L'aire urbaine d'Avallon

De
Publié par

En complément aux dossiers parus en 2002 sur les huit aires urbaines les plus peuplées de Bourgogne, et en 2004 sur les aires urbaines d'Autun et de Beaune, ce document présente l'aire urbaine d'Avallon. Des informations sur la démographie, le logement, les revenus, les infrastructures, l'emploi et les établissements, sont ici rassemblées pour décrire ce territoire. Réalisé par l'Insee Bourgogne et la Direction Régionale de l'Équipement, ce document met ainsi à disposition des éléments importants pour comprendre le fonctionnement de ce territoire.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 41
Nombre de pages : 10
Voir plus Voir moins

AvallonDémographie - Logement - Revenus
L’aire urbaine d’Avallon :
doublement de la superficie entre 1990 et 1999
L’aire urbaine
L ’aire urbaine d’Avallon se com- Avallon, la ville-centre, est d’ Avallon
pose de la ville d’Avallon et de 32 la commune la plus impor-
c’est :autres communes. Elle occupe tante avec 8 200 habitants.
e
ainsi le 117 rang sur 354 au Plus de la moitié des habi-
33 communes
niveau national pour son nombre tants de l’aire urbaine vivent
(1)de communes. Elle s’étend sur à Avallon. 16 003 habitants
cinq cantons : Avallon (16 com- Les autres communes sont
(2)
8 435 logementsmunes), Quarré-les-Tombes (3), de petite taille. Aucune ne
Guillon (7), l’Isle-sur-Serein (5) et dépasse les mille habitants. (3)
734 établissementsVézelay (2). Deux communes comptent
(4)L’aire urbaine d’Avallon compte entre 600 et 800 habitants 6 618 emplois
16 000 habitants en 1999. Par (Magny et Sauvigny-le-Bois),
(1) (2) et (4) : Recensement de la population de 1999.sa population, elle se classe au les autres se situent entre
e (3) : Répertoire des entreprises et établissements
er11 rang parmi les 15 aires de 100 et 400 habitants. La plus au 1 janvier 2004.
Bourgogne, bien après celle petite est Trévilly avec 74
d’Autun (26 850 habitants), et habitants.
juste devant celle de Cosne- L’aire urbaine d’Avallon
Cours-sur-Loire (15 600 habitants).
Nombre d'habitants
8 220Parmi les aires
Coutarnouxles moins peuplées 2 740
Au niveau national, Avallon Lucy-
Thoryle-Bois
figure parmi les aires les moins AngelySainte-Annay-e Colombe Montréalla-Côtepeuplées. Elle se situe au 300
Girolles Provency AthieSermizellesrang sur 354, entre les aires de
Tharot Étaule
TrévillyLuxeuil-les-Bains (Haute-Saône) Blannay Sceaux
Givry AnnéotVault-et Saint-Girons (Ariège). Mais en Sauvigny-
de- le-Bois2
Savigny-en-Terre-PlaineLugnysuperficie, avec ses 415 km , l’aire Pontaubert
e Domecy- Saint-André-d’Avallon se classe au 122 rang sur-le-Vault
en-Terre-Plainee Avallonet au 7 rang des aires urbaines
Cussy-
Tharoiseau
Magny les-Forgesbourguignonnes après Sens et Sainte-MagnanceIsland
devant Beaune. L’aire urbaine
Saint-Brancherest donc très peu densément
Saint-Germain-2
des-Champspeuplée : 39 habitants au km
5Kmseulement, soit la plus faible den-
sité des 15 aires urbaines.
Chastellux-sur-Cure
Ville-centreBourgogne
Couronne
Source : Insee - Recensement de la population de 1999. © IGN - Insee 2005
Définition des aires urbaines :
Pour étudier les villes et leur territoire d’influence, l’Insee a défini, en 1997, une nomenclature spatiale :
le zonage en aires urbaines.
Une aire urbaine est constituée d’un pôle urbain et d’une couronne périurbaine.
Le pôle urbain est une agglomération (ici la ville d’Avallon) d’au moins 2 000 habitants et 5 000 emplois.
La couronne périurbaine, territoire sous influence de la ville-centre, est un ensemble de communes
qui envoient travailler dans l’aire au moins 40 % de leurs actifs résidents.
© Insee Bourgogne 2005 - L'aire urbaine d’Avallon Décembre 2005Démographie - Logement - Revenus Avallon
des terrains moins élevé. Le péri- Les aires urbainesExtension de l’aire
mètre de l’aire urbaine évolue d’Avallon, Auxerre et Joignydans la décennie 90
peu en gagnant seulement deux de 1968 à 1999
communes soit 300 habitants.Défini à chaque recensement
L’extension de l’aire urbaineà partir de la localisation de la 1968reprend nettement entre 1990 etpopulation et des déplacements
1999 : dix-huit communes situéesdomicile-travail, le périmètre d’une
à l’est et au sud d’Avallon rejoi-aire urbaine évolue au cours du
gnent l’aire urbaine et lui appor-temps. Auxerre
tent 3 400 habitants. La super-En 1968, l’aire urbaine
(1) ficie de l’aire urbaine est mul-d’Avallon se résume à la seule
tipliée par deux. La ville-centrecommune d’Avallon qui compte
continue cependant de se dépeu-alors 6 800 habitants. Le péri-
pler et la croissance démogra-mètre de l’aire urbaine ne va
phique des autres communesensuite cesser de s’étendre avec
Avallonde l’aire urbaine est très faible,l’installation dans les communes
portée par le seul excès despériphériques d’actifs travaillant
arrivées sur les départs tandisdans la ville-centre ou une autre
que leur solde naturel est négatif.commune proche.
