Industrie francilienne : des emplois plus qualifiés et moins industriels

De
Publié par

En 10 ans, entre 1999 et 2008, l’industrie francilienne a perdu 100 000 emplois. L’industrie connaît de fortes mutations. Les métiers industriels sont de moins en moins représentés au profit des métiers du tertiaire, ceux liés aux études et à la recherche notamment. Les niveaux de qualification ont progressé significativement entre 1999 et 2008. Le tissu industriel francilien est caractérisé par une industrie de pointe, où se développent les métiers non industriels à fortes compétences et une industrie plus traditionnelle et vieillissante où les métiers d’ouvriers prédominent. Introduction L'industrie francilienne perd du terrain et ses métiers se tertiarisent Une industrie qui nécessite des emplois plus qualifiés Les activités d'ingénierie, moteurs de l'industrie francilienne Une industrie à haute technicité Industrie automobile : forte augmentation des métiers qualifiés Une industrie portée par le commerce Une industrie plus traditionnelle davantage touchée par les baisses d'effectifs Une industrie vieillissante
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 43
Tags :
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins

ILE-DE-FRANCE à la page
N° 378 - Décembre 2011
Industrie francilienne :
des emplois plus qualifiés
et moins industriels
En 10 ans, entre 1999 et 2008, l’industrie francilienne a perdu 100 000 emplois. L’industrie
connaît de fortes mutations. Les métiers industriels sont de moins en moins représentés
au profit des métiers du tertiaire, ceux liés aux études et à la recherche notamment.
Les niveaux de qualification ont progressé significativement entre 1999 et 2008. Le tissu
industriel francilien est caractérisé par une industrie de pointe, où se développent
les métiers non industriels à fortes compétences et une industrie plus traditionnelle
et vieillissante où les métiers d’ouvriers prédominent.
Isabelle Machado da Luz et Laure Omont, Insee Ile-de-France
Yves Burfin, Crocis de la CCIP
er
u1 janvier 2008, selon le re- notamment le prix du foncier et le coût En parallèle, au sein de l’industrie franci-
censement de la population, de la main-d’œuvre, l’industrie franci- lienne, les métiers se tertiarisent. En 1999,A l’industrie francilienne totalise lienne a fait le choix de délocaliser des les métiers industriels traditionnels repré-
435 100 emplois, soit 13 % des effectifs sites de production en province comme sentaient 42 % des emplois de l’industrie.
industriels de la métropole et 8 % de à l’étranger (industrie textile dans les En 2008, ils ne sont plus que 38 %.
l’emploi régional. L’Ile-de-France reste pays émergents). Néanmoins, la région
la première région industrielle française, conserve d’importants sites de produc- Une industrie qui nécessite
juste devant la région Rhône-Alpes. tion industrielle comme ceux de Renault des emplois plus qualifiés
et PSA-Peugeot Citroën à Flins et Poissy.
La montée en compétence des métiersEnfin, l’automatisation des moyens deL’industrie francilienne
production et le développement des nou- de l’industrie nécessite une élévation
perd du terrain
velles technologies ont permis d’amélio- du niveau de diplôme. Ainsi, les Etats
et ses métiers se tertiarisent rer la productivité mais au détriment des Généraux de l’Industrie (2010) ont établi
emplois. 4 mesures pour développer l’emploi et
Depuis 1999, les emplois de l’industrie
diminuent à un rythme annuel moyen de Ecoles de formations de la CCIP
2,5 % contre 1,4 % dans l’ensemble des
Dans le secteur de l’industrie plus spécifiquement, trois écoles de la CCIP forment des jeunes etautres régions de la métropole. Cette
des adultes aux métiers de l’industrie : le CFI (Centre des formations industrielles) propose des
baisse a plusieurs origines. Au cours des
formations aux de la maintenance et des services à l’industrie, l’Esiv (Ecole supérieure
dernières décennies, l’industrie a procé-
des industries du vêtement) forme les cadres techniques et managériaux de la filière mode et les
dé à des transferts d’activité, notamment
Ateliers Grégoire assurent des formations pour les métiers de maroquinier, sellier, menuisier-
de services, pour renforcer sa compétiti-
agenceur ou tapissier d’ameublement.
vité. Certaines tâches (restauration, en-
Pour en savoir plus :tretien, maintenance…) ont été ainsi
Le Centre des formations industrielles : http://www.cfi.ccip.fr/externalisées, au profit d’un recentrage
L’Ecole supérieure des industries du vêtement : http://www.esiv.fr/sur le cœur de métier et sur l’innovation.
