Les industries agro-alimentaires en 1997 : une reprise affermie

De
Publié par

En 1997, la production des industries agro-alimentaires a augmenté de 2,2 % en volume. Ce résultat, meilleur que celui de 1996 (+ 1,8 %), confirme et accentue la reprise amorcée en 1993. La croissance a été principalement tirée par les exportations. Leur progression a permis en outre d'atteindre un excédent commercial record de 40 milliards de francs, en hausse de 25 %. Du côté de la demande intérieure, la consommation à domicile des ménages a progressé faiblement, après avoir stagné en 1996. Les autres ventes sur le marché intérieur ont été plus dynamiques : en particulier, la restauration et l'alimentation animale ont joué un rôle nettement positif pour la production. Ces bonnes performances ont permis aux industries agro-alimentaires de cesser de perdre des emplois en 1997.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 5
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N°587 MAI 1998
Prix : 15F
Les industries agro alimentaires en 1997 :
une reprise affermie
Marc Cohen Solal, Division Agriculture, Insee
annuelle des deux dernières décenniesn 1997, la production des indus
(1,4 %).
tries agro alimentaires a augmenté Sur cette période, le taux de croissance deEde 2,2 % en volume. Ce résultat, la production de l’industrie manufacturière a
été, en moyenne, quasiment identique. Enmeilleur que celui de 1996 (+1,8 %),
revanche, les évolutions annuelles ont été
confirme et accentue la reprise amorcée fort différentes : assez régulières dans les
en 1993. La croissance a été principale Industries agro alimentaires (IAA), plus
heurtées dans l’industrie manufacturière.ment tirée par les exportations. Leur pro
gression a permis en outre d’atteindre un Toutes les branches des industries
excédent commercial record de 40 mil alimentaires ont contribué
liards de francs, en hausse de 25 %. Du à la croissance de la production
côté de la demande intérieure, la consom Contrairement aux autres années de la
mation à domicile des ménages a pro décennie quatre vingt dix, en 1997 la pro
duction en volume a crû dans chacune desgressé faiblement, après avoir stagné en
branches des IAA, à l’exception du tabac
1996. Les autres ventes sur le marché (graphique 2) . La baisse de l’activité dans le
intérieur ont été plus dynamiques : en tabac est due à celle des ventes de cigaret
tes françaises sur le marché intérieur : lesparticulier, la restauration et l’alimenta
ménages ont à la fois diminué leur consom
tion animale ont joué un rôle nettement mation et accentué leur préférence pour les
positif pour la production. Ces bonnes cigarettes étrangères.
Plus de la moitié de la croissance en volumeperformances ont permis aux industries
des IAA a reposé sur deux branches : en
agro alimentaires de cesser de perdre premier lieu le travail du grain (farine,
des emplois en 1997. amylacés, alimentation animale...), puis le
sucre. La croissance de la branche travail
du grain (+4,5 %) a été notamment tirée par
La reprise de l’activité dans le secteur agro la forte progression de l’alimentation
alimentaire s’est accentuée en 1997. Après animale. Avec l’accroissement du cheptel
une nette accélération à la fin des années porcin et du nombre de volailles, les achats
quatre vingt, la production avait stagné en des agriculteurs en aliments pour animaux
1992, puis augmenté de plus en plus nette de ferme ont augmenté encore plus nette
ment (graphique 1). En 1997, la production ment qu’en 1996 (+3 %). La production d’ali
a progressé de 2,2 % en volume (tableau). ments pour chiens et chats a bondi de 10 %
Ce rythme est supérieur à la moyenne en raison de l’augmentation des achats des
Évolution de la production en volume
Source : comptes de la nation, Insee
?
