Les bassins de vie champardennais : une économie rurale fortement structurée par les fonctions résidentielles et l'industrie

De
Publié par

L'espace rural champardennais compte 42 bassins de vie centrés sur des bourgs ou des petites villes. Dans la plupart des bassins, c'est l'économie résidentielle qui prédomine. Les emplois se situent, en effet, en grande partie dans les commerces et services aux particuliers. L'industrie est aussi présente dans ces territoires ruraux mais dépend souvent d'un seul établissement. Le nombre d'emplois dans les activités agricoles est faible en regard de celui de l'industrie et surtout de l'économie résidentielle. Entre 1962 et 1999, le déclin démographique s'est confirmé dans les trois quarts des bassins de vie ruraux, quelle que soit leur orientation économique.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 14
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

INSEE
FLASH
CHAMPAGNE-ARDENNE
Nº 59 - Décembre 2005 - Prix : 2,20d
Les bassins de vie champardennais
ne économie rurale fortement structuréeUU
par les fonctions résidentielles et l’industrie
L’espace rural champardennais compte 42 bassins dennaise. Cette part est bien supérieure à la moyenne natio-
nale, l'ensemble des bassins de vie centrés autour des bourgsde vie centrés sur des bourgs ou des petites villes.
ruraux ne regroupant que 36 % de la population métropoli-Dans la plupart des bassins, c’est l’économie rési-
taine. En Champagne-Ardenne, les bassins de vie des bourgs
dentielle qui prédomine. Les emplois se situent, en et petites villes sont plus peuplés mais ils sont aussi bien plus
effet, en grande partie dans les commerces et servi- étendus que la moyenne des bassins métropolitains. Leur po-
pulation moyenne est de 14 300 habitants sur une surface deces aux particuliers. L’industrie est aussi présente
461 km² contre 12 200 habitants sur 246 km² pour l'en-dans ces territoires ruraux mais dépend souvent
semble de la métropole. L'ensemble des 42 bassins de vie ru-d’un seul établissement.
raux concentre 40 % des emplois de la région contre
Le nombre d’emplois dans les activités agricoles seulement 30 % au niveau national.
est faible en regard de celui de l’industrie et sur-
tout de l’économie résidentielle. Entre 1962 et
L'économie résidentielle occupe une place1999, le déclin démographique s’est confirmé
importante dans la plupart des bassinsdans les trois quarts des bassins de vie ruraux,
quelle que soit leur orientation économique.
L'économie résidentielle (voir encadré) fournit près de la
moitié (48 %) des emplois, soit une proportion légèrementLe territoire régional est structuré par un réseau de villes,
inférieure à la moyenne nationale (52 %). La sphère indus-grandes et petites, rassemblant l'essentiel des activités. Le
trielle, qui regroupe l'activité industrielle hors agroalimentairemilieu urbain dense est composé d'agglomérations de plus
et les principaux services aux entreprises, concentre 37 % desde 30 000 habitants et de leur périphérie. En dehors des six
emplois. Cette part est plus élevée que sur l'ensemble des bas-unités urbaines (Reims, Troyes, Charleville-Mézières, Châ-
sins ruraux métropolitains où seulement un tiers des emploislons-en-Champagne, Epernay, Saint-Dizier) et des commu-
sont industriels. Les activités agri-alimentaires (agriculture et in-nes rurales situées à proximité, 42 bourgs structurent
dustries agroalimentaires) représentent 15 % des emplois, soitl'espace rural champardennais. Chacune de ces petites villes
une proportion équivalente à la moyenne nationale.anime un bassin de vie sur lequel s'organise l'essentiel de la
L'économie résidentielle est devenue la sphère d'activité do-vie des habitants : fréquentation des commerces, demande
minante dans la plupart des bassins de vie des bourgs ou peti-de services, fréquentation des établissements scolaires et ac-
tes villes. Parmi les 42 bassins, 13 affichent une vocationcès à l'emploi.
