Des carnets de commandes à un niveau exceptionnel (Flash d'Octant n° 51)

De
Publié par

Au deuxième trimestre 2000, le secteur de la construction a conservé un haut niveau de production. L'activité s'est renforcée dans le second-oeuvre, elle est restée robuste dans le gros-oeuvre malgré une légère inflexion. Début juillet, les carnets de commandes atteignaient le niveau exceptionnel de 6,2 mois de travail par salarié contre 5,3 mois début avril. L'activité devrait à nouveau progresser dans le second-oeuvre et s'infléchirait légèrement dans le gros-oeuvre au cours des mois d'été. Les 4 758 nouvelles mises en chantier effectuées au deuxième trimestre 2000 ont assuré au secteur de la construction un bon niveau de production, inférieur cependant à celui des trimestres précédents. Malgré la baisse de la demande en maisons individuelles, la construction bénéficierait à court terme d'une activité satisfaisante, les projets de construction de collectifs renouant avec une croissance positive après plusieurs trimestres de baisse.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 9
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
CONJONCTURE BâTIMENT Bretagne
Numéro 51 Septembre 2000
Des carnets de commandes à un niveau exceptionnel
Au deuxième trimestre 2000, le secteur de la construction a conservé un haut niveau de production. L’activité s’est renforcée dans le secondoeuvre, elle est restée robuste dans le grosoeuvre malgré une légère inflexion. Début juillet, les carnets de commandes atteignaient le niveau exceptionnel de 6,2 mois de travail par salarié contre 5,3 mois début avril. L’activité devrait à nouveau progresser dans le secondoeuvre et s’infléchirait légèrement dans le grosoeuvre au cours des mois d’été. Les 4 758 nouvelles mises en chantier effectuées au deuxième trimestre 2000 ont assuré au secteur de la construction un bon niveau de production, inférieur cependant à celui des trimestres précédents. Malgré la baisse de la demande en maisons individuelles, la construction bénéficierait à court terme d’une activité satisfaisante, les projets de construction de collectifs renouant avec une croissance positive après plusieurs trimestres de baisse.
vec le maintien à niveau élevé de A l’activité du bâtiment, les profes sionnels restent confiants dans le court terme. Mais cette confiance s’inflé chit quelque peu. L’indicateur de climat général qui reflète l’opinion des entrepre neurs bretons sur l’évolution générale de l’activité enregistre un léger repli. Début juillet, 76 % des chefs d’entreprise ne pouvaient plus assurer de nouvelles commandes car leurs capacités de pro duction  hommes et machines  étaient utilisées au maximum. Au début avril, ils
n’étaient que 63 % dans cette situation. L’emploi a évolué favorablement au prin temps malgré l’aggravation des difficultés de recrutement en maind’oeuvre qua lifiée. Début juillet, 83 % des entrepre neurs déclaraient rencontrer des problè mes de recrutement contre 77 % en avril. L’emploi devrait encore progresser au cours de l’été. Les responsables d’entreprise prévoient de réaliser plus de dépenses d’investisse ment en 2000 qu’en 1999.
