L'accès au lieu de travail et aux services de soins et d'éducation

De
Publié par

Les Bas-Normands consacrent moins de temps que la moyenne nationale pour gagner leur établissement scolaire, se faire soigner, ou aller travailler. Lorsqu'ils doivent quitter leur commune pour occuper leur emploi, les Bas-Normands prennent en moyenne la route un quart d'heure, soit deux à trois minutes de moins que les Bretons ou les Français dans leur ensemble.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 33
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

L'accès au lieu
detravail et aux
services desoins
et d'éducation
Les Bas-Normands consacrent moins de temps
que la moyenne nationale pour gagner leur
établissement scolaire, se faire soigner, ou aller
travailler. Lorsqu’ils doivent quitter leur
commune pour occuper leur emploi, les
Bas-Normands prennent en moyenne la route un
quart d’heure, soit deux à trois minutes
de moins que les Bretons ou les Français
dans leur ensemble.
51
La Basse-Normandie entre villes et campagnes>>> >>>
Le bassin de
Un accès plutôt rapide au lieu de travail Saint-Sauveur-
le-Vicomte et aux services pour les Bas-Normands
Les besoins de la vie courante revê- Dans la moitié des bassins de vie des
tent plusieurs dimensions que les bourgs ou petites villes de France
seuls services concurrentiels et non métropolitaine (877 sur 1745), les habi-
concurrentiels, abordés précédem- tants ont en moyenne plus de 17• 14 communes
ment, ne peuvent combler. Sans épui- minutes et demi de trajet à parcourir
• 4822 habitants
ser la question, l'accès aux services par la route pour accéder à leur lieu
• 1357 emplois de soins et aux établissements sco- de travail et aux commerces, services,
• Déclin démographique laires, ainsi que les temps de trajet équipements de santé et établisse-
confirmé pour rejoindre quotidiennement son ments scolaires dont ils ont besoin. En
lieu de travail, constituent autant Basse-Normandie, seuls les habitants• Economie fortement
d'autres facettes fondamentales à de 16 des 74 bassins de vie (22 %) sontrésidentielle sans autre
dominante prendre en considération. dans cette situation.
• Faiblement autonome
Autour de Caen et dans le Cotentin
• Niveau d’équipement
le quotidien réclame plus de patience
concurrentiel : bon
non concurrentiel : moyen
Cherbourgsanté : très faible
éducation : bon
Le Havre
• 76 emplois pour 100 actifs
Rouenrésidents
Trouville-sur-Mer
Bayeux
Elbeuf• Accès aux équipements et à
Louviers
Caen
Saint-Lôl'emploi : assez rapide
Lisieux
Coutances
Evreux
Vire
Granville
Avranches
Argentan
L'AigleFlersLe bassin de Saint-Malo
Saint-Vaast-
Mortagne-au-Perchela-Hougue
Alençon
Temps moyen d'accès à l'ensemble des équipements retenus et à l'emploi
moins de 16 minutes
de 16 à moins de 18 minutes
de 18 à moins de 23 minutes
Rennes
23 minutes et plus © IGN - Insee 2004
Laval• 17 communes Sources : INRA (temps d'accès) Unités urbaines de 30 000 habitants ou plus
avec Route 120 (IGN),
Périphérie dépendante Insee - recensement de la population • 9342 habitants des unités urbaines de 30 000 habitants ou plus
1999 et Inventaire communal
• 2833 emplois
• Déclin démographique
confirmé Les Bas-Normands plus près de leur
• Economie agri-alimentaire à établissement scolaire
tendance agricole
Dans les bassins de vie des bourgs et Cotentin (bassin de Barneville-Carte-• Autonome
des petites villes de Basse-Norman- ret principalement), le bassin d'Aunay-• Niveau d’équipement
die, les équipements scolaires (école sur-Odon et ses alentours, et les
concurrentiel : très bon
primaire, collège et lycée) les plus environs de Vimoutiers. L'immense
non concurrentiel : bon
proches sont accessibles, par route, majorité des communes concernéessanté : très bon
en moyenne en 11 minutes. La sont éloignées de 20 à 30 minutes deséducation : faible
moyenne nationale est plus élevée (14 équipements scolaires les plus
• 90 emplois pour 100 actifs
minutes). proches.
résidents
Si elles ne sont pas les seules à être
• Accès aux équipements et à relativement isolées en la matière dans Dans les faits, les temps de trajet des
l'emploi : assez rapide la région, trois zones géographiques scolaires sont plus longs, l'établisse-
se distinguent plus particulièrement, ment scolaire fréquenté n'étant pas
par leur étendue : la façade ouest du forcément le plus proche du domi-
52
La Basse-Normandie entre villes et campagnes>>>
Le bassin de
cile, en raison du non-respect de la Les lycéens sont ainsi les élèves les plus Sées
carte scolaire, d'un choix entre ensei- éloignés de leur établissement. De plus,
gnement public et enseignement la diversité et la spécialisation des
privé, et également de la diversité et filières qui caractérisent le second cycle
donc de la dispersion territoriale des du secondaire font que les lycéens ne
filières dans l'enseignement secon- sont pas obligatoirement inscrits dans • 31 communes
daire. Ainsi, de facto, les élèves des l'établissement le plus proche.
