Chapitre "services" extrait de l'Atlas de l'Aisne

De
Publié par

Taux de création d'entreprise, moindre renouvellement du tissu des entreprises dans les services Indice de spécificité Services aux particuliers, moindre densité des services aux particuliers Services aux entreprises, moins de services aux entreprises dans l'Aisne, des services surtout à dominante opérationnelle Transports, bonne représentation des activités de transports
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 6
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

SERVICESTaux de création d'entreprise
Moindre
+ 3 ( ( renouvellement
/ 3 5>>K = ,--,du tissu
des entreprises
dans les services
*Q@ T , & , ,Le moindre renouvelle- : 1 +:
ment du tissu des entrepri-
?Q* T ’>Q) Tses, général à l’ensemble =Q< T
des secteurs et à la France ’(Q’ T
du nord-est, se retrouve
’>Q) T
dans les services. Pour les
transports, services aux par-
0,,0 ticuliers ou aux entreprises, : &, 6, C3
;Q< Tles taux de création dans
;Q( T ’(Q< Tl’Aisne sont ainsi en des-
=Q> Tsous de la moyenne natio-
’(Q= Tnale. Comme pour le com- ’(Q* T
merce, ce retard concerne
chacune des zones d’em-
0 0, ploi du département, même
*Q= T
les plus urbanisées.
’)Q( T , $0
’(Q= T 2 + &J , $ Pour les services aux
2 + &J $ +&. entreprises, le taux de créa-
tion le plus élevé est dans
JDI F 5,DE F55D5 Fla zone de Château-Thierry
:A & : grâce à l’articulation gran-
;Q; T ’(Q* T ’(Q> T + %
dissante de celle-ci avec le ;Q@ T
tissu productif francilien. ’>Q( T <40,"E>0L"E <40="E5
Les taux sont supérieurs à
’’Q; Tla moyenne départemen-
tale dans la zone de Saint-
"#"$ ")" Quentin et dans les zones
" " " - ".
&"$ ()$ "*++4de Chauny-Tergnier-La Fère
et de Soissons en liaison
avec leur forte densité in-
dustrielle.
Grâce à la croissance
générale des services aux
particuliers, les taux de
création pour cette activité où ce secteur est moins croissance et dans leur
sont relativement proches développé qu’en moyenne rayonnement. En 2003, la
nationale. Comme pour le reprise de la création d'en-entre les zones. L’écart en-
tre zones urbaines et zo- commerce, ce retard est treprises est particulière-
nes rurales est notamment pénalisant en termes d’em- ment sensible dans l'Aisne.
réduit. Les taux de créa- ploi. Il se traduit également Les créations dans le sec-
teur des transports progres-tion sont en dessous de la par une limite que rencon-
moyenne dans un contexte trent les villes dans leur sent fortement.
59
SERVICES Indice de spécificité
3 3 N 3 ( ,---
"#" "*+++
: &, :A & ,
0,,0 0 0, : 1 +: 6, : & , ,
. C3
, $0 7 02 ’*< ;* (? <@ 5J> <4L<;= @)
, $0 0& % 20 6 & ’’= >= <( ’)@ @@ >( KJ D+
, $0 0& O0& $ +0,%& P % ! +: ,% =? ’<) >(’ ’?@ ,-5 <L<(’> ’@@
, $0 $ & ) (; ) ) ) ) , D
,& , 0,Q , $0 6 Q 6 0, %G ,7 &+ & (@ @ (@ >@ ;> > ., ’*’
6 ,+ % 20 6 ?’ ’( (< >* *( *( .J *>
E. F4 6 , 0, %& , $0 % 7 ) < *= ;> @? )
, !1% 0, 7 , ,+ 3 ;( ?? <’ @; =@ ’*> KE D+
& ,+ < ’) ’)’ *= ’? * E- ,4
&J . 7 , ,+ %G & ,+ *’ ?> @> ;; @( L+@’ II
>> ?? .I 4= 0!0 0,Q 6 0, !!0" . 3 @* ’= (* =
0+ 0, !!0" . 3 ’<= (? ’=@ =( ’(( ’> 55, <+4
+ 2 1 % $0 % +0& =4<( ’)@ ()( @* @= ’(’ ’’’
1.1+0!!&, + 0, (( >> @) @= (< EK L<@
+ 2 1 ,70 ! D& * * ’@ @ ’; * 5- 4L
2 + $ 07 0,, . @* *? ;> =’ <> ;@ @E D+
%! , 0, %G , $ *’ ; @ @> ’> ’*’ EJ ,+
&". + 1 1 &% % ! +:1 (= >= ’@ (? *; ) ,I ,*
+: + & Q ,61, Q +0, 5. () ’* >= >( ?; >) .J ,*
0+ 0, , 0$1 & ?= *@ (( ’(; ’=’ ’’ KK F=
1. + 0, 70& , & % $ 0,, . ’’; ;> (>( =? ?’ *= 5-I <4+
1+& 1Q , 0 6 2 + % 2 &J , $ >; >= ’’? << ;’ (< @E >>
