Communauté dAgglomération de La Rochelle, vers une mobilité plus durable

De
Publié par

Les impératifs liés au Grenelle de l’environnement incitent les collectivités territoriales à étudier les déplacements de leurs administrés. Réduire les émissions de CO2 est devenu un objectif fondamental pour la Communauté d’Agglomération de La Rochelle. Pour y parvenir, l’agglomération doit faire face à une périurbanisation importante qui allonge la distance des déplacements, incite les ménages à utiliser la voiture comme mode de transport principal dans leurs activités quotidiennes et accentue globalement les émissions de CO2 et autres pollutions associées. Favoriser les modes doux (marche et vélo) et développer des modes de déplacements alternatifs sont des pistes à envisager.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 21
Tags :
Nombre de pages : 9
Voir plus Voir moins
Insee Poitou-Charentes N 314 - Janvier 2012 °
TERRITOIRE
Communauté d’Agglomération de LaRochelle, vers une mobilité plus durable « Engagée dans la révision de notreLes impératifs liés au Grenelle de l’environnement incitent  Plan de Déplacements Urbains (PDU) etles collectivités territoriales à étudier les déplacements de  avant d’envisager les nouvelles actions evenu unleurs administrés. Réduire le à mettre en œuvre, la Communautés émissions de CO2est d d’Agglomération de La Rochelle aoC al ruop latneamndfof tiecbjoLR d  eitnoémargglo dAautémmunrvpairenl, glagehco.elluoP  y raire face morétaoi nodtif souhaité connaître précisément lesa habitudes de déplacements de sesm orta habitants. C’est dans ce contexte qu’une p nte qui allonge la distance desà une périurbanisation i Enquête Déplacements Villes Moyennesidotnnietéviqus e se trincipalnsport pru scaitd na sel cretuoi vlar seart ed edom emmo lescite, inentsitilà u gasem néacemdépl a été menée. Elle devait nous permettre de constituer une base de donnéesaccentue globalement les émissions de CO2et autres pollutions et de disposer d’un outil d’aide à la associées. Favoriser les modes doux (marche et vélo) et développer décision exploitable sur le long terme, de déplacements alternatifs sont des pistes à envisager.de modes tout en nous situant par rapport auxs
autres agglomérations. Les résultats obtenus nous ont ainsi fourni un état initial des déplacements, nous ont aidés à comprendre et analyser les pratiques de mobilité et à réaliser des projections indispensables à l’élaboration de notre PDU. Demain, ils nous serviront à évaluer l’impact de nos choix sur les comportements et l’environnement, et à adapter en conséquence notre politique de déplacements et d’infrastructures de transport. »
Maxime BONO
Député-Maire de La Rochelle Président de la Communauté d’Agglomération
TERRITOIRE
Communauté d’Agglomération de La Rochelle, vers une mobilité plus durable
En 2012, la Communauté d’Agglo-516 mération de La Rochelle (CdA) va000 déplacements quotidienslanos-runae  thCDraguign Niort, naV ,senlB(,sio es trap teet coù) neaô-S finaliser son plan de déplacement D’après les résultats de l’enquête, situe entre 65 % et 75 %. En revanche, urbain (PDU), qui vise essentiellement en 2011, chaque jour de semaine(1) modes doux, c’est à dire la marche, les à développer une mobilité plus durable. 516 000 déplacements sont effectués et le vélo, sont plus fréquemment Pour y arriver, des objectifs environne- par les résidents de la Communauté utilisés dans la CdA. Ils représentent mentaux, sociaux et économiques ont d’Agglomération de La Rochelle(2). au total 35 % des déplacements contre été fixés. Au cours de la prochaine 20 % à 25 % en moyenne dans les décennie, la CdA de La Rochelle a Chaque habitant des 18 communes agglomérations comparables. Chaque notamment pour ambition de réduire de la Communauté d’Agglomération jour, 138 000 trajets sont effectués à les émissions de gaz à effet de serre, effectue, en moyenne, 4,06 dépla- pied et 39 000 en vélo. La bicyclette est de réduire l’exposition de la population cements quotidiens. Ce chiffre est adoptée dans 8 % des déplacements au aux nuisances liées au transport plutôt élevé en comparaison