La dynamique d’internet Prospective 2030

De
Publié par

nouvelle économie et une nouvelle société.
Le 21e siècle apporte la connexion haut débit permanente, puis l'ère du smartphone :
le web 2.0 se met en place, fondé sur des relations sociales et commerciales plus
intenses. Mais alors que la toile offre de plus en plus de services et de connexions et
que l'univers s’y connecte et y fait littéralement exploser ses trafics, surgissent un certain nombre d'interrogations et de doutes sur les promesses d'internet.
La dynamique d'internet reste toujours explosive, avec des taux de croissance annuels en volume qui, certes, ne dépassent plus les 100 % de la décennie des années 2000, mais restent proches des 50 %. Le progrès technologique maintient un accroissement des performances des équipements et réseaux extrêmement vive, les prix d'accès subissent toujours une érosion très forte et la demande, alimentée par les contributions volontaires des usagers, reste exponentielle. Les limites physiologiques des internautes, dont l'attention ne saurait être mobilisée au-delà d'une proportion raisonnable de leur temps, sont relayées par la capacité presque infinie des objets de nos environnements à devenir "intelligents" et "communicants", ce qui ouvre un relais de croissance inespéré à internet.
L'internet de demain sera donc de plus en plus un internet entre machines, entre capteurs, entre robots, qui généreront des gisements de données sans limites, et transformeront vraisemblablement notre rapport à l'autonomie, à la décision et à la responsabilité, par la prise en charge de plus en plus massive de la gestion de notre vie quotidienne. Il est difficile d'imaginer aujourd'hui les transformations radicales que vont subir nos environnements, domestiques, urbains, sociaux, laborieux, etc. du fait de cette irruption vraisemblable de nouvelles plateformes matérielles et applicatives, robots, smart car, smart home, smart city, smart grid, smart body, etc.
Voir plus Voir moins
La ynamiq ’inrn Prospective 2030
études
Étude réalisée sous la direction de Laurent Gille, Télécom ParisTech et Jacques-François Marchandise, Fondation internet nouvelle génération (FING) pour le Commissariat général à la stratégie et à la prospective
2013 N°01
 
La dynamique dinternet
 P ro spec ti v e 2 0 30       Étude r éal i sée  s ou s l a d ir ect i on de   Lau r e nt G ILLE  e t  Jacqu es -Fr a n ç oi s M A RCH A NDI SE   p a r  Micha e l  B AK ER , T é l éc o m  Pa ri s T ec h -CNR S  Valéri e  BE A UDO U I N , Tél éc o m  P a risT e c h  Pierre -J e a n  BEN GH OZI ,  Éc ol e P oly tec hniqu e  Amand i n e BR U GIERE ,  F I N G  Antonio CAS ILL I , T é l é co m  P a risT e c h  Franço i s e D ETIEN NE,  Tél éc o m  Par i s Te c h -C N R S  Lau r e nt  GILLE , T é l é co m  P a risT e c h  Daniel  K AP L A N , F I N G  Daniel  K O FMA N , T é l éc o m  P a risT e c h  Jacqu e s -Fr a n ç oi s M A RCH A NDIS E , F I N G  Fran ç oi se  MASS IT -F O L LE A,  V o x  Int e rn e t  Charle s NE P O TE , F I N G  Gérard  P OGO REL , T é l éc o m  P a risT ec h  Patric k W A E LB ROE C K, T é l é co m P a risT ec h   p our l e  C o mm i s s a ri at  g é n é r al  à  l a s t rat ég i e   e t  à la p rosp e ct i v e  M ai  2013   
    
 
 
2
 
