Industrie automobile en Lorraine : des positions à consolider

De
Publié par

Depuis 10 ans, en France, le nombre de véhicules par habitant stagne. Par ailleurs, les constructeurs français s’implantent à l’étranger, pour réduire les coûts de fabrication et développer de nouveaux marchés. En Lorraine, l’industrie automobile emploie en 2006 près de 20 000 personnes. La construction automobile est très concentrée dans le département de la Moselle. La localisation des équipementiers est plus éparse. De gros investissements ont été engagés, des fermetures ont aussi eu lieu. Les grands établissements sont moins sensibles aux mouvements de créations-destructions. Les emplois d’ouvriers sont naturellement nombreux, et sont encore majoritairement occupés par des hommes. Le ralentissement économique actuel et des chocs plus structurels, tels que la hausse durable du prix du pétrole, sont à l’origine de la crise que subit aujourd'hui le secteur automobile. C’est dans la réalisation des investissements actuellement prévus dans la région que se situe l’enjeu de la résistance voire du développement de l’industrie automobile en Lorraine.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 202
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/lorraine
°
Industrie automobile en Lorraine :148N
Depuis 10 ans, en France, le nombre de véhicules par habitant stagne.
Par ailleurs, les constructeurs français s’implantent à l’étranger, pour
réduire les coûts de fabrication et développer de nouveaux marchés.
En Lorraine, l’industrie automobile emploie en 2006 près de 20 000
personnes. La construction automobile est très concentrée dans
le département de la Moselle. La localisation des équipementiers est
plus éparse. De gros investissements ont été engagés, des fermetures
ont aussi eu lieu. Les grands établissements sont moins sensibles
aux mouvements de créations-destructions. Les emplois d’ouvriers
sont naturellement nombreux, et sont encore majoritairement occupés
par des hommes.
Le ralentissement économique actuel et des chocs plus structurels,
tels que la hausse durable du prix du pétrole, sont à l’origine de
la crise que subit aujourd'hui le secteur automobile. C’est dans
la réalisation des investissements actuellement prévus dans la région
que se situe l’enjeu de la résistance voire du développement
de l’industrie automobile en Lorraine.
En France, la densité automobile - 2%, avec une croissance de 17% pour le
nombre de véhicules pour 1 000 habitants - segment des véhicules utilitaires.
s’élève à 595 en 2006. Elle est supérieure à
celle constatée en Grande-Bretagne (571), L’automobile : rôle moteur
mais inférieure à celles mesurées aux pour de nombreux secteurs
États-Unis (813), en Italie (673) ou en Alle-
Les constructeurs automobiles, donneursmagne (597).
d’ordre de l’industrie du même nom, ont re-
Depuis 1999, le nombre de véhicules par cours à de nombreux équipementiers ou four-
habitant stagne en France, alors qu’il a pro- nisseurs. L’activité de ces derniers se
gressé de 15% en Espagne et de 11% en répartit dans des secteurs aussi variés que
Italie. Cette stagnation résulte d’une satura- l’électronique ou la plasturgie, le pneumatique
tion du marché domestique français, le seg- ou le verre. En 2004, la facture totale de la
ment des utilitaires étant encore en sous-traitance payée par les constructeurs
croissance. En Lorraine, le parc automobile automobiles français s’élevait à 58,9 milliards
représente 3,6% du marché national. Entre d’euros. Actuellement, le coût global de fabri-
2005 et 2007, il progresse au total de cation d’un véhicule est assuré aux trois
Vquarts par les équipementiers et
Une production en France qui baisse
fournisseurs. Cette proportion
montre l’importance prise par ces Base 100 en 2005
105industrielsdansleprocessusdefa-
brication d’une automobile. En
2006, les constructeurs français 100
ème
se placent au 6 rang mondial
pour le nombre de véhicules cons-
95ème
truits et au 2 rang européen.
