Le tourisme aquitain résiste en 2009 grâce aux vacanciers français

De
Publié par

En dépit d'un recul d'activité en 2009 dans l'Hexagone, le secteur du tourisme résiste convenablement à la crise économique grâce à la clientèle française. En Aquitaine, l'évolution est plus favorable qu'au niveau national : sur l'année 2009, la fréquentation hôtelière chute de 1,7 % en raison d'un fort repli de la clientèle étrangère, mais la fréquentation française augmente de 0,8 %. De mai à septembre 2009, le nombre de nuitées dans les hôtels et les campings aquitains progresse de 4 % par rapport à 2008 grâce à une performance record dans l'hôtellerie de plein air. Les vacanciers français, venus nombreux sur le littoral aquitain et en Dordogne, contribuent largement à ce bilan positif des campings. Une saison estivale satisfaisante en Aquitaine L'hôtellerie de plein air tire son épingle du jeu Les campeurs français plus nombreux Un tiers d'étrangers Retour vers les emplacements nus Meilleure fréquentation dans les hôtels sur le littoral Les Britanniques “absents” des hôtels Afflux de la clientèle française dans les hôtels
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 14
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

TOURISME
Le tourisme aquitain résiste en 2009 grâce aux vacanciers français
En dépit d'un recul d'activité en 2009 dans l’Hexagone, le secteur du tourisme résiste convenablement à la crise éco-
nomique grâce à la clientèle française. En Aquitaine, l’évolution est plus favorable qu'au niveau national : sur
l’année 2009, la fréquentation hôtelière chute de 1,7 % en raison d’un fort repli de la clientèle étrangère, mais la fré-
quentation française augmente de 0,8 %. De mai à septembre 2009, le nombre de nuitées dans les hôtels et les cam-
pings aquitains progresse de 4 % par rapport à 2008 grâce à une performance record dans l’hôtellerie de plein air.
Les vacanciers français, venus nombreux sur le littoral aquitain et en Dordogne, contribuent largement à ce bilan
positif des campings.
Conséquence de la crise économique, l’année touristique 2009 l’activité des campings, mais également celle de l’hôtellerie.
en France se distingue par une baisse de la fréquentation hôte- Par ailleurs, les étrangers, en net recul dans les hôtels, montrent
lière de 4,9 % par rapport à 2008 et un succès de l'hôtellerie de un regain d’intérêt pour les campings.
plein air durant la saison estivale (+ 4,2 %). Dans de
tourisme, les nuitées françaises, les deux tiers du total, baissent L’hôtellerie de plein air tire son épingle du jeu■
de 1,4 % sur l'année. La fréquentation étrangère chute de
Sur la saison estivale 2009, l’hôtellerie de plein air enregistre un11 %, à cause du contexte économique. Les hôtels deux et trois
record historique de 13,5 millions de nuitées, en hausse de 6 %étoiles sont les plus touchés. En revanche, la fréquentation de
par rapport à 2008. Le niveau exceptionnel de 2006, dû auxl'hôtellerie de plein air progresse par rapport à la saison d’été
conditions climatiques très favorables dont avait bénéficié la ré-2008, grâce à la clientèle française (7,2 %), la
gion, est dépassé. En termes de nuitées, tous les départements af-étrangère reculant légèrement (- 1,1 %). Les campings un et
fichent de bons résultats. Les campings situés sur le littoral sontdeux étoiles en ont le plus profité.
les plus attractifs, ils recueillent sept nuitées sur dix. Cependant la
En Aquitaine, l’évolution est plus favorable qu'au niveau natio-
fréquentation augmente davantage dans les terrains hors littoral
nal, seulement dix régions affichent un recul de fréquentation
(8 % contre 5 %). Moyennant une forte mobilisation de tous les
hôtelière inférieur à 2 %. Sur l’ensemble de l’année 2009, la
acteurs, la tempête Klaus, qui a durement touché l’Aquitaine en
fréquentation des hôtels de tourisme chute de 1,7 %, en raison
janvier 2009, n’a donc pas impacté la saison estivale. Grâce à
d’un fort repli de la clientèle étrangère (- 13 %). Mais la fré-
une météo plus clémente, 2009 s’avère meilleure que 2008 en
quentation française, qui représente huit nuitées hôtelières sur
septembre (14 %) et en août (8 %). Le mois de mai bénéficie des
dix, augmente de 0,8 %. Le nombre de nuitées diminue surtout er“ponts” de 3 jours des 1 et 8 mai et de la fête de l’Ascension.
aux mois de février, mars et novembre par rapport aux mêmes
mois de 2008.
