
construction neuve bretonne de- précédente.
meure à un niveau élevé mais infé-
rieur à 2006 : 3,5 % de baisse contre Collectif : première baisse
une hausse de 2,2 % l’année précé- depuis 7 ansBaisse plus marquée
dente. Les mises en chantier se rédui-
sur les maisons individuelles Pour la première fois depuis sept ans,sent également : -7,2 % en nombre de
2 le nombre de logements collectifs au-logements commencés contre 5,5 % Plus de 23 200 permis de construire
torisés dans la région diminue :en 2006. France entière, la baisse de maisons individuelles ont été ac-
17 350, soit - 2,2 % par rapport à 2006des autorisations est plus forte tandis cordés en 2007 en Bretagne, soit une
que le nombre d’ouvertures de chan- diminution de 4,5 % en un an que l’on
tiers est stable. La Bretagne se situe retrouve dans chaque département.
eau 4 rang des régions françaises Le nombre de maisons en individuel
3pour le nombre de logements autori- groupé augmente pourtant et frôle 1- Logements ordinaires c’est-à-dire hors loge-
ments en résidence (tourisme, étudiants, person-sés comme celui des com- les 5 000 en 2007 mais cela ne suffit
nes âgées ...)
mencés après Rhône-Alpes, l’Île-de- pas à compenser la forte réduction 2- Nombre de logements déclarés commencés en
4 mairie ou auprès du service statistique de la DRE,France et l’Aquitaine alors qu’elle est dans l’individuel pur . Globalement, la
e donc non exhaustifau 7 rang en termes de population. baisse des mises en chantier est du
3- Individuel groupé : permis de construire déposé
même ordre mais l’activité reste pour plusieurs maisons, le plus souvent par un
promoteur pour la vente ou la locationLa construction de locaux non rési- orientée à la hausse dans les Cô-
4- Individuel pur : permis de construire déposé
dentiels semble prendre le relais tes-d’Armor et le Finistère tandis que pour une seule maison, le plus souvent pour l’oc-
puisque 4,4 millions de m² ont été au- la production diminue de 10 % en cupation personnelle du demandeur
Bilan économique 2007 Octant n° 113 - Juin 2008 15Logement
mais cette évolution résulte de varia- essentiellement à la baisse enre- ces et aux bâtiments d’hygiène et
tions départementales opposées, for- gistrée dans le Morbihan (- 40 %). d’action sociale. Les surfaces de lo-
tes et négatives dans les Cô- L’Ille-et-Vilaine et le Finistère conti- caux agricoles sont quant à elles en
tes-d’Armor et le Morbihan, positive nuent leur progression dans ce progression modérée.
en Ille-et-Vilaine et proche de zéro secteur.
dans le Finistère. Quant aux loge- A l’échelon national, les mises en
ments dont les chantiers ont démarré chantier de bâtiments non résiden-
en 2007, leur nombre a baissé sensi- tiels progressent de près de 7 %.Locaux non résidentiels :
blement comparé à 2006 : - 11 % dû nouvelle hausse en 2007
En 2007, les surfaces autorisées Recul sur le marché
Évolution du nombre de logements dans le secteur non résidentiel breton
des logements neufsautorisés et commencés en Bretagne progressent pour la troisième année
consécutive pour atteindre 4,4 mil- En hausse depuis six ans, le marché50 000
Autorisés lions de m². L’augmentation par rap- du logement neuf montre des signes
Total Individuel Collectif
port à 2006 est de 7 % comme l’année d’essoufflement en 2007 : plus de
40 000
précédente. Au niveau national, les 6 600 logements collectifs et 800 mai-Commencés
Total Individuel Collectif surfaces restent stables entre 2006 et sons individuelles ont été réservés,
30 000 2007. soit 10 % de moins qu'en 2006. C’est
la première baisse depuis 2000, où le
20 000 C’est dans le tertiaire que les projets marché avait chuté en raison de l’ar-
de construction se sont le plus déve- rêt du dispositif Périssol.
loppés, notamment dans le Morbihan
10 000
et les Côtes-d’Armor. Les surfaces L’offre nouvelle ayant beaucoup pro-
autorisées pour des bâtiments com- gressé cette année, le stock de loge-
0 merciaux ont augmenté de 18 % avec ments disponibles à la vente atteint
1998 2000 2002 2004 2006 2007
de fortes progressions dans les Cô- des sommets. Plus de 3 200 nou-
Source : DRE, Sitadel
tes-d’Armor et l’Ille-et-Vilaine ; il en va veaux logements se sont ajoutés aux
de même pour les bureaux, en parti- volumes déjà importants de l’an der-
culier dans les pays de Saint-Malo et nier, soit une hausse de 54 %. 9 200
Rennes. Enfin, plus de 231 000 m² appartements étaient donc sur le mar-
d’équipements collectifs dédiés à la ché breton à la fin 2007.Locaux non résidentiels : évolution des surfaces autorisées
2 santé sont attendus dans la régionen Bretagne selon les secteurs (en millions de m )
dont plus de la moitié dans le Morbi- Si les mises en vente augmentent
han (principalement à Lorient et dans dans tous les départements, seul le
Primaire le pays de Pontivy). département des Côtes-d’Armor pré-
sente une croissance des réserva-
Quant aux surfaces de bâtiments tions (+ 7 % en un an). Avec 40 % du
agricoles, les plus importantes en ter- marché, l’Ille-et-Vilaine se maintient2007
mes de construction en Bretagne, el- au premier rang en termes de ventes
Secondaire 2006
les augmentent de 4 % cette année comme d’offres nouvelles mais les
2005
essentiellement dans le Morbihan. Côtes-d’Armor gagnent du terrain
Les permis du secteur industriel sont alors que le Morbihan en perd.
en surface équivalents à ceux de
Tertiaire 2006 ; au niveau départemental toute- Avec 2 735 euros par m² en moyenne
fois, ils sont en hausse dans le Morbi- en 2007, le prix des appartements
0 0,5 1 1,5 2
han et le Finistère-Sud. neufs augmente de 11 %. Cette crois-
Source : DRE, Sitadel
sance à deux chiffres du prix moyen
sur l’ensemble de la Bretagne ne s’é-
tait pas encore observée. Le phéno-Davantage de bâtiments
mène provient notamment des fortesindustriels mis en chantier
hausses de prix localisées sur les ter-Locaux non résidentiels : évolution des surfaces autorisées en 2007
2 ritoires littoraux et de la hausse deset commencées en Bretagne (en millions de m )
La construction du non-résidentiel ventes de studios, les plus chers du
5,5
semble prendre le relais de la cons- marché au m².
Autorisées
5 truction destinée à l’habitat. En effet,
Commencées les m² de locaux déclarés commen- Le prix moyen d’une maison (terrain
4,5 cés dépassent les 3,5 millions en compris) s’établit à 198 350 € en
2007, soit 15 % de plus qu’en 2006. 2007, soit 5 % de plus que l’an4
La hausse est deux fois plus forte dernier.
3,5 dans le secteur industriel, notamment
en Ille-et-Vilaine et dans les Cô-
3 tes-d’Armor. S’agissant des surfaces
commencées dans le tertiaire, c’est le Laurence Luong
2,5
Finistère qui présente la croissance la Direction régionale
2 plus importante, grâce aux commer- de l’Équipement
1998 2000 2002 2004 2006 2007
Source : DRE, Sitadel
16 Octant n° 113 - Juin 2008 Bilan économique 2007

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.