Le marché des télécommunications en 2003 : Boom des SMS, essor prometteur de l'internet haut débit

De
Publié par

Le marché des télécommunications atteignait 45 milliards d'euros en 2003, soit 750 euros par habitant. L'internet haut débit et la téléphonie mobile ont été les segments les plus dynamiques des dépenses des ménages, même si le taux de pénétration des mobiles n'a pas rattrapé la moyenne européenne.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 37
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 1037 - AOÛT 2005
PRIX : 2,20€
Le marché des télécommunications
en 2003
Boom des SMS, essor prometteur
de l'internet haut débit
Nathalie Cloarec, Patrice Victor, Insee Pays de la Loire,
Anne-Laure Durand, Autorité de Régulation
des Communications Électroniques et des Postes
e marché des télécommunications en 2001 (14 %). Si on considère aussi l'activité
intermédiaire réalisée entre opérateurs, àatteignait 45 milliards d'euros en
savoir l'interconnexion dont les tarifs sont enL2003, soit 750 euros par habitant.
forte baisse, l'ensemble du chiffre d'affaires de
L'internet haut débit et la téléphonie mo-
la branche n'a augmenté que de 1 %.
bile ont été les segments les plus dynami- Les recettes de la téléphonie en 2003 ont été
ques des dépenses des ménages, même tirées vers le haut par le dynamisme des servi-
si le taux de pénétration des mobiles n'a ces mobiles qui ont crû en valeur de 12,4 % par
rapport à 2002 (graphique 1). Dans le mêmepas encore rattrapé la moyenne euro-
temps, les revenus de téléphonie fixe (abonne-péenne. Les recettes de la téléphonie fixe
ments, communications au départ des télépho-
ont continué de baisser au profit de la té-
nes fixes, cartes et publiphonie) baissaient de
léphonie mobile en raison d'une baisse 7,1 %. Après la forte croissance des deux der-
des volumes de communications locales nières années, le chiffre d'affaires de l'internet
et interurbaines ainsi que d'une baisse a continué sa progression, soutenu par le haut
débit dont le chiffre d'affaires a augmenté dedestarifsdefixeàmobile.Trèsdynami-
près de 80 %.ques, les SMS étaient en 2003 six fois plus
nombreux qu'en 2000. Depuis 2003, le
Les ménages utilisent de plushaut débit a devancé le bas débit en ter-
en plus le haut débit internetmesdechiffred'affaireset aplacéla
France dans le peloton de tête des pays La demande des ménages est dynamique et se
européens en accès ADSL. Le transport porte davantage vers les produits innovants.
En 2003, les achats des ménages en biens etde données a progressé principalement
services des technologies de l'information et degrâce au développement de protocoles de
la communication ont augmenté de 8,1 % en
transport sur l'internet. Les services audio
ont progressé alors que les téléma- Répartition du chiffre d'affaires
tiques, dont surtout le minitel, ont baissé.
des services de télécommunications
en %
1,7 2,7100 4,1 InternetLe chiffre d'affaires de l'ensemble de l'activité 5,6
9,4 7,6 8,7 Services avancés8,990de télécommunications (45 milliards d'euros) a 9,79,5 et autres services10,0 10,280légèrement augmenté en 2003, mais avec une Liaisons louées et
16,4 16,9 15,0 transport de données12,970importante modification de structure : télé-
Interconnexion
60phonie mobile et accès haut débit sont en crois-
50sance forte en valeur, alors que des prestations 33,035,939,842,3
40plus traditionnelles comme la téléphonie fixe ou Téléphonie fixe
30le minitel sont en recul. Le chiffre d'affaires
20généré par les télécommunications des ména- 29,326,423,320,710 Services mobilesges et des entreprises (hors opérateurs de télé-
0communications) a augmenté en 2003 (3,5 %), 2000 2001 2002 2003
après de très fortes hausses en 2002 (6 %) et Source : Insee, Arcep
INSEE
PREMIERE L'équipement des ménages en liée au taux d'équipement en micro-ordi- baisse de 3,4 % par rapport à 2002. D'un
télécommunications par rapport nateurs, qui reste plus faible que chez la autre côté, les connexions à l'internet bas
à l'Europe des Quinze majorité de nos voisins européens. La débit totalisaient 1,2 milliard d'heures, en
Minitel France se place ainsi en onzième posi- progression de 7,4 % (graphique 3).France
100 tion en matière de connexion à l'internet. Chaque année depuis 1999, 10 000
Europe
80 En revanche, grâce à la forte croissance cabines publiques (soit 5 %) disparais-
du nombre d'abonnements haut débit, sent de notre paysage. Les réseaux60
TéléphoneConnexion passé de 1,6 à 3,6 millions en un an, elle mobiles prenant leur place de façon pro-
40
fixe occupe la deuxième place derrière gressive, le volume des communicationsà
20
l'Espagne pour la part des ménages équi- issues des cabines ne représente plus
l'internet 0 pés du haut débit parmi ceux qui ont accès que 1 % du volume total.
