Industrie : une année de ralentissement malgré la résistance de certains secteurs (Octant n° 89)

De
Publié par

Dans la région comme France entière, le début de l'année 2001 a été marqué par une réaction plus rapide et plus brutale que prévu des entreprises au ralentissement international. Dans ce contexte, les industriels ont ajusté leur production à la baisse de la demande notamment étrangère et réduit leurs investissements. Au total, l'activité industrielle dans son ensemble aurait progressé très faiblement dans la région comme au niveau national. France entière, la production dans l'ensemble de l'industrie s'est accrue de 0,9 % en 2001 après 3,5 % en 2000.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 3
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

Industrie
Une année de ralentissement malgré
la résistance de certains secteurs
es industriels bretons ont ment au second. Au total, auLjugé que leur activité, en cours de l'année 2001, l'emploi
baisse au premier trimestre, dans l'industrie s'est pratique-
avait ensuite progressé très mo- ment maintenu (+ 0,3 %) sur
dérément avant de s'infléchir à douze mois. Cette moindre
nouveau à la fin de l'année. progression est en phase avec la
L'industrie dans son ensemble a dégradation de l'opinion des in-
pâti de la dégradation des mar- dustriels sur le niveau desDans la région comme
chés à l'exportation, consécu- effectifs.France entière, le début
tive au ralentissement de
de l'année 2001 a été l'économie mondiale. La légère Pour le début de l'année 2002, les
amélioration de la demande chefs d'entreprises anticipaientmarqué par une
étrangère en fin d'année n'a pas une très légère amélioration deréaction plus rapide et
suffi à compenser l'érosion de leur activité : la demande tant in-
plus brutale que prévu la demande intérieure. Toute- térieure qu'étrangère s'améliorant
fois, l'indicateur synthétique, quelque peu.des entreprises au
qui témoigne de la perceptionralentissement
des chefs d'entreprises sur la
international. Dans ce conjoncture industrielle dans Agroalimentaire :
son ensemble s'est légèrementcontexte, les industriels bons résultats
redressé au quatrième trimestre,ont ajusté leur malgré la baissealors qu'il n'avait cessé de se
production à la baisse du début d'annéedégrader sur les neuf premiers
mois de l'année. A cette date, ilde la demande
se situe en-dessous du niveaunotamment étrangère et
de 1996. Les industriels de l'agroalimen-
réduit leurs taire estiment que leur produc-
Avec la baisse de la demande, tion a progressé au cours deinvestissements. Au
les contraintes qui pesaient sur l'année 2001 et cette progres-total, l'activité
l'appareil de production se sont sion est jugée supérieure à celle
industrielle dans son atténuées au cours de l'année. de l'année 2000. Selon eux, la
En moyenne sur l'année 2001, baisse d'activité initiée en finensemble aurait
l'outil de production était utilisé d'année 2000 et consécutive àprogressé très
à 89 % de ses capacités, ce qui la crise de l'ESB s'est accentuée
faiblement dans la représente une baisse de 2 au début 2001. Après le rebond
points par rapport à l'année observé au printemps, le rythmerégion comme au
2000. de production a progressive-niveau national. France
ment décéléré à partir de l'été.
entière, la production Après avoir connu une crois- Sur l'année, le chiffre d'affaires
sance exceptionnelle en 2000 des industries agroalimentairesdans l'ensemble de
(+ 4,6 %), le rythme de création a globalement augmenté enl'industrie s'est accrue
d'emploi dans l'industrie a phase avec l'accroissement de
de 0,9 % en 2001 après commencé à ralentir au premier la production mais aussi du ren-
semestre 2001 puis plus nette- chérissement des cours de cer-3,5 % en 2000.
