Le rôle déterminant des migrations dans le développement démographique des espaces de Provence-Alpes-Côte d'Azur

De
Publié par

Les migrations sont le moteur principal de la croissance démographique dans la plupart des espaces qui composent le territoire régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur. Seuls l'espace Rhodanien et le Littoral connaissent une croissance naturelle importante. Les échanges de la région sont particulièrement nombreux et bénéficiaires avec l'Ile-de-France, ce qui conditionne le profil général des migrants. Les échanges sont intenses avec Languedoc- Roussillon, mais ils sont déficitaires. Au sein de la région, neuf déménagements sur dix concernent le Littoral, soit comme espace de départ, soit comme espace d'arrivée. Les migrations internes à la région se font au profit du Moyen Pays et de la Montagne, souvent dans une logique de périurbanisation.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 5
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
SUD INSEE N° 92  mai 2006 l'essentiel Le rôle déterminant des migrations dans le développement démographique des espaces de ProvenceAlpesCôte d'Azur
Les migrations sont le moteur prin cipal de la croissance démogra phique dans la plupart des espaces qui composent le territoire régional de ProvenceAlpesCôte d’Azur. Seuls l’espace Rhodanien et le Lit toral connaissent une croissance naturelle importante. Les échanges de la région sont particulièrement nombreux et bénéficiaires avec l’IledeFrance, ce qui conditionne le profil général des migrants. Les échanges sont intenses avec Lan guedocRoussillon, mais ils sont déficitaires. Au sein de la région, neuf déména gements sur dix concernent le Lit toral, soit comme espace de départ, soit comme espace d’ar rivée. Les migrations internes à la région se font au profit du Moyen Pays et de la Montagne, souvent dans une logique de périurbanisa tion.
La population de ProvenceAlpesCôte d’Azur était estimée à environ er 4 600 000 personnes au 1janvier 2002. Depuis 1990 elle s’était accrue de près de 366000 personnes. Les migrations
©Insee 2006
expliquent plus de deux tiers de l’ac croissement de population durant cette période.
Les migrations expliquent l’essentiel de la croissance démographique du Moyen Pays et de la Montagne
Entre 1990 et 2002, la population du Littoral (cf. encadré "Les cinq espaces") a augmenté de 203 000 personnes, celle du Moyen Pays de 143 000 et celle de la Montagne de 20 000. En 2002, le Litto ral compte environ 3 300 000 habitants, le Moyen Pays 1 100 000 et la Montagne 220 000.
Pour la période 19901999, la crois sance de la population a été la plus forte dans le Moyen Pays : le taux de crois sance annuel moyen de la population at teint 1,11% contre 0,75% pour la Montagne et 0,47% pour le Littoral. Pour tous les espaces, l’accroissement de la population repose majoritairement (1) sur un excédent migratoire. Ceci est particulièrement vrai pour la Montagne où l’excédent migratoire représente 97 %de l’augmentation de la popula tion et, dans une moindre mesure, pour le Moyen Pays (79 %). Au sein du Litto ral, la population est plus jeune et l’ex cédent naturel (naissances  décès) y est
(1) L’excédentmigratoire est la différence entre le nombre de personnes qui sont entrées sur le territoire et le nombre de personnes qui en sont sorties sur la période. Il inclut donc les échanges avec le reste du monde. Dans cette publication, l’analyse des caracté ristiques de migrants porte sur les flux interrégionaux et intrarégionaux. Elle exclut les mouvements avec le reste du monde.
SUD INSEEN° 92  m ai 2006 l'essentiel Les cinq espaces La proposition de découpage de ProvenceAlpesCôte d’Azur en cinq territoires est issue de la réflexion engagée dans le cadre de la démarche de concer tation sur le Schéma régional menée par le Conseil régional. Ces cinq grands espaces définissent non des périmètres, des zonages et/ou des espaces de compétences mais des territoires de réflexion, non figés, qui s’ajustent en fonction des réflexions ; ces espaces ne donnent pas lieu à définition détaillée sous forme de listes de communes.
