Bilan de la saison touristique 2005 dans les hôtels et campings bas-normands - Les Britanniques filent à l'anglaise

De
Publié par

Avec une baisse de 6,6 % de la fréquentation touristique, la saison 2005 en Basse-Normandie marque un retour à la normale après deux crûs exceptionnels frappés du sceau de la canicule et des célébrations du soixantenaire du Débarquement. Les touristes étrangers sont ceux qui ont le plus boudé la région en 2005. Depuis 2003, la fréquentation des touristes britanniques s'est réduite d'un tiers. Le recul de la fréquentation touristique a été plus marqué dans les campings que dans les hôtels. Le Calvados est le département bas-normand qui a le plus souffert de la désaffection des touristes ( - 9 %)
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 19
Tags :
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
Bilan de la saison touristique 2005 dans les hôtels et campings bas-normands
Les Britanniques "filent à l'anglaise"
repères
Avec une baisse de 6,6 % de la fréquentation touristique, la saison 2005 en Basse-Normandie marque un retour à la normale après deux crûs ex ceptionnels frappés du sceau de la ca nicule et des célébrations du soixantenaire du Débarquement.
Les touristes étrangers sont ceux qui ont le plus boudé la ré -gion en 2005.
Depuis 2003, la fréquentation des touristes britanniques s’est réduite d’un tiers.
Le recul de la fréquentation tou-ristique a été plus marqué dans les campings que dans les hô tels.
Le Calvados est le département bas-normand qui a le plus souf-fert de la désaffection des tou -ristes (- 9 %).
Comme on pouvait s'y attendre, en 2005, la fréquentation touristique a marqué le pas en Basse-Normandie, après deux années exceptionnelles. Le nombre de nuitées enregistrées dans les hôtels et les campings bas-nor-mands entre mai et sep tembre a reculé de 6,6 % par rapport à 2004. Que ce soit dans les hô tels ou les cam-pings, la fréquentation est re des-cendue au niveau de l'année 2002.
cent pour cent-BASSE-NORMANDIE n° 153
De ce fait, en 2005, seu les 2,6 % des nuitées des hô tels et campings de France métropolitaine ont été pas-sées en Basse-Nor mandie (2,8 % pour les hôtels et 2,3 % pour les cam -pings). Bien sur, ce poids est en lé -gère baisse par rapport à 2004 (3,1 % pour les hôtels et 2,6 % pour les campings en 2004) sous l'ef fet combiné d'une baisse d'ac tivité en Basse-Normandie et d'une hausse au niveau national.
Si la fréquentation française est restée stable, les étrangers, en revanche, ont fait défaut, cette année. Ce résultat était prévisible : l'année 2004, marquée par les cé lébrations du 60e anniversaire du Débarquement, avait vu la fréquentation étrangère exploser. L'ensemble des nationalités tradition-nellement bien représentées en Basse-Normandie est donc en recul en 2005, à l'exception des Alle mands qui avaient été moins nombreux en 2004. Mais la nouvelle baisse de la fréquenta-tion britannique demeure inquiétante pour le tourisme bas-normand (voir encadré sés les "Où sont pas Zoom Anglais ?"). En deux ans, celle-ci a re -culé d'un tiers. Or, les Britanniques sont les touristes étrangers habituelle-ment les plus présents dans notre ré-gion. La baisse de la fré quentation touris-tique s'est répercutée sur l'ensemble de la saison. Le recul oscille de 3,1 % pour le mois de juil let à 11,5 % pour le mois de juin.
Aussi, avec un peu plus de cinq mil lions de nuitées enregistrées dans les hô tels et campings de la région, la Basse-Nor-mandie cède sa place de 10erégion la plus touristique à la Corse et se place dorénavant au 11e loin derrière rang l'Ile-de-France et les grandes ré gions touristiques du sud et de l'ouest de la France.
Chute de la fréquentation étrangère dans les hôtels
Du côté des hôtels, le nombre de nui -tées a reculé de 5,5 % entre 2004 et 2005. C'est la plus forte baisse en re-gistrée en France en 2005. Au ni veau national, la fréquentation est même en hausse de 3,6 %. Le ca ractère excep-tionnel de l'année 2004 pour le tou-risme bas-normand doit ce pendant faire relativiser ce résultat.
Les Français sont venus plus nombreux cette année (+ 3,5 %). Il n'ont ce pen-dant pas pu compenser la chute de la fréquentation étrangère (-19,7 %). Les Anglais, les Belges, les Américains, les Allemands et les Ita liens sont, dans l'ordre, les nationalités les plus repré-sentées dans les hô tels bas-normands. A l'exception des Allemands, tous ont fortement réduit leur présence au cours de la saison 2005.