Entre 1968 et 1975, quatre
Peu de dynamismecommunes situées au nord 1990
d’Avallon intègrent l’aire urbaine. démographique Joigny
Elles lui apportent 1 000 habi-
De 1968 à 1999, la superficietants supplémentaires auxquels
s’ajoute la croissance de 2 000 de l’aire urbaine d’Avallon, qui
Auxerre
habitants de la ville-centre. La passe de une à 33 communes,
a été multipliée par 16. Dans lesuperficie de l’aire urbaine est
multipliée par 2,5. même temps, sa population a
Nouvelle extension entre 1975 plus que doublé.
L’aire urbaine s’est étendueet 1982 : l’aire urbaine se pro-
longe à l’est et à l’ouest sur huit progressivement sur des com-
Avallon
communes qui totalisent 2 200 munes peu peuplées et qui per-
daient jusqu’alors des habitants.habitants. La population de la
ville-centre tend à se stabiliser L’installation de nouveaux actifs
(à peine 300 habitants de plus) leur permet à la fois d’intégrer
l’aire urbaine et d’enrayer un peude même que celles des com-
1999munes faisant déjà partie de l’aire ce mouvement de baisse de po- Joigny
Migennesurbaine. pulation.
L’aire urbaine, dans son péri-Entre 1982 et 1990, la crois-
sance de l’aire urbaine se ralentit mètre de 1999, est finalement
Auxerrenettement. La ville-centre perd constituée d’un ensemble de com-
munes assez peu dynamiques dé-des habitants à l’instar de la plu-
part des villes auxquelles on pré- mographiquement dont la popu-
fère des communes périphéri- lation globale est stabilisée à
16 000 habitants depuis 1975ques offrant davantage d’espace
d’habitation et un coût probable après une période de croissance
Avallon
Évolutions naturelle et migratoire entre 1990 et 1999
Source : Insee - Recensements de la population. © IGN - Insee 2005Soldes entre 1990 et 1999
Population
Global Naturel Migratoire (1) Dans le cas d’Avallon, on ne peuten 1999
parler d’aire urbaine qu’à partir de 1975,
Aire urbaine 16 003 - 183 + 276 - 459
date à laquelle la commune devient pôle
Dont urbain car elle compte plus de 5 000 em-
plois. Cependant pour des raisons deAvallon 8 127 - 400 + 464 - 864
commodités l’aire d’influence d’Avallon
Couronne 7 876 + 217 - 188 + 405 (mesurée par les déplacements domicile-
travail) est appelée aire urbaine sur toute
Source : Insee - Recensements de la population de 1990 et 1999. la période 1968-1999 étudiée.
© Insee Bourgogne 2005 - L'aire urbaine d’Avallon Décembre 2005Démographie - Logement - Revenus Avallon
entre 1968 et 1975 portée par la La population par âge en 1999
seule commune d’Avallon.
Part de la tranche d’âge dans la population totaleSur la période la plus récente,
%de 1990 à 1999, la population de
25
Ville-centrel’ensemble des communes consti-
Couronnetuant l’aire de 1999, a légère-
20ment diminué (- 180 habitants).
La situation est contrastée entre
la ville-centre dont la population 15
diminue et la couronne où elle
augmente.
10
La périurbanisation se poursuit.
Dans la ville-centre les départs
5de population l’emportent sur les
arrivées. Une partie de ce des-
serrement profite aux communes 0
De 0 De 15 De 30 De 45 De 60 75 anspériphériques mais une partie
à14ans à29ans à44ans à59ans à74ans et plus
seulement, le solde migratoire de
Source : Insee - Recensement de la population de 1999.l’ensemble de l’aire étant négatif
(- 460 habitants).
Le solde naturel, différence
entre les naissances et décès, C’est un peu plus âgé que dans (15 %), s’explique sans doute par
est positif dans la ville-centre dont l’ensemble des aires de la région l’absence d’offre de formation de
la population est relativement (38 ans). La population de la niveau supérieur et les difficultés
jeune. C’est l’inverse dans la plu- ville-centre est plus jeune avec pour trouver un premier emploi
part des autres communes de un âge médian de 36 ans contre dans l’aire.
l’aire. Au total le solde naturel de 41 ans en couronne. Contrairement aux autres aires
l’ensemble de l’aire est positif Les jeunes adultes sont peu bourguignonnes, les personnes
(+ 280 habitants). nombreux : les 15 à 29 ans ne âgées de 75 ans et plus sont un
représentent que 18 % de la peu plus présentes dans la cou-
Déficit important population de l’aire contre 21 % ronne où elles représentent 9 %
dans l’ensemble des aires de la de la population contre 8 % dansde jeunes adultes
région et loin des 25 % observés la ville d’Avallon.
