Le Grand Nancy : effets métropolitains sur le Sud meurthe-et-mosellan

De
Publié par

Vaste territoire organisé autour de la Communauté Urbaine du Grand Nancy, de Pont à Mousson, Toul et Lunéville, le Sud du département de la Meurthe et Moselle couvre approximativement le périmètre du futur SCOT ( Schéma de Cohérence Territoriale ). Son économie associe des activités à fort rayonnement métropolitain, des activités fortement internationalisées ou liées à celles-ci, des activités de services à la population liées à la fonction de chef-lieu de département. Ce complexe d'activités confère un rôle majeur au grand pôle d'emploi nancéien, mais aussi aux trois pôles secondaires qui structurent fortement le fonctionnement d'un grand marché du travail de plus en plus intégré. Dans un contexte de stabilisation démographique, le peuplement tendrait à devenir plus homogène, au profit du Sud et de l'Ouest de Nancy.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 33
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/lorraine
°
18N
Le Grand Nancy :

Vaste territoire organisé autour de la Communauté urbaine
du Grand Nancy, de Pont-à-Mousson, Toul et Lunéville, le Sud
du département de la Meurthe-et-Moselle couvre approximativement
le périmètre du futur SCOT (Schéma de Cohérence Territoriale).
Son économie associe des activités à fort rayonnement métropolitain,
des activités fortement internationalisées ou liées à celles-ci, des activités
de services à la population liées à la fonction de chef-lieu de département.
Ce complexe d’activités confère un rôle majeur au grand pôle d’emploi
nancéien, mais aussi aux trois pôles secondaires qui structurent fortement
le fonctionnement d’un grand marché du travail de plus en plus intégré.
Dans un contexte de stabilisation démographique, le peuplement tendrait
à devenir plus homogène, au profit du Sud et de l’Ouest de Nancy.
Au recensement de la population de Avec plus de 410 000 résidants, l’aire urbaine
ème
1999, le Sud de la Meurthe-et-Moselle compte de Nancy occupe le 17 rang des 354 aires ur-
plus de 556 000 habitants, soit 78% de la popu- baines dénombrées en métropole.
lation du département. C’est une population plu- Le Sud de la Meurthe-et-Moselle comprend
tôt jeune (27% ont moins de 20 ans). 211 000 emplois, soit 26% de l’emploi lorrain,
Le Sud de la Meurthe-et-Moselle
1 C.U. du Grand Nancy (hors Nancy)
U.U.
Couronne du Grand NancyPont-à-
Mousson
2 C.C. Saintois et VermoisArrière-Pays
de Pont-à-Mousson C.C. Moselle et Madon
3 C.C. du Massif de Haye
4 4 C.C.du Bassin de Pompey
C.C.du Grand Couronné
3 5 C.C. des pays du Sel et du Vermois
NancyU.U.
Toul
1
5 U.U.
Lunéville2 Arrière-Pays de
Arrière-Pays de
LunévilleToul
Secteur de Vézelise
C.U. Communauté Urbaine
C.C. de Communes
U.U. Unité Urbaine
Source : ADUAN - Insee
Vsur 17% du territoire régional. Au- globalement bien positionnée en ceUn pôle d’activités
tour d’un centre constitué par le qui concerne le poids des fonctionstertiaire qualifié
Grand Nancy, qui concentre 60% métropolitaines supérieures (1). Cel-
Le portefeuille d’activités du Sud dedes effectifs, se déploient trois axes les-ci représentent 8% de l’emploi
la Meurthe-et-Moselle se distingueen direction de Toul, Lunéville et total, contre 7,1% pour la moyenne
peu de celui de l’ensemble de laPont-à-Mousson, suivant les grandes des aires urbaines françaises. Elle
Recherche France tandis que l’aire urbaine devoies de communication routières. se place en quinzième position, à
publique et Nancy est marquée par une forteLesgrandsétablissementsetleprin- proximité de Rennes, Bordeaux
métiers de représentation du secteur Santé etcipal de l’emploi se trouvent sur ces (8,7%), Marseille (8,6%)etaumême
l’information action sociale et des activités de re-axes. Entre ceux-ci se situent des zo- niveau qu’Orléans. Les emplois mé-
cherche et développement, qui dé-nes où la densité d’emploi est moins tropolitains supérieurs ne représen-
passe largement celle que l’onimportante et le système productif tent que 5,8% des emplois
observe dans les aires urbaines dedominé par les petites entreprises. messins.Les fonctionsdelare-
taille équivalente. Cette spécificité cherche sont très nettement sur-Le Grand Nancy porte
sectorielle se traduit par une pré- représentées, ainsi que celles dela croissance de l'emploi
sence élevée des cadres supérieurs l’information. A l’opposé, les fonc-Évolution de l'emploi dans le Sud Meurthe-et-Moselle
1962-1999 du secteur public surtout dans le tions informatiques de l’industrie
en milliers Grand Nancy (mais pasdansl’en-130 sont sous-représentées.
