La région Centre en Europe : forces et faiblesses au regard de la stratégie Europe 2020

De
Publié par

Au regard des objectifs de la stratégie Europe 2020 et comparée aux autres régions européennes, la région Centre bénéficie de plusieurs atouts : une croissance démographique soutenue par une natalité affirmée, un taux d’emploi élevé, notamment pour les femmes, un taux de chômage limité, un potentiel important de recherche et d’innovation, une pauvreté contenue. Elle a cependant des efforts à fournir en matière d’emploi des seniors, d’éducation, d’attractivité des étudiants, d’adaptation au changement climatique et de dynamisme économique.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 83
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins

Préfecture
de la région Centre
n°179
Juin 2012
La région Centre en Europe :
forces et faiblesses au regard de la stratégie Europe 2020
Au regard des objectifs de la stratégie Europe 2020 et comparée aux
autres régions européennes, la région Centre bénéficie de plusieurs
atouts : une croissance démographique soutenue par une natalité
affirmée, un taux d’emploi élevé, notamment pour les femmes, un taux
de chômage limité, un potentiel important de recherche et d’innovation,
une pauvreté contenue. Elle a cependant des efforts à fournir en
matière d’emploi des seniors, d’éducation, d’attractivité des étudiants,
d’adaptation au changement climatique et de dynamisme économique.
photo : demetentreprises.wordpress.com
La stratégie de Lisbonne, adoptée Positionnement du Centre
en 2000 et arrivée à échéance en parmi les régions européennes
juin 2010, devait faire de l’Union %Accroissement intensité énergétique
européenne « l’économie de la 100Taux d'activité des 35-44 ans Emploi des seniors
connaissance la plus compétitive et 90
Solde naturel Croissance du PIB80la plus dynamique du monde ».
70Dans le contexte actuel de crise
Taux de pauvreté 60 Décrochage scolaireéconomique et de réduction des
50
déficits publics, les ambitions des 40
années 2000 ont dû être révisées Emploi des femmes Solde migratoire30
20afin de recentrer la stratégie sur la
10croissance et l’emploi.
Revenu disponible 0 PIB par habitantLa stratégie Europe 2020, pro-
posée par la Commission euro-
péenne début 2010, fixe l’objectif Part des énergiesDépenses de R&D
de transformer l’Union européenne renouvelables
à l’horizon 2020 en une « éco-
Part diplômés du supérieurTaux de chômagenomie intelligente, durable et inclu-
des jeunes parmi les 30-34 ans
sive avec des niveaux d’emploi, de
Chômage de longue duréeCroissance de la populationproductivité et de cohésion sociale
PIB par emploiélevés ». Séparées par dix ans de Taux d'emploi des 20-64 ans
Taux de chômagechangements rapides et par une
Note de lecture : plus la valeur est élevée, mieux la région est positionnée, selon les principaux indicateurs deimportante crise économique, ces la stratégie de Lisbonne et d'Europe 2020. Par exemple, la région Centre se classe mieux que 60 % des
régions européennes par rapport au taux d'emploi des 20-64 ans.deux stratégies partagent des ob-
Sources : Eurostat ; Inseejectifs proches, la stratégie Europe
2020 ajoutant la double priorité de
transformer l’Union en une « éco- aux fonds européens, les pouvoirs loppement économique et social,
nomie verte » et de lutter contre publics régionaux financent des ac- donnant un rôle majeur aux régions
l’exclusion et la pauvreté. Grâce tions locales en matière de déve- dans la construction européenne.
1Taux d'emploi des 20-64 ans en EuropeLe taux d’emploi proche
de l'objectif
Taux d'emploi
des 20-64 ansUn des moteurs de la croissance
en 2010 (%)
européenne est d’encourager une
75
économie à fort taux d’emploi, favo- 71
66risant une cohésion sociale et terri-
58
toriale. L’Union européenne s’était
Pays hors UEfixé, à travers la stratégie de Lis-
bonne, l’objectif d’atteindre un taux
d’emploi des 15-64 ans de 70 %. En
2010, ce taux s'élève à 67 % en ré-
gion Centre, supérieur à la médiane
des régions européennes (65,4 %),
mais inférieur à la cible.
La stratégie Europe 2020 fixe un
objectif de 75 % pour le taux d’em-
ploi des 20-64 ans. En 2010, ce
taux atteint 72,4 % en région
Centre, dépassant de près de
3 points le taux d’emploi médian
européen. Le Centre bénéficie ain-
si avec Midi-Pyrénées du taux
d’emploi le plus élevé des régions
françaises. Légèrement impacté
par la crise économique, le taux
d’emploi régional augmente cepen-
dant depuis dix ans et semble en
bonne voie pour atteindre l’objectif Source : Eurostat
en 2020. Un quart des régions eu-
ropéennes atteint la cible dès 2010, France : 60 ans, puis 62 ans depuis âgés : dispositifs de préretraite, dis-
principalement dans les pays du juin 2010, contre 67 ans en Suède penses de recherche d’emploi,
nord : toutes les régions suédoises, et en Allemagne et 65 ans au avancement de l’âge légal de la re-
les deux tiers des régions autri- Royaume-Uni. Il s’explique égale- traite. Les comportements ont
chiennes et hollandaises, près de ment par la difficulté des seniors, changé mais leur empreinte cultu-
la moitié des régions allemandes, bien qu’ils soient plus expérimen- relle reste forte. Le plan d’action en
britanniques et danoises. tés, à retrouver du travail après une faveur de l’emploi des salariés âgés,
erperte d’emploi. En effet, jusqu’à la entré en vigueur le 1 janvier 2010, a
fin des années 1990, les pouvoirs pour objectif de contribuer au main-Faiblesse de l'emploi
des seniors publics ont pris des mesures visant tien en emploi des seniors, astrei-
à accélérer le départ des plus gnant les entreprises de plus de 50
La région Centre n’atteint pas en-
core l’objectif en raison de la fai-
Principaux indicateurs sur le marché du travail en 2010blesse de l'emploi des 55-64 ans.
