Centres-villes et zones dactivités à La Réunion : des espaces favorables au développement de lemploi

De
Publié par

Centres-villes et zones d’activités : des espaces favorables au développement de l’emploi Attirer des entreprises sur son territoire, déve- grandes administrations. La moitié des établisse-L’histoire, les politiques mises en lopper l’emploi, c’est un des objectifs que vise ments de plus de 250 salariés de l’île sont instal- œuvre et la géographie ont façonné chaque décideur local dans sa démarche d’amé- lés dans le centre-ville de Saint-Denis. des logiques territoriales propres à nagement. En effet plusieurs facteurs peuvent L’activité est presque exclusivement tertiaire, et chaque zone d’emploi. Partout se concourir à favoriser la localisation d’une activité la palette des services offerts est très large. C’est dessinent des périmètres accueillant sur tel ou tel espace : la proximité de sa clientèle le pôle financier (sièges sociaux des grandes ban- de fortes concentrations d’emploi, ou de ses fournisseurs, la qualité du réseau de ques) et immobilier de l’île. Les activités qui s’y transport et la facilité d’accès, de moindres coûts, rattachent centralisent 2 000 emplois, soit 30 % appelés ici « pôles d’emploi infra- la disponibilité de surfaces suffisantes. des emplois du secteur à La Réunion. La diversité communaux », que l’on peut classer La répartition spatiale des 210 000 emplois sala- des activités concentrées dans le centre-ville in- en trois catégories.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 12
Tags :
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Centres-villes et zones d’activités :
des espaces favorables au développement de l’emploi
Attirer des entreprises sur son territoire, déve- grandes administrations. La moitié des établisse-L’histoire, les politiques mises en
lopper l’emploi, c’est un des objectifs que vise ments de plus de 250 salariés de l’île sont instal-
œuvre et la géographie ont façonné
chaque décideur local dans sa démarche d’amé- lés dans le centre-ville de Saint-Denis.
des logiques territoriales propres à nagement. En effet plusieurs facteurs peuvent L’activité est presque exclusivement tertiaire, et
chaque zone d’emploi. Partout se concourir à favoriser la localisation d’une activité la palette des services offerts est très large. C’est
dessinent des périmètres accueillant sur tel ou tel espace : la proximité de sa clientèle le pôle financier (sièges sociaux des grandes ban-
de fortes concentrations d’emploi, ou de ses fournisseurs, la qualité du réseau de ques) et immobilier de l’île. Les activités qui s’y
transport et la facilité d’accès, de moindres coûts, rattachent centralisent 2 000 emplois, soit 30 % appelés ici « pôles d’emploi infra-
la disponibilité de surfaces suffisantes. des emplois du secteur à La Réunion. La diversité communaux », que l’on peut classer
La répartition spatiale des 210 000 emplois sala- des activités concentrées dans le centre-ville in-
en trois catégories.
riés que compte le département au 31 décembre duit la présence du secteur des services aux en-
Les centres-villes des grandes 2007 nous montre que tous les espaces ne sont treprises (2 550 salariés). Le commerce de détail
communes apparaissent comme des pas équivalents. Il existe bien des périmètres et les services commerciaux (y compris hôtels et
terrains privilégiés pour la locali- privilégiés qui ont su ou pu attirer des établisse- restaurants) destinés à la population se répar-
sation des activités économiques. ments plus ou moins grands, publics ou privés, tissent sur l’ensemble de la zone et fournissent
marchands ou non marchands. 2 800 emplois. Composés en grande partie de ser-
vices publics, ils attirent des établis-
Des pôles induits par des servi-sements marchands offrant biens et Au Nord , une structura-
ces administratifsservices aux populations résidentes tion de l’espace générée
et de passage.
Aux abords du centre-ville, des pôles d’emploi se par la capitaleD’autres pôles, plus spécialisés, sont forment aux contours de grands établissements
constitués sur les zones d’activités administratifs ou d’équipements publics rares.
Zone d’implantation du chef-lieu, le Nord dessinées par les aménageurs. Leur Ils viennent compléter la mosaïque des services
rassemble 36 % de l’emploi de l’île : 75 400
intérêt se lit par leur impact sur le publics déjà disponibles en centre-ville de Saint-salariés y travaillent à la fn de l’année 2007.
Denis. Le Butor et Champ-Fleuri constituent un développement d’activités produc- Des pôles de forte densité de l’emploi
pôle d’emploi très important, 5 200 salariés y tra-tives (industrie, BTP, commerce de structurent l’économie. Les trois quarts des
vaillent. Les activités sont essentiellement tour-emplois sont localisés dans des pôles d’au gros), créatrices de richesses.
nées vers les services publics, l’administration moins 500 salariés et les établissements sont Le dernier type de pôle, plus admi- étant le premier employeur avec 2 500 emplois. en majorité agglomérés dans les centres
nistratif, est induit par l’implanta- Dans le pôle de Bellepierre (3 200 salariés), le des communes et dans les zones d’activités.
tion d’équipements publics rares Centre Hospitalier Régional et l’IUFM viennent L’économie est fortement spécialisée dans
pourvoyeurs d’emplois nombreux les activités de services, aussi bien les ser- compléter la gamme d’équipements de Saint-
vices offerts aux particuliers que ceux desti- Denis.(hôpitaux, université).
nés aux entreprises.
