La Lorraine face à son avenir (I): du diagnostic global aux enjeux régionaux

De
Publié par

L'image d'une Lorraine mono-industrielle, touchée durement par les restructurations de ses industries historiques, appartient au passé. L'analyse des forces et des faiblesses de la région, dans un diagnostic global permet d'identifier de grands enjeux pour l'avenir de la Lorraine : accompagnemment de la montée de l'activité féminine, développement de l'attractivité sur les jeunes actifs, diversification du tertiaire marchand. Des atouts importants, susceptibles de servir le développement lorrain, existent à l'échelle eurorégionale : attrait d'une population active encore jeune, valorisation d'une offre de services en direction des industries voisines, rayonnement d'un fort potentiel de recherche publique.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 34
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

8 La Lorraine
Septembre 2003 - 2 € face à son avenir (I) :
du diagnostic global aux enjeux régionaux
L’image d’une Lorraine mono-industrielle, touchée
durement par les restructurations de ses industries
historiques, appartient au passé. L’analyse des forces
et des faiblesses de la région, dans un diagnostic global
permet d’identifier de grands enjeux pour l’avenir de la
Lorraine : accompagnement de la montée de l’activité
féminine, développement de l’attractivité sur les jeunes
actifs, diversification du tertiaire marchand.
Des atouts importants, susceptibles de servir
le développement lorrain, existent à l’échelle eurorégionale :
attrait d’une population active encore jeune, valorisation
d’une offre de services en direction des industries voisines,
rayonnement d’un fort potentiel de recherche publique.
L’ histoire socio-économique toire qui lamine une évolution natu-
récente de la Lorraine, appréhendée relle longtemps favorable, pose la
sur près de quarante années, permet question de l’attractivité de la région
de tirer quelques enseignements as sur les jeunes actifs.-
sez robustes : - Les périodes de «cercle vertueux»
- Les conséquences des restructura de croissance de l’emploi et de la po- -
tions des activités historiques domi pulation, brèves sur ces quarante an- -
nantes en Lorraine (charbon, minerais nées, montrent que la question de
de fer, sidérurgie, textile) ont fait sentir l’attractivité de la Lorraine est directe-
durablement leurs effets, bien au-delà ment liée à la question du développe-
du temps propre des pertes massives ment des activités et de l’emploi.
d’emploi. Les pertes d’habitants, at- - La Lorraine apparaît aujourd’hui
tachées aux départs d’actifs, se tra- comme une région plutôt diversifiée
duiront encore dans les perspectives et ne présente plus, sur la dernière
démographiques et dans les ressour- décennie, de handicap structurel at-
ces en main-d’oeuvre dans un futur taché à son portefeuille d’activités.
proche et expliquent un retard pris
dans le développement des services à Des potentialités de croissance, des
la population. opportunités de développement et
- L’évolution de la population lor des atouts à valoriser peuvent être-
raine, souci constant depuis 1975, dégagés de ces caractères forts du
notamment du fait d’un déficit migra- développement lorrain et posent des
(1) Un quatre pages (n° 9, octobre 2003), complémentaire de ce huit pages, présente une synthèse
du diagnostic territorial développé dans l’ouvrage “La Lorraine face à son avenir”.marché du travail lorrain, non évolutions des ressources enquestions utiles pour la ré-
seulement du fait des pertes im main-d’œuvre, de l’emploi et du-flexion prospective et l’action.
portantes d’emploi, mais aussi du chômage sont interdépendantes.
fait de leurs conséquences démo Les conditions d’ajustement du-
1962-1975 : une entrée
graphiques, notamment sur le ni marché du travail présentent deux-
tardive dans le cercle veau de la population active. Cette phases bien distinctes sur cette
vertueux de croissance période montre à quel point les période.
