Le Scot Provence Méditerranée : un territoire attractif malgré une offre limitée d'enseignement supérieur

Publié par

Plus de la moitié de la population varoise réside dans le périmètre du schéma de cohérence territoriale Provence Méditerranée. Toulon y concentre le tiers de la population. Le développement démographique du Scot est important depuis plusieurs décennies essentiellement grâce à son attractivité. Ce territoire, fortement urbanisé, souffre cependant d'un déficit migratoire des jeunes de 20 à 24 ans. Plus du quart de la population a 60 ans ou plus. Le secteur de l'administration concentre beaucoup d'emplois notamment en raison d'une population militaire importante. Dans cette zone particulièrement touristique, un logement sur cinq est une résidence secondaire.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 17
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
SUD INSEE N° 75  novembre 2004 l'essentiel Le Scot Provence Méditerranée : un territoire attractif malgréune offre limitée denseignement supérieur
Plus de la moitiéde la population varoise réside dans le périmètre du schéma de cohérence territoriale Provence Méditerranée. Toulon y concentre le tiers de la population. Le développement démographique du Scot est important depuis plu sieurs décennies essentiellement grâceàson attractivité. Ce territoire, fortement urbanisé, souffre cepen dant dun déficit migratoire des jeunes de 20à24 ans. Plus du quart de la population a 60 ans ou plus. Le secteur de ladministration concentre beaucoup demplois notamment en raison dune popu lation militaire importante. Dans cette zone particulièrement touris tique, un logement sur cinq est une résidence secondaire.
Le territoire du schéma de cohérence territoriale (Scot) Provence Méditer ranée (cf. encadré “Le Scot, un nouvel outil...) s’étend sur près de 1 200 km² au sein du Var. Il est peupléde 513 000 habitants soit 57,1% de la population varoise. Parmi les trente et une commu nes présentes sur le territoire, onze cons tituent la communautédagglomération Toulon Provence Méditerranée (392 000 habitants). Les communautés de com
©INSEE 2004
munes Vallée du Gapeau et Sud Sainte Baume regroupent respectivement six et sept communes au nord et au nord ouest de la zone. Seules sept communes nappartiennent pasàdes structures in tercommunales :Bandol et Sanarysur Meràlouest ; PierrefeuduVar, Collo brières, La LondelesMaures, Bormes lesMimosas et Le Lavandouàlest.
Le territoire du Scot Provence Méditerranée
Signes x Bouches duCC Sud CC ValléeCollobrières Rhône SainteBaumePierrefeu-du Gapeau Belgentier du-Var e ellet Solliès-Toucas Le Solliès-Beausset Evenos Pont La-Londe-Le Revest-Solliès- Le les-Maures les-Eaux VilleLa Lavandou sur- Farlède Mer La Valette-Bormes-La Crau du-Var les-Bandol Toulon Hyères Sanary- OllioulesMimosas La Garde sur-Mer Le Pradet Carqueiranne La Seyne-sur-Six-Fours-Mer Saint-Mer Méditerranée les-Mandrier-CA Toulon Plages Provence sur-Mer Méditerranée Limite du Scot Provence Méditerranée Limite de communautés dagglomération Limite de communautés de communes Limite communale© IGN-INSEE 2004
Ce territoire est fortement urbaniséet sa densitéestélevée (429 habitants au km² contre 261 en 1962). A Toulon et dans six autres communes proches de la ville centre, on dénombre même plus de 1 000 habitants au km². Seules trois commu nes du Scot (Collobrières, Riboux et Si (1) gnes) sont rurales: elles abritent moins d1 % de la population totale. Parmi les 28 communes urbaines, trois (Toulon, La SeynesurMer et Hyères) comptent plus de 50000 habitants en 1999. Elles re
(1) Une commune urbaine est une commune apparte nantàune unitéurbaine. Les autres communes sont dites rurales.
