La chimie picarde Des senteurs et des couleurs

De
Publié par

l'industrie chimique est très présente en Picardie : elle emploie 4% des salariés industriels de la région contre 2,2% au niveau national. L'intégration de la région au Bassin parisien a été un des facteurs favorables au développement de cette activité struturée en Picardie autour du pôle chimique historique de la vallée de l'Oise. La chimie picarde a des points forts, principalement dans la parfumerie et la peinture. Elle se caractérise, à l'image de l'ensemble de l'industrie régionale, par l'importance des grands établissements : près de 75% des salariés s'y retrouvent alors qu'au plan national à peine plus de la moitié y sont employés.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 7
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
La chimie picarde Des senteurs et des couleurs
N°111 - 2002
L’industrie chimique est très présente en Picardie : elle emploie 4% des salariés industriels de la région contre 2,2% au niveau national. L’intégration de la région au Bassin parisien a été un des facteurs favorables au développement de cette activité structurée en Picardie autour du pôle chimique historique de la vallée de l’Oise. La chimie picarde a des points forts, principalement dans la parfumerie et la peinture. Elle se caractérise, à l’image de l’ensemble de l’industrie régionale, par l’importance des grands établissements : près de 75% des salariés s’y retrouvent alors qu’au plan national à peine plus de la moitié y sont employés.
industrie chimique picarde est L' l’un des cinq plus gros em-ployeurs de la région : elle em-ploie 4% des salariés industriels pi-cards, alors que la chimie française n’emploie que 2,2% des salariés de l’industrie. Ainsi, la Picardie se situe par exemple au deuxième rang na-tional par sa part de salariés indus-triels employés dans la parachimie. Par contre, entre 1993 et 2000, cette
filière s’est montrée peu dynamique en matière d’emplois puisque la Pi-cardie a perdu 1,8% de ses salariés dans la chimie. Toutefois, l’industrie chimique pi-carde ne peut être étudiée qu’en te-nant compte du rayonnement écono-mique de l’Île-de-France sur la ré-gion, et surtout de son intégration dans le Bassin parisien. Cette zone représente 38% de l’emploi national
                         !  *     !       )     !(       &'     # !  !   !   % #$    !   "                      
et les espaces s’y caractérisent par de fortes similitudes en terme de tissu productif. Ainsi, la filière chimi-que du Bassin parisien représente 41% des établissements chimiques français, soit 3 568 établissements, et 53% des salariés français du sec-teur, soit 250500 personnes. En outre, 7,8% des salariés de la chi-mie du Bassin parisien sont picards. La Picardie apparaît en tête pour deux secteurs, l’Oise étant, dans le Bassin parisien, le département qui compte le plus d’emplois dans la « fabrication de peintures et vernis » et la « fabrication de colles et gélati-nes ». Ainsi, la Picardie a une posi-tion forte dans les secteurs de la chi-mie, surtout grâce à la vallée de l’Oise.
