Grandes et petites villes structurent le territoire.

De
Publié par

L'armature urbaine de Midi-Pyrénées s'est peu modifiée durant les dernières décennies. Par contre, le territoire quotidien s'est progressivement transformé généralement en s'élargissant et en se dispersant : lieux de résidence, lieux de travail, lieux d'achats, ... Deux cartes présentées ici rendent compte de cette nouvelle organisation du territoire.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 29
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Espaces urbains, espaces ruraux (carte pages 5 et 6)
l’aune de leur population la (Mazamet-Aussillon, Decazeville-Aubin- pôles ruraux, du point de vue de l’em-
hiérarchie des villes de Midi- Cransac-Firmi-Viviez, Carmaux-Blaye- ploi, se traduit essentiellement par leA Pyrénées présente une relative les-Mines-Rosières-Saint-Benoît) n’ont maintien de la population locale.
stabilité. Des années soixante à la fin pas connu cette croissance de l’emploi et Globalement, de 1962 à 1999, la popu-
du siècle, Toulouse oscille entre leur attraction reste limitée. lation propre de ces pôles, pour la
350 000 et 400 000 habitants, Tarbes région Midi-Pyrénées, s’accroît légère-
et Montauban autour de 50 000, Développement des ment (de 134 000 à 148 000 habitants),
Cahors de 20 000, Foix de 10 000. périphéries urbaines celle de leurs périphéries stagne (deNuméro 32 : décembre 1999
Tout au plus peut-on observer quelques 86 000 à 87 000 habitants). Il ne s’agit
modifications dues pour l’essentiel Ainsi apparaît une nouvelle évidemment pas d’une périurbanisation
à l’apparition progressive, parmi les organisation du territoire où émergent au sens de celle qui s’observe autour
communes les plus peuplées, de villes de vastes ensembles constitués de des villes plus importantes. Mais làGrandes et petites villes
de la banlieue toulousaine (Colomiers, zones généralement concentriques. La aussi concentration des emplois et
Tournefeuille, Blagnac...), et à l’inverse densité de peuplement et l’intensité de dispersion des résidences participent àstructurent le territoire à la régression de grands sites industriels la dépendance y décroissent à mesure l’émergence de territoires de transition
(Carmaux, Decazeville, Mazamet...). que l’on s’éloigne du centre. En appli- avec le milieu rural. De la même façon
quant au recensement de 1968 les défi- d’ailleurs, autour des aires urbaines
Permanence nitions retenues en 1990 pour les pôles se crée un halo, pas encore périurbain
de l'armature urbaine urbains et pour les communes mais déjà en rupture avec le rural éloi-
Dix-neuf pôles urbains
périurbaines, on peut mesurer l’ampleur gné. Cette rupture se traduit aussi
et dix-neuf pôles ruraux Souillac
Par contre l’analyse de l’emploi des changements. Passer de 16 pôles par une stagnation de la population au
Gourdon
occupé dans ces villes, que ce soit par urbains, regroupant 74 communes et sein de ce halo et par une diminution
Figeac
Decazeville leur population propre ou par celle de 900 000 habitants en 1968, à 19 pôles, au-delà.
Capdenac-Gare
leur voisinage, met en lumière de 119 communes et 1 250 000 habitantsCahors Rodez
Midi-PyrénéesVillefranche-de-Rouergue profonds bouleversements. Toulouse en 1999 indique un schéma urbain rela-
CaussadeValence bien sûr se distingue tant par le tivement stable. Mais que le nombre deMillauMoissac Population de l'espace urbain
Carmaux nombre d’emplois concernés (140 000 communes périurbaines s’accroisse deMontauban Saint-AffriqueCastelsarrasin
(hors celui de Toulouse)GaillacCondom Albi en 1962, 225 000 en 1990, dont plus 87 à 542 et leur population de 50 000 à
en milliersVillemur- GraulhetFleurance de 100 000 occupés par des résidents 360 000 habitants entre 1968 et 1999 500sur-Tarn Lavaur
extérieurs) que par l’étendue de la zone souligne le bouleversement des espaces
CastresAuch centres urbains
Revel où se recrutent ces travailleurs (l’aire jusqu’alors ruraux qui entourent, à des 400Toulouse Mazamet
urbaine s’étend sur 255 communes). distances de quelques dizaines de kilo-
Tarbes
300Ce mouvement de concentration des mètres, les villes de la région.