dans l’aire de Dijon. Ce déficit,Dans l’aire urbaine, un habi-
tant sur deux a moins de 39 ans. plus marqué dans la couronne Faible hausse
du nombre de logements
L’aire urbaine d’Avallon compte
8 435 logements en 1999, dontLe parc des logements en 1990 et 1999
près de la moitié (47 %) dans la
ville-centre. Avec 355 logements
Résidences
Ensemble Résidences de plus par rapport à 1990, lesecondaires et Logements vacants
des logements principales
occasionnelles parc de l’aire urbaine augmente
de 4 %. Cette évolution est cepen-Nombre Évolution Nombre Évolution Nombre Évolution Nombre Évolution
en 1999 99/90 (%) en 1999 99/90 (%) en 1999 99/90 (%) en 1999 99/90 (%) dant deux fois moins forte que
sur l’ensemble des aires urbainesAire urbaine 8 435 + 4 6 479 + 6 1 239 - 4 717 + 1
bourguignonnes (+ 8 %). Le parc
Dont
de logements connaît sensible-
Avallon 3 992 + 4 3 404 + 4 238 + 6 350 + 2
ment la même progression dans
Couronne 4 443 + 5 3 075 + 9 1 001 - 6 367 + 1
la ville-centre et dans la couronne.
Toutefois, les communes qui
Source : Insee - Recensements de la population de 1990 et 1999. jouxtent Avallon sont celles qui
tirent le mieux leur épingle du jeu
Définitions : le logement est défini selon son utilisation. C’est un local séparé et indépendant utilisé avec une trentaine de nouveaux
pour l’habitation.
logements dans les communes
On distingue quatre catégories de logement :
de Vault-de-Lugny, Pontaubert,- résidence principale : logement où la personne réside la plus grande partie de l’année ;
- logement occasionnel : utilisé une partie de l’année pour des raisons professionnelles ; Sauvigny-le-Bois et Magny.
- résidence secondaire : logement pour les loisirs ou les vacances ;
- logement vacant : logement sans occupant.
© Insee Bourgogne 2005 - L'aire urbaine d’Avallon Décembre 2005Démographie - Logement - Revenus Avallon
Les résidences principales re- nettement plus forte dans les De 1990 à 1999, le nombre de
présentent plus des trois quarts communes de la couronne res- résidences secondaires de l’aire
(6 479) des logements de l’aire. pectivement (80 % contre 36 %). a diminué de 4 %. Le recul a prin-
er
Elles connaissent la plus forte Au 1 janvier 2004, la quasi- cipalement lieu dans la couronne
croissance avec 6,5 % d’aug- totalité des 1 200 logements so- (- 6 %). Le nombre de logements
mentation entre 1990 et 1999 ciaux de l’aire urbaine est loca- vacants reste assez stable (+ 1 %).
alors que dans le même temps la lisée à Avallon, principalement
population baisse de 1 %. En dans le quartier de la Morlande. Une aire urbaine
conséquence, le nombre moyen Les trois quarts de ces logements parmi les moins riches
de personnes par logement dimi- sociaux ont été construits avant
nue de 2,58 en 1990 à 2,42 en 1976 ; seuls 5 % d’entre eux sont En 2002, les ménages fiscaux
1999. Le nombre de résidences postérieurs à 1990. de l’aire urbaine d’Avallon dispo-
principales a augmenté plus for- sent d’un revenu relativement
tement dans la couronne (+ 9 %) Forte proportion de faible. En effet, la moitié de la
qu’à Avallon (+ 4 %). Il progresse résidences secondaires population vit dans un ménage
fortement dans toutes les com- qui déclare un revenu par unité
munes voisines d’Avallon (pro- L’aire urbaine d’Avallon compte de consommation inférieur à
gression supérieure à 10 %) sauf de nombreuses résidences secon- 13 260 euros. Ce revenu médian
à Saint-Germain-des-Champs où daires. Elles représentent 15 % du est largement inférieur à celui de
la hausse est plus faible (+ 3 %). parc de logement soit la plus forte la région (14 600 euros). Il classe
eLes maisons individuelles re- proportion de toutes les aires ur- l’aire d’Avallon au 13 rang par-
présentent la quasi-totalité des baines bourguignonnes. La pré- mi les 15 aires bourguignonnes,
résidences principales de la cou- sence de résidences secondaires juste derrière celle de Montceau
ronne (97 %) et 43 % de celles est forte en couronne (23 %) (13 300 euros) et devant l’aire
de la ville-centre. De même, la notamment à l’ouest d’Avallon, de Joigny (13 200 euros).
proportion de propriétaires est proche du parc du Morvan. Ici comme ailleurs, les zones
périurbaines abritent les ména-
ges les plus aisés. Les habitants
d’Annay-la-Côte sont les plusRevenus fiscaux médians
favorisés, avec un revenu mé-par unité de consommation des ménages en 2002
dian de 16 650 euros. Ceux de
Pontaubert arrivent en seconde
Coutarnoux
position avec 15 100 euros alors
que ceux de Cussy-les-Forges
Thory sont en position nettement moins
Sainte-Annay-
Colombela-Côte favorable (12 200 euros).Lucy- Angely
le-Bois
Montréal La ville-centre d’Avallon est
Girolles
Provency Athie elle aussi relativement défavo-
Sermizelles
Tharot
Blannay Étaule Trévilly risée avec seulement 12 600 eu-
Sceaux ros de revenus par unité deAnnéot Sauvigny-Givry Vault-
de- le-Bois consommation, soit 2 000 eurosSavigny-Lugny
en-Terre-PlainePontaubertDomecy- de moins que la moyenne de
sur-le-Vault Saint-André-
Avallon Magny en-Terre-Plaine l’Yonne (14 580 euros ).