Sainte-Clotilde : un pôle mixte
La plus grosse concentration
Sainte-Clotilde est le deuxième pôle de concen-d’emplois de l’île
tration d’emplois du Nord. Il possède la caracté-
ristique de relier un centre-ville de quartier à une L’activité dans le centre-ville de Saint-Denis
zone industrielle et rassemble 9 200 salariés sur s’est développée sur le tracé historique de la vil-
l’ensemble du pôle.le. Capitale régionale, c’est le pôle d’emploi qui
Dans le centre-ville du quartier, les nombreux concentre le plus de salariés à La Réunion. Sur
commerces et les établissements scolaires fa-une surface de 180 hectares, 10 % des salariés de
çonnent le territoire. Plus à l’est, l’emplacement l’île sont regroupés, soit 21 500 emplois repartis
stratégique de la zone industrielle du Chaudron dans 1 600 établissements. Dans le secteur mar-
en fait une zone privilégiée, courtisée par une chand, les sièges des plus grosses entreprises y
grande diversité d’activités. Les services aux en-sont installés. Le centre-ville constitue également
treprises regroupent 2 200 salariés sur la zone, le centre décisionnel de l’île, par la présence de 20 économie
de La Réunion N°137
HORS SERIE n° 1 juin 2006 3 �
HORS SERIE n° 1 juin 2006 3�
HORS -SÉRIE
Le BTP toujours leader
2005
� � � � � � � � � �
�����
éR union
de laconomie
Le BTP toujours leader
2005 Le BTP toujours leader2005����� ����������
� � � � � � � � � �
� � � � �
éR unionéR union de la
de la conomieconomieterritoire
Partenariat
Centres-villes et zones d’activités :
des espaces favorables au développement de l’emploi
Pôllle miiixtte :: li
Centtre-viillle de Stte Cllottiillde ettr-llttiilll tt llttiill tt 0 0,5 1
Buttorr,, Champ--Fllleurriii :: liauttomobiille,, ttiiilll,, Kilomètres
Admiiniisttrattiion ettriiiittttii tt sécurriiitté garrdiiiennage ett ii
Pôle de centre-villeEEEnnnssseeeiiigggnnneeemmmeeennnttt EEEEEEnnnnnnsssssseeeeeeiiiiiiggggggnnnnnneeeeeemmmmmmeeeeeennnnnntttttt ppprrreeesssssseee pppaaapppiiieeerrr dddaaannnsss pppppprrrrrreeeeeesssssssssssseeeeee ppppppaaaaaappppppiiiiiieeeeeerrrrrr ddddddaaaaaannnnnnssssss
Pôle administratifllla ZII du ChaudrronlCenttre-viillle hiisttoriique ttr-iilllll iittrii Pôle spécialisé
de Stt Deniiisi Auttomobiille ett ttiiilll tt Zone d'activité
21 500 commerrce d'''équiiipementts ''iit ZFU
domesttiiquesiZA Bas de llla Riiiviiièrrettiilii Route nationale
Zone aérroporrttuaiiirre :: i111 111000000111111 111111000000000000555555 111111000000000000555 111000000 tttrrraaannnssspppooorrrttt dddeee pppeeerrrsssooonnnnnneeesss eeetttttttttrrrrrraaaaaannnnnnssssssppppppoooooorrrrrrtttttt ddddddeeeeee ppppppeeeeeerrrrrrssssssoooooonnnnnnnnnnnneeeeeessssss eeeeeetttttt
de marrchandiiisesiZA Stte--Clllottiiilllde tt--llttiill
Acttiiiviiittés ffiiinanciiièrres1 800iiii3 200 ZII du ChaudrronI
ZA Pattatte à Durrand tttt rr 9 200 ZIIA Giilllott 500 illCHU--IIUFMII iilllttI 1 000
ZA La Marre rr2 300
SSSiiièèègggeeesss aaadddmmmiiinnniiissstttrrraaatttiiifffsss SSSSSSiiiiiièèèèèèggggggeeeeeessssss aaaaaaddddddmmmmmmiiiiiinnnnnniiiiiissssssttttttrrrrrraaaaaattttttiiiiiiffffffssssss ZZZAAA CCChhheeemmmiiinnn FFFiiinnneeetttttteeeZZZZZZAAAAAA CCCCCChhhhhheeeeeemmmmmmiiiiiinnnnnn FFFFFFiiiiiinnnnnneeeeeetttttttttttteeeeee ZZZZZZAAAAAACCCCCC TTTTTTrrrrrriiiiiiaaaaaannnnnngggggglllllleeeeee 111 666000000ZZZAAACCC TTTrrriiiaaannngggllleee 111111 666666000000000000
de La Prroviiidencei ZA Mouffiia 1 100 ffiii2 700
Serviice aux enttrepriises ::rirriii ttii ::IIndusttrriiie ett Santté 1 700Ittrii ttt 1 600 Recttoratt ett rtttt tt ZA Foucherrollles crrllllls netttoyage ett sécurriittéDuparrc :: ttt tt riiittconomie SAINT DENIS uniiversiitté Technopolleiiiriiittlcllconomie Centtre commerciiall ett rriltt iill tt de la Technopôllle ::l
ciitté scollaiirede laiiitt llliiirCommuniicattiion ett NTIICiiR unioniittii tt IIé SAINTE MARIES ources : Insee - C lap 2007, IGN - Bd-Topo 2008R unioné Bâttiimetts ett Travaux Publliics© Insee 2010 - IGNttiiitt tt rr llliii
où les activités de services opérationnels sont répartis sur 130 établisse- 700
prépondérantes. Une grande mosaïque de com- ments.