Remer c i e m e nts   Les auteurs tiennent à remercier l'ensemble des contributeurs qu'ils ont pu solliciter dans le cadre de ce travail, dont toutefois la responsabilité leur incombe à eux seuls. Ils tiennent également à remercier les membres du comité de pilotage qui ont permis d'enrichir de nombreux points et d'améliorer la pertinence et la forme de ce document. Toutes erreurs et imperfections qui pourraient subsister sont néanmoins de leur seule responsabilité.  Biogra ph i e s    Michael Baker  est directeur de recherche au CNRS, dans le laboratoire LTCI de Telecom ParisTech. Formé en sciences co nitives au Ro aume-Uni il a soutenu son habilitation en s cholo ie, sur « L'élaboration de connaissances dans le dialo ue ». Chercheur en s cholo ie de l'a rentissa e et en s cholo ie du lan a e, ses recherches ortent sur l'analyse des apprentissages produits dans des groupes travaillant au travers d'internet.  Valérie Beaudouin  est rofesseur à Télécom ParisTech, a rès avoir diri é le laboratoire des usa es à France Télécom. Di lômée de l’ENSAE et docteur en sciences du lan a e ses recherches ortent d'une art sur les technolo ies de l’information comme outils our les sciences sociales et, d'autre art, sur les usa es de l'internet, avec un focus récent sur les rati ues culturelles et les conditions de roduction, de diffusion et d'accès aux savoirs transformées par l'internet ( digital humanities ).  Pierre -Jean  Ben hozi  est directeur de recherche au CNRS et rofesseur à l’École ol techni ue. Il diri eait, us u’en 2013, le Pôle de r echerche en é conomie et estion. Il a dévelo é, en récurseur, une é ui e de recherche sur l’entre rise et l’économie numéri ue ainsi ue sur les industries de contenus. Son ex ertise l’a conduit à être nommé, en 2013, au Collège de l’Autorité des communications électroniques et des postes (ARCEP)   Amandine  Brugière  est chef de projet à la FING. Elle anime actuellement deux recherches-actions sur l'évolution des pratiques de travail dans une société numérique (Digiwork), et sur le développement d'une « culture de la donnée »  au service des entreprises et des acteurs de s territoires (Infolab) . Avant cela, elle a travaillé particulièrement sur les interactions entre allon ement de la durée de la vie et technologies numériques ( Bien viei l ir grâce au numérique , éditions Fyp, 2010).   Antonio A.  Casilli , sociolo ue, est maître de conférences à Telecom ParisTech et chercheur à l'EHESS CEM-IIAC, Paris . Ses recherches ortent sur les cultures technolo i ues et la dimension oliti ue du web. Il est l'auteur de trois ouvra es dont le dernier Les liaisons numériques. Vers une nouve l e sociabilité ?  est paru aux editions du Seuil en 2010.  Fran oise Détienne  est directrice de recherche au CNRS affectée au laboratoire LTCI de Telecom ParisTech. A rès une formation en s cholo ie co nitive et en er onomie, elle a fait un sé our ostdoctoral au laboratoire d'Intelli ence artificielle de Yale Universit en 1987-1988. Recrutée à l'INRIA en 1989 elle a diri é l'é ui e Eiffel Co nition et coo ération en conce tion de 1998 à 2007. Ses thémati ues de recherche ortent sur la conce tion, la collaboration, la médiation technolo i ue, les communautés en li ne. Elle est éditrice associée de International Journal of Human-Computer Studies (Elsevier) et Interacting with Computers (Taylor & Francis).  Laurent  Gille  est rofesseur d'économie et res onsable du dé artement de Sciences économi ues et sociales SES de Télécom ParisTech. Ses travaux ortent sur la ré ulation du numéri ue, s écialement dans les a s en dévelo ement, et sur les modèles d'affaires innovants de l'économie numérique. Il a participé et animé de nombreux exercices de
3