Cussy- La proportion des revenus
Tharoiseau les-Forges
d’activité dans l’aire d’Avallon est
Island Sainte-Magnance
équivalente à celle observée
Saint- dans l’Yonne (69 %). En revan-Brancher
Plus de 14 500 euros
che, celle des pensions et retrai-De 14 000 à 14 500 euros
Saint-Germain-
De 13 000 à moins de 14 000 euros des-Champs tes est légèrement inférieure
Moins de 13 000 euros
Non diffusable (26 % contre 27 %). SeulementBourgogne : 14 600 euros
France : 15 100 eurosChastellux-sur-Cure 54 % des ménages de l’aire ur-
baine sont imposables, ce taux
est de 59 % dans l’Yonne.
Source : Insee - DGI - Revenus fiscaux des ménages 2002. © IGN - Insee 2005
Note de lecture : à Avallon, la moitié des personnes appartient à un ménage qui
dispose d’un revenu fiscal supérieur à 12 600 euros par unité de consommation
et l’autre moitié un revenu inférieur à 12 600 euros. Le revenu fiscal est le revenu
déclaré aux services fiscaux. Ce revenu est établi par unité de consommation pour
tenir compte de la taille des ménages.
© Insee Bourgogne 2005 - L'aire urbaine d’Avallon Décembre 2005N146
D944
A6
D10
N6
Infrastructures - Économie Avallon
Place importante du commerce de gros
Située à 53 km au sud-est Les infrastructures de transport dans l’aire urbaine d’Avallon
d’Auxerre, à 100 km de Dijon et
230 km de Paris, l’aire urbaine
d’Avallon est traversée par l’auto-
route A6 reliant Paris à Lyon avec
une sortie à 10 km d’Avallon.
La gare ferroviaire d’Avallon
est desservie par trois lignes de
Transports Express Régionaux
(TER) qui permettent de rejoindre
Auxerre (4 allers-retours par
jour), Étang-sur-Arroux (3 allers-
retours) et Clamecy. Les temps
de parcours en train pour Auxerre
ne sont cependant pas réelle- AVALLON
ment compétitifs par rapport à
la voiture. Outre le transport de
voyageurs, la gare d’Avallon
Limite de l'aire urbaine
permet le transport du bois du
Limite de commune
Morvan et de marchandises pour Autoroute
Route nationale
une centrale d’achat (groupe Route départementale
TGVSchiever).
Voie ferrée
L’aire est située à 40 km de Péage
Garela gare de Montbard, desservie
par le TGV : Avallon est ainsi à Aérodrome Pôle Observation des Territoires - 25-08-2005 © IGN BdCarto® 1999
moins de 2 h de Dijon et Paris
parTGV,à3hdeLyon età5h
Ce schéma prévoit des navettes Plusieurs lignes régulières dede Marseille. Les accès “grande
et des bus pour desservir le cars départementaux traversentligne” les plus proches sont
centre-ville et du transport à la l’aire urbaine, en direction deMontbard et Laroche-Migennes.
demande pour les personnes à Dijon, Auxerre et Tonnerre.Avallon a établi un schéma
mobilité réduite.des transports urbains en 2004.
Emplois
dans la ville-centreLes déplacements domicile-travail en 1999
L’aire urbaine d’Avallon est
Lieu de travail la deuxième aire bourguignonne
Lieu de résidence Avallon Couronne Extérieur Ensemble après celle d’Autun où l’emploi
2 500 200 456 3 156 est le plus concentré dans la
Avallon
79 % 6% 14 % 100 % ville-centre. 79 % des emplois y
sont localisés et seulement 51 %
1 408 1 012 640 3 060
Couronne des habitants.46 % 33 % 21 % 100 %
Les principaux déplacements
Extérieur 1 281 217 domicile-travail se réalisent à l’in-
térieur même de la ville-centre.
Ensemble 5 189 1 429 Huit Avallonnais sur dix, soit
2 500 actifs, travaillent dans leur
Source : Insee - Recensement de la population de 1999.
ville de résidence. C’est moins
qu’en 1990 où 84 % des Avallon-
Note de lecture : parmi les 3 156 actifs ayant un emploi et résidant à Avallon, 2 500 y
nais travaillaient dans la ville-travaillent, 200 travaillent en couronne et 456 ont un emploi à l'extérieur de l'aire
centre.urbaine d’Avallon.