La période 1962-1975, emblé- Premières
matique des «trente glorieuses» restructurations 1968-1975 ET 1990-1999 : DEUX PÉRIODES
pour la vigueur de sa croissance dans DE FORTE CROISSANCE SIMULTANÉE
économique, n’a fait sentir ses ef- DE L’EMPLOI ET DE LA POPULATION ACTIVEles industries
fets sur l’emploi en Lorraine historiques
Les composantes du marché du travail à l’évolution de la population activequ’avec retard. La croissance de
depuis 1962 en Lorraine
l’emploi tertiaire régional sur la
période 1962-1968 (+10%) est 10 Contributions annuelles moyennes (en milliers)
concomitante des premières res-
8
tructurations dans les mines de
6
fer et de charbon, dans le textile
4et dans la sidérurgie, conjuguées
2avec le déclin de l’emploi agricole
et les fermetures des bases mili- 0
taires américaines. De ce fait, la - 2
croissance globale de l’emploi lor-
- 4
rain reste limitée (+0,6%) alors
-6
1962-1968 1968-1975 1975-1982 1982-1990 1990-1999que 15 des 22 régions métropo-
Périodelitaines ont connu une évolution
supérieure à 3% (moyenne natio Population active Emploi Chômage Solde des navettes- Militaires du contingent
nale à 5,4%). Malgré le formidable
potentiel de croissance attaché à Note méthodologique : Ces histogrammes décrivent les modalités d'ajustement du marché du travail
au niveau régional entre les ressources en main d'oeuvre (la population active) et l'utilisation de cetteune démographie jeune et dyna-
main d'oeuvre (emploi, chômage ou solde des navettes domicile-travail, militaires du contingent).
L'équilibre du marché du travail s'écrit : population active=emploi+chômage-(entrées-sorties)+militairesmique, la population active n’aug-
du contingent. Cet équilibre est exprimé ici en variations absolues moyennes annuelles.
mente que faiblement sous l’effet
Lecture : Au cours de la période 1990-1999, la population active lorraine a augmenté en moyenned’un solde migratoire régional for-
d'environ 6 000 actifs supplémentaires en rythme annuel. L'augmentation des actifs travaillant en
tement déficitaire qui s’ajoute à la dehors de la région représente plus de la moitié de cette augmentation, contre seulement un peu
plus d'un tiers pour ceux ayant trouvé un emploi dans la région. Par ailleurs un nouvel actif sur six
baisse générale des taux d’activi- était au chômage en 1999. La fin du service militaire obligatoire explique la contribution non
négligeable et négative des militaires du contingent à l'évolution de la population active au cours deté (allongement de la scolarité et dé-
cette période.
parts à la retraite plus précoces).
Source : Insee, Saphir- Recensements de la population
Il faudra attendre, pour la
Lorraine, la brève période
EMPLOI : DE L’AUTONOMIE VERS UNE DÉPENDANCE DE PLUS1968-1975 pour observer un
EN PLUS FORTE VIS À VIS DES BASSINS D’EMPLOIS EXTÉRIEURS
cercle vertueux de croissance qui
Évolution des taux d’emploi en Lorraineassociera très forte
de l’emploi tertiaire, premiers dé- 100 Taux d’emploi (%)
veloppements des industries de
Taux d’emploi 1reconversion sous l’impulsion de
l’Etat et forte augmentation de la
95
population active. Entre 1968 et
1975, l’emploi total augmente
ainsi de 3,3%, la population ac-
90
tive de 6% et la totale Taux d’emploi 2
de 2,4%.
