Bilan économique 2003 - Industrie : encore une année difficile

De
Publié par

En 2003, pour la troisième année consécutive, l'industrie a souffert du ralentissement de la croissance. Les principaux indicateurs ont enregistré une évolution négative hormis les exportations. Le chiffre d'affaires des entreprises régionales a légèrement diminué, malgré une reprise en fin d'année. Les investissements ont poursuivi la chute entamée en 2002 et la rentabilité des entreprises a continué de se détériorer. Dans ce climat de tassement de l'activité industrielle, ce sont les plus petites unités (moins de 200 salariés) qui se sont le mieux comportées.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 29
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

INDUSTRIE
ENCORE UNE ANNÉE8
DIFFICILE
n 2003, pour la troisième année consécu- et l’équipement du foyer (-3,6%).
tive, l’industrie a souffert du ralentissement En dépit d’une légère croissance de leur chiffre d’affaires,
de la croissance tant au niveau national que les activités des industries automobile et des biens inter-Erégional. En Champagne-Ardenne, les prin- médiaires ont connu des évolutions disparates selon les
cipaux indicateurs ont enregistré une évolution négative branches. Dans l’automobile, les ventes ont surtout aug-
hormis les exportations. Le chiffre d’affaires des entrepri- menté pour les constructeurs (+4,2%). Si celles des équi-
ses régionales a légèrement diminué, malgré une reprise pementiers n’ont progressé que de 0,8% cette année, cette
en fin d’année. Les investissements ont poursuivi la chute situation survient après la chute de 8,4% enregistrée
entamée en 2002 et la rentabilité des entreprises a conti- l’année précédente. Pour les biens intermédiaires, le bilan
nué de se détériorer. Dans ce climat de tassement de l’acti- est également contrasté selon les branches : le chiffre d’af-
vité industrielle, ce sont les plus petites unités (moins de faires a augmenté de 6,8% dans l’industrie du papier et du
200 salariés) qui se sont le mieux comportées. bois, tandis que l’industrie textile, qui continue de subir
Après un premier semestre difficile, les bons résultats du des délocalisations, a perdu 9,8 %.
dernier trimestre ont permis de contenir la baisse du chiffre
d’affaires dans l’industrie avec un tassement de seulement
Des exportations régionales en hausse0,6% par rapport à 2002.
Deux secteurs ont particulièrement marqué le pas cette
année. D’une part, les biens d’équipement dont le chiffre Les régionales ont progressé globalement de
d’affaires s’est replié de 7,4%, notamment la branche des 1,5%, contre une baisse sensible et sans précédent de 2,1%
équipements mécaniques qui ne progresse plus depuis en France. Ce bon résultat d’ensemble des entreprises cham-
2001. Ce recul s’explique par la baisse du dollar et par le pardennaises résulte d’une part de la progression des deman-
manque de dynamisme de la demande extérieure. D’autre des adressées par les Etats-Unis, l’Allemagne et surtout le
part, les biens de consommation ont perdu 2,3%. Leur Royaume-Uni et d’autre part, de l’ouverture de nouveaux
marchés (Extrême-Orient). La
demande étrangère qui s’est ac-Evolution des principaux indicateurs économiques selon la taille des entreprises
célérée dans le milieu de
l’année a nettement profité auxUnité : % annuel
petites structures avec une
Effectif* Chiffre Exportation Investis. EBE**Taille d’établissement croissance de 10,4% alors qued’affaires
les exportations des entreprises
Moins de 200 salariés -1,8 +1,5 +10,4 -10,3 +1,5 de plus de 500 salariés ont di-
De 200 à 499 salariés -4,2 -0,8 -0,6 -15,3 +0,2 minué de 3,3%. Le secteur des
biens intermédiaires a bien tiré500 salariés ou plus -1,5 -3,5 -3,3 +10,2 -11,5
son épingle du jeu avec une
Ensemble -2,1 -0,6 +1,5 -7,6 -6,0 progression de 4% par rapport
à 2002, notamment les bran-Source : Banque de France Champagne-Ardenne - Service des affaires régionales
* Effectifs moyens y compris intérimaires ches papier-carton (+23,6%)
** EBE : Excédent brut d’exploitation et métallurgie et transforma-
tion des métaux (+8,2%) por-
chiffre d’affaires n’a pas été tiré par la demande des ména- tées par les commandes extérieures. En revanche, pour
ges comme cela avait été le cas en 2002, le contexte l’équipement mécanique, l’équipement automobile et sur-