L’Ecole Grégoire Ferrandi : http://www.egf.ccip.fr/De plus, pour des raisons financières,
EmploiEn 2008, dans l’industrie, six personnes sur dix ont au moins le baccalauréat les personnels sont les moins diplômés.
Répartition des emplois selon le diplôme Les ouvriers qualifiés et non qualifiés du
ee textile et du cuir demeurent majoritaire-Diplôme universitaire de 2 ou 3 cycle
ment sans aucun diplôme en 2008.er
Diplôme universitaire de 1 cycle
Baccalauréat technologique ou professionnel
Baccalauréat général, Brevet supérieur Les activités d’ingénierie,
BEP moteurs de l’industrie francilienne
CAP, Brevet de compagnon
BEPC, Brevet En 2008, les métiers de la recherche, de
Certificat d'études primaires la conception et de l’administration sont
Aucun diplôme de plus en plus présents dans l’organisa-
%
tion et la production de l’industrie fran-0 5 10 15 20 25 30
cilienne. La région est caractérisée par la2008 1999
e e prédominance des sièges sociaux (huitLecture : en 2008, 26 % des actifs de l’industrie ont un diplôme universitaire de 2 ou 3 cycle.
établissements industriels sur dix en ré-
Source : Insee, recencements de la population 1999 et 2008
gion sont des établissements sièges) et
les compétences dans les territoires.Ace autres secteurs économiques. Cependant, accueille des industries de pointe, dont
titre, et dans le cadre de la mise en l’augmentation des diplômés universitai- les centres de recherche ou de décision
de l’industrie automobile, aéronautique,œuvre du schéma régional de la forma- res est plus rapide dans l’industrie (30 %
aérospatiale françaises (techno-centretion initiale et continue, l’insertion pro- du total en 1999 et 42 % en 2008 contre
fessionnelle et la montée en compétence respectivement 36 % et 45 % dans les au- Renault, PSA, Snecma, Thales…) mais
des emplois sont l’objet de différentes tres secteurs d’activité). L’industrie comble aussi des grands groupes pharmaceuti-
actions. L’objectif est d’anticiper les ainsi son retard sur les autres secteurs. ques (Aventis, Pfizer). Ces industries, no-
tamment de pointe, ont recours à uneeffets sur l’emploi des mutations écono-
Les métiers d’ingénierie nécessitent une main-d’œuvre très qualifiée. De plus,miques et de prévenir les risques d’ina-
qualification élevée qui se traduit pardaptation à l’emploi des actifs occupés ces dernières années, l’Ile-de-France voit
une forte augmentation de la part des di-
(➩■ Ecoles de formations de la se développer sur son territoire des pôles
e e
plômés des 2 et 3 cycles. C’est particu-
CCIP). de compétitivité mondiaux et nationaux
lièrement vrai dans les secteurs de la (ASTech, Systematic, Advancity...).
fabrication de matériels de transport et
Dans l’industrie, comme dans les autres
de produits informatiques, électroniques
Avec 59 400 emplois en 2008 contresecteurs de l’économie, le nombre de di- et optiques où cette augmentation est la
plômés ayant au moins le bac progresse 44 400 en 1999, les métiers d’ingénieurs
plus importante (respectivement + 13
entre 1999 et 2008✎❶. Le niveau reste et cadres d’études ou techniques sont les
points et + 11 points).
néanmoins inférieur dans l’industrie où plus nombreux. Ils représentent 14 %
des emplois industriels franciliens en57 % de personnes détiennent au moins A l’opposé, l’industrie de l’habillement, du
2008, contre 8 % en 1999✎❷.le bac contre 63 % dans l’ensemble des textile et du cuir reste parmi les secteurs où
Les métiers de recherche et d’ingénierie en hausse dans tous les secteurs
Part des ingénieurs et cadres techniques, d’études et de recherche dans l’industrie
Ensemble
Fabrication de textiles, industries de l'habillement,
du cuir et de la chaussure
Fabrication de denrées alimentaires, de boissons et de tabac
Travail du bois, industries du papier et imprimerie
Fabrication de produits en caoutchouc, en plastique
et autres produits minéraux non métalliques
Autres industries manufacturières
Métallurgie et fabrication de produits métalliques,
machines et équipements
Fabrication de machines et équipements n.c.a.