ros ective sur le cham du numéri ue de uis 1990. Il a dirigé l'ouvrage collectif Les dilemmes du numérique paru en 2009 aux éditions Fyp.  Daniel  Ka lan  a étudié l'économie et les sciences oliti ues avant de fonder l'une des remières a ences de communication interactive en 1986. Il est le cofondateur et le délé ué énéral de la Fin , ui « roduit et arta e des idées neuves et actionnables our antici er les transformations numéri ues». Il a écrit ou diri é de nombreux ouvra es, armi les uels l'exercice annuel de ros ectif Questions Numériques  ou encore Informatique, libertés, identités (éditions Fyp, 2010).  Daniel  Kofman est rofesseur à Telecom ParisTech. Il est cofondateur et directeur du LINCS Laborator for Information, Networkin and Communication Sciences . Membre du Comité scientifi ue de l'OPECST Office arlementaire d'évaluation des choix scientifi ues et technolo i ues son domaine de recherche concerne les réseaux et services de communication, notamment l'internet du futur, et ses résultats scientifi ues les lus im ortants concernent l'internet des ob ets et les réseaux sans fil. Consultant indé endant our de randes entre rises a ant même été directeur de la technolo ie de l'une d'elles il ro ose une double vision scientifi ue et industrielle. Plus récemment, ses travaux ont orté sur l'évolution des s stèmes électri ues smart grid ) facilités par l'utilisation des TICs, sujet sur lequel il propose des paradigmes innovants.  Jac ues -Fran ois  Marchandise est directeur de la recherche et de la ros ective de la FING, u'il a cofondée en 2000. Philoso he de formation im li ué dans l'innovation numéri ue de uis trente ans il travaille de uis uinze ans sur les straté ies ubli ues numéri ues. Il a coordonné en 2011 l'atelier de réflexion ros ective PRISE, consacré aux mutations numéri ues, pour l'Agence nationale de la recherche. Il enseigne à l'ENSCI et à l'université Rennes 2.  Fran oise  Massit -Folléa , chercheur-consultant en sciences de l'information et de la communication a été rofesseur à l'École normale su érieure de L on char ée de mission à la Direction des technolo ies ministère de la Recherche , directrice scientifi ue du ro ramme Vox Internet. Princi al ob et de recherche : la dimension socio oliti ue des technolo ies numéri ues usa es es ace ublic ré ulations techni ues et uridi ues ouvernance de l’internet, internet du futur . Dernière ublication : Normative Exerience in Internet Politics  dir, avec C. Méadel et L. Monno er-Smith), préface de Mireille Delmas-Marty, Presses de l’École des Mines, Paris, février 2012.  Charles  Né ote est directeur du ro ramme O en Data et Infolab à la FING, dont il anime la artici ation au ro ramme euro éen HOMER et au ro et ANR Datalift. Ethnolo ue et sociolo ue de formation, ancien res onsable de l'innovation e-business dans une rande société financière, il est im li ué de uis dix ans dans le dévelo ement d'outils collaboratifs et le web sémantique. Il a précédemment dirigé le programme Identités actives de la FING.  Gérard Po orel  est rofesseur d'économie et de estion émérite à Télécom ParisTech. Il a ublié de nombreux articles livres et ra orts sur l'économie des réseaux en articulier : l'Es ace euro éen du haut débit mobile, un livre de référence sur la estion du s ectre radio. Il artici e aux travaux des autorités ouvernementales et de ré lementation dans de nombreux a s. Gérard Po orel a été cofondateur résident et ra orteur des Conférences euro éennes sur la estion du s ectre radio à Bruxelles, et président de comités d'évaluation successifs du programme cadre de recherche européen.  Patrick  Waelbroeck est maître de conférences à Télécom ParisTech au dé artement Sciences économi ues et sociales. Il ensei ne l'économie industrielle et l'économétrie. Ses recherches actuelles ortent sur une a roche à la fois rati ue, scientifi ue et em iri ue du irata e sur internet et la rotection technolo i ue des industries créatives. Il préside actuellement l'EPIP (European Policy for Intellectual Property).