préoccupant du marché du travail et de l’inflation les tout l’édition-imprimerie, la situation a été difficile avec
ayant incité à augmenter leur épargne de précaution. Dans des exportations en repli respectivement de 15,2%, 3,1%
ce secteur, les branches les plus touchées ont été les « au- et 29,1%. En effet, facilement échangeables sur les mar-
tres vêtements » avec -7,9%, l’édition-imprimerie (-4,5%), chés, les produits manufacturés sont très exposés à la
INSEE DOSSIER Champagne-Ardenne n°18concurrence internationale. De plus, leurs prix sont très Evolution des principaux indicateurs économiques
sensibles à la parité euro-dollar et aux prix des matières depuis 1990 (indice base 100 en 1990)
premières. 9
140
130
Les investissements poursuivent 120
110leur chute
100
90
80Le montant global des investissements des entreprises ré-
70
gionales a diminué de 7,6% en un an (-2,2% en France).
60
Ainsi, depuis 2002, les industriels en 50
40Champagne-Ardenne ont perdu 30% de leur volume. Ce
30sont, plus particulièrement les petites et moyennes entre-
20
prises, qui ont été touchées. Le contexte international et le
1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002
manque de visibilité ont contraint les entreprises à retarder
Exportations Excédent brut d'exploitation
leurs investissements, bien que les conditions de finance- Chiffre d'affaires Investissements
ment aient été particulièrement favorables. La reprise de la Effectif
demande extérieure a toutefois permis de relancer l’inves-
Source : Banque de France Champagne-Ardenne -
tissement au dernier trimestre. Service des affaires régionales
Les biens d’équipement et intermédiaires ont nettement
diminué leurs dépenses, respectivement, de 5,6% et 4,7%.
Seuls des investissements d’équipement, en vue de moder- tional, la situation est comparable, avec un taux de marge
qui se situe à un niveau, le plus bas depuis le premier tri-niser l’appareil productif, ont été réalisés. Les biens de
mestre de 1985.consommation, et dans une moindre mesure, l’industrie
automobile, ont investi pour gagner en rentabilité face à la
concurrence de nouveaux venus sur le marché, comme la
Les industries agroalimentairesPologne et la Chine.
En une année, l’excédent brut d’exploitation s’est tassé de perturbées par la canicule
6% en Champagne-Ardenne et de 1,1% en France. La
baisse a touché tous les secteurs, excepté l’industrie auto-
Dans l’agroalimentaire, le léger repli du chiffre d’affai-
mobile. Les prix de la consommation et des consomma-
res en 2003 a mis fin à deux années d’augmentation. Si
tions intermédiaires ont nettement augmenté sous l’effet
la production des industries du lait a baissé de -7,9%,
de l’envolée du prix du pétrole au quatrième trimestre
principalement en raison de la canicule, les fortes cha-
2003. Mais, dans un contexte concurrentiel, les industriels
leurs de l’été ont en revanche généré de bons résultats
ont eu des difficultés à répercuter les hausses des prix des
pour les branches de l’alimentation animale.
matières premières sur leurs tarifs de vente. De plus, le
Les exportations ont été dopées par les industries des ali-
creusement du déficit public aux Etats-Unis a généré une
ments pour le bétail (+13,4%), des boissons (+4%), et
dépréciation du dollar pénalisant les exportateurs euro-
dans une moindre mesure, du champagne (+2%). La ré-
péens. Ainsi, le taux de marge (excédent brut d’exploita-
colte viticole a été plus faible que celle de 2002. La crise
tion/valeur ajoutée) s’est encore effrité de 0,9 point en un
aviaire, dans certains pays européens, a fait chuter la
an, passant de10,9% en 2002 à 10% en 2003. Au plan na-
consommation de viande de boucherie et a limité le vo-
lume global des exportations régio-
Evolution des principaux indicateurs économiques par secteur d’activités nales à +1,5%.
Unité : % annuel
Chiffre Export. Investis. EBE*
Secteur d’activités
d’affaires
Industries agro-alimentaires -0,4 +1,6 -1,4 -6,2
Biens intermédiaires +0,6 +4,0 -4,7 -7,1
Biens d’équipement -7,4 -9,7 -5,6 -26,8
Industrie automobile +0,8 -3,1 +0,9 +38,3
Biens de consommation -2,3 -2,0 +9,1 -3,9
Ensemble -0,6 +1,5 -7,6 -6,0
Source : Banque de France Champagne-Ardenne - Service des affaires régionales Audrey Déjoie-Larnaudie
* EBE : Excédent brut d’exploitation
INSEE DOSSIER Champagne-Ardenne nº18

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.