fortement résidentielle. La majorité des emplois (six sur dix)L'espace formé par ces bassins de vie couvre les trois-quarts
sont consacrés à satisfaire les besoins de leur population lo-du territoire régional. Il regroupe 1 426 communes où rési-
cale. La station thermale de Bourbonne-les-Bains, seul bas-dent 602 000 habitants soit 45 % de la population champar-
INSEE Flash Champagne-Ardenne nº59sin à vocation touristique affirmée de la région concentre nais. Dans ce type d'espace, l'industrie et ses services d'ac-
plus de 64 % des emplois de ce secteur de l'économie rési- compagnement pèsent en moyenne deux fois plus que les
dentielle. Les résidences secondaires et les chambres d'hô- secteurs relevant de la sphère agri-alimentaire. La moyenne
tels y sont suffisamment nombreuses pour accueillir les de la part des emplois rattachés à l'industrie au sens large
curistes et accroître ainsi la population du bassin pendant avoisine 37 % des emplois totaux. Dans les 18 bassins de vie
une grande partie de l'année. Dans le bassin de Vouziers, relevant d'une économie essentiellement industrielle, cette
plus de la moitié des actifs travaillent dans le secteur résiden- part est de presque 50 % et dans 6 d'entre eux, elle est même
tiel mais l'activité agri-alimentaire a tout de même un poids majoritaire.
non négligeable. En effet, près d'un quart des actifs a un em- La plupart de ces bassins apparaissent dépendants d'un seul
ploi dans le secteur agri-alimentaire. secteur industriel, cette mono spécialisation tenant souvent à
Parmi les territoires sur lesquels l'économie résidentielle est la présence d'un seul grand établissement. Cinq bassins
moins présente, 7 bassins sur 29 ont une activité rattachée à la peuvent être qualifiés de très industriels et mono spéciali-
sphère agri-alimentaire. Plus de 43 % de leurs actifs y sont oc- sés. La sphère industrielle y regroupe plus de 60 % des em-
cupés, le bassin d'Avize ayant le record avec 64 % des em- plois : 71 % dans le bassin de Vrigne-aux-Bois et 67 % dans
plois dans ce secteur. Le poids des emplois agricoles est élevé celui de Bogny-sur-Meuse. Dans les sept autres bassins
dans ces 7 bassins où huit personnes sur dix de la sphère mono spécialisés et qualifiés de plutôt industriels,
agri-alimentaire travaillent dans l'agriculture. Cette proportion l’industrie concentre 40 % des emplois. Le secteur indus-
est encore plus élevée dans le bassin de Dormans puisqu'elle triel dominant offre presque 50 % des emplois industriels
atteint 91 %. A l'opposé, dans les bassins de Val-de-Meuse et de locaux dans le bassin de Fumay.
Fère-Champenoise, ce sont les activités de l'industrie agroali- Six bassins industriels ne présentent pas de spécialisation très
mentaire qui priment : près de six emplois sur dix de l’agri-ali- marquée. Celui de Givet est qualifié de très industriel non relèvent directement de ce secteur. spécialisé, plus de 55 % des actifs travaillant dans ses entre-
prises industrielles. Dans l'ensemble des cinq autres bassins
moins industriels, 45 % seulement des emplois se concen-
L'industrie des campagnes existe aussi trent dans l'industrie, le bassin d'Ay n'employant que 35 %
des actifs dans ce secteur. Dans ce dernier bassin, l'éco-
nomie résidentielle et la sphère industrielle représentées àLe tissu industriel n'est pas absent des territoires ruraux bien
parts égales concentrent 70 % de l'emploi. Les emplois agri-au contraire, le poids de l'économie industrielle étant impor-
coles avec une part de 30 % en font un cas particulier.tant en terme d'emplois dans les bassins de vie champarden-
De nombreux bassins de vie en déclin démographique
42 bassins de vie des 29 bassins peu résidentiels
13 bassins à "économie fortement résidentielle"
bourgs ou petites villes plus tournés vers “l'extérieur”