Centtrre--viiillllle admiiiniiisttrrattiiiff ett médiiicalllilliiiilmerces se côtoient également : grandes surfaces, Plus à l’est encore, dans les Pôle de centre-ville
concessionnaires automobiles et petits établisse- communes de Sainte-Ma-
Pôle administratif
ments de commerce de gros. Enfin, l’édition et la rie et de Sainte-Suzanne,
Pôle spécialiséconstruction sont bien implantés sur la zone. les zones d’activités ont
Zone d'activité
vu le jour plus récemment.
Route nationale
Elles constituent des pô-La technopole :
les d’emploi conséquents, une zone d’activités de pointe
5 500 emplois étant répar- SAINT-ANDRE
tis sur cinq pôles. La zone Dans le reste de la région, les pôles de concentra- SAIINTE--SUZANNEII--aéroportuaire de Sainte-
tion d’emploi se superposent aux zones d’activi-
Marie (1 800 salariés) � � � �est � téss, qui favorisent le développement d’activités
spécialisée dans le trans-
économiques spécifiques prodigues de grands � � � � � � � � � �
port de voyageurs et de espaces. Centtrre commerrciiall ttr riiilll����� ���������� fret. A Sainte-Suzanne, un 2005Quatre zones d’activités sont aujourd’hui implan- 500centre commercial Le BTP est touim jo- urs leader2005 tées dans la partie est de Saint-Denis, qui définis-
planté sur la zone d’activi-Le BTP toujours leader sent les contours de pôles d’emploi qui cumulent ZA Quarrttiierr Frrançaiisii rrttiirr rrçiistés plus isolée de Quartier S ources : Insee - Clap 2007, IGN - Bd-Topo 20086 700 salariés. Parmi elles, la Technopole se
Français (500 emplois). © Insee 2010 - IGN
démarque en étant spécialisée dans le dévelop-
pement des technologies de l’information et de
la communication. Elle regroupe 1 600 salariés
21économie
de La Réunion N°137
conomie
de laR unioné
�����
� � � � � � � � � �
2005
Le BTP toujours leader
HORS -SÉRIE
HORS SERIE n° 1 juin 2006 3�
HORS SERIE n° 1 juin 2006 3 �économie principalement présentielle, tournée Le Port structuré par ses zones Deux économies
vers la satisfaction de la population résidente ou d’activités portuairescohabitent à l’Ouest des touristes.
A la sortie du Port, la zone d’activités de Cam-Porte d’entrée maritime sur l’île, Le Port est un
L’Ouest regroupe 53 900 salariés, soit le baie se distingue par son analogie avec les zones acteur majeur de l’économie réunionnaise. Fait
quart des emplois de l’île. Deux zones d’em- industrielles du Port. Elle est spécialisée dans les rare, le centre-ville du Port n’est pas le premier
ploi composent son paysage économique : activités productrices (BTP, industries de biens in-pôle de la commune (3 500 emplois), la Zone In-Le Port et Saint-Paul qui présentent des pro- termédiaires et d’équipements). Un peu plus loin, 0 dustrielle n 2/3 à l’entrée de la ville réunissant fls très éloignés. Savannah propose une économie de proximité 4 600 salariés.Dans la ville du Port, l’emploi est très concen- où les grandes surfaces et les grands magasins En 2007, neuf zones d’activités très spécialisées tré et les zones d’activités captent l’essentiel spécialisés se multiplient, assurant 600 emplois.sont aménagées sur la commune. Elles structu-de l’activité économique de la ville. La vaste
rent l’économie portoise, naturellement liée à commune de Saint-Paul est tournée vers les
Le centre-ville de Saint-Paul est le plus grand l’activité portuaire et industrielle. Les secteurs de activités destinées à sa population résidente
pôle d’emploi de l’Ouest (5 500 salariés). C’est la construction, du commerce de gros, de la logis-et celle de passage : services publics, com-
le centre administratif et de services publics de merces et tourisme. tique et l’entreposage englobent la quasi-totalité
la région Ouest. Administrations, services médi-des emplois.
