Bilan économique 2004 : Bons résultats pour le BTP dans un contexte tendu

De
Publié par

En 2004, les indicateurs d'activité du BTP sont restés bien orientés. Le secteur a conservé une tendance croissante, surtout dans le domaine des travaux publics. Avec une moyenne de 16 000 salariés, l'emploi du secteur retrouve le niveau qu'il avait au début des années 90. Les 1 300 nouveaux emplois de l'année sont dus en partie au port du badge sur les chantiers qui a réduit les situations irrégulières. Malgré la croissance, le secteur du BTP évolue dans un contexte particulièrement tendu.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 19
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

dossier Bilan économique 2004
Bons résultats pour le
n 2004, les indicateurs d’activité L’effectif salarié gagne 1 335 emplois. Il
du BTP sont restés bien orientés. atteint 15 881 en moyenne (en hausse deELe secteur a conservé une ten- 9,1 % par rapport à 2003). L’effet écono-
dance croissante, surtout dans le mique positif, conjugué à l’effort consenti
domaine des travaux publics. Avec pour la régularisation des situations avec
une moyenne de 16 000 salariés, le port du badge, explique cette embellie
l’emploi du secteur retrouve le niveau qui constitue un plus haut historique
qu’il avait au début des années 90. Les depuis 1992.
1 300 nouveaux emplois de l’année
sont dus en partie au port du badge Près de 12 000
sur les chantiers qui a réduit les situa-
logements neufstions irrégulières. Malgré la crois-
sance, le secteur du BTP évolue dansUne nouvelle convention Le marché du logement, s’il progresseun contexte particulièrement tendu.
moins, affiche toujours un niveau d’acti-collective
vité exceptionnel tiré par le secteur libre.3 L’année 2004 a vu le secteur du BTP
Confortés par la défiscalisation et lesUne nouvelle convention collective a maintenir une croissance soutenue. En
été signée le 13 mai 2004 en excellentes conditions d’emprunt, les pro-progression de 6 %, le chiffre d’affaires
remplacement de celle du 10 juin moteurs immobiliers ont encore lancé dedu secteur (hors sous-traitance) est esti-
1971. Les dispositions nouvelles nombreux programmes. Ainsi, il apparaîtmé à environ 965 millions d’euros. La
concernent principalement les un redressement de la tendance des permishausse profite davantage aux travauxindemnités de déplacement des
de construire (baissière depuis 2000), prin-publics qu’aux marchés de bâtiments. Aouvriers embauchés pour la durée
cipalement liée aux logements groupés etcourt terme, le lancement des grands tra-4 d’un chantier. Cette convention rend
collectifs. Plus de 8 850 (chiffreobligatoire le port des badges BTP vaux liés à la route des Tamarins et la
provisoire et sous-estimé) ont obtenu un“Accès chantier-Sécurité” pour tous réalisation des antennes d’irrigation dans
les ouvriers, quels que soient les avis favorable, ce qui représente lel’ouest laissent augurer des perspectives
marchés (publics ou privés) et les même niveau que celui enregistré en 2003.intéressantes aux professionnels de ce
chantiers.
secteur. Estimé par les visas du Consuel, le
nombre de logements terminés a peuDu point de vue des indicateurs conjonc-
progressé, mais il culmine à un niveau5 turels, la consommation de ciment a atteint
encore remarquable de 11 599 loge-près de 476 000 tonnes. Elle a progresséAnnulation de marché sur la
ments. Selon cette source, le marché dude 3,7 %, grâce principalement aux ven-route des Tamarins logement bénéficie dans son ensembletes en vrac, significatives d’une amélio-
d’une progression de 1 % sur l’annéeration sur les chantiers de gros œuvre de
Le marché portait sur le viaduc et le (contre 17 % en 2003).bâtiment. Les ventes de sacs, malgré une
tunnel de Saint-Paul faisant partie de
stagnation, restent à un niveau élevé.la future route des Tamarins, pour un La divergence persiste encore entre les
Elles dénotent une activité encore sou-montant de 80 millions d’euros. Une6 deux indicateurs, plus particulièrement
tenue dans les constructions individuel-société évincée a réagi fin septembre pour les logements diffus. Un écart
en soulevant plusieurs irrégularités les et les petits travaux de maçonnerie. d’environ 2 500 logements reste appa-
dans la procédure de passation de
rent, accréditant toujours l’hypo-marché. Le tribunal administratif lui a
thèse de logements informelsdonné raison. La Région doit donc Ventes de ciments (tonnes)
renouveler son appel d’offres. Le dans ce secteur
chantier de la route des Tamarins
n’est pas arrété, le travail se poursuit Par ailleurs, à la fin 2004,7 sur les autres sections mais des retards l’ensemble de l’encours bancaire
de six mois à un an sont prévus. pour des crédits à l’habitat atteint
2,76 milliards d’euros, dont 2
milliards pour les particuliers. En
croissance annuelle, l’effort
d’investissement s’est encore
accéléré avec un taux porté à
8 17 %, contre 14 % auparavant.