Presque toutes les activités chimiques sont présentes en Picardie
L’ensemble de la filière chimique considérée ici est composé de 23 secteurs d’activité, depuis la fabrica-tion d’engrais jusqu’à celle de par-fums. Parmi elles, deux ne sont pas totalement spécifiques à la chimie : la « recherche et développement en sciences physiques» et le «com-
merce de gros inter-industriel en pro-représentent 37,6% des salariés de laLes cinq plus grands établisse-miques et de haute technologie; de           duits chimiques ». En Picardie, toutesfilière. Arrivent juste après la « fabri-ments de l’Aisne sont eux spécialisésgrandes entreprises sont installées            les activités de la filière chimique necation de savons et détergents » avecsur deux activités. La première, la « fa-(Atofina, BASF, Colgate Palmolive,       sont pas présentes, trois secteurs11,2% et celle « d’autres produits chi-brication de parfums», est une acti-Yves St Laurent). Les quatre plus  manquent :la fabrication d’explosifsmiques » avec 11,1%. Sur ces quatrevité particulièrement importante, maisgrands établissements n’emploient  (1 539salariés dans le Bassin pari-activités, seules deux font partie desqui perd des emplois entre 1993 etque 27,6% des salariés chimiques et * sien), celle de produits chimiques deactivités les plus dynamiques sur la2000 : -8,7%. La deuxième est la « fa-les dix plus gros 51,9%. Ainsi, l’Oise la photographie (286 salariés) et enfinpériode 1993-2000 : la « fabrication debrication d’autres produits chimi-associe une forte spécialisation avec " la fabrication de supports de donnéespeintures »(+17,6% soit +450 em-de grands acteurs chimiques et uneques ». Ces établissements emploient  # (630 salariés). La chimie étant en gé-plois) et celle de « produits chimiquesentre 100 et 500 salariés et ne repré-diversification du tissu industriel, ce néral une activité à moyennementdivers »(+78,8% soit presque 900sentent que 1 410 salariés. A noter qu’ilqui en fait un élément principal dans %& haute technologie, la région se carac-emplois en plus). A noter que dans lan’existe aucun établissement de plusla chimie picarde. L’Oise représente $ "' térise de plus par une faible implanta-« fabrication de colorants », le nombrede 500 salariés dans ce département.73,8% des salariés des grands éta-$ () ! %)'  tion des activités à haut niveau tech-de salariés a évolué de plus de 300%La Somme compte 1 899 salariésblissements chimiques de la région nologique comme la « recherche et dé-soit 180 emplois de plus en sept ans.dans ses cinq plus grands établisse-mais, comparé aux deux autres dé-2  veloppement ».A titre de comparaison, les activitésments. Ils emploient entre 140 et 850partements picards, c’est celui dont la ,-! La filière chimique picarde n’arriveayant le plus de poids au niveau natio-salariés et se retrouvent dans cinq ac-concentration des effectifs au niveau ./ qu’en quatrième position des régionsnal dans la filière chimique, après lativités différentes, comme la fabrica-des dix plus gros établissements em-0 %+ du Bassin parisien par le poids en em-recherche et développement (qui re-"&tion de savons, celle de peintures, celleployeurs est la plus faible. ploi de son secteur pharmaceutique,présente 28,3% de l’activité mais con-1.de produits pharmaceutiques ou en-L’Oise est présent dans tous les      de sa parfumerie et de sa chimie aucerne un champ plus large que la fi-core celle de médicaments. Lessecteurs et apparaît souvent en tête sens strict. Toutefois, elle arrive en sep-lière) sont la « fabrication de médica-grands établissements les plus pré-lorsque l’on regarde la liste des plus tième position des régions françaises.ments » avec 16,8% des emplois et lasents en nombre dans le départementgrands établissements de la région. sont dispersés sur l’ensemble de lales grands établissements chimiques Avec 19 235 salariés (soit 15 922 em-« fabrication de parfums » avec 9,3%.n’emploient qu’entre 50 et 100 sala-Sur 20 secteurs, il arrive 17 fois le pre-région et cinq sont fortement regrou-se retrouvent dans les activités les plus plois fin 1999), la Picardie arrive justeLa « fabrication de peintures » n’arriveriés, avec toutefois