Le marché des télécommunications en 2000 - La téléphonie fixe toujours en tête

De
Publié par

Les services de télécommunication se diversifient de plus en plus. Ces services dégagent 38 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2000, soit le tiers de la production automobile.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 39
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 847 - MAI 2002
PRIX : 2,20€
Le marché des télécommunications
en 2000
La téléphonie fixe toujours en tête
Claire Ravel, département des Activités tertiaires, Insee, Denis Lescop,
Observatoire statistique des marchés (Autorité de régulation des télécommunications)
es services de télécommunication secondaire. Mais l’activité est très concentrée : les
dix premières entreprises réalisent près de 90 %se diversifient de plus en plus : la té-
du chiffre d’affaires total. Les entreprises sontLléphonie mobile est apparue au côté
généralement spécialisées : 85 % n’exercent
de la téléphonie fixe, le transport de don-
qu’une seule activité de télécommunication.
nées et l’Internet se développent. Le téléphone totalise encore 60 % des recettes
Ces services dégagent 38 milliards d’eu- en 2000, dont les deux tiers pour le fixe et un
ros de chiffre d’affaires en 2000, soit le tiers pour le mobile. À l’opposé, le marché de
l’accès à l’internet ne dégage que2%du chiffretiers de la production automobile. Le sec-
d’affaires total, de même que la télédiffusion.teur est très concentré : il compte 600 en-
treprises, mais 10 d’entre elles réalisent
Les services de télécommunication en 200090 % du chiffre d’affaires total.
Répartition des 37,7 milliards d’euros du chiffreL’internet ne représente que2%decemar-
d’affairesché. Mais c’est grâce à lui que se développe
Accès Internetl’utilisation des lignes fixes, qui restent le
Télédiffusion
premier marché des télécommunications
Autres services
Téléphonie fixe(40 %). Viennent ensuite les mobiles (20 % Services avancés
16,1 Mds€
en 2000), dont l’expansion est surtout due Liaisons louées
et transportaux cartes prépayées.
de données
3,7 Mds€Les entreprises utilisent de façon crois-
sante les services avancés (numéros azur,
indigo...) au travers de leurs centres d’ap-
Interconnexionpel. Elles s’adressent aussi à une centaine
5,9 Mds€
d’opérateurs spécialisés pour transpor-
ter, de plus en plus vite, leurs données.
Téléphonie mobile
7,8Mds€
Les services de télécommunication regroupent Sources : Insee, ART
les activités permettant la transmission d’infor-
mations à distance. À la téléphonie, qu’elle soit
fixe ou mobile, s’ajoutent de nouvelles activités
À chaque service sa clientèle
telles que la fourniture d’accès à Internet, et des
activités à destination des professionnels, comme Les services de télécommunication sont ache-
le transport de données ou les liaisons louées. La tés par le grand public (46 %), les entreprises
télédiffusion d’émission de radio ou de télévision (35 %) et les opérateurs de télécommunication
fait également partie du secteur (cf. Définitions eux-mêmes (19 %).