caux et hôpitaux polarisent l’emploi avec 3 700
salariés. Les services marchands offerts à la po-Les zones industrielles sont
0 1 2 pulation regroupent 1 000 salariés. Aux alentours, parmi les plus grandes de l’île Kilomètres ZII de CambaiieII iii Cambaiieii deux pôles d’emploi se caractérisent par la pré-et cinq pôles de forte concen-
1 800 sence de grands établissements scolaires.tration de l’emploi se dessinent
Ettablliissementt publliic tlit li Plus au sud, trois stations balnéaires forment sur leurs contours. À l’entrée
ddddddeeeeee ssssssaaaaaannnnnnttttttéééééé mmmmmmeeeeeennnnnnttttttaaaaaalllllleeeeeedddeee sssaaannntttééé mmmeeennntttaaallleee des pôles d’emploi, le tourisme étant au centre du Port notamment, deux pôles
de l’activité : Saint-Gilles, l’Ermitage et La 900 limitrophes rassemblent 7 700 Pôle de centre-ville ZA commerciialle riiilll Saline. 0 emplois : la zone industrielle nPôle administratif de Savannah
2/3 et la Zac 2000. 1 500 Pôle spécialisé
Secteur phare de l’économie SavannahvZone d'activité Rue Stt Louiiis :: tt ii :: portoise, la construction est
Route nationale Enseiiignementti 999999000000000000999000000 prédominante dans l’enceinte
portuaire, regroupant 3 500 Z..A.. Rue Stt--Louiis.... tt--iiis
salariés. Elle se concentre
Centtrre--viiillllle de Stt Paulll ::illl essentiellement dans la zone 5 500admiiiniiisttrrattiiion ett santté iii 0 industrielle n 2/3 avec 2 400
emplois, soit la moitié des em-
plois totaux du pôle.Pllatteau Caiilllou ::lltt iilllll ::
Activité liée au transit ma-EEEnnnssseeeiiigggnnneeemmmeeennnttt777000000 EEEEEEnnnnnnsssssseeeeeeiiiiiiggggggnnnnnneeeeeemmmmmmeeeeeennnnnntttttt777777000000000000
ritime, le commerce de gros ZA Pllatteau Caiilllou llltt iiilllll
regroupe 1 500 emplois, et de
grands établissements côtoient
de plus petits. Autres activités
portuaires, le transport de fret
et la manutention rassemblent
RRRRRReeeeeessssssttttttaaaaaauuuuuurrrrrraaaaaattttttiiiiiioooooonnnnnn ttttttrrrrrraaaaaaddddddiiiiiittttttiiiiiioooooonnnnnnnnnnnneeeeeelllllllllllleeeeee 1 250 salariés. Ces activités RRReeessstttaaauuurrraaatttiiiooonnn tttrrraaadddiiitttiiiooonnnnnneeelllllleee
1 000 sont agglomérées dans les au centtrre--viiilllllle de Stt Giiilllllles trilllilll
deux plus grands pôles d’em-
ploi du Port.
SAINT PAUL
Saint-Paul : des ser-
vices de proximité et Hôttellls de lll'''Errmiiittagell'i600
du tourisme
Saint-Paul est la commune
Hôttelll s d dee L Laa S Saallliiinlineelli500 la plus peuplée de la région
Sources : Insee - Clap 2007, IGN - Bd-Topo 2008Ouest ; c’est aussi la plus vaste
© Insee 2010- IGN de l’île, mais les pôles d’emploi
se concentrent essentiellement
sur le bord du littoral. Le panorama des activités
varie le long de la route nationale, et illustre une
22 économie
de La Réunion N°137
HORS SERIE n° 1 juin 2006 3 �
HORS SERIE n° 1 juin 2006 3�
HORS -SÉRIE
Le BTP toujours leader
2005
� � � � � � � � � �
�����
éR union
de laconomie
Le BTP toujours leader
2005 Le BTP toujours leader2005����� ����������
� � � � � � � � � �
� � � � �
éR unionéR union de la
de la conomieconomieterritoire
Pôle de centre-ville
Pôle administratif
Pôle spécialisé ZII N°1II °
Zone d'activité 1 300 Route nationale
ZZZZZZAAAAAACCCCCC RRRRRRaaaaaavvvvvviiiiiinnnnnneeeeee àààààà MMMMMMaaaaaarrrrrrqqqqqquuuuuueeeeeettttttZZZAAACCC RRRaaavvviiinnneee ààà MMMaaarrrqqquuueeettt
BTP
1 000
Zone 3 500
Arrttiisanallerrttiiislll 4 600
ZA Raviine à Marrquett viii rrtt
ZZZIII NNN°°°222 NNN°°°333ZZZZZZIIIIII NNNNNN°°°°°°222222 NNNNNN°°°°°°333333
Centtrre--viiilllllle du Porrtt :: illl
admiiniisttrattiion ett sociiallriiiittttii tt iill
Commerce de gros,, rr rr,,
ttrransporrtt ett ffrrêttttrrtt tt ffrtt 3 100
ZZZAAACCC 222000000000
ZII Mascarreiiignesi
LE PORT600 LA POSSESSION
conomie
S ources : Insee - C lap 2007, IGN - Bd-Topo 2008conomie 0 0,5 1de la
© Insee 2010 - IGN de laR unioné KilomètresR unioné
Source Méthode
Les données utilisées sont issues du fichier Des zones de forte concentration de salariés
CLAP (Connaissance Locale de l’Appareil Pro- (pôles d’emploi infracommunaux) ont été dé-
ductif) au 31 décembre 2007. CLAP est une limitées à partir des coordonnées de chaque
base de données qui couvre le champ complet établissement et de leurs effectifs. Un pôle
des établissements hors agriculture, défense, d’emploi est constitué à partir d’un seuil mi-
intérim et particuliers employeurs. nimum d’effectif salarié concentré sur un
même espace. Pour chaque zone d’emploi, les
paramètres et les effectifs-seuils (400 salariés � � � � � au Sud et à l’Est, 500 salariés au Nord et à
l’Ouest) dépendent de l’activité économique � � � � � � � � � �
de la commune principale.