à l'internet.
La téléphonie mobile toujoursLa téléphonie fixe en baisse
en pointe, surtout pour les SMS
Le chiffre d'affaires de la téléphonie fixe,
Micro-ordinateur Téléphone mobile réalisé auprès des ménages comme des Avec un chiffre d'affaires de 13,2 mil-
Source : Insee - Enquêtes permanentes sur les conditions
entreprises, a atteint 14,9 milliards d'eu- liards d'euros, les services de téléphoniede vie des ménages
Digitip-Sessi - Tableau de bord du commerce électronique ros contre 16,0 en 2002, soit – 7,1 % mobile ont continué de progresser en
Décembre 2004 (abonnements, communications, cartes 2003 (+ 12,4 %). Hors SMS et autres
et téléphones publics). Les recettes des transports de données, les recettes se
volume, soit à peine moins que l'année seules communications au départ des sont élevées à 12,1 milliards d'euros soit
précédente (9,2 %). L'internet haut débit téléphones fixes (y compris l'internet bas une progression de 9,3 %. Les commu-
et la téléphonie mobile ont gagné le pal- débit) ont continué de baisser ( – 7,6 %) au nications au départ des mobiles repré-
marès de la consommation. Le lance- profit de la téléphonie mobile. Toutes les sentaient 1,1 milliard d'heures, en
ment récent des mobiles intégrant un composantes de la téléphonie fixe sont augmentation de 22,5 % par rapport à
appareil photo a dynamisé les achats, en baisse. Premier poste de recettes, le 2002 (graphique 4). Un utilisateur télé-
qui ont augmenté de 20 % en 2003 alors montant des communications de poste phonait en moyenne 2 heures 7 minutes
qu'ils avaient baissé de 17 % l'année fixe à mobile a diminué de 5,5 %, consé- par mois en 2003, soit 15 minutes de
précédente. quence de la baisse continue des tarifs plus qu'en 2002. Le taux de pénétration
Le taux d'équipement des ménages a imposée aux opérateurs et de la pré- de la téléphonie mobile en France
continué de progresser pour les télépho- sence d'options tarifaires variées plus (rapport entre le nombre de clients et la
nes mobiles et les micro-ordinateurs : favorables aux consommateurs. La population) n'atteignait que 69 % en fin
sept ménages sur dix possédaient début baisse s'est opérée aussi sur les com- d'année 2003 contre 81 % pour l'en-
2004 un téléphone mobile et près d'un munications locales (– 4,8 %) et interur- semble de l'Europe des Quinze.
ménage sur deux un micro-ordinateur baines (– 13,6 %). Avec 8,2 milliards de SMS (Short Mes-
(graphique 2). La connexion à l'internet a Le volume des communications hors sage Service) et de MMS (Multimedia
gagné du terrain (31 % des ménages internet au départ des postes fixes attei- Messaging Service), le nombre de mes-
début 2004) mais elle est étroitement gnait 1,8 milliard d'heures en 2003, en sages interpersonnels émis en 2003 a
La fourniture d'accès à l'internet Évolution de la téléphonie Répartition du volume des com-
mobilemunications en téléphonie fixe
en millions d'heures Base 100 en 1998 en millions d'euros
1 600 700 1 400
1 400 1 200600
Volume des communications1 200
1 000
500
1 000
800
800 400
Nombre de clients
600
600
300
400
400 Chiffre d'affaires
200 200200
00 100
1998 1999 2000 2001 2002 2003 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2000 2001 2002* 2003
Locales hors internet Interurbaines Bas débit (RTC, RNIS) Haut débit câble
Internet (bas débit) Vers mobiles Haut débit xDSLHaut débit liaisons louées
Internationales * données révisées
Source : Insee, Arcep Source : Insee, Arcep Source : Insee, Arcep
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (0) 1 41 17 50 50
INSEE
PREMIERE Chiffre d'affaires des liaisons (+ 80 %) grâce à la diminution des tarifs aux opérateurs par les entreprises pro-
louées et du transport de données et à la diversification des services. Fin posant le service, ont atteint 112 millions
2004, la France se situe dans le peloton d'euros en 2003, soit 6 % du revenu total
en millions d'euros
de tête des pays européens avec 6,1 mil- (graphique 7).