INSEE
PREMIEREménages et de la vive expansion des aux viandes. En revanche, toutes les francs, en hausse de 25 %.
exportations. branches des IAA ont bénéficié de La France a bénéficié d’une vive
La très forte hausse de la production l’impact largement positif du com reprise des échanges dans le monde
de sucre (+15 %) est consécutive à merce extérieur. et d’un taux de change favorable vis
l’excellente récolte de betteraves, très à-vis du dollar : la compétitivité prix
riches en saccharose. Elle a conduit à des produits français a été amélioréeForte poussée des exportations
un important mouvement de stockage, sur les marchés hors de l’Union euro et excédent commercial record
fin 1997. péenne. Toutes les branches habituel
La croissance de la branche Les exportations, qui avaient stagné lement excédentaires ont amélioré
« Divers » (+4,7 %) est surtout due à en 1996, ont été le principal moteur deleur solde commercial (graphique 3).
celle des concentrés de boissons, la croissance en 1997. Elles ont enre Mais l’amélioration du solde des IAA
notamment en poudre de cola. gistré la plus forte poussée en volumeest due essentiellement à l’accroisse
La croissance de la demande inté (+8,6 %) depuis 1988, bien supérieurement des exportations de trois
rieure a profité essentiellement aux à celle des importations (+2,9 %). produits : viandes, boissons, et prépa
produits laitiers, à ceux du travail du Ainsi l’excédent commercial a atteint rations pour boissons.
grain et, dans une moindre mesure, un nouveau record de 40 milliards de Les exportations de viandes et conser
ves de viandes ont fortement progressé
(+2,5 milliards) : la demande extérieureContribution des branches à la croissance en volume des IAA en 1997
de viandes bovines a redémarré, les
ventes de viandes porcines se sont
accrues fortement vers les pays du nord
de l’Europe touchés par la peste por-
cine, les ventes de viandes de volailles
ont continué de s’amplifier vers les pays
de l’Est et le Moyen Orient.
Stimulées par les demandes améri
caine et britannique en champagnes,
les exportations de boissons et alcools
ont augmenté de 2 milliards. Les ven
tes à l’étranger de boissons non alcoo
lisées élaborées et d’eaux minérales
naturelles ont aussi contribué à l’amé
lioration du solde. Les ventes de
cognac ont reculé de 4 % en volume,
en raison de la contraction du marché
asiatique, mais se sont maintenues en
valeur.
Source : comptes de la nation, Insee
Indicateurs d’activité des industries agro alimentaires en 1997
Production Consommation Importations Exportations Effectifs totaux
Milliards Milliards Milliards Milliards Variation
Variation 97/96 (%) Variation 97/96 (%) Variation 97/96 (%) Variation 97/96 (%)
de de de de 97/96 En 1997
francs francs francs francs (milliers)
volume prix volume prix volume prix volume prix (%)1997 1997 1997 1997
Viandes et conserves
de viande 1,1 3,8 175,7 1,0 2,4 213,6 -3,8 5,1 21,3 8,0 2,7 29,2 0,5 104,8
Laits et produits
laitiers 1,4 0,1 113,3 2,3 0,4 117,2 5,2 0,8 11,9 7,4 0,5 26,1 0,6 66,7
Conserves 2,4 0,0 42,9 0,9 1,0 53,7 4,1 1,6 16,6 8,9 0,0 8,3 0,5 36,5
Pain et pâtisserie 0,2 1,8 59,5 0,3 1,8 57,6 -0,3 180,2
Produits du travail
du grain 4,5 -1,5 98,9 2,1 1,9 40,0 7,1 0,4 13,7 10,6 -3,4 23,7 0,4 53,1
Huiles et corps gras 2,4 3,5 17,2 -2,0 1,7 10,0 4,5 7,6 13,0 15,0 0,7 4,1 0,0 5,0
Sucre 15,2 0,4 22,6 -4,5 3,1 3,6 -1,4 4,4 2,4 8,2 1,3 8,9 0,9 10,8
Divers (1) 4,7 1,5 61,4 -0,1 2,7 65,3 3,9 3,2 18,0 12,8 3,7 25,3 0,5 40,3
Boissons et alcools 2,6 2,0 77,7 0,7 2,0 73,7 -1,3 0,1 9,7 3,8 4,1 28,8 0,5 41,6
Produits à base
11,6 8,8 19,8 -3,5 8,0 75,3 9,5 0,5 9,5 21,9 9,0 1,6 0,0 4,6de tabac
Ensemble des IAA 2,2 1,6 689,0 0,6 2,4 710,0 2,9 2,7 116,1 8,6 1,4 156,0 0,2 543,6
Industrie
manufacturière 4,8 -0,1 3188,3 -0,4 -0,1 1262,2 9,5 0,1 1259,0 14,3 1,0 1425,6 -1,5 3405,3
Source : comptes de la nation, Insee
`Les exportations de préparations pour Soldes commerciaux en 1996 et 1997
boissons ont enregistré une forte
poussée, dopées par des ventes
exceptionnelles de poudre de cola aux
Pays Bas.
