La chimie en Lorraine : tirer parti de la géographie et du développement durable

De
Publié par

Avec un tissu d'entreprises disparate et concentré sur quelques grands pôles, la chimie lorraine n'apparaît pas comme un secteur homogène. Un niveau d'autonomie limité et une relative sous-représentation au sein de la Grande Région ne lui apportent pas véritablement de moyens pour s'imposer comme un des secteurs majeurs de l'économie régionale. Mais elle s'adosse à un dispositif de formation et de recherche conséquent, et son positionnement géographique lui ouvre des possibilités de coopération avec d'autres États européens. Dans un contexte où le développement durable commence à trouver des applications concrètes, la chimie et plus encore la parachimie lorraines peuvent envisager de se positionner sur de nouveaux axes de développement intégrant cette dimension.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 23
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/lorraine
°
La chimie lorraine :120N
Avec un tissu d’entreprises disparate et concentré sur quelques grands
pôles, la chimie lorraine n’apparaît pas comme un secteur homogène.
Un niveau d’autonomie limité et une relative sous-représentation au sein
de la Grande Région ne lui apportent pas véritablement de moyens
pour s’imposer comme un des secteurs majeurs de l’économie
régionale. Mais elle s'adosse à un dispositif de formation et de
recherche conséquent, et son positionnement géographique lui ouvre
des possibilités de coopération avec d’autres États européens.
Dans un contexte où le développement durable commence à trouver
des applications concrètes, la chimie et plus encore la parachimie
lorraines peuvent envisager de se positionner sur de nouveaux axes
de développement intégrant cette dimension.
Si, avec un chiffre d’affaires de l’ordre de physique qui s’intéresse à l’étude des états
2,7 milliards d’euros (dont plus de la moitié de la matière.
est réalisée à l’export), le secteur de l’in-
L’industrie chimique, liée en amont aux sec-
dustriechimiqueenLorrainenereprésente
teurs fournisseurs de matières premières
qu’environ 3% du chiffre d’affaires total de
(produits pétroliers, gaz naturel, électricité, pro-
la chimie française et positionne la Lorraine
duits agricoles) fournit tous les secteurs in-èmeseulement au 13 rang des régions pro-
dustriels (agriculture, automobile, métallurgie,
ductrices, il reste encore néanmoins un
construction, chimie, industrie du bois et du pa-
secteur d’importance qui employait en
pier...) en produits intermédiaires et les mé-
2006 plus de 6 000 salariés et assurait à
nages en p finis (savons, peintures,
ses sous-traitants locaux une activité géné-
engrais, médicaments, parfums...) constituant
rant environ 2 000 emplois (Source : Union
ainsi une véritable filière.
des Industries Chimiques - UIC).
Entre biens intermédiairesLe total des emplois liés au secteur de la
chimie représente donc de l’ordre de 5% et biens de consommation
des emplois salariés de l’industrie lorraine
L’industriechimiqueest,selon uneap-
et justifie, ne serait-ce qu’à ce titre, une at-
proche par produits, répartie en différents
tention particulière.
segments :
La chimie est la science qui étudie la com- *l’industriechimiquedebasequi consiste
position, les réactions et les transforma- en la transformation de matières premiè-
tions de la matière par opposition à la res d’origine minérale ou organique. Ceci
Vpermet d’ailleurs de distinguer persion des effectifs (ainsi que des liers des filières de la sidérurgie
les deux sous-secteurs que capacités d’investissement et de et du travail des métaux prédomi-
sont la chimie minérale d’une R&D) et des activités ne permet nantes dans la région (fabrication
part qui, historiquement, prend que difficilement d’envisager des de gaz industriels, fabrication de pein-
ème
naissance à la fin du 18 politiques ou des stratégies d’en- tures, dégraissants...).
siècle avec la fabrication du semble et impose, dans une ap-
carbonate de sodium (procédé proche prospective, une vision Un niveau d’autonomie
Leblanc en 1791)àpartir de sel plus fine des problématiques des limité
marin et la chimie organique sous-secteurs.