����� ���������� 2005
Le BTP toujours leader2005
Le BTP toujours leader
23économie
de La Réunion n N°137
conomie
de laR unioné
�����
� � � � � � � � � �
2005
Le BTP toujours leader
HORS -SÉRIE
HORS SERIE n° 1 juin 2006 3�
HORS SERIE n° 1 juin 2006 3 �Centre-ville de Saint-Pierre : Des zones d’activités qui favori-Au Sud, un emploi
forte concentration d’activités sent le développement industriel disséminé à l’image de présentielles quand elles sont éloignées des
l’urbanisation de la zone centres urbains
Le centre-ville de Saint-Pierre regroupe
Les dix communes du Sud offrent 62 200 11 000 emplois, soit 18 % de l’emploi du Sud. Certaines zones d’activités ont attiré suffisam-
emplois salariés, soit 29 % des emplois de Bien que Saint-Pierre soit la capitale du Sud, ment d’entreprises pour créer un vivier d’emplois.
l’île. Le bâti et l’urbanisation sont ici moins contrairement à Saint-Denis, peu de grands éta- Cinq périmètres reprennent plus ou moins les
denses que dans le Nord. Seulement trois blissements publics dynamisent ce pôle. Ceux qui contours de zones d’activités, qui ont favorisé le
communes possèdent des espaces suff- y sont installés relèvent de l’offre classique de développement industriel dans la mesure où el-
samment denses regroupant un minimum proximité liée à l’urbanisation. les étaient suffisamment éloignées des centres
de 400 salariés : Saint-Pierre (43 % des sala- Le secteur marchand est, lui aussi, fortement urbains. Ainsi, les deux pôles les plus proches
riés du Sud), Saint-Louis et Le Tampon. La orienté vers la fourniture de biens et services de du centre-ville de Saint-Pierre sont de type com-totalité des pôles d’emploi du Sud regroupe
proximité. Le tissu économique est constitué pour mercial, les deux autres localisés sur la même moins de la moitié de l’emploi du territoire
l’essentiel de très petites entreprises (moins de commune mais plus éloignés du centre sont in-(29 000).
10 salariés) relevant du commerce de détail ali- dustriels. Le 5ème pôle, à Saint-Louis, mixte les
mentaire, non alimentaire ou automobile. L’offre deux activités.Seuls quatre établissements regroupent
de services aux personnes est aussi importante et La première zone industrielle créée à Saint-Pierre plus de 1 000 salariés, dont les mairies des
0 constitue un tiers des emplois. Au total, sur 1200 en 1970 (ZI n 1) avait pour vocation de dévelop-trois grandes communes, ainsi que le Grou-
établissements publics ou privés, seuls une tren- per les activités industrielles. Sa contiguïté avec pe Hospitalier Sud Réunion qui a constitué
taine emploient un minimum de 50 salariés. l’agglomération a plutôt favorisé l’émergence autour de lui un pôle de services hautement
Les centres-villes de Saint-Louis (4 200 em- d’un pôle de 1 200 emplois à vocation commer-spécialisé. Moins denses, les pôles d’emploi
plois) et du Tampon (5 100 emplois) constituent sont aussi moins typés. Deux d’entre eux ciale. La ZAC Canabady, au nord-ouest de l’ag-
deux pôles d’emploi satellites de celui de Saint-illustrent toutefois une spécifcité du Sud, glomération, jouxte le centre urbain et propose
qui a développé un tissu d’établissements Pierre. également un espace commercial.
d’industries agroalimentaires plus dense
qu’ailleurs.