pour une présentation plus détaillée). La téléphonie fixe ou mobile est utilisée à la
Au cours de l’année 2000, ces services ont fois par le grand public et les entreprises. Les
dégagé un chiffre d’affaires de 37,7 milliards services avancés (numéro vert, audiotel,
d’euros. À titre de comparaison, ce montant etc.) fournissent des prestations supplémen-
représente plus du tiers de la production automo- taires à la téléphonie. Les entreprises utili-
bile. Environ 600 entreprises fournissent des ser- sent plus ces services que la téléphonie
vices de télécommunication à titre principal ou elle-même. Le chiffre d’affaires de l’accès à
INSEE
PREMIEREl’internet est réalisé pour plus de 60 % Combien de temps au téléphone ? Téléphonie mobile
auprès du grand public. ça coûte ? La progression du prépayé
Dans le transport de données ou la loca-
CA (M€) Parc CA (M€)Volume (Milliers d'heures)
tion des liaisons spécialisées, seuls les (millions d'abonnés/cartes)
3 000 12 000
services de messages courts sur télé-
Volume 35 9 000CACA2 500 10 000phone portable (SMS) s’adressent aussi CA
Volume CA 8 000Parc30Volumeaux particuliers. Les autres ne sont desti- 8 0002 000 7 000
25nés qu’aux entreprises et aux opérateurs
6 000CAParc6 0001 500de télécommunication eux-mêmes. En 20 5 000
CAeffet ces services ne peuvent être renta- 4 000151 000 4 000
Parcbilisés que par une utilisation intensive. 3 000
10
2 000Enfin l’interconnexion et la revente de 500 2 000
5minutes en gros ont par nature pour 1 000
0
01998 1999 2000 0seule clientèle les opérateurs de télé-
1998 1999 2000
communication Locale hors internet Interurbaine
Internationale Total Prépayé ForfaitVers internet Vers mobiles
La clientèle des services de télécom-
Sources : Insee, ART Sources : Insee, ART
munications
Part du CA (en %)
fait baisser de plus de 30 % le prix des plus de la moitié des volumes transportés100
communications interurbaines et inter- le sont vers les réseaux mobiles nationaux
80
nationales depuis 1998, entraînant une (33 % vers des abonnés du même réseau
60 légère baisse du chiffre d’affaires. que l’appelant et 19 % vers un opérateur
En 2000, les revenus des cabines télé- tiers) et 46 % vers un téléphone fixe en
40
phoniques publiques (publiphonie), en France. Les volumes de trafic à destina-
20 forte diminution, sont inférieurs à ceux tion de l’international et ceux des abonnés
des cartes pré-payées. Une centaine français réalisés à l’étranger sont négli-0
d’opérateurs vendent 77,5 millions de geables 1,4 % et 0,9 % du trafic total.
cartes pré-payées pour un chiffre d’affai- (Au 31 mars 2002, le nombre d’abonnés
res de 586 millions d’euros. Les cartes était passé à 37 millions.)
post-payées ne sont proposées que par
OpérateursGrand public Entreprises une quinzaine d’opérateurs, mais leur Les « plus » du téléphone
rapportent 295 millions d’euros.
Sources : Insee, ART
Les 70 000 numéros de services avan-
cés se regroupent en trois catégories : à
Un Français sur deux avec son revenus partagés entre l’opérateur de
L’utilisation des lignes fixes se télécommunication et le fournisseur deportable en poche
services (ex. minitel ou audiotel), à coûtsdéveloppent grâce à l’internet
Depuis 1998, le nombre de clients du partagés entre l’appelant et les entrepri-
La téléphonie fixe est prépondérante téléphone mobile a pratiquement triplé ses proposant le service (ex. numéro
dans le marché des services de télé- pour atteindre en décembre 2000 envi- azur ou indigo), gratuits pour l’appelant
communication (40 %). Dans ce secteur ron 30 millions, soit un peu moins de la (ex. numéro vert).
ouvert à la concurrence début 1998, les moitié de la population française. Cette L’ensemble de ce marché progresse
nouveaux opérateurs prennent peu à expansion a été portée par l’engoue- depuis 1998:+35%en valeur et + 41 %
peu leur place. ment pour le « prépayé » qui contribue à en volume. Les opérateurs de télé-
Le nombre de lignes de téléphonie fixe 72 % de la croissance nette du parc phonie fixe assurent environ 90 % de ce
se stabilise depuis 1998 autour de 34 entre 1999 et 2000. marché en volume.
