L'informatique : une technique assimilée par les jeunes générations

De
Publié par

En juin 1998, environ 46 % des Français déclaraient savoir se servir d'un micro-ordinateur. Cette compétence est bien plus répandue chez les enfants, les adolescents et les jeunes adultes que dans les générations des parents et des grands-parents. À côté de cet effet de génération, d'autres facteurs influent sur la compétence en informatique : toutes choses égales par ailleurs, savoir se servir d'un ordinateur est plus fréquent chez les " cols blancs " que chez les " cols bleus ", chez les gens ayant fait des études que chez les autres, chez les actifs que chez les personnes au foyer. Si les adultes qui savent aujourd'hui se servir d'un ordinateur ont généralement découvert l'informatique sur leur lieu de travail, c'est au cours de la scolarité que les jeunes se familiarisent avec cet outil. Ceux qui savent se servir d'un ordinateur ont souvent l'occasion de mettre en pratique cette compétence : en juin 1998, un sur deux se servait d'un ordinateur tous les jours, hors du domicile (école, bureau, locaux d'une association...).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 20
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 643 AVRIL 1999
Prix : 15 F (2,29 $)
L’informatique : une technique
assimilée par les jeunes générations
Céline Rouquette, division Services, Insee
ordinateur pour 7 élèves dans les lycéesn juin 1998, environ 46 % des Fran
généraux et technologiques, un pour 17
çais déclaraient savoir se servir dans les collèges et un pour 30 dans les éco Ed’un micro ordinateur. Cette com les. Mais l’ordinateur a désormais de plus en
plus sa place chez les particuliers. Ainsi, enpétence est bien plus répandue chez les
juin 1998, près d’un ménage français sur
enfants, les adolescents et les jeunes cinq possédait un ordinateur à son domicile.
adultes que dans les générations des pa
rents et des grands parents. À côté de cetUn effet de génération avant tout
effet de génération, d’autres facteurs in En juin 1998, environ 46 % des personnes
fluent sur la compétence en informati interrogées déclaraient savoir se servir d’un
ordinateur (Pour comprendre ces résultats ).que : toutes choses égales par ailleurs,
Les adolescents et les jeunes adultes sont
savoir se servir d’un ordinateur est plus le plus familiarisés avec l’informatique. Huit
fréquent chez les « cols blancs » que chez sur dix s’estimaient en effet compétents en
la matière ( graphique 1). Les personnesles « cols bleus », chez les gens ayant fait
compétentes en informatique sont encore
des études que chez les autres, chez lesmajoritaires entre 25 et 49 ans, mais cette
actifs que chez les personnes au foyer. connaissance se raréfie pour les généra
tions antérieures : de 41 % entre 50 etSi les adultes qui savent aujourd’hui se
59 ans, le pourcentage tombe à 11 % après
servir d’un ordinateur ont généralement 60 ans. Plus que d’un effet d’âge à propre
découvert l’informatique sur leur lieu de ment parler, il s’agit d’un effet de généra
tion : les débuts de l’informatisationtravail, c’est au cours de la scolarité que
remontent en effet aux années soixante, et
les jeunes se familiarisent avec cet outil.les personnes en retraite ou en fin de vie
Ceux qui savent se servir d’un ordinateuractive n’ont donc guère eu l’occasion de dé
couvrir l’informatique au cours de leur vieont souvent l’occasion de mettre en prati
professionnelle.
que cette compétence : en juin 1998, un Les « cols blancs » (cadres et professions
sur deux se servait d’un ordinateur tous intellectuelles supérieures, professions in
termédiaires, employés) sont nettementles jours, hors du domicile (école, bureau,
plus nombreux à savoir se servir d’un ordi
locaux d’une association...). nateur que les « cols bleus » (ouvriers) et
les agriculteurs ( graphique 2). En juin
L’ordinateur investit de plus en plus le bu
Adolescents et jeunes adultes maîtrisentreau, l’école et le domicile des Français.
l’informatiqueDans la sphère professionnelle, les grandes
entreprises, souvent équipées depuis de
hommes femmes
nombreuses années, se dotent désormais
de réseaux de micro ordinateurs ouverts sur
Internet et offrant des fonctions toujours
plus perfectionnées. En 1997, parmi les
entreprises industrielles d’au moins vingt
salariés, près de deux sur trois utilisaient un
réseau de micro-ordinateurs. Les petites
entreprises aussi progressent en la matière :
en mars 1998, plus d’un salarié sur deux uti
lisait l’informatique dans son travail. Les
écoles, collèges, lycées, universités s’équi Source : enquête permanente Conditions de vie (EPCV), juin 1998,
pent : en janvier 1999, il y avait un micro Insee
?
