Emplois et déplacements domicile-travail dans l'aire urbaine de Creil Un carrefour de flux intenses

De
Publié par

L'aire urbaine de Creil représente un carrefour en matière de déplacements domicile-travail compte tenu de sa proximité avec Paris et de son rayonnement économique dans le sud de l'Oise. Ses activités et sa population se concentrent dans la Communauté de Communes de l'Agglomération de Creil, occasionnant des déplacements domicile-travail intra-urbains nombreux et courts : environ 11 800 par jour. Malgré un réseau de transport en commun développé, la voiture reste, à Creil, le moyen de transport le plus utilisé pour se rendre sur son lieu de travail.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 72
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
N°151  2005
Emplois et déplacements domiciletravail dans l'aire urbaine de Creil Un carrefour de flux intenses L'aire urbaine de Creil représente un carrefour en matière de déplacements domiciletravail compte tenu de sa proximité avec Paris et de son rayonnement économique dans le sud de l'Oise. Ses activités et sa population se concentrent dans la Communauté de Communes de l'Agglomération de Creil, occasionnant des déplacements domiciletravail intraurbains nombreux et courts : environ 11 800 par jour. Malgré un réseau de transport en commun développé, la voiture reste, à Creil, le moyen de transport le plus utilisé pour se rendre sur son lieu de travail.
                   ! #$   %  &  3   &   1 )$2   )+0  , $- .  /   $*+&##+    )*+  0     /  0 (  ((   !  

' () (        

! $$  #  $5 ! $$     $5 ! $$     $5 &##-  $##  #-  & 4 %  & 4!  / 5- )
u dernier recensement de la popu lation de 1999, l'aire urbaine de panAt un peu plus de 34 000 emplois et Creil réunit 18 communes regrou 98 210 habitants, dont 46% sont des ac tifs. L'essentiel de la population et des emplois se concentre au sein de la com munauté de communes de l'agglomération de Creil composée de quatre villes princi pales : Creil, NogentsurOise, Montataire et VillersSaintPaul. Avec 707 habitants 2 au km , l'aire urbaine de Creil est la plus dense du département de l'Oise : excepté SaintVaastlèsMello, l'ensemble des communes présente une continuité de l'habitat.  Lapopulation de la communauté de communes de l'agglomération de Creil se distingue de celle des plus grandes ag glomérations de l'Oise par une plus forte représentation des catégories sociales les plus fragiles, qui s'explique en partie par un niveau de chômage et une concentra tion de populations d'origine étrangère plus élevée. Par ailleurs, en liaison avec les fonctions d'exécution, de production et de magasinage, une part importante de la po pulation creilloise est issue des classes moyennes. À l'image du département, l'aire urbaine de Creil se caractérise par son orientation industrielle spécialisée dans la métallur gie et la transformation des métaux. Ce pendant, la baisse continue des emplois depuis 1975 s'accompagne d'une muta tion vers les activités tertiaires, principa lement l'administration publique, la santé et l'action sociale, l'éducation et les trans ports.