La fréquentation a bais sé presque par-tout dans les hôtels de la ré gion sauf sur la Côte Fleurie, le Lit toral Manche et dans les zones rurales de l'Orne où elle s'est légèrement accrue.
gère. En revanche, la fréquentation est La baisse de fréquentation dans les hô- en baisse dans les au tres catégories tels est à la fois due à des ar rivées d'hôtels (1, 2 et 3 étoiles). Les hôtels moins nombreuses et des séjours en deux étoiles enregistrent le plus fort moyenne plus courts qu ’en 2004. recul (-7,9 %) en cu mulant une dimi-nution de la fréquentation étrangère et Du coup, le taux d'occupation des hô - des nuitées françaises. tels bas-normands sur la saison est en baisse. En moyenne, 70,4 % des chambres étaient oc cupées en 2005,inModes les cam pingst uor siet sadsn soit 3,2 points de moins qu'en 2004. Cette tendance n'a pas tou ché toutesbas-normands les catégories d'hôtels. Les hôtels sans étoile et 4 étoiles affichent une légère Comme dans les hôtels, l'ac tivité des hausse de leur fréquentation en 2005. campings est à la baisse en 2005. La Dans ces hôtels, l'accroissement des fréquentation recule de 8 %, ce qui va nuitées françaises a plus que com pen- à l'encontre de la tendance nationale. sé la baisse de la fréquentation étran - En effet, la fréquentation des cam pings
cent pour cent- 153BASSE-NORMANDIE ° n
ne diminue qu'en Basse-Nor mandie, dans le Nord-Pas-de-Calais, la Lorraine et dans une moindre me sure, la Bre-tagne et le Languedoc-Roussillon. Au total, le nombre de nuitées aug mente de 3,3 % en France.
Français et étrangers ont concouru, ensemble, à la baisse de la fréquenta-tion. Les touristes français ont ain si ré-duit leur présence de 5,1 %. Dans le même temps, la fréquentation étran-gère chutait de 12,6 %. Comme dans les hôtels, seuls les Allemands sont ve-nus plus nombreux en 2005 qu'en 2004. Toutes les autres nationalités traditionnellement présentes dans l'hôtellerie de plein air sont en repli : Néerlandais, Belges et surtout Britan-
niques ont boudé les cam pings bas-normands. Seuls les campings du Bocage dans le Calvados et du Cotentin échappent à cette tendance.
La baisse de la fré quentation a été sur -tout accentuée au cours des mois de mai et de juin (res pectivement -15,3 % et -24,3 %) en raison du ca-ractère exceptionnel de l'année passée sur cette période : les célébrations du 60eanniversaire du Débarquement au cours du week end du 6 juin 2004 avait attiré de nombreux touristes avant et après l'événement. En juillet et en août, les baisses ont été plus me surées (respectivement -2,5 % et -7,6 %). En
septembre, la tendance s'est inversée et la fréquentation a augmenté de 3 % par rapport au même mois de l'année précédente : la belle ar rière saison a su attirer les touristes français dans les campings de la région.
Si les touristes sont venus moins nom-breux cette année, ils sont heu reuse-ment restés plus longtemps que l'année dernière. La durée moyenne des séjours a augmenté et s'établit à un peu plus de cinq jours pour les Français et un peu moins de quatre jours pour les étrangers. Ce pro longe-ment de séjour n'a pas suffi à aug men-ter le volume global des nuitées.
Calvados : la plus forte baisse d'activité de la région
La fréquentation touristique a beau-coup baissé dans le Cal vados ( 9 %) : -cette baisse est surtout im putable aux campings. En 2003, la ca nicule avait rempli les emplacements du Calvados. En 2004, les célébrations du Débar-quement avaient de nou veau attiré les campeurs. En 2005, la fréquentation a retrouvé un niveau conforme à 2002 et du coup, elle s'est réduite de -13,9 % par rapport à 2004.
Du côté des hôtels, la baisse de la fré -quentation s'est limitée à 5,7 %. Mal-gré ce repli de leur activité, les établissements hôteliers du Calvados, qui regroupent la moitié du parc de la région, gardent de meil leurs taux d'oc-cupation que ceux de la Manche et de l'Orne. En moyenne, les trois quarts des chambres étaient occupées au cours de la saison 2005 en Basse-Nor-mandie, soit presque cinq points de plus que la moyenne ré gionale.