Par comparaison avec les réparti-qui elle débute avec la carbo-
ème tions nationales, la Lorraine sechimie au 19 siècle suivie de Une concentration sur
caractérise par une surreprésen-la pétrochimie, quelques grands pôles
tation des secteurs de l’industrie
* la “chimie fine” qui traite de la
chimique minérale (F41), de l’in-L’examen de la localisation dessynthèse de molécules com-
dustrie chimique organique (F42)principaux acteurs met en évi-plexes à partir des produits de
et de la fabrication de fibres artifi-dence une forte concentration desla chimie de base et d’extraits
cielles ou organiques (F44).établissements de production envégétaux ou animaux,
Moselle et en Meurthe-et-Moselle En croisant les chiffres relatifs à
* l’industrie pharmaceutique qui
sur les secteurs de la chimie de la démographie des entreprises
repose sur la formulation et le
base notamment en raison de la avec ceux énonçant le degré d’au-
mélange des produits de la
présence historique de matières tonomie des entreprises, un
chimie fine pour la fabrication
premières (tant organiques que miné- constat peut être fait concernant
de médicaments et de produits
rales). La chimie organique se la typologie des entreprises chimi-
pour la santé,
concentre sur le bassin charbon- ques de Lorraine :
* la parachimie qui regroupe les nier autour de la plateforme de * les entreprises des secteurs de la
productions spécifiques desti- Carling/Saint-Avold et de Sarralbe chimie de base (F41 et F42), certes
nées à l’industrie ou au grand tandis que la chimie minérale se moins nombreuses mais employant
public (peintures, vernis, parfums, situe principalement au sud de la plus grande part des effectifs du
savons, détergents, colles, ...). Nancy (Dombasle, La Madeleine). secteur en Lorraine et générant la
Classée à la fois dans l’industrie Généralement, la chimie de base majorité du chiffre d’affaires régio-
des biens de consommation et des cohabite avec le secteur de la pa- nal du secteur, sont aussi celles
biens intermédiaires, l’industrie chi- rachimie notamment à travers dont l’autonomie est la plus faible
mique regroupe 21 secteurs d’ac- des branches destinées à l’origine (établissements de production de grou-
tivité selon la nomenclature NAF700 à satisfaire les besoins particu- pes nationaux ou internationaux);
et 6 secteurs de la nomenclature
NES114.
Les principales entreprises de l'industrie chimique en Lorraine
Un tissu d’entreprises
hétérogènes
La Lorrainecompteprèsde70
entreprises ou établissements
(Source : Sessi) relevant des codes
NAF de la filière chimique.
L’industrie chimique lorraine re-
groupe à la fois d’importants établis-
sements de groupes internationaux
(TOTAL PETROCHEMICALS FRANCE, ARKE-
MA, INEOS, SOLVAY,...) et surtout
une majorité de petites et moyennes
entreprises, voire de très petites en-
treprises (effectif inférieur à 10 sala-
riés).
Les productions des entreprises
chimiques lorraines couvrent l’en-
semble des secteurs NES114 avec
même, pour certains secteurs,
une représentation forte (fabrica-
tion de fibres notamment).
Sur un nombre d’établissements
qui reste donc limité, cette dis-
2*lesentreprises dessecteursdela Elle compte par ailleurs pas moins Saint-Avold disposant d’unités de re-
chimie fine, de la pharmacie ou de de cinq masters (recherche ou pro- cherche spécifiques sur les acrylates et
la parachimie (fabrication de fibres, de fessionnels) au sein des universités les super-absorbants).
savons, parfums ou produits d’entretien) Henri Poincaré de Nancy et Paul Ces capacités de recherche re-
détiennent un niveau d’autonomie Verlaine de Metz. Enfin 3 DUT et 2 présentent un atout majeur pour
beaucoup plus important mais re- BTS (plus de 540 élèves au total pour la chimie lorraine et ses dérivés
présentent à ce jour peu d’acteurs l’année 2005-2006), complètent le (plasturgie, chimie du végétal...).
et d’effectifs employés. dispositif de formation supérieure.
Les décisions susceptibles d’avoir Les formations de niveau IV et V Des activités dépendantes
un impact majeur sur l’activité chi- sont également offertes grâce à de contraintes exogènes
mique en Lorraine sont donc majo- plusieurs lycées techniques qui
De manière générale les straté-ritairement prises à l’extérieur du proposent six filières de baccalau-
gies des entreprises dépendentterritoire et l’évolution de l’activité réats technologiques ou profes-
très largement de leur position aulocale dépend donc très largement sionnels, ainsi qu’un CAP et un BEP.
sein de la filière.des éléments de contexte natio- Cette offre globale de formation
naux, européens ou mondiaux. Plus les acteurs sont positionnésest sans aucun doute un atout
en amont de la filière, plus les pro-pour l’industrie locale qui béné-
duits sont considérés comme gé-Une relative sous- ficie par ailleurs de capacités de
nériques et plus la logique derecherche (privée ou publique)parti-représentation au sein
concurrence est guidée par lesculièrement importantes et dede la Grande Région
prix. Les producteurs se voientgrande qualité.
