Conjoncture Industrie - Bâtiment au 1er trimestre 2008

De
Publié par

n° 50 - 2008 Selon les chefs d’entreprises interrogés en avril, la conjoncture est jugée favorable. Cependant, les niveaux de production et de demandeUne activité industrielle sont en léger ralentissement par rapport au quatrième trimestre 2007. La demande étrangère est en retrait de façon plus prononcée. Les carnets de commandes seen retrait dégarnissent et les stocks sont jugés supérieurs à la normale. Les anticipations restent favorables pour leerau 1 trimestre 2008 deuxième trimestre même si la production et la demande vont encore se modérer. En France, les chefs d’entreprises estiment que la conjoncture industrielle s’est détériorée en début d’année. L’activité passée a sensiblement ralenti et les carnets de commandes sont un peu moins remplis, mais demeurent néanmoins assez fournis. En Picardie, la conjoncture industrielle Dans l’industrie automobile, la conjoncture est restée s'est sensiblement ralentie dans orientée favorablement. La demande globale est toutes les branches, excepté pour les biens importante mais diminue par rapport au trimestre de consommation. Cependant, l'activité reste précédent. Les chefs d’entreprises jugent que la demande étrangère est en diminution et inférieure à la normale.toujours bien orientée. Pour le deuxième Les carnets de commandes se dégarnissent et lestrimestre, les chefs d'entreprises anticipent entrepreneurs stockent pour faire face à la baisse de lade nouveau un fléchissement de la production demande.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 12
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

n° 50 - 2008
Selon les chefs d’entreprises
interrogés en avril, la conjoncture est jugée favorable.
Cependant, les niveaux de production et de demandeUne activité industrielle sont en léger ralentissement par rapport au quatrième
trimestre 2007. La demande étrangère est en retrait de
façon plus prononcée. Les carnets de commandes seen retrait
dégarnissent et les stocks sont jugés supérieurs à la
normale. Les anticipations restent favorables pour leerau 1 trimestre 2008 deuxième trimestre même si la production et la demande
vont encore se modérer. En France, les chefs d’entreprises
estiment que la conjoncture industrielle s’est détériorée
en début d’année. L’activité passée a sensiblement ralenti
et les carnets de commandes sont un peu moins remplis,
mais demeurent néanmoins assez fournis.
En Picardie, la conjoncture industrielle
Dans l’industrie automobile, la conjoncture est restée
s'est sensiblement ralentie dans orientée favorablement. La demande globale est
toutes les branches, excepté pour les biens importante mais diminue par rapport au trimestre
de consommation. Cependant, l'activité reste précédent. Les chefs d’entreprises jugent que la demande
étrangère est en diminution et inférieure à la normale.toujours bien orientée. Pour le deuxième
Les carnets de commandes se dégarnissent et lestrimestre, les chefs d'entreprises anticipent
entrepreneurs stockent pour faire face à la baisse de lade nouveau un fléchissement de la production
demande. Les anticipations pour le prochain trimestre
et de la demande.
sont orientées à la baisse.
La conjoncture dans la branche des biens
intermédiaires est moins soutenue : la production diminue
pour ces trois derniers mois et la demande étrangère estAmélie FIEVET































, $ , $ $ , $ , $ $ , $ , $ $ , $ , $ $ , $ , $ $ , $ , $ $ , $ , $
" # % &
! ()* +





-











-


)