Ciitté scollaiire de iitt lliir
Roche Maiiigrreir ENTRE-DEUX LE TAMPON
500 Centtre-viillle du Tampon ::tr-iillll :til :
admiiniisttrattiioniiiiiittrrttiii
ZA du Golll l SAINT-LOUISCenttre-viillle de Stt Louiis ::r-illlittiilll tt ii ::
5 100 admiiniisttrattiions ett commercesiiiittrttii tt r
Z.. II.. n°3°.. II.. 4 200
Z..II.. n°°2..II.. ZA Belll Aiiirr llii800
Z..II.. n°°1..II.
Belll Aiiirr :: iiindusttrriiie ett commerrce SAINT-PIERREll ii :: iittii tt
ZII N°2 :: I ° : I :
agroalliimenttaiirerrllliiittiiirr
Zii n° 4iii °
ZII N°3 :: agroalliimenttaiire I ° : rlliitiir I : liti
ett commerce de gros 1 300tt rr rr700
Z.. II.. n°3.. II.. °Pôle de centre-ville Z.. II.. n°°2
Pôle administratif ZZZZZZAAAAAACCCCCC CCCCCCaaaaaannnnnnaaaaaabbbbbbaaaaaaddddddyyyyyy :::::: AAAAAAuuuuuuttttttoooooommmmmmoooooobbbbbbiiiiiilllllleeeeee eeeeeetttttt ZZZAAACCC CCCaaannnaaabbbaaadddyyy ::: AAAuuutttooommmooobbbiiillleee eeettt
Pôle spécialisé grandes surffaces400rr ff
Zac Canabadyc yZone d'activité
Route nationale Enttrée ouestt de Stt Piierre :: ttrr tt tt iiirrrr ::
1 200 Centtrre--viiilllllle admiiiniiisttrrattiiiff,, illliiicommerrcer Z.. II.. n°°1.. II.. commerçantt ett ffiinanciier11 000rrtt tt ffiiii
0 1 2Groupe hospiittalliierrrrrr iiitttllliiirrr
S ources : Insee - C lap 2007, IGN - Bd-Topo 2008 Kilomètres3 200
© Insee 2010 - IGN
24 économie
de La Réunion N°137
HORS SERIE n° 1 juin 2006 3 �
HORS SERIE n° 1 juin 2006 3�
HORS -SÉRIE
Le BTP toujours leader
2005
� � � � � � � � � �
�����
éR union
de laconomie
Le BTP toujours leader
2005 Le BTP toujours lader2005����� ����������
� � � � � � � � � �
� � � � �
éR unionéR union de la
de la conomieconomieterritoire
A contrario, deux pôles d’emploi plus éloignés
accueillent majoritairement des activités dédiées
à l’industrie, à la construction et aux secteurs liés
0 1 2comme le commerce de gros et les services aux
KilomètresCambustton ett Pettiitt Bazar :: tt tt ttiiitt r :: entreprises. Basés sur des zones industrielles,
BTP ett enseiiignementti0 0 les pôles ZI n 2 et n 3 totalisent 2 000 salariés.
Pôle de centre-villeL’agroalimentaire y domine (25 % des emplois),
Pôle administratifet d’autres types d’industrie regroupent 20 % SAINT ANDRE999000000999999000000000000 Pôle spécialisédes salariés, confirmant la vocation première de
Zone d'activitéla zone.
Zone Arrtttiiisanallle 500 til ZFUdu Grrand Canalll l
Route nationaleZA La Cocotterraiie// La ocottterraiiie///Centtre-viillle de Stt André :: r-llrttiilll tt :: Andrropollliiisnli5 000À l’Est, des pôles fondus serviices publliics,, rii llii,,
commerrces ett BTP t Raviine Crreusedans la ZFUi aviine rreuse
L’Est occupe 21 600 salariés, soit seulement
10 % de l’emploi salarié réunionnais. L’or- Centtrre--viiilllllle de illl
ganisation spatiale de l’emploi est marquée Brras--Panon
par l’importance des grandes artères de cir- BRAS PANON500
culation. Ainsi, des pôles d’emplois se sont
développés le long de l’ancienne route na- ZA Brras PanonEnseiignementt ett BTP iiitt tt
400tionale. L’emploi salarié marchand non agri-
cole est localisé essentiellement sur deux
communes, Saint-André et Saint-Benoît,
qui accueillent 80 % des salariés de l’Est. Les
Centtrre--viiilllllle de Stt Benoîîtt :: r-illlcentres-villes de ces communes sont les pô-
Admiiniisttrrattiion ett santtéiiiiiiittrttii tt ttles attractifs de la zone.