La Lorraine grâce à son position- donc contraints de développer des
Une des caractéristiques notablesnement géographique au sein de unités de taille critique adaptée et
du dispositif de recherche lorrainl’Union européenne et à son carac- développent de plus en plus des
dans le secteur de la chimie résidetère frontalier (frontières communes politiques de concentration.
dans la cohabitation entre une re-
avec la Belgique, le Luxembourg et Ceci explique notamment les mou-cherche publique importante, puis-
l’Allemagne), dispose d’un environne- vements intervenant au niveau dequ’on dénombre une douzaine dement économique favorable. la chimie de base qui subit à la foislaboratoires (qui couvrent largement le
Le secteur de la chimie dans la une pression concurrentielle indui-
spectre des spécialités de la chimie et
Grande Région (Lorraine, Sarre, Rhé- sant une contraction des prix de
qui relèvent des organismes de formation
nanie-Palatinat, Luxembourg et Wallonie) vente et une augmentation impor-
supérieure évoqués précédemment)et
représente en effet plus de 400 tante et vraisemblablement durableplusieurs laboratoires de recherche
établissements et 80 000 salariés du prix des matières premières.privés spécialisés sur certaines ap-
essentiellement en Wallonie et Rhé- plications et dépendant de groupes Une des réponses actuellement
nanie-Palatinat. Ce qui peut appa- nationaux ou internationaux (exemple apportées à ces contraintes se
raître de prime abord comme une
du Centre de Recherche ARKÉMA à traduit par une politique drastique
faiblesse pour la Lorraine (sous l’angle
de la concurrence) peut aussi s’envisa-
ger comme une véritable opportuni- Typologie des entités lorraines
té dans la recherche de synergies
La taille des bulles représente l'effectif des entitéset de coopérations sur certains sec- Nombre d'établissements
30
teurs porteurs à l’échelle euro- C31 - Industrie pharmaceutique
C32 - Fabrication de savons, de parfums et de produits d'entretienpéenne et mondiale (cf. infra).
F41 - Industrie chimique minérale
25
F42 - organiqueUn dispositif
F43 - Parachimie
de formation et F44 - Fabrication de fibres artificielles ou synthétiques
20
de recherche conséquent
La Lorraine dispose d’un impor-
15tant potentiel de formation aux
activités de la chimie et aux activi-
tés connexes, particulièrement
10
pour les niveaux I & II de forma-
tion (BAC +3 et au-delà).
5Elle accueille en effet une école
nationale supérieure d’ingénieurs
Part des entreprises dontspécialisée dans le secteur :
le siège est lorrain (%)
l’École nationale supérieure des 0-20 20 40 60 80 100 120
industries chimiques (ENSIC)de
Nancy, disposant dans le secteur -5
Source : Sessi 2006 - DRIREd’activité d’une bonne notoriété.
3de réduction des coûts au niveau À l’inverse, les acteurs situés en +10,2% alors même que les
de l’ensemble des fonctions de l’en- aval de la filière et notamment chiffres de la production natio-
treprise. On constate également, ceux du secteur de la para- nale sont en recul. En revanche
au niveau du secteur, des phéno- chimie,par le degrédedifféren- la parachimie est très dépen-
mènes de concentration et de ciation élevé de leurs produits, dante des industries consomma-
réorganisation soit à proximité des sont moins sensibles aux phéno- trices avales tant en terme de
sources de matières premières mènes évoqués précédemment. volume de vente que de choix
(terminaux portuaires, raffineries), soit Après une baisse marquée en d’implantation,dezonededistri-
à proximité des clients qui devien- 2004, la parachimie lorraine bution et de politique de marge.