INSEE
PREMIERE1998, 88 % des cadres et profes- vriers et un cinquième des agricul- industrielles, les postes d’encadre-
sions intellectuelles supérieures, teurs. Ceci peut s’expliquer par le de ment sont majoritairement équipés
76 % des professions intermédiaires gré de pénétration de l’informatique d’ordinateurs. A contrario, les ouvriers
et 58 % des employés étaient dans ce dans les entreprises, qui varie suivant utilisent peu d’ordinateurs dans leur
cas, contre à peine un tiers des ou les fonctions. Dans les entreprises travail. Cette connaissance différen-
ciée de l’informatique est également
très liée au niveau de diplôme. En effet,L’informatique en « cols blancs »
en juin 1998, seul un quart des person
nes sans aucun diplôme déclaraient
savoir se servir d’un ordinateur. C’était
le cas de près de la moitié des diplô
més de l’enseignement technique ou
professionnel court, et de plus des trois
quarts des titulaires d’un baccalauréat
ou plus.
Les hommes sont plus nombreux que
les femmes à savoir se servir d’un ordi
nateur : 49,8 % contre 43,3 %. L’activité
explique en grande partie ces écarts. En
effet, il n’y a aucune différence entre
hommes et femmes actifs ou en forma
Source : enquête permanente Conditions de vie (EPCV), juin 1998, Insee tion : six actifs sur dix et neuf élèves ou
étudiants sur dix savent se servir d’un
ordinateur, quel que soit le sexe. En
Les hommes sont plus familiarisés avec l’informatique que les femmes, revanche, les disparités sont grandes
toutes choses égales par ailleurs chez les retraités (16 % des hommes et
10 % des femmes savent se servir d’un
Facteurs Impact
ordinateur) et, surtout, les autres per-
Sexe
sonnes sans activité professionnelleHomme +
Femme réf. (39 % contre 28 %). Néanmoins à di
Diplôme le plus élevé obtenu plôme, âge, catégorie socioprofession
---Aucun diplôme nelle et situation d’activité identiques,
Enseignement général (hors baccalauréat) -
les hommes sont plus familiarisés avecBaccalauréat général ++
réf.CAP, BEP l’informatique que les femmes ( ta
Baccalauréat technique ou professionnel, brevet de technicien bleau 1). Ceci traduit peut être un rap
et assimilé +++
port à la technique différent : selon une++Enseignement supérieur ou technique supérieur
récente étude européenne, les jeunesSans objet (scolarité en cours) ++
garçons âgés de 6 à 14 ans utilisentÂge
Moins de 10 ans --- beaucoup plus que les filles du même
Entre 10 et 19 ans ++
âge les ordinateurs, consoles et jeux
+++Entre 20 et 29 ans
vidéo, les filles privilégiant davantageEntre 30 et 39 ans ++
Entre 40 et 49 ans réf. d’autres formes de loisir (lecture...) et de
-Entre 50 et 59 ans sociabilité. Cependant, l’âge (et donc
60 ans et plus ---
l’appartenance à une génération), la
Occupation actuelle
catégorie socioprofessionnelle, et leActif réf.
++ diplôme, influencent davantage que leÉlève, étudiant, en formation, ou militaire du contingent
Retraité, retiré des affaires ns sexe la connaissance de l’informatique.