© Insee Bourgogne 2005 - L'aire urbaine d’Avallon Décembre 2005
D957
D951Infrastructures - Économie Avallon
Répartition de l’emploi par secteur d’activité
Part des actifs travaillant dans le en 1999 en %
Commerce
Administration
Santé, action sociale
Services aux entreprises
Ind. des biens intermédiaires
Éducation
Services aux particuliers
Construction
Transports
Ind. des biens d'équipements
Activités immobilières et financières
Agriculture, sylviculture, pêche
Ind. des biens de consommation
Ind. agricoles et alimentaires
Énergie
Industrie automobile
0 5 10 15 20
Avallon Yonne Ensemble des aires urbaines bourguignonnes
Source : Insee - Recensement de la population de 1999 (nomenclature économique de synthèse).
et des services aux entreprisesDu fait de la définition même L’attractivité d’Avallon s’est accrue :
de l’aire urbaine, les habitants le nombre d’actifs venant de (7 % contre 10 %).
des communes composant la l’extérieur de l’aire a augmenté L’industrie est légèrement sur-
représentée dans l’aire urbainecouronne sont nombreux à venir de près de 30 % entre 1990 et
travailler à Avallon : on en compte 1999, et même de 65 % pour d’Avallon avec un poids de 23 %
1 400 en 1999, soit 46 % des les Côte-d’Oriens. contre 20 % pour l’ensemble des
aires urbaines de Bourgogne. Duactifs de la couronne. Cette part
dépasse même les 60 % pour fait de la présence de quelques6 600 emplois
les actifs de Pontaubert et gros établissements, les indus-
tries des biens intermédiaires ontSauvigny-le-Bois et 80 % pour En 1999, l’aire urbaine d’Avallon
les actifs d’Annéot. Faisant le compte 6 618 emplois, soit un un poids plus important que dans
chemin inverse, les actifs de la peu plus de 1 % de l’emploi total les autres aires (14 % contre 9 %
sur l’ensemble des aires urbai-ville-centre allant travailler dans bourguignon. Près de 85 % de
la couronne sont peu nombreux : ces emplois sont salariés. nes de Bourgogne), il en va de
200 dont une bonne moitié en Le secteur des services ne même pour les biens d’équipe-
ment (6 % contre 4 %).direction de Magny et Sauvigny- représente que 47 % des emplois
le-Bois. de l’aire urbaine d’Avallon. C’est
Près de 1 300 actifs viennent peu comparé à la moyenne Commerce de gros
chaque jour, de l’extérieur de observée sur l’ensemble des
l’aire urbaine, travailler dans aires bourguignonnes (57 %). La Le commerce occupe une
la ville-centre, dont une majorité différence est particulièrement place importante dans l’aire ur-
d’Icaunais mais aussi de nom- marquée dans les secteurs de baine d’Avallon. En 1999, 1 348
breux Côte-d’Oriens (277). l’administration (12 % contre 8 %), emplois relèvent de ce secteur
soit 20 % des emplois de l’aire
Évolution de l’emploi salarié urbaine contre 14 % dans l’en-
semble des aires urbaines bour-
Évolution 2002/1999 Effectifs guignonnes. Avallon se place
en 2002 juste derrière l’aire urbaine deEn %
En nombre
annuel moyen Beaune dont 22 % des emplois
se situent dans le commerce.Industrie + 26 + 0,6 1 572
L’aire urbaine d’Avallon est plusConstruction + 71 + 11,1 263
particulièrement spécialisée dans
Commerce + 183 + 4,4 1 512
le commerce de gros avec la
Services + 32 + 0,8 1 386
présence de trois établissements
Ensemble + 312 + 2,3 4 733 du groupe Schiever. Ce secteur
représente 9 % des emplois en
Source : Insee - Unedic au 31 décembre (hors agriculture et travail temporaire). 1999 contre 4 % dans l’ensemble
des aires urbaines de Bourgogne.
© Insee Bourgogne 2005 - L'aire urbaine d’Avallon Décembre 2005Infrastructures - Économie Avallon
En 1999, l’aire urbaine compte Les principaux établissements
386 emplois de plus qu’en 1990, de chaque secteur d’activité
soit une augmentation de 6,2 %,
SCHIEVER DISTRIBUTION
209 salariésalors que dans le même temps
(ETAULE)
la population de l’aire diminuait
de 1 %. Cette hausse concerne
SOCIETE DES AUTOROUTES PARIS RHIN RHONE
57 salariésessentiellement le secteur ter- SARL PAUPY
(SAUVIGNY-LE-BOIS)
18 salariés
B.D.M.S. DISTRIBUTIONtiaire (785 emplois supplémen-
(ETAULE)228 salariés
taires) et plus particulièrement les (AVALLON)
AUTOGRILL CÔTÉ FRANCE
116 salariésservices aux entreprises (+ 59 %),
(SCEAUX)SCHIEVER DISTRIBUTION
l’éducation, la santé et l’action 340 salariés
(AVALLON)
sociale (+ 39 %) et le commerce
CHESAPEAKE LUXURY(+ 24 %).