SUD INSEEN° 75  novembre 2004 l'essentiel Le Scot, un nouvel outil de cohérence territoriale Le schéma de cohérence territoriale (Scot) est un document de planification urbaine intercommunal instauré par la loi solidarité et renouvellement urbain (loi SRU) du 13 décembre 2000. Il succède au schéma directeur. Au regard des évolutions prévisibles et d’un projet politique territorialisé, il met en cohérence les politiques publiques sur le territoire. Les plans locaux d’urbanisme (PLU), les plans de déplacements urbains (PDU), les plans locaux de l’habitat (PLH) et les schémas de développement commerciaux (SDC) doivent être compatibles avec le Scot. Dans cet article, le terme de Scot est utilisé pour définir le territoire sur lequel il porte. Le Scot Pro vence Méditerranée est inclus au sein de la zone d’emploi de Toulon qui est légèrement plus vaste avec 42 communes et plus de 546 000 habitants. Le Scot représente ainsi 94 % de la population de la zone d’emploi. Certaines données, sur les revenus des ménages ou le chômage notamment, ne sont pas disponibles à l’échelle du Scot mais seulement sur la zone d’emploi.
groupent plus de la moitié des habitants du Scot. Avec 160700 habitants, la commune de Toulon concentre le tiers de la population. C’était la moitié en 1962.
Depuis 1962, la population a progressé un peu plus rapidement que sur l’en semble de la région (+64,6 %contre + 59,8 %). Seule la commune de Tou lon ne profite pas de cette tendance. Après avoir progressé dans les années 70, sa population a diminué ensuite. Elle retrouve en 1999 le même niveau qu’en 1962. En revanche le nombre d’habitants a plus que triplé depuis 1962 au sein de douze communes dont Six FourslesPlages et La ValetteduVar. La population de La Garde a même qua druplé (25 300 habitants contre 6 300 en 1962).
Un territoire attractif surtout pour les personnes âgées
Comme souvent dans les régions médi terranéennes françaises, le solde migra toire est le principal facteur de crois sance démographique. Le solde naturel,
Une attractivité qui dépasse le cadre régional Echanges migratoires avec le reste de la métropole En %Arrivants Partants BouchesduRhône 13,914,0 Var 9,416,9 AlpesMaritimes 4,16,6 Autres départements de PACA2,8 3,6 IledeFrance 19,412,8 RhôneAlpes 9,57,9 Autres régions métropolitaines 40,938,2 France Métropolitaine100,0 100,0 Source : INSEE, recensements de la population 1990 et 1999
©INSEE 2004
toujours positif, est très faible depuis plusieurs décennies. Parmi les 513000 habitants de 1999, 11 000 personnes vivaient neuf ans plus tôt à l’étranger ou dans les DomTom et 93 600résidaient dans le reste de la France métropolitaine. L’attractivité du Scot dépasse l’échelle régionale: près de 30% des arrivants proviennent no tamment d’IledeFrance (dont 4 100 de Paris) ou de RhôneAlpes. On compte également près de 28 300 arrivants qui vivaient déjà dans la région en 1990. Ils habitaient souvent dans les Bouches duRhône (13 100 personnes dont 6 900 anciens marseillais).
Un développement démographique au rythme régional Evolution de la population depuis 1962 Base 100 en 1962 170 Scot Provence Méditerranée 160 Région PACA 150 France métropolitaine 140 130 120 110 100 1962 19681975 19821990 1999 Source : INSEE, recensements de la population
Sur la même période, près de 71200 personnes sont parties vivre dans d’au tres communes métropolitaines. Près de 29 200 ont continué à habiter en Pro venceAlpesCôte d’Azur, principale ment dans le reste du Var (12 000) ou dans les BouchesduRhône (10 000).
Ainsi le solde migratoire est positif avec les régions de la moitié nord de la France, notamment l’IledeFrance, mais aussi avec RhôneAlpes. Il est en re vanche négatif avec les autres régions du sud et le reste de la région Pro venceAlpesCôte d’Azur.