©Insee 2006
Languedoc Roussillon
RhôneAlpes
Montagne
Moyen Pays
Littoral
© IGN - Région Provence-Alpes-Côte d’Azur - Insee 2006
Languedoc
R
Espac
© IGN - Région Provence-Alpes-Côte d’Azur - Insee 2006
2
ien
Italie
Italie
éditerranée
Mer Méditerranée
SUD INSEEN° 92  mai 2006 l'essentiel Chiffres clés ProvenceAlpes LittoralMoyen PaysMontagne DurancienRhodanien Côte d'Azur er Estimations de la population au 1janvier 20024 623 4713 295 4221 107 913220 136187 9881 062 604 Population en 19994 506 1513 226 2581 065 696214 197182 0851 035 440 Variation de population entre 1990 et 1999 (%)+ 5,8+ 4,3+ 10,4+ 7,0+ 10,7+ 6,1 Part de la population régionale en 1999 (%)100,0 71,623,6 4,84,0 -* 2 Densité (habitants/km )144 49090 1761 188 * Non pertinent car l'espace Rhodanien contient des communes des trois régions : ProvenceAlpesCôte d'Azur, RhôneAlpes et LanguedocRoussillon. er Source : Insee - Recensements de la population 1990 et 1999, estimations de population au 1janvier 2002 plus important : les migrations ne con Le Littoral joue un rle prpond rantdans les migrations tribuent qu’à hauteur de 62% à laLes mouvements de population des trois espaces entre 1990 et 1999 croissance de lapopulation. Migrations intra-régionales Autres régions Migrations interrégionales Entre 1990 et 1999 environ un millionRégions autres que 16 782 Provence-Alpes-Côte d'Azur depersonnes se sont installées ou ont quitté le Littoral, le Moyen Pays ou la Montagnepour une autre région de 24 560 France Métropolitaine ou un autre es 6 487 Autres régions pace de la région : 82 % de ces démé9 Italie nagements impliquent l’un des trois espaces avec l’extérieur de la région (migrations externes). 18% se font 6 646 entre les trois espaces (migrations in 135 862 ternes). Visàvis de l’extérieur, le Lit toral, le Moyen Pays et la Montagne Autres régions sont tous très attractifs. Dans les rela Moyen Pays11 120 tions internes, le Littoral est largement237 119 84 293 déficitaire avec les deux autres espaces. 33
Migrations externes : beaucoup d’échanges avec l’IledeFrance mais des échanges plus intenses avec les régions voisines
© IGN - Région Provence-Alpes-Côte d’Azur - Insee 2006 Source : Insee - Recensement de lao ulation1999
57 103Littoral
Entre 1990 et 1999, 495000person ces.Dans le même temps, seules nes, enp345 000effectuaient le chemin inrovenance d’une autre région que ProvenceAlpverse. Cette forte attractivitéesCôte d’Azur, seprofite sont installées dans l’un des trois espa auxtrois espaces qui sont largement Les composantes de la variation annuelle de population % 2 Variation due au solde migratoire 1,8 Variation due au solde naturel 1,6 1,4 1,2 1 0,8 0,6 0,4 0,2 0
r Méditerranée
bénéficiaires : + 98 000personnespour le Littoral,+ 45 000pour le Moyen Pays et + 8 000pour la Montagne. Ces migrations interrégionales contribuent pour trois quarts à l’augmentation de la population du Littoral, 45%pour le Moyen Pays et 55%pour la Mon tagne.
Un échange régional sur quatre se fait avec l’IledeFrance. Celleci est le premierpartenaire du Littoral, avec 28 % des échanges, et du Moyen Pays avec 21% des échanges. Elle est la deuxième régionpartenaire de la Mon tagne, devancéepar la région voisine, RhôneAlpes.
