L'investisement locatif soutient l'activité

De
Publié par

L'activité dans le bâtiment s'est progressivement contractée en 2009, à mesure qu'ont pris fin les travaux engagés avant l'arrivée de la crise. Le nombre de logements commencés a chuté de 22 % par rapport à 2008 et la construction de locaux a diminué de 12 %. Le marché immobilier qui était très déprimé à la fin de l'année 2008 a été redynamisé par l'investissement locatif qui bénéficie de conditions fiscales particulièrement avantageuses dans le cadre de la loi Scellier.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 25
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

ACTIVITÉS
L'investissement locatif
soutient l'activité
différents leviers financiers qui ont de 8 600 logements ont été com-L'activité dans le bâtiment
été mis en place dans le cadre du mencés en 2009 contre plus des'est progressivement
plan de relance, notamment la loi 12 000 en moyenne annuelle au
contractée en 2009, 1
Scellier , pour soutenir l'investisse- cours des trois années précédant la
à mesure qu'ont pris fin ment locatif privé et le doublement crise. L'activité s'était nettement dé-
les travaux engagés du prêt à taux zéro pour les accé- gradée au premier semestre, mais
dants à la propriété aux revenus par la suite les mesures incitatives,avant l'arrivée de la crise.
modestes. adoptées dans le cadre du plan deLe nombre de logements
relance, ont fini par produire leurs
commencésachutéde22%
effets et une embellie s'est faite jour.Forte baisse des mises
par rapport à 2008
en chantier de logements
et la construction de locaux L'amélioration s'observe avant
Des permis de construire portant tout dans le Bas-Rhin, le Haut-Rhina diminué de 12 %.
sur 10 400 logements individuels ne parvenant pas à lui emboîter leLe marché immobilier
ou collectifs ont été délivrés en pas. En effet, les résultats sont trèsqui était très déprimé
2009, ce qui correspond à une contrastés entre les deux départe-
à la fin de l'année 2008 ments : les mises en chantier ontbaisse de 17 % par rapport à 2008,
a été redynamisé baissé respectivement de 15 % etoù l'on avait déjà enregistré un recul
de 20 % par rapport à 2007. de 31 % ; les autorisations de cons-par l'investissement locatif
truire qui constituent un indicateurqui bénéficie
Même constat en ce qui concerne pour les ouvertures de chantierde conditions fiscales
les logements mis en chantier qui futures sont stables par rapport à
particulièrement avantageuses
avaient diminué de 12 % entre 2007 2008 dans le Bas-Rhin alors qu'elles
dans le cadre de la loi Scellier. et 2008 et qui accusent une nou- ont chuté de 30 % dans le
velle chute de 22 % : un peu moins Haut-Rhin.
e climat d'incertitude généré Construction de logements neufs en Alsace
16 000L par la crise économique a Nombre de logements
continué de peser sur le secteur du 15 000
bâtiment et plus largement sur l'acti- 14 000
vité immobilière. En 2008, tous les
13 000
indicateurs s'étaient rapidement dé-
Logements autorisés
12 000gradés, aussi bien le nombre d'auto-
risations de construire que les mises 11 000
en chantier de logements ou de lo- 10 000
caux, sans parler des transactions
9 000
immobilières qui s'étaient effon- Logements commencés
8 000drées au dernier trimestre. Depuis,
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009le secteur remonte lentement la
pente, en grande partie grâce aux
Note : les logements sont répartis selon la date de prise en compte.
1
La loi Scellier permet aux acheteurs d’un bien immobilier destiné à la location et situé dans une zone déterminée de bénéficier d’une réduction fiscale
correspondant à 25 % de l’investissement étalée sur neuf ans dans la limite de 300 000 euros.
22
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 17 · L'année économique et sociale 2009 · juin 2010
Source : DREAL Alsace, Siclone - SitadelACTIVITÉS
