En Midi-Pyrénées, les trois quarts de la masse salariale sont distribués dans les pôles urbains

De
Publié par

En 2004, 882 000 salariés travaillant en Midi-Pyrénées ont perçu 21 milliards d'euros de salaires bruts. Les pôles urbains concentrent les trois quarts de cette masse salariale et regroupent la moitié de la population. Ils accueillent les emplois les mieux rémunérés. La sphère « productive » (industrie, services aux entreprises, commerce de gros, transport de marchandises) distribue 42 % de la masse salariale régionale.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 37
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Numéro 90 : septembre 2006
pages6
de l'Insee
En Midi-Pyrénées, les trois quarts
de la masse salariale sont distribués
dans les pôles urbains
En 2004, 882 000 salariés travaillant en Midi-Pyrénées ont
perçu 21 milliards d’euros de salaires bruts. Les pôles urbains
concentrent les trois quarts de cette masse salariale et
regroupent la moitié de la population. Ils accueillent les emplois
les mieux rémunérés. La sphère « productive » (industrie,
services aux entreprises, commerce de gros, transport de
marchandises) distribue 42 % de la masse salariale régionale.
Note de lecture
L’espace urbain est un zonage construit pour mesurer l’influence des villes. Il s’appuie notamment sur les déplacements domicile-travail
afin de prendre en compte le phénomène de polarisation des emplois. C’est un ensemble d’un seul tenant composé d’un pôle urbain, d’une
couronne périurbaine et de communes multipolarisées.
Un pôle urbain est une commune ou un ensemble de communes d’au moins 2 000 habitants avec continuité du bâti, offrant au moins 5 000 emplois.
L’espace rural comprend les communes qui ne font pas partie de l’espace urbain.
Isabelle PERTILE
Supplément départemental
Regards sur ... n° 25 1
6pages n° 90 - Insee Midi-Pyrénéeswww.insee.fr/mp
n 2004, dans la région M i d i - les marchés extérieurs au territoire sphère « productive » concentre 42 %E Pyrénées, 21 milliards local (sphère « productive »), ceux qui des rémunérations. Cet écart s’explique
d’euros ont été perçus par fournissent des biens et services à la notamment par le fait que les services
882 000 salariés. Midi-Pyrénées population localisée sur le territoire aux entreprises, et plus particulièrement
ese place en 8 position des régions (sphère « résidentielle »), et l’ensemble les activités de conseils et d’assis-
françaises, aussi bien en termes de des administrations et collectivités tance, offrent des rémunérations plus
masse salariale brute que d’effectifs publiques (sphère « publique »). importantes que les autres secteurs
salariés, derrière la Bretagne et La sphère « productive » comprend d’activité. Les fortes qualifications
devant la région Centre. l’industrie, les services aux entreprises, requises pour ces prestations se tradui-
En Midi-Pyrénées, 70 % des salariés la logistique... Parmi les 21 milliards sent par des salaires élevés. À l’inverse,
travaillent dans les pôles urbains. Ces d’euros de masse salariale brute dis- l’économie résidentielle emploie 41 %
derniers concentrent donc davantage tribuée dans la région, 8,8 milliards des salariés et ne représente que 34 %
les activités que les populations puis- d’euros sont versés par la sphère de la masse salariale totale. Cela tient
qu’ils ne regroupent que la moitié de « productive » (soit 3,6 % du total français). à la structure des emplois et à leur
la population régionale. Cette concen- La sphère « résidentielle » correspond faible qualification. Dans le commerce
tration est plus marquée encore pour aux services à la population présents de détail ou encore l’action sociale,
la masse salariale régionale, dont 75 % sur le territoire, dès lors qu’ils ne sont le temps partiel est particulièrement
provient des établissements implantés pas rendus par des établissements de développé. Dans le bâtiment, les
dans les pôles urbains. Ces pôles la sphère « publique ». Elle inclut aussi emplois peu qualifiés font baisser la
accueillent les emplois les mieux rému- le secteur de la construction, le trans- rémunération moyenne, tout comme
nérés. Le poids des professions intermé- port ferroviaire et les services postaux. dans l’hôtellerie-restauration.