L’opinion des industriels du bâtiment
2
GROSŒUVRE
Activité : la demande reste très active L’activité du grosoeuvre afde l’été. Stimulé par une forte Nombre de mois de travail par salarié fiche encore de bons résultatsdemande, le secteur de l’amé Octobre Avril OctobreJanvier AvrilJuillet au deuxième trimestre, sansliorationentretien a gardé le 1998 1999 1999 2000 2000 2000 égaler toutefois le niveau exrythme de production soutenu 5,6 4,2 4,3 4,3 4,9 7,0 ceptionnel du début d’année.du premier trimestre. Il devrait Les professionnels disposentle conserver au cours des mois veau d’activité reste cepenment est pressenti dans le lo de carnets de commandesd’été. Après la croissance ex dant très satisfaisant. La degement résidentiel pour le largement supérieurs à ce quiceptionnelle de l’hiver dernier, mande se faisant moins prestroisième trimestre. est observé habituellement.la construction de logements sante, un nouveau ralentisse La charge de travail atteint leneufs ralentit un peu. Le ni niveau record de 7 mois de travail par salarié. Début avril, Des perspectives encore bonnesOpinion très favorable elle s’élevait à 4,9 mois. Face à l’ampleur de la demande, hommes et machines sont très fortement sollicités : dé but juillet, 80 % des chefs d’entreprise déclaraient utili ser leurs capacités de produc tion au maximum, soit 2 points de plus qu’en avril. Le bâtiment professionnel réalise d’excellentes perfor mances et l’activité devrait s’intensifier encore au cours
Emploi : en phase avec l’activité L’emploi s’est à nouveauproblèmes de recrutement renforcé dans le grosoeuvrecontre 93 % en début malgré la persistance desd’année. Les perspectives difficultés de recrutement.d’emploi pour les mois d’été 92 % des chefs d’entreprisesont orientées à la hausse. déclarent rencontrer des
Difficultés de recrutement % d’entreprises déclarant éprouver des difficultés de recrutement Octobre Avril OctobreJanvier AvrilJuillet 1998 1999 1999 2000 2000 2000 77 89 86 83 93 92
Investissement : de bonnes prévisions Les professionnels dul’année 2000 qu’au cours grosoeuvre envisagent d’inde l’année 1999. vestir plus au cours de
Des prévisions en hausse
INSEE Bretagne  Flash d'OCTANT n° 51  Septembre 2000
SECONDŒUVRE
Activité :forte activité printanière Impulsée par une demandevrait rester soutenue pendant vigoureuse, l’activité du sel’été. L’améliorationentre condoeuvre s’est renforcéetien a conservé au deuxième au printemps. Les carnets detrimestre 2000 le haut ni commandes continuent deveau d’activité atteint en dé s’étoffer et atteignent débutbut d’année ; un léger flé juillet 5,8 mois de travail parchissement d’activité est salarié contre 5,5 mois débutpressenti pour les mois d’été. avril. En corollaire de l’ac croissement de la charge de travail, l’outil de production est de plus en plus sollicité. L’été sera bon En juillet, 74 % des entrepre neurs du secondoeuvre dé claraient utiliser leur outil de production au maximum contre 55 % début avril. La demande dans le bâti ment professionnel s’est net tement intensifiée et un bon niveau de production est at tendu pendant la période es tivale. L’activité dans le loge ment neuf s’est également accrue au printemps et de
Emploi : des besoins en personnel qualifié L’emploi bénéficie de l’acclaraient être confrontés à des croissement d’activité dans leproblèmes de recrutement en secondoeuvre, même si lesjuillet, soit 10 % de plus difficultés de recrutementqu’au début de l’année. croissantes constituent unL’emploi devrait encore évo frein à son développement.luer positivement au cours 77 % des entrepreneurs dédes mois d’été.