Lourdes Lannemezan Pamiers
emplois et de constitution d’espaces
Bagnères-de- Saint-Gaudens 200Foix périurbains est comparable, et même Un phénomène semblable, maisBigorre communes périurbainesSaint-Girons Lavelanet pôle urbain communes de banlieueBagnères-de-Luchon parfois relativement plus conséquent, beaucoup plus limité par les popula- 100pôle rural
pour toutes les villes moyennes de la tions concernées, se produit aux envi-
région. A Auch par exemple rons des villes plus petites. Autour 0
Source : Insee © Insee 1999 - IGN 1999 1962 1968 1975 1982 1990 1999
travaillaient 7 700 personnes en 1962, de 19 « pôles ruraux » se trouvent ainsi
essentiellement des habitants de la environ 300 communes qui en dépen-
Population de l'espace ruralcommune, en 1990 elles sont 14 500, dent du point de vue de l’emploi. Par
INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE en milliersdont 42 % résidant à l’extérieur. rapport aux espaces urbains cetteL'armature urbaine de Midi-Pyrénées
ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES
600DIRECTION REGIONALE Doublement de l’emploi et accroisse- dépendance est généralement beaucoup
DE MIDI-PYRENEESs'est peu modifiée durant les dernières décennies. 500ment de la dispersion géographique des plus faible, et l’offre d’emploi est assez
Téléphone : 05 61 36 61 36 communes isolées
Télécopie : 05 61 36 62 00 personnes employées se produisent à réduite. Un pôle comme Saint-Girons
400Par contre, le territoire quotidien s'est progressivement Adresse : 36, rue des Trente-Six-Ponts
peu près à l’identique à Foix, Cahors, attire 35 communes, mais ne leur four-31054 TOULOUSE CEDEX 4
halo urbain300Directeur de la publication : Figeac ou Villefranche-de-Rouergue et nit qu’un millier d’emplois. D'autrestransformé généralement en s'élargissant
Benjamin Camus
de façon un peu atténuée à Castres, pôles au rayonnement plus restreintRédacteur en chef : 200
Bruno Mura pôles rurauxet en se dispersant : lieux de résidence, Albi ou Montauban. A Tarbes ou comme Saint-Affrique, Gourdon ou
Maquettiste : 100
Madeleine Cambounet Rodez, l’emploi en banlieue est répandu Fleurance n’en offrent à l’extérieur que
périphéries des pôles rurauxlieux de travail, lieux d'achat, ...
Imprimeur : Reprographie Moderne, 31770 Colomiers et cette dispersion s’effectue selon des quelques centaines. Leur influence est 0
Dépôt légal : décembre 1999
1962 1968 1975 1982 1990 1999processus plus complexes. Seules les à l’évidence bien plus réduite que celleISSN : 1262-442XDeux cartes présentées ici rendent compte de
CPPAP : 183AD villes d’industries traditionnelles pour- des villes, grandes et moyennes. La rela-SAGE : SIPAG3276 Source : Insee - Recensements de la population
cette nouvelle organisation du territoire. vues, de longue date, de banlieues tive prospérité de la plupart de cesPrix : 15 F - 2,29
2N20
A75
A62
N113
A64
N112
A61
N124
Les bassins de services
Les Quatre-Routes CANTAL HAUTE-
VayracDORDOGNE Biars LOIREMartel
Bretenoux Sousceyrac
Souillac
Mur-de-BarrezSt-Céré
Ste-GenevièveLatronquière
GramatGIRONDE Gourdon Lacapelle-
Marival St-Amans
Salviac LaguioleLabastide- EntrayguesCazals Bagnac-sur-CéléMurat Figeac St-Cyprien
Fumel Decazeville
Catus
Capdenac- EspalionPrayssac St-Geniez-d'OltCajarc MarcillacGarePuy- MontbazensLuzech Bozoulsl'Evêque CahorsLOT-ET-GARONNE Villeneuve Sébazac-
Rignac Concourès LOZERELimogne Laissac
Montcuq