Des axes de communication favorables aux déplacements quotidiens d'actifs
À la fois proche de l'ÎledeFrance et des principales villes de l'Oise, l'aire ur
baine de Creil constitue un véritable car refour en matière de déplacements domi ciletravail. La présence d'un réseau de communication développé facilite les échanges avec les territoires environ nants ‘: les autoroutes A16 et A1 et le ré seau ferroviaire avec Paris et sa banlieue, la nationale N16 avec le reste de l'Oise. En plus des 18000 personnes qui y résident et qui y travaillent, le pôle d'em ploi de Creil attire chaque jour presque 16 000actifs extérieurs. Ils occupent un peu plus de 46% des emplois de la zone. Les trois quarts habitent le département : près de 1 300 viennent de Clermont et de ses environs, 900 de Senlis, 800 de Com piègne, 770 de PontSainteMaxence, 625 de Liancourt et environ 500 de Chantilly. Le desserrement de l'habitat creillois ex plique en partie l'augmentation de l'ordre de 14% du nombre des entrées d'actifs sur Creil entre 1990 et 1999, représentant près de 2 000 flux supplémentaires par rapport à 1990. Par ailleurs, près de 1 200 actifs fran ciliens occupent un emploi à Creil dont 400 habitent Paris intramuros. Dans le même temps, la moitié de la population active résidente travaille dans un autre pôle économique occasionnant un peu plus de 19 000 déplacements jour naliers. Près de 13 000 actifs creillois re joignent quotidiennement le pôle d'emploi de Paris : environ 4 000 actifs travaillent à Paris même, 950 à RoissyenFrance et 870 à Chantilly. Les autres se dirigent vers les pôles d'emploi voisins du dépar tement : 1 600 à Senlis, 400 à Clermont et à Compiègne et 300 à Beauvais. Au sud, limitrophe de la commune de Creil mais en dehors du périmètre de l'aire urbaine défini en 1999, la commune de SaintMaximin accueille chaque jour 1 000 actifs de la zone de Creil. Entre 1990 et 1999, les départs quoti diens ont progressé de 18%. En parallèle,
"         $  #<   %  & &:! 4$ 0$! 0$2*6   1! / / 8 70 . 0 / ; & 92* $  78-$* 0!#
8-$*.
/

&##- &##  #-  &
4 %  & #% #<
 
  ' () (         
Typologie des quartiers et des communes Afin d'enrichir la distinction habituellement faite entre les quartiers d'activité et ceux d'ha bitation, cette étude dresse un portrait des quartiers et des communes de l'aire urbaine à partir des emplois présents et du profil de po pulation résidente. Ainsi, ont été classés comme pôle d'em ploi uniquement, les quartiers réunissant moins de 1,5% de la population de l'aire urbaine et au moins 3% des emplois. Dans cette catégo rie, on distingue des pôles d'emplois "de pre mier plan", regroupant au moins 4% des emplois, et des pôles d'emplois "secondaires" (entre 3 et 3,5% des emplois). Certains quartiers recueillent à la fois au moins 1,5% de la population et 3% des em plois. Ces quartiers sont dits "mixtes". Quatre types de quartiers résidentiels ont été établis à partir du profil social de la popula tion résidente en comparaison à la moyenne de l'aire urbaine et déterminé notamment à partir de l'analyse par catégorie socioprofes sionnelle :  les quartiers "fragiles" regroupent une population plus fortement exposée au chô mage ;  les quartiers "populaires" sont habités par une plus forte part d'ouvriers et d'employés ;  les quartiers "résidentiels supérieurs" où ré side une plus forte proportion d'artisans, com merçants et chefs d'entreprise, de cadres et professions intellectuelles supérieures, et de professions intermédiaires ;  les quartiers "de mixité sociale" où le profil social de la population est conforme à la moyenne de l'aire urbaine.
on observe la suppression d'un peu plus de 3 000 postes dans l'aire urbaine de Creil durant cette période.
Des flux générés par 7 pôles d'emploi principaux de la CC de l'agglomération de Creil
Au sein de l'aire urbaine de Creil, 80% des actifs travaillent dans un quartier qu'ils n'habitent pas. Leurs trajets quotidiens sont toutefois relativement courts, l'aire urbaine étant faiblement étendue (139 km²). L'acti vité y est concentrée : 83% des emplois de l'aire urbaine se répartissent dans les 29 quartiers de la communauté de communes de l'agglomération de Creil. D'une manière générale, les emplois industriels se situent plutôt à Montataire, NogentsurOise et VillersSaintPaul et les emplois tertiaires sont davantage présents à Creil. Sept pôles d'emploi principaux situés dans la Communauté de Communes cen tralisent les plus gros flux en regroupant environ 50% des emplois de l'aire urbaine de Creil. Bien que représentant la moitié des emplois de l'aire urbaine de Creil, certains de ces pôles ont été classés mixtes étant à la fois quartiers d'activité et quartiers résidentiels. Trois de ces pôles sont à vocation in dustrielle, le quartier industriel de Monta taire, le centre ville de NogentsurOise et la commune de VillersSaintPaul.
