Les petites entreprises industriellens - Entre sous-traitance et innovation

De
Publié par

Les petites entreprises industrielles picardes occupent une place modeste dans l'industrie de la région. Leur faible poids dans les effectifs industriels classe la Picardie aux derniers rangs des régions françaises. Plus d'un tiers d'entre elles n'emploient aucun salarié. En Picardie, plus de six de ces entreprises sur dix inverstissent, mais seulement une sur six exporte.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 5
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
semble des petites entreprises. Ce Les entreprises innovantes :Champ de lenquête et définitions sont des entreprises intégrées dans un profil particulierCette étude sappuie sur les résultats le tissu industriel. Elles sont plus sou-de lenquête auprès des petites entrepri-vent filiales, ont plus de contact avec A peine 9% des petites entrepri-ses industrielles et de lartisanat de pro-des organisations extérieures et sontduction (EPEI) de lexercice 1997. Elle ses sont innovantes (10% en France), complète le dispositif des enquêtes an-plus ouvertes sur les marchés exté-soit par l'introduction d'un procédé nuelles dentreprises et a été menée par rieurs. Un tiers d'entre elles sont ex-innovant (3%), soit par la mise sur le lInsee en association avec la Direction de portatrices contre 16% pour l'ensem-marché d'un produit innovant (8%). Le lArtisanat et traitée par Insee Midi-Pyré-ble des petites entreprises. Elles sont caractère innovant de la firme est trèsnées. Pour alléger la charge statistique, de plus grande taille : 45% ont plus dele rythme est passé de deux fois tous les dépendant de sa taille : 18% des en-cinq ans à une fois tous les quatre ans. 5 salariés contre 27% pour les autres. treprises de 10 à 19 salariés sont des Les dernières enquêtes ont porté sur les Les entreprises innovantes sont moins entreprises innovantes, contre seule-exercices 1988, 1991 et 1993. nombreuses à réaliser une partie de ment 6% d'entreprises sans salarié. De Lenquête menée sur lexercice 1997 leur activité dans la sous-traitance même, ce caractère innovant dépend couvre le champ des entreprises satisfai-(14% contre 17% pour l'ensemble des de l'activité de l'entreprise. Certainssant simultanément aux trois critères sui-petites entreprises) et la part du chif-vants : secteurs présentent un fort taux d'en-- employer de 0 à 19 salariés ; fre d'affaires consacré à des donneurs treprises innovantes dans la région, - réaliser un chiffre daffaires hors taxe in-d'ordre y est beaucoup plus faible (4% nettement supérieur au taux national : férieur à 35 millions de francs ; contre 8% pour les autres). l'industrie des composants électriques - avoir une activité principale qui relève de et électroniques (36%), l'industrie auto-lindustrie extractive et manufacturière, y mobile (34%), les industries agricolescompris les industries agroalimentaires. Davantage d'informatique Léchantillon de lenquête est constitué et alimentaires (19%) et les industries de 37 000 entreprises dont 847 pour la ré-du bois et du papier (16%). A l'opposé,Leur processus de production est gion. Lenquête est exhaustive pour les en-d'autres secteurs, plus traditionnels,plus technique, ce qui entraîne des dif-treprises de 10 à 19 salariés et par sondage sont peu innovants : l'édition-imprime-ficultés à embaucher, d'ailleurs, 36% ème avec un taux moyen de 1/9pour les en-rie-reproduction (3%), l'industrie textileles mentionnent. Ce phénomène esttreprises de 0 à 9 salariés. Le taux de son-(6%), l'industrie des équipementscependant moins prononcé qu'endage est différent selon le secteur dactivité économique, la région et la tranche deffec-électriques et électroniques (6%),France où une entreprise sur deux tif salarié, assurant ainsi une meilleure pré-l'industrie des équipements