Villefranche-de- SévéracLalbenqueMontaigu Rodez
Rouergue Baraqueville Pont-de-LucBourg-de- Castelnau Rieupeyroux SalarsLauzerteVisa Caylus La Fouillade
Cassagnes-Molières Caussade NaucelleMoissac BégonhèsSt-Antonin Salles-Curan
LaguépieLafrançaise MillauValence
Astaffort CarmauxLANDES Nègrepelisse Cordes Réquista
St-Nicolas Montauban Valence-Castelsarrasin GARDMiradoux
d'AlbigeoisMonclarLavitLectoure St-Jean-du-BruelMontréal Condom MontechCazaubon Gaillac CoupiacLabastide- Salvagnac St-AffriqueVilleneuve- AlbiLes bassins Beaumont St-PierreSt-Clar Lisle-sur-TarnEstangde-Marsan Valence-Eauze St-SerninGrisollesde services intermédiaires sur-Baïse Villemur AlbanVerdunFleurance RabastensFrontonen 1998 Nogaro
BessièresBouloc Réalmont CamarèsMauvezin Cadours St-SulpiceGrenadeAire-sur- GraulhetVic-Fezensac CologneLes pôles de services sont définis à partir de la l'Adour MontastrucAignan Lautrec Lacaune
LavaurAuch St-Paul-présence sur le territoire d’une commune de Riscle Lévignac Verfeil Cap-de-Joux BrassacGimontPlaisancecommerces et d’équipements de services (ici Castres
L'Isle-Jourdain
Puylaurensau moins 9 des 16 services intermédiaires : den- ToulouseFonsorbesSaramon Soual HERAULTMarciac Mirande Caramantiste, magasin d'électroménager, quincaillerie, LabruguièreSamatanSeissanMaubourguet St-Lys Dourgne MazametBaziègebanque, magasin de vêtements, librairie, etc.) LombezSimorre RevelVillecomtal Montgiscard Labastide-Rouairoux
Miélanet de l’attraction qu’exercent ces services sur VenerqueRieumesVic-en Masseube Villefranche-
Bigorre Naillouxles communes environnantes. On affecte ensuite de-LauragaisRabastens AuteriveL'Isle-en-Dodon
St-SulpiceTrie Le Fousseretcomme pôle à chaque commune non équipée CintegabelleCarbonneCastelnau-Soumoulou BoulogneIbosla commune qui l’attire pour le plus grand nom- Magnoac RieuxAurignac MazèresTarbes Lézatbre d’équipements (en cas d’égale attraction par Pontacq Montesquieu SaverdunMartresTournay
Nay Cazèresplusieurs pôles on fait intervenir des équipements Daumazan
Lannemezan Le FossatMontréjeau St-Martorysupplémentaires). PamiersLourdes Mas-St-GaudensSt-Laurent Salies- MirepoixBagnères-de- d'Azil
du-Salat Varilhes AUDECertaines communes, quoique bien équipées, Bigorre
La Bastide- Laroque-d'OlmesLoures- Aspetne seront pas des pôles car elles n’exercent Pierrefitte de-SérouBarousse
Argelès- Foixaucune attraction et sont attirées par ailleurs, Cierp-Gazost St-GironsArreau Gaud St-Béat Lavelanettandis qu’à l’inverse des communes peu équipées Mer Méditerranée
Luz- Quillanpeuvent avoir une attraction importante, et
St-Sauveur TarasconSt-Lary- Bagnères-
donc être des pôles. Le bassin de services est Soulan de-Luchon
l’ensemble constitué du pôle et des communes Vicdessos Ax-les-
Thermesqu’il attire.
ESPAGNE
ANDORRE PYRENEES-ORIENTALES
© Insee 1999 - IGN 1999Sources : Insee-Scees - Inventaire communal 1998
23 4
PYRENEES-
ATLANTIQUES
A68
A20 Baïse
Garonne
HAUTES-
PYRENEES
PYRENEES-
ATLANTIQUES
Espaces urbains, espaces ruraux
Espaces à dominante urbaine
Ensemble des pôles urbains et des communes périurbaines.CORREZE
HAUTE-CANTAL Aires urbainesDORDOGNE
LOIRE Ensemble de communes, d'un seul tenant et sans enclave, constitué
par un pôle urbain et par des communes rurales ou unités urbaines
Dordogne dont au moins 40 % de la population résidente ayant un emploi travaille
Souillac dans le pôle urbain ou dans des communes de celui-ci.