Fréquentation touristique dans les hô tels et les campings de Basse-Normandie Unité : Nuitées par catégorie
Mai-septembre
Français
Etrangers
Total 2005
Rappel 2004
Evolution 2005/2004
Hôtels
Sans étoile 1* 2*
333 320 160 000 896 020
101 030 43 880 381 430
434 350 203 880 1 277 450
433 250 206 770 1 386 500
 0,3% +
- 1,4%
- 7,9%
cent pour cent-BASSE-NORMANDIE n° 153
3*
378 220
337 150
715 370
771 340
- 7,3%
Campings
4* To tal 1 & 2* 3 & 4* Total
119 970 1 887 530 616 180 834 450 1 450 630
57 810 921 300 135 340 695 210 830 550
177 780 2 808 830 751 520 1 529 660 2 281 180
174 480 2 972 340 811 020 1 668 090 2 479 110
+ 1,9%
5,5% -
- 7,3% - 8,3% - 8,0%
Source : Direction du tourisme, Insee
Bilan de la saison touristique 2005 dans les hôtels et campings bas-normands
Fréquentation touristique dans les hô tels et les campings du Cal vados Unité : Nuitées par catégorie
Hôtels Campings 2* 3* 4* To tal 1 & 2* 3 & 4* Total
Mai-septembre Sans étoile 1* Français 248 740 52 990 484 400 274 380 111 940 1 172 450 197 180 426 830 624 010 Etrangers 78 520 21 740 220 440 249 000 51 570 621 270 60 960 387 930 448 890 Total 2005 327 260 74 730 704 840 523 380 163 510 1 793 720 258 140 814 760 1 072 900
Rappel 2004
Evolution 2005/2004
318 250 83 000 790 380 549 080 162 240 1 902 950 303 450 942 840 1 246 290
+ 2,8% - 10,0% - 10,8% - 4,7% + 0,8% - 5,7% - 14,9% - 13,6% - 13,9%
Manche : une saison en demi-teinte Dans la Manche, les ré sultats sont plus mitigés. Certes la fréquentation touris-tique est en baisse de 3,5 % mais la clientèle française investit de plus en plus ce département, attestant ainsi de son attrait croissant.
La fréquentation des hôtels manchois a baissé de 6 % au cours de la sai son 2005 et ce malgré la nouvelle hausse de la fréquentation française de 5 %. La chute du nombre de nui tées étran-gères, et notamment britanniques (- 31 %) et américaines (- 42 %) a plombé le résultat dans l'hôtellerie. Seuls les hôtels du Lit toral Manche affi-chent une augmentation de la fré quen-tation.
A l'exception du mois de juillet, tous les mois de la saison ont subi ce repli de l'activité hôtelière. Le mois de juillet, en revanche, a bénéficié d'un des évè-nements majeurs de la saison touris-tique bas-normande : leTall Ship's Racequi a fait escale a Cherbourg du-rant le long week end du 14 juillet. Cet événement a attiré des centaines de milliers de touristes et rempli les hôtels de Cherbourg et de sa région à cette occasion.
De toute la région, ce sont les cam -pings de la Manche qui ont le mieux ré- sisté : leur fréquentation ne recule que de 1,8 %. Comme dans les hô tels, les étrangers ont été moins nombreux (- 7,4 %). Ceux qui sont venus sont par contre restés plus longtemps qu'en 2004 : la durée moyenne des sé jours est passée de 3,4 jours en 2004 à 4,2 jours en 2005. En re vanche, la fré-quentation française a augmenté (1,1 %). Comme prévu, la fréquentation a bais- sé de plus de 10 % en mai et juin par rapport à 2004. Le reste de la sai son a été beaucoup plus positif puisque les campings manchois ont ga gné 3,5 % de nuitées en juillet et 6,1 % en sep -tembre. Orne : des résultats atypiques L'absence de littoral distingue l'Orne des autres départements de la ré gion. L'offre touristique y est différente et, de ce fait, la fréquentation des hô tels et campings est difficilement compa-rable, voire souvent atypique par rap-port à celle de ses voi sins bas-normands. Cependant, comme dans l'ensemble de la région, la fré-quentation touristique a baissé en 2005 (- 3,1 %).