A contrario , les branches dont le solde
est chroniquement négatif ont accen
tué leur déficit. L’envolée des cours de
tourteaux de soja, massivement
importés, entraîne un creusement du
déficit des huiles et corps gras. Malgré
un développement important des
exportations de cigarettes et de
conserves de poissons, les déficits
traditionnels dans les tabacs et les
conserves se sont encore creusés.
Consommation des ménages
atone...
Source : comptes de la nation, Insee
Comme l’ensemble des années
quatre vingt dix, 1997 se caractérise
par un commerce extérieur dynamique et chats. À l’opposé, les achats ont for ... mais demande intérieure
et une consommation à domicile des tement reculé pour le sucre ( 4,5 %), soutenue
ménages atone ( graphique 4). le tabac ( 3,5 %) et les huiles ( 2 %).
La consommation des ménages en Si la consommation à domicile desLa consommation de viande bovine
produits des IAA (Pour comprendre ménages a continué d’être atone, las’est stabilisée en 1997 (+0,4 %),
ces résultats) n’a en effet augmenté demande intérieure globale a étéaprès avoir fortement chuté en 1996
que de 0,6 % en volume contre 0,1 % soutenue, principalement par le dyna ( 7,6 %) en raison de « la crise de la
l’année précédente. La demande a été misme de la restauration hors domi vache folle ». Mais les consomma-
la plus vive dans les produits laitiers cile. En volume, la consommation ateurs ont surtout acheté davantage de
(+2,3 %), dont les prix ont très peu progressé de 3 % dans les restaurantsviande de volaille (+4,5 %). Au total,
progressé. Parmi les produits du tra privés et de 2,2 % dans les restau-les achats de viandes par les ménages
vail du grain, les achats ont continué rants collectifs (éducation nationale,ont progressé de 1 % en volume en
d’augmenter fortement pour la farine, hôpitaux, administrations publiques).1997 alors qu’ils avaient fortement
les pâtes et les aliments pour chiens Les ventes sur le marché intérieur ontrégressé en 1996 ( 5 %).
également bénéficié de la progression
de la demande des éleveurs, en ali
ments pour animaux de ferme.
Consommation des ménages en produits des IAA
Finalement, la demande intérieure glo
(taux de croissance annuel en volume)
bale a exercé une influence favorable
sur la production et a contribué pour
40 % environ à la croissance en
volume des IAA.
Hausse des prix
à la production
Les prix à la production des IAA, tous
marchés confondus (marchés inté-
rieur et étrangers), ont augmenté de
1,6 % en 1997. Les plus fortes haus
ses ont concerné les viandes bovines
(+8 %), les huiles brutes (+11 %), les
eaux minérales (+3 %) et le tabac (+9 %).