%La stratégie de Lisbonne visait le
Positionseuil de 50 % de seniors en emploi Médiane Médiane
Région de laen 2010, quand la région Centre régions régions
Centre région
françaises européennes 1n’en comptait que 40 %. Ce taux a en Europe
certes fortement progressé au dé-
Taux d'emploi des 15-64 ans 67,0 64,8 65,4 +
but des années 2000, mais stagne
dont taux d'emploi féminin des 15-64 ans 65,2 60,6 60,7 +
depuis le milieu de la décennie. dont taux d des 15-24 ans 36,6 32,7 32,7 +
Près de 45 % des régions euro- dont taux d'emploi des 55-64 ans 40,0 38,4 47,0 -
péennes atteignent cet objectif dès Taux d'emploi des 20-64 ans 72,4 69,5 70,1 +
2010, notamment en Suède, au 72,3 70,7 72,3 =Taux d'activité des 15-64 ans
Royaume-Uni et en Allemagne, où dont taux d'activité des 15-24 ans 43,7 41,5 42,9 =
le taux d’emploi des seniors varie dont taux d des 25-34 ans 90,8 88,7 85,7 ++
dont taux d'activité des 35-44 ans 93,2 90,7 88,4 ++entre 60 % et 70 %.
dont taux d des 45-54 ans 91,3 88,1 85,2 ++Le faible taux d’emploi des seniors
dont taux d'activité des 55-64 ans 42,3 40,7 50,1 -dans le Centre, comme dans les
Taux de chômage des plus de 15 ans 7,3 8,7 8,4 +autres régions françaises, s’ex-
dont taux de chômage 15-24 ans 16,2 21,1 20,3 +plique en partie par un âge de dé-
1 Positionnement de la région : ++ très élevé + assez élevé = similaire à la médiane européenne - assez faible -- très faiblepart àlaretraiteplusprécoce en
Source : Eurostat
2 2
©IGN 2011 - Insee 2012salariés à adopter un plan d’action Un éclairage sur la politique de cohésion européenne
spécifique par un accord de
La Préfecture de région et la Région Centre ont souhaité nouer un par-branche. Six domaines d’action
tenariat avec l’Insee afin de disposer d’une analyse sur le positionne-sont privilégiés : l’anticipation de
ment du territoire régional au regard des objectifs de la Stratégie Europel’évolution des carrières, l’améliora-
2020. Celle-ci sera notamment mise en œuvre à travers la politique detion des conditions de travail, l’ac-
cohésion européenne 2014-2020 qui se concrétisera à l’échelle des ré-cès à la formation, l’aménagement
gions par l’intermédiaire des fonds structurels. En pointant les atouts etdes fins de carrière, le recrutement
faiblesses du Centre au regard des autres régions européennes, en dé-des salariés âgés et la transmission
gageant ses principales évolutions, l’étude apporte aux services dedes compétences par le tutorat.
l’État et à la Région des éléments de référence utiles pour l’élaboration
de la future programmation de ces fonds.Une proportion importante
de femmesetdejeunesen
La Préfecture de région et la Région Centreemploi
En revanche, avec un taux d’emploi le Centre, ce seuil est atteint depuis très différents, beaucoup de régions
des femmes de 15 à 64 ans de 2003. Certaines régions du sud de du nord de l’Europe (en Allemagne,
65,2 %, la région Centre, comme l’Europe ont des taux très faibles, aux Pays-Bas, en Suède, au
plus de la moitié des régions euro- inférieurs à 40 %, notamment en Royaume-Uni ou en Finlande) ont
péennes, respecte l’objectif de Lis- Italie, en Grèce et en Espagne. Au des taux d’emploi féminin très éle-
bonne fixé à 60 % pour 2010. Dans contraire, du fait de modes de vie vés, supérieurs à 70 %.
Une démographie dynamique par l’effet cumulé d’un excédent naturel et d’un apport migratoire
Avec 2,5 millions d’habitants en 2008, le pourtant la région française où les Les actifs potentiels (20-59 ans) sont par
Centre appartient au quart des régions les mouvements migratoires sont les plus conséquent sous-représentés par rap-
port aux autres régions européennes.plus peuplées, mais est également l'une nombreux, mais le nombre élevé d’en-
Les 20-39 ans en particulier ne repré-des plus vastes, d'où sa faible densité. trées est compensé par des sorties im-
sentent que 24,2 % de la population duAvec 64,8 habitants par km², il appartient portantes.
Centre, contre 27,8 % en Europe. Le ra-au quart des régions les moins denses.
tio de dépendance économique de la ré-Avec un taux d’accroissement annuel La région Centre, grâce à son excédent
gion (93 inactifs potentiels pournaturel, bénéficie d’une part importantemoyen de 0,5 % entre 1999 et 2008, la
100 actifs potentiels) est ainsi parmi lesde jeunes de moins de 20 ans dans sarégion Centre bénéficie d’une crois-
plus élevés en Europe, ce qui risque depopulation : 24,1 % contre 21,9 % en Eu-sance de population supérieure à la mé-
rope. Mais la proportion de seniors, su- contribuer aux difficultés de financementdiane européenne (0,3 %). En France,
par les actifs du système de protectionpérieure à la médiane européenne, estelle est la plus dynamique des régions li-
sociale et du système de retraite.équivalente à celle des jeunes : lemitrophes de l’Île-de-France.