diaires (27 % contre 25 % en moyenne La sphère « résidentielle » verse
régionale) et des cadres et professions 7,1 milliards d’euros de salaires bruts La fonction publique régionale
intellectuelles supérieures (17 % contre (3,7 % de la masse salariale nationale). a un poids un peu supérieur
14 %) y est en effet plus élevé. Enfin, 5 milliards d’euros de salaires à la moyenne française
sont versés par la sphère « publique »
La sphère « publique » pèse pour 24 %Des salaires moyens plus (soit 4,2 % de la masse salariale
dans le total régional, aussi bien en termesnationale). La sphère « publique »élevés dans la sphère
de rémunérations qu’en termes decomprend les administrations de« productive »
salariés. Ainsi, la rémunération brutel’État, les collectivités territoriales, et
des agents en poste dans les établis-Les établissements employeurs peuvent les établissements publics à caractère
sements de la fonction publique
se répartir en trois groupes : ceux dont administratif (hôpitaux, universités,...).
d’État, hospitalière ou territoriale a un
l’activité économique est orientée vers Avec 35 % des emplois régionaux, la
poids légèrement plus important dans
la masse salariale régionale (24 %)
que dans l’ensemble de la France (22 %).
Le poids relatif de la sphère « publi-
que » est plus important autour d’une
diagonale qui va du nord-est au sud-
ouest de la France, où la densité
démographique est plus faible. Le
poids de la masse salariale distribuée
par la sphère « publique » est notam-
ment le même en Midi-Pyrénées qu’en
Champagne-Ardenne, Picardie,
Bourgogne et Franche-Comté. C’est
dans les départements d’Outre-Mer
que la fonction « publique » pèse le
plus (plus de 40 %) et c’est en Ile-de-
France que son poids est le plus faible
(15 %).
2
6pages n° 90 - Insee Midi-PyrénéesUne sphère « productive » exception dans un grand Sud-Ouest Siemens VDO Automotive, ainsi que
où les activités orientées vers les la recherche et le développementtrès présente à Toulouse
marchés extérieurs sont relativement (Centre National d’Études Spatiales,
La région Midi-Pyrénées comporte moins développées. En cela, elle se Centre National de la Recherche
des zones d’emploi de tailles très démarque des zones d’emploi de Scientifique). La sphère « productive »
diverses. La zone d’emploi de Bordeaux ou de Montpellier. Cette toulousaine emploie 39 % des sala-
Toulouse, où travaillent près de la particularité tient notamment à la riés mais concentre 48 % de la masse
moitié des salariés de la région, est localisation dans le bassin toulousain salariale. Cet écart de rémunération
suivie de très loin par celles de Mon- de grandes unités spécialisées dans s’explique par la présence d’établis-
tauban, d’Albi-Carmaux et de Tarbes, la construction aéronautique et spa- sements à forte valeur ajoutée, riches
qui accueillent chacune environ 6 % tiale (Airbus France, EADS Astrium en emplois qualifiés.