Une bonne saison pour l'ensemble des zones touristiques
aquitaines
Nuitées totales Nuitées des étrangers
Évol. (%) Évol. (%)
Saison 2009 Saison 20092009/2008 2009/2008
Dordogne . . . . . . . . . . . 2 601,4 7,1 1 152,9 1,0
Périgord noir . . . . . . . . 1 974,1 4,1 857,2 - 5,2
Reste du département . . 627,2 18,1 295,6 24,3
Gironde . . . . . . . . . . . . 3 457,4 8,6 1 231,1 7,8
Bassin d'Arcachon . . . . 1 090,6 2,0 221,7 - 3,2
Côte médocaine . . . . . 2 150,3 10,7 926,8 9,7
Reste du département . . 216,5 26,4 82,7 21,5
Landes . . . . . . . . . . . . . 5 195,6 4,0 1 507,0 4,0
Côte landaise . . . . . . . . 4 853,9 4,2 1 474,5 4,2 . . 341,7 2,0 32,4 - 4,1
Lot et Garonne . . . . . . . 227,3 1,4 95,3 24,2Une saison estivale satisfaisante en Aquitaine■
Pyrénées-Atlantiques . . 2 023,8 3,7 324,8 - 0,3
Dans un contexte économique difficile, les consommateurs Côte basque . . . . . . . . 1 451,4 1,7 233,1 - 5,6
Intérieur Pays basque . . 386,6 12,5 52,5 18,8tendent à privilégier le tourisme interne et à se tourner vers des
Béarn . . . . . . . . . . . . . 185,8 2,8 39,3 13,7modes d’hébergement moins coûteux. Aussi le bilan touris-
Aquitaine . . . . . . . . . . . 13 505,5 5,7 4 311,1 4,2
tique de la saison d’été 2009 pour la fréquentation dans l’hôtel-
Nuitées des touristes dans l'hôtellerie de plein air (en milliers)
lerie et l’hôtellerie de plein air en Aquitaine est satisfaisant. La
Source : Insee, DGCIS, Observatoire régional du Tourisme - Enquête de fréquenta-
région conforte sa position dans le peloton de tête des régions tion dans l'hôtellerie de plein air
touristiques françaises.
Les campeurs français plus nombreux■
S’élevant à 18,3 millions, le nombre de nuitées pour ces deux
modes d’hébergement touristique marchand progresse de 4 % En 2009, les Français privilégient l’hébergement en plein air ren-
au regard de la saison estivale 2008. Dans l’hôtellerie de plein forçant la tendance amorcée en 2008. Leur fréquentation pro-
air, la fréquentation atteint un record alors que dans l’hôtellerie, gresse de 6 %. Les campeurs français sont venus plus nombreux
elle est en quasi-stagnation. Les touristes français soutiennent dans tous les départements, à l’exception du Lot-et-Garonne
INSEE AQUITAINE 38 L’ANNÉE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE 2009 EN AQUITAINETOURISME
(- 10 %). L’augmentation est plus soutenue hors littoral (10 %) s’effrite. Inversement, celle des établissements 1 étoile (14 %)
que dans le reste de la région (5 %). Ces bons résultats confir- et 4 étoiles ou plus (6 %) se développe. Le nombre de chambres
ment l’attrait des campings et la tendance des Français au retour offertes croît faiblement, le taux d’occupation moyen qui s’éta-
à ce mode d’hébergement en période de crise. Par ailleurs, les ef- blit à 62,5 %, en retrait de 2,4 points sur un an, confirme une
forts et les investissements qui ont pu être réalisés par les héber- tendance amorcée depuis deux ans.
geurs ont probablement séduit les touristes.
La baisse de la clientèle étrangère compensée
par les touristes françaisUn tiers d’étrangers■
Nuitées totales Nuitées des étrangers
Sur l’ensemble des nuitées de la saison 2009 dans les campings
Saison Évol. (%) Saison Évol. (%)
aquitains, un tiers provient de la clientèle étrangère. Les cam- 2009 2009/2008 2009 2009/2008
Dordogne . . . . . . . . . . . . . . . 660,7 2,8 166,2 - 7,2peurs étrangers montrent un regain d’intérêt pour la région (4 %)
Périgord noir . . . . . . . . . . . . . 357,1 5,7 105,4 - 5,7après le repli observé en 2008. Certes le niveau d’avant-crise
Reste du département. . . . . . . 303,6 - 0,3 60,8 - 9,7n’est pas encore atteint, mais on s’en approche sensiblement. La
Gironde. . . . . . . . . . . . . . . . . 1 712,0 0,5 344,4 - 10,8
croissance de la fréquentation étrangère est plus marquée aux
Bordeaux . . . . . . . . . . . . . . . . 618,8 - 4,7 176,6 - 12,9
mois d’août et de septembre. Des disparités apparaissent à l’é- Agglomération bordelaise* . . . . 518,3 3,6 64,0 - 2,6
chelon départemental, la fréquentation des étrangers fléchit Bassin d'Arcachon . . . . . . . . . 278,5 6,3 39,1 - 9,4
très légèrement dans les Pyrénées-Atlantiques (- 0,3 %), tandis Côte médocaine. . . . . . . . . . . 72,6 3,5 16,5 - 13,2
Reste du département. . . . . . . 223,7 0,8 48,2 - 13,2qu’elle croît de 8 % en Gironde. Au niveau des zones littorales,
Landes . . . . . . . . . . . . . . . . . . 647,7 - 4,5 71,7 - 17,6le recul est net tant sur la Côte basque (- 6 %) que sur le Bassin
Côte landaise. . . . . . . . . . . . . 240,2 0,6 39,6 - 14,3d’Arcachon (- 3 %). À l’opposé, la Côte médocaine (+ 10 %) et
Zone thermale des Landes . . . 285,1 - 10,7 7,8 - 42,1
la Côte landaise (+ 4 %) captent plus de clientèle étrangère. La
Reste du département. . . . . . . 122,4 1,7 24,2 - 11,1
zone intérieure de la Gironde récolte les faveurs de la clientèle Lot-et-Garonne . . . . . . . . . . 197,8 - 3,4 17,8 - 21,3
internationale (+ 22 %). Cette augmentation s’explique par l’ou- Arrondissement d'Agen . . . . . 103,2 - 4,2 7,1 - 34,3
verture en juin 2009 du premier parc d’hôtellerie de plein air ur-. . . . . . . 94,7 - 2,6 10,7 - 9,6
Pyrénées-Atlantiques 1 554,8 - 0,8 280,1 - 13,4bain de Bordeaux. Ce camping 4 étoiles comporte
Côte basque. . . . . . . . . . . . . . 986,4 1,4 187,2 - 13,7193 emplacements, moitié emplacements nus et moitié empla-
Intérieur Pays basque . . . . . . . 222,7 11,8 33,0 14,6cements locatifs de type mobil-homes, chalets.