Grand Nancy
120 semble du Sud du département). Cette
110 présence se renforce. De 1990 à (1) Les emplois métropolitains supé-
rieurs comprennent les emplois des ca-100 1999, la baisse de l’emploi indus-
dres et professions intellectuelles
90 triel se traduit notamment par une
Reste de la zone supérieures d’une sélection d’activités
80 baisse du nombre des cadres du
à fort rayonnement (états-majors d’in-
70 secteur marchand et par une dustrie, du commerce et de la finance,1962 1968 1975 1982 1990 1999
hausse du nombre des cadres du professions supérieures de la re-
Source : Insee - Recensements
cherche, de la culture...)public. L’aire urbaine de Nancy est
Nancy et les agglomérations proches produisent l'essentiel de la valeur ajoutée
Répartition de la valeur ajoutée dans le Sud de la Meurthe-et-Moselle
Création de Valeur Ajoutée
en milliers d'euros
(lissage à 15 km)
31 200
10 000
2 000
500
100
0
Pont-à-
Mousson
A31
NancyN4
Toul
A33
Lunéville N4
A31
N57
Note : La valeur ajoutée représentée ici n'est pas la valeur ponctuelle attachée à chaque commune mais une "moyenne"
calculée dans un rayon de lissage de 15 km. La carte estompe ainsi les disparités locales pour montrer les grandes tendances
de la répartition spatiale de la densité de la valeur ajoutée.
Source : Insee - données économiques localisées
2
©IGN- Insee2004Sur l’ensemble du Sud de la secteur, mais d’autres grandes en- semble économique en prise avec
Meurthe-et-Moselle, les emplois in- treprises y sont aussi présentes. l’économie internationale.
dustriels représentent une part un Quelques activités, très localisées
peu plus faible de l’emploi que pour géographiquement, se distinguent La conjonction de grandes spéciali-
l’ensemble de la France. Quelques également, comme la papeterie sations d’activités héritées de l’his-
activités sont cependant spécifiques dans le Nord nancéien et la logis- toire industrielle et d’une présence
à ce territoire. Les industries des tique dans la zone du Massif de marquée d’emplois très qualifiés ex-
produits minéraux (cristal, faïence, Haye ou à Ludres et Fléville. plique pour partie les évolutions de
sel), bien que n’employant que l’emploi sur les dernières décennies.
2 500 salariés, sont une des spé- Le Grand Nancy se définit ainsi
cialités les plus nettes. Ce secteur comme un pôle orienté vers l’emploi La croissance de l’emploi
d’activités est concentré dans quel- tertiaire public, souvent de haut ni-
du Grand Nancy
ques grandes unités de production. veau, dans une plus forte proportion
se poursuit à un rythmeLa Presse-imprimerie-édition re- que celle des autres grandes agglo-
moins soutenugroupe 2 700 emplois, également mérations proches. Ces emplois as-
très concentrés. La Métallurgie et surent ainsi un fort rayonnement
Le desserrement L’emploi dans le Sud de la
transformation des métaux, malgré métropolitain. L’industrie, moins pré-
de l’emploi Meurthe-et-Moselle a connu de
lesfortespertesd’emplois entre sente dans le Grand Nancy, est en s’étend à 1962 à 1990 une évolution plus
1982 et 1990, reste une des spé- revanche largement représentée la couronne favorable que celle de la Lorraine,
cialités fortes de la zone. Saint-Go- dans le reste du Sud de la Meurthe- du Grand Nancy
même si l’évolution dans l’aire ur-
bain PAM domine l’emploi dans ce et-Moselle, constituant ainsi un en-
bainedeNancy estrestéeinfé-
rieure à celle de Metz. Si l’on1962 - 1968 :
excepte la période 1982-1990,emploi et population active évoluent dans le même sens
marquée par une baisse de 2 800
Variation de l'emploi (en % par an)8
emplois, notamment dans la sidé-
7 rurgie à Pompey et à Neuves-Mai-
Grand Nancy
sons, l’emploi a toujourshors
6
progressé. Cette croissance a été
5 portée par le développement du
développement
économique et Grand Nancy qui a gagné plus de4 résidentiel
développement 33 000 emplois entre 1962 et
économique Agglomération3
de Pont-à-Mousson 1999. L’emploi a été multiplié par
Agglomération
2 trois durant cette période dans lede Lunéville
Grand Nancy
Grand Nancy hors commune deMeurthe-et-MoselleSud1
Nancy Variation de la population Nancy. Cette dynamique s’essoufflePont-à-MoussonArrière-pays de
active occupée (en % par an)0 progressivement et les années