Les équipementiers français sont
ème ème
90au 4 rang mondial et au 2
rang européen en termes de va-
leur ajoutée créée. 85
Baisse de la production 80
hexagonale
75
Depuis quelques années, les
constructeurs français produisent
70moins de véhicules sur le terri-
20072005 2006toire métropolitain. Entre 2005
et 2007, cette évolution est parti- Production mondiale de véhicules particuliers de marque française
culièrement sensible, avec une en France de particuliers de marque
baisse de 22%. Cependant, la
Production mondiale de véhicules utilitaires de marque française
production mondiale des cons- en France de de marque
tructeurs français continue de
Source : Comité des Constructeurs Français d'Automobilescroître via l'implantation d’unités
de production dans des pays où
le coût de la main-d’œuvre est
moins élevé.
Définitions :
En 2006, dans les pays de l’élar-
Les constructeursgissement européen, la produc-
Les constructeurs automobiles regroupent les établissements qui assemblenttion de véhicules automobiles
les véhicules (voitures, camions ...) ou assimilés (voiturettes de golf ...). Les
toutes marques confondues a
établissements qui assemblent des châssis font également partie du secteur
augmenté de 25% par rapport à de la construction de véhicules automobiles (34.1Z). Les établissements du
2003. La production a atteint secteur de la fabrication de carrosseries (34.2A) (carrosseries, remorques,
aménagement d’utilitaires) et de la fabrication de caravanes et de véhicules de2,4 millions de véhicules. Ainsi, le
loisir (34.2B) sont également classés comme «constructeurs».groupe PSA a implanté des usines
en Slovaquie et en République
tchèque, Renault en Roumanie, Les équipementiers ...
en Slovénie ou encore en Russie. Les établissements qui ont la responsabilité directe d’un composant essentiel
du véhicule sont des «équipementiers».Ces usines fabriquent des véhicu-
les qui seront pour partie réex- La fabrication d’équipements automobiles est classée dans la nomenclature
d’activités française (version 2003) en 34.3Z. Mais ce champ est incomplet.portés vers les pays d’Europe
Pour obtenir un champ exhaustif, il faut y ajouter les entreprises intervenantoccidentale, dont la France. Mais
dans l’activité électrique et électronique automobile (code 31.6A), dans les siè-
elles produisent principalement
ges pour automobiles (partie du code 36.1A), les fermetures automobiles
des véhicules destinés aux mar- (partie du code 28.6F), les ressorts automobiles (partie de la NAF 28.6F), les
chés émergents. pompes (partie du 29.1B), les filtres et joints (partie du 29.2M) et les rétrovi-
seurs (partie du 26.1C).
En France, sur un marché do-
mestique globalement saturé, les ... et les autres fournisseurs
perspectives de croissance sont Les établissements qui travaillent sur des pièces pour le compte d’un donneur
faibles. Elles passent nécessaire- d’ordre (constructeur ou équipementier) sont des «fournisseurs».
ment par des gains en termes de D’autres opérateurs interviennent en plus des équipementiers. Ce sont soit
parts de marché sur les concur- des interlocuteurs des constructeurs, soit des partenaires des équipemen-
tiers. On les trouve principalement dans la plasturgie (code 25.2H), le caout-rents étrangers. En 2007, les im-
chouc industriel (codes 28.4A à 28.5D), les services industriels du travail desmatriculations de marques
métaux (codes 28.5A à 27.5G), les pneumatiques (code 25.1A), le verre
françaises représentent 51,8%
(code 26.1C), l’électricité et l’électronique (codes 31 et 32).
du total des immatriculations.
Elles sont en baisse de 1,5 point
par rapport à l’année précédente.