Le quartier industriel de Montataire est le premier pôle d'emploi de l'aire ur baine de Creil. Il regroupe 11% des em plois, grâce notamment à la présence de plusieurs grands établissements comme Sollac Atlantique, Akzo Nobel Coatings et Heidelberg Web Systems (aujourd'hui, Goss International Montataire). De plus, la population y résidant est peu nombreuse. En conséquence, ce pôle d'emploi est le quartier qui génère le plus de déplacements au sein de l'aire urbaine avec environ 1 800 flux quotidiens. Les actifs y travaillant résident souvent à VillersSaintPaul, SaintLeud'Esserent et dans les quartiers le Bas de la Ville et Martinets Ià Montataire. Ces communes et ces quartiers envoient quotidiennement vers le quartier industriel de Montataire entre 100 et 200 actifs chacun. Le quartier industriel de Montataire constitue également l'élément moteur du rayonnement de l'aire urbaine de Creil dans le sud de l'Oise. Plus de la moitié des emplois offerts sont occupés par des actifs extérieurs. Le centre ville de NogentsurOise est un quartier mixte, à la fois quartier d'activité et quartier résidentiel. Il consti tue le deuxième pôle industriel générant le plus de flux, soit un peu plus de 720. Montupet SA, spécialisé dans la fonde rie de métaux légers, draine à lui seul une bonne partie de ces flux. Au total, 85% des actifs travaillant dans le centre ville de NogentsurOise n'y habitent pas. Ce pendant, ils résident relativement près de leur lieu de travail, souvent dans les autres quartiers de Nogent ou dans la commune voisine de VillersSaintPaul. La commune de VillersSaintPaul, autre quartier mixte, représente le deuxième pôle industriel de la zone en terme de nombre d'emplois offerts dans ce secteur, grâce notamment à l'implanta tion de gros établissements industriels comme Atofina ou Griset SA. L'activité de la commune est également tournée vers le secteur tertiaire et plus particulièrement vers celui du transport routier de marchan dises avec la présence de deux établis sements spécialisés dans ce domaine, les établissements L. Barbault et BM Chimie. Au total, VillersSaintPaul réunit 6% des emplois de l'aire urbaine dont plus de 40% sont occupés par des actifs habitant la commune. Ces nombreux actifs travaillant dans leur commune de résidence restrei gnent les flux internes vers ce pôle, même si ces derniers sont de l'ordre de 650. Mis à part la commune de Brenouille qui en voie quotidiennement environ 60 actifs tra vailler à VillersSaintPaul, aucune zone particulière de recrutement n'est identifiée. Creil comptabilise les quatre autres principaux pôles d'activité, tous à domi nante tertiaire, les quartiers Rive Gauche, la Gare/Le Marais, la zone d'activité Ouest et Voltaire.
     #   $   % &     9*<  $##   :   %  & 8= #<  ><# <> 8= #< >$> 8= #! 8= - 5 0$! &:! 8= - << 4$  0$2*8= -  #!- $ 1!  6 8= - ><-> / 0 /; <$   %-  $$-% 92* &##-  &##  4#-  & $  8-$* /   8-$*.
    &  $*+ &##+    , .%  &  &! $ $  8$ ;-% !  ) / 0 ((  )+  0 . )*+ 0 ( 1 $20   0  ,    / 8$ 12 $-  &- ?   &-  ; 3  8 ;  ; , $-. ,  <--
  !