avec sein de la CdA contre 2 % en moyenne ou encore d’assurer, pour tous, d’autres villes ou agglomérations dans les autres agglomérations. Les l’accessibilité aux transports alternatifs ayant réalisé cette même enquête. La transports collectifs représentent 5 % à la voiture. mobilité des Rochelais approche celle des déplacements, soit une proportion des habitants de Mâcon (4,17), de comparable à la moyenne. Pour prendre la pleine mesure Vannes et de Bourg-en-Bresse (3,98). des buts à atteindre, une Enquête Elle est bien supérieure à celle de68mi rsue de % uns voe u  ainmoèssotnedganép se Déplacements Villes Moyennes Niort (3,29).t (EDVM) a été réalisée dans le cadre d’un partenariat avec l’Europe, l’État, la Près de 12 000 personnes ne se Les habitants de l’agglomération Région Poitou-Charentes, l’Ademe et déplacent pas, soit, en moyenne rEonc hmeloaiyseen pnoe,s s8è6d en%t  9d1 e0s0 0 mvéointuargeess.  l’Insee Poitou-Charentes. Un état des chaque jour de la semaine, un habitant lieux des habitudes de déplacements de la Communauté d’Agglomération disposent d’au moins une voiture des habitants de l’agglomération sur dix. Il s’agit essentiellement particulière. Ce taux d’équipement rochelaise a été dressé à partir des dagriculteurs, de retraités et dautres qeuste  mdoainnss  élleesv éa uàt rLeas  Rcoocmhemllue n(e8s0  d%e)  résultats de cette enquête. Il permet inactifs. la CdA (95 %). Plus de la moitié notamment de déterminer des objectifs chiffrés nécessaires à laUn usage modéré de la voiture aue  nedohahibattnRochellrs de Laua tiom éd eneit dnsx eus genamés de bonne conduite du PDU et à terme véloprofit de la marche et dvoitures. Ceci s’explique notamment de constituer un point zéro pour uneule f ce sont pour la plup i que future évaluation de ce dispositif. par a t art Près de 6 déplacements sur 10 des ménages constitués d’au moins (58,9 %) sont réalisés en voiture, en deux personnes (75 %), alors qu’à (1) L’enquête considère les déplacementsseLnosr .ensue agén mune llehcoR aLe peseulune  qupmet eocxun  rednoc tcudtnateuq  ou 7 %)(49,eur ne réalisés du lundi au vendredi.tant que passager (9,2 %), soit 300 000 bi-act fs (47 % des couples), couples déplacements quotidiens(tableau 1). (2) Selon le Centre d’Études Techniques dei l’Équipement (CETE), il conviendrait d’ajouterLes habitants de la CdA utilisent moins ne travaillent pas forcément dans qui à ce chiffre les déplacements marchandsla voiture pour leurs déplacements que la même commune, sont plus enclins (10 %), les échanges (10 %) et le transit (1 %).ceux d’agglomérations comparables à posséder plusieurs voitures. En effet, 80 % d’entre eux ont 2 voitures ou plus.
Un déplacement sur deux se fait en voiture Déplacements selon le mode principal utilisé(tableau 1) Répartition des déplacements Nombreen % Marche 137 973 26,7 Vélo 38 863 7,5 Deux-roues motorisé 4 641 0,9 Voiture particulière 303 945 58,9 dont : Voiture particulière conducteur 256 285 49,7  Voiture particulière passager 47 661 9,2 Bus urbain 24 320 4,7 Autre transport en commun 3 074 0,6 Autres modes mécanisés 3 152 0,6 Ensemble 515 968 100,0 Source : EDVM La Rochelle 2011
Insee Poitou-Charentes décimal n° 314 - 2012
2
Nombre de km parcourus pour les déplace-ments internes Nombreen % 119 7113 6,7 86 871 4,9 20 296 1,1 1 403 095 79,1 1 189 793 67,1 213 302 12,0
122 757 7 455 13 741 1 773 928
6,9 0,4 0,8 100,0
Communauté d’Agglomération de La Rochelle, vers une mobilité plus durable
La Rochelle : plaque tournante des déplacements
La ville de La Rochelle polarise la plupart des déplacements dans l’agglomération. Ainsi, 68 % ont pour origine ou destination La Rochelle (graphique 1) 46 % de l’ensemble : des déplacements sont internes à la commune de La Rochelle et 22 % des déplacements concernent un trajet reliant La Rochelle et sa périphérie. C’est, sans surprise, sur les trajets les plus longs que l’utilisation de la voiture est la plus fréquente. Au sein de La Rochelle, un déplacement interne sur trois est réalisé en automobile contre plus de 70 % des trajets entre La Rochelle et une autre commune de la CdA.