Centre compte alors un jeune de moins Le profil par âge du Centre se rapprocheLa population régionale augmente par
de celui de régions comme la Bretagnede 20 ans pour un senior de plus del’effet cumulé d’un excédent naturel et
et la Basse-Normandie, des régions du60 ans. Ainsi, même vieillissante, lad’un apport migratoire. L’accroissement
région garde une démographie dyna- sud de la Suède hors Stockholm et de ré-naturel, dû à un excédent des naissan-
gions britanniques (Yorkshire, Shrops-mique grâce à sa proportion élevée deces sur les décès, contribue pour 0,3 % à
hire, Essex, Hampshire, pays de Gallesjeunes.la croissance démographique, une va-
occidental).
leur bien supérieure à la médiane euro-
péenne : la moitié des régions voit sa Principaux indicateurs démographiques en 2008
population diminuer sous l’effet du solde
Médiane Médiane Position de
naturel, et seulement un cinquième des Région
régions régions la région
Centre 3régions a un taux de croissance dû au françaises européennes en Europe
solde naturel plus élevé. Le Centre, à l’i-
Population totale (en milliers) 2 532 2 126 1 482 +
mage de la France, bénéficie en effet Densité de population (habitants/km²) 64,8 89,2 124,7 --
d’un taux de fécondité parmi les plus Évolution de la entre 1999
0,46 0,62 0,30 +et 2008 (%)hauts d’Europe. Le renouvellement des
dû au solde naturel (%) 0,25 0,27 - 0,02 ++générations est ainsi assuré, contraire-
dû au solde migratoire (%) 0,21 0,29 0,26 =ment à d’autres pays où les taux de fé-
Part des moins de 20 ans (%) 24,1 24,2 21,9 ++condité sont critiques : Lettonie,
Part des plus de 60 ans (%) 24,0 23,9 23,2 +Portugal, Hongrie, Allemagne. L’excé-
Part des plus de 80 ans (%) 5,8 5,6 4,6 ++
dent migratoire de la région contribue
1Indice de vieillesse 100 98 106 =
également à son accroissement démo- 2Indice de dépendance économique 93 90 81 --
graphique, à hauteur de 0,2 %, même si
1 Personnes de plus de 60 ans pour 100 jeunes de moins de 20 ans
celui-ci est légèrement plus faible que la 2 P de moins de 20 ans et de plus de 60 ans pour 100 personnes de 20 à 59 ans
3 Positionnement de la région : ++ très élevé + assez élevé = similaire à la médiane européenne - assez faible -- très faible
médiane européenne. Le Centre est Source : Eurostat
3Les dépenses de recherche et développementPar ailleurs, la région Centre a un
taux d’emploi des 15-24 ans parmi
les plus élevés de France. Il atteint
36,6 % en 2010, bien au-dessus de
la médiane européenne. Un taux
d’emploi élevé des jeunes est à la
fois un atout et une faiblesse : il con-
tribue à élever le taux d’emploi glo-
bal, mais s'accompagne d'une
moindre proportion de jeunes pour-
suivant des études longues, ce qui
peut nuire à la qualification de la
main-d’œuvre régionale.
Si le taux d’activité des seniors est
faible dans la région, le taux d’activi-
té des 25-54 ans est au contraire
très élevé, en particulier pour les
35-44 ans. Leur taux d’activité,
93,2 %, figure parmi les dix plus éle-
vés d’Europe, avec trois autres ré-
gions françaises : Midi-Pyrénées,
Bretagne et Limousin. Cela s'ex-
plique en partie par un taux de chô-
mage relativement faible (7,3 %) par
rapport aux autres régions françai-
ses et européennes. Le taux de
chômage des jeunes, certes plus
élevé (16,2 %), reste lui aussi nette-
ment inférieur à la médiane euro-
Source : Eurostatpéenne.
Améliorer l'intensité de Un potentiel élevé de dépenses intérieures de recherche
recherche et développement recherche et d’innovation et développement de la région pro-
à concrétiser viennent d’entreprises privées. LeL’Union européenne s’est engagée
personnel de R&D en entreprise re-à devenir l’économie de la connais- La région Centre se positionne
présente ainsi 0,7 % de l’emploi to-sance et de l’innovation la plus dans le tiers des régions européen-
tal, dont 0,4 % de chercheurs.compétitive et la plus dynamique. nes les plus dynamiques en termes
Parmi les régions comptant plus deAvec un milliard d’euros, soit 1,5 % de recherche et d’innovation, que
1 % de chercheurs en entreprisedu PIB de la région, consacré aux ce soit pour le montant de dépen- dans leurs emplois figurent des ré-dépenses intérieures de recherche ses en recherche et développe-
gions abritant une capitale ou uneet développement (R&D) publiques ment, le nombre de brevets ville importante : Copenhague, Hel-
et privées, le Centre est loin de l’ob- déposés ou la part du personnel de sinki, Stuttgart, Munich, Paris,
jectifde3%fixéparlastratégieEu- R&D dans le secteur privé. Avec 96 Vienne, Stockholm, ainsi que Tou-rope 2020, mais se place tout de brevets déposés par an en louse (Midi-Pyrénées).