Si on rapporte le nombre de migra tions auxpopulations des régions Littoral Moyen Pays Montagne Durancien RhodanienProvence-Alpes-Côte d'Azurconcernées, les échanges avec les er Source : Insee - Recensements de la population 1990 et 1999, estimations de population au 1anvier 2002 régions voisines, LanguedocRous 3
SUD INSEE l'essentiel
N° 92  mai 2006
Quelle que soit la situation professionnelle, des actifs plus nombreux à s'installer qu'à partir Les migrations avec l'extérieur de la région selon la situation professionnelle des actifs Littoral MoyenPays Montagne Entrées SortiesSolde EntréesSorties SoldeEntrées Sorties Artisans, commerçants, chefs d'entreprises7 6706 0891 5813 8322 4661 366876 474 Cadres, professions intellectuelles supérieures29 87027 5952 2759 6337 6192 0141 3851 321 Professions intermédiaires36 04324 66011 38315 3019 4495 8522 9301 976 Employés 41567 25016 16551 14188 10471 3717 3533 2055 Ouvriers 15741 11647 4094 8037 5553 2484 1536 1019 Chômeurs 31013 20224 10789 12382 7354 5028 1951 1196 Ensemble 161904 115231 46673 63373 42912 20461 12211 8041 Source : Insee - Recensement de la population 1999
sillon et RhôneAlpes, apparaissent alors comme plus intenses que ceux avec l’IledeFrance.
Le Littoral, le Moyen Pays et la Mon tagne sont, tous trois, attractifs visà vis des régions situées plus au nord : il y a plus de personnes qui s’installent dans un de ces trois espaces en prove nance de l’IledeFrance ou de Rhône Alpes que de personnes qui effectuent le chemin inverse. Les trois espaces sont moins attractifs avec les régions du Sud: il y a plus de personnes qui quittent le Littoral, le Moyen Pays ou la Montagne pour rejoindre Languedoc Roussillon, MidiPyrénées ou l’Aqui taine que de personnes qui font le chemin inverse. L’attractivité du Lan guedocRoussillon ne s’explique pas seulement par sa proximité immédiate. En effet, il y plus de personnes qui quittent le littoral des AlpesMariti mes, à l’est de la région, pour le Lan guedocRoussillon que de personnes qui font le chemin inverse.
Des entrants relativement plus âgés que les sortants
Globalement les migrants sont plus (2) jeunes que la population stablede la région, mais les personnes qui s’instal lent sur le Littoral, le Moyen Pays ou la Montagne sont relativement plus âgées que celles qui quittent l’un de ces espa ces. Ceci est dû à l'importance des échanges de chaque espace avec l'IledeFrance. Ainsi 19 % des person nes s’installant sur le Littoral en prove nance de l’IledeFrance ont 60 ans et plus, alors que seulement 8 % des per sonnes quittant le Littoral en direction
(2) Population stable : population résidant dans la zone d’étude en 1990 et en 1999.
de l’IledeFrance appartiennent à cette classe d’âge.
De plus, le solde migratoire des 1824 ans avec l'ensemble des autres régions françaises est négatif dans le Moyen Pays et la Montagne. Il y a deux fois plus de personnes de cette classe d’âge qui quittent le Moyen Pays pour s’ins taller dans le LanguedocRoussillon ou le SudOuest que de personnes qui font le chemin inverse. Pour la Montagne, les sortants âgés de 18 à 24 ans en di rection de RhôneAlpes sont trois fois plus nombreux que ceux qui font le chemin inverse. En revanche, le solde migratoire des 1824 ans avec le reste de la France est positif sur le Littoral, en raison, notamment, du rayonnement de ses établissements d’enseignement supérieur.
Les cadres et professions intellectuelles supérieures les plus mobiles
Entre 1990 et 1999, 237 000 personnes actives se sont installées sur l’un des trois espaces de la région, en prove nance de l’extérieur, alors que 166 000
Solde 402 64 954 1 478 517 755 4 170
faisait le chemin inverse. 82 % des mi grants occupaient un emploi en 1999 et 18 %était au chômage à cette date. Quelle que soit la catégorie sociopro fessionnelle, les actifs ayant un emploi sont plus nombreux à s’installer dans chacun des trois espaces qu’à en partir. Ce constat se vérifie aussi pour les chô meurs.
Surreprésentés dans les migrations (19 %)par rapport à la population stable (9,5 %), les cadres et les profes sions intellectuelles supérieures sont les plus mobiles. Le nombre d’entrées n’est cependant que légèrement supé rieur au nombre de sorties. Dans les échanges avec l’IledeFrance, les ca dres sont même plus nombreux à partir qu’à s’installer dans le Littoral et la Montagne (onze départs pour dix en trées au total).