, ! , Q 20 6 0, % %1+: == @) =’ ;’ ’(> =) K. =4
+: +: %12 .0$$ ! , ) ) >’ ’ @’ ) ,D
5 . & , @( ?; ?> ?; ?’ >= JE F+
+ 2 1 &% 02 & .. (* * @ = < ’* 5- <L
& + 2 1 1+ 1 2 Q +&. & .. *@ ;= @’ ?= *< *) J@ >>
2 + $ 0,, . W ’’? (’@ ’’? << ’)( ’(* 55> =+
W + 2 1 % 2 + $ ,+ $ . ! , ,%& &J $ 0,, Q % 7 80, , .. ! , ! +: ,% I ". ,+: , & Q +0 77& Q 2 + 7&,1 Q
, , +0 $0 . + 2 1 % 2 % 2 + Q +0!$ $0& . , ! &J % +0!$ 6,
Note de lecture :
Pour chaque activité, l’indice compare sa densité d’emploi dans le territoire à celle qu’elle occupe dans un espace de référence. Chaque zone d’emploi de l’Aisne est
comparée au reste de la France entière ainsi que le département et la région. Par exemple, pour la zone d’emploi de Château-Thierry, on compte 149 emplois dans le
transport ferroviaire quand on en compte 100 dans le reste de la France entière.
60
SERVICESServices aux particuliers
Moindre densité
/ 3 + ( 3 ,---des services
aux particuliers
Les services aux parti-
’;; : 1 +: culiers sont eux-aussi , & , ,
moins implantés qu’en
*;> ?>*??moyenne. Cette moindre
;?densité s’explique en par-
tie par la quasi-absence de ’ >=(
quelques activités très spé-
cifiques concentrées en Île-
de-France ou dans les pré- 0,,0 : &, 6, C3
>((
fectures de région (audiovi-
()*
?=@suel, parcs de loisirs, etc.).
<?)
@* @)Toutefois, le déficit ob-
servé pour certains services
s’avère assez pénalisant
0 0,
>’(pour le rayonnement des
villes et du département. =()
C’est le cas des activités im- ?>
0!" %/1 ". ! ,
mobilières et des hôtels-
77 + 7
restaurants. Seuls sont bien ,% + % $1+ 7 + 1
implantés les services per-
sonnels, davantage tournés :A & :
vers des besoins quoti- (’; 5 IK.
diens, et qui bénéficient de ;>’
E K,Jla forte armature urbaine :
@@salons de coiffure, blanchis-
IJseries, etc. De la même fa-
çon, le nombre élevé de
,% + I $0& ’)) !$.0 % , . % . C ,+ Q
villes moyennes explique +/ . ,0!" %/ !$.0 % . !H! + 2 1
% , . B0, %/ !$.0 également la forte densité
"#"$ ")" "*+++
du réseau bancaire. En &"$ ()$ "*++,
outre, la filière touristique
devrait être bientôt confor-
tée avec l’arrivée d’un im- l’économie locale et contri-
portant village de vacances buera à conforter la noto-
(CENTER PARK, du groupe riété et l’image du départe-
PIERRE ET VACANCES). ment.
Ce village de vacances
sera situé dans l’enceinte du
parc nautique de l’Ailette, à
une quinzaine de kilomètres
au sud de Laon. Le projet
devrait représenter plus de
600 emplois directs. Il ap-
portera également des re-
tombées importantes pour
61
Photo : InseeSERVICES Services aux entreprises
est nettement clivée selon leMoins de services
3( / ( N 3 9 ,---type de services. En liaisonaux entreprises
avec la place de l’industriedans l'Aisne
dans le département, sont
: 1 +: ;) , & , ,particulièrement bien repré-L’ensemble des servi-
sentés les services tournésces aux entreprises est ’’? ;?>>=
moins représenté dans vers cette activité.
;;
l’Aisne qu’en moyenne na-
=*?
C’est le cas des servi-tionale : pour 100 emplois
en moyenne nationale, on ces opérationnels, qui re-
0,,0
: &, 6, C3 n’en compte que 60 dans couvrent la sécurité et le =;
*;nettoyage, l’assainissementle département. Ce chiffre ’=)
=?’doit être en partie relativisé et la gestion des déchets, la
>= ’)?car les emplois du secteur location de matériels, etc.
sont particulièrement con- Ces activités sont surtout
0 0, centrés en Île-de-France et implantées à Soissons, @=
dans les principales métro- Saint-Quentin et dans le ?<(
poles. En outre, la situation Laonnois. " %/1 ". ! , ;*
77 + 7
,% + % $1+ 7 + 1