Liaison louée lions d'accès ADSL (soit 16 % des lignes Avec 10 milliards de minutes, les volu-2003
analogique
téléphoniques). Malgré la forte crois- mes des services avancés sont restés2000
sance du haut débit par le câble (multi- stables en 2003. D'un côté, les servicesTransport de
données par X25 plié par deux entre 2001 et 2003), les gratuits pour l'appelant ont fortement
connexions haut débit autres que le progressé (+ 28 %), de l'autre le trafic
Autres transports
xDSL se sont moins développées en des services télématiques a baissé dede données
France que dans les autres pays euro- 20 % par rapport à 2002. Il ne représen-Transport de
données péens. Fin 2003, elles ne constituaient tait plus que 24 % du trafic vers les
par Frame relay
que 11 % des infrastructures contre numéros spéciaux, contre 30 % en 2002.
Liaison louée 27 % dans l'Europe des Quinze. Le trafic vers les services audiotel est
numérique
resté stable (+ 1 %).
0 500 1 000 1 500 2 000 2 500
Source : Insee, Arcep Le transport de données L'interconnexion : accentuation
est toujours dynamique de la baisse des revenus
augmenté de près de 50 %. Il est six fois
plus important qu'en 2000 et a généré un Les entreprises du transport de données Les volumes d'interconnexion (défini-
revenu de 915 millions d'euros. (hors réseaux mobiles) ont réalisé un tions) entre opérateurs de télécommuni-
Parmi les 41,7 millions de clients des chiffre d'affaires de 2,3 milliards d'euros cations ont continué d'augmenter en
services mobiles, près de neuf sur dix en 2003, soit 4,3 % de plus qu'en 2002. 2003 mais à un rythme très ralenti par
appartenaient au « grand public ou pro- Les recettes provenaient pour 62 % du rapport à 2002 : + 4 % en 2003 contre
fessions libérales » et près de 60 % transport de données par Frame Relay + 20 % en 2002 (graphique 8). La crois-
avaient choisi la tarification au forfait. Un (système de communication entre gros sance des volumes d'interconnexion
client souscrivant à un forfait a et microsystèmes) et pour 23 % par provient du trafic à destination des opé-
consommé en moyenne en 2003 Internet Protocol (définitions). Ce type rateurs mobiles (+ 12 %) et du trafic
presque sept fois plus de minutes qu'un de transport s'est fortement développé d'interconnexion d'internet bas débit
abonné à un service de cartes pré- au cours des deux dernières années et (+ 9,5 %). Les volumes d'interconnexion
payées. le chiffre d'affaires a augmenté de 29 % des opérateurs fixes sont restés stables
en 2003 (graphique 6). (+ 0,5 % par rapport à 2002).
Le chiffre d'affaires augmentait de 3,7 % Le chiffre d'affaires de l'interconnexion
Le haut débit détrône en 2003 en 2003 pour les liaisons louées (défini- hors une partie de la revente de trafic
tions). La hausse concernait exclusive-le bas débit (graphique 8) a continué son repli : – 12 %
ment les liaisons louées numériques (+ par rapport à 2002 après – 8 % par rap-
En croissance de 37 %, le chiffre d'affai- 4,1 %). Les recettes provenant des liai- port à 2001, et ce sur tous les segments
res de la fourniture d'accès à l'internet a sons louées analogiques baissaient, de marché. Sur celui de la téléphonie
atteint 2,5 milliards d'euros en 2003. quant à elles, de 0,5 %.