Des niveaux de croissance de population variés au sein du périmètre Communes PopulationDensité en 1999Evolution de la population en 1999(Habitants au km²)entre 1962 et 1999(%) Bandol 7914 84888,3 Le Beausset7 727212 232,9 Belgentier 1723 129196,2 BormeslesMimosas 6326 65154,4 La Cadièred'Azur4 242112 167,1 Carqueiranne 8456 558120,5 Le Castellet3 79085 207,4 Collobrières 1597 1436,5 La Crau14 479386 202,1 Evenos 1946 45218,0 La Farlède6 873828 267,0 La Garde25 2991 572303,8 Hyères 51412 38480,4 Le Lavandou5 471184 80,7 La LondelesMaures8 741109 164,0 Ollioules 12203 59175,6 PierrefeuduVar 4343 7415,4 Le Pradet10 9621 059251,7 Le RevestlesEaux3 440139 132,8 Riboux 222 46,7 SaintCyrsurMer 8902 413196,6 SaintMandriersurMer 5241 1079 125,4 SanarysurMer 17025 842134,7 La SeynesurMer60 0702 61779,3 Signes 2044 15294,0 SixFourslesPlages 32715 1257 261,5 SollièsPont 10852 595169,1 SollièsToucas 4391 147230,4 SollièsVille 2241 161216,5 Toulon 160712 3614 0,7 La ValetteduVar21 7271 406212,8 Scot Provence Méditerranée512 886434 64,6 Source : INSEE, recensements de la population 1962 et 1999
2
SUD INSEE N° 75  novembre 2004 l'essentiel Des migrations qui renforcent le poids des retraités Peu de personnes de 60 ans ou Solde migratoire selon la catégorie socioprofessionnelle (population de 15 ans et plus) plus quittent le territoire Nombre Flux migratoires par tranche d’âge 7 974 8 000 Arrivants Partants Nombre % Nombre % Moins de 19 ans23 77025,4 19961 28,0 20 à 39 ans34 13636,5 29142 40,9 6 000 40 à 59 ans19 22920,5 14184 19,9 4 937 60 ans ou plus16 50217,6 7891 11,1 Ensemble 93637 100,071 178100,0 Source : INSEE, recensements de la population 1990 et 19994 000
2 4822 520 Près de 66 100 personnes ont également changé de commune de résidence entre 2 000 1990 et 1999, tout en restant au sein du898 755 659 Scot. 0  91 Les migrations renforcent le poids des personnes âgées au sein de la popula  1 197 tion. Entre 1990 et 1999, 16500 per 2 000 Agriculteurs Artisans,Cadres, ProfessionsEmployés OuvriersRetraités EtudiantsAutres sonnes de plus de 60 ans sont arrivées exploitants commerçants, professionsintermédiaires etinactifs chefs intellectuellesélèves dans le Scot de Toulon alors que 7 900supérieures d’entreprise en sont parties. Au final les migrations Source : INSEE, recensements de la population 1990 et 1999 augmentent la population de 8 600 per sonnes de plus de 60 ans, soit près de 40 % de l’excédent migratoire. Durantlation a 60 ans ou plus (soit deux et cinqen France et 12,6 % sur l’aire urbaine la même période, 23800 jeunes depoints de plus qu’aux niveaux régionalde MarseilleAixenProvence). moins de 20 ans se sont installés dans laet national). Sur le littoral ouest mais zone tandis que 20 000 l’ont quittée.aussi à Carqueiranne, BormeslesMi Les retraites constituent Compte tenu de l’offre limitée d’enseimosas et au Lavandou, cette classe une source de revenus gnement supérieur, le territoire attired’âge représente même plus de 30 % de importante pour les ménages peu de personnes âgées de 20 à 24 ans.la population, voire 41% à Bandol. C’est la seule classe d’âge dont le bilanTrois personnes âgées sur dix vivent La moitié des habitants de la zone migratoire est négatif.seules. Ce sont des femmes dans trois d’emploi (cf. encadré “Le Scot, un Parmi les actifs, le Scot attire surtoutcas sur quatre. nouvel outil...”) déclare un revenu an les employés et les professions interPrès de 23 % des habitants du Scot ont nuel supérieur à 13800 euros pour médiaires. Son attractivité reste limitéemoins