même en bonne position par rap- moyenne pour un million d’habi- En complément des centres de re-
port aux autres régions européen- tants entre 2000 et 2008 auprès de cherche publics (Universités, Inra,
nes. Seule une région sur dix l’office européen des brevets (dont CNRS, BRGM...), le potentiel d’in-
atteint l’objectif : quelques régions 10 de haute technologie), près de novation des unités de recherche
de Finlande, de Suède, du Dane- deux fois plus que la médiane euro- des entreprises régionales est sti-
mark, d’Allemagne, et d’Autriche, péenne, la région confirme sa ca- mulé par la présence de six pôles
cinq pays qui consacrent une part pacité d’innovation. de compétitivité dans des domai-
plus importante de leur PIB aux dé- La performance régionale en ma- nes variés : cosmétique et parfu-
penses de recherche et développe- tière d’innovation et de recherche merie (Cosmetic Valley), sciences
ment que la France (2,2 %). se manifeste également à travers le et systèmes de l’énergie électrique
Midi-Pyrénées (4,2 %) est la seule nombre d’emplois consacrés à la (S2E2), transformation du caout-
région française à dépasser l’ob- R&D. Avec 1,2 % de ses emplois chouc (Elastopôle), durabilité de la
jectif, suivi de l’Île-de-France occupés par des personnels de ressource en eau (Dream), méca-
(2,9 %), du Languedoc-Roussillon, R&D, le Centre se situe à la mé- nique (Viaméca) et le pôle euro-
de Rhône-Alpes et de la diane des régions européennes. péen de la céramique, à vocation
Franche-Comté (2,5 %). Le Centre De plus, la région est bien classée internationale, et par plusieurs
se classe ensuite parmi les régions en ce qui concerne la recherche clusters, notamment dans les do-
privée. Plus des trois quarts des maines de l’industrie aéronautique,françaises aux taux les plus élevés.
4 4de la production pharmaceutique, Les régions n’atteignant pas l’objectif Royaume-Uni, le Danemark ou les
de l’automobile et des services aux de croissance du PIB entre 2000 et Pays-Bas. Les pays d’Europe de
entreprises. 2008 sont principalement situées en l’Est ont été très fortement impactés
France, en Italie, au Royaume-Uni, par la crise, avec une contraction du
en Allemagne et en Suède, pays qui PIB jusqu’à plus de 15 % en 2009,Une croissance économique
ralentie par la crise bénéficient toutefois d’un PIB par notamment dans les pays baltes.
habitant élevé. Comme la France, Ces pays avaient cependant connu
Avec un produit intérieur brut (PIB) ces pays ont été particulièrement de très fortes croissances aupara-
de 67 milliards d’euros, le Centre touchés par la crise. Certains pays vant, et bien qu’ils aient mis un peu
appartient au cinquième des ré- ont nettement redressé leur éco- plus de temps à sortir de la crise,
gions européennes créant le plus nomie depuis, comme la Suède et leurs PIB retrouvent des taux de
de richesse économique. Toute- l’Allemagne. Leurs PIB, après avoir croissance assez élevés après 2010.
fois, la croissance annuelle
diminué d’environ 5 % en 2009, pro-moyenne du PIB régional, 1,6 %
gressent respectivement de 5,5 % Une région moyennemententre 2000 et 2008, ne lui permet
et 3,6 % en 2010. D’autres pays ont riche mais une productivitépas d'atteindre l’objectif de 3 % fixé
plus de difficulté à sortir de la crise, du travail élevéepar la stratégie de Lisbonne,
tels la Grèce, l’Espagne ou le Portu-comme plus de la moitié des ré- Les disparités démographiques etgal. L'économie française s'est ré-gions européennes. De plus, la financières entre les pays influenttablie, mais son PIB, qui avait moinscrise économique a fortement im- sur la performance économiquediminué que celui de la plupart despacté l’économie régionale, des régions européennes. En rap-pays européens pendant la crisecomme dans le reste de l’Europe : portant la richesse créée à la popu-(- 2,7 % en 2009), n’augmente queaprès avoir augmenté de 2,0 % en lation, le Centre, avec un PIB parde 1,4 % en 2010 et de 1,7 % en2007, le PIB du Centre diminue de habitant de 23 300 SPA (Standard2011. Elle reste en deçà de l’objectif0,8 % en 2008 puis de 3,2 % en de pouvoir d’achat), se classe un
2009. Il croît à nouveau de 2,2 % en de la stratégie de Lisbonne, de peu en deçà de la médiane euro-
2010 et progresse modérément en même que plusieurs grands pays péenne. La dispersion du PIB par
2011. européens tels l’Espagne, l’Italie, le habitant est très forte au sein des
régions européennes : celui du
Principaux indicateurs économiques en 2008 Centre est 3,5 fois inférieur à celui
de Londres centre, et 3,5 fois supé-Position
Médiane Médiane
Région de la rieur à celui de plusieurs régions de
régions régions
Centre région Bulgarie ou de Roumanie.françaises européennes 3
en Europe En rapportant le PIB au nombre
PIB (millions d'euros) 67 213 54 787 33 224 ++ d’emplois utilisés pour le produire,
1PIB de SPA ) 59 101 48 174 32 693 + la région Centre se situe un peu
2Taux de croissance annuel moyen du PIB
1,6 1,8 2,6 - au-dessus de la médiane euro-en volume (%)
péenne, avec un PIB dePIB par habitant (SPA) 23 300 23 300 24 100 =
55 900 SPA par emploi. À l’instarTaux de croissance annuel moyen du PIB
2 2,1 2,3 3,3 --
par habitant (%) d’autres régions françaises, le
PIB par emploi (SPA) 55 877 57 018 55 150 = Centre bénéficie ainsi d’une pro-
Revenu primaire des ménages ductivité apparente du travail18 562 17 690 17 524 +
(en SPA par habitant)
élevée, grâce à la structure de son
Revenu disponible net des ménages 17 202 16 435 15 418 + tissu productif. En effet, malgré le(en SPA par habitant)
poids important du secteur1 Standard de pouvoir d'achat (SPA), indice apparenté à une monnaie permettant la comparaison des pays sans qu'interviennent les différences de prix
2 Taux de croissance calculé entre 2000 et 2008 non-marchand, la région dispose3 Positionnement de la région : ++ très élevé + assez élevé = similaire à la médiane européenne - assez faible -- très faible
Source : Eurostat de nombreuses activités à forte va-
Un indicateur de bien-être pour mesurer la performance économique
Partant du constat que la croissance ne profite pas à autres des travaux sur la mesure des inégalités de reve-
tous de la même manière, la commission Stiglitz sur la nus entre les ménages, sur l’appréciation subjective du
mesure des performances économiques et du progrès bien-être ou sur la mise en place d’indicateurs de dévelop-
social recommande de compléter le produit intérieur pement durable. Au niveau européen, l’Insee a joué un
brut par d’autres indicateurs, afin de mesurer le progrès rôle moteur dans la mise en œuvre du rapport Stiglitz, en
social et le bien-être des individus. Son rapport final, pu- co-pilotant avec Eurostat un groupe de parrainage chargé
blié en septembre 2009, émet de nombreuses recom- de traduire les recommandations du rapport en objectifs
mandations, axées sur trois thèmes : la prise en compte opérationnels, cohérents avec d’autres initiatives politi-
des ménages dans l’analyse économique, la mesure de ques (stratégie Europe 2020, stratégie de développement
la qualité de vie et le développement durable. durable). Ce groupe émet des préconisations pour la sta-
Au niveau national, l’Insee a traduit les recommanda- tistique européenne sur chacune des parties du rapport,
tions du rapport Stiglitz, en adaptant ses enquêtes pour adoptées en novembre 2011 par le Comité du système
y introduire de nouvelles questions et en réalisant entre statistique européen.