millions. Les accès et abonnements Les recettes de la téléphonie mobile ont En 2000, les services à revenus partagés
représentent une recette de 5,1 milliards de ce fait augmenté pour s’établir à 7,7 représentent 75 % des recettes et 63 %
d’euros, tandis que celle des communi- milliards d’euros pour l’année 2000. En du trafic associé. Les services minitel
cations atteint 9,3 milliards d’euros. particulier, les recettes issues des cartes sont en léger recul, signe d’une certaine
Entre 1998 et 2000, le temps passé au prépayées ont doublé entre 1999 et 2000, maturité de ce marché et de la concur-
téléphone progresse fortement du fait de accroissant ainsi la contribution du prépayé rence d’internet. A contrario les services
l’augmentation des communications de 4 points sur la période. Néanmoins, téléphoniques se développent, quel que
vers l’internet. De plus, les Français télé- l’essentiel du chiffre d’affaires des mobiles soit leur mode de tarification, grâce aux
phonent moins en local mais plus vers est réalisé avec les forfaits (88 %). centres d’appels. La mise à disposition
les mobiles. Ces dernières communica- Le volume des communications, en pro- de numéro de téléphone pour joindre les
tions sont à l’origine d’une grande gression de 72 % par rapport à 1999, entreprises s’insère dans une politique
partie des recettes liée aux communi- s’élève à 35,6 milliards de minutes soit plus générale d’amélioration de la qualité
cations. Néanmoins, la concurrence a 3 minutes par jour et par client. Un peu de la relation avec le client. Ce sont les
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
Téléphonie fixe
Téléphonie mobile
Interconnexion
Accès Internet
Liaisons louées et
transports de données
(yc SMS)
Services avancés
Ensemble des
services de
télécommunications
INSEE
PREMIEREVolumes des services avancés grand public, mais représentent seule- titulaires d’une licence de l’ART peuvent
ment 64 % du chiffre d’affaires. proposer des liaisons louées.Millions d’heures
Environ 250 entreprises proposent ce Les recettes des liaisons louées s’élèvent200
180 type de services mais l’activité est très à 2,0 milliards d’euros pour 358 000 liai-
160 concentrée : les 10 premières entrepri- sons. Les liaisons sont de plus en plus
140
ses réalisent 86 % des recettes. À côté rapides : ainsi les analogiques sont rem-120
de ces grandes sociétés, coexistent de placées par les numériques et les liaisons100
80 nombreux fournisseurs d’accès à l’inter- numériques très haut débit (de 2Mbit/s et
60 net régionaux. La moitié des fournis- plus) progressent le plus vite.
40
seurs d’accès réalisent également du Les 80 entreprises transportant des don-20
0 chiffre d’affaires sur l’hébergement inter- nées réalisent un chiffre d’affaires de
1998 1999 2000
net pour un total de 116 millions d’euros. 1,7 milliard d’euros. La moitié des recettesautres
services gratuits pour l'appelant La connexion à l’internet bas débit (via proviennent de transport de données par
services à coûts partagés
les lignes téléphoniques commutées ou Frame relay, et 30 % de transport par X25.services à revenus partagés audiotel
servenu partagés télématiques numériques) représente 68 % des recet- Pour l’année 2000, les recettes prove-
tes ; elle est majoritairement destinée au nant des SMS (Short Messages Servi-Sources : Insee, ART
grand public. La connexion haut débit se ces) s’élèvent à 151 millions d’euros
fait en 2000 surtout via des liaisons pour 1,5 milliard de SMS facturés
services à coûts partagés qui affichent la
louées pour une clientèle entreprise.
plus forte croissance depuis 1998. Les
recettes des services gratuits pour
Plus d’opérateurs = plus
l’appelant progressent moins vite
Le transport des données : d’interconnexion(+ 13 %), mais dans le même temps le
des vitessestrafic associé augmente de 80 %.
de plus en plus grandes L’essentiel des recettes de l’intercon-
nexion entre réseaux proviennent de la
L’accès à l’internet : Pour transmettre la voix, les données ou facturation des terminaisons d’appels
les images-programmes, les entreprises (sommes perçues par l’opérateur deun chiffre d’affaires encore faible
peuvent utiliser des liaisons louées l’abonné appelé). La terminaison est dite
quand il existe un trafic régulier et impor- sur réseau mobile si l’abonné est appeléLa fourniture d’accès à l’internet en
tant entre deux points (par exemple deux sur son mobile.2000 a dégagé 630 millions d’euros.
