La croissance s'inscrit dans la durée (Flash d'Octant n° 52)

De
Publié par

La production industrielle bretonne, en forte croissance depuis un an, s'est intensifiée au deuxième trimestre 2000 sans toutefois atteindre le sommet du troisième trimestre 1999. Le rythme de croissance s'est accéléré dans les biens d'équipement professionnel, les biens intermédiaires et l'agro-alimentaire. Les biens de consommation courante ont bénéficié d'une activité plus solide que prévu. Après l'essor observé en début d'année, le rythme de production dans l'industrie automobile s'est légèrement infléchi au printemps. Les chefs d'entreprise envisageaient, début juillet, le maintien d'une activité soutenue pendant l'été. Les carnets de commandes se situaient à un niveau exceptionnel et les stocks étaient au plus bas.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 5
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
CONJONCTURE INDUSTRIE Bretagne
Numéro 52 Septembre 2000
La croissance s’inscrit dans la durée
La production industrielle bretonne, en forte croissance depuis un an, s’est intensifiée au deuxième trimestre 2000 sans toutefois atteindre le sommet du troisième trimestre 1999. Le rythme de croissance s’est accéléré dans les biens d’équipement professionnel, les biens intermédiaires et l’agroalimentaire. Les biens de consommation courante ont bénéficié d’une activité plus solide que prévu. Après l’essor observé en début d’année, le rythme de production dans l’industrie automobile s’est légèrement infléchi au printemps. Les chefs d’entreprise envisageaient, début juillet, le maintien d’une activité soutenue pendant l’été. Les carnets de commandes se situaient à un niveau exceptionnel et les stocks étaient au plus bas. ’accroissement de productionbreuses commandes et des stocks jugés réalisé au printemps provient esinférieurs à la normale, les prévisions deLmois d’été se limitaient à un volumemande nationale. La demande des dirigeants d’entreprise pour les sentiellement de la fermeté de la d’activité quasiment semblable à celui étrangère qui s’était ravivée fortement du printemps. L’agroalimentaire, les en début d’année s’est révélée moins biens de consommation courante et, tonique qu’attendu. Ne disposant pas dans une moindre mesure l’industrie de stocks et les commandes continuant automobile, seraient les principaux ac d’affluer, les responsables d’entreprise teurs de cette consolidation de l’activi ont renforcé leurs effectifs et fait tour té à un haut niveau. ner à plein les machines. Le taux d’uti lisation des capacités de production a Confiants dans l’évolution à court progressé fortement au deuxième tri terme de leur activité, les chefs d’entre mestre. prise affichaient aussi un bel optimisme Début juillet, les perspectives pour le face au développement prévisible de troisième trimestre étaient favorables : l’industrie française dans son ensemble les carnets de commandes sont parve comme l’atteste l’indicateur de climat nus à un niveau sans équivalent depuis général qui a encore gagné un point. plus d’une décennie. Malgré ces nom
L’opinion des industriels bretons début juillet 2000 Un très bon deuxième trimestreDes carnets de commandes à un niveau exceptionnel Unité : solde d’opinionsUnité : solde d’opinions
2
INDUSTRIES AGROALIMENTAIRES Expansion Dynamisme Après une pause habituelle en débutprogresser au troisième trimestre pour d’année, la production agroalimenrépondre au dynamisme du marché taire s’est renforcée au printemps. Cetintérieur. accroissement d’activité a généré des embauches et permis une large utilisaPour le quatrième trimestre consécu tion de l’outil de production. Débuttif, le secteur desindustries diverses juillet, les carnets de commandesa enregistré un bon niveau d’activité. étaient jugés bien garnis et les stocksDe bons résultats étaient attendus apparaissaient inférieurs à la normale.également pour la période estivale. Dans ce contexte favorable, les profes sionnels estimaient que le rythme deLa production del’industrie laitière croissance accélèrerait encore pendants’est infléchie au printemps par rap les mois d’été.port au trimestre précédent mais reste Carnets étoffés et stocks au plus bas conforme à la moyenne de longue Conformément aux prévisions émisespériode pour un deuxième trimestre. lors de l’enquête du trimestre précéLes prévisions pour les mois d’été dent, la production dansl’industrie deétaient à la hausse. la viande(abattages et transformation, toutes productions confondues) s’estL’activité dansl’aliment du bétaila accrue au printemps stimulée par leralenti au deuxième trimestre pour renforcement du marché intérieur et las’ajuster à une demande affaiblie. Se fermeté de la demande étrangère. Selon l’opinion exprimée début juillet, lon les chefs d’entreprise interrogés déce mouvement à la baisse se poursui but juillet, l’activité continuerait devrait pendant l’été.