mécani-rencontre ce genre de problème. L'in-cision des résultats régionaux. ques (6,6%), la métallurgie et transfor-formatique est aussi plus répandue. Linnovation mation des métaux (7%). La part desAinsi 40% d'entre elles utilisent l'infor-Linnovation de produit et de procédé entreprises innovantes dans ces sec-matique dans leur processus de pro-est abordée par deux questions dans len-teurs ests stémati uement infé-duction, soit sous forme de logiciels quête EPEI : - «Depuis 1995, votre entre-duction prise a-telle créé ou mis sur le marché un , PAO),produit technologiquement innovant, trans-à com-formé un produit existant en lui apportant une innovation technologique ?». ne sont  -«Depuis1995, votre entre-our les rise a-telle créé unrocédé de fabrica-                                                          ! """    ))*       %  "     $! !       &     "# ! "             &            ' )( ' ) ' &        
 -- -Prix : 15 F. ou 2,13. ,- Conditions d'abonneme Adressez vous à : Insee Picardie 1, rue Vincent Auriol 80040 AMIENS CEDEX 1 Bureau d'information: Téléphone 03 22 91 39 39 - Télécopie : 03 22 97 32 04© Insee 2000
N°81 - 2000 Les petites entreprises industrielles Entre sous-traitance et innovation Les petites entreprises industrielles picardes occupent une place modeste dans lindustrie de la région. Leur faible poids dans les effectifs industriels classe la Picardie aux derniers rangs des régions françaises. Plus dun tiers dentre elles nemploient aucun salarié. En Picardie, plus de six de ces entreprises sur dix investissent, mais seulement une sur six exporte. Les petites entreprises industrielles picardes sont plus fréquemment et plus intensément sous-traitantes quau plan national. Lorsquelles innovent, elles sont plus exportatrices, de plus grande taille et fort utilisatrices de linformatique. a Picardie compte en 1997, envi-des est occupé dans la métallurgie-ternationale. Le poids des petites en-ron 3 500 petites entreprises in-transformation des métaux. C'esttreprises des équipements mécani-deL20 salariés. Elles emploient près deteur ne représente qu'un emploi sur sixniveau national : un actif picard sur cinq dustrielles et artisanales de moinsbeaucoup plus qu'en France où ce sec-ques est également plus élevé qu'au 16 000 actifs dont 13 000 salariés. Lade ces mêmes petites entreprises.y exerce contre un sur sept en France. région ne représente que 2,3% des pe-Cela s'explique par la spécialisation deEn Picardie comme en France en tites entreprises f' spetites entrepri-leur effectif. Or l'iune taille très ré-tes tailles d'entred'un tiers d'entre couvre presquealarié. Les trois l'industrie françaiins de 5 salariés, en France. Elles        moyenne 4,5 per-Une place             ,7 salariés, ce qui pour les       """ plus élevé que la entrepr    ))* tionale (4,1 per-       industrielles  3,3 salariés). es entreprises in-Ceci montrela région ont réa-économique de cun chiffre d'affai-treprises industrirds de francs, soit région. En effet,re d'affaire natio-n'emploient encatégorie d'entre-des salariés de, en moyenne, carde contre 13,2e francs par en-Ce pourcentageentreprises de la    tion depuis dix achouc dégagent   die se place en """ffaires 2,2 fois su- en fin de classeoyenne picarde.   gions avec l'Alsachiffre d'affaires Normandie poure dans l'agroali-) petites entreprise2 fois supérieur à & fectifs industrielsicarde et celui de   / 0 Un emploi s, 1,7 fois supé-1 / +  , -. ces petites entrnche, il est parti-
                  22))*           



   
 ' & 
Près de 550 petites entreprises, c'est-à-dire une sur six seulement, ont vendu une partie de leur production à l'étranger. Elles y ont réalisé à peine 6% de leur chiffre d'affaires (7% en France). Pour les entreprises de 20 salariés et plus, cette part est de 20%. En Picardie comme en France, plus l'entreprise est grande, plus l'interven-tion sur les marchés est importante. Ainsi, les entreprises sans salarié ont réalisé moins de 1% de leurs ventes à l'étranger contre 7% pour celles qui comptent entre 10 et 19 salariés. La performance à l'exportation des petites entreprises dépend aussi large-ment des activités et de la nature des roduits vendus. Ainsicomme en
