Développement du transport routier de marchandises en Bourgogne

De
Publié par

Les établissements de transport routier de marchandises emploient plus de 10 000 salariés en Bourgogne. La production de ce secteur a augmenté en 10 ans. Les activités proches comme la manutention ou l'entreposage en ont bénéficié. L'emploi s'est également accru, une partie des nouveaux postes de travail provient du développement de prestations nouvelles ou d'activités exercées auparavant dans d'autres secteurs. Les transporteurs routiers doivent évoluer dans un environnement très concurrentiel et sont fortement soumis aux variations de la conjoncture économique générale.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 53
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Direction
Régionale de
l'EquipementINSEE N° 47 - Octobre1997BOURGOGNE 15F
Bourgogne
Développement du transport routier
de marchandises en Bourgogne
L'axe Dijon - Mâcon et le nord de l'YonneLes établissements de transport
rassemblent la plupart des emplois
routier de marchandises emploient
plus de 10 000 salariés Effectifs salariés au 31 décembre 1995
par commune en Bourgogne
en Bourgogne. La production (pour les communes ayant plus de 9 salariés)
de ce secteur a augmenté en 10 ans.
Les activités proches comme
la manutention ou l’entreposage
Auxerre
en ont bénéficié. L’emploi
s’est également accru, une partie
des nouveaux postes de travail
Dijon
provient du développement
de prestations nouvelles ou d’activités
Neversexercées auparavant dans d’autres
secteurs. Les transporteurs Chalon/S
routiers doivent évoluer
dans un environnement
très concurrentiel et sont fortement
soumis aux variations
Mâcon
de la conjoncture économique
Sources : INSEE, DRE,
UNEDIC. Copyright : IGNgénérale.
Taille en effectifs salariés Secteurs
SOMMAIRE plus de 600 100 - 200 Transport routier de marchandises
50 - 100
Entreposage - manutention400 - 600Développement du transport routier 10 - 50
de marchandises en Bourgogne : p. 1 200 - 400
La conjoncture p. 3
Pour une meilleure lisibilité, les pastilles des communes contiguës dans lesINSEE Infos Bourgogne p. 7
grandes agglomérations ont parfois été décalées.
1Direction
Régionale de
l'Equipement
INSEE N° 47 - Octobre1997BOURGOGNE 15F
Bourgogne
n Bourgogne, près de 10 200 Progression d'emploi supérieureE salariés travaillent dans le trans à la moyenne nationale
port routier de marchandises, soit 2 %
de l’ensemble de l’emploi salarié régio Évolution des effectifs salariés
du transport routier de marchandisesnal. France entière, cette proportion
Indice base 100 en 1989est identique. Dans un contexte d’ex
114tension permanente des aires de mar
ché, notamment avec l’intensification 112
de la construction européenne, la
110proximité d’un réseau autoroutier
Bourgogne
dense joue favorablement pour le dé 108
veloppement de ce secteur. A cet
106égard, la Bourgogne est bien placée
sur les axes reliant le nord de l’Europe 104
au sud. L’implantation d’entreprises de France
102transport routier n’est cependant pas
uniquement liée à ces infrastructures. 100
La proximité de pôles économiques de
98production et de consommation est
1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995
également déterminante.
Source : UNEDIC.Ce secteur a connu d’importantes
hausses d’emplois de 1989 à 1995.
Sur cette période, le nombre de sala çaises étaient réalisés "en compte pro nettement dessinée. Les échanges de
riés a augmenté de 12 %, soit un peu pre", c’est à dire directement par les la Bourgogne avec les autres régions
plus de 1 100 personnes . France en entreprises, sans passer par un trans françaises (entrées, sorties, transit ex
tière, la progression est de moindre porteur professionnel. En 1995, cette clu) et les flux internes à la région sont
ampleur. Cette évolution doit cepen proportion n’est plus que de 19 %. Ce passés de 5 milliards de tonnes kilo
dant être précisée car elle provient en mouvement a provoqué une réduction mètres par an dans les années 1986
partie d’un transfert d’emplois entre des postes de travail de chauffeurs 1987 à plus de 6,5 milliards en 1995.