2automobile. Ces importations re- rendent pas compte de la réparti-L’industrie automobile
présentent 5,3% du total des tion par taille à l’intérieur d’unlorraine emploie près
importations du secteur en même secteur.
de 20 000 personnes
France métropolitaine. Les ex-
portations représentent quant à Le secteur de la construction auto-
Fin 2006, l’industrie automobile
elles près de 5 milliards d’euros, mobile se caractérise par une
en Lorraine emploie près de
soit près de 10% des exporta- grande hétérogénéité de taille des
20 000 salariés, répartis dans
tions françaises de l’industrie au- établissements. Près de la moitié
113 établissements. Avec 8% de
tomobile. d’entre eux sont des PME de
l’emploi de l’industrie automobile
moins de 100 salariés, qui cohabi-La Lorraine dans son ensemblefrançaise, la Lorraine se place au
tent avec des structures de trèsème tire profit de sa situation géogra-5 rang des régions. Elle se
grande taille, c’est-à-dire des éta-phique. La proximité avec l’Alle-situe derrière la région Rhône-
blissements employant plus demagne, premier producteur etAlpes et ex aequo avec l’Alsace.
2 000 salariés.équipementier européen, rend la
L’automobile en Lorraine, contrai- région particulièrement attractive
En revanche, dans le secteur desrement à la Franche-Comté, n’est pour de nombreux investisseurs.
équipementiers, la répartition parpas une industrie historique. Elle Près de la moitié des salariés de
taille est plus resserrée. En effet,est apparue comme une industrie l’industrie automobile en Lorraine
la quasi-totalité des établissementsde reconversion, suite au déclin travaillent pour des établissements
ont une taille comprise entre 50 etdes industries minières et sidé- dépendant d’une entreprise ou d’un
1 000 salariés.rurgiques. En 1968, l’industrie groupe étranger.
automobile ne représentait que
1993-2003 :5 000 emplois, soit 0,6% de la Des structures
population active occupée, contre la décennie du décollagede grande taille
près de 2,5% actuellement. Entre 1993 et 2003, le nombre
En 2006, dans l'industrie, les éta-
de salariés de l’industrie automo-Sur le territoire lorrain, l’emploi blissements lorrains emploient en
bile en Lorraine a augmenté dedans l’industrie automobile est sur- moyenne 15 salariés. L’industrie
39%, passant de plus de 16 000tout concentré dans le départe- automobile se démarque très net-
en 1993 à plus de 23 000 sala-ment de la Moselle. Cette tement, avec des structures de
riés en 2004. La progression alocalisation importante en Moselle grande taille, l’effectif moyen par
été principalement due à uneest liée au fait que l’automobile est établissement étant de 170 sala-
hausse de 27% entre 1999 etun secteur simultanément très im- riés. Au sein de l’industrie automo-
2002.portateur et exportateur de pro- bile, le secteur de la construction
duits intermédiaires ou finaux. emploie en moyenne 167 salariés
Dans le secteur de la construction
En 2005, la région importe pour par établissement, contre 176
automobile, l’effectif salarié lorrain
plus de 2 milliards d’euros de dans le secteur des équipemen-
a augmenté de 83% entre 1993
produits destinés à l’industrie tiers. Mais ces effectifs moyens ne
et 2003. Toutefois, cette évolution
n’a pas été régulière. La période
De nombreuses créations d'emplois
1993-1995 est marquée par unde 1999 à 2002 dans la construction automobile
recul des effectifs dans un
contexte économique global de ré-Évolution de l'emploi salarié en Lorraine
cession. La période 1996-2002
Effectif en base 100 en 1993
200 relance l’emploi salarié à la
hausse, grâce notamment à l’ins-
tallation du site de la SMART à
180 Autres secteurs industriels
Hambach. Malgré une baisse enConstruction automobile
Équipements automobiles 2003, les effectifs étaient toujours
160
en hausse en 2004.