3 900
À Saint-André, la construction 111 333000000111111 333333000000000000
CCCiiitttééé ssscccooolllaaaiiirrreee dddeee CCCCCCiiiiiittttttéééééé ssssssccccccoooooollllllaaaaaaiiiiiirrrrrreeeeee ddddddeeeeee Enseiiignementtdomine le long de l’ancienne i
RRRRRRoooooocccccchhhhhheeeeee MMMMMMaaaaaaiiiiiiggggggrrrrrreeeeeeRRRoooccchhheee MMMaaaiiigggrrreee ENTRE-DEUX LE TAMPON
ZA des Plllaiiinesroute nationale li
BTP ett enseiignementtSAINT BENOITi tt iit8t00555000000 conomie555555000000000000 CCCeeennntttrrreee---vvviiilllllleee ddduuu TTTaaammmpppooonnn :::CCCCeeeennnnttttrrrreeee----vvvviiiilllllllleeee dddduuuu TTTTaaaammmmppppoooonnnn ::::CCeennttrree--vviillllee dduu TTaammppoonn :: conomie ZII Brras FusiillIII rras usiiilllde la L’emploi à Saint-André se concentre en deux aaadddmmmiiinnniiissstttrrraaatttiiiooonnnaaaaaaddddddmmmmmmiiiiiinnnnnniiiiiissssssttttttrrrrrraaaaaattttttiiiiiioooooonnnnnn de laZZZZZZAAAAAA dddddduuuuuu GGGGGGoooooollllllZZZAAA ddduuu GGGooolll S ources : Insee - C lap 2007, IGN - Bd-Topo 2008SAINT-LOUIS R union points : au centre-ville et dans le quartier de CCCeeennntttrrreee---vvviiilllllleee dddeee SSSttt LLLooouuuiiisss ::: éCCCeeennntttrrreee---vvviiilllllleee dddeee SSSttt LLLooouuuiiisss :::CCCeeennntttrrreee---vvviiilllllleee dddeee SSSttt LLLooouuuiiisss :::
555 111000000 © Insee 2010 - IGN555555 111111000000000000aaadddmmmiiinnniiissstttrrraaatttiiiooonnnsss eeettt cccooommmmmmeeerrrccceeesss « Cambuston - Petit Bazar ». Dans ce quartier, aaaaaaddddddmmmmmmiiiiiinnnnnniiiiiissssssttttttrrrrrraaaaaattttttiiiiiioooooonnnnnnssssss eeeeeetttttt ccccccoooooommmmmmmmmmmmeeeeeerrrrrrcccccceeeeeessssss R unioné
les activités liées aux services publics et aux ser-
ZZZ... III... nnn°°°333ZZZ... III... nnn°°°333ZZZ... III... nnn°°°333 vices de proximité sont très variées, mais le sec-444 222000000444444 222222000000000000
teur de la construction est le premier employeur
ZZZZZZ......IIIIII...... nnnnnn°°°°°°222222ZZZ...III... nnn°°°222 Les Zones d’activités jouent un ZZZZZZAAAAAA BBBBBBeeeeeellllll AAAAAAiiiiiirrrrrrZZZAAA BBBeeelll AAAiiirrr888888000000000000888000000 (200 salariés).
rôle moins importantLes services publics occupent près de 2 700 sa-ZZZZZZ......IIIIII...... nnnnnn°°°°°°111111ZZZ...III... nnn°°°111
lariés dans le centre-ville de Saint-André. BBBBBBeeeeeellllll AAAAAAiiiiiirrrrrr :::::: iiiiiinnnnnndddddduuuuuussssssttttttrrrrrriiiiiieeeeee eeeeeetttttt ccccccoooooommmmmmmmmmmmeeeeeerrrrrrcccccceeeeee SAINT-PIERREBBBeeelll AAAiiirrr ::: iiinnnddduuussstttrrriiieee eeettt cccooommmmmmeeerrrccceee
Les Zones d’activités (ZA) de l’Est sont les plus L’enseignement domine avec 1 100 emplois, fai-
récentes et aussi les plus petites de l’île. La plus sant de Saint-André le pôle de formation de l’Est.
importante, Bras Fusil, ne concentre que 800 sa-Saint-André se positionne également comme le ZZZIII NNN°°°222 ::: ZZZZIIII NNNN°°°°2222 :::: ZZII NN°°22 :: lariés. Les zones d’activités dédiées à l’artisanat centre du commerce (900 emplois), avec la pré-aaagggrrroooaaallliiimmmeeennntttaaaiiirrreeeaaaaaaggggggrrrrrrooooooaaaaaalllllliiiiiimmmmmmeeeeeennnnnnttttttaaaaaaiiiiiirrrrrreeeeee
ZZZiii nnn°°° 444ZZZZZZiiiiii nnnnnn°°°°°° 444444 sont nombreuses, mais aucun pôle d’emploi ne sence de la ZA commerciale de La Cocoteraie et ZZZIII NNN°°°333 ::: aaagggrrroooaaallliiimmmeeennntttaaaiiirrreee ZZZZIIII NNNN°°°°3333 :::: aaaaggggrrrrooooaaaalllliiiimmmmeeeennnnttttaaaaiiiirrrreeee ZZII NN°°33 :: aaggrrooaalliimmeennttaaiirree s’est créé autour.