secteurs. En effet, de nombreuses en dans l’industrie et une augmentation Cette augmentation est due à l’ap
treprises industrielles ou de négoce qui dans les entreprises de transport. parition de trafics nouveaux, souvent à
effectuaient elles mêmes le transport Indépendamment de ce phéno- longue distance et à l’évolution des
de leur production, ont maintenant da mène, il reste que l’activité des trans pratiques industrielles et de distribu
vantage tendance à confier cette mis ports routiers de marchandises en tion (flux tendus par exemple). Elle
sion à des transporteurs routiers. En Bourgogne a progressé. Au delà des s’est accompagnée d’un accroisse-
1989, 30 % des trafics à destination ou variations conjoncturelles, une ten- ment de la part de la route par rapport
en provenance d’autres régions fran dance à la hausse des trafics s’est aux autres modes de transport.
D’autres secteurs
La majorité des salariés du transport routier de marchandises
en profitenten Saône et Loire et en Côte d’Or
Cette progression d’activité ne s’estBourgogne Nombre Nombre Évolution du nombre de
au 31 décembre 1995 d’établissements de salariés salariés 1995/1989 pas limitée aux transporteurs routiers.
employeurs (1) Elle a aussi généré le développement
Valeur % de secteurs proches comme l’entrepo
sage ou la manutention. En 1995, ces
Transport routier de marchandises (2) 706 10 196 + 1 135 + 12,5
activités emploient près de 800 per
• dont : Côte d’Or 232 2 934 + 113 + 4,0
sonnes en Bourgogne contre seule
Nièvre 76 879 + 114 + 14,9
ment 300 en 1989. De même, les
Saône et Loire 226 4 691 + 870 + 22,8
services privés de gestion d’infrastruc
Yonne 172 1 692 + 38 + 2,3
tures se sont aussi développés pour
Entreposage, manutention 41 794 + 502 + 171,9 atteindre plus de 800 salariés en 1995.
Dans la région, les effectifs de laGestion d’infrastructures 29 829 + 153 + 22,6
SAPRR (Société des Autoroutes Paris
(1) Établissements privés ayant au moins 1 salarié. Rhin Rhône) constituent une part im
(2) Codes NAF 602L à 602P ; 634A à 634C. Source : UNEDIC . portante de ces emplois.
2 Développement du transport routier de marchandises en BourgogneDirection
Régionale de
l'Equipement
INSEE N° 47 - Octobre1997BOURGOGNE 15F
Bourgogne
Ces résultats ne doivent cependant
La route face au train et à la voie d’eau
pas faire oublier que le secteur du
Le transport ne se limite pas au transport françaises contre 12 % pour le chemin detransport routier de marchandises pré
routier de marchandises. Sur les 25 000 fer et 2 % pour la voie d’eau. sente aussi quelques fragilités. En pre
salariés de l’ensemble du secteur en Bour Cette prépondérance demeure, mais atté
mier lieu, son niveau d’activité est très
gogne, 41 % travaillent dans le transport nuée si l’on exprime la répartition entre
lié à la conjoncture générale. Sa réac routier de marchandises, 37 % sont dans modes en tonnes kilomètres. En pondé
tivité aux mouvements de l’économie le chemin de fer (transport et infrastructu rant le tonnage transporté par la distance
est forte. Avec le retour de la crois res), 11 % dans le transport routier de parcourue, cet indicateur rend mieux
voyageurs, 7 % dans les services proches compte de la "production physique desance en 1988 et 1989, les échanges
(manutention, entreposage, gestion d’in transport".routiers se sont fortement accrus. Le
frastructures) et 4 % dans les autres modes Ainsi, pour les échanges de la Bourgogne
ralentissement observé de 1991 à
(taxis, batellerie, transports aériens). avec les autres régions françaises, du fait
1993 a ensuite provoqué des chutes
En matière de transport de marchandises, d’une distance moyenne plus grande pour
d’activité, puis celle ci a repris en 1994 le partage du marché entre les différents le fer (392 km) pour la voiet e d’eau (291 km)
et 1995. L’évolution de l’emploi sur modes s’exerce notamment selon la lon que pour la route (212 km), la répartition
cette période a également été mar gueur des distances à parcourir. En 1995, entre les différents modes passe alors à
le transport routier a pris en charge la 77 % pour la route et atteint 20 % et 3 %quée par des inflexions comparables.