Communes périurbaines
Communes des couronnes périurbaines et communes multipolarisées.GIRONDE
Gourdon Pôles urbainsFigeac
Unité urbaine (centre urbain et communes de banlieue) offrant 5 000 emplois
LOT Decazeville ou plus et n'appartenant pas à la couronne périurbaine d'un autre pôle urbain.
LOZERE
Capdenac-
Couronnes périurbainesLOT-ET-GARONNE Gare
Ensemble des communes de l'aire urbaine à l'exclusion du pôle urbain.
CAHORS
Communes multipolarisées
Villefranche- RODEZ Communes rurales et unités urbaines situées hors des aires urbaines,
de-Rouergue dont au moins 40 % de la population résidente ayant un emploi travaille
dans plusieurs aires urbaines, sans atteindre ce seuil avec une seule
AVEYRON d'entre elles, et qui forment avec elles un ensemble d'un seul tenant.
TARN-ET-GARONNE
Moissac Caussade
CarmauxValence MillauLANDES GARD Espaces à dominante ruraleMONTAUBANCondom Castelsarrasin
Communes rurales et unités urbaines n'appartenant pas à l'espace
à dominante urbaine.
Saint-AffriqueGaillacVillemur-Fleurance ALBI Communes sous faible influence urbaine (halo urbain)
sur-TarnAdour Ensemble des communes rurales et des unités urbaines appartenant
à l'espace à dominante rurale, qui ne sont pas pôle rural et dont 20 % TARN
ou plus des actifs résidents travaillent dans des aires urbaines.
AUCH Lavaur Graulhet
Pôles rurauxCastresGERS
Unités urbaines ou communes rurales appartenant à l'espace TOULOUSE
à dominante rurale, offrant de 2 000 à moins de 5 000 emploisHERAULT et dont le nombre d'emplois offerts est supérieur ou égal Mazamet
Revel au nombre d'actifs résidents.
Périphérie des pôles ruraux
Ensemble des communes rurales et des unités urbaines de l'espaceHAUTE-GARONNETARBES à dominante rurale, n'étant ni pôle rural, ni sous faible influence urbaine,
et dont 20 % ou plus des actifs résidents travaillent dans les pôles ruraux.Aude
Saint-Gaudens Rural isoléLannemezan Pamiers
Lourdes AUDE
Ensemble des communes rurales et des unités urbaines appartenant
à l'espace à dominante rurale et n'étant ni pôle rural, ni sous faible
Bagnères- influence urbaine, ni périphérie des pôles ruraux.
de-Bigorre
FOIX
Saint-Girons Mer Méditerranée
Lavelanet
Communes disposant d'un nombre étoffé
de services appartenant à la gamme intermédiaireARIEGE
Bagnères-de Luchon
Aire d'attraction
Un trait relie chaque commune qui ne dispose pas d'un certain
nombre de ces services au pôle de services fréquenté habituellement.PYRENEES-ORIENTALESESPAGNE
ANDORRE Sources : Insee - Recensement de la population 1990
© Insee 1999 - IGN 1999 Insee-Scees - Inventaire communal 1998
3 65
Tarn
Truyere
Lot
HéraultLes bassins de services (carte pages 3 et 4) Le territoire quotidien s'élargit
roissance de la population des liaison forte entre l’attraction par l’em- attraction des communes proches de Derrière la stabilité séculaire de De façon beaucoup plus complexe, bourgs de la région à travers l’em-
villes et décroissance de celle des ploi et celle par les services : les pôles Labastide-Murat par Cahors, ou Gramat, l’armature urbaine régionale (une habitat, petit commerce et services, ploi, les commerces et les servicesCcampagnes sont des phéno- urbains et ruraux, définis par leur attrac- ou Gourdon, ou Figeac... Les rares nou- métropole, une vingtaine de villes longtemps étroitement mêlés, ont qu’ils offrent. La prégnance des péri-