perte de Couronne
développementpopulation 1990 sont celles d’une rupture-1 et d'emploi résidentielArrière-pays Agglomération
de Toul Arrière-pays nette. Depuis 1990, en effet, laSecteur de de Toul
de Lunéville Vézelise-2
croissance de l’emploi du Sud de la
-4 -3 -2 -1 01234567
Meurthe-et-Moselle se fait au
Source : Insee - Recensements de la population même rythme que celle de l’en-
semble de la région Lorraine et
1990 - 1999 : reste inférieure à la moyenne fran-
les arrière-pays bénéficient d'un développement résidentiel
çaise. Le Grand Nancy joue
Variation de l'emploi (en % par an)2,0 toujours le rôle moteur qui a été le
sien, mais l’emploi n’y progresse
désormais que modérément (0,1%1,5
développement développement par an soit +1 500 emplois). Globale-
économique Agglomération économique et
résidentiel
de Toul ment, entre 1990 et 1999, sur1,0
CouronneGrand Nancy l’ensemble du Grand Nancy, ce
hors
Agglomération sont les secteurs de la santé, de
de Lunéville0,5 Variation
de la population l’éducation et de l’administrationMeurthe-et-Moselle Sud
Grand Nancy active occupée
()en % par an qui ont permis cette légère hausseAgglomération
0,0
de Pont-à-Mousson de l’emploi.
développementNancy
résidentiel La Couronne nancéienne, qui a
-0,5 Arrière-pays Arrière-pays de
perdu 5 000 emplois entre 1975de Lunéville Secteur dePont-à-Mousson
Vézelise
et 1990, retrouve cependant une
-1,0
Arrière-pays de Toul croissance encore modeste, ga-
gnant 2 500 emplois. Le desserre-
-1,5
ment de l’emploi nancéien, qui ne-1,0 -0,5 0,0 0,5 1,0 1,5 2,0
Source : Insee - Recensements de la population concernait jusqu’à cette date que
3le Grand Nancy, s’étend. Dans croît de 21% et l’emploi de glomération de Pont-à-Mousson se
cette couronne, seul le Pays du Sel 25%. Cette dynamique profite démarque par la croissance de sa
et du Vermois, à l’Est, connaît des également aux agglomérations population active et la stabilité de
baisses d’emplois depuis 1990. de Toul, Lunéville et Pont- ses emplois.
à-Mousson et aux pôles indus-Les trois agglomérations formant Dans cet ensemble, seule la Cou-
triels de la Couronne nan-un trépied dans le grand espace ronne nancéienne s’inscrit réelle-
céienne.autour de Nancy connaissent de- ment dans «le cercle vertueux de
puis 1962 une progression de A partir de 1975, les dynamiques croissance» en conjuguant crois-
l’emploi, mais sur des rythmes dif- de développement de l’emploi et sancedel’emploietdelapopulation
férents. L’emploi progresse forte- de la population active occupée active. C’est aussi le seul territoire
ment dans l’agglomération de Toul tendent à se dissocier. Dans un qui inclut tout à la fois des entités
depuis 1968. La croissance de contexte de ralentissement de la urbaines (pôles de Neuves-Maisons, de
l’emploi est en moyenne de 1,4% croissance démographique et Pompey et de Dombasle - Saint-Nicolas)
par an entre 1975 et 1990 et économique, cette dissociation et des espaces peu denses commeLe rural proche
reste élevée depuis (1,1% par an). est principalement le fait des stra- le Massif de Haye.bénéficie d’un
Les effectifs y sont ainsi passés tégies résidentielles des ména-développement
de 5 500 en 1968 à plus de résidentiel ges. La concentration de l’emploi
Une économie résidentielle
10 000 en 1999. L’aggloméra- sur les agglomérations de Toul,
dépendantetion de Pont-à-Mousson a connu Lunéville et Pont-à-Mousson, et
une croissance plus faible. Depuis surtout dans le Grand Nancy L‘emploi continue à croître au sein
1982, les effectifs y sont à peu (+12 250 emplois) se poursuit du Grand Nancy alors que la popu-
près stables. L’agglomération de mais l’ancien espace rural re- lation active occupée est légère-
Lunéville n’a gagné qu’un peu plus trouve progressivement son at- ment décroissante. Nancy-ville
de 300 emplois depuis 1968, soit tractivité résidentielle (+2 200 confirme son attractivité résiden-
0,1% par an en moyenne. Luné- actifs) malgré les pertes d’emplois tielle mais le repli de l’emploi s’y
ville a en effet alterné les périodes (-6 200 emplois). La Couronne nan- poursuit, à un rythme toutefois
de croissance et de baisse de céienne connaît toujours une moindre qu’entre 1982 et 1990.