de 20 ans (soit deux points de l’année 2000, soit 200 euros de plus auprès des cadres supérieurs.moins qu’au niveau national). Ils sont que la médiane régionale et celle de la relativement plus nombreux au nord province. La proportion de ménages ouest du territoire, de La Crau à Signes. Parmi les plus de 15 ans,imposés est la même que pour l’en un peu moins dun%). Comptesemble de la région (58 A l’instar du département, le territoire tenu de la structure par âge de la popu habitant sur deux est actifcompte plus de personnes inactives (52,2 %) que d’actives (c’estàdire oc La population est relativement âgée. cupant un emploi ou en cherchant un)Une majorité dinactifs et peu Ainsi en 1999 plus du quart de la popudétudiants parmi la population de 15 ans et plus. Plus de 110 500 personnes sont à la reRépartition de la population des 15 ans et plus Une population relativement âgée selon la catégorie socioprofessionnelle traite, il s’agit souvent d’anciens em Répartition de la population selon l'âge Scot ProvencePACA France* ployés (37 % des retraités contre 30 % Méditerranée Scot ProvencePACA France* au niveau national). Méditerranée Nombre %% % Le pôle d’enseignement supérieur de Nombre %% %50,5 54,3637 47,8Actifs 204 Toulon aun bassin de recrutement li Inactifs 223783 52,249,5 45,7 0 à 19 ans115 64922,5 23,224,6 20 à 39 ans128 26925,0 26,328,1mité. Avec la présence des universités Elèves, étudiants 40265 9,410,3 11,3 voisines d’AixMarseille et de Nice, 40 à 59 ans133 45726,0 26,326,0 Retraités 110549 25,823,7 22,1 60 à 74 ans83 19516,2 15,013,6 son influence s’étend seulement sur leAutres 75 ans ou plus52 31610,2 9,27,7 inactifs72 96917,0 15,512,3 littoral ouest du Var. Un peu moins Ensemble 512886 100,0100,0 100,0Ensemble 428420 100,0100,0 100,0 d’une personne de plus de 15 ans sur * France métropolitaine* France métropolitaine Source : INSEE, recensement de la population 1999dix est un élève ou un étudiant (11,3 %Source : INSEE, recensement de la population 1999
3
SUD INSEEN° 75  novembre 2004 l'essentiel Un tiers des revenus déclarés sont issus des retraites69 %au niveau national). On recense Part des pensions et retraites dans le revenu fiscal des ménages par commune en 2000 ainsi plus de 209 000 personnes actives. Parmi les femmes, ce taux reste faible (58 % contre 72 % pour leurs homolo gues masculins) et nettement inférieur au taux féminin national (63 %). Pour les femmes à partir de 25 ans, cet écart avec la France se vérifie et ne cesse de s’amplifier avec l’âge. Pour les hom mes, c’est surtout à partir de 50 ans que la part d’actifs est plus faible qu’à l’échelle de l’Hexagone, notamment en En % raison de la retraite anticipée des mili 31,5 taires. Mer Méditerranée 25,7 86 % des actifs déclarant avoir un em Limites du Scot Limites départementalesploi sont des salariés. La part des em Secret statistique© IGNINSEE 2004plois précaires augmente, comme à Source : INSEE  DGI, revenus fiscaux des ménagesl’échelle nationale. Les CDD, les pos tes d’intérimaires, les emplois aidés et les stagiaires représentent 16% des lation, les retraites représentent unevé (27500 euros) au regard des aires emplois contre 11 % en 1990. 35 % des source de revenus importante sur l’enurbaines de MarseilleAixenProvence femmes salariées travaillent à temps semble des ménages vivant dans laet surtout celle de Nice (31 000 euros). partiel (seulement 7 % des hommes). zone. Elles représentent un tiers des reIl reste toutefois supérieur à celui de venus déclarés contre le quart sur l’aireprovince (26700 euros). Ainsi l’écart Le niveau de formation des actifs est urbaine de MarseilleAixenProvence.entre les bas et les hauts revenus est re plutôt faible pour une métropole de lativement élevé (6,8) mais plus faible cette importance, notamment chez les Comme sur l’ensemble de l’arc médiqu’à l’échelle régionale (7,3). plus jeunes. 