un seul établisse-mier. C’est le seul département pré-pés. Ainsi, les trois secteurs prépon-présentes en Picardie. Les cinq plus derrière l’Île-de-France, le Centre et laqu’en sixième position en France. Enment employant plus de 800 salariés.sent dans la fabrication de gaz indus-dérants en Picardie que sont la pein-grands établissements comprennent Haute-Normandie (spécialisée dans laPicardie, les trois premiers secteurstriels (Praixair SA et Soprogaz). Il a une ture, le parfum et le savon, font partieplus de 700 salariés, dont un de plus L’Oise département clé fabrication de médicaments). La région(peinture, parfum et savon) représen-spécificité dans la fabrication de col-des secteurs les moins concentrés,de 1 000 salariés. Leur activité est es-de la chimie picarde se caractérise par un grand nombretent presque 50% des emplois de lales et gélatines. De plus, l’Oise pos-alors que le commerce de gros et lasentiellement la fabrication de savons, de salariés présents dans peu d’éta-filière chimique, ce qui prouve le fai-sède les trois plus grands centres de fabrication de caoutchouc sont forte-détergents et produits d’entretienL’Oise est le département le plus blissements. Elle compte 263 établis-ble degré de diversification de cette fi-recherche de la région dont l’activité ment concentrés.(Colgate Palmolive), celle de peintu-important de la chimie picarde avec sements dans la filière chimique, celière. A noter que la « fabrication deest liée à la chimie, même si ces cen-res et vernis (BASF Coating), la fabri-144 établissements employant 13 938 Les grands établissements qui la place au troisième rang en nom-caoutchouc synthétique » n’est repré-tres sont de petite taille : entre 5 et 15 cation de parfums et de produits desalariés, soit 72,5% des salariés de la bre d’établissements dans le Bassinsentée que par un seul établissementomniprésentssalariés. L’Oise est donc le départe-toilette (Yves St Laurent).filière en Picardie. La chimie est le parisien après l’Île-de-France (spécia-situé dans la Somme et n’emploiement le plus présent dans certains Dans le secteur chimique toutL’Oise est le département ayant lesdeuxième employeur industriel oisien lisée dans la recherche et développe-qu’une quarantaine de salariés.secteurs techniques et stratégiques, comme dans l’ensemble de l’écono-plus grands établissements chimiquesaprès l’industrie métallurgique. ment et dans la fabrication de produitsDe plus, ces trois secteurs domi-porteurs pour l’activité économique ré-mie régionale, la part des emplois dansde la Picardie. Dans ses cinq plusA l’échelle de l’industrie du Bassin chimiques divers) et la région Centrenants en Picardie sont moyennement,gionale. les grands établissements est plus éle-grands établissements, qui emploientparisien, l’Oise est un département qui 1 (parfumerie). Dans la chimie françaisevoire faiblement concentrés , c’est à vée qu’en moyenne nationale: lesde 760 à 1 230 salariés, le nombre to-est, toutes choses égales par ailleurs,  Parfumsdans l’Aisne, elle se situe seulement au douzièmedire qu’ils sont répartis de manière as-quatre plus gros établissements em-savons dans la Somme rang par son nombre d’établissements.sez uniforme dans la région. La chi-ploient 20,3% des salariés chimiques L'Oise domine le secteur de la chimie en Picardie mie picarde dans son ensemble est par picards et les dix plus gros emploientL’Aisne compte 44 établisse-La chimie picarde : les départements en chiffres Peinture et parfum : contre assez concentrée. Sur les vingt 40,3% des salariés. De plus, la filièrements dans la chimie, employant Source : Insee, DADS 1999 deux secteurs dominantssecteurs présents en Picardie, quinze chimique est caractérisée par la pré-2 113 personnes. Très fortement Part des emplois sence d’un grand nombre de salariésEtablissements EmploisPart des emploisspécialisé dans la fabrication de Les secteurs les plus présents dans dans le BassinActivité principale 1 La concentration des activités et la spécialisa-et par très peu d’établissements, ce quidans la région (%)(nombre) (nombre)parfums, le département est peu la filière chimique en Picardie sont la parisien (%) tion des zones