mènes déjà anciens. Le mouvement de tion par l’emploi, coïncident toujours veaux pôles, et donc nouveaux bassins, moyennes, quelque 200 gros bourgs) tendance à se séparer. L’habitat se phéries urbaines et la multiplicité des
périurbanisation, en s’étendant large- avec les plus grands pôles de services, se rencontrent dans les zones périur- se cachent des changements profonds : disperse. Les commerces se dépla- pôles d’animation dans le milieu
ment autour des villes, a mis un frein définis par leur attraction commerciale. baines. Ils répondent aux besoins de naissance et extension des banlieues cent du cœur des villes et villages à spécifiquement rural y apparaissent
au dépeuplement des zones rurales. Il populations résidentielles en croissance urbaines, périurbanisation diffuse, leur marge, dans de plus ou moins de façon nette. Les déséquilibres
a parfois inversé des tendances séculai- Cette organisation s’est mise comme Fonsorbes, assez proche de concentrations commerciales, spécia- vastes « zones commerciales ». A la entre les populations concernées
res : le nord de l’Ariège ou les environs progressivement en place et n’évolue Toulouse, mais surtout Sébazac- lisation des espaces. Le territoire notion de proximité, si importante sont parfois considérables. Ils tradui-
de Rodez font preuve aujourd’hui d’un qu’assez lentement. L’opposition entre les Concourès, aux portes de Rodez. La quotidien s’est progressivement pour le petit commerce, se substitue sent alors, selon les cas, une très
dynamisme démographique qui tranche zones périurbaines et le milieu rural croissance dans les banlieues urbaines transformé généralement en s’élar- celle d’accessibilité, essentiellement en grande complexité ou au contraire
avec le passé. traditionnel est évidente. Selon qu’ils sont de l’emploi et de l’offre commerciale, gissant et se dispersant : lieux de automobile, tributaire du réseau une très forte schématisation. Ainsi
situés dans l’un ou l’autre de ces ensem- avec des implantations importantes de résidence, lieux de travail, lieux routier et des possibilités de station- l’aire urbaine de Toulouse abrite plus
Pérennité des bourgs bles, des chefs-lieux de canton faiblement grandes surfaces, pourrait préfigurer une d’études pour les enfants, lieux nement. de 900 000 habitants, celles de
ruraux peuplés sont totalement occultés nouvelle structuration des zones d’achats, lieux de loisirs. Les cartes présentées ici ren- Graulhet, Figeac ou Villefranche-
(Livernon dans le Lot, Peyreleau dans périurbaines, encore très polarisées dans La dissociation entre lieux de dent, en partie, compte de la nou- de-Rouergue moins de 15 000
Même si les campagnes de Midi- l’Aveyron...) ou jouent du fait de leur les autres sites de la région. résidence et lieux de travail s’est velle organisation du territoire qui chacunes. En milieu rural l’attraction
Pyrénées ne se dépeuplent plus beau- isolement un rôle inattendu (Cologne, fortement accentuée depuis une tren- découle de ces évolutions. Elles sont de certains bourgs se limite parfois à
coup, elles restent organisées autour Sousceyrac, Salvagnac...). Pour d’autres Midi-Pyrénées taine d’année, l'emploi se concentrant construites à partir des attractions deux ou trois communes et un
d’un système hiérarchisé marqué par comme Arreau, Castelnau-Magnoac ou dans les villes, petites ou grandes. exercées par les villes et les gros millier d’habitants.