12 Octant n° 89 - Avril 2002 Bilan économique 2001Industrie
taines matières premières. L'en- veau d'activité jusqu'à l'au-
Ensemble de l’industriequête réalisée par la Banque de tomne puis a nettement décélé-
(Moyennes mobiles sur 3 trimestres)France en début d'année 2002 ré en fin d'année. Au total,
indique que le chiffre d'affaires l'année 2001 est jugée plus per- La production s’est ajustée à la baisse
de ce secteur est en hausse de formante en terme d'activité de la demande étrangère
solde d’opinions8 % en 2001. que l'année 2000 ; laquelle
40
avait souffert en milieu d'année Opinion sur la production
Les entreprises du secteur ont du ralentissement de la
30
bénéficié d'une demande en consommation des ménages.
provenance de l'étranger à Les entrepreneurs estiment
20
peine inférieure à celle de avoir bénéficié du dynamisme
l'année 2000. Par contre, la de- des achats des ménages et de
10
mande nationale enregistre une marchés à l'exportation vigou-
baisse d'une année à l'autre, reux, un peu inférieurs cepen-
0
Opinion ressentie au début et à la dant à ceux de l'année 2000.
sur la demande totalefin de l'année. Après avoir forte-
-10
ment progressé en 2000, l’em- L'industrie de l'habillement et Opinion sur la demande étrangère
ploi dans les industries agroali- du cuir a enregistré de très bons
-20
1996 1997 1998 1999 2000 2001mentaires a enregistré une résultats en 2001 ; la demande
progression plus modérée en s'étant montrée particulière- Dégradation des carnets de commandes et stocks
2001. Sur l’année, il s’est accru ment active notamment aux en hausse solde d’opinions
de 1,6 % contre 4,7 % un an premier et dernier trimestres. Le 20
plus tôt. En léger repli au pre- secteur de l'édition, impri- Opinion sur les stocks
mier trimestre, l’emploi a en- merie, reproduction s'est révélé
10
suite progressé continûment particulièrement performant
sauf au quatrième trimestre oùjusqu’en fin d’année.
0une baisse d'activité a été res-
sentie. Dans ces deux secteurs,Pour les industriels, ce sont les
industries de la viande et du lait les industriels apprécient leur -10
activité comme étant la meil-qui ont contribué à la progres- Opinion sur les carnets
sion d'ensemble du secteur. leure de ces six dernières an- de commandes
-20nées. Dans les industries desDans l'industrie des viandes en
particulier, l'activité est globa- équipements du foyer à l'in-
verse, l'activité est jugée en -30lement en hausse au regard de 1996 1997 1998 1999 2000 2001
l'année 2000. Dans les abattoirs baisse au regard des années
Taux d'utilisation des capacités de production :précédentes.de viande bovine, la production
tensions moins importantes en 2001 % CVSs'est accrue de plus de 2 % sur
Les prévisons d'activité pour les 95l'année. Dans les industries du
porc, la production en volume a premiers mois de 2002 sont
orientées à la baisse. Début jan-également progressé (+ 1,5 %). 93
A l'inverse, les industries de la vier, les chefs d'entreprise esti-
maient que leurs carnets devolaille accusent un léger repli
91de la production. L'activité dans commandes étaient inférieurs à
leur moyenne de longue pé-les industries laitières s'inscrit
globalement en hausse riode mais ne se dégradaient 89
plus. La demande étrangère res-(+ 0,6 %) en lien avec les bons
résultats de la filière des froma- terait stable mais la demande
87
intérieure s'infléchirait.ges (+ 6,9 %), laquelle a bénéfi-
cié d'une demande soutenue.
85Dans les filières du lait liquide, 1996 1997 1998 1999 2000 2001Automobile :des produits frais et du beurre,
La confiance des industriels s’est effondréeune nouvelle annéela production a reculé par rap-
en 2001 solde d’opinionsport à l'année 2000. De janvier de croissance
50à juillet 2001, la production
dans les industries des aliments 40
France entière, l'automobile sedu bétail a légèrement reculé 30
distingue des autres branchespar rapport à la même période
20de l'industrie manufacturièrede l'année 2000.