quasi totalité des échanges internes à la pour le fer et l’eau (mode exclu a priori de
Bourgogne et a acheminé 86 % des tonna certaines relations en raison de la configu
Intensification ges échangés avec les autres régions ration des réseaux).
de la concurrence
currence. En particulier, l’accroisse ces se sont également fait sentir sur leDe plus, le transport est un secteur
ment de la capacité de transport a eu respect des réglementations socialesoù la concurrence est très forte. L’aug
un impact rapide sur le niveau des prix. et de sécurité et sur les conditions dementation de l’activité constatée dans
En moyenne nationale, le prix de la travail des conducteurs routiers.la région n’a pas forcément bénéficié
production de transport routier de mar intégralement aux entreprises de Bour
chandises a évolué moins rapidementgogne. De par la nature même de l’ac Des entreprises
que celui de l’ensemble des branchestivité, les offres de services peuvent
marchandes de l’économie. De 1989 à de plus grande tailleêtre faites par de nombreuses entrepri
1996, il a progressé de 7,9 % contreses réparties sur l’ensemble de la
15,6 % pour celui du produit intérieurFrance, voire même en Europe. Dans ce contexte, le tissu des entre
brut marchand. Ceci a pu rendre diffi La déréglementation entamée en prises a dû se transformer, notamment
cile le maintien de la rentabilité pour1986 a stimulé le secteur mais a aussi par une plus grande concentration.
certaines entreprises. Des conséquen conduit à une intensification de la con Dans la région en 1989, 37 % des
salariés travaillaient dans 32 établisse
ments de plus de 50 salariés. En 1995,
ils sont 46 % pour 42 établissements.Activité en progression, mais soumise
Dans le même temps, les petits établis à d'importantes fluctuations conjoncturelles
sements de moins de 10 salariés sont
Flux de transports de marchandises - Bourgogne passés de 550 à 480. Les entreprises
(trafic intra-régional et avec les autres régions françaises)
artisanales n’employant aucun salariéEn milliers de tonnes-kilomètres
sont aussi moins nombreuses. Elles
7 000
étaient un peu plus de 480 en janvier
1993 et ne sont plus que 400 en janvier
6 500
1997. Dans le même temps, on enre
gistre au niveau national des constitu
6 000 tions de groupes et de réseaux
d’entreprises.
5 500 Ces évolutions se sont accompa
gnées en 1995 d’un ensemble de dis
positions économiques, sociales et
5 000
réglementaires concernant tous les
partenaires de la "chaîne de transport".
4 500
Ce dispositif, désigné sous l’appella 1985 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995
tion "contrat de progrès", est destiné àSource : DRE.
faciliter les mutations du secteur.