l’emploi. croissance marquée de sa popu-
Le dynamisme du Toulois s’expliquelation active (+5 000 actifs)mais
par une complémentarité entreperd avec la crise sidérurgiqueDissociation croissante
l’attractivité économique de l’agglo-près de 5 000 emplois.
dans la localisation mération de Toul et l’attractivité ré-
Les années 1990 confirment et ac-des emplois et des actifs sidentielle de son espace rural. On
centuent les tendances précéden-
retrouve, avec une intensitéSur les quarante dernières an- tes. L’espace rural proche renforce
moindre, cette même logique denées, le développement des terri- encore son attractivité résidentielle
développement dans le Lunévillois.toires du Sud de la Meurthe- et l’emploi constitue toujours le prin-
et-Moselle a considérablement cipal moteur du développement des Ce changement de forme de
changé, passant d’un modèle cu- agglomérations. L’emploi de la Com- croissance s’accompagne d’une
mulatif où la croissance (la décrois- munauté urbaine du Grand Nancy tendance à la réduction des
sance)del’emploietdela reste orienté à la hausse alors que écarts de développement entre
population allaient de pair, à un sa population active occupée est en les territoires dans le Sud de la
modèle de croissance dissociée. léger repli. Les agglomérations de Meurthe-et-Moselle, tant du point
Lesterritoires lesplusdynami- Lunéville et surtout de Toul sont de vue de l’emploi que de la popu-
ques en termes d’emplois perdent dans ce même schéma. Seule l’ag- lation active.
des actifs tandis que les territoi-
Augmentation de l'attractivité et de l'ouverture du Grand Nancyres à évolution de l’emploi la
140 %moins favorable gagnent le plus
de population active.
120 Taux d'emploi
Ainsi, entre 1962 et 1975, la
100concentration de la population
active et de l’emploi se fait prin-
80
cipalement sur les aggloméra-
60tions au détriment de l’espace
rural, et à plus grande échelle
40
sur la zone d’emploi de Nancy au Taux d'entrée
détriment du Toulois et du Luné-
20 Taux de sortie
villois. L’espace rural perd, entre
01962 et 1975, 12% de sa po-
1962 1968 1975 1982 1990 1999
pulation active et près de 19%
Taux d'emploi = nombre d'emplois offerts pour 100 actifs occupés résidents
Taux d'entrée = pourcentage d'emplois occupés par des actifs extérieurs à la zonede ses emplois alors que la po- Taux de sortie = d'actifs résidents de la zone occupant un emploi à l'extérieur
pulation active du Grand Nancy Source : Insee - Recensements de la population
4Ces phénomènes tendent à mon- Après une croissance rapide des sés en 1999, 130 000 (65%)
trer, non seulement l’interpénétra- échanges internes au Sud de la concernent la Communauté ur-
tion croissante de l’urbain et du Meurthe-et-Moselle entre 1962 baine du Grand Nancy et 35%
rural proche, mais surtout leur in- et 1975 (+18 000), le volume de les échanges entre
terdépendance en matière de dé- ces flux est resté quasi constant les autres territoires du Sud de la
veloppement. Les zones de au cours des 25 dernières an- Meurthe-et-Moselle.