• 10 553 habitants
bassins de vie bas-normands met- Si on ne tient pas compte des lycéens,
• 3464 emploistent en moyenne 21 minutes pour les temps de trajet entre le domicile et
rejoindre leur établissement. le lieu d'étude se réduisent sensible- • Déclin démographique
ment (8 minutes en moyenne contre 21 confirmé
Alors que l'école primaire est l'établis- minutes). • Economie fortement
sement scolaire par excellence au résidentielle et agri-alimentaire
niveau de la commune ou d'un grou-
• Autonome
pement de communes, le collège est
• Niveau d’équipementquant à lui l'équipement phare au
niveau du bassin de vie (seuls les micro- concurrentiel : très bon
non concurrentiel : moyenbassins de Barenton et de Bagnoles-
santé : bonde-l'Orne n'en disposent pas en
éducation : très bonBasse-Normandie). Le lycée a pour sa
part une aire d'attraction plus large que • 89 emplois pour 100 actifs
résidents celle du bassin de vie et ne se retrouve
pas dans chacun d'eux (45 des 74 bas- • Accès aux équipements et à
sins de vie des bourgs et des petites l'emploi : rapide
villes bas-normands ne disposent pas
en effet de lycée sur leur territoire).
Les bassins ornais plus éloignés des équipements scolaires
Cherbourg
Le Havre
Rouen
Bayeux Trouville-sur-Mer
Elbeuf
Louviers
Caen
Saint-Lô
LisieuxCoutances
Evreux
Vire
Granville
L'Aigle
Avranches Argentan
Flers Dreux
Saint-Malo
Mortagne-au-Perche
Alençon
Temps moyen de trajet domicile-établissement scolaire fréquenté
(carte communale - jeunes âgés de 18 ans au plus)
moins de 12 minutes
de 12 à 25 minutes
de 25 à 35 minutes Rennes
35 minutes ou plus Laval
© IGN - Insee 2004Unités urbaines de 30 000 habitants ou plus
Sources : INRA (temps d'accès) d'après Route 120 (IGN),Périphérie dépendante des unités urbaines
Insee, recensement de la population 1999
de 30 000 habitants ou plus
53
La Basse-Normandie entre villes et campagnes
21 minutes : c'est pour les
habitants des bassins de vie bas-
normands le temps moyen d'accès
en voiture à l'établissement
scolaire fréquenté. La moyenne
est de 23 minutes au
niveau national>>> >>>
Le bassin de
A cinq minutes de son médecinTessy-sur-Vire
Les habitants des bassins de vie des
bourgs ou petites villes bas-normands
se situent en moyenne à 14 minutes
de l'ensemble des principaux équipe-
• 13 communes
ments de santé (médecin, infirmière,
• 5061 habitants pharmacie, masseur-kinésithérapeute,
dentiste, ambulance, maternité, ser-• 1797 emplois
vice d'urgences, établissement hospi-• Croissance démographique
talier de court séjour, établissementplus ou moins récente
hospitalier de moyen et long séjour).
• Economie "diversifiée"
En France, le temps nécessaire s'élève Si l'on écarte de la gamme les services
• Dépendant en moyenne à 19 minutes. hospitaliers (en petit nombre sur le ter-
Dans la région, moins d'une cinquan- ritoire), les temps d'accès pour les Bas-• Niveau d’équipement
taine de communes sont à plus d'une Normands ne vivant pas en grandeconcurrentiel : très faible
demi-heure de route de la gamme agglomération se réduisent à cinqnon concurrentiel : bon
complète des services de santé. Elles minutes en moyenne.santé : très faible
sont de surcroît assez peu concentréeséducation : moyen
sur le territoire, malgré une poche (de• 89 emplois pour 100 actifs
taille modeste), à l'est de Mortagne-résidents
au-Perche. Seules 15 000 personnes
• Accès aux équipements et à
sont concernées (soit 1,5 % de la popu-l'emploi : assez rapide
lation des bassins de vie des bourgs et
petites villes de Basse-Normandie,
contre 12,5 % au niveau national).