4
 Méthod o lo g i e    Ce rapport a été coécrit par quatorze spécialistes du monde de l'internet. L'équipe proposée est clairement pluridisciplinaire. Elle associe des personnes issues d'origines et d'univers distincts, observateurs et acteurs de la société numérique. Chacun a, dans un premier temps, écrit un rapport d'une vingtaine de pages sur une thématique particulière, selon les axes rappelés dans le tableau qui suit, avec des points d'échange et de mise en cohérence. Si la dimension technique n'a fait l'objet que d'une contribution, le soubassement technique des réflexions socioéconomiques reste crucial. Puis, une synthèse a été rédigée en puisant dans ces rapports par Laurent Gille et Jacques-François Marchandise, avec le soutien de Françoise Massit-Follea. Les interactions avec le CGSP ont été constantes et ont permis d'enrichir substantiellement les analyses proposées.  Thémati ue  Res onsable  L'environnement technolo i ue et ses ru tures Daniel Kofman L'interaction avec et vi le numéri ue Fran oise Détienne et Michael Baker La valeur sur le web Laurent Gille Protection de la vie privée Patrick Waelbroeck Le lien social ntonio Casilli Es ace et mobilité Jac ues-Fran ois Marchandise Croissance et dévelo ement Gérard Po orel Innovation et ré ulation Pierre-Jean Ben hozi Les données et leurs traitements Charles Népote et Daniel Kaplan Le savoir et sa transmission lérie Beaudouin État, uissance administrative et oliti ue Jac ues-Fran ois Marchandise Travail et entre rise mandine Bru ière  Merci au lecteur d'excuser l'hétérogénéité possible des propos et références dans ce travail collectif et interdisciplinaire.  5
S omma ire  
  S y n th ès e  .  1 1  I n t r o duc t i o n  .......................... .. .... . . .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . .............. ....... . .  1 5  C h a pi tre 1   Internet et so n  h is to i r e  .  1 7  1 .  Que faut -il entendre par  i nte r n e t  ?  . . .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . ............  1 7  2 .  Étapes  clés d’ i nternet  .. .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . .............. ....... .. . .. . . .. .  1 9  3 .  Une croissance explosi v e  . . .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . .............. ....... . . . .  2 1  4 .  Quelle prospective pou r in t er n et  ?  . . .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . ............  2 4  C h a pi tre 2   Tendances h é r i tée s  e t r u p t u res d é c h el le  .  2 7  1 .  Le défi technologique  ... .. . . . . . ........... ....... .... . . .. . . .. . . .............. ....... .. . .. . . .. .  2 8  1 . 1 .  La transformation des ac c è s et  de s  f l u x  . . .. . . .. . . .............. ....... .. . .. . . .. . . ...  2 8  1 . 2 .  Internet des objets, c l o ud  c o m p ut ing  e t b ig d a t a  . . .. . . .. . . .............. ....... .  3 1  1 . 3 .  Évolutions architectural es .  . .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . .............. ....... . . . .  3 5  1 . 4 .  Ruptures technologique s  . . .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . .............. ....... . . . . .  3 9  2 .  Le défi informationnel e t  d u s a vo ir  . . .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . ............  4 3  2 . 1 .  Informatisation et inform at i on  . . .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . .............. .....  4 4  2 . 2 .  Les rapports de force p o u r  m a ît ri ser  l ' in f o r m at i o n  . . .. . . .. . . .............. ......  4 8  2 . 3 .  Identité et identification  . . .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . .............. ....... .. . .. . .  5 2  2 . 4 .  Cognition et savoir  ...... . . . . ........... ....... ..... . .. . . .. . . .............. ....... .. . .. . . .. . . ...  5 4  3 .  L e défi économique  ..... . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . .............. ....... .. . .. . . .. . . ..  5 9  3 . 1 .  Internet et la croissanc e  . . .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . .............. ....... .. . .. .  5 9  3 . 2 .  Internet et le développe m en t  du r a ble  . . .. . . .. . . .............. ....... .. . .. . . .. . . .......  6 6  4 .  Le défi de la numérisation  . . .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . .............. ....... . . .  6 8  4 . 1 .  Un nouveau consommat e u r  . . .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . .............. ....... .  6 9  4 . 2 .  Effets économiques de l a n u mér i sat i on  . . .. . . .. . . .............. ....... .. . .. . . .. . . ....  7 0  5 .  Le défi industriel  ........... ............. ....... . . . .. . . .. . . .............. ....... .. . .. . . .. . . .......  7 1  5 . 1 .  L’industrie internet  ........ . . .............. ....... . . . .. . . .. . . .............. ....... .. . .. . . .. . . ...  7 1  5 . 2 .  Les modèles d'affaires  . . .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . .............. ....... .. . .. . . .  7 6  5 . 3 .  Vers le renouvellement d e s p l at ef o rm e s  . . .. . . .. . . .............. ....... .. . .. . . .. . . ...  8 1  6 .  Le défi de la régulation  . . . .. . . . . . ........... ....... ..... . .. . . .. . . .............. ....... .. . .. . . .  8 4  