développement résidentiel sont nées (autour de 200 000). Cepen-
étroitement dépendantes du dant, cette stabilité relative
La formation d’un grand
dynamisme des pôles d’emploi. s’accompagne d’une multiplication
bassin de main-d’œuvredes échanges interzones. Pour
et d’emploiLes déséquilibres engendrés par l’ensemble des 13 zones d’étude,
ces différentiels de croissance la part des actifs travaillant et ré- Si aujourd’hui les actifs du Grand
entre la localisation de la sidant dans une même zone Multiplication Nancy travaillent dans leur grande
main-d’œuvre et celle des emplois passe progressivement de 76% des mobilités majorité dans la Communauté ur-
sont compensés par des migra- en 1962 à 51% en 1999. C’est domicile-travail baine, du point de vue des entre-
tions domicile-travail de plus en au sein du Grand Nancy que le prises, l’équilibre du marché du
plus intenses entre les territoires taux de stabilité des actifs rési- travail est de plus en plus dépen-
du Sud de la Meurthe-et-Moselle. dants est le plus important. Neuf dant d’actifs résidant hors de la
Dans ce système d’échanges, le actifs sur dix résidant dans le Communauté urbaine. Près d’un
Grand Nancy avec son potentiel Grand Nancy y travaillent (89%). tiers des emplois sont occupés
d’emploi joue un rôle central. Cette proportion est cependant en par des actifs résidant dans le
baisse constante malgré la crois- reste du territoire, contre un sur
sancecontinuedel’emploietla dix en 1962. La moitié de ces ac-Le Grand Nancy
baisse de la population active oc- tifs habitent la Couronne nan-au cœur d’un vaste
cupée résidante à partir de 1975. céienne. A l’inverse, les 6%système d’échanges Dans ce mouvement d’ouverture d’actifs de la Communauté ur-
des territoires, les communes du baine travaillant dans la CouronneDepuis 1962, la population active et
Grand Nancy (hors Nancy) font fi- occupent de 15% à 31% des em-l’emploi n’ont cessé de croître dans
gure d’exception. En effet, la part plois de celle-ci selon les secteurs.le Sud de la Meurthe-et-Moselle, à
des actifs travaillant et résidant Ces tendances s’observent égale-l’exception de la période 1982-
dans ces communes croît réguliè- ment sur les agglomérations de1990, et la population active oc-
rement depuis 1975 en raison de Toul, Lunéville et Pont-à-Mousson.cupéeyaaugmentéplusviteque
la montée en puissance rapide de Ainsi 15% des actifs du Lunévilloisl’emploi.
l’emploi dans ces communes. occupent aujourd’hui 26% des
De fait, l’équilibre global du marché
emplois de l’agglomération de Lu-
du travail est réalisé grâce aux Cette croissance des flux interzo-
néville. De fait, l’interdépendance
échanges avec le reste du territoire. nes place le Grand Nancy au
des marchés du travail dans les-
Pour 100 actifs venant travailler cœur d’un vaste système d’échan-
quels s’inscrivent les territoires
dans le Sud de la Meurthe-et-Mo- ges. En 1962, les flux à destina-
est croissante. Un actif sur deux
selle, il y avait 77 habitants quittant tion ou en provenance du Grand
résidant dans la Couronne nan-
le territoire en 1962. En 1999, tou- Nancy représentaient un peu plus
céienne travaille dans le Grand
jours pour 100 arrivants, ils sont de la moitié des échanges migra-
Nancy. Dans l’espace rural, moins
155 à le quitter. Ceci représente toires du Sud de la Meurthe-
d’un actif sur deux travaille encore
16 300 actifs sortants contre et-Moselle. Sur les 200 000 dé-
dans sa zone de résidence. Les
10 500 entrants. placements domicile-travail recen-
autres se partagent principale-
ment entre la Communauté ur-L'accroissement de la mobilité interzones place le Grand Nancy
baine (un actif sur cinq) et lesau centre d'un vaste système d'échanges
agglomérations de Toul, LunévilleLes migrations domicile-travail au sein de la Meurthe-et-Moselle Sud de 1962 à 1999
250 000 ou Pont-à-Mousson.
Ensemble des flux Meurthe-et-Moselle Sud L’analyse des proportions quotidien-
200 000
nes d’entrées de travailleurs et de
sorties d’actifs, zone par zone,
Flux à destination ou en provenanceFlux intrazones150 000 confirme l’interdépendance existantedu Grand Nancy
entreleGrand Nancyetla Cou-
ronne tant du point de vue de l’em-100 000
ploi pour les actifs que de la
Flux interzones main-d’œuvre pour les entreprises.
50 000
Elle montre l’importance croissante
des espaces ruraux dans le bassin
0
1962 1968 1975 1982 1990 1999 de main-d’œuvre des pôles économi-
Source : Insee - Recensements ques de Toul, Lunéville et
5Pont-à-Mousson. Les aggloméra- Haute-Marne, de la Haute-Saône et avec l’Ile-de-France et l’Alsace sont
tions et leurs communes périurbai- dans une proportion moindre du déficitaires pour la zone.
nes constituent ensemble le cœur Haut-Rhin.
du bassin de main-d’œuvre des en- Développement périurbain
Il est à noter que 5% des étudiants
treprises de ces pôles. Cependant, des agglomérationsvenus dans la zone sont de nationali-
l’analyse montre aussi l’importance
té étrangère. Un quart d’entre eux Globalement, les migrations résiden-
relative de l’agglomération centre
viennent du Maghreb, le flux migra- tielles au sein du Sud Meurthe-et-
dans l’accès à l’emploi pour la popu-
toire des étudiants venant des pays Moselle sont plutôt des migrations
lation active vivant dans l’espace ru-
frontaliers ne représente que 10% de proximité. Elles reflètent essen-
ral comme dans les pôles urbains
de ces arrivées. tiellement un desserrement de la
périphériques.