des salariés. Les plus petites zones SAS, Latécoère, Liebherr Aérospace
d’emploi (Villefranche-de-Rouergue, Toulouse) ainsi que de nombreux éta- De petites zones d’emploi
Lannemezan, Saint-Girons et blissements liés dans le domaine de spécialisées
Lavelanet) ne comptent chacune la sous-traitance industrielle et des
qu’environ 1% des salariés. services aux entreprises. La construc- Trois des quatre très petites zones
Sans être véritablement spécialisée, tion électrique et électronique y est d’emploi de la région sont spécialisées
la zone d’emploi de Toulouse se également très présente avec quel- dans une activité de l’une des trois sphè-
caractérise par l’importance de sa ques grandes unités telles qu’Alcatel res. La fonction publique hospitalière a
sphère « productive ». Elle fait ainsi Space, Freescale Semiconducteurs et un poids important à Lannemezan
Un poids important de la sphère " productive " Une sphère " résidentielle " distribuée
dans la zone d'emploi de Toulouse sur toutes les zones d'emploi de Midi-Pyrénées
Poids de la sphère
Poids de la sphère " productive " " résidentielle "
dans l'ensemble des rémunérations dans l'ensemble des rémunérations
(%) (%)
56,3 ou plus 42,0 ou plus
de 46,9 à moins de 56,3 de 34,5 à moins de 42,0
de 38,9 à moins de 46,9 de 30,0 à moins de 34,5
de 30,4 à moins de 38,9 de 25,9 à moins de 30,0
moins de 30,4 moins de 25,9
© IGN-Insee 2006 © IGN-Insee 2006
Une sphère " publique " plus présente
hors de la zone d'emploi de Toulouse
Poids de la sphère " publique "
dans l'ensemble des rémunérations
(%)
30,7 ou plus
de 25,7 à moins de 30,7
de 22,0 à moins de 25,7
de 17,6 à moins de 22,0
moins de 17,6
© IGN-Insee 2006
Source : Insee - CLAP 2004
3
6pages n° 90 - Insee Midi-PyrénéesZ oom sur le Pays du Comminges Pyrénées
Situé dans la Haute-Garonne, le Pays du Comminges Pyrénées englobe la zone d’emploi de Saint-Gaudens et le sud de celle de
Toulouse. En 1999, il comptait 72 000 habitants. Ce Pays comprend 236 communes, dont les plus importantes sont Saint-
Gaudens (10 800 habitants), Bagnères-de-Luchon (2 900), Montréjeau (2 600) et l’Isle-en-Dodon (1 900). Au 31 décembre 2004,
le Pays du Comminges Pyrénées compte 18 400 salariés, intérimaires compris. En 2004, la masse salariale brute distribuée sur
ce territoire atteint 374 millions d’euros soit 1,8 % des rémunérations versées en Midi-Pyrénées. Le Pays du Comminges Pyrénées
emploie 4,2 % des salariés de Midi-Pyrénées hors zone d’emploi de Toulouse, pour 3,9 % de la masse salariale brute.La sphère
« résidentielle » distribue 39 % des salaires du Pays du Comminges Pyrénées, contre 37 % au niveau régional hors zone
d’emploi de Toulouse. Vient ensuite la sphère « publique » : 31 % des salaires (contre 28 %) et enfin la sphère « productive »
30 % (contre 35 %). La part plus élevée de la sphère « résidentielle » est liée à la proximité des stations pyrénéennes de ski
et de thermalisme. L’importante contribution de la fonction publique s’explique par la présence de structures hospitalières à
Saint-Gaudens, Bagnères-de-Luchon, et Salies-du-Salat. On retrouve aussi au sein de ces mêmes communes , ainsi qu’à Gourdan-
Polignan, des établissements d’enseignement secondaire. L’espace rural accueille la moitié des effectifs et des rémunérations du
Pays du Comminges contre respectivement 22 % et 19 % dans l’ensemble de la région.