Autre inactif (personne au foyer) ---
Catégorie socioprofessionnelle Trois personnes sur quatreAgriculteur ---
-Artisan, commerçant, chef d’entreprise découvrent l’informatique à
Cadre et profession intellectuelle supérieure +++ l’école ou au bureauProfession intermédiaire +
réf.Employé
Avoir un ordinateur chez soi incite lesOuvrier ---
Sans objet (moins de 15 ans) ns membres du ménage qui n’ont jamais
Autres (apprentis, retraités, autres inactifs) -- eu de contact avec l’informatique à s’y
Lecture : pour chaque variable (sexe, diplôme, âge...), on a calculé la probabilité d’être familiarisé avec l’informatique pour initier : ainsi, 83 % des personnes (dix
des personnes correspondant à une situation de référence (réf.) ; par exemple avoir entre 40 et 49 ans. Le nombre de "+"
(resp. de " ") correspond au surcroît (resp. au déficit) de probabilité affecté à telle ou telle modalité de la variable. Par ans et plus) disposant d’un ordinateur
exemple, les 20 29 ans ont une probabilité très supérieure (+++) à celle des 40 49 ans d’être familiarisés avec l’informatique, à domicile en juin 1998 déclaraient
et les 50 59 ans une probabilité un peu inférieure ( ). Les calculs sont effectués « toutes choses égales par ailleurs »,
c’est à dire que seule l’influence de la variable observée est mesurée. savoir s’en servir. Parmi les 17 % qui
Le modèle qui permet ce type de calculs « toutes choses égales par ailleurs » est appelé « Logit ». Par construction, o t n ne peune savaient pas s’en servir, les fem
pas « ajouter » directement les "+" ou les " " entre eux.non s ns = ignificatif.
mes étaient majoritaires et les plus deSource : enquête permanente Conditions de vie (EPCV), juin 1998, Insee
˚`quarante ans étaient sur représentés. prentissage en famille est bien sûr la maison, avec les proches, ou lors de
Dans les foyers non équipés, seules plus fréquent chez les personnes dis leur scolarité. La génération des pa
39 % des personnes savaient utiliser posant d’un ordinateur à leur domicile, rents a dû attendre la diffusion de l’in
un micro. En revanche, il ne suffit pasnotamment pour les enfants. Il est formatique dans l’entreprise pour se
de savoir se servir d’un ordinateur donc probable que le mode d’appren familiariser avec un outil inaccessible
pour s’équiper : 58 % des personnes tissage de l’informatique va rapide lorsqu’ils étaient plus jeunes.
sachant ou ayant su se servir d’un or ment évoluer avec l’équipement des
dinateur n’en possèdent pas. Le coût ménages. Un usage encore contraint
peut constituer un frein pour des per D’ailleurs, les moins de dix ans sachant par les capacités
sonnes qui, utilisant l’informatique se servir d’un ordinateur en 1998 ont de l’ordinateur ?
dans un cadre professionnel ou sco plus souvent appris en famille qu’à
laire, n’ont pas nécessairement l’utilité l’école (tableau 2). Pour les générations Les personnes compétentes se ser
d’un ordinateur à la maison. précédentes d’adolescents et de jeunes vent souvent d’un ordinateur hors de
La diffusion de l’informatique est encore adultes, la découverte de l’informatique leur domicile : sur leur lieu de scolarité
limitée : 20 % des ménages français s’est faite au cours de la scolarité. Ainsi,ou d’études pour les élèves et étu-
équipés en juin 1998. L’apprentissage les deux tiers des enfants âgés de 10 àdiants, sur le lieu de travail pour les
s’est donc fait dans les trois quarts des14 ans déclarent avoir reçu leurs actifs occupés, ou encore dans les lo
cas hors de la sphère familiale ou du premiers rudiments d’informatique à caux d’une association. En juin 1998,
cercle des proches. Ainsi, parmi les per l’école ; c’est le cas de plus des trois près d’une sur deux utilisait un ordina
sonnes interrogées sachant se servir quarts des 15 24 ans. Pour les généra teur tous les jours hors du domicile ; à
d’un ordinateur en juin 1998, 38 % tions d’adultes, trentenaires et quadra l’opposé, environ 30 % n’avaient ja
avaient fait cet apprentissage lors de génaires, le premier contact avec mais l’occasion de mettre en pratique
leur scolarité ou de leurs études, et 36 % l’informatique a généralement eu lieu auleurs connaissances en la matière
au cours de leur vie professionnelle. Untravail. En effet, 52 % des 30 39 ans ethors du domicile ( graphique 3).
peu plus de 9 % des personnes ont dé 73 % des 40 49 ans accoutumés aux or Une fois introduit dans la maison,
couvert l’informatique en famille, et 8 % dinateurs ont déclaré avoir appris à s’enl’ordinateur y est utilisé très régulière
se sont débrouillés tout seuls. Les sta servir au cours de leur vie profession ment. En juin 1998, 53 % des person
ges et cours d’informatique en dehors nelle. Les jeunes générations nées avecnes équipées à leur domicile et
des études ou du travail sont extrême la diffusion de l’informatique dans les sachant s’en servir le faisaient plu
ment rares (à peine 3 % des personnesfoyers et les écoles ont naturellement sieurs fois par semaine. Au sein du
sachant se servir d’un ordinateur). L’ap commencé à se servir d’un ordinateur àménage, seulement 25 % des chefs du
Apprentissage : un effet de génération marqué
À quelle occasion avez vous appris en tout premier à vous servir d’un ordinateur ?