nent continentaux (Europe, Asie, connaît en effet un rebond pro- Il apparaît donc nécessaire que
Amérique). Cette évolution de la metteur : l’augmentation de pro- les acteurs de la parachimie lor-
chimie de base impacte d’ailleurs duction constatée globalement raine, dont on avuprécédem-
plutôt défavorablement l’activité de dans les différentes spécialités ment que les centres de
ce secteur en Lorraine. s’établit ainsi en 2006 à décision se situaient au niveau
Les principales entreprises de l'industrie chimique dans la Grande Région
4régional, continuent à s’inscrire soins des clients, consiste à de- Des potentialités
dans la tendance observée au ni- venir un acteur quasi incontour- à développer
veau national de développement nable du secteur en proposant
d’une stratégie “orientée client”. une gamme complète de pro- Comme le met en évidence le pré-
Cette stratégie, dans laquelle les duitsetdeservicesà destina- sent panorama, la chimie lorraine
entreprises de spécialités s’inté- tion d’un ou de quelques ne dispose pas véritablement de
ressent au plus près aux be- secteurs particuliers. moyens pour s’imposer comme
un des secteurs majeurs de l’éco-
nomie régionale.Innovation et chimie du végétal :
des voies d’avenir pour la chimie Il n’en reste pas moins que, dans
un contexte où le concept de dé-Un pôle de compétitivité (www.competitivite.gouv.fr) représente sur un terri-
toire l’association du monde industriel, de la recherche et d’organismes de for- veloppement durable commence
mation destinée à travers une démarche partenariale à dégager des synergies à trouver des applications de plus
autour de projets innovants.
en plus concrètes, où certaines
Parmi les 71 pôles nationaux quatre ont vocation à développer les industries évolutions dans les comporte-
chimiques en France et à concevoir des projets de R&D destinés à accroître la
ments des clients intermédiaires
compétitivitédelaFrancedanscesecteur.
ou des consommateurs se tradui-Deux pôles sont des pôles à vocation mondiale : Industries et agro-ressour-
ces (Champagne-Ardenne et Picardie), Axelera (Rhône-Alpes). sent par un niveau d’exigence
Deux pôles sont à dominante industrielle : Cosmetic Valley (Centre) et Par- plus affirmé dans leurs relations
fums, Arômes, Senteurs et Saveurs (PACA). En outre plus de 20 pôles ont des avec leurs fournisseurs - sur le
liens forts avec la chimie (matériaux, génie des procédés, biotechnologies,
plan de la qualité et de la préser-
pharmaceutique).
vation de l’environnement notam-
Au niveau régional le pôle interrégional Fibres Grand Est (www.polefi-
ment -, où certains dispositifsbres.fr) travaille sur les thèmes de la chimie verte en lien avec la Scan-
réglementaires, et en particulierdinavie, l’Allemagne, l’Europe Centrale et bientôt le continent
américain. le règlement REACH (voir encadré),
vont obliger producteurs, importa-Sur le thème de la chimie durable, la plateforme technologique Suschem
(www.suschem.org) mise en œuvre en 2005 au niveau européen est le teurs et utilisateurs à concevoir
point central de l’innovation et du développement. et à mettre en œuvre des pro-
duits ou des formulations nouvel-Chacun de ces maillons œuvre à son niveau pour le développement de l’in-
novation dans la chimie selon une orientation développement durable. les, la chimie et plus
C’est une clé pour réconcilier chimie et environnement, renforcer l’image singulièrement encore la para-
de la chimie et en faire un atout majeur pour le futur.
chimie lorraines, peuvent et doi-
vent, en s’appuyant sur leurs
Nomenclature d'activités de la chimie
NES 16 NES 36 NES 114 NAF 700 Intitulé de l'activité
EC C3 C31 Industrie 24.4A Fabrication de produits pharmaceutiques de base
pharmaceutiqueIndustrie des Pharmacie,
24.4C Fabrication de médicamentsbiens de parfumerie
consommation et entretien 24.4D Fabrication d’autres produits pharmaceutiques
C32 Fab. de savons, 24.5A Fabrication de savons, détergents et produits d’entretien
de parfums et de
24.5C Fabrication de parfums et de produits pour la toiletteproduits d’entretien
EF F4 F41 Industrie chimique 24.1A Fabrication de gaz industriels
minéraleIndustrie des Chimie,
24.1C Fabrication de colorants et de pigmentsbiens caoutchouc,
intermédiaires plastiques 24.1E Fabrication d’autres produits chimiques inorganiques de base
24.1J Fabrication de produits azotés et d’engrais
F42 Industrie chimique 24.1G Fabrication d’autres produits chimiques organiques de base
organique
24.1L Fabrication de matières plastiques de base
24.1N Fabrication de caoutchouc synthétique
F43 Parachimie 24.2Z Fabrication de produits agrochimiques
24.3Z Fabrication de peintures et vernis
24.6A Fabrication de produits explosifs
24.6C Fabrication de colles et gélatines
24.6E Fabrication d’huiles essentielles
24.6G Fabrication de produits chimiques pour la photographie
24.6J Fabrication de supports de données
24.6L Fabrication de produits chimiques à usage industriel
F44 Fab. de fibres 24.7Z Fabrication de fibres artificielles ou synthétiques
artificielles ou
synthétiques
5atouts (potentiel de R&D, Àcetitre sonévolution ou sesSavoir plus :
positionnement géographique, possibi- perspectives ne peuvent être en-
lité de coopération avec d’autres visagées de manière uniforme.