Le quartier mixte Rive Gauche, cor respondant au centre ville de Creil, con centre 8,5% des emplois avec une présence marquée des services adminis tratifs : la Caisse d'Allocations Familia les, la Caisse Primaire d'Assurance Maladie et la Mairie de Creil. Il est égale ment l'un des quartiers générant le plus de flux internes à l'aire urbaine, soit envi ron 1200. Mis à part ceux venant de VillersSaintPaul (environ 80) et de Saint Leud'Esserent (environ 50), les plus im portants contingents d'actifs proviennent des autres quartiers de Creil, Cavée de Senlis, Moulin Est, Voltaire, Jean Biondi, Cavée de Paris, Moulin Ouest. Le quartier mixte de La Gare/Le Ma raisest le principal quartier d'activité à do minante tertiaire en terme d'emplois offerts. Au total, il rassemble plus de 9% des emplois de l'aire urbaine avec pour principal employeur la SNCF. Cependant, ce quartier génère moins de flux internes
      
que le quartier voisin Rive Gauche, envi ron 900. L'aire de recrutement des actifs est également beaucoup plus diffuse. Excepté la soixantaine d'actifs résidant dans le centre ville de NogentsurOise, il n'y a pas de quartier de recrutement réel lement identifiable. La zone d'activité Ouest de Creil, où se situe le Centre hospitalier général Laennec, réunit un peu moins de 6% des emplois. Ne comptant que quelques habi tants, la quasitotalité des emplois de ce quartier sont occupés par des actifs n'ha bitant pas la zone d'activité Ouest, géné rant autant de flux. Au total, 800 actifs résidant l'aire urbaine viennent chaque jour y travailler. À l'instar du quartier de La Gare\Le Marais, les provenances de ces actifs sont multiples et diffuses. Seul flux remarquable, le quartier Rive Gauche y envoie chaque jour près de 70 actifs. Le quartier mixte Voltaire regroupe 4% des emplois de l'aire urbaine, notam
ment grâce à l'implantation d'établis sements spécialisés dans le travail temporaire. Certes, les travailleurs inté rimaires ne sont pas comptabilisés dans cette étude, n'ayant pas de lieu effectif de travail fixe. En dépit de cela, Voltaire enregistre 600 arrivées quotidiennes d'actifs. Ces nombreuses arrivées sont diffuses : aucun flux de plus de 50 actifs a été identifié. En parallèle, la plupart des actifs ré sidents ne travaillent pas dans leur quar tier : sur 100 actifs y travaillant, seuls huit y habitent. Cette proportion d'actifs stables est de loin la plus basse de tous les quartiers mixtes. Quatre des six pôles d'emploi "se condaires" de l'aire urbaine viennent compléter l'ensemble des pôles d'em ploi de la Communauté de Communes : à NogentsurOise, le quartier Carnot et la zone industrielle, à Creil, la zone d'ac tivité Est et à Montataire, le quartier Bas de la Ville regroupent chacun entre 3% et 3,5% des emplois. Parmi eux, les quartiers Carnot et Bas de la Ville sont considérés comme des quartiers mixtes puisqu'en plus de leur rôle de pôle d'emploi, ils exercent une fonction résidentielle au niveau de l'aire urbaine de Creil. Ainsi, les zones d'activité ne corres pondent pas toujours aux bassins d'em ploi les plus importants. Mis à part le quartier industriel de Montataire, les quartiers offrant le plus grand nombre d'emplois se situent souvent dans les quartiers mixtes de centreville.
Par ailleurs, ces quartiers se diffé rencient du quartier industriel de Mon tataire par une moindre étendue de leur zone d'influence. En effet, les actifs tra vaillant dans les centres villes résident pour la plupart dans les quartiers voi sins alors que le quartier industriel en registre des flux avec des communes plus éloignées. La plupart des actifs, ne travaillant pas où ils résident, habitent souvent des quartiers uniquement rési dentiels. Ces derniers se regroupent pour une part dans les zones proches des centres villes généralement habi tés par les catégories populaires et même parfois socialement fragiles (le Parc Rouher, les Hautes Haies, Jean Biondi, Moulin Ouest à Creil, les Marti nets I et II à Montataire et les Coteaux à NogentsurOise), et pour une autre part dans les communes situées à la périphérie de la Communauté de Com munes particulièrement prisées des ca tégories sociales supérieures (Monchy SaintÉloi, Angicourt, Cinqueux et Brenouille au nord de l'aire urbaine, et BlaincourtlèsPrécy, VillerssousSaint Leu et PrécysurOise au Sud).