population. Cela explique la prédomi-
Lesjeunespartisdu territoirepour
L’ensemble de ces flux dessine un nance des flux entre Nancy et le
poursuivre leurs études émigrent
espace économique au Sud du dé- Grand Nancy puis la Couronne de
Des migrations principalement vers l’Alsace,
partement de la Meurthe-et-Mo- Nancy et des flux entre les agglomé-
dues aux études l’Ile-de-France et la région
selle où les composantes rations et leur arrière-pays. Le motif
Rhône-Alpes. Ces départs concer-
territoriales sont de plus en plus de migration est la recherche de
nent essentiellement des études uni-
interdépendantes, liées par des meilleures conditions de vie et d’ha-ème ème
versitaires de 2 et 3 cycles.
relations fonctionnelles sur le plan bitat, sous contrainte de revenu. La
du développement économique Globalement, les flux migratoires liés plupart du temps, le changement de
comme du marché du travail. à la poursuite des études sont favo- lieu de résidence n’a pas ainsi en-
rables au Sud Meurthe-et-Moselle. traîné de changement de lieu de tra-
Cette réorganisation considérable
En effet, les échanges avec la vail. Plus de trois actifs sur cinq
du fonctionnement quotidien de ce
Champagne-Ardenne, la Franche- ayant déménagé travaillent toujours
grand territoire, s’explique aussi,
Comté et la Bourgogne sont large- dans la zone de résidence anté-
à côté des évolutions dans la loca-
ment bénéficiaires. Toutefois, ceux rieure. C’est ce mouvement des vil-
lisation des emplois, par les ten-
dances qui ont gouverné les choix Migrations résidentielles : flux entrants entre 1990 et 1999
résidentiels des habitants.
Agglomération de
Attractivité forte du pôle Nombre d'habitantsPont-à-Mousson
Arrière-pays
500
de Pont-à-Moussonuniversitaire de Nancy 3 500
8 700
Arrière-pays
La première cause de mobilité ré-
de Toul
sidentielle est la poursuite des
études supérieures. Près d’un Agglomération
de Toulquart des échanges migratoires
enregistrés dans le territoire
Agglomération
Couronne
de Lunévilleentre 1990 et 1999 concerne
des jeunes poursuivant des étu- Arrière-pays de Lunéville
des supérieures. Ces échanges Secteur de
Vézelise/Haroué
sont largement favorables au Sud
Meurthe-et-Moselle avec un dé-
part pour deux arrivées.
Source : Insee- Recensement de la population 1999 - exploitation complémentaire
De par son attractivité, Nancy est le
ème Migrations résidentielles : flux sortants entre 1990 et 19995 pôle universitaire de France
pour sa concentration étudiante
(près de dix étudiants pour cent habi- Agglomération
dePont-à-Mousson Nombre d'habitantstants). De plus, Nancy est le seul
500Arrière-pays debassin de recrutement de la région
Pont-à-Mousson 5 700
12 800Lorraine suffisamment attractif pour Arrière-pays
de Touldéborder des limites régionales. Sur
plus de 45 000 étudiants (*), plus
d’un tiers ne résidaient pas dans le
Agglomérationterritoire au recensement précé-
de Toul
dent.Lepôlenancéienattire non Couronne Agglomération
de Lunévilleseulement les communes de la
Arrière-pays de Lunéville
Meurthe-et-Moselle, des Vosges, de
Secteur dela Meuse et du Sud de la Moselle
Vézelise/Haroué
mais également celles de la
(*) Y compris classes préparatoires
Source : Insee- Recensement de la population 1999 - exploitation complémentaire
aux grandes écoles.
6
©IGN- Insee2004 ©IGN- Insee2004les-centresversles zones de Toul et l’arrière-pays toulois et Sud, s’en trouverait ainsi affaibli de
périurbaines qui explique l’essentiel dans ceux de l’agglomération luné- manière significative.
de l’augmentation des temps de tra- villoise et son arrière-pays. Seule Les différents scénarios d’évolution
jet domicile-travail. Pont-à-Mousson échappe à ce phé- de la population développés (2)met-
nomène : on assiste à un nouveauLes mobiles habituels attachés à tent tous en évidence ce même
resserrement de l’agglomération,la périurbanisation - recherche de phénomène. Les perspectives dé-
avec des échanges entre la ville etdavantage d’espace pour un coût mographiques du Sud de la
son arrière-pays qui lui sont plusmoindre, inclination pour vivre Meurthe-et-Moselle apparaissent ce-
favorables.dans un paysage d’aspect «cam- pendant structurellement plus favo-
pagnard»... - expliquent l’attrac- rables que celles de la Lorraine.