Sites internet :
États européens, ...)envisager de L’avenir de la chimie lorraine
- DRIRE : www.drire.gouv.fr
rechercher de nouveaux axes de sera donc plutôt à concevoir à
- Ministère en charge de l’industrie : développement intégrant cette di- l’échelle des “sous-secteurs” les
www.industrie.gouv.fr
mension. plus porteurs qu’il conviendra d’i-
- Union des Industries Chimiques :
dentifier et d’accompagner.Tant par sa typologie que parwww.uic.fr
lesstratégiesqui ysontatta-- Service des études et des statisti-
ques industrielles (Sessi) : chées, force est de constater
www.industrie.gouv.fr/sessi quelachimielorrainenepeut Franck VIGNOT
- Conseil Économique et Social de être considérée comme homo- Chargé de mission - Industries
Lorraine : gène. chimiques - DRIRE Lorraine
www.ces.lorraine.eu
- Observatoire Régional de l’Emploi,
de la Formation et des Qualifications
www.orefq.fr
- Insee : www.insee.fr
REACH en quelques mots
er
Le règlement européen REACH, entré en vigueur le 1 juin 2007 a pour
ambition de combler le déficit de connaissances des risques environ-
nementaux et sanitaires qui peuvent résulter de la production ou de l’u-
tilisation des substances chimiques. Il vise également à harmoniser
lesdispositionsapplicablesdansles Étatsmembres de l’Unioneuro-
péenne. Enfin le règlement REACH s’inscrit dans une logique de déve-
loppement durable:accroîtrelaprotectiondelasanté des
travailleurs, du public et la protection de l’environnement tout en main-
tenant la compétitivité et en renforçant l’esprit d’innovation de l’in-
dustrie chimique européenne.
Tous les fabricants, importateurs ou utilisateurs professionnels de
substances chimiques sont concernés. À terme l’objectif est de re-
Ministère de l’Économie,
cueillir des informations sur la toxicité et la dangerosité des substan-
de l’Industrie et de l’Emploi
ces chimiques en tant que telles ou contenues dans les préparations
Insee
ou dans les articles, produites ou importées en quantité supérieure à
Institut National de la Statistique
une tonne par an sur le territoire communautaire.
et des Études Économiques
Les entreprises concernées doivent passer par une étape de pré-enre-Direction Régionale de Lorraine
15, rue du Général Hulot gistrement puis d’enregistrement des substances auprès de l’Agence
CS 54229 européenne des produits chimiques (AEPC)à Helsinki.
54042 NANCY CEDEX
Un service national d’assistance gratuit sur REACH est mis en place au
Tél :03 83 91 85 85
sujet des tous les aspects réglementaires et techniques du texte et
Fax :03 83 40 45 61
sur les obligations qui en découlent (www.reach-info.fr).www.insee.fr/lorraine
Des soutiens spécifiques envers cette réglementation, destinés aux
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
PME/PMI, sont déclinés par les DRIRE dans le cadre d’opérations col-
Jean-Paul FRANÇOIS
lectives (www.lorraine.drire.gouv.fr).
Directeur régional de l’Insee
COORDINATION RÉDACTIONNELLE
Christian CALZADA
Gérard MOREAU
Documents de référenceRESPONSABLE ÉDITORIAL ET
RELATIONS MÉDIAS - La chimie en France en bref en 2007, UIC : www.uic.fr/fr
Jacqueline FINEL
- Avenir de l’industrie chimique en France à l’horizon 2015, Daniel GARRIGUE,
RÉDACTRICE EN CHEF mai 2005 : www.industrie.gouv.fr
Agnès VERDIN - REACH en 10 mn, Assemblée des Chambres françaises de commerce et
d’industrie : www.acfci.cci.fr/environnement/SECRÉTARIAT DE FABRICATION
MISE EN PAGE - COMPOSITION - La chimie lorraine : un avenir sous condition et des perspectives contras-
Marie-Thérèse CAMPISTROUS tées, CES Lorraine, Oct.2007 : www.ces.lorraine.eu
Marie-Odile LAFONTAINE - “ La chimie lorraine : un avenir sous conditions et des contras-
tées ”, CESL, octobre 2007ISSN : 0293-9657
© INSEE 2008
6

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.