BIENS D’ÉQUIPEMENT PROFESSIONNEL
Performances au deuxième trimestre
Carnets très bien approvisionnés
Haut niveau d’activité
La production de biens d’équipement professionnel s’est vivement accélérée au printemps pour répondre à la vi gueur de la demande tant nationale qu’étrangère. Face à la charge de tra vail, les équipementiers ont renforcé les effectifs et fortement sollicité l’outil de production. Début juillet, un bon niveau d’activité semblait assuré pour les mois à venir car les carnets de com mandes se situaient à un niveau inéga lé depuis plus de dix ans. Néanmoins, les chefs d’entreprise estimaient que le rythme de croissance pendant l’été se rait moins vif qu’au deuxième tri mestre.
Après un très bon début d’année, l’ac tivité dansl’électroniquetéléphonie s’est encore amplifiée au printemps.
INSEE Bretagne  Flash d'OCTANT n°52  Septembre 2000
Cependant, bien que les prises de commandes soient de plus en plus nombreuses, les responsables d’entre prise prévoyaient un rythme de crois sance plus modéré pendant la pé riode estivale.
Le secteur dela construction et ré paration navalea bénéficié aussi d’une activité soutenue au deuxième trimestre. Toutefois, cet élan serait sans lendemain. Un tassement d’acti vité était pressenti à court terme.
La production dansl’industrie méca nique et le matériel de précisiona vivement progressé au printemps. De bons résultats étaient envisagés pour les mois d’été mais le rythme de pro duction s’infléchirait un peu.
Croissance soutenue
Stimulée par le dynamisme du marché intérieur, la production de biens inter médiaires a augmenté au printemps sans toutefois atteindre le niveau es compté. Début juillet, les carnets de commandes apparaissaient encore bien garnis, moins cependant que précé demment. Les dirigeants d’entreprise anticipaient une croissance plus mo dérée pour le troisième trimestre.
L’industrie dupapiercartona réalisé de bonnes performances au deuxième trimestre. Commandes plus nombreu ses et stocks légers laissaient espérer un bon niveau d’activité pour les mois d’été mais le rythme de croissance se rait un peu moins vif.
En lien avec l’activité soutenue du bâti ment, la production dans l’industrie
des matériaux de construction et du verres’est nettement renforcée au printemps. Toutefois, le rythme de production pourrait s’infléchir à brève échéance car la demande se ferait moins pressante.
Dansla transformation des mé tauxfonderie, l’activité a accéléré au deuxième trimestre, moins vivement cependant que prévu. Au début de l’été, les chefs d’entreprise s’atten daient à un ralentissement de la pro duction dans les mois à venir.
La production a progressé au prin temps dansl’industrie du caout choucplastiquemais à un rythme plus faible que précédemment. Un repli d’activité était pressenti pour la période estivale.
Sur une pente ascendante
Dans ce secteur, le rythme de crois sance au deuxième trimestre s’est avé ré un peu plus soutenu qu’on ne l’at tendait. Les carnets de commandes ont continué de se remplir et parvenaient, au début de l’été, à un maximum his torique. Selon les chefs d’entreprise in terrogés début juillet, la demande na tionale devrait se renforcer au cours des prochains mois. Les stocks étant ju gés inférieurs à la normale, tout sem blait réuni pour susciter une activité in tense au troisième trimestre.
L’industrie du boisameublementa contribué fortement à la tendance d’ensemble. Après une pause en dé but d’année, la production s’est nette ment accrue au printemps sous la pression d’une forte demande inté rieure. Les professionnels estimaient que ce mouvement à la hausse se poursuivrait pendant l’été car les car
BIENS INTERMÉDIAIRES
Bon niveau de production
Carnets encore bien garnis
BIENS DE CONSOMMATION COURANTE
nets de commandes étaient jugés très bien approvisionnés.
L’imprimeriepressea conservé un bon niveau de production au prin temps. Selon l’opinion exprimée dé but juillet, la demande devrait de meurer ferme pendant la période estivale. Les perspectives d’activité pour le troisième trimestre étaient fa vorables.