( ' ) 
 ' ) 
e hors de nos ères dans la e (44% contre et l'automobile contre 17%).  cedernier la proximité, es petits équi-ntiers picards, entres de pro-n belges ou ands est peut-n facteur expli-
petite ur six itante
ises, soit 17% dustrielles pi-ie de leur acti-vité dans la sous-traitance. A l'échelon national, cette proportion n'atteint que 14%. Au total, cette sous-traitance représente 8% du chiffre d'affaires de l'ensemble des petites entreprises de la région contre 6% en France. Nombre d'entreprises donneuses d'ordre ont des participations dans le capital de leurs sous-traitants : ainsi, un peu moins de 80 sont liées financièrement à celles qui confient ces tâches en sous-traitance. Au delà de la fréquence de l'acti-vité en sous-traitance, les entreprises de la région sont plus dépendantes que leurs homologues nationales. En effet, en terme de part du chiffre d'affaires, la sous-traitance représente en Picardie, our les entrerises aant ce te d'ac-
                                 ))*           ! "            3              $! !                   "#     %  "    & &  &
portante dans les entreprises employant moins de trois salariés. Certes dans ce cas, la sous-traitance ne touche qu'une entreprise sans salarié sur huit, mais une sur quatre pour celles ayant un ou deux salariés. Les unités concernées y réali-sent 80% de leur chiffre d'affaires pour les premières, 70% pour les secondes. Globalement, ces toutes petites entrepri-ses picardes ont aussi une dépendance plus accentuée qu'en France, surtout pour les entreprises sans salarié (80% du chiffre d'affaires dans la sous-traitance contre 61% en France). Presque 40% des entreprises sous-traitantes picardes sont situées dans le secteur de la métallurgie et transforma-tion des métaux (20% en France). Dans ce secteur, une entreprise sur trois réalise une partie de son activité dans la sous-traitance contre une sur quatre au niveau national. A lui seul, ce secteur dégage le quart du chiffre d'affaires des entreprises sous-traitantes et la moitié du montant des travaux de sous-traitance qui leur sont confiés.
Une sous-traitance en cascade
Etre donneur d'ordre n'est pas un monopole des grandes unités puisque près de 52% des petites entreprises sont elles-même donneuses d'ordre. Ce pour-centage, supérieur de 4 points à celui constaté nationalement, est cependant à nuancer car il est parfois difficile pour une entreprise de distinguer la sous-traitance purement industrielle de l'externalisation des fonctions tertiaires.
          ! " !"" "" #            ))*          "#          "                     "                  "       !      &    "
Certes, les Le plus faible chiffre d'affaires moyen par entreprises dans l'industrie des équipements du foyer Nombre, emploi et chiff red'af f airesdes petites entreprises industrielles picardes selon le secteur d'ativité au 31 décembre 19971 222 entreprises So urce : Insee  EP EI 97sans salarié ne re-C.A. Chiff red'af f airesprésentent que Emploi (nombre) Activité Nombreen millionsmoyen par entreprise19% des investis-d’entreprises salariénon salariétotal def rancsen milliers de francssements totaux, Industries agricoles et alimentaires165 543161 704775,2 4698soit nettement Industrie des biens de consommation1 0232 265867 3132 1329,2 1299plus que leurs homologues en Habillement, cuir99 36473 437189,6 1915 Edition, imprimerie, reproduction335 849257 1106 492,51 470 France (11%). Mais leur effort Pharmacie, parfumerie, entretien8 6217 7931,9 3983 d'investissement Industrie des équipements du foyer 581990 5201 510615,2 1059 Industrie automobile50 21825 243109,9 2198 est important. Industrie des biens d'équipement876 3543 6394 1822 125,82 427 Leur taux d'inves-Construction navale, aéronaut. & ferro. 