Outre l’effet volume des demandes
de prêts, cette situation résulte
Source : CERBTP.
également d’un effet prix des pro-
La consommation de ciment a augmenté de jets (renchérissement du foncier
près de4%en 2004.
et de la construction).
14 économie 1er trimestre 2005
DE LAREUNIONdossierA LA RÉUNION
BTP dans un contexte tendu
Salariés du BTP
Des tensions multiples
Malgré ces résultats corrects, les pro- tension sur la commande :ause-
fessionnels et les donneurs d’ordres cond semestre, une recrudescence
ont été confrontés à un environnement d’appels d’offres lancés par les maî-
économique et social très tendu : tres d’ouvrage publics, conjuguée
avec la hausse des prix, a provoqué
tension sociale : les négociations de nombreuses consultations infruc-
entreprises pour le renouvellement tueuses et reportées sur 2005.
de la convention collective de la
branche ont été menées dans un cli- tension juridique : face aux enjeux
mat social tendu, caractérisé par plu- financiers des chantiers à venir, et
sieurs jours de grève en mai ; profitant des nombreuses subtilitésSource : CERBTP.
du code des marchés publics, plu-
tension sur les prix : les matériauxLe BTP a employé en moyenne 3sieurs recours d’entreprises auprès
près de 16 000 salariés en 2004. de construction, notamment les du Tribunal administratif ont retardé
aciers et produits dérivés, ont subi le lancement d’opérations structuran-
une hausse des prix importante en tes importantes.
début d’année en raison de la forteConcernant plus particulièrement le loge-
demande de la Chine au niveau in-ment social, le bilan définitif des aides
ternational et le renchérissement desde l’Etat pour l’exercice 2004 représente
72,5 millions d’euros dont 66,2 millions prix du fret maritime ; 4
correspondent à des engagements finan-
ciers effectués localement et 6,3 millions
de prélèvements à la source effectués par
Médétom et destinés au financement des rapport à l’exercice précédent. Les aides privés destinés à l’immobilier profes-
Prêts à taux zéro (PTZ). Du point de vue en faveur des propriétaires privés provien- sionnel (industrie, bureaux et com-
de la construction neuve, cet effort finan- nent essentiellement de l’Etat, via la LBU merce). La surface totale de locaux non
cier représente 55 millions d’euros. Il pour un montant de plus de 12 millions résidentiels autorisés à la construction
5correspond à 2 134 logements ayant d’euros, et du Conseil Général, pour une atteint près de 201 500 m². En léger
obtenu un arrêté de financement (dont somme de près de 9 millions d’euros. La recul de 3 % par rapport à celui présenté
1 619 logements en secteur groupé). participation de la CAF, bien que faible, en 2003, ce niveau s’inscrit en dessous de
progresse dans l’attribution des prêts à la moyenne des cinq dernières années.
En baisse de 23 %, ces engagements
taux nul. L’organisme a également enga- Toutefois, rappelons qu’en 2003, le
financiers ont subi un gel budgétaire gé 14 dossiers de subvention, pour un chiffre était majoré par le projet de raffi-
décidé au niveau national et qui a affecté montant total de 90 000 euros afin de nerie présenté par Promergy Réunion
de nombreuses opérations. L’annonce en
répondre ponctuellement à des situations (d’une surface de 22 159 m²) dont la 6fin d’année du déblocage de 30 millions
d’urgence. construction a été suspendue. Cette
d’euros, rétablissant l’enveloppe initiale,
n’a pu empêcher le report de 628 loge- L’effort consenti sur la réhabilitation du
ments. Au-delà, cette réduction reflète parc locatif social continue avec de nou-
Visas du Consuel
également les difficultés croissantes ren- velles opérations programmées en 2005
contrées dans le montage des opérations pour un total de 416 logements. Rappe-
de logements sociaux. Elles sont dues lons que les opérations financées en
7principalement aux problèmes récurrents 2003 étaient en chantier en 2004. De
liés au foncier. même que celles engagées en 2004
devraient démarrer en 2005 : soit 398
logements.Réhabilitation de
logements anciens
Le bâtiment non résidentiel
en léger reculLe marché de l’habitat a bénéficié de plus
8de 26 millions d’euros d’aides pour
l’amélioration et la réhabilitation de Retrouvant de la vigueur, la construction Source : consuel.
2 298 logements existants. La masse de bâtiments non résidentiels bénéficie
financière et le nombre de logements de la relance des commandes publiques, Les logements diffus constituent les
58 % de la construction neuve encorrespondants diminuent de 14 % par accompagnée par les nombreux projets
2004.