PACKAGING SNC PNEU LAURENT
99 salariésEn revanche, l’industrie recule 687 salariés
(AVALLON) (AVALLON)dans l’aire urbaine d’Avallon : le
CHRISTOPHE ROUCHON EURL
nombre d’emplois a diminué de ANCIENS ETS G.SCHIEVER ET FILS 14 salariés
105 salariés AFFI PUB (SAINT-ANDRE-EN-TERRE-PLAINE)17 % entre 1990 et 1999. Les in- (AVALLON) 22 salariés
(CUSSY-LES-FORGES)dustries de biens intermédiaires
HOLDING DE RESTAURATION CONCEDEE
sont particulièrement touchées 57 salariés
RKSSOC (SCEAUX)
227 salariéspar ce mouvement, avec une
(AVALLON)
Commerceperte de près de 300 emplois.
Industrie
Construction
ServicesEmploi salarié
Source : Insee - Répertoire des entreprises et établissements au 1.1.2004 (champ ICS). © IGN - Insee 2005en hausse
de 1999 à 2002
secteur de la construction suivi nombre d’employés. En revanche,
De 1999 à 2002, l’aire urbaine des services et de l’industrie avec le d’ouvriers est resté rela-
d’Avallon a gagné plus de 300 em- une trentaine d’emplois supplé- tivement stable et les agriculteurs,
mentaires chacun. artisans commerçants, chefs d’en-plois salariés dans le secteur privé
marchand (hors agriculture et tra- treprise sont de moins en moins
vail temporaire), soit une progres- Moins d’agriculteurs représentés. Ces évolutions sont
semblables à celles observéession annuelle moyenne de 2,3 %. et d’artisans
Cette augmentation est nettement dans l’ensemble de la Bourgogne.
supérieure à celle de l’ensemble En 1999, les ouvriers consti- Cependant, la part des agri-
culteurs, artisans et commerçantsdes aires urbaines bourguignonnes tuent la première catégorie socio-
(+ 1,3 %), et place l’aire urbaine professionnelle de l’aire urbaine, reste relativement importante :
e
d’Avallon au 4 rang derrière suivis des employés. Le nombre 12,4 % contre 8 % pour l’en-
semble des aires urbaines deMigennes et devant Dijon. de cadres et professions intel-
Le secteur du commerce a lectuelles supérieures, de per- Bourgogne, tout comme les ou-
largement contribué à cette évo- sonnes exerçant une profession vriers. A l’inverse la part des
cadres et professions intermé-lution, avec la création nette de intermédiaire a fortement aug-
180 emplois. Viennent ensuite le menté depuis 1990, ainsi que le diaires demeure plus faible dans
l’aire urbaine d’Avallon : 27 %
Population active au lieu de travail contre 34 %.
selon la catégorie socioprofessionnelle
Deux tiers des
Avallon établissements
Nombre Évolution à Avallon
en 1999 99/90 (%)
er
Agriculteurs et exploitants 300 - 31,2 Au 1 janvier 2004 l’aire ur-
Artisans, commerçants et chefs d’entreprise 520 - 19,8 baine d’Avallon compte 734 éta-
blissements dans les secteursCadres et professions intellectuelles supérieures 492 + 28,1
(1)
marchands (champ ICS ).
Professions intermédiaires 1 272 + 27,2
Employés 1 910 + 17,0
Ouvriers 2 124 - 0,4
(1) Champ ICS : secteurs marchands de
Ensemble 6 618 + 6,2 l’industrie, de la construction, du com-
merce et des services à l’exclusion de
Source : Insee - Recensements de la population de 1990 et 1999. l’agriculture et des activités financières.
© Insee Bourgogne 2005 - L'aire urbaine d’Avallon Décembre 2005Infrastructures - Économie Avallon
Il s’agit en majorité de petites Les équipements scolaires en 2005
entités comprenant moins de
cinq salariés. Plus des trois
Coutarnouxquarts relèvent du secteur ter-
tiaire (46 % dans les services
et 31 % dans le commerce). Lucy- Sainte-
Thoryle-Bois ColombeLes deux tiers sont localisés à AngelyAnnay-
la-Côte MontréalAvallon et le reste est essentiel-
Sermizelles Provency Athielement situé dans les communes
Girolles
ÉtauleTharot Trévillyde Magny, Étaule, Cussy-les- Blannay
Sauvigny-le-BoisForges, et Sauvigny-le-Bois qui Vault- Annéot Sceaux
Savigny-
Givry de- en-Terre-Plainecomptent une vingtaine d’établis- Lugny
PontaubertDomecy- Saint-André-sements chacune.
sur-le-Vault en-Terre-Plaine
MagnyLes plus gros établissements
AVALLON Cussy-privés sont situés dans la ville- Island
les-ForgesTharoiseau Sainte-Magnance
centre et relèvent des indus-
tries des biens intermédiaires :
Saint-Germain-Pneu Laurent, filiale du groupe Saint-Brancher
des-Champs
Michelin spécialisée dans le
rechapage de pneumatique avec
er Chastellux-près de 700 salariés au 1 jan-
sur-Cure
vier 2004 et RKS, spécialisé
dans la fabrication de roulements École maternelle de regroupement
pédagogique intercommunalà billes avec plus de 230 sala- Collège
École élémentaire deriés. L’emploi industriel a cepen- Lycée d'enseignement général et professionneldant été fortement éprouvé par la
École maternelle Lycée général
fermeture en 2003 de Lir France, technologique et professionnelÉcole élémentaire
fabricant d’emballage en matière
École primaire (maternelle et élémentaire)
plastique, et le licenciement de er
Source : Inspection Académique de l’Yonne - Ramses au 1 septembre2005. © IGN - Insee 2005
ses 140 salariés.