10par son fort dynamisme. Après
0avoir progressé de 6,2 % en
Biens de consommation : 2000, la production dans l'in- -10
Perspectives générales de productiondustrie automobile s'est encorehaut niveau d'activité -20
accrue de 5,9 % en 2001. Lejusqu'à l'automne -30
secteur de l'automobile a conti-
-40nué de bénéficier d'un marché
-50Selon les chefs d'entreprise, le intérieur porteur et d'exporta-
1996 1997 1998 1999 2000 2001
secteur des biens de consom- tions encore soutenues. Les im- Source : INSEE, enquêtes de conjoncture
mation a bénéficié d'un haut ni- matriculations de voitures parti-
Bilan économique 2001 Octant n° 89 - Avril 2002 13Industrie
culières se sont accrues de Toutes les branches de ce sec- mande mondiale, auquel s'est
5,7 % au cours de l'annéeetla teur en ont subi le contrecoup. ajoutéà partir de l'été une
progression du marché a parti- Si la chute d'activité s'est ré- baisse de la demande inté-
culièrement profité aux mar- vélée plus aiguë dans les indus- rieure. Toutefois, la nécessaire
ques françaises (+ 8,0 %). tries des équipements électri- reconstitution des stocks et le
ques et électroniques en raison rebond des exportations enre-
Dans la région, l'industrie auto- notamment des difficultésdela gistré au printemps ont permis
mobile a conservé un bon ni- téléphonie, la construction na- une légère croissance de l'acti-
veau d'activité,inférieur cepen- vale et les industries des équi- vité au premier semestre. Sur la
dant aux trois années pements mécaniques ont égale- seconde partie de l'année, ces
précédentes. Au premier se- ment enregistré une baisse effets n'intervenant plus, la pro-
mestre en particulier, le rythme d'activité. duction a diminué.
de progression de la production
a été soutenu par la vigueur du Au début 2002, l'activité ralen- La baisse d'activité a été plus
marché tant intérieur qu'étran- tirait pour s'ajuster au recul de importante dans les industries
ger. A partir de l'été, la produc- la demande essentiellement na- des composants électriques et
tion a ralenti puis a diminué en tionale. Les carnets de com- électroniques mais les indus-
fin d'année pour s'ajuster à mandes apparaissaient aussi tries des produits minéraux,
l'érosion de la demande. bas qu'au premier semestre l'industrie textile et la métal-
2001 et les stocks étaient jugés lurgie et transformation des mé-
lourds. Pour les premiers mois taux ont également constaté
de 2002, le ralentissement d'ac- une baisse de production. Seu-
Biens d'équipement : tivité concernerait tous les sec- les les industries du bois, du pa-
contraction brutale teurs y compris celui des équi- pier et le secteur de la chimie
pements électriques et ont continué de croître, trèsmo-de la demande
électroniques. dérément cependant.dès le début de l'année
Au premier trimestre 2002, l'ac-
Dans les biens d'équipement, tivité devrait cesser de se dégra-
Biens intermédiaires : der en lien avec un léger réta-les professionnels estiment que
leur activité a baissé en 2001 blissement de la demanderalentissement continu
intérieure ; la demande mon-après quatre années de crois- de la production
sance soutenue. Au premier se- diale, quant à elle, continuerait
à se détériorer.mestre, sous l'effet de la con-
traction brutale de la demande Après une très bonne année
2000, les professionnels du sec-tant étrangère que nationale, la
production a reculé assez forte- teur des biens intermédiaires ju-
gent leur production en baissement. Une légère amélioration
a été perçue au cours de l'été sur l'ensemble de l'année. Se-
lon eux, leur activité a ralentiavant de se renforcer plus nette-
ment en fin d'année. progressivement au premier se-
mestre 2001 avant de se
La production dans les biens contracter plus nettement en fin
d'année. Dèsledébut ded'équipement a pâti cette année
du coup de frein donné par les l'année cette branche a souffert
du ralentissement de la de- Marie Paule LE BRISentreprises à l'investissement.
14 Octant n° 89 - Avril 2002 Bilan économique 2001
n

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.