eeettt cccooommmmmmeeerrrccceee dddeee gggrrrooosss 111 333000000 un centre commercial à l’intérieur même du cen- Auteurs : Nelly ACTIFeeeeeetttttt ccccccoooooommmmmmmmmmmmeeeeeerrrrrrcccccceeeeee ddddddeeeeee ggggggrrrrrroooooossssss777777000000000000 111111 333333000000000000777000000
L’immense Zone Franche Urbaine (ZFU) de l’Est tre-ville. (chef de la division Études), ZZZ... III... nnn°°°333ZZZZZZ...... IIIIII...... nnnnnn°°°°°°333333 ZZZZZZ...... IIIIII...... nnnnnn°°°°°°222222 invite par ses avantages fiscaux à l’implantation ZZZ... III... nnn°°°222 Édouard FABRE (chef de projets),
d’activité. ZZZZZZAAAAAACCCCCC CCCCCCaaaaaannnnnnaaaaaabbbbbbaaaaaaddddddyyyyyy :::::: AAAAAAuuuuuuttttttoooooommmmmmoooooobbbbbbiiiiiilllllleeeeee eeeeeetttttt � � � � � ZZZAAACCC CCCaaannnaaabbbaaadddyyy ::: AAAuuutttooommmooobbbiiillleee eeettt Le centre-ville de Saint-Benoît s’impose Stéphanie LIEUTIER, Caroline REGNARD,
Dans le même temps, elle ne favorise pas gggrrraaannndddeeesss sssuuurrrfffaaaccceeesss444444000000000000 gggrrraaannndddeeesss sssuuurrrfffaaaccceeesss444000000 gggrrraaannndddeeesss sssuuurrrfffaaaccceeesss quant à lui comme le pôle de santé de l’Est. Pierre THIBAULT (Chargés d’études)
ZZZaaaccc CCCaaannnaaabbbaaadddyyy � � � � � � � � � � ZZZaaaccc CCCaaannnaaabbbaaadddyyyZZZaaaccc CCCaaannnaaabbbaaadddyyy l’organisation en Zones d’activités (ZA), bien Moins commerçant avec seulement 600 salariés Vous pouvez retrouver l’intégralité de cette
qu’il existe un avantage stratégique à s’ins- ����� ���������� 0EEEnnntttrrréééeee ooouuueeesssttt dddeee SSSttt PPPiiieeerrrrrreee ::: EEEEEEnnnnnnttttttrrrrrrééééééeeeeee oooooouuuuuueeeeeesssssstttttt ddddddeeeeee SSSSSStttttt PPPPPPiiiiiieeeeeerrrrrrrrrrrreeeeee :::::: dans ce secteur, les établissements du domaine 2005 étude dans l’Insee Partenaire n 10 ou sur 111 222000000 CCCCCCeeeeeennnnnnttttttrrrrrreeeeee------vvvvvviiiiiilllllllllllleeeeee aaaaaaddddddmmmmmmiiiiiinnnnnniiiiiissssssttttttrrrrrraaaaaattttttiiiiiiffffff,,,,,, 111111 222222000000000000 CCCeeennntttrrreee---vvviiilllllleee aaadddmmmiiinnniiissstttrrraaatttiiifff,,, taller. Dans un premier temps, il semblerait donc ccccccoooooommmmmmmmmmmmeeeeeerrrrrrcccccceeeeeecccooommmmmmeeerrrccceee Le BTP toujours leaderde la santé regroupent plus de 900 salariés. Les notre site internet www.insee.fr/Reunion/ZZZZZZ...... IIIIII...... nnnnnn°°°°°°111111 2005ZZZ... III... nnn°°°111 cccooommmmmmeeerrrçççaaannnttt eeettt fffiiinnnaaannnccciiieeerrr111111111111 000000000000000000 cccooommmmmmeeerrrçççaaannnttt eeettt fffiiinnnaaannnccciiieeerrr111111 000000000 cccooommmmmmeeerrrçççaaannnttt eeettt fffiiinnnaaannnccciiieeerrr que la ZFU ait accentué une répartition diffuse de établissements de santé s’étendent au-delà du collection.asp?id=223Le BTP toujours leader
l’emploi sur ce territoire. centre-ville, jusqu’à la route des Plaines.0 1 2GGGrrrooouuupppeee hhhooossspppiiitttaaallliiieeerrrGGGrrrooouuupppeee hhhooossspppiiitttaaallliiieeerrrGGGrrrooouuupppeee hhhooossspppiiitttaaallliiieeerrr
S ources : Insee - C lap 2007, IGN - Bd-Topo 2008 Kilomètres333333 222222000000000000333 222000000
© Insee 2010 - IGN
25économie
de La Réunion N°137
conomie
de laR unioné
�����
� � � � � � � � � �
2005
Le BTP toujours leader
HORS -SÉRIE
HORS SERIE n° 1 juin 2006 3�
HORS SERIE n° 1 juin 2006 3 �

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.