Industrie pharmaceutique
Industrie chimique
Fabrication d'équipements électriques
Industrie automobile
Fabrication d'autres matériels de transport
Fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques
%
0 5 10 15 20 25 30
1999 2008
Source : Insee, recensements de la population 1999 et 2008Définitions
Les métiers sont analysés par Domaine Les FAP permettent ainsi d’étudier Dans le recensement de la population de
professionnel et Famille professionnelle. conjointement l’emploi ainsi que l’offre et la 1999, les FAP ont été reconstituées à partir
demande d’emploi à travers un même réfé- de la nomenclature PCS de 2003. Dans le
Les « Familles Professionnelles » (FAP, rentiel des métiers. Mettre en regard des cadre de cette rétropolation, il a été difficile
version 2009) sont une des principales no- données provenant de sources différentes de recoder certains métiers. Ainsi, les effec-
menclatures de métiers. Leur construction facilite la compréhension du fonctionne- tifs d’ingénieurs et cadres de l’industrie sont
résulte d’un rapprochement entre la nomen-
ment du marché du travail. certainement sous-estimés en 1999.
clature des « Professions et Catégories
Socioprofessionnelles » (PCS) utilisée par Les FAP comportent 225 postes au niveau le Les métiers industriels sont définis ici comme
l’Institut National des Statistiques et des plus détaillé, regroupés en 87 postes qui ras- les métiers en rapport direct avec la concep-
Etudes Economiques (Insee) dans les diffé- semblent les métiers à niveaux de qualifica- tion, la réalisation d’un produit industriel, ou
rentes sources sur l’emploi pour codifier les tions identiques et relevant de compétences encore la maintenance de machines. Les do-
professions et le « Répertoire Opérationnel professionnelles proches. Au niveau le plus maines professionnels suivants sont ainsi
des Métiers et des Emplois » (ROME) utilisé agrégé, 22 domaines professionnels ras- pris en compte : les ingénieurs et cadres de l’in-
par le Pôle emploi pour coder les emplois re- semblent des familles professionnelles rele- dustrie, l’électricité-électronique, la mécanique-
cherchés par les demandeurs ainsi que les vant de niveaux de qualification différents travail des métaux, les industries de process,
offres déposées par les entreprises, dans mais ayant une certaine proximité profes- les matériaux souples-bois industries graphi-
une logique opérationnelle de placement. sionnelle. ques et la maintenance.
Les métiers du commerce et de l’admi- industrie où les métiers administratifs et (aéronautique, naval et ferroviaire...), 18 %
nistration des entreprises sont bien re- commerciaux prédominent et enfin une des emplois relèvent des métiers d’études
présentés au sein de l’industrie. Ces industrie plus traditionnelle au sein de et de recherche contre 15 % en 1999. Les
deux domaines (➩■ Définitions) repré- laquelle les métiers industriels restent les emplois dans les métiers industriels dimi-
sentent en 1999 comme en 2008 un plus représentés même s’ils diminuent nuent, plus particulièrement ceux des
tiers des emplois industriels. En 2008, fortement. métiers de la mécanique qui n’occupent
les cadres commerciaux et technico- plus que 27 % des emplois contre 34 %
commerciaux sont les deuxièmes profes- en 1999.Une industrie
sions de l’industrie avec 6 % des em- à haute technicité
plois. Viennent ensuite les cadres des Industrie automobile :
services administratifs, comptables et fi- forte augmentationEn 2008, les personnels d’études et de
nanciers ✎❸. Des métiers industriels,
recherche occupent la première place des métiers qualifiés
comme les ouvriers qualifiés de la méca- dans le secteur de la fabrication de pro-
nique ou les non qualifiés des En 2008, d’après le recensement de laduits informatiques, électroniques et
industries de process, présents parmi les population, l’industrie automobile fran-optiques. Malgré une baisse sensible
10 premiers métiers de l’industrie en cilienne regroupe 55 000 emplois, soitdes effectifs entre 1999 et 2008, ce sec-
1999, n’en font plus partie en 2008. 9 % de plus qu’en 1999. Cette augmen-teur se concentre autour des métiers
tation de l’emploi s’explique en partied’ingénieurs de recherche qui pren-
Trois types d’industries se dessinent dé- par la forte hausse des métiers qualifiésnent le pas sur les métiers de gestion et
sormais en Ile-de-France : une industrie (ingénieurs, cadres) éloignés des tâ-d’informatique.