En %
10 14 15 19 20 24 25 29 30 39 40 49 50 59 60 ans
0 9 ans Total
ans ans ans ans ans ans ans et +
Seul 4,6 3,7 6,6 7,3 7,4 11,5 9,7 7,6 11,6 8,2
sans objetDans votre vie professionnelle 0,8 4,8 23,0 52,4 72,7 76,2 72,0 36,0
Au cours de votre scolarité ou de vos études 42,5 66,0 77,5 76,4 58,6 21,0 3,5 2,5 0,7 38,2
44,5 24,7 9,7 5,4 4,3 4,6 5,1 3,8 5,2 9,5Avec un membre de votre ménage
Avec d’autres personnes (amis...) 7,7 4,7 4,3 4,8 3,8 4,0 1,7 3,1 5,9 4,0
Au cours d’un stage ou de leçons particulières 0,0 0,1 0,7 1,1 2,2 5,6 6,7 5,9 3,8 3,4
0,7 0,8 0,4 0,2 0,7 0,9 0,6 0,9 0,8 0,7Autre façon ou sans réponse
Ensemble 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Lecture : parmi les personnes sachant se servir d’un ordinateur, 36 % l’ont appris au cours de leur vie professionnelle.
Source : enquête permanente Conditions de vie (EPCV), juin 1998, Insee
Un usage différent de l’ordinateur suivant les membres de la famille
En %
Personne de référence
Conjoint Enfant
du ménageAu cours des douze derniers mois, vous êtes vous
servi d’un ordinateur du ménage pour... sans sans sans
oui non oui non oui non
objet objet objet
... utiliser les services téléphoniques (fax, minitel...) ? 25 37 38 16 50 34 7 55 38
... consulter un service sur Internet ? 14 41 45 6 53 41 6 52 43
38 59 3 23 74 3 58 40 2... utiliser un logiciel de jeux ?
... utiliser un logiciel éducatif ou culturel ? 33 63 4 23 72 5 43 54 3
... utiliser un logiciel ou les possibilités de l’ordinateur
17 76 7 7 86 7 16 78 6en création artistique ?
... utiliser un autre type de logiciel (traitement de texte,
tableur, comptabilité, programmation...) ? 63 36 1 48 51 1 41 57 2
... tous usages confondus ? 74 25 1 57 42 1 70 29 1
Lecture : un quart des personnes de référence a utilisé l’ordinateur familial au cours des douze derniers mois pour utilis s s er deervices téléphoniques (fax, minitel), mais la question était
sans objet pour 38 % d’entre elles (équipement acheté trop récemment ou absence de modem).
Source : enquête permanente Conditions de vie (EPCV), juin 1998, Insee
¸?ménage et 29 % des enfants ne s’en environ deux chefs du ménage sur sociaux. Réalisées auprès d’un échantillon
servent jamais, contre 42 % des con trois et la moitié des conjoints se ser de 8 000 ménages, ces enquêtes quadri
joints (tableau 3). À tous les âges, unevent de l’ordinateur familial dans ce mestrielles comprennent deux volets : le
majorité de Français déclarent se ser but, et seulement 41 % des enfants dupremier porte sur les indicateurs sociaux
vir plusieurs fois par semaine de l’or ménage. (qualité de l’habitat et de l’environnement,
dinateur du ménage, signe que cet Toutefois, les usages potentiels de santé et difficultés financières, contacts et
équipement devient un objet du quoti l’informatique familiale sont parfois participation à la vie sociale), le deuxième
dien au même titre que d’autres appa bridés par les choix d’équipements. sur des thèmes nouveaux qui changent à
reils, une fois passée la phase Ainsi, moins de 25 % des ménages chaque enquête. En juin 1998, sa partie
d’apprentissage. Les adolescents res équipés d’un ordinateur possèdent variable interrogeait les ménages sur leur
tent les utilisateurs les plus assidus : également un modem ; c’est donc uneéquipement et leurs achats en électronique
63 % des 10 14 ans allument l’ordina minorité de Français qui, en juin 1998,de loisirs, ainsi que sur l’apprentissage et
teur presque tous les jours, principale pouvait, à condition de disposer des l’utilisation de l’informatique au domicile.