Source : Direction du tourisme, Insee
Dans les hôtels, tout d'abord, le nombre de nuitées a diminué de 2,6 %. Mais si la chute de la fréquentation étrangère a tiré les résultats du Calvados et de la Manche à la baisse, dans les hô tels de l'Orne, ce sont les tou ristes français qui ont fait défaut (- 3,6 %). La fré quenta-tion étrangère a été stable, voire en augmentation pour les Britanniques et les Américains. Ce résultat a été très inégalement réparti entre les différen-tes catégories d'hôtels : la fréquenta-tion est en nette hausse, en 2005, dans les hôtels 0 et 1 étoile. En re vanche, les hôtels de catégorie supérieure (2, 3 et 4 étoiles) affichent une activité orientée à la baisse. Dans les campings, la fré quentation est également en baisse (- 4,6 %). Ici aussi, les Français ont fait le plus dé -faut (- 6,6 %) alors que les étran gers, et surtout, les Britanniques, sont ve nus plus nombreux (+1,9%). Cette clien-tèle étrangère demeure cependant une clientèle de passage : sa durée moyenne de séjour (1,7 jour) est même en baisse. L'ac tivité de ces cam-pings reste marginale si on la rapporte à l'ensemble régional : avec 34 éta blis-sements (250 dans l'en semble de la ré-gion), l'hôtellerie de plein air or naise ne représente qu'à peine 4 % de l'en -semble des nuitées bas-normandes. Magali LANSON-DURANCEAU Insee
Fréquentation touristique dans les hô tels et les campings de la Manche Unité : Nuitées par catégorie
Mai-septembre
Français
Etrangers
Total 2005
Rappel 2004
Evolution 2005/2004
Hôtels
Sans étoile 1* 2* 3* - 4*
69 500 75 510 297 630 79 030
18 460 13 400 101 650 77 520
87 960 88 910 399 280 156 550
97 570 88 250 412 140 181 480
- 9,9% + 0,8% - 3,1%
cent pour cent-BASSE-NORMANDIE n° 153
- 13,7%
Campings
To tal 1 & 2* 3 & 4* Total
521 670 376 980 383 390 760 370
211 030 53 890 306 040 359 930
732 700 430 870 689 430 1 120 300
779 440 442 430 698 140 1 140 570
- 6,0% - 2,6% - 1,2% - 1,8%
Source : Direction du tourisme, Insee
Bilan de la saison touristique 2005 dans les hôtels et campings bas-normands
Fréquentation touristique dans les hô tels et les campings de l'Orne Unité : Nuitées par catégorie Hôtels Mai-septembre Campings Sans étoile 1* 2* 3* - 4* To tal Français 15 080 31 500 114 000 32 840 193 420 66 250 Etrangers 4 050 8 740 59 350 16 870 89 010 21 740 Total 2005 19 130 40 240 173 350 49 710 282 430 87 990 Rappel 2004 17 420 35 520 183 980 53 020 289 948 92 250 Evolution 2005/2004 + 9,8% + 13,3% - 5,8% - 6,3% - 2,6% - 4,6% Source : Direction du tourisme, Insee
ZOOM
Où sont passés les Anglais? Entre 2003 et 2005, le nombre de nui tées occupées par des Bri tanniques dans les hô-tels et campings bas-normands a di minué de près d'un tiers.Cette baisse est d'au tant plus inquiétante pour la san té financière des établissements hôteliers que les Anglais sont, après les Français, la pre mière nationalité présente jusqu'ici en Basse-Nor -mandie. Ce repli représente en effet un manque à gagner de plus de 170 000 nuitées par rapport à 2004. Toutes les catégories d'hôtels et cam pings sont concernées. Tou tefois, les hôtels 4 étoiles ont mieux résisté à cette baisse que les hôtels de ca tégorie moyenne. Les hô -tels 1 et 2 étoiles ont perdu plus d'un tiers de leur clien tèle britannique en deux ans alors qu'elle diminuait de 10,6 % dans les 4 étoiles. C'est donc la classe moyenne britannique qui fait actuelle-ment le plus défaut. Le littoral bas-normand est le plus touché et principalement les côtes du département de la Manche. Les hô tels et campings y ont perdu près de la moitié de leur clien tèle. Dans le Cal-vados, la baisse dépasse 30 % et concerne plus particulièrement la Côte Fleurie et la Côte de Nacre. Dans l'Orne, en revanche, les Britanniques ont augmenté leur présence de 8 %, essentiellement dans les hôtels de la ville thermale de Bagnoles de l'Orne où la clientèle bri tannique a plus que doublé.
