L'année économique et sociale 2004 : Industrie

De
Publié par

Chapitre : Industrie - Une reprise de la croissance qui n'a qu'un faible impact sur la baisse de l'emploi dans le secteur industriel

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 5
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Industrie
Une reprise de la croissance qui n’a qu’un faible impact sur
la baisse de l’emploi dans le secteur industriel
La reprise de l'activité industrielle entamée mi-2003 s'est poursuivie en 2004. Cette croissance,
vive au premier semestre, s'est ralentie au second. L’essor de la production n'a que faiblement
ralenti la baisse de l'emploi du secteur. Les perspectives des industriels restent modérément
optimistes pour le début de l'année 2005.
mondial très dynamique, même si la demande adresséeu quatrième trimestre 2004, la production
par nos proches partenaires européens a manqué d'allant.Ade l’industrie manufacturière française a connu
une croissance de +2,2 % par rapport au quatrième
Sur le marché intérieur, la consommation des ménagestrimestre 2003. Ce résultat fait suite à la faible hausse de
s'est raffermie passant d'une croissance de +1,6 % en+0,7 % pour l'année 2003. Mais l'évolution atone de 2003
2003 à +2,2 % en 2004.masque la reprise de la croissance intervenue dès le milieu
Cette consolidation de la demande a profité aux industriesde l'année après un premier semestre qui a vu la production
des biens de consommation et à la branche automobile.industrielle reculer. Cette reprise s'est prolongée au cours
Dans ce contexte favorable l'investissement desde l'année 2004 en se raffermissant au premier semestre
entreprises est reparti à la hausse (+2 %) après deuxet en se ralentissant au second.
années de forte réduction (-6 % en 2003 et -13 % en 2002)
favorisant le secteur des biens d'équipement. Mais leParmi les activités manufacturières, la branche de
dynamisme du marché intérieur a également profité auxl'automobile se distingue nettement avec une forte
importations de produits manufacturés qui ont fortementprogression de +7,9 % alors que les autres secteurs
augmenté de +7,9 %, faisant tomber l'excédentaffichent des hausses beaucoup plus modestes : +1,7 %
commercial de l'industrie civile de 7,4 milliards d'euros enpour les biens de consommation, +1,6 % pour les biens
2003 à 1,8 milliard d'euros en 2004.d'équipement et +1,2 % pour les biens intermédiaires.
La croissance de l'industrie française a été soutenue par
De leur côté, les exportations de produits industriels enla demande intérieure mais aussi par un environnement
La production est en hausse Les industriels sont modérément optimistes
dans toutes les branches pour le début de 2005
Indice mensuel de la production industrielle nationale Opinion des industriels rhônalpinsSolde
(1)en moyenne mobile sur 3 mois sur l'activité passée et prévued’opinion
120 40
(1)CJO-CVS , base 100 en 2000 Industrie automobile Activité passée
30
110
20 Activité prévue
Biens de consommation100
10
090 Biens intermédiaires
Biens -10
d'équipement
80
-20
70 -30
1997 1998 1999 2004 2005 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 20052000 2001 2002 2003
(1) (1) Corrigé des jours ouvrables et des variations saisonnières Différence entre le pourcentage en " hausse " et en " baisse"
Source : Insee Source : Insee - enquête de conjoncture
L’année économique et sociale 2004 - Dossier n° 149 47Industrie
valeur, en repli de -2,4 % en 2003, sont reparties à la Au premier trimestre ils ont jugé que les demandes
hausse en 2004 de +5,6 %. Ce sont les ventes de produits nationale et étrangère s'étaient nettement redressées et
de la branche automobile qui augmentent le leurs carnets de commandes sensiblement regarnis. Ce
plus (+8,4 %) suivies par les ventes de biens redressement de la demande a entraîné un regain d'activité
intermédiaires (+6,6 %), de biens de consommation surtout sensible au premier semestre. Selon l'opinion
(+4,8 %) et enfin de biens d'équipement (+3,3 %). des chefs d'entreprises la seconde moitié de l'année a
connu une poursuite de la croissance de l'activité mais
L'industrie rhônalpine a participé à cet essor de la
sur un rythme ralenti, s'appuyant sur une demande et des
production. Son activité, suivant le profil national, a vu sa
carnets de commandes qui ont connu le même
croissance s'accélérer au court du premier semestre pour
fléchissement. Dans le même temps, sur l'ensemble de
ralentir au second. En particulier les exportations
l'année 2004, les effectifs ont été jugés continûment en
régionales ont montré un dynamisme encore plus élevé
recul sauf dans le secteur des biens de consommation.
qu'au niveau national. Elles se sont fortement accrues
Les stocks connaissent une évolution modérée proche de
(+8,1 %) entraînées par les ventes de biens intermédiaires
leur moyenne de longue période.
(+8,3 %) qui atteignent 46 % des ventes rhônalpines à
l'étranger contre 31 % au plan national. Les exportations
Les réponses des chefs d'entreprises aux dernières
des produits de l'automobile montent en puissance en
enquêtes témoignent d'un manque d'allant dans la
réalisant une augmentation de +23,4 % (après +14,2 %
conjoncture traduisant un probable ralentissement de
en 2003) même si elles ne représentent que 9 % des
l'activité au cours de la première partie de l'année 2005.
ventes régionales à l'étranger contre 16 % au niveau
Les carnets de commandes tant globaux qu'étrangers se
national.
tassent et les industriels de la région voient leurs stocks
de produits finis s'alourdir. Le maintien de la demandeCette croissance de la production industrielle a peu
française et étrangère soutiendrait leur activité pour lesinfléchi la courbe des effectifs salariés qui poursuit
premiers mois de l'année sans pour autant enrayer lasa baisse depuis trois années consécutives. Pour
baisse des effectifs.l'industrie en Rhône-Alpes le rythme annuel du recul a
seulement été ralenti passant de -2,7 % en 2003 à -2,0 %, Alain Dupré
soit une perte de 9 500 emplois en 2004. Cette croissance Insee Rhône-Alpes
de la production sans création d'emploi au sein de
l'industrie elle-même trouve des explications dans les
évolutions traditionnelles et les nouvelles mutations que Pour comprendre les résultats
connaît le système productif : gains de productivité,
recours à l'emploi intérimaire, externalisation vers le Pour les secteurs de l'industrie, les évolutions de l'emploi salarié se basent
tertiaire, sous-traitance à l'échelle internationale … sur les données Unédic qui couvrent l'ensemble des établissements de plus
de 10 salariés du secteur concurrentiel. Les résultats du quatrième trimestre
En 2004, dans le cadre des enquêtes de conjoncture de 2004, utilisés pour les évolutions annuelles, sont provisoires.
l'Insee l'opinion des industriels rhônalpins vient corroborer
Les résultats des années précédentes sont définitifs
le retour à la croissance.
Les exportations rhônalpines réagissent plus rapidement La reprise de l'activité n'a qu'un faible effet
à la demande mondiale qu'au plan national sur le recul continu de l'emploi industriel
(1)Evolution trimestrielle des exportations Evolution trimestrielle de l'emploi salarié%
de produits manufacturés dans l'industrie
20 104
erIndice base 100 au 1 trimestre 1998Rhône-Alpes
15
France
102
10 Rhône-Alpes
5 100
0
98
-5
-10
96
-15
France
94-20
*1999 2000 2001 2002 2003 2004 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004
ème(1) * Données provisoires pour le 4 trimestre 2004Evolution par rapport au même trimestre de l'année précédente
Source : UnédicSource : Douanes
48 L’année économique et sociale 2004 - Dossier n° 149

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.