, $ , $ $ , $ , $ $ , $ , $ $ , $ , $ $ , $ , $ $ , $ , $ $ , $
" # % &
! ! "
/









#
1

1

2


1

1 1
/

#
, $ , $ $ , $ , $ $ , $ , $ $ , $ , $ $ , $ , $ $ , $ , $ $ , $
" # % &






















. /0


. /





, $ , $ $ , $ , $ $ , $ , $ $ , $ , $ $ , $ , $ $ , $ , $ $ , $
" # % &
! ()* +
! ()* + ! ()* +moins forte. Les carnets de commandes sont moins remplis.
AVERTISSEMENTLes industriels prévoient une nouvelle baisse de la
Note méthodologiquedemande et de la production pour le deuxième trimestre.
Jusqu’à la fin de 2001, la note trimestrielle de conjoncture
L’activité dans l’industrie agroalimentaire s’est industrielle de l’Insee Picardie s’appuyait sur une enquête réalisée
légèrement réduite en ce début d’année. La production par voie postale auprès de 450 industriels représentatifs du tissu
économique régional. Les questions portaient sur l’évolutions’est quelque peu ralentie mais reste néanmoins
de la production passée et future, les effectifs, les carnets dedynamique. Les carnets de commandes sont moins garnis
commandes, les stocks, la demande, l’état des capacités de
alors que le niveau des stocks augmente et qu’ils sont production, etc.
jugés supérieurs à la normale. La demande est jugée Début 2002, le système de suivi de cette conjoncture régionale
dynamique notamment la demande étrangère. Les chefs dans l’industrie a changé. Désormais, les résultats pour la Picardie
sont issus de l'enquête nationale de conjoncture industrielle. Ilsd’entreprises anticipent un ralentissement de la demande
sont ensuite repondérés à l’aide de coefficients tenant compteet de la production dans les prochains mois.
de la structure des activités dans la région. Ces coefficients sont
calculés à partir des masses salariales issues des déclarationsD’après les industriels de la branche du secteur des
annuelles de données sociales (DADS) par activité au niveaubiens de consommation, l’activité a peu varié. La demande
NES 36, et, au sein de chaque activité, par tranche de salariés.
a légèrement augmenté par rapport au trimestre suivant,
Cette méthode permet ainsi de déterminer la part de l’évolution
soutenue par une demande étrangère dynamique. Les due à la structure de l’industrie picarde et d’obtenir des résultats
chefs d’entreprises sont optimistes pour le prochain propres à la région, en phase avec les résultats nationaux.
trimestre : ils anticipent une hausse de la production et de Ces résultats portent sur les mêmes variables que
précédemment, puisque le contenu des questionnaires desla demande.
enquêtes régionale et nationale sont sensiblement identiques.
Selon les industriels de la branche des biens
d’équipement, l’activité qui est à un niveau élevé s’est
réduite au premier trimestre sous l’effet d’une baisse de
la demande globale et étrangère. Les carnets de
commandes se dégarnissent. Cependant, les prévisions
des entrepreneurs pour les trois mois à venir demeurent
positives malgré un léger fléchissement de la
production.
Le ralentissement observé fin 2007 seBâtiment : une activité
erpoursuit au 1 trimestre 2008 dans les entreprises de gros
œuvre. À l’inverse, les entrepreneurs du second œuvre onten demie teinte constaté une reprise de leur activité. Les opinions sur la
tendance au prochain trimestre semblent égalementer
optimistes.au 1 trimestre 2008
L’activité des chantiers publics qui s’était quelque
peu essoufflée sur les périodes précédentes, a repris enSelon les chefs d'entreprises interrogés
début d’année. Celle des chantiers privés qui jusque làen mars 2008, la conjoncture
avait bien résisté, s’est affaiblie. Le ralentissement deerdu bâtiment se stabilise au 1 trimestre
l’activité dans le secteur des logements neufs noté depuis
2008. Les entrepreneurs du gros œuvre
quelques mois se poursuit. Dans le secteur des bâtiments
confirment leur prévision d'un neufs, la conjoncture se maintient.
ralentissement de leur activité,
Selon les chefs d’entreprises les carnets de
alors que la reprise est réamorcée
commandes restent garnis dans le second œuvre alors
dans le second œuvre. Les carnets qu’ils sont remplis dans le gros œuvre. Ceux-ci permettent
de commandes sont toutefois d’assurer 8,9 mois de travail à plein temps pour les
bien remplis et les professionnels entreprises de gros œuvre et 5,4 mois pour le second œuvre.
du bâtiment sont confiants La situation financière des entreprises du second
pour les trois mois à venir. œuvre est meilleure en ce début d’année. Dans le gros
œuvre, les entrepreneurs sont également plus optimistes
Amélie FIEVET sur les retards et les délais de paiements.Les entrepreneurs du bâtiment estiment que les prix
Note méthodologique
vont rester stables dans le secteur du gros œuvre et du
Jusqu'à la fin 2007, la note trimestrielle de conjoncture dans second œuvre au prochain trimestre.le bâtiment en Picardie s'appuyait sur une enquête réalisée par
voie postale auprès de 360 entreprises du bâtiment représentatives erLes investissements réalisés au 1 trimestre 2008 dans
du tissu économique régional. A partir de 2008, la méthode de
ce secteur sont stables par rapport à la fin 2007.suivi de cette conjoncture a changé. Désormais, les résultats
pour la Picardie sont issus de l'enquête nationale de conjoncture Les entreprises du second œuvre prévoient d’investir
dans le bâtiment.Ils sont ensuite repondérés à l'aide de coefficients
davantage au prochain trimestre alors que dans le grostenant compte de la structure par activité de la région. Les
questions posées sont qualitatives et portent sur la production, œuvre, l’estimation y est à la baisse.
les effectifs, les carnets de commande, les stocks, la demande…
On obtient ainsi une répartition des entreprises en trois
groupes : un pourcentage d’entreprises pour lesquelles, par
exemple, la production a augmenté, un pourcentage
d’entreprises pour lesquelles la production a été stable, et un
pourcentage pour lesquelles elle a été en diminution. On peut,
sans beaucoup de perte d’information, ne retenir que la
différence algébrique entre les deux pourcentages concernant
les opinions opposées (augmentation et diminution de la
production, dans l’exemple choisi). C’est cette différence,
appelée « solde d’opinion », qui apparaît finalement dans les
tableaux et graphiques. Celui-ci varie de -100, si toutes les
entreprises ont répondu que leur production passée était à la
baisse, à +100 dans le cas contraire, l’équilibre se situant à 0.


Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.