85
Les années de crise :
vers un ajustement
80régressif du marché
1960 1965 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000
du travail
Taux d’emploi 1 : Emploi / population active occupée
Taux d’emploi 2 : Emploi / population active
Les quinze années de crise indus-
Lecture : alors qu’au début des années soixante la Lorraine offrait 97 emplois pour 100 actifs,
40 ans plus tard, elle n’offre plus que 81 emplois pour 100 actifs.trielle (1975-1990) ont profondé-
ment affecté le fonctionnement du Source : Insee, Saphir- Recensements de la population
2Les années 1975-1982 (2) consti marché du travail s’ajuste «par le d’activités, le poids des industries-
tuent une rupture par rapport aux bas». Seul l’essor du travail fron en difficultés étant plus faible.-
années précédentes. Alors que la talier, vers l’Allemagne puis vers
population active continue d’aug le Luxembourg, contribue à Sur la période 1993-2000, ses-
menter (+6 200 par an) sous l’effet contenir le chômage dont le taux potentialités de croissance de la
de l’arrivée massive de jeunes sur rejoint le taux moyen national. valeur ajoutée (3,2% par an en va-
le marché du travail, du développe leur) ont ainsi été très proches de- Au sortir de ces années de crise,
ment de l’activité féminine, et mal la croissance moyenne nationale- la Lorraine apparaît plus dépen-
gré les départs nets d’actifs qui (3,4% par an), compte tenu de ladante des pôles d’emploi exté-
sont à leur maximum (8 500 per répartition de ses activités. Le lé- -rieurs. Alors que l’économie
sonnes par an), l’économie perd ger déficit de croissance ob-régionale offrait plus de 97 em La Lorraine-
3 400 emplois par an. Le chô servée (2,6% pour un potentiel de- plois pour 100 actifs en 1960, n’apparaît plus
mage augmente et le taux de chô 3,2%) s’explique par des perfor- -quarante ans plus tard, elle handicapée
mage passe alors au dessus du mances inférieures à la moyennen’offre plus que 81 emplois pour par son
taux moyen national. Les départs française sur certaines activités100 actifs. portefeuille
de familles se traduisent par une bien représentées dans la ré-d’activités
baisse sensible de la population as gion : métallurgie, transports,-
Le nouveau visage desociée à un effritement du solde services opérationnels, équipe-
la Lorraine : croissancenaturel. ment du foyer, équipement méca-
nique, industries agricoles etet diversificationLa période 1982-1990 voit la
alimentaires. Inversement, d’au-poursuite du déclin de l’emploi à Les années quatre-vingt-dix voient
tres activités importantes de spé-un rythme plus élevé (-4 700 em- la Lorraine renouer durablement
cialisation régionale ont
plois par an), concomitant avec un avec la croissance de la produc-
enregistré des croissances de va-fort développement de la produc- tion et de l’emploi, à l’exception
leur ajoutée supérieures aux évo-tivité apparente du travail. Les de courtes périodes de ralentis-
lutions nationales : automobile,départs d’actifs puisent dans la sement économique. Si la crois-
chimie et caoutchouc-matièrespopulation active qui n’augmente sance du PIB régional reste
plastiques, construction, com-plus et la population lorraine sensiblement inférieure à la crois-
merce de détail, industrie du boiscontinue de diminuer. La progres- sance nationale (1,9% par an en
et du papier.sion du chômage ralentit et le volume contre 2,4% en moyenne na-
tionale sur la période 1993-2000), Au sortir des années de restruc-
(2) L’examen des conditions d’ajuste ce qui explique largement l’évolu turation et de reconversion indus- - -
ment du marché du travail, entre res- tion plus modérée de l’emploi (1% trielle, la Lorraine fait aujourd’hui
sources et emplois de la population
contre 1,4%), il apparaît sur la dé partie des régions à l’économie-
active n’est possible qu’entre deux re-
cennie que la Lorraine ne semble bien diversifiée. Encore très in-censements. La périodicisation retenue
quasiment plus souffrir d’un han dustrielle, la région a vu se déve- -ici n’est donc pas très fine sur le plan de
la chronologie exacte. dicap tenant à son portefeuille lopper les services dans le
LA FAIBLE CROISSANCE DU PIB LORRAIN PÈSE SUR L’EMPLOI
Évolution du PIB et de l’emploi Lorraine France 1982-2000
150 Base 100 1982
140
130
PIB France
PIB Lorraine
120
110
Emploi France
100
Emploi Lorraine
90
années
80
1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000
Champ : ce graphique raccorde deux séries d’estimation (avant et après 1990) du PIB régional, selon deux bases différentes.
Note de lecture : le PIB lorrain est en 2000 1,3 fois plus important qu’il ne l’était en 1982.