Dix principaux établissements
SYND INTERCOM ACTION SOCIAL MILIEU RURAL
SICOM ACTION SOCIALE SOCIÉTÈ D'EXPLOITATION COMMINGEOISE
CENTRE DISTRIBUTEUR E LECLERC
CENTRE HOSPITALIER ST GAUDENS
ASS POUR SAUVEGARDE ENFANTS INVALIDES
INSTITUT DE RÉÉDUCATION DU COMMINGES
SIVOM CANTONS
SERCEL
MONTREJEAU SAINT-GAUDENS TEMBEC SAINT-GAUDENS
COMMUNE DE SAINT-GAUDENS
MAIRIE Contour de la zone
Communes
Activité
Industries des biens d'équipement
Industries des biens intermédiaires
Commerce
COMMUNE DE BAGNERES-DE-LUCHON Éducation, santé, action sociale
MAIRIE
Administration
690HOPITAUX DE LUCHON
CTRE DE RÉÉDUCATION FONCTIONNELLE 230
© IGN-Insee 2006
Source : Insee - CLAP 2004
4
6pages n° 90 - Insee Midi-Pyrénées(hôpital psychiatrique de Lannemezan) Des emplois mieux rémunérés publique hospitalière. En termes de
et Saint-Girons (Centre hospitalier rémunérations, la part de la fonctiondans la fonction publique d’État
départemental Ariège Couserans). La publique d’État au sein de la sphère
sphère « productive » a une place pré- Au sein de la région, la fonction publi- « publique » est encore plus élevée :
pondérante dans la zone d’emploi de que d’État représente 42 % des 51 % contre 28 % pour la fonction
Lavelanet, spécialisée dans l’industrie emplois de la sphère « publique », publique territoriale et 21 % pour la
textile. De nombreuses unités de ce contre 38 % pour la fonction publique fonction publique hospitalière. Les emplois
bassin, essentiellement des PME, sont territoriale et 20 % pour la fonction de la fonction publique d’État sont donc
ainsi spécialisées dans la fabrication de
Des zones d'emploi plutôt diversifiéestissus techniques destinés principale-
Poids des sphères en termes de rémunérations (%) ment au secteur automobile. Seule la
zone de Villefranche-de-Rouergue Sphère Sphère Sphère Total
"productive" "résidentielle" "publique"présente un profil proche de la moyenne
régionale. Toulouse 48 31 21 100
Montauban 36 38 26 100La plupart des autres zones d’emploi de
Albi-Carmaux 32 42 26 100
la région, de taille intermédiaire, sont Tarbes 34 36 30 100
Rodez 36 39 25 100plutôt diversifiées. Seules les zones de
Castres-Mazamet 47 30 23 100
Lourdes, de Castres-Mazamet, de Nord- Auch 31 36 33 100
du-Lot et de Figeac-Decazeville affichent Saint-Gaudens 33 38 29 100
Figeac-Decazeville 39 38 23 100une certaine spécialisation. La sphère
Cahors 28 41 31 100
« résidentielle » est très présente à Millau 39 36 26 100
Nord-du-Lot 42 36 22 100Lourdes, premier pôle touristique de la
Lourdes 23 52 25 100
région et seconde ville hôtelière de Villefranche-de-Rouergue 42 31 27 100
France. La zone de Castres-Mazamet Lannemezan 24 36 40 100
Saint-Girons 31 30 39 100perpétue la tradition d’une filière textile
Lavelanet 52 24 24 100
orientée vers le tissage destiné à 34 33 33 100
Midi-Pyrénées 42 34 24 100l’habillement, la fabrication d’articles à
France 43 35 22 100
maille et, dans une moindre mesure, la
Source : Insee - CLAP 2004
filature. Celle du Nord-du-Lot est davan-
tage tournée vers les industries
agroalimentaires avec la présence d’éta-
blissements importants dans la transfor-
mation de fruits (Andros, Materne) et la
fabrication de foies gras (Valette foies
gras). Celle de Figeac-Decazeville est
spécialisée dans la métallurgie et la
transformation des métaux avec en parti-
culier la Société Aveyronnaise de
Métallurgie et Ratier Figeac, mais la
sphère « résidentielle » y est aussi très
présente au travers d’établissements de
santé et d’action sociale. Dans les autres
zones d’emploi de la région, peu spé-
cialisées, le poids de la sphère « pro-
ductive » est inférieur à la moyenne
régionale, au bénéfice de la sphère
« résidentielle » (Montauban, Albi-Carmaux,
Rodez, Millau) ou de la sphère
« publique » (Foix-Pamiers), voire des
deux (T arbes, Auch, Saint-Gaudens, Cahors).
5
6pages n° 90 - Insee Midi-Pyrénéesmieux rémunérés en moyenne que
ceux des fonctions publiques territo-éfinitions
riale et hospitalière. Cela tient notam-D
ment à la proportion plus importante
La sphère « productive » comprend l’industrie agroalimentaire, l’industrie de cadres, enseignants en particuliers,
manufacturière, l’énergie, les services aux entreprises, le transport de mar- au sein de la fonction publique d’État.
chandises, le commerce de gros, la logistique et les activités immobilères.