30 % des actifs de moins terranéen, les ménages les moins aisés de 40 ans ont suivi des études supérieu ont des revenus particulièrement fai Un niveau dactivité res (audelà du lycée) contre 33% en bles :10 %des habitants vivent dans relativement faible,France. Leurs parcours s’arrêtent plus un ménage qui déclare un revenu an (2) notamment pour les hommessouvent au baccalauréat. Près de 15 % nuel inférieurà 4000 euros (contre 5 200 euros en province). Le seuil desde plus de 50 ansd’entre eux n’ont même aucun diplôme (19 % à La SeynesurMer). hauts revenus (10 % des ménages ayant les revenus les plus élevés) est peu éleLe taux d’activité de la population de 15 à 64 ans est plus faible au sein du ScotLe niveau de chômage dans la zone (2) Il s’agit du revenu avant redistribution, c’estàdire qu’au niveau national (65% contred’emploi de Toulon est encore élevé avant l’ajout des revenus sociaux non déclarés et la dé duction des impôts directs. Des déplacements professionnels limités avec les territoires voisins Déplacements domiciletravail : sortiesDéplacements domiciletravail : entrées Autres départementsAutres départements Alpes-Maritimes Alpes-Maritimes 4 107 345 2 656 531 Reste du VarReste du Var CC Provence 612 704 CC Provence d'Argens en Verdon CA Dracénoise d'Argens en Verdon CA Dracénoise CA Fréjus-43CA Fréjus-72CC Comté 460 CC ComtéSaint-Raphaël de Provence 374Sainte-BaumeSaint-Raphaël CC CC Sainte-Baumede Provence Mont Aurélien Mont Aurélien454 202 341CC Coeur de Var 120 CC Coeur de Var230 81 864 CC Val d'Issole 242 Bouches-Bouches- CCVal d'Issole 2 265Carnoules, du-Rhône du-Rhône Carnoules, 157Cuers, Cuers, 2 615Puget-Ville 6 545 Puget-Ville 2 504 1 295 Scot Provence Méditerranée Scot Provence Méditerranée Mer MéditerranéeMer Méditerranée
Source : INSEE, recensement de la population 1999
© IGN  INSEE 2004
© IGN  INSEE 2004
©INSEE 2004
SUD INSEE l'essentiel
N° 75  novembre 2004
mais l’écart avec le niveau régional (et national) tend à se réduire depuis le se cond semestre 2002. Ainsi 13% des actifs sont à la recherche d’un emploi à la fin de l’année 2003 contre 12 % sur l’ensemble de la région et 10 % au ni veau national. On dénombre ainsi près de 29000 demandeurs d’emploi fin 2003 (dont 48 % de femmes). Ils sont 28 %à rechercher cet emploi depuis plus d’un an soit trois points de moins qu’à l’échelle nationale.
Neuf personnes sur dix vivent et travaillent au sein même du périmètre du Scot
Le périmètre du Scot concentre autant d’emplois que d’actifs occupés résidant dans le Scot. On dénombre 171000 emplois, dont 41 % au sein de la ville de Toulon (où vit seulement 31 % de la population). Moins de 15 000 emplois (8,5 %) sont occupés par des actifs ne résidant pas dans le Scot. Leur lieu de résidence se trouve souvent dans le Var (52 % des cas) mais aussi dans les Bou chesduRhône, notamment lorsqu’il s’agit d’emplois de cadres.
Plus de 170 000 actifs occupés habitent au sein du Scot, moins de 8% (15% des cadres) travaillent à l’extérieur de la zone. Dans un cas sur deux, l’emploi se trouve dans les BouchesduRhône, bien souvent dans l’aire urbaine de MarseilleAixenProvence. Ils sont également près de 3 500 à aller travail ler dans le reste du Var.