Source : Insee, Comptes régionaux (données provisoires 1998-2000) et estimations d’emploi en fin d’année - PIB en volume aux prix de 1980
3prolongement des activités de rain. Longtemps marqué par un fécondité vers un niveau proche de
production : transports et logis déficit migratoire fortement défici deux enfants par femme. Ces deux- -
tique, services opérationnels aux taire associé à un fort excédent conditions ne sont pas a priori ir-
entreprises, agences de travail in naturel, le nouveau régime démo réalistes.- -
térimaire. Ces activités, très liées graphique associerait, autour deDes services S’agissant de l’hypothèse de fécon-
aux industries fortement interna 2010-2015, déficit naturel et défi- -aux entreprises dité, le scénario tendanciel main-
tionalisées souvent inscrites dans cit migratoire. Le déclin démogra-surtout liés tient une fécondité basse
des logiques de croissance inten phique lorrain serait alors- à la production correspondant à un indicateur
sive (croissance de la valeur ajoutée, comparable à celui des régionsmatérielle conjoncturel de fécondité (3) des
gains de productivité apparente du Champagne-Ardenne, Auvergne et femmes lorraines inférieur à la
travail, rationalisation de l’emploi), Limousin. moyenne nationale. L’observation
confèrent à l’économie lorraine Face à ce scénario tendanciel de
une assez grande sensibilité de déclin, l’examen des conditions
l’emploi à la conjoncture. (3) L’indicateur conjoncturel de fécondid’une stabilisation de la population -
té donne le nombre d’enfants que met-lorraine est éclairant. En 2020, la
trait au monde une génération fictive de
stabilisation de la population supUn scénario -
femmes qui aurait au cours de leur vie
pose une poursuite de la réductionde stabilisation féconde des taux de fécondité par âge
du déficit migratoire accompagnée identiques à ceux observés au cours dede la population ?
l’année donnée.d’une remontée progressive de la
Le retour de la croissance de l’em-
ploi en Lorraine, dans les années UN DÉCALAGE TRANSITOIRE DES MATERNITÉS
POUR LES LORRAINES DE PLUS DE 30 ANSquatre-vingt-dix, s’est accompagné
Évolution des taux de fécondité selon l’âge des femmesd’une légère remontée des arri-
0,20 Taux de fécondité par âgevées de population et d’une réduc-
tion du déficit migratoire qui ont
Lorraine 1975
0,15permis une stabilisation de la po- France 1999
pulation, malgré la baisse de l’ex-
France 1975
cédent naturel. 0,10
Lorraine 1999Pour autant, la poursuite des com-
0,05portements de fécondité et de mi-
gration de cette période se
0traduirait par une perte de
20 25 30 35 45 5015 40
âge de la mère80 000 habitants en 2020. Ce
scénario consacrerait une rupture
Source : Insee - Recensements de la population - État-civil
dans le régime démographique lor-
LA POPULATION LORRAINE EN 2020 SELON DEUX SCÉNARIOS
SCÉNARIO DU DÉCLIN DÉMOGRAPHIQUESCÉNARIO CENTRAL D'ÉVOLUTION DE LA POPULATION
LORRAIN CONTENULORRAINE
Variation annuelle moyenne de la populationVariation annuelle moyenne de la population
80008000
6000 6000
4000 4000
2000 2000
Variation totale
Solde naturel0 0
Solde migratoire-2000 -2000
-4000 -4000
-6000 -6000
-8000 -8000
1990- 2000- 2005- 2010- 2015- 1990- 2000- 2005- 2010- 2015-
2010 20101999 2005 2015 2020 1999 2005 2015 2020
décennie 1990-1999 et périodes de projectiondécennie 1990-1999 et périodes de projection
Le scénario central maintient les taux de fécondité par âge Ce scénario, moins pessimiste que le scénario central,
des femmes lorraines observés en 1999, fait évoluer les explore l’hypothèse d’un relèvement des quotients de fécondité
quotients de mortalité par âge parallèlement à la tendance nationale aboutissant en 2020 à un quasi-renouvellement des générations.
et maintient les quotients migratoires moyens par âge Il suppose aussi une amélioration du déficit migratoire
de la période 1990-1999. de l’ordre de 2500 personnes par an.