:A & : E.,
*@ / 3 ( + ( ,---
(>; . -E,
*@ @.
*< : 1 +: , & , , ,% + I $0& ’)) !$.0 % ,
. % . C ,+ Q +/ .
’>* (> ,0!" %/ !$.0 % . !H! ’@*
+ 2 1 % , . B0, %/ !$.0
@=
"#"$ ") " "*+++’ *?)
&"$ ()$ "*++,
0,,0
: &, 6, C3 =>
>;
>’(
’ ?@<
Les services profes- nombreuses PME ou de*? ’>>
sionnels, qui recouvrent es- groupes à centre de déci-
sentiellement les services sion local. C’est le cas à
0 0,
’)) comptables et juridiques Saint-Quentin, et dans une
’ )(* sont eux-aussi davantage moindre mesure, dans les " %/1 ". ! ,
@; présents qu’en moyenne zones de Soissons et de 77 + 7
,% + % $1+ 7 + 1 nationale. Ils sont avant tout Thiérache.
localisés dans les principa-
:A & : E@- les villes (Saint-Quentin,
;= Laon, Soissons), mais leurE K5J(@;
implantation en Thiérache
K>
>= est assez notable pour une
,% + I $0& ’)) !$.0 zone aussi rurale. Dans plu-% , . % . C ,+ Q
+/ . ,0!" %/ !$.0 sieurs zones du départe-
% . !H! + 2 1 % ,
. B0, %/ !$.0 ment, la demande en servi-
"#"$ ") " "*+++ ces professionnels est ac-
&"$ ()$ "*++,
crue par la présence de
62SERVICESServices aux entreprises
Des services surtout
( ( 3 ,---à dominante
opérationnelle
Comme il est expliqué ?= : 1 +: , & , ,
précédemment, la forte den-
’;< ?’*;’sité industrielle de l’Aisne a
*=favorisé l’essor des servi-
’ );@ces opérationnels et des
services professionnels, qui
sont davantage représentés : &, 6, C3 0,,0 ’’?
qu’en moyenne nationale. **
’=’
?@>
((En revanche en revan- *’
che, nombre d’autres servi-
ces aux entreprises sont 0 0,
’*)
particulièrement peu implan-
@;’tés dans le département : " %/1 ". ! , *@
activités informatiques, con- 77 + 7
,% + % $1+ 7 + 1seil, publicité, architecture,
télécommunications, etc. La
I-@ :A & : place de la recherche-dé-
=’
. .JEveloppement est également >’’
très faible. Pour ces activi- EE
>;tés souvent à haute valeur
,% + I $0& ’)) !$.0 ajoutée, la prépondérance % , . % . C ,+ Q
+/ . ,0!" %/ !$.0 de l’Île-de-France et de % . !H! + 2 1 % ,
. B0, %/ !$.0 quelques très grandes ré-
"#"$ ") " "*+++gions reste nettement mar-
&"$ ()$ "*++,
quée.
De plus, à la différence
d’autres départements du
Bassin parisien, l’Aisne ne
bénéficie encore que très
partiellement de l’étalement
de ces services à la péri-
phérie de l’Île-de-France.
Ainsi, les services informa-
tiques et la R & D sont bien
moins présents que dans
l’Oise, les télécommuni-
cations et centres d’ap-
pel téléphoniques bien
la Somme.
63SERVICES Transports
Bonne représenta-
( ,---tion des activités
de transports
Les activités de trans-
, ports sont bien implantées : 1 +: @( & , ,
dans l’Aisne : pour 100 em-
plois dans les transports en ’)? ;=?>@
moyenne nationale, on en
<<compte 110 dans le dépar-
’ <(>tement. Cette bonne repré-
sentation tient avant tout au
0,,0 transport routier de mar-
: &, 6,
chandises et au transport C3 =(
ferroviaire. La forte implan- ?)
’ ??(tation du transport routier de ’ (<(
marchandises est quasi-
(’; ’)?générale. Toutes les zones,
à l'exception de celle de
0 0, Château-Thierry, comptent
’’?davantage d’emplois dans
cette activité qu’en moy- ’ @?@
0!" %/1 ". ! , enne nationale. ’(;
77 + 7
,% + % $1+ 7 + 1
En revanche, la position
de l’Aisne dans l’activité fer-
:A & EK-roviaire tient presque entiè- :
rement à la zone de Ter- ?;
@ I.,
gnier, où sont employés ?@’
plus de 1 000 cheminots. 5,I
Selon les données de l'an- @;
née 2000, les activités d’or- ,% + I $0& ’)) !$.0 % , .
% . C ,+ Q +/ . ,0!" %/ !$.0 ganisation reliées à la logis- % . !H! + 2 1 % , . B0, %/ !$.0
tique (manutention, entrepo-
"#"$ ") " "*+++sage, gestion d’infrastructu- &"$ ()$ "*++,
res) sont moins représen-
tées qu’en moyenne natio-
nale, alors qu'elles sont très
developpées dans l'Oise et
dans la Somme. Toutefois,
l'Aisne mène une politique
de développement de la fi-
lière logistique et un rattra-
page devrait commencer à
être enregistré.
64
Photo : Insee

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.