Réduire de 10 % l’usage de la voiture
Pour se conformer aux attentes du Grenelle de l’environnement, la CdA va devoir réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre liées à la mobilité d’ici 2020. En faisant l’hypothèse qu’un gain de 10 % résulte des progrès de l’automobile (installation au niveau national du bonus-malus écologique, et au niveau européen de normes constructeurs plus strictes), les 10 % restant résulteraient d’un usage moindre, et/ou plus rationnel, de la voiture (covoiturage, multimodalité). L’enjeu consisterait donc à faire évoluer les habitudes des conducteurs résidant au sein de la CdA, en ciblant, par exemple, les trajets les plus longs. En effet, les trajets en voiture, réalisés en tant que conducteur, représentent près de la moitié des déplacements et les deux tiers des distances parcourues. Ainsi, pour 2020, la CdA s’est fixé comme objectif de réduire de 5 points la part des trajets réalisés en voiture en tant que conducteur, pour la ramener sous la barre des 45 %.
TERRITOIRE
La moitié des déplacements s effectue au sein de la commune de La Rochelle Flux des habitants de la Communauté d Agglomération de La Rochelle en 2011 t part des déplace me n ts effectués en voiture part icu liè re(graph iqu e 1) e Communauté d Agglomération (hors Coeur d'agglo) 4533 %825519%5 23 8  5 719 415 878 920 79 %lggaoh(oL sroR aelch)le r'doCue 79 %81 % 33 298 69 % 43 04733 722 2 974 3 44952 % 87 %69 % 75 %
22 656 23 802240 670 % 71 %33 % 6 0885 771 69 %La Rochelle78 % Source : EDVM 2011 Note de lecture : les habitants de la CdA ont effectué 33 298 déplacements du coeur d'agglo vers La ochelle 9  de ces déplacements ont été réalisés en voiture particulière
Source Les données de l’étude proviennent de l’Enquête Déplacements Villes Moyennes (EDVM). Cette enquête a été réalisée entre janvier et avril 2011 parmi les habitants de 11 ans et plus des 18 communes de l’agglomération rochelaise. Au total, 2 615 ménages ont été contactés par téléphone correspondant à 3 115 personnes interrogées. L’enquête a été menée selon la méthodologie nationale définie par le CERTU (Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques) qui permet des comparaisons avec d’autres agglomérations françaises.
3
Insee Poitou-Charentes décimal n° 314 - 2012
TERRITOIRECommunauté d’Agglomération de La Rochelle, vers une mobilité plus durable  La voiture, surtout pour lesisdutmseL,  raee  ttlsene aeycp sna enuniom erd eil  sau r lusageerdimv anaé  glau ie oqjleeuaab D plus d’influence sur l’utilisation de la trajets les plus longsussgé sesohc setuooTv. retuoi vlae  dtatn noi1 ed mk urit Ue.  aneamleeusg par ailleurs, les parents de famille L’atteinte de cet objectif nécessite de la distance accroît de 57 % la monoparentale utilisent davantage la dqéutee rsmoiineennt t idleunstiagées  ledse  falac tevuorist uqreu.i  rparpopboarbti litàé  lda e pprroebnadbrilei tél a dveo itnuree  ppaasr  voiture que les personnes en couple, ces dernières l’utilisant davantage que L’analyse « toutes choses égales par l’utiliser. Le motif du déplacement les personnes seules. Cette hiérarchie ailleurs » effectuée sur les données conditionne également l’usage de pourrait s’expliquer par une utilité et de l’enquête montre que la probabilité la voiture. Toutes choses égales une rentabilité croissante de la voiture vqouituunr e ddééppelnadc edmaveantn tagsee fdfee cltau ne atueren  ppmoaaru gr aaisrliléeaul,ir sspe, or uerdll eea sc ecasotc mhlpaaat sg pnleuensr   ougutri laiansllédeser   avec la taille du ménage et le volume ns de services qu’elle rend à ses différe ddue s décpalraaccetémriesntitq (udeiss tadnec el,a  mpoetrifs) oqnunee  chercher quelquun ou pour aller visiter dmisetimnbctrieosn.  Enno traebvlea necnhter,e i l lnesy  ah opmasm ndetess   ses amis ou sa famille. La voiture est qui se déplace (catégorie sociale, même moins utilisée pour aller au niveau d’étude, mode de cohabitation, travail. Elle l’est encore moins pour et les femmes quant à l’utilisation de lâge)namierét des ntérdacnE d sel : oitula v(rcef.les déplacements ayant pour motif la voiture. ’utilisation de ).les loisirs, les études et les achats en petits et moyens commerces.