Source : Insee - Recensements de la population - Omphale
4des taux de fécondité par âge dérée (4), permettrait de voir le des tensions sur les ressources
montre que les jeunes lorraines de déficit global passer de 7 200 per en main-d’œuvre. Les opportuni- -
moins de 27 ans ont désormais sonnes par an à 4 700. Cela suffi tés d’emploi frontalier pourraient-
leurs enfants au même âge que rait, conjugué avec l’amélioration ainsi entrer en concurrence avec
dans les autres régions, si bien de la fécondité, à repousser le dé l’emploi dans les entreprises loca- -
qu’elles ont encore peu procréé. clin démographique lorrain au delà les, cela d’autant que les salaires
Par contre, les Lorraines de plus de 2015. nord lorrains ne semblent pas tou-
de 30 ans ont eu tendance à avoir chés par un effet de contagion de
leurs enfants plus tôt que la proximité à la hausse.L’activité féminine :
moyenne des femmes françaises, A côté de la remontée de l’activitédes réserves pour
si bien qu’elles font actuellement des personnes de 55 à 59 ans, lerepousser la baissemoins d’enfants. Au total, la fécon- développement de l’activité féminine
de la population activedité des femmes lorraines apparaît constitue un potentiel deUn potentiel de
transitoirement en retrait par rap- A l’horizon 2020, la population ac main-d’œuvre significatif, notamment- main-d’oeuvre
port à ce que l’on observe au ni- tive lorraine perdrait 98 000 per dans les territoires du nord de la- féminine
veau national. Cette configuration, sonnes dans le cadre du scénario Lorraine et permettrait de limiter lapour
qui a accompagné la montée de démographique central (voir supra) baisse de la population active.le Nord lorrain
l’activité des femmes dans la ré- et des hypothèses nationales d’ac-
gion, explique la faiblesse de l’indi- tivité (5). La population active com- Les opportunitéscateur conjoncturel de fécondité. Il mencerait à baisser dès 2005 du
de diversificationest possible que ce dernier aug- fait du non remplacement complet
mente légèrement dans les an- dans les servicesdes générations partant à la re-
nées à venir, avec plus de traite par des jeunes arrivant sur Le mouvement de tertiarisation de
naissances au-delà de 30 ans chez le marché du travail, et singulière- l’économie a vu passer la Lorraine
les jeunes femmes qui ont différé ment en Lorraine, du fait des dé- de la troisième région industrielle
la venue de leurs enfants, à la dif- parts importants de jeunes actifs et douzième région tertiaire en
férence de leurs aînées. intervenus surtout entre 1975 et 1975, à la huitième région indus-
S’agissant de l’hypothèse portant 1990 et qui manquent à l’appel trielle et tertiaire 25 ans plus tard.
sur les comportements migratoi tout au long de leur vie active.- Cette évolution, vers un profil
res, l’amélioration de l’attractivité proche de Rhône-Alpes, s’est faite
de la région sur les jeunes actifs, La moitié de cette baisse de popu- dans un contexte de réduction glo-
souvent accompagnés d’enfants, lation active concernerait les zones bale de l’emploi lorrain (-5,2% sur la
observée entre 1990 et 1999, ré d’emploi du nord de la Lorraine :- période 1975-1999), d’une baisse
duit substantiellement le déficit mi Longwy, Thionville, Briey, Bassin- massive de l’emploi industriel (-43%
gratoire projeté dans le scénario Houiller et Sarreguemines. Ces sur la période) et d’une croissance
central. Une réduction supplé territoires particulièrement concer- - modérée de l’emploi tertiaire
mentaire du déficit migratoire pour nés par le développement du tra- (+39% pour une évolution moyenne na-
ces jeunes actifs, d’amplitude mo vail frontalier risquent de connaître- tionale de 53%).