Cette sphère regroupe des établissements dont l’activité économique est orientée Dans les zones d’emploi de Montauban,
vers les marchés extérieurs au territoire local. Albi-Carmaux, Tarbes, Rodez, Auch,
Saint-Gaudens, Cahors, Millau,
La sphère « résidentielle » correspond aux services à la population présente Lourdes,Villefranche-de-Rouergue,
sur le territoire dès lors qu’ils ne sont pas rendus par des établissements de la
Lannemezan, Saint-Girons et Foix-
sphère « publique ». Elle inclut également le secteur de la construction, le
Pamiers, qui abr itent pour la plupart une
transport ferroviaire et les services postaux.
préfecture de département, le poids de
la sphère« publique » est supérieur à la
La sphère « publique » comprend les administrations et collectivités publiques.
moyenne régionale. Au sein de la sphèreSont comptabilisés les agents en poste dans les établissements recrutant sur
« publique », la fonction publique d’Étatla base du droit public : administrations de l’État, collectivités territoriales,
a un poids particulièrement fort dans laétablissements publics à caractère administratif (hôpitaux, universités,...).
zone d’emploi de Toulouse (47 % des
emplois publics de la zone et 55 % desLe champ d’étude couvre l’ensemble de l’emploi salarié, en dehors des emplois
domestiques, de ceux de l’agriculture et de la défense. Les non-salar iés, comme rémunérations). Cela s’explique naturel-
les artisans et les professions libérales, ne sont donc pas comptabilisés. lement par la fonction de chef-lieu de
région qui implique la présence de nom-
breuses directions régionales de l’État.
La fonction publique territoriale est très
présente dans la zone de Saint-Gaudens
par le biais de syndicats intercommunauxC LAP
de type SIVOM, SICOM ou de commu-
Un nouvel outil pour la connaissance nauté de communes (36 % des emplois
de la sphère « publique » et 37 % desdes emplois et des rémunérations
rémunérations). À Lannemezan et Saint-au niveau local
Girons, c’est la fonction publique hospi-
Le dispositif « Connaissance locale de l’appareil productif » (CLAP) a été
talière qui prédomine.conçu pour mesurer l’emploi et les salaires au niveau local, en utilisant les
données issues de plusieurs sources, notamment SIRENE, EPURE
(URSSAF), DADS (Déclarations annuelles de données sociales). CLAP
INSTITUT NA TIONAL DE LA STATISTIQUE
rassemble à un niveau géographique fin et sur un champ complet, non
ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES
limité au traditionnel champ ICS « Industrie, Construction, Commerce et DIRECTION REGIONALE
DE MIDI-PYRENEESservices », des données sur la localisation des établissements employeurs,
Téléphone : 05 61 36 61 36les effectifs employés, les rémunérations versées par secteur d’activité sur
Télécopie : 05 61 36 62 00l’ensemble de l’économie, marchande et non marchande, hors agriculture,
Adresse : 36, rue des Trente-Six-Ponts
personnels militaires dépendant du Ministère de la Défense et emplois BP 94217
31054 TOULOUSE CEDEX 4domestiques. CLAP vise la fourniture annuelle d’une information de qualité
Directrice de la publication :homogène au niveau du croisement zone d’emploi - NES114.
Magali Demotes-Mainard
Les non-salariés, comme les artisans et les professions libérales, ne sont
Rédactrice en chef : Marie-Pierre Plaux
pas comptabilisés. Maquettistes : Isabelle Darles
Évelyne De MasDans cette étude, les établissements pris en compte sont uniquement les
Imprimeur : Escourbiacétablissements employeurs.
Dépôt légal : septembre 2006Dans CLAP, l’emploi est mesuré au sens des « postes de travail » pourvus
ISSN : 1262-442X
au 31/12 par établissement employeur. Cette approche centrée sur la notion CPPAP : 183AD
SAGE : SIPAG9076de « facteur travail » au sein du système productif ne se substitue donc pas
aux estimations d’emploi basées sur le nombre de personnes en emploi
Prix : 2,5 €
dans un territoire, leurs caractéristiques sociales et leurs trajectoires.
6
6pages n° 90 - Insee Midi-Pyrénées

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.