Par contre, l’effectif salarié du sec-140
teur des équipements automobiles
évolue très faiblement (+1% entre
120
1993 et 2004). Dans ce secteur,
sur la période considérée, la qua-
100 si-stagnation globale masque des
évolutions intermédiaires plus mar-
quées. L’effectif global a augmenté80
1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 de près de 10% entre 1993 et
2000. En 2001, il a chuté lourde-
Source : Insee, Sirene ment (-14%). Ensuite, la tendance
3s’est réorientée à la hausse. sont localisés dans les zones des établissements de TRW
d’emploi de Metz et de Briey. SYSTÈMES DE FREINAGE.Vient en-
Ces évolutions ont modifié la taille suitelazonedeThionville quiDans la zone de Metz sont im-
moyenne des établissements. emploie plus de 20% des sala-plantées les deux usines du
Dans la construction automobile, la riés du secteur équipementier,groupe PSA (Metz et Trémery).
taille moyenne des établissements avec notamment la présence im-
Dans celle de Briey, le secteur deest passée de 100 en 1993 à portante des établissements
la construction est dominé par la167 salariés en 2003. Dans le THYSSENKRUPP PRESTA FRANCE.
Société de Véhicules Automobilessecteur des équipements automo- Avec l’arrivée de la SMART,lade Batilly (SOVAB), usine dubiles, cette évolution est moins zone d’emploi de Sarregueminesgroupe RENAULT. À eux trois, cesmarquée. L’effectif moyen par éta- bénéficie également de l’installa-établissements emploient près deblissement est de 176 salariés fin tion de structures équipementiè-77% des salariés lorrains de la2003, contre 152 en 1993. res, qui représentent 14% desconstruction automobile.
effectifs lorrains du secteur.
Implantation différenciée Depuis l’implantation de l’usine
Dans les Vosges, la zone d’emploi
SMART,lazoned’emploideSar-selon les secteurs
d’Épinal n’accueille que peu d’éta-
reguemines a pris de l’impor-
Au sein de l’industrie automobile, blissements du secteur équipe-
tance dans le secteur de la
les établissements relevant du mentier, mais l’un d’eux emploie à
construction.
secteur de la construction sont lui seul près de 1 000 personnes
plus concentrés géographique- Chez les équipementiers, la zone (HONEYWELL GARETT). Dans la zone
ment que ceux du secteur des d’emploi du Bassin Houiller re- d’emploi de Saint-Dié sont implan-
équipementiers. Dans la cons- groupe presque le quart des ef- tés également deux gros établis-
truction automobile, près de fectifs lorrains de ce secteur sements équipementiers :
quatre emplois salariés sur cinq (23,4%). Elle bénéficie du poids ARVINMERITOR et ARIES MECA.
Les grands établissements de l'industrie automobile lorraine
THYSSENKRUPP
KOLBENSCHMIDT
TRW SYSTÈMESKAISER
DE FREINAGE
JOHNSON CONTROLS
ZF SMAE DYNAMIT NOBEL
LEMDORFER TRÉMERY
BEHR
SOVAB
SMAE MAGNATMD
METZ SMART SYSTÈMEFRICTION
CHASSIS
UNIPORT
MAGNA LORRAINE
EMBOUTISSAGE
SIEMENS VDO
ALLEVARD REJNA
TRAILOR
EVOBUS
ARVIN
MERITOR
Effectifs salariés
HONEYWELL GARRETT
ARIES MECA
2 300
600
TRW
FRANCEGRUPO ANTOLIN
Constructeurs
Équipementiers
Champ : établissements de plus de 100 salariés
Source : Insee, Urssaf 2007
4
IGN - Insee 2008CHASSIS a inauguré sa troisième L’effectif de 840 employés seraDe gros investissements
usine lorraine en 2006. divisé par deux d’ici 2010.engagés ou en perspective
THYSSENKRUPP PRESTA FRANCE pré- FAURECIA a annoncé la fermeture
en Lorraine...
voit d’investir 22 millions d’euros de son site de production de fils
sur les sites de Florange et Fa- et de garnitures pour sièges auto-De nouvelles implantations et de
meck pour assembler dès 2009 mobiles à Celles-sur-Plaine pournouveaux investissements sont
des systèmes de direction à as- 2008. Enfin, MICHELIN fermera envenus renforcer la présence du
sistance électrique. GRUPO 2009 l’usine de pneumatiquessecteur automobile en Lorraine.