ment pour jouer. logiciels et abonnements nécessaires, La connaissance de l’informatique a été
Le jeu est en effet l’utilisation la plus naviguer sur le réseau Téletel ou sur laissée à l’appréciation des personnes
répandue : 57 % des personnes équi Internet, ou encore envoyer des fax à interrogées. La question était formulée
pées se servent au moins une fois parpartir de l’ordinateur familial. De ainsi : « Savez vous, ou avez vous su, uti
mois de l’ordinateur familial pour même, les scanners, appareils photo liser un ordinateur ? ». Il s’agit donc d’une
jouer. Avant 25 ans, une grande majo et caméra vidéo numériques sont très opinion subjective, et donc éminemment
rité des Français équipés joue réguliè rares. De fait, les services de commu variable. Une personne peut estimer savoir
rement sur leur ordinateur. En nication et le « réseau des réseaux » se servir d’un ordinateur si elle est capable
revanche, à l’âge adulte, les applica sont accessibles à une frange très ré de l’allumer, de l’éteindre, et d’utiliser des
tions ludiques sont délaissées au pro duite de ménages. logiciels de jeux, tandis qu’une autre juge
fit d’autres fonctionnalités. Si 58 % ra ces compétences insuffisantes. Pour
des enfants du ménage jouent sur l’or évaluer objectivement l’aptitude en infor
dinateur, une proportion identique des matique, il faudrait poser des questionsPour comprendre
chefs du ménage ne le fait jamais. De précises et donc alourdir le questionnaireces résultats
la même façon, les enfants se servent - sur les connaissances en matériels, en
davantage que les adultes des logi logiciels, et en pratiques de base (allumer
ciels culturels ou éducatifs. En revan Les Enquêtes Permanentes sur les Condi et éteindre, ouvrir une application, copier
che, les applications bureautiques tions de Vie des ménages permettent d’étu des fichiers, enregistrer un document,
sont plutôt utilisées par les adultes : dier l’évolution annuelle d’indicateurs détecter des problèmes et des virus...).
À l’extérieur du domicile, une pratique de l’informatique Pour en savoir plus
très contrastée
« Technologies et société de l’information », Sessi Insee SJTI,
Collection Chiffres clés Référence, n° 207, Sessi, Ministère de
l’Economie, des Finances et de l’Industrie, mars 1999.
« Électronique domestique : les nouveaux lieux d’achat », Insee
Première n° 634, février 1999.
« L’informatique à la maison : une diffusion sensible mais très
ciblée », Insee Première n° 629, janvier 1999.
« En 1998, plus d’un salarié sur deux utilisait l’informatique dans
son travail », Premières Informations, Premières Synthèses
n° 53.2, DARES, décembre 1998.
« L’informatisation des entreprises industrielles : l’explosion
des réseaux et la montée d’Internet », Le 4 Pages des Statisti
ques Industrielles n° 94, Sessi, août 1998.
Source : enquête permanente Conditions de vie (EPCV), juin 1998, Insee
Direction Générale :
18, Bd Adolphe Pinard
A RETOURNER A : INSEE-CNGP, B.P. 2718, 80027 AMIENS CEDEX 01 75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :OUI, je souhaite m abonner INSEE PREMI¨RE - Tarif 1999
Paul Champsaur 1 an, 60 numØros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde)
Rédacteur en chef :80,80 $ 101,07 $ 126,08 $
Baudouin Seys
Nom ou raison sociale : ____________________ ActivitØ : __________________________ Rédacteurs : J W Angel,
C. Dulon, A.C. Morin, S. TagnaniAdresse : _______________________________________________________________
Maquette : CR___________________________________ TØl : _____________________________
Code Sage IP99643
Ci-joint mon rŁglement en Francs par chŁque l ordre de l INSEE : ___________________________ F.
ISSN 0997 3192
Date : _______________________________ Signature
© INSEE 1999
´qqq

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.