géographiques sont mesurés par confirme la présence de grands éta-présent dans d’autres secteurs. « fabrication de peintures et vernis » Aisne 442 11310,9 0,8Fabrication de parfums les indices d’Ellison et Glaeser qui permettent blissements chimiques dans la région.Peu diversifié, il a donc moins et la « fabrication de parfums et de pro-de comparer la concentration des activités entre Oise 14413 93872,5 5,6Fabrication de peintures régions.Mais ces grands établissements chi-d’influence que l’Oise sur la chi-duits de toilette ». Ces deux secteurs Somme 753 18416,6 1,3Fabrication de savons miques dépassent rarementmie picarde, en dehors de sa plus de 800 salariés, comme100,0 7,719 235Picardie 263présence sur un des secteurs Parfum, einture,savon : trois secteurs très concentrés la moyenne régionale desimportants de la région. Les activités chimiques les plus importantes en chiffres grands établissements.tal de salariés employés dépasse lesfaiblement spécialisé dans la chimie.La Somme abrite 75 établisse-Source : Insee, DADS 1999 En Picardie, les grands4 600 personnes. On y retrouve cinqIl l’est toutefois plus comparé auxments avec 3 184 salariés. Le dépar-Part des Part desactivités différentes, dont la fabricationautres départements picards. Au seintement est spécialisé dans un secteurétablissements chimiques Etablissements Emploisemplois dans leDépartement emplois dansde plus de 50 salariés em-de savons, celle de peintures, de par-de la filière, l’Oise est par contre plu-qui, en Picardie, est concentré : la fa-(nombre) (nombre)Bassin parisien(zone d'emploi) la région (%) ploient près des trois quartsfums, de produits pharmaceutiques ettôt spécialisé entre autre dans la « fa-brication de savons. Sa spécialisation (%) des salariés de cette filière,de produits chimiques divers. Ces ac-brication de peintures et vernis». Sià l’intérieur de la filière reste élevée Fabrication de parfums17 3630 18,913,4 Oise(Compiègne) contre 55% en France. Maistivités sont celles qui ont le plus decertaines activités pèsent beaucoupcomme l’Aisne, mais à un degré plus Fabrication de peintures25 3599 18,74,4 Oise(SudOise) ceux-ci ne représentent quepoids dans la chimie régionale, ce quiplus que d’autres, le département estfaible et ce avec de plus gros établis-Fabrication de savons7 2148 11,24,0 Oise(Compiègne) 7,4% des emplois desdémontre l’influence importante deprésent dans quasiment tous les sec-sements que l’Aisne, ce qui au total Fabrication de produits grands établissements pi-l’Oise dans la filière chimique de la ré-teurs existants en Picardie. Il est pré-fragilise le tissu chimique de la chimiques divers13 2140 11,14,0 Oise(Compiègne) cards. Assez naturellement,gion. sentsur des secteurs d’activité dyna-Somme.
L’Aisne et la Somme ont des de-grés de spécialisation similaires dans la région avec une présence de grands établissements sur leur terri-toire très marquée : les quatre plus gros établissements emploient pour l’Aisne 61,7% des salariés de la chi-mie et pour la Somme 55,4%, tandis que les dix plus gros établissements représentent pour chacun des deux départements 75% et plus des sala-riés chimiques. De plus, ces deux dé-partements n’ont pas de pôle tech-nique ou de pôle à forte valeur ajou-tée majeur au niveau départemen-tal, d’où une fragilité plus marquée. On retrouve malgré tout dans ces deux départements des établisse-ments dont l’activité principale est la recherche dans la chimie, mais ils sont de très petite taille et peu nom-breux. Les zones d’emploi proches de l’Île-de-France plus actives L’emploi chimique picard est con-centré dans l’Oise et plus particuliè-rement dans les zones d’emploi pro-che de l’Île-de-France, situées pour