ANTOLIN, l’équipementier espa- KLÉBER à Toul qui emploie plus deLes constructeurs ont ou projet-
gnol, souhaite mettre en service 800 personnes.tent de réaliser des investisse-
en 2008 une usine de productionmentsdegrandeampleur.Ainsi,
de sièges automobiles à Jarny. ... dans un contexte globalle groupe PSA devrait investir 300
millions d’euros sur le site de Tré- en mutationCe développement global n’est
mery pour produire une nouvelle pas exempt de fermetures, sou- Confrontée actuellement à une si-
génération de moteurs. La SOVAB vent motivées par une politique tuation conjoncturelle difficile, l’in-
devrait investir 200 millions d’eu- de délocalisations vers des pays à dustrie automobile devra
ros d’ici 2009 sur son site pour bas coûts salariaux. En 2006, également faire face dans l’avenir
accroître ses capacités de pro-
RONAL transfère sa production de à des changements plus structu-
duction. Et SMART FRANCE alancé jantes en aluminium en Pologne rels. À court terme, la crise finan-
en février 2007 la production de et en Tchéquie. GNK DRIVELINE dé- cière, via la contraction du crédit
la deuxième génération du Fortwo localise également ses pièces de qu’elle induit, entraîne une réduc-
à Hambach. transmission en Slovénie. L’année tion des ventes d’automobiles
Les équipementiers ne sont pas suivante, TRW SYSTÈMES DE mais également un gel des inves-
en reste. Entre autres réalisa- FREINAGE décide de réduire la pro- tissementsprévuspar lescons-
tions ou projets, MAGNA SYSTÈME duction de l’usine de Bouzonville. tructeurs. À plus long terme, la
Baisse du nombre d'établissements lorrains du secteur des équipements automobiles
Nombre d'établissements
Établissements entrants de la construction automobile
20 sortants de la
Établissements entrants des équipements automobiles sortants des
15
10
5
0
-5
-10
-15
1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004
Note de lecture :
Les établissements entrants sont les établissements qui viennent d'être créés, repris, réactivés ou qui sont reclassés
dans le secteur industriel étudié suite à un changement de production.
Les sortants sont ceux qui disparaissent, cessent leur activité ou sont reclassés dans un autre secteur industriel.
Source : Insee, Sirene
5hausse durable des prix des ma- ces mouvements de créa- mobile et ceux des équipemen-
tières premières pèsera sur la tions-destructions excède le stock tiers sont liés par leur activité,
rentabilité des entreprises du initial d’établissements. Dans les leurs structures sont différentes.
secteur. créations, la part des créations Les établissements du secteur de
ex nihilo est de 52%, la part desLa fin annoncée et déjà constatée la construction automobile sont
reprises est de 27%.du pétrole bon marché va modi- davantage orientés vers la pro-
fier sensiblement le comporte- Surlamêmepériode,lesecteur duction industrielle que ceux du
ment des automobilistes. Ces des équipementiers a créé ou re- secteur équipementier. Ils appar-
derniers seront plus soucieux pris 71 établissements et détruit tiennent souvent à de grandes en-
d’acquérir des modèles de plus dans le même temps 85 établis- treprises qui centralisent leur
en plus économes en carburant. sements. Les reprises et les administration, mais aussi les
Les pouvoirs publics, à travers les créations ex nihilo représentent fonctions financières ou la fonc-
nouvelles normes environnemen- respectivement 34% et 42% du tion Recherche et Développe-
tales, inciteront également les total des créations. ment. Reflétant la spécialisation
constructeurs à produire des vé- des établissements, près desCes mouvements de créa-
hicules de plus en plus propres et deux tiers des effectifs de la cons-tions-destructions affectent princi-
économes. Ce processus est déjà truction automobile en Lorrainepalement des établissements de
engagé, déstabilisant à court sont des ouvriers, contre moinstaille moyenne ou petite. Plus les
terme, mais porteur de nouveaux de 70% chez les équipementiers.établissements sont grands,
développements et de nouvelles Moins de 2% des salariés dans lamoins ils sont affectés par ces
opportunités dont la Lorraine construction automobile sont desmouvements. Les établissements
pourrait profiter, en regard du employés,contreprèsde3%de la construction automobile
développement qu’elle a connu au chez les équipementiers. En Lor-sont plus pérennes. En effet, par
cours de ces 15 dernières raine, les établissements de larapport à 1993, 53% des établis-
années. construction automobile em-sements de la construction auto-
ploient proportionnellement moinsmobile existent toujours en 2003.