9Développement du transport routier de marchandises en BourgogneDirection
Régionale de
l'Equipement
INSEE N° 47 - Octobre1997BOURGOGNE 15F
Bourgogne
Principaux établissements de transport routier
Compter les entreprises de transport
de marchandises en Bourgogne au 31 décembre 1996
"Combien d’entreprises de transport rou
tier en Bourgogne ?" Simple en appa
Nom Département Effectifs
rence, cette question requiert quelquesou raison sociale Commune salariés au
précautions car dans ce domaine, deux31.12.1996
approches coexistent :Aubry Silo Saint Marcel (71) 390
celle de l’INSEE qui affecte à chaque
Groupe Cayon Chalon sur Saône (71) 370
unité économique (entreprise ou établis
Aubry SR Champforgeuil (71) 270
sement) un code correspondant à son
Transports Martelet Dijon (21) 250 activité principale tiré de la Nomenclature
Transports J. Rave Gueugnon (71) 210 d’Activité Française (NAF). Cette nomen
clature présente plusieurs modalités cor Sobotram Crissey (71) 170
respondant à des activités de transport. IlTransports Louis Mercier La Loyère (71) 160
convient alors de choisir celles qui corres
SA Grégoire Gaillard Sens (89) 160
pondent le mieux au champ du transport
Alaine Société Mâcon (71) 160
routier de marchandises,
Euro Messagerie Torcy (71) 150 celle du Registre des transporteurs de
GV Trans Sevrey (71) 150 la Direction Régionale de l’Équipement
Jarlaud Longvic (21) (DRE). Celui ci répertorie les entreprises140
et établissements auxquels la réglemen Transports Berthoux Sennecey le Grand (71) 140
tation impose d’être inscrit pour exercer
une activité de transport public, de loca Source : INSEE BRIDGE.
tion de véhicules ou de commissionnaire
de transport.
Certaines entreprises exerçant le trans
port à titre principal mais utilisant exclu D’autres transformations sont aussi En Bourgogne, la construction pro-
sivement des petits véhicules ne sont pasen cours, notamment avec le dévelop chaine de la plate forme bimodale "rail
inscrites au registre de la DRE alors
pement de la multimodalité et des pres route" de Dijon Sud, va également
qu’elles sont transporteurs au sens de
tations logistiques complémentaires. dans ce sens. l’INSEE. Inversement, toute entreprise
Certaines entreprises ne se limitent industrielle ou commerciale appelée à
Claude Roumier (DRE)plus au seul transport routier mais pro exercer, même à titre très accessoire,
certaines activités de transport public doitposent des offres de services alliant la Lionel Espinasse (INSEE)
être réglementairement inscrite à la DRE.route et d’autres modes comme le fer,
Les champs couverts par chacune de cesle maritime ou le transport aérien. Elles
deux sources d’informations sont doncThème du prochain numéro :ne se définissent plus comme "trans erdifférents. Par exemple, au 1 janvier
porteurs routiers" mais comme "pres Les salaires en Bourgogne 1997 en Bourgogne, 670 entreprises sont
tataires de transports et de logistique". répertoriées communément à l’INSEE et
à la DRE, mais 370 ne sont présentes
qu’à l’INSEE et 400 qu’à la DRE. Dans ce
document, l’approche INSEE a été
retenue.
POUR EN SAVOIR PLUS INSEE BOURGOGNE
- L’évolution des transports depuis 40 ans INSEE Première n° 522 Juin 1997. 2 bis, rue Hoche 21000 Dijon
- Les transports en 1996 INSEE Première n° 544 Septembre 1997. Tél : 03 80 40 67 67
Fax : 03 80 40 67 40
- Bulletin de l’Observatoire Régional des Transports de Bourgogne Juin 1997.
Directeur de la publication : Alain Ravet
- Échanges régionaux de marchandises, échanges de proximité DRE infos n° 16 -
Rédacteur en chef : Lionel EspinasseSeptembre 1996.
Assistante de rédaction : Martine Molet
- Rapport 1996 de la Commission des Comptes des transports de la Nation INSEE Maquette PAO : Maryvonne Poisot
Résultats série Économie générale n° 150 Juin 1997.
Abonnement :
11 numéros par an + Bilan économique- Mémento des statistiques des transports Ministère de l’Équipement, du Logement,
et social annuel : 150 F.des Transports et du Tourisme Janvier 1997.
15 F. le numéro
- Les entreprises de transports en 1995 Enquête annuelle d’entreprise Ministère Impression : Imprimerie 21
de l’Équipement, des Transports et du Logement Juin 1997.
Dépôt légal : Août 1993
ISSN 1246 483 X
- Transports terrestres en 1994 1995 : faits et chiffres n° 4 Ministère de l’Équipe
Code Sage D974716
ment, du Logement, des Transports et du Tourisme Octobre 1996.
10Développement du transport routier de marchandises en Bourgogne

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.