tion du Grand Nancy et plus Le vieillissement pèse En 2020, les personnes de plus de
encore de la Couronne du Grand sur l’avenir démographique 65 ans pourraient représenter un
Nancy sur les ménages. habitant sur cinq contre seulementLe Sud de la Meurthe-et-Moselle
Une très forte proportion de mi- un habitant sur huit en 1999. Enpourrait s’engager avant 2020 sur
grants sont ainsi devenus proprié- volume, cette population augmente-la voie d’une stagnation démogra-
taires d’une maison individuelle. rait de plus de 40% d’ici 2020 soitphique. La poursuite de l’améliora-
Les couples sans enfant ou avec un supplément de 32 400 person-tion du solde migratoire global
un ou deux enfants migrent plutôt nes. Malgré l’allongement de l’espé-observée sur la période 1990-1999
vers le Grand Nancy. Ce sont plu- rancedevie,lenombredes décèspar rapport à la période
tôt des actifs de professions intel- enregistrés dans le Sud de la1982-1990 resterait insuffisante La population
lectuelles supérieures et de Meurthe-et-Moselle devrait s’ac-de 2020pour contrebalancer le recul du
professions intermédiaires. À l’in- croître progressivement à partir deau niveausolde naturel. A partir de 2011, la
verse, les familles nombreuses s’é- de 1999 2007 pour atteindre 5 000 décèsMeurthe-et-Moselle Sud pourrait voir
loignent davantage dans la par an en 2020 contre moins desa population diminuer. En 2020,
Couronne du Grand Nancy et sont 4 700 en 1999.elle retrouverait ainsi le niveau de
principalement constituées d’em- population qui était le sien en 1999. Autre conséquence directe de la dé-
ployés et d’ouvriers. formation de la pyramide des âges,
Ce redéploiement de la population Ce repli, même limité, trouverait son le nombre des femmes en âge d’a-
constaté pour Nancy et ses cou- origine principale dans l’impact du voir des enfants diminue de plus de
ronnes se retrouve aussi dans les vieillissement de la population sur sa 15% à l’horizon 2020 sur l’en-
autres agglomérations du Sud dynamique démographique. Il aurait semble de la Meurthe-et-Moselle
Meurthe-et-Moselle. La logique qui pour conséquence l’augmentation du Sud. Malgré l’accroissement du taux
prévaut d’un desserrement de po- nombre de décès mais aussi la di- de fécondité constaté depuis 1999,
pulation de l’agglomération vers minution progressive du nombre de le déficit de naissances par rapport
l’arrière-pays, sans changement de naissances. Le solde naturel, princi- au niveau de référence de 1999 se-
lieu de travail, s’observe aussi dans palmoteurdelacroissancedémo- rait de près de 3 000 naissances
les échanges entre l’agglomération graphique de la Meurthe-et-Moselle sur 20 ans. En conséquence le
solde naturel serait réduit de près
Comparaison des structures de population
de moitié, passant de 2 250 par andu Sud de la Meurthe-et-Moselle en 1999 et 2020
en 1999 à 1 250 en 2020.âge
Femmes 1999Hommes 1999 Face à ces évolutions, les territoires
90 2020 2020
lesplusjeunesou portéspar l’ar-
rivée de jeunes ménages avec en-
80
fants devraient connaître des
évolutions de population plus favora-70
bles que les autres.
60
(2) À partir du modèle OMPHALE de
l’Insee. Le scénario central fait l’hypo-50
thèse du maintien des quotients de fé-
condité par âge de 1999 et des
40 quotients migratoires par âge moyen de
la période 1990-1999 pour les années
30 futures. Pour la mortalité, il fait évoluer
les quotients parallèlement à la tendance
nationale. Le scénario “déclin démogra-
20
phique contenu” fait l’hypothèse que le
quotient de fécondité progresse de 0,3
10 d’ici 2020 et que les quotients migratoi-
res progressent de 0,002 de 2000 à
2020 pour les 1 à 15 ans et les 25 à
0
40 ans, entraînant ainsi une réduction1000 2000 3000 40005000 4000 3000 2000 1000 5000
du déficit migratoire de 2 500 person-
Sources : Insee, RP 1999-projection Omphale 2020 scénario "déclin démographique contenu"
nes entre 1999 et 2020.
7Savoir plus : 1999 - 2020 : poursuite de la périurbanisation
et rééquilibrage Est-Ouest
- Économie Lorraine N° 225 -
CroissanceDécembre 2002 - “Un rayonnement et tendance à la stabilisationnational” - William Roos. Pont-à-
Mousson Décroissance
- Économie Lorraine N° 226 - Mars Entre stabilité et érosion
2003 - “Qui sont les étudiants
résidant en Lorraine ?” - “ Des pôles
lorrains attractifs pour les études
supérieures” - Christiane Millet.