Le développement du tertiaire lor-
DES TAUX D’ACTIVITÉ FÉMININS rain s’est ainsi réalisé dans un
S’ALIGNANT SUR LES TAUX NATIONAUX contexte peu porteur, tant sur le
plan industriel que démographique,Taux d’activité des femmes en 1962 et 1999
ce qui explique sans doute que la
Taux d’activité pour 10001000
900
France 1999 (4) Cette réduction du déficit migratoire
800 supposerait une augmentation de 16%
des arrivées à départs constants, ou700
Lorraine 1999
une diminution des départs de 11% à
600 arrivées constantes. Toute autre combi-
naison comprise entre ces deux extrê-500
France 1962
mes aboutit au même résultat. Ainsi une
400 augmentation de 6,4% des arrivées et
une réduction de 6,7% des départs300
améliore le déficit migratoire annuel
Lorraine 1962200 moyen de 2500 personnes.
100
(5) Ces hypothèses prolongent les ob-
Âge
0 servations des dernières enquêtes em-
17 22 27 32 37 42 47 52 57 62 ploi nationales : arrêt de la baisse de
l’activité des jeunes du fait des études et
Lecture : la courbe représente pour une date donnée (ici 1962 ou 1999)
la proportion de femmes actives dans une même classe d’âge des plus de 50 ans, hausse des taux
au cours d’un même recensement.
d’activité des femmes de plus de 45 ans
et essoufflement de la hausse des tauxSource : Insee, Saphir - Recensements de la population
d’activité des femmes plus jeunes.
5croissance de l’emploi associé est
LA CROISSANCE DES SERVICES À LA POPULATION PÉNALISÉE
restée parmi les plus faibles des
EN LORRAINE PAR L’ATONIE DE LA DÉMOGRAPHIE
régions françaises, devant Cham-
Évolution de l’emploi dans les services aux particuliers et démographie (1989-1999)pagne-Ardenne.
Évolution de l’emploi total (en %)
35S’agissant des services liés aux
MIDI-PYRENEES
LANGUEDOC-ROUSSILLONentreprises, la Lorraine a acquis
30
de fortes spécificités dans les NORD-PAS-DE-CALAIS ALSACE
services opérationnels (location 25
de main d’œuvre, sécurité, net-
AQUITAINE PROVENCE-ALPES-COTEPOITOU-CHARENTES
20 D'AZURtoyage) et la logistique (transport
CHAMPAGNE-ARDENNE ILE-DE-FRANCE
AUVERGNEroutier de marchandises notam FRANCHE-COMTE- RHONE-ALPESHAUTE-NORMANDIE
15 PICARDIE
LORRAINEment). En revanche, elle apparaît PAYS DE LA LOIREBASSE-NORMANDIE
BRETAGNE
peu présente dans les services
10
LIMOUSIN BOURGOGNE CORSE«supérieurs» (conseil, audit, servi-
CENTRE5ces informatiques), particulière-
ment dynamiques en moyenne
Évolution de la population (en %)
0nationale, du fait notamment de -2 02468 10-4
sa forte dépendance vis-à-vis de
Note de lecture : sur la période 1990-1999 à un point de croissance de la population
centres de décision externes à correspondait 1.3 point de croissance de l’emploi dans les services aux particuliers.
Taux d’évolution de l’emploi = 1,3 X taux d’évolution de la population + 13,3la région (groupes nationaux et
Source : Insee - Recensement de la population 1990 et 1999étrangers).