Plusieurs raisons peuvent expliquer cette désaffection. Tout d'abord, le désengagement de lacompagnie P&O sur la liaison transmanche à partir de Cherbourg début 2005 a certainement eu un impact sur la fréquentation bri-tannique des hôtels et campings de la Manche. Par ailleurs, avec le dé velop-pement des volslow-costet des desti -nations à bas prix, la Basse-Normandie est dorénavant en concurrence avec les destinations plus méridionales de l'Europe ou tout sim plement de la France.
cent pour cent-BASSE-NORMANDIE n° 153
AVERTISSEMENT Les résultats sont issus de l'enquête "Fréquentation dans l'hôtellerie homo-loguée, l'hôtellerie de chaîne non ho -mologuée et l'hôtellerie de plein air" réalisée par la direction régionale de l'Insee en partenariat avec la di rection du tourisme, le Comité régional du tou -risme et les Comités départementaux de Basse-Normandie. Dans l'hô tellerie, cette enquête est réalisée men suelle-ment, par sondage auprès d'un échan- tillon représentatif. Dans l'hôtellerie de plein air, elle est réalisée de mai à sep-tembre auprès de l'en semble des cam-pings homologués. A cette fréquentation comptabilisée par l'Insee, il faudrait ajouter les touristes pratiquant le tou risme vert (gîtes ru- raux, chambres d'hôtes), ainsi que ceux fréquentant les cen tres ou villa-ges de vacances, ceux possédant ou louant une résidence secondaire et ceux en vacances chez des amis ou de la famille. Pour des raisons méthodologiques (in-tégration des hô tels de chaîne non ho -mologués dans l'enquête hôtel et modification des redressements dans l'enquête camping), les résultats des enquêtes de fréquentation ne sont plus tout à fait comparables aux années an-térieures à 2003
ZOOM
Les faits marquants de la saison touristique
L'année 2005 a été moins bonne que l'année 2004 pour le tourisme bas-normand. La fréquentation a bais sé dans les cam-pings et dans les hôtels de la ré gion. Quelques faits marquants ont jalonné les sai sons 2004 et 2005 qui per mettent d'expli-quer les écarts de ré sultat d'une année à l'autre. La saison avait pourtant bien com mencé. La première se maine du mois demaicorrespondait, en 2005, avec la der nière se-maine des vacances de printemps de la zone C (ré gion Parisienne + Bordeaux) et avec le week-end de l'Ascen sion. Les cam-pings et hôtels bas-normands ont alors été net tement mieux occupés que l'année pré cédente. Mais, rapidement, les taux d'occupation des cam pings et hôtels sont passés en deçà de ceux de l'année 2004. Il est vrai qu'en 2005, seul le week-end de l'Ascension offrait aux touristes la possibilité de venir en Normandie pour un week-end prolongé : les 1eret 8 mai sont tombés un dimanche et le lundi de Pentecôte férié a été supprimé. Dans la foulée, le mois dejuinfut moins fructueux pour le tourisme bas-normand qu'en 2004. L'é cart est notamment très important au cours de la se maine du 6 Juin qui avait at tiré, l'année dernière, de nom breux touristes venus participer aux fes-tivités du 60eanniversaire du Débarquement. Le mois dejuilletse caractérise, en 2005, par un très bon taux d'occupation des hô tels et campings au cours de la se maine du 14 juillet. Profitant du premier long pont depuis le dé but du mois de mai, les tou-ristes arrivèrent nombreux pour assister, notamment, à l'escale duTall Ship's Race à Cherbourg. Enaoût le niveau, seule la semaine précédent le 15 août a permis d'ap procher d'occupation de l'année 2004, dans les hô tels. Le reste du mois a été net tement in-férieur en terme de fréquentation à l'année précédente. Le mois deseptembre téo estivale qui a permit de main -a été marqué par une mé tenir un bon taux d'occupation des hô tels jusqu'à la semaine du 19 au 25 sep -tembre. Dans les cam pings, les taux d'occupation sont res tés très proches de ceux de l'année 2004 jus qu'à la fin de la sai son. DIRECTION REGIONALE DE L'INSEE DE BASSE-NORMANDIE
93, rue de Geôle 14052 CAEN CEDEX 4 Tél. : 02.31.15.11.00 Fax : 02.31.15.11.80
www.insee.fr/basse-nor mandie
Directeur de la publication : Jean-Louis BORKOWSKI Service études et diffusion : Sophie DESTANDAU Rédacteur en Chef : Pascal CAPITAINE Secrétaire de Rédaction : Nadine GAUTIER
Composition PAO : Estelle MESNAGER Impression : Dauphin com.imprim' 02.31.23.60.70 Crédit photos : Comité régional du tourisme ; Chambre régio-nale d'agriculture ; Comité départemental du tourisme de la Manche ; Co mité départemen-tal du tourisme du Calvados ; Brittany Ferries, Philippe Plisson
Attaché de presse : Philippe LEMARCHAND 02.31.15.11.14 Prix : 2,30
Abonnement un an (12 nu méros) France : 21Etranger : 24.
ISSN 1267-2769 Dépôt légal : février 2005 - Code SAGE : Cent 15370 © Insee 2006 -
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.