La voiture : moyen de transport numéro 1 quelle que soit la distance
Dans l'aire urbaine de Creil, la voiture constitue le principal mode de transport pour se rendre sur son lieu de travail. Cette préférence pour la voiture est commune aux actifs extérieurs ainsi
La voiture : un moyen de transport utilisé fortement même pour les petits trajets Répartition des déplacements domiciletravail dans l'aire urbaine de Creil et dans la Communauté de Communes de l'Agglomération de Creil selon le mode de transport
Marche DeuxVoiture partiTransp. enMultimodal Total à pied (%)roues (%)culière (%)commun (%)(%) (nombre) Déplacements des actifs résidant et travaillant dans l'aire urbaine de Creil 16,4 4,165,3 6,97,3 14776 dont s'effectuant dans la même commune de résidence 31,7 1,749,5 6,48,7 6850 dont s'effectuant dans le même quartier de résidence 41,3 0,645,5 2,67,4 2965 Déplacements des actifs résidant dans la Communauté de Communes de l'Agglomération de Creil 19,1 4,059,5 9,18,3 10100 dont résidant et travaillant dans la CC de l'Agglomération de Creil 20,4 3,957,5 9,48,4 9305 Source : Insee  RP 1999 (exploitation complémentaire)
Pour comprendre ces résultats Le présent document est une étude sur la localisation des emplois et les déplace ments domiciletravail dans l'aire urbaine de Creil, réalisée en partenariat avec la Direc tion régionale de l'équipement de Picardie. L'aire urbaine de Creil se compose de l'ensemble des communes dont au moins 40% des actifs vont travailler dans l'agglo mération de Creil ou dans une autre com mune ellemême sous l'influence de Creil. Les données analysées sont issues de l'exploitation complémentaire du recense ment de la population de 1999. Les don nées localisées à l'îlot du lieu de travail des actifs permettent une analyse des dépla cements entre le domicile et le lieu de tra vail des actifs au niveau des quartiers. Tous les emplois n'ont toutefois pu être localisés. Parmi les 34 000 emplois de l'aire urbaine, 31 400 ont été localisés par zone. L'étude des déplacements intraurbains porte uniquement sur les actifs résidant et travaillant dans l'aire urbaine, soit 14 800 individus. Elle écarte certaines professions mal renseignées (comme certaines du sec teur de la défense, de l'agriculture et des services domestiques) ou difficilement localisables en un seul lieu de travail (agents de nettoyage, chauffeurs de taxi, etc.). L'in térêt de l'étude étant les déplacements des actifs occupés, les actifs travaillant à domi cile ont également été retirés du champ d'analyse. L'étude des déplacements de commune à commune prend, quant à elle, en compte l'ensemble des actifs.
qu'à ceux résidant et travaillant dans l'aire urbaine. La voiture est utilisée par 86% des actifs extérieurs et concerne près des deux tiers des déplacements professionnels intraurbains. En ville, malgré un réseau de trans port en commun développé avec des tarifs réduits, seuls 14% des actifs dé clarent les emprunter pour se rendre au travail. Probablement liée à la faible dis tance des déplacements internes, la marche à pied est le mode de transport déclaré par 16,4% des actifs. Néan moins, l'usage des transports en com mun est sensiblement plus important dans la Communauté de Communes de l'Agglomération de Creil qu'en moyenne dans l'ensemble de l'aire urbaine.
Institut National de la Statistique et des Études Économiques Insee Picardie Téléphone : 03 22 97 32 00 Télécopie : 03 22 97 32 01 Directeur de la Publication :Pascal SEGUINRédacteur en chef :Catherine LEPIN Maquette Insee Picardie  Impression YVERT Dépôt légal : novembre 2005  ISSN : 03963128  Code SAGE : IPR15162  N°151 novembre 2005 Prix : 2,20Conditions d'abonnement : INSEE PICARDIE Relais (11 numéros) + INSEE PICARDIE Première (11 numéros minimum) 38© Insee 2005 Insee Picardie 1, rue Vincent Auriol 80040 AMIENS CEDEX 1Courriel : ventespicardie@insee.fr Renseignements statistiques:Téléphone 0 825 889 452 (0,15 euro/mn) Courriel inseecontact@insee.fr
Gilles Zemis
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.