Béarn. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 345,7 - 12,4 59,9 - 23,0
Sur la saison d’été, les Néerlandais et les Allemands forment Aquitaine. . . . . . . . . . . . . . . . 4 773,0 - 0,5 880,2 - 11,8
toujours les contingents les plus importants et sont venus plus Nuitées des touristes dans l'hôtellerie (en milliers)
Source : Insee, DGCIS, Observatoire régional du Tourisme - Enquête de fréquenta-nombreux que par le passé. Cependant, cette dynamique est
tion dans l'hôtellerie
endiguée par un recul drastique des Britanniques de 17 %. * Sauf Bordeaux
Les Britanniques “absents” des hôtels■Retour vers les emplacements nus■
Les touristes étrangers délaissent les hôtels de la région. Toutes
La fréquentation progresse davantage sur les emplacements nus
les catégories d’hôtels sont touchées par la désaffection de la
(7 %) que sur les emplacements locatifs (4 %). À l’instar des an-
clientèle internationale. Les baisses de fréquentation s’échelon-
nées précédentes, les hébergeurs de plein air maintiennent
nent entre 9 % et 18 %, tant au niveau des zones touristiques
leurs investissements dans les emplacements locatifs offerts :
que départementales, avec cependant quelques exceptions.
leur nombre est en augmentation (3 %) au détriment des empla-
Ainsi en Dordogne, la fréquentation ne se rétracte que de 7 %,
cements nus offerts (- 1 %). Le taux d’occupation moyen des
alors qu’elle chute de 21 % dans le Lot-et-Garonne et de 23 %
emplacements locatifs est en légère baisse et s’établit à 48 %.
dans la zone touristique du Béarn. La fréquentation des touris-
tes britanniques, très présents habituellement, accuse un déficit
Meilleure fréquentation dans les hôtels sur le littoral■ notable : le nombre de nuitées chute de 29 %.
Au cours de la saison estivale 2009, la fréquentation des hôtels
Afflux de la clientèle française dans les hôtelsstagne quasiment. Le nombre de nuitées se réduit très légère- ■
ment de 0,5 %, après une baisse de 3,5 % en 2008. Seul le mois
A contrario, les touristes français plébiscitent davantage les hôtels
de juillet est en hausse de 2 % ; la diminution la plus notable se
aquitains, compensant pratiquement la chute de la fréquentation
situe en juin (- 3 %). Les hôtels landais et lot-et-garonnais reçoi-
étrangère. En 2009, le nombre de nuitées de la clientèle française
vent moins de clients tandis que ceux de Dordogne font mieux
augmente de 2,5 % et représente 82 % des nuitées hôtelières. Un
qu’en 2008. Le nombre de nuitées augmente de 2 % dans les
tiers des nuitées de ces vacanciers sont localisées dans des hôtels
hôtels situés en bord de mer, plus particulièrement dans le Bas-
en bord de mer et deux tiers dans des zones touristiques intérieu-
sin d’Arcachon et sur la Côte médocaine. A contrario, la fré-
res. Ainsi, le Périgord noir et l’intérieur du Pays basque bénéficient
quentation baisse de 1,7 % dans les hôtels des zones
largement du gain de fréquentation de la clientèle française. ❒
intérieures. Dans la zone thermale des Landes, la diminution de
11 % confirme un mouvement observé depuis 5 ans. Globale- Régine BROCHIER-MOSBACH
Yvette WILLMment, la fréquentation des hôtels de catégorie 0, 2 et 3 étoiles
Insee Aquitaine
L’ANNÉE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE 2009 EN AQUITAINE 39 INSEE AQUITAINE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.