Cette progression fait suite à celle très Répartition du chiffre d'affaires
marquée de l'année 2002 : + 58 %. En
des services avancés en 2003Les services avancés :deux ans, ce segment de marché a plus
1que doublé en valeur. Fin 2003, on croissance soutenue Services télématiques
26%comptait 12,1 millions d'abonnements à des services audiotel 3
Acheminement
l'internet. spécial
En 2003, le chiffre d'affaires des accès à Le revenu des services dits avancés 3%
bas débit stagnait pour la première fois (définitions) a baissé de 2,5 % en 2003
parallèlement à une augmentation du par rapport à 2002 avec 1,8 milliard d'eu-
1Services
haut débit (graphique 5). Le développe- ros. Cette baisse est entièrement due à audio
ment des offres d'accès à haut débit par la décroissance des revenus des servi- 44% Gratuits
pourles opérateurs a séduit les consommateurs ces télématiques (minitel : – 25 %). En
l’appelant
et modifié leur comportement, même revanche les recettes des services
6%
ceux qui utilisaient jusque là l'internet audiotel (numéros surtaxés) ont pro-
ponctuellement. gressé de 9,7 %. Les revenus de ces
2
Coûts partagés
Avec un taux de pénétration du haut services audiotel, qui font partie des
21%
débit de 15 % (rapport entre le nombre avancés dits « à revenus parta- 1 : revenus partagés entre l'opérateur et le prestataire de servi-
cesd'abonnements et le nombre de foyers gés », représentent, en 2003, 44 % des
2 : coût supporté à la fois par l'appelant et l'entreprise met-au 1er janvier 2004), le chiffre d'affaires recettes des services avancés. Les
tant le service à disposition
des connexions haut débit a été princi- revenus des services gratuits pour l'ap- 3 : services de télé ou vidéo conférence, routage spécial...
Source : Insee, Arceppalement porté par les recettes du xDSL pelant (numéro vert, libre appel), payés
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (0) 1 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREle champ des opérateurs qu'elle pourra l'acheminement des données ou de la voix Évolution de l'interconnexion
suivre. De ce fait, à partir de l'observation de sur tout le réseau numérique ou analo-
en millions d'euros en millions d'heures l'année 2004, l'enquête complémentaire gique acceptant le protocole TCP/IP. Les
8 000 4 000 Insee n'a plus sa justification initiale et sera données sont transformées et compres-
Volumes en millions d'heures
donc supprimée. sées en données numériques qui sont
7 000 Chiffre d'affaires
Par ailleurs, les enquêtes permanentes acheminées jusqu'au destinataire sous
en millions d'euros
Conditions de vie des ménages de l'Insee forme de paquets TCP/IP.6 000 3 000
fournissent des taux d'équipement en biens -l'interconnexion : services offerts ou
5 000 durables (utilisés ici de mai 1997 à janvier achetés à d'autres opérateurs résultant
2004), et les comptes nationaux des évalua- d'accords d'interconnexion entre opéra-
4 000 2 000
tions de consommation des ménages en 2003. teurs titulaires d'une licence ou prestatai-
res spécialisés. Par exemple, quand3 000
l'abonné d'un réseau appelle l'abonnéDéfinitions2 000 1 000 d'un autre réseau, les opérateurs facturent
la communication à leurs abonnés respec-
1 000
tifs et reversent une partie à l'autre opéra-
Les différents services de télécommunica-
0 0 teur.
tion sont :
1998 1999 2000 200120022003 -les services d'accès au réseau internet
-la téléphonie fixe, qui comprend les abon-
Source : Insee, ARCEP proposés par des fournisseurs d'accès à
nements, les communications, les cartes et
l'internet : ils connectent les utilisateurs au
téléphones publics et inclut aussi les servi-
réseau. Les abonnements gratuits ne sont
ces supplémentaires (facturation détaillée,fixe, le chiffre d'affaires était en baisse
en principe comptabilisés que s'ils ont été
double appel, liste rouge, messagerie...).de 14 %. Sur le marché de la téléphonie utilisés par l'abonné dans les 40 derniers
-la téléphonie mobile (y c. SMS et MMS) :
mobile, les recettes d'interconnexion ont jours ; cependant, en pratique, une cer-
communications impliquant des mobiles et
taine part d'abonnements non actifs peutbaissé de 10 %. Cette décroissance est radiomessagerie. Contrairement au SMS, le
avoir été intégrée. Le haut débit (xDSL,essentiellement due à la baisse des tarifs MMS permet d'envoyer aussi des images et
câble) permet une connexion permanente,
des messages écrits agrémentés de don-de terminaison sur les réseaux mobiles
plus rapide que les lignes téléphoniques,
nées multimédia.
payable par abonnement.