de cadres ou de professions intel-Les grands établis- Dans l’équipement automobile, et
lectuelles supérieures (22%)quesements épargnés tous secteurs confondus, un tiers
ceux du secteur des équipementsseulement des établissementspar les mouvements
automobiles (28%).ont survécu.Entre 1993 et 2003, le nombre
Les apprentis représentent plusd’établissements de l’industrie au-
du dixième du personnel employéUne présence ouvrièretomobile a augmenté de 5,5%,
(14% deseffectifsdanslesecteur deencore forte danspassant de 128 en 1993 à 135
la construction automobile, 12% dansen 2003. À l’instar du développe- la construction automobile
les équipements automobiles). L’ap-ment de l’emploi, le nombre d’éta-
Même si les établissements du prentissage forme principalementblissements évolue par à-coups. Il
secteur de la construction auto- des ouvriers dans le secteur de laaugmente fortement entre 1996
et 1998 et dépasse alors les
Les ouvriers représentent la première catégorie145 unités. Puis, à partir de
2000, il baisse pour se stabiliser professionnelle de l'industrie automobile lorraine
autour du niveau actuel.
Part de l'effectif (%)Chez les constructeurs, le
80
nombre d’établissements implan-
tés en Lorraine est passé de 64 Construction automobile
en 1993 à 79 fin 2003. Cette Équipements automobiles
60hausse s’est principalement
opérée entre 1994 et 2000.
Chez les équipementiers, le
nombre d’établissements diminue
40
de 12,5% entre 1993 et 2004,
malgré des hausses ponctuelles
enregistrées en 1996 et 2003.
20
Ces évolutions ne rendent pas
compte de l’ampleur des mouve-
ments intervenus sur la période.
Entre 1993 et 2004, le secteur 0
Professions Employés Ouvriersde la construction automobile a Cadres, professions
intermédiairesintellectuelles
créé ou repris 93 établisse- supérieures
ments ; dans le même temps, il
Source : Insee, CLAP 2006en a détruit 82. Le nombre de
6construction automobile. Sept ap- raire moyen tous secteurs confon- équipementiers. Cette différence
prentis sur dix sont des ouvriers dus. s’estompe, voire s’inverse pour les
dans les établissements de la En moyenne, les salaires horaires cadres.
construction. Dans le secteur des versés dans la construction auto-
équipements automobiles, si l’ap- mobile sont supérieurs de 3,7% à Une plus faible
prentissage sert majoritairement ceux versés par les équipemen- féminisation dans
à former des ouvriers (46% des tiers. La différence salariale est la construction automobile
apprentis), il sert également à for- d’autant plus marquée que la quali-
La part desfemmesdansl’in-mer des employés (25%). fication théorique est faible. Les
dustrie automobile en LorraineEn 2006, le salaire horaire brut ouvriers, les employés et les pro-
est de 20%. Cette proportionmoyen dans l’industrie automobile fessions intermédiaires sont mieux
varie en fonction de la professionlorraine s’élève à 16,02 euros, payés dans le secteur de la cons-
exercée. Ainsi, les femmes repré-soit 7% de plus que le salaire ho- truction automobile que chez les
sentent 21% des ouvriers de l’in-
dustrie automobile. En revanche,
elles occupent plus de sept pos-La filière des fournisseurs
de la construction automobile en Lorraine tes sur dix dans les fonctions
Le secteur des équipementiers automobiles n’assure pas à lui seul la totalité d’employés, et plus d’une sur dix
des prestations auprès des constructeurs. D’autres fournisseurs intervien- sont des cadres.