Dans le commerce, le groupe
Schiever tient la première place Avallon est la mieux équipée, que d’une structure d’héberge-
dans l’aire urbaine avec les avec une école primaire, trois ment pouvant accueillir 80 per-
trois plus gros établissements : écoles maternelles, trois écoles sonnes âgées.
Schiever Distribution avec 550 élémentaires, trois collèges et Début 2005 seulement deux
salariés répartis entre Avallon deux lycées. Dans la couronne, communes de l’aire urbaine dis-
et Étaule, et BDMS Distribution seulement deux communes sont posent d’au moins un médecin
(Auchan) également rattaché équipées d’une école maternelle : libéral : Avallon (13 médecins) et
au groupe avec 230 salariés au Sauvigny-le-Bois et Lucy-le-Bois Cussy-les-Forges (un médecin).
er
1 janvier 2004. en Regroupement Pédagogique 7 500 habitants, soit près de la
Dans les services, Autogrill Intercommunal (RPI). Quatorze moitié de la population de l’aire,
Côté France, dans la restau- communes disposent d’écoles ne peuvent faire appel à un mé-
ration traditionnelle, rassemble élémentaires dont dix en RPI, et decin libéral dans leur commune
près de 120 salariés à Sceaux. une commune, Magny, est équipée de résidence. La densité de mé-
Dans l’administration d’entrepri- d’une école primaire. Seize com- decins libéraux de l’aire (un mé-
ses, les Anciens Établissements munes de la couronne, abritant decin pour 1 140 habitants) est
G. Schiever et fils emploient éga- près de 2 500 habitants, ne dispo- un peu plus faible que celle de
lement une centaine de salariés sent d’aucun équipement scolaire. l’ensemble des aires urbaines
à Avallon. bourguignonnes (un pour 1 030
Les établissements du sec- Une offre de santé habitants).
teur de la construction sont de Deux tiers des infirmiers libé-concentrée à Avallon
plus petite taille (moins de 30 raux se trouvent dans la ville-
salariés). centre. Les quatre autres com-Dans l’aire urbaine d’Avallon,
munes dotées d’infirmiers libé-tous les équipements de santé
16 communes sans raux n’en ont qu’un. La densitésont concentrés dans la ville-
d’infirmiers libéraux est trèscentre. Avallon dispose d’établis-équipement scolaire
proche de celle observée sur l’en-sements de santé de court,
l’ensemble des aires urbaines deParmi les 33 communes qui moyen et long séjour, ainsi que
Bourgogne (un pour 1 330 habi-d’un service d’urgence opération-composent l’aire urbaine d’Avallon,
tants).17 disposent d’équipements sco- nel. La ville est également dotée
laires. d’un hôpital psychiatrique ainsi
© Insee Bourgogne 2005 - L'aire urbaine d’Avallon Décembre 2005Les sources utilisées
- Recensement de la population de 1999. Il fournit de nombreuses statistiques socio-économiques pour
diverses zones géographiques sur les individus, les logements et les immeubles. Cette source est
déclarative. Elle mesure de manière exhaustive (exploitation principale) le nombre d’emplois salariés et non
salariés au lieu de travail comme au lieu d’habitation, et les trajets domicile-travail. Elle fournit des données
détaillées à partir d’un sondage au quart (exploitation complémentaire) sur les activités économiques et les
catégories socioprofessionnelles.
- REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements). Ce répertoire national géré par l’Insee
recense toutes les entreprises et leurs établissements, qu’ils emploient ou non des salariés. On appelle
entreprise toute unité de production ayant une existence juridique propre. Elle peut avoir un ou plusieurs
établissements. Un établissement se définit par une adresse géographique unique.
- UNEDIC (Union Nationale pour l’Emploi dans l’Industrie et le Commerce). Ces statistiques donnent
un aperçu très complet de la situation de l’emploi. Les agences de l’UNEDIC fournissent chaque année les
effectifs salariés en fin d’année des établissements qui leur sont affiliés au titre du régime de l’assurance
chômage. La presque totalité des du secteur marchand non agricole employant des salariés
est ainsi couverte.
- Revenu déclaré aux services fiscaux. Ce revenu est la somme des ressources déclarées par les
contribuables sur la “déclaration des revenus 2002”, avant abattement. Il comprend quatre catégories de
revenus : les revenus salariaux ; les des professions non salariées ; les retraites, pensions
d’invalidité, pensions alimentaires et rentes viagères ; les autres revenus (essentiellement des revenus du
patrimoine). Le revenu déclaré est un revenu avant redistribution. Il ne peut pas être assimilé à un revenu
disponible. Le par unité de consommation (UC) est un revenu par équivalent adulte.
- Base permanente des équipements. Mise à disposition en 2005, la base permanente des équipements
contient 123 types d’équipements dont deux sont utilisés dans cette étude : les équipements scolaires
(source RAMSES : Répertoire Académique et Ministériel Sur les Établissements du Système Éducatif) et
les infrastructures de santé (source FINESS : Fichier National des Sanitaires et Sociaux).