9 bassins fortement résidentiels et peu 4 bassins diversifiés
1 bassin fortement
14 bassins industriels ou agri-alimentaires
résidentiel et touristique
peu industriels et peu Rethel, Brienne-le-Château, Chalindrey, Chaumont, Arcis-sur-Aube, Sézanne,
agri-alimentaires Montier-en-Der, Nouvion-sur-Meuse, Aix-en-Othe, Ervy-le Châtel,
Bourbonne-les-bains
Mourmelon-le-Grand, Suippes Fismes
5 spécialisés
Bogny-sur-Meuse,
6 bassins Nouzonville, Nogent,
très Vrigne-aux-Bois,
industriels Nogent-sur-Seine
1 non spécialisé
Givet
20 bassins 2 bassins fortement résidentiels et industriels
à “tendance 7 spécialisés
industrielle” Romilly-sur-Seine,Vitry-le-François Carignan, Fumay,
Sainte-Ménéhould,
12 bassins Joinville, Wassy
plutôt Marigny-le-Châtel
industriels Montmirail,
5 non spécialisés
Revin, Sedan,
Bar-sur-Aube, Ay, Langres
5 à dominante agricole
Avize, Bar-sur-Seine,
Fayl-la-Forêt
8 bassins 1 bassin fortement résidentiel et agri-alimentaire 7 bassins Dormans, Vertus
à “tendance agri-
agri-alimentaire” Vouziers alimentaires 2 à dominante
agro-alimentaire
Fère-Champenoise,
Val-de-Meuse
Déclin confirmé Dynamique incertaine Croissance plus ou moins récente
Déclin récent irrégulière ou modérée Dynamique assez forte et régulière
Source : INSEE - Recensement de la population 1999, inventaire communal 1998
INSEE Flash Champagne-Ardenne nº59Orientation économique des bassins de vie ruraux Le déclin démographique se confirme
quelle que soit l'orientation économique
Au cours des quarante dernières années, la campagne cham-
pardennaise a subi une transformation profonde de ses acti-
vités et de sa population. La concentration des exploitations
agricoles et par voie de conséquence la réduction des effec-
tifs en sont en grande partie responsables. Le mouvement de
périurbanisation a provoqué l'étalement des zones situées à
proximité immédiate des villes. D'un point de vue purement
démographique, très peu de bassins de vie ont profité de ce
phénomène lié aux grandes agglomérations. Seuls ceux si-
tués aux abords des deux plus importantes métropoles régio-
nales, Reims et Troyes, ont connu une croissance plus ou
moins régulière. Aussi la vocation résidentielle tend progres-
sivement à l'emporter sur les fonctions nourricières tradition-
nelles et l'accès aux services et à l'emploi restent les deux
préoccupations majeures des habitants.
Entre 1962 et 1999, trois quarts des bassins ruraux ont subi
un déclin démographique confirmé quelle qu'en soit d'ail-
Méthodologie
Une maille fine pour analyser la ruralité
A la demande de nombreux acteurs du développement économique
régional, L’INSEE en partenariat avec l’IFEN, l’INRA, le SCEES et la
DATAR ont élaboré un nouveau zonage destiné à améliorer la descrip-
tion de l’espace rural.
Le bassin de vie constitue la plus petite maille territoriale sur laquelle
s’organise la vie quotidienne des habitants. Dans chacun de ces bas-
sins, à l’autonomie plus ou moins marquée, les habitants accèdent à
l’essentiel des services, les actifs ont leur emploi et les élèves ont leur
établissement scolaire.Source : INSEE - Recensement de la population 1999, inventaire
communal 1998 - © INSEE 2004 C’est une zone géographique continue d’au moins 5 000 habitants et
comptant un minimum d’emplois et de services. Les bassins de vie ont
agri alimentaires fortement résidentiels été construits par regroupement de communes en fonction de leurs ac-à dominante agricole et sans autre dominance
cès aux services et à l’emploi.agri à agroalimentaire fortement résidentiels touristiques
Le découpage du territoire métropolitain a permis d’obtenir 1 916 bas-
diversifiés sins de vie :
et agri-alimentaires
très industriels - 171 bassins de vie des grandes agglomérations centrés sur une unité
non spécialisés fortement résidentiels et industriels
urbaine de plus de 30 000 habitants.
