L'année économique et sociale 2006 - Construction résidentielle

De
Publié par

En 2006, près de 48 500 logements ordinaires ont reçu une autorisation de construire en Ile-de-France, soit une hausse de 19 % par rapport à 2005. Le secteur de l'habitat collectif, qui représente les trois quarts des autorisations, se redresse nettement (+ 27 %) après avoir baissé en 2005. La maison individuelle se maintient avec 11 900 autorisations. Les mises en chantier poursuivent leur progression en 2006 (+ 3 %). La construction est plus active dans les Hauts-de-Seine, le Val-de-Marne et l'Essonne, mais est en repli dans les autres départements (hors Paris). Les ventes de logements neufs faiblissent de 6 % par rapport à 2005. Les ventes de maisons baissent plus rapidement que celles d'appartements, mais représentent seulement 14 % du marché.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 5
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

28 Construction résidentielle
Une bonne année pour la construction résidentielle
’année 2006 a été excellente individuelles gagnent 25 %, celles des celui de la période 2000 à 2002. En
pour la construction de loge- appartements 86 %. En Ile-de-France, le lo- 2006, les ventes de maisons baissentL ments neufs. En effet, les 48 500 gement collectif progresse plus en grande plus rapidement que celles d’ap-
logements ordinaires autorisés sont un qu’en petite couronne (35 % contre 20 %). partements (- 8 % contre - 5 %). Toutefois,
des meilleurs résultats de ces quinze elles ne pèsent que 14 % du marché.
dernières années. Ce bond de 19 % Une évolution contrastée
Les prix continuent à progresser, mais
efface la baisse ponctuelle de 2005 et
des mises en chantier moins qu’en 2005 : le prix du m² s’établit
prolonge la tendance à la hausse cons-
à 4 127 € dans le collectif en moyennetatée depuis 2002. Les mises en chantier s’établissent à 36 800
sur l’année (une hausse de 12 %) ; dans
logements en 2006, en hausse de 3 %.
l’individuel, le prix du lot - maison et
Progression des autorisations, Toutefois, les niveaux régionaux réels
terrain - est de 351 000€ (hausse de 9 %).
feraient plutôt apparaître une baisse deà l’exception
3 %, compte tenu du retard de collecte Le marché varie d’un département àde la Seine-et-Marne
des données sur Paris en 2005 qui a été l’autre : le nombre de ventes de maisons
comblé en 2006 (1 100 logements).Les logements collectifs entraînent une augmente en Seine-et-Marne et dans
Cette diminution semble paradoxalenouvelle fois l’ensemble de la cons- l’Essonne, qui à eux deux concentrent
dans un contexte de forte augmenta-truction neuve, dont ils représentent les 58 % du marché régional. Dans les
tion des autorisations. Mais, la moitiétrois quarts en 2006. Les effectifs d’au- Hauts-de-Seine, ce marché est très étroit
des logements sont mis en chantiertorisations de logements collectifs pro- mais les ventes croissent également. Elles
dans les sept mois suivant l’autorisa-gressent en effet de 27 % par rapport à chutent fortement ailleurs. Les ventes de
tion, les trois quarts dans les douze2005. La maison individuelle se main- logements collectifs progressent unique-
mois. Ainsi, seulement 29 % des loge-tient, avec 12 000 autorisations (- 2 %). ment dans le Val-de-Marne et l’Essonne.
ments commencés en 2006 ont été au-Le nombre de maisons construites par
Les stocks disponibles de logements,torisés la même année, 50 % l’avaientdes particuliers pour leur occupation per-
tant pour l’individuel que le collectif,été en 2005 et 17 % en 2004.sonnelle augmente légèrement (+ 3,5 %),
correspondent à un semestre d’écoule-alors que celui de maisons destinées à
ment. Dans l’individuel, la hausse duLes mises en chantier évoluent trèsla vente baisse (- 9,6 %).