nent, notamment ceux dont l’activité n’est pas totalement dédiée à l’industrie
Des disparités sont toutefois ob-automobile et ceux dont l’activité est le résultat d’une sous-traitance mise en
place par les équipementiers. Pour toutes ces raisons, il est extrêmement diffi- servables selon les secteurs de
cile de circonscrire le périmètre de l’industrie automobile et de tous ses four- l’industrie automobile. Dans la
nisseurs, d’autant que certains contrats passés par les constructeurs peuvent
construction automobile, un peu
n’être que ponctuels.
plus d’un dixième des emplois
(12%) sont occupés par des fem-
La liste lorraine
mescontreprèsdu tiers chezdes fournisseurs de l’industrie automobile
les équipementiers. Les profes-Une liste de 269 fournisseurs de l’industrie automobile a été constituée par
sions occupées par les femmes«Autoessor».
dans les établissements de laElle regroupe à la fois des entreprises donneuses d’ordres (les constructeurs),
les fournisseurs de rang 1, de rang 2, voire plus, sachant que certains sont à construction automobile se ré-
la fois de rangs 1 et 2. Il n’a pas été établi d’arborescence exhaustive entre ces partissent de la façon suivante :
entreprises. 22% sont ouvrières, 38% sont
Concernant les critères de sélection de ces entreprises, les établissements re- employées et 14% sont cadres.
tenus sont les suivants :
Chez les équipementiers, cette
- ayant un chiffre d’affaires pour l’industrie automobile supérieur à 15% de leur
répartition varie sensiblement.chiffre d’affaires total ;
Plus de 25% des femmes sont- ayant une activité aussi bien dans la production de pièces et sous-ensembles
pour le véhicule que dans l’étude, la conception, la fabrication de machines spé- ouvrières, 31% sont employées,
ciales ou équipements pour les lignes de production automobile. et près de 20% occupent des
fonctions d’encadrement.
Principaux secteurs d'activité de la filière automobile lorraine
3%
3%
4%
Métallurgie et transformation des métaux
4%
Industrie automobile
Industrie des équipements mécaniques
Chimie, caoutchouc, plastiques34%
10%
Autres
Conseil et assistance
Commerce de gros, intermédiaires
Industrie des équipements électriques et électroniques
Commerce et réparation automobile
13%
16%
13% Sources : Insee, CLAP 2006 et Autoessor
7Savoir plus :
AUTOESSOR est une opération collective régionale mise en place fin 2006,
animée par la Chambre Régionale de Commerce et d’Industrie de Lorraine
- L'automobile : deuxième employeur
(CRCIL), soutenue financièrement par l’État, la Région et l’Europe (Fonds
de l'industrie lorraine - Économie
FEDER).
Lorraine n° 4 - Avril 2004
Ce dispositif de soutien au secteur automobile a pour objectifs de :
- L'industrie automobile : construc-
- permettre aux industriels lorrains de cette filière d’anticiper et de faire face
teurs et équipementiers en chiffres.
aux enjeux et aux changements qui les impactent,
Édition 2007 - Ministère de l'éco-
- identifier leurs besoins et faire émerger des projets,nomie, des finances et de l'emploi
- initier des actions d’accompagnement et créer les bases d’un pôle de parte-
- L'industrie automobile française,
naires autour du secteur automobile lorrain.