Au total, les services lorrains aux conciliation de la vie familiale et Des atouts à l’échelle
entreprises sont très tournés vers de la vie professionnelle. Créa- eurorégionale
l’accompagnement de la produc- tion d’emplois, attractivité sur
Au cœur de l’Europe rhénane, lation matérielle, dans les logiques les jeunes actifs, enrayement du
Lorraine dispose d’un positionneactuelles de fonctionnement de -déclin de la population active et
ment géographique privilégié. Sal’appareil productif : externalisa- stabilisation démographique,
grande superficie et sa proximitétion de fonctions non stratégi- constituent quatre grands défis
des régions les plus créatricesques, flexibilité du travail, pour la Lorraine, défis qui ramè-
de richesses par habitant sur sadéveloppement du juste-à-temps. nent tous à la question de l’ac-
façade nord-est, son tempsAu sein des services «supé- compagnement de la montée de
moyen d’accès aux autres rérieurs», seule la recherche pu -- l’activité féminine.
gions européennes (huitième rangblique, bien développée en
du palmarès de l’accessibilité des réLorraine, s’inscrit dans une lo --
Ces grands enjeux internes à la gions), constituentgique d’investissement immatériel
région peuvent tirer parti des autant de facteurs favorablesà long terme.
atouts existants à une échelle pour permettre à la Lorraine de
S’agissant des activités de servi- plus vaste. tirer partie des effets d’entraîne-
ces marchands liées aux ména-
ges, la faiblesse de la LA LORRAINE A BIEN PROFITÉ
démographie lorraine a constitué DE LA DERNIÈRE PÉRIODE DE CROISSANCE
un frein à leur développement. Classement des régions selon la croissance du PIB (en valeur, entre 1996 et 1999)
et leur proximité avec la LorraineLes activités d’hôtellerie-restaura-
Taux de croissance annuel moyen du PIB entre 1996 et 1999 (%)
tion, de services personnels et Hors échelle : South East et Greater London (+15%)
9
LUXEMBOURGdomestiques, les activités récréa- Développement
(GRAND-DUCHE)8tives et culturelles, créatrices possible
NAMUR
FREIBURG
7d’emplois, apparaissent sous-re- des services
CHAMPAGNE- LUXEMBOURG (B)
SAARLANDprésentées dans la région. ARDENNE6aux ménages
FRANCHE-COMTE
RHEINHESSEN-
5
PFALZCette sous-représentation, rela- ALSACE
4tivement aux autres régions
KARLSRUHELIEGE
françaises, recèle des potentiali 3-
KOBLENZ
tés de développement. Pratique- 2 LORRAINE
ment, elles s’inscrivent dans un
1
TRIERavenir qui verra augmenter les
0
besoins de services d’une popu-
-1lation vieillissante, notamment 0 10 2030 4050 6070 80
Classement des régions (NUTS2) selon le taux de croissance du PIBdans les espaces ruraux, mais
aussi dans les opportunités de
Lorraine
Régions à moins de 200 km de la Lorrainecréation d’activités qu’offre la
Régions entre 200 km et 500 km de la Lorraine
montée de l’activité féminine, no-
Source : Eurostat-Newcronos, mai 2002, données niveau NUTS2tamment autour de l’enjeu de
6EMPLOIS DANS LES SERVICES À HAUTE INTENSITÉ EN CONNAISSANCE
État
Régions
Nombre d’emplois
à forte intensité en connaissance
(en milliers)
2 000
670
Part des emplois à haute intensité
en connaissance dans l’emploi total
(en %)
52
38
32
28
24
19
13
Pour rendre compte de l'interaction indirecte entre industrie et services, Eurostat propose une définition large des services de pointe, ceux à forte intensité en connaissances :
transports par eau, transports aériens et spatiaux, postes et télécommunications, intermédiation financière, immobilier, location et services aux entreprises, éducation,
santé et action sociale, activité récréatives, culturelles et sportives, activités de radio et de télévision, bibliothèques, archives, musées…
Source : Eurostat-Newcronos, mai 2002, données niveau NUTS2 sauf Royaume Uni (NUTS1)
7
© Insee-Gisco-EurostatLA LORRAINE DANS LE GROUPE DES RÉGIONS JEUNES
Classement des régions selon la part des moins de 25 ans dans la population
(en 1998) et leur proximité avec la Lorraine
Part des moins de 25 ans dans la population en 1998 (%)
38 LUXEMBOURG (B) ALSACE
CHAMPAGNE- FRANCHE-COMTE FREIBURG
ARDENNE
LIEGE TRIER
34 LUXEMBOURG
KOBLENZ(GRAND-DUCHE)
LORRAINE RHEINHESSEN-
PFALZNAMUR
30
KARLSRUHE
SAARLAND26
22
0 1020 30405060 70 80
Classement des régions (NUTS2) selon la part des moins de 25 ans
Lorraine
Savoir plus : Régions à moins de 200 km de la Lorraine
Régions entre 200 km et 500 km de la Lorraine
Source : Eurostat-Newcronos, mai 2002, données niveau NUTS2
“La Lorraine face à son avenir”
Ouvrage réalisé en partenariat avec
l’Institut Lorrain d’Études et d’Évalua-
ment de la grande dorsale de un taux d’évolution moyen de sontion (IL2E)
«hautes pressions» économi PIB en valeur de 2,6% entre 1996-
Format 26x19 - 184 pages, 31 car- ques de l’Europe. Cela explique et 1999. Cette performance est
tes, graphiques - Juin 2003.