5leur ajoutée (pharmacie, parfu- Produit Intérieur Brut régional par habitant
merie, industrie de l’équipement,
services). La composition du tissu
productif et le fait qu’un dixième
des actifs de la région Centre oc-
cupe des emplois en Île-de-France,
souvent mieux rémunérés, expli-
quent également la position favo-
rable de la région en termes de
richesse de ses habitants. En effet,
avec 17 200 SPA en 2008, le reve-
nu disponible par habitant est net-
tement supérieur à la médiane des
régions européennes (15 400 SPA)
et même à celle des régions fran-
çaises (16 400 SPA).
Une tradition industrielle et
agricole s'atténuant au profit
des services
Avec un peu plus d’un million d’em-
plois en 2008, la région Centre re-
présente 0,5 % de l’emploi européen
et 4,1 % de l’emploi métropolitain.
Comparée aux autres régions fran-
çaises, le Centre reste très marqué
par le poids de son industrie et de
son agriculture. En effet, malgré un
ralentissement ces dernières an-
nées, la région tire encore profit de Source : Eurostat
Positionnement de la région Centre par rapport aux objectifs de la stratégie Europe 2020
La nouvelle stratégie Europe 2020 est Position de la région par rapport
Grands objectifscentrée sur trois axes : Domaines
une croissance intelligente : dévelop- aux régions aux régions à l’objectif
françaises européennesper une économie fondée sur la connais-
sance et l’innovation ; 75 % de la population entre
Emploi 20-64 ans devront avoir unune croissance durable : promouvoir
emploi
une économie plus efficace dans l’utilisa-
3 % du PIB devront êtreInnovation recherchetion des ressources, plus verte et plus consacrés à la R&D
compétitive ;
Limiter les risques deune croissance inclusive : encoura- Cohésion sociale
pauvreté ou d’exclusion
ger une économie à fort taux d’emploi fa-
vorisant la cohésion sociale et territoriale.
Le taux de jeunes ayant quitté
prématurément l’éducation et la
formation devra être inférieurHuit objectifs quantitatifs couvrant cinq
à10%
domaines d’action sont proposés pour Éducation
orienter et évaluer les progrès des pays Au moins 40 % des 30-34 ans
devront avoir obtenu un diplômeet des régions de l’Union.
de l'enseignement supérieur
ou équivalent
Note de lecture :
Réduction des émissionsLa position de la région est :
de gaz à effet de serre
Très au-dessus de 20 % par rapport à 1990
Un peu
Équivalente
Accroissement de la partUn peu en-dessous
des énergies renouvelablesEnvironnementTrès
dans la consommation finalede la médiane française,
d'énergie pour atteindre 20 %européenne ou de l’objectif
La tendance passée d’évolution de l’indicateur est : 20 % d'accroissement dans
l'efficacité énergétiqueEn augmentation
(approximé par le ratio
Stable d’intensité énergétique)
Source : Eurostat, Insee
6 6Principaux indicateurs sur l'emploi
nombre et %
Évolution des emplois 2000-2008 Répartition des emplois en 2008Nombre
d'emplois
Médiane Médiane Position Médiane Médiane Position
en Région Région Région
régions régions de la régions régions de la
Centre CentreCentre 1 1
françaises européennes région françaises européennes région
Ensemble des emplois 1 055 1,5 1,3 0,9 + 100 100 100
Agriculture, pêche 48 - 2,1 - 2,1 - 1,8 = 4,6 3,4 5,6 -
Industrie (sauf construction) 186 - 2,4 - 0,3 - 0,4 -- 17,6 16,0 19,3 -
Construction 78 5,4 2,8 2,1 ++ 7,4 6,7 8,2 -
Services 744 2,5 2,5 1,8 + 70,5 71,7 66,5 +
dont Commerces,hôtels et restaurants,
239 3,3 2,0 1,3 ++ 22,6 23,1 24,6 -transport
dont Activités financières, immobilières 134 2,4 3,8 3,9 - 12,7 13,4 12,6 =
dont Administration publique et services 371 2,3 2,4 1,9 + 35,2 35,3 29,2 +
collectifs
1 Positionnement de la région : ++ très élevé + assez élevé = similaire à la médiane européenne - assez faible -- très faible
Source : Eurostat
Un développement souffle (- 1,1 %) après une fortela décentralisation industrielle des
économique soutenuannées 60, qui lui a permis de dé- progression. Seul le secteur des
par le tertiairevelopper une industrie diversifiée, services continue de créer des em-
plois, mais plus faiblement qu’au-orientée vers des technologies mo-
Avec un taux de croissance de paravant (+ 0,9 %).dernes (parachimie, caoutchouc,
l’emploi de 1,5 % en moyenne an-électronique et informatique, auto-
nuelle entre 2000 et 2008, la région
mobile et aéronautique). De plus, Le tourisme, un atout
Centre fait partie du quart des ré-
les riches étendues de la Beauce et à conforter
gions européennes dont l’emploi a
de la Champagne Berrichonne lui le plus augmenté sur cette période. Le tourisme représente une res-confèrent une tradition agricole lui Équivalente à celle de la France source économique pour la région,permettant d’occuper le premier (1,3 %), cette progression est supé- même si elle n’est ni une région lit-rang national pour la production de rieure à celle de l’Union euro- torale, ni une région de haute mon-blé et d'oléagineux, le deuxième péenne (0,9 %). Si l’emploi s'est tagne. Traversée d’est en ouest parpour le maïs et le cinquième pour la développé en région Centre entre la Loire, elle bénéficie néanmoinsbetterave à sucre. 2000 et 2008, c’est particulière- d’un patrimoine naturel et culturel
ment grâce à la constructionToutefois, cette spécificité tend à riche, grâce à ses paysages variés.