économie 151er trimestre 2005
DE LAREUNIONdossier Bilan économique 2004
raccordement Est. Sur les routes départe- chantiers déjà lancés précédemment,Permis de construire
mentales, tous les travaux prévus n’ont viendront s’ajouter ceux prévus par
pas été lancés. Ils ont concerné principa- l’Université : nouvelles bibliothèques au
lement les l’accès à l’ouvrage du Bras de Moufia et au Tampon, restructuration
la Plaine, la réparation des chaussées et des locaux de l’IAE à Saint-Denis, cons-
e e
le renforcement des enrobés. truction des 3 et 4 départements de
l’IUT de Saint-Pierre et réalisation du
Après l’attribution des premiers lots Parc Technologique Universitaire à la
importants au second trimestre, les tra- Bretagne.
vaux de la Route des Tamarins ont réel-
lement démarré au début du second La programmation des investissements
semestre. Toutefois des recours de can- routiers s’est nettement intensifiée et doit
didats auprès du Tribunal Administratif permettre une forte accélération des tra-
concernant des vices de forme dans les vaux. Au premier trimestre, ceux-ci ont
procédures ont entaché le bon déroule- déjà été multipliés par plus de 2. La
Source : DDE
ment des opérations et ont retardé le lan- Région a prévu une enveloppe de 113
A peine 9 000 logements ont été cement de plusieurs tranches importantes. millions d’euros, dont 64 millions pour
autorisés en 2004. les travaux à engager sur la Route des
Tamarins. Concernant le raccordementDe gros marché
Est du Boulevard Sud, l’échangeur de
année, les principales destinations des de génie civil
Gillot doit être livré en juillet tandis quelocaux visés par ces permis concernent,
les travaux continueront avec le démar-3 par ordre décroissant : l’enseignement, les Les principaux marchés de génie civil rage de l’ouvrage d’art entre Gillot et la
commerces, l’immobilier de bureaux et ont progressé de 82 %, à plus de 85 mil- Bretagne. Enfin, d’importants travaux de
les bâtiments industriels. lions d’euros, notamment en raison des réfection et de renforcement sont prévus
dépenses enregistrées sur le chantier duLes investissements portant sur les cons- sur les routes départementales.
basculement des eaux (doublement partructions réalisées par les principaux
rapport à 2003). Ces travaux concer- En plus de la poursuite des travauxmaîtres d’ouvrage publics (Région, Dépar-
d’irrigation et le démarrage de l’antennenaient l’achèvement des prises d’eautement, Etat et CCIR) ont totalisé près de4 6, les prévisions financières restent cor-dans le cirque de Salazie, la réalisation71 millions d’euros, contre 75 millions
rectes dans le génie civil grâce aux nom-de la conduite maîtresse et de l’antenneun an auparavant et 94 millions en 2002.
8, ainsi que le percement de la galerie breux projets de viabilisation de ZACRappelons que la détérioration constatée
lancés par les aménageurs et les collecti-aval de Salazie. Cette dernière subit lesa débuté en 2002 avec l’achèvement des
vités.conséquences de l’enlisement du tunne-gros chantiers (aérogare passagers puis
lier : le creusement se faisant à la dyna-fret) et le lancement de nombreuses étu- Frédéric LORION
mite à raison de 3,5 m par jour, aucunedes pour les locaux d’enseignement (col-
livraison n’est envisagée avant 2010.5 lèges, lycées et université).
Initialement prévus en 2004, les travauxAfin d’obtenir un aperçu plus complet de
portuaires ne devraient pas démarrerce secteur public qui a globalement pro-
avant fin 2005 en raison de l’annulationgressé, il convient de mentionner les
de la procédure de consultation par leimportants travaux lancés pour la réalisa-
Tribunal Administratif. Rappelons qu’iltion de bâtiments universitaires, la res-
s’agit de la première tranche des travauxtructuration et la modernisation des éta-
6 pour l’extension du Port Est (approfon-blissements hospitaliers ainsi que les
dissement et élargissement du bassinconstructions militaires. De même, les
d’évitage et construction de nouveauxcommunes contribuent à la construction
quais). Un autre recours auprès du Tribu-d’un certain nombre d’équipements
nal Administratif a provoqué un retardadministratifs, culturels et de loisirs.
de plus de 6 mois pour l’opération de
pose des filets de protection sur la falaise
Des travaux routiers longeant la route du Littoral.7 en attente
Les perspectives pour 2005
Les travaux réalisés sur les routes natio-
nales et départementales ont représenté Les prévisions budgétaires pour les cons-
plus de 78 millions d’euros en 2004, en tructions publiques de la Région et du
baisse de 18 % par rapport aux dépenses Département s’annoncent meilleures
effectuées en 2003. Concernant le réseau pour 2005. Cumulées avec celles de la8 national, en plus de travaux de renforce- CCIR, elles atteignent près de 105 mil-
ment, l’année a été marquée par l’achè- lions d’euros. Elles concernent principa-
vement de la déviation urbaine de Saint- lement la réhabilitation des lycées, la
Leu (livrée en avril 2004), la poursuite construction de centres de formation et
des travaux du Boulevard Sud (Section de nouveaux collèges. De plus, aux
Source-Mazagran) et le lancement du
16 économie 1er trimestre 2005
DE LAREUNION

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.