2453 2275 38,41 602 tissement, défini Industrie des équipements mécaniques651 2766 4923 2581 730,82 659 comme la part de Ind. des équip. électriques et électroniques201 724125 849356,6 1774 la valeur ajoutée Industrie des biens intermédiaires1 3376 2871 0317 3183 665,22 471 utilisée pour l'in-Industrie des produits minéraux179 821143 964528,2 2951 vestissement, est Industrie textile118 400108 508211,0 1788 de 17,1%, contre Industrie du bois et du papier173 809123 932490,0 2832 7,6% pour les peti-Chimie, caoutchouc, plastique112 81357 870569,8 5088 tes entreprises de Métallurgie et transformation des métaux708 3220 5813 8011 764,42 492 10 à 19 salariés. Ind. des composants élect. & électroniques47 22419 243101,8 2166 Pour l'en-Ens e m ble3 45112 8562 72315 5798 005,32 320 semble des peti-le transport, le gardiennage et le net-plus grandes donneuses d'ordre, lorsquetes entreprises, des différences sont no-toyage des locaux.ces dernières procèdent à des redéploie-tables suivant le secteur d'activité : les En revanche, parmi les petitesments d'achats en sous-traitance.entreprises des industries des produits entreprises sous-traitantes, près de 70%minéraux sont les plus nombreuses à in-sont aussi donneuses d'ordre, contreDes très petites entreprisesvestir (80%) alors que seulement 44% 60% au plan national. Il existe ainsi unede celles du textile ont réalisé des inves-qui investissent sous-traitance en cascade. Les petitestissements. entreprises sont parfois trop spécialiséesQuelque 62% des petites entrepri-Les principales sources de finance-ou n'ont pas toujours les ressourcesses picardes ont investi en 1997. Cement sont l'autofinancement et le prêt suffisantes pour satisfaire totalement unpourcentage varie nettement selon labancaire. Le premier couvre 56% de l'en-ordre qui leur est passé. Plutôt que detaille de l'entreprise. En effet, seulementsemble des investissements et le second refuser le marché, elles deviennentquatre entreprises sans salarié sur dix39%. Les secteurs de la pharmacie, par-donneuses d'ordre, pour une partie deont investi en 1997. C'est cependantfumerie, entretien et de l'industrie auto-la commande, à des entreprisesmieux qu'en France où elles ne sont quemobile se distinguent par un financement généralement plus petites qu'elles.trois sur dix à l'avoir fait. Les unités pi-à plus de 80% sur des ressources pro-us les entreprises sont petites,cardes de 10 à 19 salariés ont réalisépres. La taille de l'entreprise influe peu rt du chiffre d'affaires réaliséepetites en-sur l'origine du financement.
                     ))*         



   ' &( ' )     
 ' ) 
Les petites entreprises industrielles picardes du textile et de la chimiecaoutchoucplastique fortement soustraitantes Nombre et part du chiff red’af f airesen soustraitance des petites entreprises industrielles picardes selon le secteur d’activité au 31 décembre 1997 So urce : Insee  EP EI 97 CA (%) Entreprises soustraitance Activité par rapport Nombre % au CA total Industries agricoles et alimentaires10 6,19,9 Habillement, cuir10 10,154,9 Edition, imprimerie, reproduction64 19,149,2 Pharmacie, parfumerie, entretien1 12,58,2 Industrie des équipements du foyer 6511,2 30,2 Industrie automobile5 10,036,1 Ind. des équipements mécaniques68 10,445,3 Ind. des équip. électr. & électoniques11 5,528,3 Industrie des produits minéraux43 24,036,0 Industrie textile39 33,075,0 Industrie du bois et du papier19 11,053,0 Chimie, caoutchouc, plastique25 22,371,3 Métallurgie et transform. des métaux234 33,063,1 Ens e m blePicardie 59417,2 52,1 Ensemb leFrance 21293 14,146,5
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.