Environnement : Déchets en Guadeloupe, un enjeu majeur de salubrité publique

De
Publié par

Environnement Déchets en Guadeloupe : un enjeu majeur de salubrité publique la Cour de Justice Européenne ans le domaine de la gestion Avec treize décharges non déjà en mars 2007 pour sa mau-Ddes déchets, l’année 2007 en autorisées sur son terri- vaise application des directives Guadeloupe aura malheureuse- toire, la Guadeloupe fait européennes sur la gestion des ment été marquée par des avan- déchets. Une nouvelle condam-cées limitées sur le terrain. Ainsi, partie des mauvais élè- nation apparaît prochainement la situation est encore aujourd’hui ves. Pourtant, une filière inévitable, avec cette fois une loin d’être satisfaisante : la quasi- naissante de valorisation amende substantielle à payer que intégralité des déchets ménagers l’État pourrait bien ensuite réper-de l’archipel finit dans une des 16 des déchets est amenée à cuter sur les collectivités locales décharges existantes, en comptant se développer rapidement responsables.celle de Saint-Martin. grâce à des moyens fi- La mauvaise gestion des déchets Seulement trois d’entre elles sont est par ailleurs à l’origine de cri-autorisées, mais aucune n’est nanciers importants dont ses comme celle conforme à la dispose le département. La Guadeloupe, observée en sep-réglementation, Dans ce cadre, des objec- tembre 2007, avec générant des mauvais élève tifs ambitieux ont été fixés le blocage de la nuisances sani- pour les décharges décharge de Baillif taires et environ-à l’horizon de 2020.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 143
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Environnement
Déchets en Guadeloupe :
un enjeu majeur
de salubrité publique
la Cour de Justice Européenne ans le domaine de la gestion Avec treize décharges non
déjà en mars 2007 pour sa mau-Ddes déchets, l’année 2007 en
autorisées sur son terri- vaise application des directives Guadeloupe aura malheureuse-
toire, la Guadeloupe fait européennes sur la gestion des ment été marquée par des avan-
déchets. Une nouvelle condam-cées limitées sur le terrain. Ainsi, partie des mauvais élè-
nation apparaît prochainement la situation est encore aujourd’hui
ves. Pourtant, une filière inévitable, avec cette fois une loin d’être satisfaisante : la quasi-
naissante de valorisation amende substantielle à payer que intégralité des déchets ménagers
l’État pourrait bien ensuite réper-de l’archipel finit dans une des 16 des déchets est amenée à
cuter sur les collectivités locales décharges existantes, en comptant se développer rapidement
responsables.celle de Saint-Martin.
grâce à des moyens fi- La mauvaise gestion des déchets Seulement trois d’entre elles sont
est par ailleurs à l’origine de cri-autorisées, mais aucune n’est nanciers importants dont
ses comme celle conforme à la dispose le département. La Guadeloupe, observée en sep-réglementation,
Dans ce cadre, des objec- tembre 2007, avec générant des mauvais élève
tifs ambitieux ont été fixés le blocage de la nuisances sani-
pour les décharges décharge de Baillif taires et environ-à l’horizon de 2020. Pour
et l’interruption momentanée de nementales avérées. Avec 13 dé-y parvenir, les décharges
la collecte des ordures ménagè-charges non autorisées sur les 45
devront être mises aux res dans le sud de la Basse-Terre. recensées sur le territoire natio-
La première victime de cette si-nal, la Guadeloupe fait partie des normes et des unités de
tuation est bien évidemment la mauvais élèves. Elle a concouru à traitements des déchets
population guadeloupéenne.la condamnation de la France par
construites.
16 N° 70 - Guadeloupe - Septembre 2008Environnement
D’autre part, la collecte sélective et vraient permettre la mise en œuvre Outre des bénéfices environne-
la valorisation par recyclage des dé- de ces équipements. Ainsi, 103 mil- mentaux évidents, la mise en œu-
chets ne sont qu’embryonnaires en lions d’euros d’investissements vre du plan apportera à la Guade-
Guadeloupe. Paradoxalement, un pourront être financés sur cette pé- loupe une part de développement
certain nombre de filières existent riode dans le domaine des déchets, économique. On estime en effet,
au niveau local (plastique, déchets dont 63 millions d’euros apportés que la mise en œuvre du plan gé-