très
- 1 745 bassins de vie des bourgs ou petites villes centrés sur une com-monospécialisés
plutôt industriels mune ou une unité urbaine de moins de 30 000 habitants.Unité urbaine 1999 de 30 000 hab.et non spécialisés ou plus - Hors référentiel rural La structuration du territoire de la Champagne-Ardenne découle de laplutôt
Référentiel rural complémentaireet monospécialisés définition de ces zonages. Le découpage a permis d’obtenir 48 bassins
de vie dont le pôle est situé dans la région
- 6 centrés sur une grande agglomération ( plus de 30 000 habitants).
Pour en savoir plus
- 42 centrés sur un bourg ou une ville de moins de 30 000 habitants qui
Insee Première nº953 “Les bassins de vie, au coeur de la vie des bourgs
constituent l’objet de cette étude.
et petites villes” avril 2004.
En se positionnant comme des relais indispensables entre la ville et la
Insee Première nº954 “Les bassins de vie, des bourgs et petites villes :
campagne, les bourgs de taille moyenne ont joué un rôle privilégié
une économie résidentielle et souvent industrielle” avril 2004.
dans la délimitation de ces nouveaux zonages.
Rapport de l’INSEE pour la DATAR, “Structuration de l’espace rural :
une approche par les bassins de vie” juillet 2003.
Les données utilisées sont issues de plusieurs sources :
Insee, Recensement de la population 1999 (exploitation principale ou
complémentaire)L’économie des bassins de vie est structurée par deux grands types
Insee, Recensements de la population 1962, 1968, 1975, 1982 et 1990d’activités
Scees-Insee, Inventaire communal 1998- Celles essentiellement destinées à satisfaire les besoins de la population
Scees-Recensement agricole 1998 et 2000- Celles qui produisent ou contribuent à produire des biens et des servi-
IFEN, Corinne Land Cover 1996ces destinés à des activités dépassant le seul marché local. Parmi ces
INRA (calcul des distances pour l’accessibilité)dernières, celles relevant de la sphère industrielle regroupent les prin-
Drees, ADELI 2002 (données sur les professions médicales)cipaux services aux entreprises et celles de l’économie agri-alimen-
Education nationale-DEP, rentrée 2002-2003taire comportent la production agricole et sa transformation.
INSEE Flash Champagne-Ardenne nº59leurs l'orientation économique. Durant les années
Trois grandes catégories d’emploi
quatre-vingt-dix, la diminution de population de 0,22 % par
Secteurs de l’économie résidentielle : commerce et réparation auto-
an résulte en totalité des déficits migratoires qui s'accentuent
mobile ; commerce de détail, réparations ; bâtiment ; transports ferro-
d'année en année. Dans les 20 bassins à tendance indus-
viaires ; transports routiers de voyageurs ; agences de voyage ; activités
trielle, 16 se dépeuplent progressivement. Seuls les bassins de
financières ; activités immobilières ; services aux particuliers ; éduca-
Nogent-sur-Seine, Montmirail et Marigny-le-Châtel semblent
tion, santé, action sociale ; administration.
mieux résister, bien que leur orientation industrielle soit pour-
Secteurs de la sphère agri-alimentaire : agriculture sylviculture et
tant mono spécialisée. Parmi les 8 bassins à tendance agri-ali-
pêche ; industries agricoles et alimentaires.
mentaire, la situation démographique est préoccupante dans
Secteurs de l’industrie au sens large : tous les autres secteurs,
6 bassins. Les deux autres bassins de Dormans et Vertus arri-
c’est-à-dire industries de biens de consommation ; industrie automo-
vent à conserver une dynamique démographique.