établissements d’une entreprise) ou Depuis 1998, l’expansion de ce marchéL’ensemble des fournisseurs d’accès
acheter du débit à une entreprise spécia- est considérable (+ 177 % en valeur etcomptabilise 9,7 millions d’abonnements.
lisée dans le transport de données. + 246 % en volume). Elle provient deCe chiffre ne correspond pas au nombre
Une centaine d’opérateurs de télécom- l’arrivée de nouveaux opérateurs sur led’internautes : un internaute peut possé-
munication réalise un chiffre d’affaires marché de la téléphonie fixe et deder plusieurs abonnements, tandis
de 3,7 milliards d’euros avec ces deux l’explosion de nouveaux servicesqu’une entreprise peut avoir un seul
prestations. La moitié d’entre eux propo- comme les mobiles et l’internet. Enabonnement mais permettre à de nom-
sent également un autre service de télé- 2000, l’interconnexion des servicesbreux salariés de se connecter à l’inter-
communication. Seuls les opérateurs mobiles représente 28 % du marché ennet. Près de 80 % des abonnements sont
volume contre 54 % en valeur. Cet écart
s’explique notamment par le fait que leLiaisons louées (LL) versus transport
Fourniture d’accès à l’internet en 2000
de données (TD) en 2000
Répartition des 630 millions d’euros de Marché de l’interconnexionRépartition des 3,7 milliards d’euros de
chiffre d’affaires
chiffre d’affaires Répartition par activité
En %
Haut débit xDSL autres Haut débit autres TD
100
Haut débit Câble
TD par X25
LL numérique 80
60TD par
mobileHaut débit LL
20
40
TD par
0Frame relay
Chiffre d’affaires Volume
(minutes de communication)
LL analogiqueBas débit (RTC, RNIS)
activité mobile activité fixe
Sources : Insee, ART Sources : Insee, ART Sources : Insee, ART
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREpour favoriser l’exercice d’une concurrence cords d’interconnexion entre opérateursprix d’un appel ayant pour terminaison
effective et loyale au bénéfice des utilisa- titulaires d’une licence ou prestataires spé-un réseau mobile est au moins 10 fois
teurs. Parmi ses missions, l’ART attribue cialisés. Avec l’interconnexion sont regrou-
plus élevée que vers un réseau fixe.
les ressources rares (numérotations, fré- pés les contrats de ventes de minutes en
Une partie du marché de l’intercon- quences, etc.). Elle instruit, pour le compte gros.
nexion provient de l’international. Le tra- du ministre chargé des télécommunica- - les services d’accès au réseau internet
tions, les demandes de licences pour l’ex- proposés par des fournisseurs d’accès àfic international entrant fournit 15 % des
ploitation de réseaux publics de télécom- l’internet (FAI, en anglais ISP, Internetrecettes. Elles sont, pour l’essentiel, ver-
munication et la fourniture de services télé- Service Provider) : ils connectent les utili-
sées par les opérateurs étrangers aux
phoniques au public. Elle émet des avis sur sateurs au réseau. Les abonnements gra-
opérateurs mobiles français lorsque les les tarifs et arbitre les litiges entre opéra- tuits ne sont comptabilisés que s’ils ont été
abonnés des premiers utilisent les teurs. utilisés par l’abonné dans les 40 derniers
Enquête de branche - Est interrogé, dans jours.réseaux des seconds.
ce type d’enquête, un échantillon représen- - les services de diffusion d’émissions de
tatif de l’ensemble des entreprises exerçant télévision et de radio.
Sources à titre principal ou secondaire une activité de - il existe de nombreux autres services tel
télécommunication. L’interrogation porte que la gestion de réseau privé intégré, les
sur leur activité de télécommunication et services mobiles privés de radio, les servi-
Les résultats présentés dans cet article
non sur l’ensemble de leur activité. ces de localisation, la vidéoconférence, les
sont issus de deux sources : une enquête
SCS (Sociétés de Commercialisation de
statistique réalisée par l’Insee et des don-
Services), etc.
nées collectées par l’Autorité de Régula- Définitions
Certaines activités sont souvent asso-
tion des Télécommunications (ART).
ciées aux télécommunications mais n’en
D’une part, l’ART collecte des données an-
font pas partie :
nuelles auprès des 110 opérateurs titulaires Les différents services de télécommuni-
- les services associés au téléphone : an-
d’une licence, via une déclaration adminis- cation :
nuaires, publicité...