(+ 5,4 %), secteur qui a bénéficiés’estomper comparativement aux Les Châteaux de la Loire sont l’un
de la bulle immobilière des années
autres régions européennes. L’a- des atouts touristiques majeurs de
2000, et aux services, notammentgriculture et l’industrie, qui regrou- cette région qui compte aussi quel-
le commerce (+ 3,3 %). À l'inverse,pent respectivement 4,6 % et ques unes des plus grandes cathé-les emplois ont diminué fortement
17,6 % des emplois de la région drales de France. Le Val de Loire,dans le secteur de l’industrie
Centre, ont un poids plus important inscrit au patrimoine mondial de(- 2,4 %), nettement plus qu’au ni-
dans l’emploi européen. Certains l’Unesco, est bordé de 400 kilomè-veau national ou européen, ainsi
pays ont en effet une agriculture tres de pistes cyclables aména-que dans l’agriculture (- 2,1 %),
encore très présente, occupant géeslelongdelaLoire.Ledans la même mesure qu’en
plus de 10 % des emplois (Rou- tourisme occupe près de 30 000France et en Europe.
manie, Pologne, Grèce, Portugal, emplois salariés dans la région enLa crise économique a cependant
Lituanie) et les pays de l’Est sont 2009, soit 2,7 % de l’ensemble desimpacté le niveau d’emploi de la ré-
très industrialisés (République emplois, contre 4,1 % au niveaugion. Après deux fortes baisses en
Tchèque, Slovaquie, Slovénie, Bul- national. La capacité d’accueil du2008 et 2009, l'emploi salarié re-
garie, Hongrie, Roumanie). À l’in- Centre est supérieure à la médianepart à la hausse en 2010 et se con-
verse, les services représentent en des régions européennes, mais satracte de nouveau en 2011
région Centre une part de l’emploi situation géographique en fait une(- 0,4 %). L’emploi total diminue
(70,5 %) plus faible qu’en métro- région de passage. En effet, malgréégalement mais de façon moins
pole. Cela est lié en partie à la un nombre important d’arrivéesmarquée du fait de la progression
proximité de l'Île-de-France où se dans des établissements d’héber-des emplois non salariés, stimulés
concentrent les emplois tertiaires gement touristique, la duréepar la création d’auto-entreprises.
supérieurs. Le poids des services moyenne du séjour (1,7 nuitée) estEntre 2008 et 2010, le repli s’am-
est toutefois plus important qu’en plifie dans l’industrie et l’agriculture inférieure à la médiane des régions
Europe, notamment grâce à la part (respectivement - 4,2 % et - 3,6 %), européennes (2,6) et françaises
de l’emploi public (35,2 %). tandis que la construction s’es- (2,1).
7Des revenus élevés réduisant Taux de pauvreté dans les pays européens
le risque de pauvreté et les régions françaises
La cohésion sociale, définie par la
capacité d’une société à assurer le
bien-être de tous ses membres, en
réduisant les disparités et en évi-
tant la marginalisation, est un autre
pilier essentiel de la stratégie Eu-
rope 2020.