à haute technicité caractérisée par une ches directement productives (études
concentration d’au moins 18 % de per- En 2008, dans la fabrication de matériels et recherches, services administratifs,
sonnel d’études et de recherche ; une de transports autres que l’automobile comptables et financiers, fonctions
Moins d’ouvriers en 2008 qu’en 1999
Top 10 des métiers dans l’industrie en 1999 et en 2008
2008 1999
Effectifs % Effectifs %
Personnels d'études et de recherche 37 100 9 Personnels d'études et de recherche 31 200 6
Cadres commerciaux et technico-commerciaux 25 900 6 Cadres commerciaux et technico-commerciaux 30 800 6
Ingénieurs et cadres techniques de l'industrie 22 400 5 Techniciens et agents de maîtrise des industries mécaniques 30 100 5
Cadres des services administratifs, comptables et financiers 22 200 5 Attachés commerciaux et représentants 25 300 5
Techniciens et agents de maîtrise des industries mécaniques 21 700 5 Cadres des services administratifs, comptables et financiers 18 100 3
Attachés commerciaux et représentants 19 700 5 Bouchers, charcutiers, boulangers 17 400 3
Bouchers, charcutiers, boulangers 16 400 4 Ouvriers qualifiés de la mécanique 16 900 3
Techniciens des services administratifs, comptables et financiers 15 500 4 Techniciens et agents de maîtrise de la maintenance 16 600 3
Vendeurs 15 300 4 Techniciens des services administratifs, comptables et financiers 16 400 3
Techniciens et agents de maîtrise de la maintenance 12 400 3 Ouvriers non qualifiés des industries de process 16 200 3
Source : Insee, recensements de la population 1999 et 2008Les effectifs d'ingénieurs et cadres techniques, d’études et de recherche ont doublé en 10 ans
Effectifs de l'industrie automobile par métier
2008 1999 Evolution
Métiers 2008/1999
Effectifs % Effectifs % (%)
Personnels d'études et de recherche, Ingénieurs et cadres techniques de l'industrie 13 000 24 6 300 12 +105
Techniciens et agents de maîtrise des industries mécaniques 7 300 13 8 600 17 -15
Cadres des services administratifs, comptables et financiers 3 200 6 1 900 4 +70
Ouvriers qualifiés de la mécanique 3 100 6 5 700 11 -45
Ouvriers non qualifiés de la mécanique 3 100 6 3 900 8 -19
Cadres commerciaux et technico-commerciaux 2 400 4 1 500 3 +62
Techniciens des services administratifs, comptables et financiers 2 200 4 1 500 3 +46
Ouvriers qualifiés de la manutention 2 200 4 2 200 4 +0
Ingénieurs de l'informatique 1 800 3 1 300 3 +43
Techniciens et agents de maîtrise de la maintenance 1 600 3 1 800 4 -12
Ouvriers qualifiés de la maintenance 1 300 2 2 700 5 -53
Autres 13 700 25 13 100 26 +5
Total 54 900 100 50 500 100 +9
Source : Insee, recensements de la population 1999 et 2008
commerciales, informatiques) ✎❹.Tou- personnel d’études et de recherche, le commerciaux et représentants, occupés
tefois, comme dans les autres secteurs, niveau de qualification de 2008 est équi- à 73 % par des femmes, sont les princi-
les métiers traditionnels accomplissant valent à celui de 1999. Mais il existe un paux métiers du secteur. Les personnels
des tâches de fabrication et qui compo- écart important entre les générations : si d’études et de recherche constituent la
saient auparavant la majorité des effec- parmi les personnes de plus de 30 ans, deuxième profession alors qu’en 1999, il
e
tifs de l’industrie automobile (ouvriers, 79 % sont titulaires d’un diplôme de 2 s’agissait des techniciens et agents de
e
techniciens, agents de maîtrise) sont ou 3 cycle, elles sont 91 % parmi les maîtrise des industries de process.
aujourd’hui moins nombreux. moins de 30 ans.