La part des professions intermédiaires dans les migrations est relativement proche (22 %) de leur part dans la po pulation stable (19 %). Moins mobiles que les cadres, ces migrants sont beau coup plus nombreux à s’installer qu’à partir (un peu moins de sept départs pour dix entrées). Pour les autres caté
Seul le Littoral est attractif pour les jeunes de 20 à 24 ans Les migrations avec l'extérieur de la région selon l'âge des migrants Littoral MoyenPays Montagne Entrées Sorties Entrées Sorties Entrées Sorties De 0 à 14 ans68 59850 83732 86320 2015 7703 904 De 15 à 19 ans17 36312 3117 3585 7691 3411 108 De 20 à 24 ans26 27417 6876 8388 2691 2161 832 De 25 à 29 ans38 02028 88412 71210 7192 5981 945 De 30 à 39 ans68 50551 38527 91418 0255 2683 434 De 40 à 49 ans41 13729 15018 25411 9643 4632 251 De 50 à 59 ans26 77217 59911 4596 4251 895993 De 60 à 74 ans34 42718 13714 0486 1322 266841 Plus de 75 ans13 63111 0834 3963 521739 474 Total 334727 237073 135842 91025 24556 16782 Source : Insee - Recensement de la population 1999
©Insee 2006
SUD INSEE l'essentiel
N° 92  mai 2006
Cinq territoires à enjeux pour l’avenir
La Région ProvenceAlpesCôte d’Azur a lancé une démarche participative dans le cadre de l’élaboration de son Schéma régional d’aménagement et de développement du territoire. Cette démarche a été l’occasion de construire une image renouvelée du territoire et d’identifier cinq "grands espaces" à l’inté rieur desquels des problématiques, des spécificités et des enjeux communs ont été repérés. C’est autour de ces cinq territoires que peuvent se dessiner, pour la Région, les orientations stratégiques pour les 10 à 20 ans à venir.
1. Le Littoral : espace des fortes densités
Ce territoire est celui de la confrontation de territoires urbains et d’espaces naturels remarquables. Dense et saturé, il est pour longtemps encore l’espace d’accueil et de cohabitation de la région, où se rencontrent et se croisent richesse et pauvreté et usages divers du foncier. Le Littoral est l’espace des muta tions, des transformations institutionnelles ; il est l’espace des opportunités du fait des concentrations de services et d’équipements (filières universitaires, port et aéroport, autoroute, gare et ligne TGV). C’est unespace dynamique qui se caractérise par un développement économique appuyé sur les nouvelles technologies. Pour ce territoire, deux objectifs majeurs apparaissent :  conforter le positionnement international euroméditerranéen de la Région : carrefour NordSud et EstOuest, terrestre et maritime de l’espace littoral ;  renforcer le rôle d’entraînement de l’espace littoral sur l’ensemble du territoire régional créé par sa dynamique démographique et économique.
2. Le Moyen Pays : dynamiques et contradictions
Le Moyen Pays est l’espace régional privilégié d’accueil de nouvelles populations venues des agglomérations denses et saturées à larecherche d’un meil leur cadre de vie. Il jouit d’une forte attractivité et participe au processus de déconcentration des pôles urbains, notamment ceux d’AixenProvence, Mar seille et Toulon, mais aussi des autres régions françaises. Sous l’effet de la périurbanisation, le Moyen Pays est aussi devenu un espace de mitage. C’est un espace en mutation, confronté aux problèmes du foncier, du logement, des mobilités, de l’implantation de grands équipements, mais aussi de la précarité. Face à l’arrivée de nombreux nouveaux résidents se pose le problème de la maîtrise du développement d’une économie résidentielle compatible avec la préservation des espaces naturels et agricoles. C’est pourquoi le Moyen Pays est un territoire à enjeux au niveau régional pour les années à venir, qui nécessite une intervention publique stratégique et concertée.
3. La Montagne : paradoxes et possibilités
Espace encore présenté comme un territoire aux faibles densités, la Montagne porte des dynamiques nouvelles qui tendent à le transformer. Espace frontalier vers l’Italie et vers RhôneAlpes, il est fortement attractif grâce à ses qualités paysagères, environnementales et écologiques remarqua bles. Et la population qui y réside exprime des attentes spécifiques en matière d’échanges et de mobilité. Ses atouts et ressources ne sont pas suffisamment exploités (forêt, sport de pointe, qualité de l’hébergement, patrimoine culturel de valeur...) et les risques naturels nécessitent une gestion appropriée (avalanches, glissements de terrain, inondations...). La saisonnalité des emplois s’étend et touche les emplois qualifiés et une multiactivité qualifiée se développe. La montagne est un espace de jonction entre l’arc méditerranéen et l’axe alpin. L’enjeu est d’utiliser les ressources et solidarités extrarégionales, transfron talières pour conforter le développement et les services aux populations et favoriser le maintien d’un espace de qualité pour l’ensemble de la région.