son penchant naturel pour un supérieure à celle de la plupart des
Disponible à l’Insee Lorraine au prix
développement tourné vers la régions allemandes proches et lede 27 euros.
Belgique, le Luxembourg et l’Alle Luxembourg apparaît comme le-
magne. Partie prenante d’un moteur de la zone. Cette évolution
grand axe de trafic de marchan récente peut suggérer des possibi- -Ministère de l’Économie,
dises nord-sud, avec le Rhin su lités de rattrapage pour la Lorrainedes Finances et de l’Industrie -
Insee périeur, qui relie Amsterdam et et renforcer sa position au sein de
Institut National de la Statistique Francfort à l’Italie et à l’Espagne, l’espace rhénan-lotharingien.
et des Études Économique la Lorraine dispose d’un atout Si un rythme régulier de crois-Direction Régionale de Lorraine
important et durable au service15 rue du Général Hulot sance, compte-tenu de la sensibili-
de son ambition logistique.CS 54229 té de la Lorraine au cycle
54042 NANCY CEDEX
Pour autant, ces conditions favo économique liée à ses structures-
Tél : 03 83 91 85 85
rables, conjuguées à la masse d’activités, constituerait unFax : 03 83 40 45 61
respectable de son PIB parmi les contexte favorable, de solideswww.insee.fr/lorraine
régions européennes proches, se atouts dans la compétition spatiale
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION sont traduites dans les années existent.
Jean-Paul FRANÇOIS
récentes par un bilan mitigé, qui
Directeur régional de l’Insee A l’échelle des cinq cent kilomè-
pose la question de la place de la tres, la Lorraine dispose d’une po-
RÉDACTEUR EN CHEF Lorraine dans la compétition et la pulation encore relativement jeune,
Joël CREUSAT polarisation des territoires. d’une recherche publique impor-William ROOS
Sur le plan démographique, la Lor tante et d’un potentiel d’offre de-
SECRÉTARIAT DE FABRICATION raine a décroché de l’ensemble des services susceptible d’être valorisé
MISE EN PAGE - COMPOSITION régions inscrites dans un rayon de en direction des régions très indus-
Marie-Odile LAFONTAINE
cinq cents kilomètres. Elle se re trielles proches.-Marie-Thérèse PERRIN
trouve en queue de peloton avec la
ATTACHÉE DE PRESSE Sarre, la Champagne-Ardenne et la Joël CREUSAT
Brigitte MILITZER Franche-Comté, tandis que le
Luxembourg, les régions de Co-ABONNEMENTS
blence, Fribourg, Rhénanie-PalatinatMyriam PUJOL
et l’Alsace connaissaient une forte
Code SAGE : EL4P0840 croissance de leur population.
ISSN - en cours
N° à la CPPAP AD 176 Sur le plan économique, la Lor-
© INSEE 2003 raine a bien tiré parti de la der-
nière période de croissance, avec
8

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.