Des bassins de servicesl’histoire : villages-bourgs-petites villes- Trie-sur-Baïse, qui attirent chacun une
de tailles très diverses
villes moyennes se répartissent des trentaine de communes, c’est sans (hors celui de Toulouse) Pour en savoir plus sur votre bassin de services Bibliographierôles complémentaires. L’offre simul- doute davantage l’absence de concur-
Nombre Nombre Population
tanée d’un ensemble de commerces et rence qui intervient. Les cas sont plus de communes de bassins moyenne
du bassin de services en 1999de services relativement rares mais complexes lorsqu’interviennent des Les campagnes et leurs villes,
essentiels (médecin, pharmacien, notaire, contraintes dues au relief, à la faible 2 21 2 150 Insee-Inra, février 1998.
magasin de vêtements ou de chaussures, densité de population, voire à des 3 18 2 600
gendarmerie...) a longtemps été carac- habitudes locales, comme l’inclusion "Urbain et rural : une nouvelle4 21 2 900
téristique des chefs-lieux de canton. d’Estaing et Saint-Chély-d’Aubrac dans approche", 6 Pages Insee Midi-5 à 20 108 12 750La concentration géographique la mouvance d’Espalion ou de Bordères- Pyrénées, n° 10, février 1996.
21 à 40 44 15 850(magasins de vêtements), les effets de Louron dans celle d’Arreau.
41 à 81 8 33 250la réglementation (pharmacies), l’appa-
rition de nouveaux besoins (collèges) Stabilité des bassins "Inventaire communal 1998*"
ou modes de distribution (supermar- de services 6 Pages Insee Midi-Pyrénées,Quelques cas extrêmes
echés) ont changé le paysage. Mais les n° 30, 2 trimestre 1999.
* un numéro pour chacun des départementschefs-lieux de canton fournissent Sur une vingtaine d’années (de Bassin Nombre Population
de la régionde de enencore l’essentiel des pôles de services 1980 à 1998) la composition du terri-
services communes 1999
et rares sont les pôles qui ne sont pas toire en bassins de services s'est peu
Cologne (32) 2 632chef-lieu de canton. Saint-Lary-Soulan, modifiée : deux cents bassins sont pra-
"Premiers résultats estimés dupar exemple, prend le pas sur Vielle- tiquement inchangés, une dizaine dis- Fonsorbes (31) 2 9 829 Les fiches "Bassin de services" sont disponibles pour chacun des recensement de la populationAure. paraissent absorbés par leur voisinage, Saint-Clar (32) 10 2 094 bassins de la région.
1999 en Midi-Pyrénées", 6 Pagescinq ou six apparaissent et à peu près Rodez (12) 10 46 090 Insee Midi-Pyrénées, n° 29,La divergence est flagrante entre autant subissent des modifications no- Chaque fiche présente en trois pagesArreau (65) 36 4 437 juillet 1999.l’organisation relativement régulière du tables de leur territoire.
Millau (12) 36 35 133 Sur une carte, la composition en communes et sur une autre, la localisationterritoire en cantons et celle, beaucoup
du bassin dans la région.Saint-Gaudens (31) 51 27 713 " Territoires vécus - Organisationplus contrastée, en bassins de services. Les disparitions peuvent être dis-
territoriale de l'emploi et des servi-Cahors (46) 63 41 807La très grande diversité de ces bassins tinguées en trois catégories : faiblesse Dans un tableau, la présence ou l'absence de quelques équipements essen-
ces - Inventaire Communal detient d’abord à leur taille : une quaran- du pôle (Galan, Tanus ou Belmont-sur- tiels pour chaque commune.Lannemezan (65) 64 19 634
1998", carte réalisée par l'Insee,taine ne sont constitués que de deux Rance), réduction du rôle de celui-ci Tarbes (65) 77 100 190 Dans un second tableau, pour chacun des 36 équipements de référence, le l'Inra, le Scees, la Datar et Carto-ou trois communes et rassemblent (Sarrancolin) ou, plus fréquemment, nombre de communes équipées et les populations desservies sur place.Saint-Girons (09) 81 25 655 graphie et Décision.moins de 2 000 habitants ; à l’inverse absorption par un voisin puissant
Toulouse (31) 107 795 975 Prix : 15 F ou 2,29 euros la fiche "Bassin de services"ceux centrés sur les villes importantes (Jegun par Auch, Lanta par Toulouse).
Adressez-vous à :Sources : Insee, Inventaire communal 1998 -ou moyennes s’étendent très largement. Les modifications fortes de territoire re-
Recensement de la population 1999 INSEE Midi-Pyrénées - Division information du public - Tel : 05 61 36 61 13Ces très grands bassins illustrent la lèvent de la même logique de voisinage :
François Pradel de Lamaze
47 8

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.