4. L’espace Durancien : nouvel espace de développement
La spécificité de cet espace est la très forte attractivité exercée sur les autres régions françaises en raison de sa proximité et de son accessibilité. La Du rance est un axe qui structure la région et l’ouvre vers RhôneAlpes et vers l’Italie. Axe d’ouverture et de pénétration des Alpes du Sud à partir duquel sont irriguées les vallées, il est aussi un lien entre Montagne et Moyen Pays, vers le Littoral. C’est un espace dynamique, sur le plan économique, autour des secteurs de l’agriculture et de l’industrie avec le développement du site de Cadarache et le projet d’envergure internationale d’ITER. C’est un espace attractif en termes de disponibilité foncière et de qualité de vie pouvant devenir un espace d’implantation de grands projets dans les an nées à venir. C’est donc un espace qui nécessite la mise en œuvre d’un mode de gestion conciliant développement économique et préservation des richesses, renfor çant le lien économique, social et culturel que constitue la Durance et favorisant les solidarités (pour la gestion de l’eau par exemple).
5. Le Rhône : lien entre Nord et Sud, Est et Ouest
Le Rhône est un espace vécu aujourd’hui comme un lien entre Nord et Méditerranée, entre Est et Ouest. C’est un espace à forts enjeux environnementaux, patrimoniaux, porteur d’identité interrégionale, où se situent les plus importantes réserves foncières (vers FosEtang de Berre), au cœur d’espaces biologiquement remarquables comme l’étang de Bolmon, la zone humide de SaintChamas, la Crau,... C’est un espace où les concurrences dans l’occupation du sol et les usages sont exacerbés entre urbanisation et périurbanisation, infrastructures de com munication, activités économiques et espaces naturels et culturels. C’est un espace de communication, de concentrations diverses, en particulier autour de la logistique. Cet axe supporte une des plus fortes densités au monde de grandes infrastructures de transit. Ces concentrations et densités diverses font de cet espace, un espace de liens économiques notamment entre Lyon et Marseille, de cohabitation (une zone de développement industrialoportuaire Fos, un pôle de services, un secteur de technologie de pointe sur AixMarseille), un carrefour géoéconomique, nœud de communication rayonnant au Nord, Sud, Est et Ouest. Mais, cette sursaturation n’autorise plus aujourd’hui le développement de nouvelles infrastructures. L’enjeu à terme est donc de conforter le rôle de corridor NordSud, jonction entre Europe du Nord et Méditerranée et de carrefour terrestre EstOuest ainsi que de développer et valoriser les richesses agricoles, industrielles et logistiques de l’espace Rhône tout en préservant les espaces remarquables et la qualité du cadre de vie.
©Insee 2006
Région ProvenceAlpesCôte d’Azur  Mission Études et Prospective  juin 2005
5
SUD INSEE l'essentiel
N° 92  mai 2006
gories, la mobilité est moindre mais les entrants sont égalementplus nom breux.
Lapart des chômeurs dans les migra tions est quasiment égale à leurpart dans lapopulation stablepour le Litto ral (respectivement 18,5 % et 17,7 %). Elle est supérieure deplus de trois pointspour le Moyen Pays (respective ment 18,6% et 15,3%) et de sept pointspour la Montagne (respective ment 15,5% et 8,5%). Pour six chô meurs qui quittent l’un des trois espaces, dix s’y installent.
Migrations internes : neuf déménagements sur dix concernent le Littoral
Entre 1990 et 1999, 185 000personnes ont déménagé d’un espace à un autre, sans quitter ProvenceAlpesCôte d’Azur.
Les échanges entre le Littoral et le Moyen Pays représentent 76 % des flux internes à la région, 17% concerne l’axe Littoral Montagneet 7% l’axe Moyen Pays Montagne.Ainsi, 93% des déménagements internes à la région concernent le Littoral.