Plus de la moitié des employés de la
Ainsi, l’Ile-de-France peut être de plus chimie sont des femmes en 2008 alorsDeux tendances distinctes illustrent l’é-
en plus considérée comme la région de que c’était un secteur davantage mascu-volution de l’industrie automobile en
conception de l’industrie automobile lin en 1999. Les métiers des études, de laIle-de-France : d’une part une automati-
française, développant les métiers d’é-sation de la production entraînant une recherche et de l’ingénierie se fémini-
tudes et de recherche au détriment desdiminution du nombre d’ouvriers et d’a- sent aussi fortement (44 % de femmes en
activités de transformation. 2008 contre 28 % en 1999).gents de maîtrise ; d’autre part le dévelop-
pement de techno-centres regroupant en
Ile-de-France les fonctions d’études, de Dans l’industrie agroalimentaire, les mé-Une industrie
recherche, de marketing. tiers commerciaux évoluent peu et re-portée par le commerce
présentent toujours trois emplois sur dix.
Les métiers relevant des industries deEntre 1999 et 2008, le niveau de qualifi- Dans la chimie, la pharmacie et l’agro-
process cumulés à ceux de l’alimenta-cation des emplois de l’industrie auto- alimentaire, la part des métiers indus-
tion sont autant présents en 2008 qu’enmobile a globalement augmenté. Même triels a baissé en moyenne de deux
1999. Les personnels d’études et de re-s’ils restent majoritaires, les ouvriers non points entre 1999 et 2008. Ces métiers
cherche ainsi que les ingénieurs et ca-qualifiés de la mécanique ne sont désor- ne représentent plus que 19 % des em-
dres de l’industrie sont peu nombreuxmais plus que 52 % à ne détenir aucun plois en 2008.
dans ce secteur (4 % en 2008 contre 2 %diplôme contre 72 % en 1999. Cette ten-
en 1999).dance s’accentue avec le renouvelle- Dans la chimie et la pharmacie, en 2008
ment des générations, les moins de 30 comme en 1999, les domaines profes-
ans n’étant que 35 % à ne posséder au- sionnels de la gestion et du commerce Une industrie plus traditionnelle
cun diplôme ; les CAP et les BEP sont dé- sont majoritaires. Là aussi, la forte pré-
davantage touchéesormais les diplômes les plus répandus sence de sièges sociaux peut expliquer
par les baisses d’effectifs(40 %). Le niveau de qualification aug- la prédominance de ces fonctions. Les
mente également pour les ouvriers qua- effectifs des personnels d’études et de re-
lifiés, mais à l’avantage des bacheliers. Les industries employant essentielle-cherche, comptabilisés dans les métiers
En 2008, les trois quarts des ingénieurs et ment des ouvriers et tournées vers desdu tertiaire, sont en forte hausse.
cadres techniques de l’industrie et les activités de production sont plus forte-
cadres des services administratifs, comp- Au sein du secteur de la pharmacie, les ment touchées par les baisses d’effectifs.
tables et financiers sont titulaires d’un di- métiers commerciaux sont relativement Ces industries traditionnelles connais-
e e
plôme de 2 ou 3 cycle. Concernant le plus nombreux. Les postes d’attachés sent également une forte mutation deleurs métiers. Dans ces secteurs, la part Au sein du secteur de la métallurgie et de l’industrie contre 23 % dans les autres
des métiers industriels est plus impor- la fabrication de produits en caoutchouc secteurs.