trative. En effet, l’exploitation d’infrastructu- - la téléphonie fixe : l’abonnement et la mise
- les services informatiques : création de
res de télécommunication et la fourniture de en service, les services supplémentaires
pages web et hébergement de sites inter-
service téléphonique au public nécessitent (facturation détaillée, double appel, liste
net (mise à disposition des pages internet
une licence délivrée par l’ART. rouge...), les communications à partir de
des clients sur les machines de l’héber-
D’autre part, l’Insee réalise une enquête an- tous les postes fixes (postes d’abonnés
geur, sans assurer la connexion du client
nuelle de branche auprès des opérateurs non fixes et publiphones).
au réseau).
titulaires de licence. Ceux-ci regroupent les - la téléphonie mobile : communications
- les services liés à l’internet : publicité,
fournisseurs d’accès à l’internet, qui connec- mobiles et radiomessagerie.
commerce électronique (commission sur la
tent les utilisateurs au réseau mondial ; les - les services avancés : services gratuits
vente effectuée, avec ou sans paiement en de cartes, qui achètent et reven- pour l’appelant (n° gratuits : 0800...), servi-
ligne).
dent du trafic téléphonique, en assurant le ces téléphoniques à coûts partagés
- les terminaux : vente, location et mainte-
routage des communications ; les transpor- (n° 0801, 0802…) où l’appelant paie une
nance de terminaux et d’équipements de
teurs de données et les télédiffuseurs d’émis- partie de la communication et l’appelé
télécommunication.
sion TV et radio. paie le complément, services téléphoni-
L’enquête s’intéresse aux télécommunications ques (audiotel) et télématiques (minitel) à
marchandes et exclut donc le secteur public tel revenus partagés (n° 0836 ou 089, mini-
que RENATER pour l’accès à l’internet. tel : 36 15, 36 17...).
Ces deux sources distinguent trois types de - les liaisons louées (spécialisées) : location Bibliographie
clientèle : de capacités de transmission point à point, en-
- Grand public : la clientèle bénéficiant des tièrement réservé à un client par l’opérateur, à
offres grand public (ménages ou entrepri- partir de réseaux terrestres, satellitaires ou
ses individuelles), sous-marins. Elles servent à la transmission Rapport sur le marché des télécommunica-
- Entreprises : les professionnels et entre- de voix, données ou images-programmes. La tions en 1998, Observatoire des marchés,
prises (personnes morales) non concernés transmission ne se fait que d’un bout à l’autre ART, mars 2000
par l’offre grand public, en dehors des en- de la liaison physique louée. Le marché des services de télécommunica-
treprises exerçant une activité dans le do- - le transport de données (yc. SMS) : ache- tions en France en 1999 (opérateurs autori-
maine des télécommunications, minement de (informations adap- sés), Observatoire des marchés, ART, mai
- Opérateurs : entreprises exerçant une tées à un traitement informatique)«àla 2001
activité dans le domaine des services de carte », c’est-à-dire de et vers n’importe Le marché des services de télécommunica-
télécommunication, titulaire ou non d’une li- quel point géographique du réseau de tions en France en 2000 (opérateurs autori-
cence. l’opérateur. sés), Observatoire des marchés, ART,
ART - L’autorité de régulation des télécom- - l’interconnexion : services offerts ou ache- décembre 2001
munications a été créée le 1er janvier 1997, tés à d’autres opérateurs résultant d’ac- disponible sur www.art-telecom.fr
Cet INSEE PREMIÈRE est disponible sur www.insee.fr sous une forme adaptée à l’écran ainsi qu’au format Pdf
Direction Générale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pinard
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :
Paul Champsaur
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2002 Rédacteur en chef :
Daniel TemamAbonnement annuel = 70€ (France) 87€ (Étranger)
Rédacteurs : J.-W. Angel,
R. Baktavatsalou, C. Dulon,Nom ou raison sociale : ________________________ Activité : ____________________________
A.-C. Morin, B. Ouvré
Adresse : ___________________________________________________________________
Maquette : L. J.
______________________________________ Tél : _______________________________
Code Sage IP02847
Ci-joint mon règlement en Euros par chèque à l’ordre de l’INSEE : __________________________________€. ISSN 0997 - 3192
© INSEE 2002Date : __________________________________ Signature
INSEE
PREMIERE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.