stock (14 %) s’explique par une baissedifféremment selon les départements :
Les autorisations sont en hausse dans elles progressent de 10 % dans les conjuguée des ventes et des mises en
toute la région, à l’exception de la Hauts-de-Seine, le Val-de-Marne et vente (- 7 %). En revanche, dans le col-
Seine-et-Marne où la croissance avait, l’Essonne, mais diminuent dans les au- lectif, la hausse des stocks (+ 66 %), qui
toutefois, été forte ces dernières an- dépasse la barre des 10 000 unités, ré-tres départements hors Paris (de - 6 %
nées. Les plus fortes progressions sulte de la faiblesse des ventes pardans le Val-d’Oise à - 14 % dans les Yve-
concernent l’Essonne (60 %), loin de- lines). L’individuel est en baisse (- 3 %) rapport à l’importance des mises en
vant Paris (31 %), le Val-d’Oise (29 %) alors que les logements collectifs aug- vente, en hausse de 21 % par rapport à
et la Seine-Saint-Denis (27 %). En mentent (+ 6 %), à l’image des autorisa- 2005. La grande couronne représente
Essonne, les autorisations de maisons plus de la moitié des mises en vente et destions. La hausse des mises en chantier
stocks, tous types de biens confondus.de logement collectif s’explique par le
rattrapageàParis.Lenombredeloge-Définitions ■■■■ François DUBUJET
ments collectifs commencés diminue
Dreif
On distingue les logements ordinaires des dans le reste de la région, notamment en
résidences (résidences pour personnes grande couronne (- 10 %). Pour en savoir plus
âgées, pour étudiants, de tourisme…).
Christel V. : « La durée de construction
Les ventes de logements neufs
Les logements et locaux autorisés sont des logements neufs », SESP en bref,mi-
en baissecomptabilisés à partir des permis de cons- nistère des Transports, de l’équipement, du
truire ayant reçu une décision favorable. tourisme et de la mer, septembre 2005.
En 2006, les ventes de logements neufs
faiblissent de 6 % par rapport à 2005,Les logements et locaux « mis en chantier » Sur la construction neuve (Sitadel) et le
pour s’établir à 20 100 logements. Cecorrespondent aux Déclarations d’Ouver- marché du logement neuf (ECLN), consulter
ture de Chantier (DOC) consécutives aux niveau est inférieur à celui des trois an- le site www.ile-de-france.equipement.gouv.fr,
nées précédentes, mais au-dessus deautorisations de construire. rubrique « Habitat Logement ».
Insee Ile-de-France 2007 Regards sur... l’année économique et sociale 2006Une bonne année pour la construction résidentielle
29
Logements ordinaires autorisés selon la destination Logements autorisés et commencés depuis 1990
60 000
Evolution2005 2006
55 0002006/2005 (%)
50 000Ensemble 40 918 48 547 18,6
Individuel 12 117 11 883 -1,9 45 000
Location 954 883 -7,4
40 000Logements de fonction 120 181 50,8
Occupation personnelle 6 383 6 605 3,5 35 000
Vente 4 660 4 214 -9,6
30 000
Collectif 28 801 36 664 27,3
Location 7 213 10 041 39,2 25 000
Logements de fonction 322 343 6,5
20 000
Occupation personnelle 207 186 -10,1 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 2006
Vente 21 059 26 094 23,9 Logements autorisés Logements commencés
Source : Direction régionale de l'équipement Ile-de-France/SITADEL Source : Direction régionale de l'équipement Ile-de-France/SITADEL
Logements ordinaires autorisés et commencés en 2006 par département
Logements autorisés Logements commencés
Evolution Evolution Evolution Evolution Evolution Evolution
Individuel 2006/2005 Collectif 2006/2005 Total 2006/2005 Individuel 2006/2005 Collectif 2006/2005 Total 2006/2005
(%) (%) (%) (%) (%) (%)
Paris* 24 n.s. 3 113 30,6 3 137 31,4 10 n.s. 3 165 n.s. 3 175 n.s.