A l’inverse, l’activité a reculé au deuxième trimestre dansle tex tilehabillementetl’industrie du cuir et de la chaussure. Selon les in dustriels du textilehabillement la pro duction risquerait de stagner encore pendant la période estivale. Par contre, les responsables d’entreprise de l’industrie du cuir et de la chaus sure tablaient sur une sensible amélio ration au troisième trimestre.
INSEE Bretagne  Flash d'OCTANT n°52  Septembre 2000
Bonnes perspectives
Haut niveau des carnets de commandes
3
4
FRANCE : production industrielle – hors construction – quasiment stable au deuxième trimestre
L’activité industrielle – hors construc tion – mesurée par l’indice de la pro duction industrielle n’a que faiblement progressé au deuxième trimestre par rapport au trimestre précédent : + 0,1 %. C’est principalement le ra lentissement observé dans l’industrie automobile qui a pesé sur l’activité d’ensemble : 2,6 %. L’accroissement de production automobile réalisé en mai n’a pas compensé le recul enregis tré en avril et juin. La production agroalimentaire s’est repliée aussi au deuxième trimestre mais moins forte
ment que précédemment : 0,6 % après 1,4 %. Sur un an, l’évolution de la production industrielle – hors construction – se ré vèle plus dynamique. En comparant l’indice du deuxième trimestre 2000 à celui du même trimestre de l’année précédente, le volume de la produc tion industrielle – hors construction – a augmenté de 4,1 %. Tous les secteurs ont contribué, à des degrés divers,à cet accroissement de production. L’in dustrie automobile a vivement progres sé : +9,3 % sur un an malgré le recul
observé au deuxième trimestre 2000. Les biens intermédiaires et le secteur de l’énergie affichent aussi d’excellents résultats sur cette même période, respectivement : + 5,5 % et + 4,8 %. Les augmentations de production enregistrées pour les biens de consommation et les biens d’équipement professionnel sont plus modérées : +2,1 % et + 1,4 %. Dans l’industrie agroali mentaire la production s’est accrue aussi sur un an, mais seulement de 0,5 %.
Des chefs d’entreprise bretons nous ont dit :
Délocalisations actives chez tous nos clients (industrie mécanique et matériel de précision).
Pour l’instant ça va, mais l’avenir est très incertain pour notre profession. Difficile de faire des projets à long terme (industrie mécanique et matériel de précision).
Note explicative
L’INSEE réalise chaque trimestre une enquête de conjoncture auprès des chefs d’entreprise de manière à éva luer l’évolution récente et les perspec tives à court terme de l’industrie régio nale.
Les questions portent sur les principaux indicateurs d’activité des entreprises : production et demande, carnets de commandes, stocks, effectifs et durée du travail, capacité de production. Pour chaque question trois réponses sont proposées : en hausse, stable, en baisse, avec une variante “supérieur à la nor male” pour les questions relatives au ni veau des stocks et des carnets de com mandes. Trois pourcentages sont ensuite calculés. La différence entre les
pourcentages des réponses positives et négatives dégage un solde dont l’évolu tion permet de déceler des tendances.
Bien entendu, les réponses élémentai res sont ensuite pondérées de manière à tenir compte des différences de taille entre établissements et du poids res pectif de chaque activité dans l’en semble de l’industrie.
254 industriels bretons ont répondu à l’enquête début juillet 2000. Nous les en remercions.
er Rédaction achevée le 1septembre 2000.
INSEE Bretagne  Flash d'OCTANT n°52  Septembre 2000
Régression saisonnière plus ac centuée par un démarrage précoce de la demande et son affaiblisse ment (imprimeriepresse).
INSEE BRETAGNE 36, place du Colombier CS 94439 35044 RENNES Cédex Tél. : 02 99 29 33 33 Fax : 02 99 29 33 90
Directeur de la Publication : JeanJacques MALPOT
Rédactrice en chef : Micheline TESSIER
Composition : JeanPaul MER
Cette note a été rédigée par : MariePaule LE BRIS Denise OLLIVIER
Pour tout renseignement : Bureau d’information Tél. : 02 99 29 33 66
© INSEE 2000 Dépôt légal : 3ème trimestre 2000 Imprimerie : MÉDIA GRAPHIC
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.