Évolution du marché des appartements neufs en Alsace
4 500
Nombre de logements
Disponibles
4 000Regain de vitalité
du marché immobilier 3 500
3 000Parti de très bas en début
d'année, le marché immobilier a 2 500
progressivement retrouvé un dyna-
2 000
misme au point de frôler le seuil
1 500
psychologique des 1 000 ventes d'ap-
partements au troisième trimestre. 1 000
Mis en vente
Mais sur l'ensemble de l'année, on ne 500
Ventescompte que 3 150 ventes, soit un dif-
0
e er e e e er e e e er e e e er e e eférentiel de -20 % par rapport à la 4tr. 1tr. 2tr. 3tr. 4tr. 1tr. 2tr. 3tr. 4tr. 1tr. 2tr. 3tr. 4tr. 1tr. 2tr. 3tr. 4tr.
moyenne de longue période. Par rap- 2005 2006 2007 2008 2009
port à 2008, il s'agit d'un résultat en
nette amélioration (+30 %). Certes, immobiliers en 2009, préférant allé- des projets de construction de nou-
la clientèle qui souhaite acheter un ger les encours qui s'étaient accu- veaux locaux. Au vu des autorisa-
logement pour l'occuper est toujours mulés. L'opération nationale tions de construire délivrées en
2
baptisée "30 000 VEFA " avait déjà 2007 et 2008, on aurait pu s'at-hésitante et se fait attendre, malgré
le niveau historiquement bas des permis de céder aux bailleurs so- tendre à un nombre élevé d'ouver-
taux d'intérêt. En revanche, les inves- ciaux quelque 700 logements en tures de chantier en 2009. Au final,
tisseurs sont au rendez-vous, attirés Alsace. La reprise des ventes au l'année s'est révélée très moyenne.
par les avantages fiscaux particu- deuxième semestre a fait le reste, Toutefois, selon les secteurs d'acti-
lièrement intéressants que confère la au point qu'en fin d'année 2009 les vité, le bilan est très contrasté. La
loi Scellier. Ainsi, les trois quarts des encours au niveau de la région construction de bureaux est restée
logements vendus en 2009 ont été avaient diminué de moitié par rap- très active avec plus de 100 000 m²
destinés à la location. Le marché a port à 2007. de superficie nouvelle. De même, la
retrouvé une vitalité, mais il est création de nouveaux entrepôts a
été particulièrement importanteencore sous maintien. Cet assainissement du marché a
(143 000 m²). À l'inverse, la cons-permis d'éviter une chute des prixLes investisseurs se sont portés
truction de bâtiments industrielsdes appartements neufs compa-prioritairement sur les grands pôles
(200 000 m²) était inférieure derable à celle observée dans l'an-urbains et principalement sur la
30 % à la moyenne de longuecien. Et, après dix-huit mois de rela-communauté urbaine de Strasbourg
période, et le faible niveau des au-tive stabilité, les prix du "neuf" sont(CUS). Avec plus de 1 100 ventes en
repartis à la hausse au quatrième torisations de construire accordées2009, la CUS totalise 36 % des tran-
trimestre 2009 (+2,7 % sur un en 2009 ne laisse pas entrevoir unesactions de la région. Sous la pres-
mois ; +4,4 % par rapport au niveau réelle amélioration à court terme.sion de la demande, les encours -
atteint avant la crise). En finc'est-à-dire les logements disponi-
d'année, le mètre carré se négociaitbles à la vente sur plan ou en cons-
en moyenne à 2 800 euros dans latruction - ont littéralement fondu. Daniel WAHL
région et à 3 100 euros dans la CUS. Direction régionale
de l'environnement,Réduction drastique
de l'aménagementLocaux d'activités : des projetsdes encours
et du logement d'Alsaced'investissement différés
Rendus prudents par la mévente
de 2008, les promoteurs ont lancé La conjoncture économique a inci-
peu de nouveaux programmes té beaucoup d'entreprises à différer
2
VEFA est l'acronyme de "vente en état futur d’achèvement" ; le logement doit être livré entièrement terminé.
23
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 17 · L'année économique et sociale 2009 · juin 2010
Source : DREAL Alsace, Enquête ECLN

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.