Le bassin de
Le Theil
Equipements de santé : les pôles urbains favorisés
• 7 communes
Cherbourg
• 4594 habitants
Le Havre• 2665 emplois
Rouen• Dynamique démographique
Bayeux Trouville-sur-Mer
assez forte et régulière Elbeuf
Louviers
Caen• Economie très industrielle Saint-Lô
Lisieuxnon monospécialisée Coutances
Evreux• Faiblement autonome
Vire• Niveau d’équipement
Granville
L'Aigleconcurrentiel : très faible Avranches Argentan
Flers
Saint-Malonon concurrentiel : moyen
santé : très faible
Mortagne-au-Percheéducation : moyen
Alençon• 143 emplois pour 100 actifs
résidents
Temps d'accès aux équipements de santé
(carte communale)• Accès aux équipements et à
moins de 10 minutesRennes
de 10 à 20 minutes © IGN - Insee 2004l’emploi : rapide
de 20 à 30 minutes Sources : INRA (temps d'accès) avec Route 120 (IGN),
30 minutes et plus Insee - recensement de la population 1999 et
Unités urbaines de 30 000 habitants ou plus Inventaire communal 1998,
Périphérie dépendante des unités urbaines Ministère de la Santé - Statistique
de 30 000 habitants ou plus Annuelle des Etablissements 2001
54
La Basse-Normandie entre villes et campagnes
14 minutes : c'est pour les
habitants des bassins de vie
bas-normands le temps moyen
d'accès en voiture à l'ensemble
des services de soins. La moyenne
est de 19 minutes au
niveau national>>> >>>
Le bassin de
Deux habitants sur cinq travaillent dans Thury-Harcourt
la commune où ils résident
Environ 39 % des actifs des bassins de occupent un emploi dans la même com-
vie des bourgs et petites villes bas-nor- mune, et lorsque ce n'est pas le cas,
mands travaillent dans la commune où leurs temps de trajets sont en moyenne
• 29 communes
ils habitent. La Basse-Normandie ne se plutôt courts. Autour de l'aggloméra-
• 9765 habitantsdistingue pas particulièrement sur ce tion caennaise, c'est la situation symé-
plan : elle ne s'écarte pas vraiment de la triquement inverse qui prédomine. Plus • 2388 emplois
moyenne nationale (38 %) ou de celles de 70 % des actifs doivent quitter leur • Dynamique démographique
de la Bretagne (38 %) et des Pays de la commune de résidence pour aller tra- assez forte et régulière
Loire (41 %). La Haute-Normandie voi- vailler, et leurs temps de trajets sont
• Economie "diversifiée"
sine se singularise en revanche avec une relativement longs.
• Faiblement autonomeproportion bien plus faible (30 %).
• Niveau d’équipement
Dans les bassins de vie des bourgs concurrentiel : bon
et petites villes bas-normands, les non concurrentiel : très bon
actifs qui doivent quitter la commune santé : moyen
éducation : bonde leur domicile pour se rendre sur
leur lieu de travail prennent en • 62 emplois pour 100 actifs
moyenne la route un quart d'heure, résidents
comme leurs homologues ligériens. • Accès aux équipements et à
Ces déplacements domicile-travail l'emploi : assez long
sont un peu plus longs en Bretagne
(17 minutes), et de manière générale
dans les bassins de vie français.
Sur une large bande comprenant le sud
de la Manche et l'ouest de l'Orne (et qui
se poursuit en Mayenne), les actifs sont
moins mobiles : une grande partie
d'entre eux (autour de 40 %) habitent et Le bassin de
Tinchebray
Les habitants du Bocage résident
près de leur lieu de travail
• 13 communes
• 7055 habitants
Cherbourg
• 2176 emplois
Le Havre
• Déclin démographique
Rouen confirmé
Bayeux Trouville-sur-Mer
Elbeuf • Economie plutôt industrielle
Louviers
Caen et monospécialiséeSaint-Lô
LisieuxCoutances • Dépendant
Evreux • Niveau d’équipement
Vire
Granville concurrentiel : faible
L'Aigle non concur
Avranches Argentan
Flers santé : moyenSaint-Malo
éducation : bon
Mortagne-au-Perche • 78 emplois pour 100 actifs
Alençon résidents
Durée moyenne des déplacements domicile-travail
(carte communale) • Accès aux équipements et à
moins de 10 minutes l'emploi : rapidede 10 à 17 minutes
Rennesde 17 à 25 minutes
Laval25 minutes et plus © IGN - Insee 2004
Unités urbaines de 30 000 habitants ou plus Sources : INRA (temps d'accès)
avec Route 120 (IGN),Périphérie dépendante des unités urbaines
Insee - recensement de la population 1999de 30 000 habitants ou plus
55
La Basse-Normandie entre villes et campagnes
15 minutes : c'est pour les
habitants des bassins de vie
bas-normands le temps moyen de
trajet entre leur domicile et leur
lieu de travail. La moyenne
est de 17 minutes
au niveau national56
La Basse-Normandie entre villes et campagnes

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.