7
6 . 1 .  Les marchés et la concu rrence  qu e s t i o nn é s p ar i n t e rn et  . . .. . . .. . . ..........  8 5  6 . 2 .  Nouveaux acteurs et nou v ea u x obj et s  . . .. . . .. . . .............. ....... .. . .. . . .. . . ......  8 7  6 . 3 .  La régulation des réseau x d ' i nf ra s tr u ct u re  . . .. . . .. . . .............. ....... .. . .. . . .. . .  9 0  6 . 4 .  La cybercriminalité  ........ . . .............. ....... . . . .. . . .. . . .............. ....... .. . .. . . .. . . ...  9 2  6 . 5 .  Gouvernance  ................ ........ ....... . . . .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . ............  9 3  7 .  Tendances et tensions.. .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . .............. ....... .. . .. . . ..  9 7  C h a pi tre 3   Tensions pos sible s e t  ru p t u r e s  so ci é t a l e s  .  10 1  1 .  Le défi humain : la vie nu méri q u e  . . .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . ...........  10 3  1 . 1 .  Connexion permanente  :  v i e a ugm e n t é e/ di m i n u ée  ?  . . .. . . .. . . .............. .  10 3  1 . 2 .  Données, services, déma téri al i s a ti o n  : p rof u s ion  et  c o mp l e x i  . . .. . . ..  10 4  1 . 3 .  Interactions et environ n e m en t s nu m é r ique s.  . .. . . .. . . .............. ....... .. . .. . .  10 5  1 . 4 .  Travail et activité : vers un brouillage des frontières  . . .. . . .. . . .............. .  1 1 4  1 . 5 .  Une vie plus ou moins n u m éri q u e  ?  . . .. . . .. . . .............. ....... .. . .. . . .. . . ........  12 0  2 .  Le défi social  : Individu, r é s e a u x et s o c iét é  . . .. . . .. . . .............. ....... .. . .. . .  12 2  2 . 1 .  Vie privée et identités n u m é ri q ue s  . . .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . ..........  12 2  2 . 2 .  Lien social  : par -delà le m y th e de l a d é s oc ia l i s at i on  . . .. . . .. . . .............. .  12 7  2 . 3 .  Disparités, communaut é s et  bie n s co m m u ns  . . .. . . .. . . .............. ....... . . . . .  13 7  3 .  Les défis organisationn el s  . . .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . .............. ....... .  13 9  3 . 1 .  Vertical et h orizontal, ordr e et  d é s o rd re  . . .. . . .. . . .............. ....... .. . .. . . .. . . ..  14 0  3 . 2 .  Organisations transformée s  . . .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . .............. ......  14 1  3 . 3 .  L’entreprise  : lieu majeu r d e  l a ct iv i t é i n ve n t i v e  ?  . . .. . . .. . . .............. ......  14 5  3 . 4 .  Questionnements et bifu rcat ion s  . . .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . ............  14 8  4 .  Les défis publics  .......... .............. ....... . . . .. . . .. . . .............. ....... .. . .. . . .. . . ....  15 0  4 . 1 .  Les États au défi d’intern et  . . .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . .............. .......  15 0  4 . 2 .  Politiques publiques num éri q u e s  . . .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . ............  15 3  4 . 3 .  L’acteur public en ligne  . . .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . .............. ....... . . . . .  15 5  4 . 4 .  "Ouvrir" l’action publiq u e  :  v e r s  l ' o p en  g o v ? . . .. . . .. . . .............. ....... . . . . .  15 9    4 . 5 .  Questions démocratique s  . . .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . .............. ....... . .  16 2  4 . 6 .  Rébellions, déconnexion s  . . .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . .............. ....... . .  16 5  C h a pi tre 4   Enseignement s e t r e c om ma n da t i o n s  .  16 7  1 .  Limites et potentiels de  l act ion  pu b l i que  . . .. . . .. . . .............. ....... .. . .. . . .. . .  16 8  1 . 1 .  Comment consolider in t er n et  . . .. . . .. . . .............. ....... . . . .. . . .. . . .............. ....  17 1  
8
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.