analyse et statistique. Édition 2007 -
OrganisationComité des Constructeurs Français
d'automobiles Autoessor a une structure de pilotage constituée de représentants d’entre-
prises et d’institutionnels et conduit un plan d’action animé par deux chargés
- Sites internet : de mission, sur deux grands axes : le réseau et les actions de terrain.
www.autoessor.org Dans son programme 2008-2010
- Les actions réseau consistent en une cartographie de la filière, des visiteswww.insee.fr
d’entreprises, la participation à des salons spécialisés, la promotion des en-
treprises, une veille économique et technologique de l’industrie automobile,
notamment via le portail d’information www.autoessor.org et la proposition
d’actions collectives.
- Les actions de terrain consistent en un accompagnement stratégique par
des consultants experts de l’automobile (conduite du changement), des ac-
tions à l’international par des missions collectives à l’étranger, une enquête
sur les besoins en formation dans la filière, la mise en place de solutions
d’emplois à temps partagé, des échanges d’expériences autour de la GPEC
et des standards de production automobile, des rencontres avec les don-
neurs d’ordres et des rencontres d’affaires et technologiques dans les prin-
cipaux métiers du secteur.
L’industrie automobile, Le tiers des établissements de
la filière des fournisseurs appar-second fournisseur
tiennent au secteur de la métal-de la filière automobile
lurgie et de la transformation
La filière automobile lorraine,
des métaux. Certaines entrepri-
établie à partir du travail d’Autoes-
ses mettent en concurrence desMinistère de l’Économie,
sor, regroupe des établissements
de l'Industrie et de l'Emploi fournisseurs externes et leurs
du secteur des équipementiers,Insee propres établissements. Ces
mais aussi de nombreux artisansInstitut National de la Statistique derniers deviennent de fait des
et des Études Économiques et PME (43% des établissements de la
fournisseurs comme les autres.
Direction Régionale de Lorraine filière) qui font partie d’autres sec-
Viennent ensuite le secteur des15, rue du Général Hulot
teurs de l’industrie.CS 54229 biens d’équipement et celui de la
54042 NANCY CEDEX L’implantation géographique en chimie et des caoutchoucs qui
Tél :03 83 91 85 85
Lorraine de ces établissements est représentent 13% des établisse-Fax :03 83 40 45 61
différente de celle des établisse-www.insee.fr/lorraine ments de la filière.
ments du secteur de la construc-
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION La part importante d’artisans et de
tion automobile ou de celui desJean-Paul FRANÇOIS PME dans la filière explique en
équipementiers. Tout d’abord, il n’yDirecteur régional de l’Insee partie la présence de structures
a pas de forte concentration loca-
COORDINATION RÉDACTIONNELLE principalement tournées vers la
lisée. Les établissements sont ré-Christian CALZADA fonction de production. Cette fonc-
Gérard MOREAU partis de manière plus uniforme,
tion est supervisée par des cadres
même si la proximité d’un gros éta-RESPONSABLE ÉDITORIAL ET et professions intellectuelles supé-
blissement de l’industrie automo-RELATIONS MÉDIAS rieures qui représentent 7,4% des
Brigitte VIENNEAUX bile est un «plus» en matière de
effectifs de la filière, et assurée
logistique. Avec 12% des établisse-RÉDACTRICE EN CHEF par des ouvriers (représentant 70%
mentsdelafilière,lazoned’emploiAgnès VERDIN
des effectifs).
de Thionville est bien dotée en four-
SECRÉTARIAT DE FABRICATION
nisseurs de l’industrie automobile.MISE EN PAGE - COMPOSITION
Marie-Thérèse CAMPISTROUS Viennent ensuite les zones d’emploi
Marie-Odile LAFONTAINE de Remiremont-Gérardmer (10%),
ISSN : 0293-9657 de Saint-Dié (9%), de Nancy (9%)
© INSEE 2008 et de Metz (8%). Olivier SERRE
8

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.