Hauts-de-Seine 615 -4,5 5 960 10,4 6 575 8,8 472 33,3 3 716 7,6 4 188 10,0
Seine-Saint-Denis 787 -11,7 5 809 34,9 6 596 26,9 617 -29,2 4 255 -8,9 4 872 -12,1
Val-de-Marne 919 7,5 5 314 18,5 6 233 16,7 749 -2,6 4 572 13,5 5 321 10,9
Petite couronne 2 321 -2,9 17 083 20,4 19 404 17,0 1 838 -7,9 12 543 3,2 14 381 1,7
Seine-et-Marne 3 882 -7,4 5 220 2,1 9 102 -2,2 3 572 6,6 4 408 -19,5 7 980 -9,6
Yvelines 1 977 -5,5 3 358 30,0 5 335 14,1 1 651 -12,0 2 264 -16,0 3 915 -14,4
Essonne 2 274 25,3 4 477 86,0 6 751 59,9 1 672 -7,3 2 240 25,8 3 912 9,2
Val-d'Oise 1 405 -13,5 3 413 60,8 4 818 28,6 1 208 -4,1 2 263 -7,5 3 471 -6,3
Grande couronne 9 538 -1,9 16 468 34,7 26 006 18,5 8 103 -2,2 11 175 -9,9 19 278 -6,8
Ile-de-France 11 883 -1,9 36 664 27,3 48 547 18,6 9 951 -3,2 26 883 5,6 36 834 3,0
*pour Paris, la collecte d'information sur les mises en chantier a été très partielle en 2005 ; le retard a été entièrement rattrapé en 2006. Les volumes et les évolutions ne sont pas
significatifs.
Source : Direction régionale de l'équipement Ile-de-France/SITADEL
Ventes de logements neufs en 2006
Logements individuels Logements collectifs
Prix Prix
Mises Evolution Evolution Evolution Stocks Evolution Mises Evolution Evolution Evolution Stocks Evolution
moyen moyen
en 2006/2005 Ventes 2006/2005 2006/2005 disponi- 2006/2005 en 2006/2005 Ventes 2006/2005 2006/2005 disponi- 2006/2005
(milliers du m²
vente (%) (%) (%) bles (%) vente (%) (%) (%) bles (%)
d'€) (€)
Paris n.s. n.s. n.s. n.s. n.s. n.s. n.s. n.s. 831 8,0 736 -6,0 7 769 8,0 443 43,0
Hauts-de-Seine 200 120,0 172 69,0 470 -3,0 68 74,0 3 948 15,0 3 529 0,0 5 146 12,0 2 058 34,0
Seine-Saint-Denis 212 11,0 153 -29,0 268 11,0 116 137,0 2 558 -5,0 2 425 -16,0 3 326 8,0 1 015 26,0
Val-de-Marne 163 -31,0 164 -22,0 367 10,0 73 -10,0 3 153 32,0 2 632 18,0 4 181 16,0 1 281 62,0
Seine-et-Marne 994 -27,0 1 094 7,0 345 11,0 597 -9,0 3 911 27,0 2 980 -14,0 3 375 16,0 1 988 104,0
Yvelines 531 52,0 404 -28,0 405 11,0 272 164,0 1 787 -3,0 1 824 -11,0 3 895 11,0 737 -4,0
Essonne 465 -6,0 523 5,0 307 -2,0 155 -28,0 2 777 75,0 1 666 7,0 3 376 7,0 1 511 299,0
Val-d'Oise 303 -12,0 262 -37,0 308 7,0 148 47,0 2 072 30,0 1 570 -13,0 3 352 13,0 1 086 108,0
Ile-de-France 2 870 -7,0 2 784 -8,0 351 9,0 1 431 14,0 21 037 21,0 17 362 -5,0 4 127 12,0 10 119 66,0
Source : Direction régionale de l'équipement Ile-de-France, Enquête sur la commercialisation des logements neufs (ECLN)
Insee Ile-de-France 2007 Regards sur... l’année économique et sociale 2006

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.