-les services avancés : services gratuits
-les services de diffusion d'émissions de
pour l'appelant, services téléphoniques àSources
télévision et de radio.
coûts partagés (entre l'appelant et l'appelé),
-les autres services : gestion de réseau
services téléphoniques (audiotel) et téléma-
privé intégré, mobiles privés de
Les résultats présentés dans cet article tiques (minitel) à revenus partagés (entre le
radio, services de localisation, vidéocon-
proviennent de l'Autorité de Régulation des fournisseur du service et l'opérateur télé-
férence, sociétés de commercialisation de
Communications Électroniques et des Pos- phonique).
services, etc.
tes (Arcep, ex-ART) et de l'Insee. -les liaisons louées (spécialisées) : loca-
L'Arcep collecte des données annuelles au- tion de capacités permanentes de transmis-
près des 102 opérateurs titulaires d'une li- sion entre deux points, offertes par les Bibliographie
cence, par l'intermédiaire d'une déclaration opérateurs titulaires d'une licence de
administrative. En effet, l'exploitation d'in- l'Arcep, entièrement réservée à un client par
frastructures de télécommunications et la l'opérateur, à partir de réseaux terrestres, « Le marché des services de télécommuni-
fourniture de service téléphonique au pu- satellitaires ou sous-marins. cations en France en 2003 (opérateurs au-
blic nécessitaient jusqu'au 25 juillet 2003 -le transport de données (non compris les torisés) », Observatoire des marchés,
une licence délivrée par l'Arcep. Depuis SMS) : acheminement de données «à la ART, juin 2005 (disponible sur www.ar-
cette date, la fourniture au public de servi- carte», c'est-à-dire de et vers n'importe quel cep.fr).
ces de communications électroniques doit point géographique du réseau de l'opé- « La consommation des ménages en 2003
simplement être déclarée au préalable au- rateur. Le numérique (opposé à l'analogique), : une progression toujours modérée »,
près de l'Arcep. transforme les sons, la voix et les images en Insee Première n° 973, juin 2004.
L'Insee réalise une enquête annuelle par signal binaire. Le protocole de transmission Tableaux de l'Économie Française,édi-
sondage auprès des autres opérateurs non de données X25 était très utilisé dans les an- tion 2004/2005, Insee, septembre 2004.
titulaires d'une licence Arcep. nées 1975 à 1990. Le transport par Frame « Tableau de bord du commerce électro-
Suite à la nouvelle législation sur les com- Relay lui a succédé. Le de don- nique », Digitip-Sessi, décembre 2004.
munications électroniques, l'Arcep élargit nées sur IP (Internet Protocol) permet (www.industrie.gouv.fr)
INSEE PREMIÈRE figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee.fr (rubrique Publications)
Vous pouvez vous abonner gratuitement aux avis de parution dans http://www.insee.fr/fr/ppp/abonnement/abonnement.asp#formulaire
Direction Générale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pinard
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :
Jean-Michel Charpin
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2005 Rédacteur en chef :
Daniel TemamAbonnement annuel = 70€ (France) 87€ (Étranger)
Rédacteurs : R. Baktavatsalou,
C. Benveniste, C. Dulon,Nom ou raison sociale : ________________________ Activité : ____________________________
A.-C. Morin
Adresse : ___________________________________________________________________
Maquette : RPV
______________________________________ Tél : _______________________________ Code Sage IP051037
ISSN 0997 - 3192Ci-joint mon règlement en Euros par chèque à l’ordre de l’INSEE : __________________________________€.
© INSEE 2005
Date : __________________________________ Signature
INSEE
PREMIERE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.