Difficultés de recrutement % d’entreprises déclarant éprouver des difficultés de recrutement Octobre Avril OctobreJanvier AvrilJuillet 1998 1999 1999 2000 2000 2000 59 57 64 67 67 77
Investissement : bonne orientation La persistance du bon nipour l’année 2000 sont plus veau d’activité incite lesnombreux qu’en début chefs d’entreprise à investir.d’année. Les projets d’investissement
Nombre de mois de travail par salarié
Octobre 1998 3,6
Avril 1999 4,6
Octobre 1999 4,6
Janvier 2000 4,4
Avril 2000 5,5
Une appréciation au sommet
Des perspectives de croissance
INSEE Bretagne  Flash d'OCTANT n° 51  Septembre 2000
Juillet 2000 5,8
3
4
Les permis de construire : un indicateur de l’évolution future de l’activité de la construction La demande de logements collectifs repart En Bretagne, la demande dements collectifs progresse dede 3,1 %. Cette progression4 758 logements ont été mis logements s’est maintenue àen chantier soit une baisserésulte du maintien de la de48,8 % par rapport à la un bon niveau au deuxièmede 17,2 % sur un an. Le replimande de maisons indivimême période de 1999. Au trimestre 2000 : 5 900 autoriduelles (+5,6 %) et de lades demandes de logementstotal sur les 6 premiers mois sations de construire ont étéforte reprise des projets decollectifs consécutif à la finde l’année la baisse des pro délivrées au cours de ce trijets de collectifs est decollectifs : au deuxième tridu dispositif Périssol pèse mestre, ce qui représente une3,8 %.mestre 2000, la demandetoujours sur l’activité cons augmentation de 20,4 % partruction : les mises en chande constructions de loge rapport à la même période detier de logements collectifs 1999. La demande de maisonsaffichent un recul de 45,2 % individuelles marque le pas :entre le deuxième trimestreBretagne : nombre de logements neufs autorisés en un an, elle enregistre une1999 et le deuxième tri baisse proche de 3 %. En remestre 2000. Dans le même vanche, les projets de protemps, les constructions de grammes collectifs repartent :maisons individuelles sta 1 666 nouvelles réalisations degnent : +0,3 % sur un an. collectifs ont été autorisées au cours de ce trimestre contreFrance entière, les demandes 699 au deuxième trimestred’autorisations de construire 1999.progressent au deuxième tri L’activité construction de lomestre 2000. Sur un an, gements neufs est restée suentre le deuxième trimestre périeure à la moyenne cal1999 et le deuxième tri culée sur les onze dernièresmestre 2000, les demandes années. Elle est toutefois ende permis de construire ont baisse sensible par rapport àaugmenté de 18,6 %. Au to la même période de 1999.tal, sur les 6 premiers mois Au deuxième trimestre 2000,de l’année, elles progressent
Des chefs d’entreprise se sont exprimés en juillet :
Malgré une activité soutenue, nous n’arrivons toujours pas à remonter nos prix de façon significative (secondoeuvre).
L’enquête de conjoncture dans le bâtiment est de venue trimestrielle à comp ter de cette année. Les questions posées font appel à l’opinion des entre preneurs sur la marche ac tuelle de leur affaire et leurs perspectives à court terme. Le dépouillement est effec tué indépendamment pour le grosoeuvre par départe ment et tranche d’effectifs, pour le secondoeuvre par département, tranche d’ef fectifs et groupe d’activités. Les entrepreneurs répon dent aux questions qui leur
Note explicative
sont posées soit en indi quant une tendance d’évo lution, soit en se référant à un niveau normal compte tenu de la saison. Les gra phiques représentent les sol des d’opinions dégagés des réponses des chefs d’entre prise. Ce solde est la diffé rence entre le pourcentage des réponsessupérieur à la normale” et le pourcentage des réponses “inférieur à la normale” ou la différence entre le pourcentage des ré ponses “en hausse” et le pourcentage des réponses “en baisse”.
Rien à signaler, tout va bien ! (secondoeuvre) Quand le bâtiment va, tout va (secondoeuvre).
Ces graphiques schématisent l’évolution des soldes d’opi nions et non celle d’une grandeur déterminée, il faut attacher plus d’importance à l’allure de la courbe qu’au niveau de la grandeur repré sentée.
124 chefs d’entreprise du bâtiment, employeurs de plus de 10 salariés, ont ac cepté de répondre à l’en quête au début juillet 2000. Nous les en remercions.
Cette note a été rédigée le 28 août 2000.
INSEE Bretagne  Flash d'OCTANT n° 51  Septembre 2000
INSEE BRETAGNE 36, place du Colombier CS 94 439 35044 RENNES Cédex Tél. : 02 99 29 33 33 Fax : 02 99 29 33 90
Directeur de la Publication : JeanJacques MALPOT
Rédacteur en Chef : Micheline TESSIER
Composition : André PINCÉ
Cette note a été rédigée par: Arlette DUBY MariePaule LE BRIS
Pour tout renseignement : Bureau d'information Tél. : 02 99 29 33 66
© INSEE 2000 Dépôt légal : 3ème trimestre 2000 Imprimerie : Média Graphic
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.