Les prix à la consommation des pro
duits des IAA ont progressé plus rapi
dement que ceux de l’ensemble des
produits (+2,4 % contre +1,3 %), ce
qui semble rompre avec la tendance
Source : comptes de la nation, Insee observée depuis dix ans. En effet,
´ˆdepuis la fin des années quatre vingt, Évolution de l’emploi
la décélération des prix de détail des
produits des IAA avait été plus accen
tuée que celle de l’ensemble des prix
à la consommation. La quasi stagna
tion des prix à la production pendant
cette période avait certainement joué
un rôle dans ce phénomène. Mais,
depuis 1993, les prix à la production
des IAA sur le marché intérieur ont
progressé de plus en plus nettement
et ont fini par pousser à la hausse les
prix à la consommation.
Amélioration
de la situation de l’emploi
Source : comptes de la nation, Insee
La situation de l’emploi dans l’agro
alimentaire, qui n’avait cessé de se
consommation en produits des IAA achetésPour comprendre
détériorer depuis 1985, s’est amélio
par les ménages dans le commerce. Lesces résultatsrée en 1997. L’emploi dans les IAA a
évaluations incluent donc les marges des
progressé de 0,2 % alors que les
commerçants et la TVA. En revanche, la
effectifs dans l’industrie manufactu
consommation n’intègre pas la consomma
rière ont continué à diminuer ( 1,5 %)Les comptes des Industries agro alimentai
tion alimentaire dans les hôtels, cafés, res
(graphique 5). res, comme l’ensemble des comptes natio
taurants et cantines.
La boulangerie, qui concentre l’es- naux, sont établis en base 1980 et en
sentiel de la baisse des effectifs nomenclature NAP, mise en place en 1973.
depuis 1989, est la seule branche quiIls seront publiés ainsi jusqu’au printemps Pour en savoir plus
a continué de perdre des emplois. 1999, date à laquelle les résultats seront
Les fermetures de boulangeries arti présentés en base 1995 et en nomenclature Des séries longues sur la production, la
sanales n’ont pas été compensées NAF établie en 1993 dans le cadre de l’har consommation, le commerce extérieur,
par la hausse des effectifs dans la la valeur ajoutée et l’emploi sont publiéesmonisation européenne. Les résultats en
dans " Les industries agro alimentairesboulangerie industrielle. base 80 et en NAP, présentés ici, sont hors
en 1995", Insee Résultats , série SystèmeSi on excepte les emplois à carac départements d’Outre mer.
productif, numéro 123, janvier 1997.
tère artisanal, concentrés dans la Le poste « Boissons et alcools » ne tient pas
boulangerie et la charcuterie, la compte des vins (hormis le champagne). Les Concernant l’investissement, des résul
hausse des effectifs dans le reste de tats sont disponibles dans "Enquêteévaluations de la production de champagne
annuelle d’entreprise 1996" Agreste, don l’agro alimentaire a été plus mar et de cognac en comptabilité nationale se
nées chiffrées, série IAA, Scees 1998.quée (+0,6 %). Ainsi, en 1997, les distinguent des ventes ; elles dépendent des
bonnes performances à la produc livraisons de vins calmes de champagne et "Panorama de l’industrie communautaire
tion des IAA se sont traduites favora de vins de cognac des années antérieures. 97", commission des communautés
blement en termes d’emplois. européennes, Eurostat.La consommation correspond ici à la
Direction Générale :
18, Bd Adolphe Pinard
A RETOURNER A : INSEE CNGP, B.P. 2718, 80027 AMIENS CEDEX 01 75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE Tarif 1998
Paul Champsaur 1 an, 60 numéros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde)
Rédacteur en chef :
Nom ou raison sociale : ____________________ Activité : __________________________ Baudouin Seys
Rédacteurs : J. W. Angel Adresse : _______________________________________________________________
C. Dulon, A. C. Morin, S. Tagnani___________________________________ Tél : _____________________________
Maquette : M. Legrand
Ci joint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE : ___________________________ F.
ISSN 0997 3192
Date : _______________________________ Sgnaturei © INSEE 1998
qqq˜

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.