Deux fois plus d’emplois dans l’administration qu’à l’échelle nationale
Les activités tertiaires représentent 82 % des emplois en 1999 contre 61 % en 1975. L’administration est surrepré sentée au sein du Scot. Elle concentre 23 %des emplois contre 15% dans l’aire urbaine de MarseilleAixen Provence. La présence du cheflieu de département mais aussi de plusieurs communes de taille importante (La SeynesurMer, Hyères, SixFoursles Plages, La Garde) explique en partie cette caractéristique. En tant que poste
Le secteur de l’administration concentre près d’un emploi sur quatre Emploi au lieu de travail par secteur d’activité en 1999 Activité économiqueScot Provence MéditerranéePACA France* Effectif %% % Agriculture 4603 2,73,1 4,2 Industrie 16432 9,611 18,2 dont : Industries des biens d'équipements7 6524,5 2,83,6 Construction 9632 5,66,1 5,8 Tertiaire 140651 82,179,4 71,9 dont : Commerce 24723 14,415,3 13,2 Services aux entreprises17 66910,3 11,512,3 Services aux particuliers14 1908,3 8,87,4 Education, santé et action sociale34 64020,2 19,919,0 Administration 38558 22,514,8 11,4 Total 171318 100,0100,0 100,0 * France métropolitaine Source : INSEE, recensement de la population 1999 de commandement de marine sur l’end’entreprises (3% des emplois contre semble de la Méditerranée, Toulon reste6 % pour la France). Les fonctions mé (3) un lieu d’affectation important de la potropolitaines supérieuresreprésentent pulation militaire.moins de 5 % des emplois (soit deux à huit points de moins que dans les autres Bénéficiant d’une réelle tradition mariaires urbaines de 450 à 550000 habi time, l’industrie a connu de profondestants dans le reste de la France). Dans le restructurations au sein du Scot: ferScot, ces emplois se retrouvent surtout meture des chantiers navals de Ladans les fonctions de services aux en SeynesurMer en 1986, diminutiontreprises, de commerce et dans les pro des effectifs de la Direction des Consfessions artistiques. En revanche, les tructions Navales (DCN) à Toulon duemplois supérieurs du transport et sur rant les années 90. Elle s’est recentréetout de la recherche (notamment en rai vers la réparation, la maintenance nason du faible effectif de l’université) vale militaire et la conception des syssont sousreprésentés: la fonction de tèmes d’armement. Elle s’est aussirecherche concentre 12 % des emplois diversifiée vers les technologies marisupérieurs contre 17 à 33 % dans les ai nes (Ifremer, France Télécom Câble) etres urbaines de même taille. l’industrie mécanique de pointe (Cons tructions Industrielles de la Méditer Un logement sur cinq est ranée). De ce fait, l’industrie d’équipe une résidence secondaire ment reste très présente dans le Scot. D’autres activités industrielles existent La construction de logements a été im notamment dans les secteurs de la mé portante dans les années 80. Entre 1982 tallurgie ou encore de l’industrie agroa et 1990, le nombre de logements a pro limentaire. En revanche les activités de gressé de 23% (seulement 16% et transports ou d’industrie des biens in 10 % aux niveaux régional et national). termédiaires sont ici très peu représen A La LondelesMaures et Bormes tées. lesMimosas, le parc de logements a En 2000, on dénombre plus de 2200 même doublé. Ensuite, entre 1990 et exploitations agricoles sur la zone. 1999, le nombre total de logements a L’horticulture et la viticulture y sont augmenté de 10% comme au niveau largement prédominantes. national. Compte tenu du poids de l’administra Sur les 304 000 logements du territoire tion, beaucoup d’emplois sont des pos du Scot, les trois quarts sont des rési tes d’employés dans le secteur public. dences principales. Comme au niveau Qu’ils soient qualifiés ou non, le poids (3) Un certain nombre d’emplois de haut niveau, no des ouvriers est en revanche assez tamment militaires, ne sont pas comptabilisés dans les faible tout comme les postes de cadres fonctions métropolitaines supérieures.