La distance et le motif du déplacement sont les principaux déterminants de l’utilisation de la voiture Modèle logistique sur l utilisation de la voiture conducteur ou passager pour se déplacer Un modèle logistique a été utilisé pour Variable OddsVariable Odds estimer la probabilité de se déplacer enratio ratio voiture, en fonction des caractéristiquesConstante 0,69Niveau d’étude de l’individu (âge, diplôme, catégorie socioprofessionnelle, lieu de résidence...)Distance 0,23Scolarisé ou en apprentissage et des caractéristiques du trajet (distance, Primaire 0,58Distance 1,57 motif). Ce modèle permet, pour uneMotif de déplacementSecondaire, inférieure au bac 0,66 situation de référence donnée, de comparer la probabilité d’utiliser la voiture réf. à bac+2 BacTravail réf. par rapport à la probabilité de ne pas 0,69 et plus Bac+3Études 0,14 l’utiliser.Achats en grands magasins 2,56Lieu de résidence La situation de référence choisie est celleAhaAc etspen ocpm(  ycrsemoemns cmoye et tits17,0)ontiraaustres riLau trReoccohemllmeune de la CdAr1é,f5.6 d’une personne seule de 25-34 ans, résidant dans la commune de La Rochelle, titulaireAccompagnement 2,29ge d’un diplôme bac à bac+2, relevant de laoisirs 0 42 catégorie « employé » et se déplaçant1h ,1ss1 7iào nsé Daa89mc0r,81**2 à, na 44,1Ls1,ns054 pour le travail. Pour cet individu, s’il faite un trajet de 3 km, la probabilité d’utiliser 1,37Visite à des parents ou amis réf.25 à 34 ans sa voiture est de p = 0,72. Sa probabilitéAutres 1,12 à 49 ans 35 0,67 de ne pas l’utiliser est donc 1-p = 0,28. Le rapport de chance p/1-p vaut donc 0,72 /Catégorie socioprofessionnelle50 à 64 ans 0,67 0,28 ou encore 0,69 x 1,57 . 0,55 ans et plus 65Agriculteur 0,18 3 Artisan, commerçant, chef d’entreprise 0,76Mode de cohabitation L’odds ratio permet de mesurer laCadre et profession intell. supérieure 0,88 réf.Personne seule modification du rapport des chances entre une situation donnée et la situation de 1,31 d’un couple sans enfantProfession intermédiaire Adulte 1,11 référence. Ainsi, toutes choses égales parEmployé réf.Adulte d’un couple avec enfant 1,28 ailleurs, pour une personne ne résidantOuvrier 0,61 Adulte d’une famille monoparentale 1,70 pas dans la commune de La Rochelle,m le rapport des chances est multiplié pard tnafnEpuoc numalienf nopoelm 32Enle1, dufantenarleta820,ehôC1É,4s0ur2,1sevèl4 1,56 par rapport à celui d’un résident de la commune de La Rochelle. Autre 2,13Étudiants, apprentis, stagiaires 1,01* Retraités 0,92 Dans cette modélisation, les variables ont été classées par ordre décroissant 0,27Autres inactifs d’importance. Les plus discriminantesSource : Insee - EDVM La Rochelle 2011 sont celles liées aux caractéristiques significatif au seuil de 1 %* Non du déplacement, comme la distance**  % mais significatif au seuil de 5 %Non significatif au seuil de 1 ou le motif. Les variables liées auxNote de lecture : Le fait d’accroître son trajet d’un kilomètre augmente de 57 % le rapport caractéristiques de l’individu sont ende probabilité d’utiliser sa voiture par rapport à la probabilité de ne pas l’utiliser. Comparé à un comparaison moins discriminantes.ilitobaba pr à loptrr pap rauter.erisiltul sap en ed éédlppour le acement l,aiavtrpldén  u tnemeca el ruopf acmotiagnecompv  aemtnîortcarcdee 56 1 ( %ltmuilpiap e,2 r )65la probabilité duitiles rasv io
Insee Poitou-Charentes décimal n° 314 - 2012
4