l’essentiel dans trois des quatre zo-nes d’emploi oisiennes. Ainsi, un tiers des salariés chimiques de la Pi-cardie se retrouvent dans la zone de Compiègne, 29% dans la zone du Sud-Oise et 9,2% dans celle de Beauvais. La seule zone d’emploi qui ne soit pas dans l’Oise et qui arrive dans les quatre premières de la ré-gion est celle d’Amiens avec 12,4% des emplois chimiques picards. Amiens est d’ailleurs relativement isolé puisque sur les quatre zones d’emploi de la Somme, le Vimeu et Abbeville-Ponthieu ont les plus fai-bles parts d’emploi dans la chimie de la Picardie : moins de 2,5%. Les zones d’emploi du Sud-Oise et de Compiègne sont les deux zo-nes les plus diversifiées. Présentes dans plusieurs activités de la filière chimique, elles regroupent toutefois des activités assez concentrées et les plus présentes en Picardie : la fa-brication de peintures se situe dans le Sud-Oise et la fabrication de par-fums à Compiègne. Si la zone de Soissons est négligeable (271 sala-riés), la zone de Beauvais présente
Décomposition de la filière Unité : nombreSource : Insee, DADS 1999 Etablissements Emplois Fabrication de gaz industriels2 38 Fabrication de colorants et de pigments3 268 Fabrication d'autres produits chimiques inorganiques5 142 Fabrication d'autres produits chimiques organiques13 2140 Fabrication de produits azotés et d'engrais7 270 Fabrication de matières plastiques de base11 1091 Fabrication de caoutchouc synthétique1 42 Fabrication de produits agrochimiques9 73 Fabrication de peintures et vernis25 3599 Fabrication de produits pharmaceutiques de base7 1260 Fabrication de médicaments10 1050 Fabrication d'autres produits pharmaceutiques2 30 Fabrication de savons, détergents et produits d'entretien7 2148 Fabrication de parfums et de produits pour latoilette 173 630 Fabrication de colles et gélatines3 325 Fabrication d'huiles essentielles3 55 Fabrication de produits chimiques à usage industriel20 592 Intermédiaires du commerce de gros en produits chimiques3 34 Commerce de gros de produits chimiques78 875 Recherchedéveloppement en sciences physiques et naturelles37 1573 Total 26319 235
une légère dominante dans la pro-duction de médicaments et celle d’Amiens dans celle des intermédiai-res du commerce, qui n’est d’ailleurs pas une branche propre à la chimie. Les zones les plus diversifiées sont aussi les zones les plus présen-tes sur des secteurs peu concentrés de la filière chimique en Picardie. Ainsi, l’Oise qui représente 73% des emplois de la filière chimique de la Picardie, est le département moteur et dynamique de la région, avec une forte spécialisation dans la fabrica-tion de peintures. Le récent dyna-misme de l’Oise est lié au dévelop-pement économique de la région Île-de-France. Ce dernier a pu prendre appui sur la présence historique de la filière chimique dans la vallée de l’Oise. Tout comme la Somme, l’Aisne trouve sa place dans la chi-mie au sens strict avec toutefois une spécialisation particulière pour cette dernière dans un des secteurs ma-jeurs de la région : la fabrication de parfums.
Caroline ROUX
Champ étudié
Le Bassin parisien est composé de six régions (Centre, Champagne-Ar-denne, Île-de-France, Basse-Norman-die, Haute-Normandie et Picardie) et de deux départements (Sarthe et Yonne). Les données utilisées sont celles des Déclarations annuelles de don-nées sociales (DADS), document ad-ministratif rempli par l’employeur pour les organismes sociaux et fiscaux. La variable étudiée est celle des postes rémunérés. Un individu ayant travaillé au cours de l’année, simultanément ou successivement pour plusieurs em-plois, génère dans le fichier autant de postes de travail qu’il a eu d’em-ployeurs. Pour les évolutions en emplois, les données sont tirées du répertoire Sirene. Cette étude a été réalisée à partir des travaux de Benoît Mulkay « Spé-cialisation et concentration», Insee 2002.
Institut National de la Statistique et des Études Économiques Insee Picardie- Téléphone : 03 22 97 32 00 Télécopie : 03 22 97 32 01 Directeur de la Publication :Jean-Paul FRANÇOIS-Rédacteur en chef :Edwige CROCQUEY Maquette Insee Picardie - Flashage POLYGRAPHIQUE - Impression YVERT Dépôt légal : décembre 2002 - ISSN : 0396-3128 - Code SAGE : IPR11162 - N°111 décembre 2002 Prix : 2,20- Conditions d'abonnement - INSEE PICARDIE Relais : 1 an (11 numéros) 19ou INSEE PICARDIE Relais (11 numéros) + INSEE PICARDIE Première (11 numéros minimum) 38Insee Picardie 1, rue Vincent Auriol 80040 AMIENS CEDEX 1Mél : ventes-picardie@insee.fr Bureau d'information: Téléphone : 03 22 91 39 39 - Télécopie : 03 22 97 32 04© Insee 2002
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.