- ADELI (Automatisation DEs LIstes). Ces statistiques, transmises par le Service de la Statistique et des
Études de la DRASS de Bourgogne (Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales), donnent
er
le nombre de médecins généralistes au 1 janvier 2005 ainsi que le nombre d’infirmiers (infirmiers
er
psychiatriques compris) et masseurs-kinésithérapeutes au 1 janvier 2005 dans chaque commune
bourguignonne selon leur mode d’exercice.
Pour en savoir plus
- L’aire urbaine d’Autun - Insee Bourgogne Dimensions Dossier n° 39 - juillet 2004.
- L’aire de Beaune - Insee Dossier n° 38 - juillet 2004.
- L’emprise croissante des aires urbaines en Bourgogne - Insee Bourgogne Dimensions n° 104 -
octobre 2003.
- Zoom sur 8 aires urbaines de Bourgogne - Insee Bourgogne Dimensions n° 99 - janvier 2003
- 8 aires urbaines en Bourgogne : une approche du phénomène urbain - Insee Bourgogne Dimensions
Dossier n° 33 - décembre 2002.
- Les trajets domicile-travail : de plus en plus de Bourguignons travaillent loin de chez eux - Insee
Bourgogne Dimensions n° 83 - juillet 2001.
- Les grandes villes françaises étendent leur influence - Insee Première n° 766 - avril 2001.
- Le zonage en aires urbaines en 1999 : 4 millions d’habitants en plus dans les aires urbaines - Insee
Première n° 765 - avril 2001.
- Mesurer un univers urbain en expansion - Économie et Statistique n° 336 - janvier 2001.
Les Insee Bourgogne Dimensions, les Insee Première, les Économie et Statistique figurent dès
parution sur le site Internet de l’Insee : www.insee.fr.Territoires vécus de Bourgogne (édition 2002)
Troyes
Sens
Espace à dominante urbaineChaumont
Aires urbainesJoigny
Montargis
Migennes Pôles urbains
Langres Unités urbaines (agglomérations) comptant 5 000 emplois ou plus.
Couronnes périurbaines
Communes (ou unités urbaines) dont 40 % ou plus des actifs résidentsAuxerre
travaillent hors de la commune (ou de l’unité urbaine) mais dans l’aire urbaine
Communes multipolarisées
Communes (ou unités urbaines) dont 40 % ou plus des actifs résidents
travaillent dans plusieurs aires urbaines, sans atteindre
GrayAvallon ce seuil avec une seule d’entre elles.
Cosne-Cours-sur-Loire
Dijon Espace à dominante rurale
Aires d'emploi de l'espace rural
Pôles d'emploi de l'espace rural
Dole Communes (ou unités urbaines) n'appartenant pas à l'espace à dominante
urbaine comptant 1 500 emplois ou plus.Beaune Seurre
Couronnes des pôles d'emploi de l'espace ruralNevers Autun
Communes (ou unités urbaines) n'appartenant pas à l'espace à dominante
urbaine dont 40 % ou plus des actifs résidents travaillent hors de la commune
Chalon-sur-Saône (ou de l’unité urbaine) mais dans l’aire d’emploi de l’espace rural.
Le Creusot
Autres communes de l'espace à dominante ruraleLons
Montceau-les-Mines -le-
Communes (ou unités urbaines) n'appartenant ni à l'espace à dominante urbaine,Louhans Saunier
ni à une aire d’emploi de l’espace rural.
Moulins
Montluçon Mâcon
Bourg-en-Bresse70 Km
Vichy
Roanne
limite de département
© Insee 2003 - IGN 1999Source : Insee - Recensement de la population de 1999
Direction Régionale de l’Insee de Bourgogne Direction Régionale de l’Équipement de Bourgogne
2, rue Hoche - BP 1509 - 21035 Dijon Cedex 57, rue de Mulhouse - 21033 Dijon Cedex
Tél. 03 80 40 67 67 - Télécopie : 03 80 40 68 00 Tél. 03 80 29 44 44 - Télécopie : 03 80 66 87 91
E-Mail : insee-contact@insee.fr E-Mail : dre-bourgogne@equipement.gouv.fr
Site internet : www.insee.fr
Informations statistiques : 0 825 889 452 (0,15€ la minute)
Directeur : Directeur :
Jean-Louis Coster Évelyne Sauvage
Service Études et Diffusion : Pôle Observation des Territoires :
Christian Bonsacquet Jean-Pierre Vuillemot
Directeur de publication :
Maquette PAO :Jean-Louis Coster
Sylvie Renaud
Rédactrice en chef :
Cartographie :Christine Ricci
Thierry Poisse
Coordonnatrice :
Karine Bondoux
Impression :
Imprimerie AZ MédiaRéalisation à l’Insee :
Karine Bondoux, Sandra Bouvet, Pascale Lix
Réalisation à la DRE :
Annie Mallard, Madeleine Ratheau
ISSN : 1247-7451 ISBN:211 068379 1 Dépôt légal:àparution Code Sage : DD054516 © Insee - Décembre 2005

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.