Le niveau de revenu disponible
constitue un premier indicateur de
cohésion sociale. Les habitants de
la région Centre bénéficient d’un
revenu disponible nettement supé-
rieur à la médiane des régions eu-
ropéennes. Le Centre appartient
ainsi aux 30 % des régions dont les
habitants ont les revenus les plus
élevés. Les disparités sont fortes
au sein de l’Union : le revenu dispo-
nible varie dans une proportion de
1 (régions de Roumanie et de Bul-
garie) à 7 (Londres centre, Ham-
bourg). La dispersion des revenus
est moins importante entre les ré-
gions françaises, variant de
15 000 SPA dans le Nord-Pas-de-
Calais à 21 000 SPA en Île-de-
France. Après celle-ci, le Centre
Source : Eurostat ; Insee
fait partie des régions françaises
dont le revenu disponible par habi- lé moins de 90 jours dans l’année,Des conditions d’emploi
tant est le plus élevé (un peu plus moins d’un quart de leur potentiellimitant le risque d’exclusionde 17 000 SPA), avec Rhône-Alpes de travail. Avec seulement 7,0 % de
et la Bourgogne. Toutefois, la ré- Les personnes vivant dans des mé- salariés dans cette situation, le
gion connaît des disparités impor- nages avec une faible intensité de Centre se classe troisième parmi
tantes entre ses départements. Les travail (dont les adultes ont occupé les régions françaises, juste der-
habitants du Loiret et de l’Eure-et- moins de 20 % de leur potentiel de rière l’Alsace et la Haute-Nor-
Loir, qui bénéficient de la proximité travail au cours de l’année) repré- mandie. L’intensité de travail peut
de l’Île-de-France, disposent de re- sentent 8,3 % de la population fran- également être appréhendée par le
venus supérieurs de 20 % en çaise, contre 9 % dans l’Union nombre de personnes en faible
moyenne à ceux des habitants du européenne. La France se classe temps partiel : 2,5 % des salariés
esud de la région, notamment du ainsi au 9 rang des pays euro- sont concernés en métropole,
Cher et de l’Indre. péens, derrière des pays tels que contre 2,0 % en région Centre, le
l'Irlande (19,8 %), le Royaume-Uni taux le plus bas après la Corse
Un des objectifs majeurs de la stra- (12,6 %), la Belgique (12,3 %), la (1,7 %), à égalité avec l’Alsace, la
tégie Europe 2020 en termes de Hongrie (11,3 %) et l'Allemagne Franche-Comté, le Limousin, et
cohésion sociale est de réduire la (10,8 %). En France métropoli- Poitou-Charentes. Cela tient en
pauvreté et l’exclusion. Avec un taine, 8,2 % des salariés ont travail- partie au fait que la région compte
taux de pauvreté de 12,9 % en
e2009, la France est le 7 pays de
l’Union européenne avec le moins
Principaux indicateurs de cohésion socialede personnes en situation de pau-
vreté. Grâce à son système de pro- Position de
Région Union
France la régiontection sociale et ses minima Centre européenne 1
en Europe
sociaux, elle devance des grands
Revenu primaire des ménages (en SPApays européens comme l’Alle- 18 562 17 690 17 524 +par habitant, 2008)
magne (15,5 %), le Royaume-Uni Revenu disponible net des ménages (en SPA
17 202 16 435 15 418 +par habitant, 2008)(17,3 %) ou l’Espagne (19,5 %).
Personnes en risque de pauvreté aprèsAvec un taux de pauvreté de 11,8 12,9 16,3 ++transferts sociaux (%, 2009)
11,8 %, le Centre fait partie des à faible intensité de travail (%, 2009) 7,0 8,3 9,0 ++
quatre régions françaises les moins
Taux de chômage de longue durée (%, 2010) 2,8 4,0 3,8 +
affectées, derrière la Bretagne, les
1 Positionnement de la région : ++ très élevé + assez élevé = similaire à la médiane européenne - assez faible -- très faible
Source : EurostatPays de la Loire et l’Alsace (11,2 %).
8 8Part des étudiants dans la populationpeu d’activités de services très pré-
caires et davantage d’activités in-
dustrielles et de construction, où le
recours au temps partiel est moins
fréquent, même si l’intérim y est as-
sez développé.
La part des chômeurs de longue
durée figure parmi les indicateurs
de cohésion sociale retenus par la
stratégie de Lisbonne. Avec un
taux de chômage de longue durée
de 2,8 %, la région Centre se situe
sous les valeurs française (4,0 %)
et européenne (3,8 %). Les situa-
tions en matière de chômage de
longue durée sont diverses - de
moins de 1 % dans des régions
d’Autriche, des Pays-Bas ou de
Finlande, jusqu’à plus de 8 % dans
des régions de Slovaquie,
d’Estonie ou de Belgique - et res-
tent surtout liées au niveau de chô-
mage global, lui-même relative-
ment faible dans le Centre.
Uneoffredesanté à
conforter face aux enjeux
du vieillissement
Source : Eurostat
Le Centre est l'une des régions les
plus âgées d’Europe, se situant au nettement au-dessus de la et de formation. La France est en-e31 rang sur 262 régions européen- moyenne européenne. Il existe tou- core assez loin de cet objectif, avec
nes pour sa part de plus de 80 ans. tefois des disparités importantes au un taux de 12,8 % en 2010, contre
Le vieillissement de la population sein de la région, les territoires les 14,1 % en Europe. Elle est le
va s’accentuer dans les années à eplus ruraux étant confrontés à des 10 pays d’Europe le plus touché
venir. L’adéquation de l’offre de temps d’accès aux hôpitaux élevés. par le décrochage scolaire. Parmisoins pour une population con- L’enjeu pour les pouvoirs publics les régions françaises, le Centrefrontée à un vieillissement pronon- erégionaux sera de maintenir une est la 9 région française comptantcé est un enjeu majeur de cohésion bonne accessibilité aux services de le plus de personnes de 18-24 anssociale. La situation de la région santé pour l’ensemble de la popu- faiblement diplômées (sans di-Centre apparaît assez contrastée. lation. plôme, avec un BEPC ou un brevetLa densité de médecins, généralis-