verts, ferraille…), alors que de gran- par l’Union européenne. L’État, le nérera plus de 300 emplois directs.
des quantités de déchets recyclables Conseil régional et le Conseil gé- D’autre part le recyclage de nos
finissent dans les décharges. Les en- néral se sont , chacun, engagés à déchets comme, par exemple, les
treprises de ces filières sont ainsi en hauteur de 8 millions d’euros sur bouteilles en plastique, générera
difficulté faute de commandes. la même durée pour soutenir finan- de l’ordre de 90 000 tonnes par
cièrement les différents porteurs de an de matière première dite «se-
projets. Le complément devra être condaire», qui pourront alors être
Une filière naissante apporté par les porteurs de projets exportées via les infrastructures
eux-mêmes, notamment les com- portuaires de Guadeloupe, vers de valorisation
munes et des entreprises privées. des usines qui les utiliseront dans
des déchets
leur procédé de fabrication.
La Guadeloupe dispose donc de
Cependant, l’année 2007 peut être moyens financiers conséquents mis En parallèle, des unités industrielles
qualifiée d’année de transition, au à sa disposition pour améliorer la de traitement devront être construi-
cours de laquelle la Guadeloupe gestion de ses déchets. Les instan- tes, et les décharges hors normes
s’est dotée d’outils devant lui per- ces européennes seront extrême- telles que nous les connaissons
mettre de faire face avec optimisme ment attentives à la consommation aujourd’hui devront être fermées
au défi de la modernisation rapide de ces crédits dans le domaine des mais aussi réhabilitées afin de sé-
de la gestion de ces déchets dans déchets sur le période 2007-2013. curiser les sites. Le travail qui reste
les années à venir. Ainsi, le Conseil Le département a en effet laissé à réaliser et les montants financiers
Général de Guadeloupe, a finalisé passer les opportunités des pro- sont donc colossaux.
la révision du Plan Départemental grammes 1994-1999 et 2000-2006 Les collectivités locales compéten-
d’Élimination des Déchets Ména- sans régler le problème. Ainsi par tes dans le domaine des déchets,
gers et Assimilés (PDEDMA). L’en- exemple, le DOCUP 2000-2006, notamment les communes, les
quête publique préalable à l’adop- s’est soldé avec une consomma- communautés de communes et les
tion définitive du plan, qui s’est tion d’environ 3,3 millions d’euros SICTOM, ont l’obligation de réus-
déroulée de novembre à décembre seulement de fonds européens sur sir. Face à ces enjeux, elles devront
2007, a permis un large débat sur les 35 millions d’euros qui avaient rapidement mettre en place une
le sujet. La Guadeloupe, et notam- été prévus dans le domaine des dé- organisation administrative perfor-
ment les collectivités en charge des chets. mante pour mettre en œuvre cha-
déchets, disposent maintenant d’un Il importe donc que des projets que action. Pour une plus grande
cadre modernisé, véritable feuille voient le jour rapidement dès 2008, efficacité et une meilleure cohé-
de route, dans lequel inscrire leurs et utilisent les soutiens financiers rence d’ensemble, il apparaît donc
actions. disponibles. pertinent de mettre en place une
Le montant total des investisse- structure administrative unique, re-
ments prévus par le plan à réaliser groupant toutes les communes de Des objectifs ambitieux à
d’ici 2020 est estimé à près de 260 Guadeloupe, et ayant en charge le
l’horizon de 2020millions d’euros afin de mieux gé- traitement des déchets ménagers
rer les quelques 580 000 tonnes de sur tout le territoire.
Les actions prioritaires définies par déchets ménagers et assimilés pro-
le nouveau PDEDMA devront no-duites sur l’archipel à cette date.
tamment permettre l’amélioration
des performances de la Guade- David PONCET
loupe en matière de collecte sélec-Dans cette optique, l’aboutissement DIREN
tive et de recyclage de ses déchets. de la préparation du programme
L’objectif est de passer de 4-5 % opérationnel 2007-2013 des fonds
de déchets valorisés aujourd’hui européens ainsi que l’officialisation
à plus de 80 % à l’horizon 2020. du Contrat de Projet État/Région de-
17 N° 70 - Guadeloupe - Septembre 2008

Les commentaires (1)
Écrire un nouveau message

17/1000 caractères maximum.

simo_1994larache

nice

mercredi 6 avril 2016 - 19:50