Toul
Nancy- “La Lorraine face à son avenir” -
Insee - Sous la direction de Lunéville
Joël Creusat - Disponible en
cédérom.
- Site Internet - www.insee.fr
- Atlas de l’Agglomération nancéienne
2002-2003, ADUAN - Grand-Nancy.
er
- A paraître 1 semestre 2005 - Source : ADUAN - Insee OMPHALE horizon 2020
“Effets métropolitains du Grand
Nancy sur le Sud de la Meurthe-et- Vers un rééquilibrage rééquilibrage du peuplement entre
Moselle : regards sur les dynami-
l’Est et l’Ouest.du peuplement entreques démographiques et de dévelop-
pement” - Ouvrage réalisé en l’Est et l’Ouest ? Dans le même temps, les agglo-
partenariat avec l’Agence de Déve-
mérations pourraient voir leur po-
loppement et d’Urbanisme de l’Aire Pour autant qu’il est téméraire de
pulation décroître subissant à laurbaine Nancéienne. projeter des populations sur des
fois les effets de la périurbanisa-
territoires «travaillés» par d’inten-- Site Internet - www.aduan.org
tion qui devrait se poursuivre, et
ses mouvements migratoires in-
ceux du vieillissement. Les agglo-
ternes, on peut estimer que dans
mérations de Toul et de Lunéville
un contexte de stabilité de la po-Ministère de l’Économie, pourraient ainsi perdre entre 5%
des Finances et de l’Industrie pulation de la Meurthe-et-Moselle
et 6% de leurs habitants à l’hori-
Insee Sud à l’horizon 2020, la dyna-
zon 2020 et la Communauté ur-Institut National de la Statistique mique relative du secteur rural se
baine du Grand Nancy près de 2%.et des Études Économiques
confirmerait.
Direction Régionale de Lorraine
L’agglomération de Pont-à-Mous-
15, rue du Général Hulot Les tendances favorables, notam- son pourrait échapper à cette ten-CS 54229
ment à l’Ouest dans le Toulois et54042 NANCY CEDEX dance grâce à un solde naturel
Tél :03 83 91 85 85 au Sud de l’agglomération nan- plus résistant et un déficit migra-
Fax :03 83 40 45 61 céienne dans le secteur de Véze- toire moins marqué que pour leswww.insee.fr/lorraine
lise seraient prolongées. A agglomérations de Toul ou de Lu-
l’opposé, les espaces périurbainsDIRECTEUR DE LA PUBLICATION néville. Avec 2% de croissance
Jean-Paul FRANÇOIS et ruraux du Lunévillois devraient d’ici 2020, Pont-à-Mousson
Directeur régional de l’Insee subir de manière plus aiguë les semble pouvoir bénéficier d’un ef-
conséquences d’un vieillissement
COORDINATION RÉDACTIONNELLE fet métropolitain. Malgré ces diffé-
de la population auquel la zone estJoël CREUSAT rentiels de croissance, la
Valérie GUILLEMET d’ores et déjà confrontée : 18% hiérarchie des villes du Sud de la
Anne LOCATELLI (Aduan) de sa population a 65 ans ou Meurthe-et-Moselle resterait
plus, et 32% de jeunes ont moins
RESPONSABLE ÉDITORIAL ET stable.
de 25 ans, contre respectivementRELATIONS MÉDIAS
Ces tendances rappellent l’im-
Jacqueline FINEL 14% et 35% pour l’ensemble du
portance de l’attractivité rési-Sud de la Meurthe-et-Moselle.
RÉDACTRICE EN CHEF dentielle pour les territoires
Agnès VERDIN La couronne périurbaine formée dans le renouvellement de la po-
des six intercommunalités pro-SECRÉTARIAT DE FABRICATION pulation et leur capacité à résis-
MISE EN PAGE - COMPOSITION ches du Grand Nancy devrait ter au vieillissement.
Marie-Thérèse CAMPISTROUS continuer à voir sa population aug-
Marie-Odile LAFONTAINE
menter d’ici 2020 mais à un
Laurent AUZET (Insee)rythme de plus en plus faible.ABONNEMENTS
Myriam PUJOL Francis HESS (Aduan)Là encore, l’Ouest et le Sud de laCode SAGE : EL051840
couronne devraient concentrer lesN° à la CPPAP AD 176 Christiane MILLET (Insee)
ISSN : 0293-9657 potentialités de croissance démo-
© INSEE 2005 graphique les plus importantes,
confortant ainsi la tendance au
8

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.