Le Littoralperd de lapopulation au profit des autres espaces : 68 000per sonnes se sont installées sur le Littoral enprovenance du Moyen Pays ou de la Montagne et 104 000 l’ont quittépour un de ces deux espaces. Dès lors, les migrations internes contribuent négati vement à la croissance de lapopulation du Littoral au bénéfice des autres espa ces.
Les échanges du Littoral avec le Moyen Pays et même la Montagne sont
Pour en savoir plus
fortement influencéspar l’étalement urbain des grandes agglomérations de la région. Par exemple, sur les 20 000 personnes qui ont quitté le Littoral pour s’installer dans la Montagne, 9 000 sont restées dans les AlpesMari times, neparcourant en moyenne que 28 kilomètres lors de leur déménage ment.
Espace Rhodanien : l’excédent migratoire avec lIledeFrance compense le déficit avec Languedoc Roussillon
En 2002, l’espace Rhodanien compte environ 1 063 000personnes. Le taux de croissance annuel est de 0,87% entre 1999 et 2002, soit un rythme de croissance trèsproche de celui observé sur l’ensemble de la région Provence AlpesCôte d’Azur.
Entre 1990 et 1999, la croissance de la population de l’espace Rhodanienpro vientpour deux tiers de l’excédent na turel etpour un tiers de l’excédent migratoire. Ce dernier estpositif du fait de l’attractivité de cet espace visàvis des autres régions métropolitaines.
Sur cettepériode, 117000personnes, originaires d’une autre région que Pro venceAlpesCôte d’Azur, se sont ins tallées au sein de l’espace Rhodanien et 95 000 ont fait le chemin inverse. Avec un échange sur quatre, Languedoc Roussillon est lepremierpartenaire du Rhodanien. Les échanges du Rhodanien sont excédentaires avec les régions du Nord et déficitaires avec celles du Sud. Le fort déficit migratoire avec le Lan guedocRoussillon (8 700)est com
"Etude sur les cinq espaces". Insee  Région Paca, rapport d’étude, mai 2006. www.insee.fr/paca
©Insee 2006 Dépôt légal : mai 2006 N° CPPAP : 0909B05336 N° ISSN : 1287292X Prix : 2,30 euros Code Sage : SIE069232
pensépar l’excédent avec l’Ilede France (+ 11 700).
Les échanges avec le reste de la région, sont légèrement déficitaires. Ce déficit est la conséquence des mouvements de population des 18  29 ans, très défavo rable à l’espace Rhodanien.
Espace Durancien : RhôneAlpes, premier partenaire
En 2002, l’espace Durancien compte 188 000personnes, soit 4,1 % de lapo pulation régionale. Apartir de 1982, la population de cet espace croîtplus vite que lapopulation régionale. Entre 1990 et 1999, elle a augmenté de 18 000personnes, soit un taux de croissance annuel de 1,14%. A l’in verse du Rhodanien, l’essentiel (85 %) de l’augmentation de lapopulation du Durancienprovient de l’excédent mi gratoire.
Entre 1990 et 1999, 22 000personnes, enprovenance de l’extérieur de Pro venceAlpesCôte d’Azur se sont ins tallées dans le Durancien et 13000 l’ont quittépour une autre région. Ces migrations interrégionales contribuent pour moitié à l’augmentation de lapo pulation de l’espace. Le Durancien échange surtout avec les régions RhôneAlpes et l’IledeFrance : 23 % de ses flux (entrées+ sorties) concer naient lapremière, 22 % la seconde.
Quant aux migrations avec le reste de ProvenceAlpesCôte d’Azur, elles sont également bénéficiaires et contribuen pour un tiers à la croissance de lapopu lation de l’espace Durancien.
Stéphane Meloux Xavier Monchois
Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques ProvenceAlpesCôte d'Azur 17, rue Menpenti 13387 Marseille Cedex 10 Directeur de la publication : François Clanché Téléphone : 04 91 17 57 57 Chef du service Etudes et Diffusion : Pascal Oger Rédacteur en chef : Annie MulardFax : 04 91 17 59 60 Téléchargeable sur internet : www.insee.fr/paca
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.