5
©INSEE 2004
SUD INSEE l'essentiel
N° 75  novembre 2004
Au sein du périmètre, certaines communes sont particulièrement touristiques
Nombre de résidences secondaires en 1999 7 530 2 510 600 Limites du Scot Limites départementales
Source : INSEE, recensement de la population 1999
régional, on compte seulement quatre maisons individuelles sur dix loge ments. Dans les villes de La Valette duVar, La Garde et Le Lavandou, deux ménages sur trois vivent dans des immeubles. Ils sont même quatre sur cinq à Toulon. Moins d’un ménage sur dix occupe un logement de type HLM. Si cette part n’excède pas les 5 % dans la majorité des communes, près d’un ménage sur cinq vit dans un logement HLM à La Garde et à La Seynesur Mer. Un ménage sur deux est propriétaire de sa résidence principale. Si le chef de ménage est cadre ou à la retraite, le mé nage est propriétaire de son logement dans deux cas sur trois. Pour les ou vriers et les employés, cette proportion est deux fois plus faible.
Comme partout en France, le nombre moyen de personnes habitant sous le même toit ne cesse de se réduire. En 1968, on recensait en moyenne 2,9 per sonnes par ménage sur l’ensemble du Scot. Elles ne sont plus que 2,3 en
Mer méditerranée
Part des résidences secondaires en % sur l'ensemble des logements en 1999 37,3 15,9 © IGNINSEE 2004
1999. Une résidence principale sur trois est occupée par une personne seule (soit 14 % de la population). Il s’agit de femmes dans deux cas sur trois, sou vent de plus de 60 ans. Si à Bandol et Toulon, quatre résidences sur dix sont occupées par une personne seule, ce phénomène est moins fréquent dans la vallée du Gapeau et au sud de la SainteBaume. En 1999 le nombre de logements vacants reste limité sur l’en semble du Scot (7% des logements, comme au niveau national) sauf à Tou lon où plus de 11 % des logements sont concernés.
Une réelle attractivité touristique
Le Var est le département français qui compte le plus grand nombre de rési dences secondaires. Au sein du Scot, leur nombre a fortement augmenté entre 1982 et 1990 (+ 56 %) puis à un rythme nettement plus faible durant les années 90 (+5 %).En 1999 un loge
©INSEE Syndicat Mixte du Schéma de cohérence territoriale Provence Méditerranée Agence d’Urbanisme de l’aire toulonnaise Dépôt légal : novembre 2004 N° CPPAP : 0904B05336 Directeur de la publication : François Clanché N° ISSN : 1287292X Directeur adjoint : Pascal Oger Prix : 2,20 euros Rédacteur en chef : Annie Mulard Code Sage : SIE047532
ment du Scot sur cinq est une résidence secondaire (le double du niveau natio nal). Plus de la moitié des logements à SaintCyrsurMer et Bandol sont des résidences secondaires ; les deux tiers à BormeslesMimosas et au Lavandou.
Le territoire est particulièrement tou ristique notamment le long du littoral. Ce sont près de 383000 lits touristi (3) ques quisont offerts soit 7 lits touris tiques pour 10 habitants. Le Scot concentre ainsi plus de 14% de l’ac cueil touristique en ProvenceAlpes Côte d’Azur alors que sa superficie ne dépasse pas les 4 % du territoire régio nal. Dans quatre cas sur cinq, il s’agit de résidences secondaires. Les cam pings ne représentent que 14% de la capacité d’accueil.
Le territoire étudié joue un rôle admi nistratif dont le rayonnement trans cende son périmètre par la présence de la villepréfecture mais aussi avec une implantation militaire d’importance na tionale. Le poids élevé des services, notamment publics, s’explique par le caractère résidentiel de la zone, renfor cé par l’importance de l’activité touris tique. Audelà de ces atouts liés à une situation géographique très favorable, le développement de la recherche et d’un pôle universitaire bien adapté aux spécifités du Scot lui permettrait de développer davantage ses fonctions de métropole.
Olivier PégazBlanc
Avec le concours de l’Agence d’Urbanisme de l’aire toulonnaise (AUDAT)
(3) Le nombre de lits touristiques tient compte de la ca pacité d’accueil des hôtels, des campings, du nombre de résidences secondaires mais aussi des autres types d’hébergement (centres de vacances, auberges de jeu nesse, chambres d’hôtes...).
Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques ProvenceAlpesCôte d'Azur 17, rue Menpenti 13387 Marseille Cedex 10 Téléphone : 04 91 17 57 57 Fax : 04 91 17 59 58 Internet : www.insee.fr/paca
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.