des collèges), 2 points au-dessustes ou spécialistes, y est très faible. Des progrès importants de la valeur française. Le taux na-Avec 264 médecins et 47 dentistes à réaliser dans le domaine tional de décrochage scolaire aen activité pour 100 000 habitants, de l’éducation tendance à diminuer depuis dixelle fait partie des régions françai-
ses les moins bien dotées en per- ans, mais trop faiblement pour es-Un des objectifs de la stratégie Eu-
sonnel de santé, et du quart des pérer atteindre l’objectif de 10 % enrope 2020 est d’amener à moins de
régions européennes ayant le 2020.10 % le taux de jeunes ayant quitté
moins de médecins par habitant. prématurément le système éducatif
À l’inverse, le Centre est assez bien
doté en structures médicales, à l’i- Principaux indicateurs d'offre de santé en 2008
mage de la France. La capacité
Pour 100 000 habitants
d’accueil dans les hôpitaux régio-
Positionnaux est de près de 700 lits pour Région Union
France de la région
Centre européenne 1100 000 habitants, ce qui la classe en Europe
parmi les 30 % des régions euro-
Nombre de médecins (libéraux et
264 330 335 -péennes et la moitié des régions salariés)
Nombre de dentistes 47 65 67 -françaises les mieux équipées. d'infirmiers et sages-femmes 632 788 711 -Avec 114 pharmaciens pour
Nombre de pharmaciens 114 116 88 +100 000 habitants, la région,
Nombre de lits d'hôpital 668 684 522 +comme le reste de la métropole, est
1 Positionnement de la région : ++ très élevé + assez élevé = similaire à la médiane européenne - assez faible -- très faible
Source : Eurostat
9En 2009, la part d’étudiants du supé- la part des sources d’énergies re- Entre 1990 et 2009, la France a ré-
nouvelables dans la consommation duit ses émissions de GES de 8 %.rieur dans la population régionale est
Poursuivre sur cette tendance nede 2,2 % , contre 3,4 % en France et finale d’énergie ; s’acheminer vers
une augmentation de 20 % de l’effi- suffira pas à atteindre l’objectif de ré-3,9 % en Europe. Le Centre figure
duction de 20 %. La France fait cer-cacité énergétique.dans les 15 % des régions euro-
tes partie des 19 pays européensLes lois issues du Grenelle de l’enpéennes ayant le moins d’étudiants -
ayant réduit leurs émissions de GES,vironnement confirment « l’engage-dans sa population, comme les au-
mais de façon encore très limitée, in-tres régions du grand bassin pari- ment de la France à diviser par
férieure à la moyenne européennesien. Du fait de la proximité de quatre ses émissions de gaz à effet
(- 17 %). Dans la région Centre, lel’Île-de-France, les étudiants quittent de serre entre 1990 et 2050, en les
pouvoir de réchauffement globalces régions pour y poursuivre leurs réduisant de 3 % par an en
(PRG), qui mesure la contributionétudes. De plus, le nombre d’étu- moyenne ». Un objectif intermé-
des émissions de gaz à effet de serrediants de la région diminue légère- diaire de réduction des émissions
au réchauffement climatique, est dement d’année en année. Entre 2008 de GES à 20 % en 2020 est fixé, cet
27,1 tonnes de CO pour une2et 2009, il baisse de 1,8 %, alors qu’il objectif minimal étant porté à 30 % moyenne nationale de 29,5 tonnes.est relativement stable en France si des accords internationaux per- Avec 11 tonnes de CO émis par ha-2métropolitaine et qu’il augmente en emettent de partager un objectif plus bitant, le Centre est la 6 région fran-Europe. Afin d’enrayer cette ten- important. Pour impliquer les ré- çaise avec le PRG par habitant le
dance, un pôle de recherche et d’en- gions, la loi Grenelle 2 renforce la plus faible.seignement supérieur (PRES) a été territorialisation des politiques cli-
constitué. Son objectif est de renfor- matiques en créant les schémas ré- Développer les énergiescer l’attractivité des pôles universitai- gionaux du climat, de l’air et de renouvelables et réduireres en rapprochant les principaux l’énergie (SRCAE). La Région l’intensité énergétiqueacteurs de l’enseignement supérieur Centre se fixe, dans son plan climat
et de la recherche - universités, éco-
énergie régional (PCER), partie in- Le deuxième objectif de la stratégieles supérieures, centres hospitaliers -
tégrante de son schéma régional en matière d’environnement esttout en améliorant les conditions de
d’aménagement et de développe- d’atteindre 20 % d’énergies renou-vie et de travail des étudiants.
ment durable du territoire velables dans la consommation fi-Un autre défi pour la région est de
(SRADDT), un objectif de réduction nale d’énergie. La productionretenir les étudiants formés sur le ter-
des GES de 40 % d’ici 2020. française d’énergie renouvelableritoire, au moment de l'accès au pre-
mier emploi. Un des objectifs de la
stratégie Europe 2020 est qu’au Production régionale d'électricité renouvelable
moins 40 % de la population des et part dans la consommation finale d'électricité
30-34 ans soient diplômés de l’en-
seignement supérieur. La France at-
teint cet objectif dès 2010, avec un
taux de 43,5 %, supérieur de
10 points à la moyenne européenne.
Toutefois, le résultat national est tiré
par celui de l’Île-de-France (52,6 %),
les régions limitrophes de
l’Île-de-France ayant un taux de seu-
lement 37,9 %. Avec 37,2 % en
2008, la région Centre a des difficul-
tés à retenir ses jeunes diplômés.
Elle est pénalisée par la proximité de Production
l’Île-de-France, où les jeunes diplô- d'électricité
renouvelablemés ont plus de facilité à trouver un
en 2008 (GWh)
premier emploi.
5 000
2 500
500Des objectifs
environnementaux ambitieux Hydraulique
Hors hydraulique
La stratégie Europe 2020 réaffirme
la lutte contre le changement clima- Part en 2008
(%)tique comme l’une des priorités de
l’Union européenne avec les objec-
30
tifs dits « 20/20/20 » : réduire les 15
6émissions de gaz à effet de serre
2(GES) de 20 % par rapport aux ni-
veaux de 1990 ; faire passer à 20 %
Source : SOeS
10 10
©IGN 2011 - Insee 2012

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.