Communauté d’Agglomération de La Rochelle,TERRITOIRE vers une mobilité plus durable L’âge a un impact assez faible. Les 18-24 ans principalement, maisLes véhicules consomment moins mais les distances aussi les 25-34 ans, sont les plusarcourues s enclins à prendre leur voiture pour sep’accroissent déplacer. Après 35 ans, la propension L équation de Kaya pour l’utilisation de la voiture particulière permet de à l’utilisation de la voiture diminue, décomposer l’évolution des émissions de CO2. Elle confirme le rôle majeur joué toutes choses égales par ailleurs. par la distance des déplacements. Ainsi, contenir la distance des En effet, entre 1990 et 2007, en France, le volume de CO2inhérent aux voitures déplacements semble fructueux à (pbaariticuel ièdrue sc oa ntaeungum eenn téC dOe2esquéa rsélis goèr sethconolig % malgré les pr ennemaomnscooy montiste runal  a ted 10carbdes double titre. D’une part, elle pèse ss r-kilomètre*Cette augmentation est imputable d’une part à). fortement dans la croissance des par voyageu l’accroissement de la taille de la population durant la période (9 %) et d’autre part émissions de CO2 comme l’indique la à la hausse d la distance parcourue par personne (13,5 %). décomposition de Kaya en France(cf. e Encadré : Les véhicules consomment moins*La consommation moyenne par voyageur-kilomètre tient compte du nombre de personnes par mais les distances parcourues s’accroissent).voiture. D’autre part, la distance détermine laContribution à l'évolution des émissions de CO2entre 1990 et 2007 décision de recourir ou non à la voiture comme l’a montré le modèle précédent15 % sur les données rochelaises. Une augmentation des déplace-10 ments imputable à la périurbani-sation et à la concentration des emplois ...5 Contenu Consommation L’essentiel des pôles d’activités seCOmen d yone2arubraced esneneyomt par trouve sur la commune de La Rochellen 0m alors que la population est davantagecarburants voyageur-k dispersée sur le territoire de la CdA etDistance Taille de la même au-delà. En 2008, La RochellepraepsroTnolatupopitalneon concentre plus de la moitié (54 %) -5 des emplois de l’aire urbaine de La Rochelle mais seulement 33 % des actifs(tableau 2). De plus, près de 57 % des actifs ayant un emploi-10 à La Rochelle n’habitent pas la commune et même 28 % habitent en dehors de la CdA, ce qui génère des déplacements longs.-15 Extrait de Pasquier J.-L., "CO 2 et activités éconoiques de a rance - endances 10-200 et acteurs dévoution", Études  docuents n° 2, C, août 2010. Lecture  sur ensee de a ériode 10-200, toutes coses éaes ar aieurs, es ains dordre tecnooique aisse du contenu en CO2 des carurants et de a consoation oenne auraient entraîné une diinution de 1,2 % de a quantité de CO2 éanant des véicues articuiers des énaes en rance. Lévoution totae 10 % nest as a soe des acteurs dévoution qui résutent dune odéisation éconoétrique. Sources : SOeS, calculs d'après Citepa (émissions), CVS consultants (énergie), Insee (population), SOeS (transport).
Des emplois concentrés, des actifs dispersés Indicateurs sur les emplois et les actifs(tableau 2) Nombre Évolution d actifs entre en emploi 1999 et 2008 en 2008 (en %) La Rochelle 27 131 2,9 Agglomération de La Rochelle 57 001 8,6 Aire urbaine 2010 de La Rochelle 81 172 17,4
Nombre d emplois en 2008 45 036 72 251 83 452
Évolution Emploi entre occupé par un actif 1999 et 2008 hors zone en 2008 (en %) (en %) 14,2 56,8 20,4 30,4 19,7 13,6
Source : Insee (RP 2008) Note de lecture : 56,8 % des emplois de La Rochelle sont occupés par des actifs ne résidant pas à La Rochelle
5
Insee Poitou-Charentes décimal n° 314 - 2012
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.