tante que dans les autres industries. et en plastique, les métiers d’études et de
Néanmoins, elle baisse plus fortement recherche progressent également. Dans Les personnes âgées de 50 ans ou plus
qu’ailleurs. En 1999, 51 % de ces mé- la métallurgie, malgré une baisse de sont plus particulièrement présentes
tiers étaient industriels contre 45 % en l’emploi dans les métiers liés au travail dans l’industrie traditionnelle. Dans la
2008. des métaux, quatre personnes sur dix y métallurgie et le textile/habillement leur
travaillent encore en 2008. part augmente (respectivement 26 % et
Dans la fabrication de machines et d’é- 19 % en 1999 contre 31 % et 27 % en
quipements, la part des métiers de la mé- 2008). A l’opposé, l’industrie agroali-Une industrie vieillissante
canique et du travail des métaux a baissé mentaire est un secteur plus jeune. Les
en dix ans alors que celle liée au com- La moyenne d’âge dans l’industrie est moins de 30 ans y représentent un tiers
merce a augmenté. Dans le secteur de plus élevée que dans les autres secteurs des emplois. Cette industrie se distingue
l’habillement, majoritairement féminin, des autres par un plus fort recours auxde l’économie. En effet, 26 % des per-
la moitié des emplois relevait du cœur contrats d’apprentissage.sonnes sont âgées de 50 ans ou plus dans
de métier (ouvriers du textile et du cuir)
en 1999 alors que ce n’est plus le cas
Cette publication et le site internet de l’industrie en Ile-de-France ont été réalisés dansque pour un tiers en 2008. Dans le
le cadre d’un partenariat entre la CRCI Paris - Ile-de-France, le Crocis de la CCIP etmême temps, les métiers touchant à la
l’Insee Ile-de-France.gestion et au commerce sont davantage
Site : www.industrie-iledefrance.orgprésents. Reflet du dynamisme de la
haute couture française, l’industrie franci-
lienne de l’habillement, du textile et du
Champ et sources
cuir développe des métiers de conception
Le champ de cette étude porte sur l’industrie manufacturière (hors industrie extractive, énergie,(stylistes, créateurs). Ainsi, les concep-
eau, gestion des déchets et dépollution et cokéfaction et raffinage) selon la nomenclature d’activitéteurs et assistants techniques des arts gra-
NAF rév.2, 2008.phiques, de la mode et de la décoration
sont relativement plus présents en 2008 Les sources utilisées sont les recensements de la population 1999 et 2008.
qu’en 1999 (8 % contre 5 %).
Dans la fabrication d’équipements élec- Pour en savoir plus
triques, les métiers d’ouvriers et techni-
Bresner J., Burfin Y. et Omont L. : « Les PME industrielles franciliennes : trois sur quatre tour-
ciens en électricité sont toujours les plus
nées vers l'international », Insee Ile-de-France à la page, n° 346, novembre 2010.
représentés même s’ils sont relativement
Niny B. : « La matrice métiers-secteurs en Ile-de-France », OREF, Focale, n° 2, août 2006.moins nombreux. En 2008, les métiers
du commerce, des études et de la re-
Lainé F. : « Secteurs et métiers industriels : l’industrie n’est plus ce qu’elle était », Dares, Premières
cherche sont davantage présents et se fé-
Synthèses, n° 16.2, avril 2005.
minisent.
INSTITUT NATIONAL Directrice de la publication : Sylvie Lagarde
Comité de rédaction : Patrick HernandezDE LA STATISTIQUE
Chef de projet : Marielle Dhune
Publication téléchargeable à partir du site Internet : www.insee.fr/ile-de-franceET DES ETUDES ECONOMIQUES Rédactrice en chef : Christel Collin
Conception graphique : PAO Insee Ile-de-France
Direction régionale d’Ile-de-France
ISSN 0984-4724Maquette : Nathalie Droux - Nicolas Renaud
7, rue Stephenson - Montigny-le-Bretonneux Impression :Jouve Commission paritaire n° 2133 AD
e© Insee 201178188 Saint-Quentin-en-Yvelines cedex Dépôt légal : 2 semestre 2011 Code Sage I1137852
Insee Ile-de-Fr@nce Infos : la Lettre d’information électronique vous informe tous les mois de l'activité de l'Insee Ile-de-France
www.insee.fr/ile-de-france

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.