bile ; industries de biens d’équipement ; industries des biens intermé-
Dans 14 autres bassins peu industriels et peu agri-alimen-
diaires ; énergie ; commerce de gros et intermédiaires ; travaux publics ;
taires, la situation n'est guère plus enviable. En effet, 8
autres transports (transport routier de marchandises, transport par eau,
bassins subissent également un déclin démographique
transport aérien, transport spatial) ; manutention, entreposage, gestion
confirmé. Seuls les bassins de Nouvion-sur-Meuse,
d’infrastructures ; organisation du transport de fret ; services aux entre-
Aix-en-Othe, Mourmelon-le-Grand et Suippes, fortement ré- prises.
sidentiels, connaissent une croissance plus ou moins récente
de leur population. Il en est de même pour les bassins à l'éco-
nomie diversifiée d'Ervy-le-Châtel et de Fismes qui se singu-
larisent par une dynamique démographique modérée pour le
Josiane HULINpremier et forte pour le second.
Le poids des emplois résidentiels, industriels et agri-alimentaires dans les bassins de vie
Population Nombre moyen
Unités : nombre et % Nombre de Part de l'emploi du secteur
moyenne d’emplois
Bassins Communes Agri-Résidentiel Industriel
alimentaire
Fortement résidentiels 13 621 19 058 6 515 57,2 13,2 29,6
et agri-alimentaires 1 103 18 360 6 100 55,1 23,5 21,4
et industriels 2 154 41 148 13 615 50,7 11,6 37,7
et touristiques 1 26 6 846 1 851 64,2 16,2 19,6
peu industriels ou agri-alimentaires 9 338 15 584 9 410 60,8 12,6 26,6
Peu résidentiels 29 805 12 230 4 252 41,4 16,8 41,8
Très industriels 6 66 10 966 3 934 34,5 5,0 60,5
spécialisés 5 53 9 971 3 624 32,3 5,7 62,0
non spécialisés 1 13 15 944 5 483 41,9 2,6 55,5
Plutôt industriels 12 436 15 814 5 381 45,0 11,5 43,5
spécialisés 7 210 9 741 3 079 44,8 13,8 41,4
non spécialisés 5 226 24 315 8 604 45,1 10,3 44,6
Agri-alimentaires 7 148 7 531 2 887 34,6 43,2 22,2
à dominante agricole 5 115 8 463 3 232 35,5 44,5 20,0
à agri-alimentaire 2 33 5 199 2 022 31,3 37,9 30,8
Diversifiés 4 155 11 597 3 733 45,8 22,7 31,5
Ensemble 42 1 426 14 343 4 953 47,9 15,3 36,8
Source : INSEE - Recensement de la population 1999, inventaire communal 1998
Dès sa parution, INSEE FLASH Champagne-Ardenne est disponible
sur le site Internet de l’INSEE : www.insee.fr/champagne-ardenne
INSEE, Direction Régionale de Champagne-Ardenne 10, rue Edouard Mignot 51079 Reims Cédex. Tél : 03.26.48.60.00
Directeur de la publication : Michel Gaudey, Directeur régional de l’INSEE
Chef du Service Etudes et Diffusion : Marie-Thérèse Tourneux
Rédacteur en chef : Jeanny Naulot - Secrétaire de fabrication : Pascale Breton
Communication externe : Jeanny Naulot - Abonnements : Liliane Decombe
Création de l’image visuelle : Champagne-Création - Imprimeur : Groupe Technologies et Impression, 51100 Reims
Le numéro : 2,20 euros Abonnement : 11 numéros 19 euros (France), 23 euros pour l’étranger, ou 11 numéros + dossier “Bilan
économique” : 24 (France), 30 euros pour l’étranger
© INSEE-2005 ISSN 1277-5649 Code SAGE : FLA055960 Dépot légal : Décembre 2005
INSEE Flash Champagne-Ardenne nº59

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.