Les réseaux d'entreprise dans les secteurs des activités comptables et de consei

De
Publié par

Certaines entreprises entretiennent, de façon formelle ou non, des relations durables, fondées sur une communauté d'intérêt. Dans le secteur des activités comptables, ces « réseaux « sont le plus souvent nationaux, de taille moyenne, avec, pour fonctions principales, le transfert de technologie et le contrôle-qualité. Dans le secteur du conseil coexistent un grand nombre de microréseaux associatifs et quelques grands réseaux internationaux en « partnership ». L'échange de clientèle est important à l'intérieur de ces réseaux.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 9
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N°532 Ju illet 1997
PRIX : 15F
Les réseaux d’entreprise
dans les secteurs des activités
comptables et de conseil
Chantal Cases, Division Services, Insee
de production ou de distribution : réseauxertaines entreprises entretien-
de succursales ou de franchise. Dans lesnent, de façon formelle ou non,
cas plus complexes, cette structure verti-C des relations durables, fondées
cale peut comporter plusieurs niveaux de
sur une communauté d’intérêt. Dans le participants, par exemple lorsqu’il existe
secteur des activités comptables, ces des liens financiers, comme au sein d’un
« réseaux » sont le plus souvent natio- groupe. Dans le sens inverse, des filiales
communes peuvent être créées par plu naux, de taille moyenne, avec, pour
sieurs entreprises. Il existe également desfonctions principales, le transfert de
réseaux "horizontaux". Contrairement aux
technologie et le contrôle-qualité. Dans le
réseaux "verticaux", ils ne sont pas toujours
secteur du conseil coexistent un grand hiérarchisés sous l’égide d’une entreprise
nombre de micro-réseaux associatifs et mère (la "tête de réseau"). Ils peuvent être
quelques grands réseaux internationaux simplement coopératifs, sans véritable unité
dominante.en « partnership ». L’échange de clientèle
Les réseaux verticaux sont connus dans l’in est important à l’intérieur dces re éseaux.
dustrie et la distribution, mais aussi dans
certaines activités de services, par exemple
Dans les activités de service se dévelop la coiffure ou l’hôtellerie. Les réseaux hori
pent, comme dans l’industrie ou le commerce,zontaux se retrouvent dans les partenariats
des formes d’organisation particulières liant industriels, mais également dans de nom
entre elles plusieurs firmes, que l’on regroupebreuses activités de service, comme les
généralement sous l’ appellation de "ré activités comptables et de conseil pour les
seaux d’entreprises". On peut les définir affaires et la gestion que nous allons analy
comme des ensembles d’entreprises entre ser plus précisément.
tenant de façon formelle ou informelle des
relations durables, établissant une Une expansion récente
communauté d’intérêt, même limitée. et une forte implication
Les réseaux peuvent prendre de multiples des plus grandes entreprises
formes. Ils peuvent différer par la nature des
liens qu’ils entretiennent entre unités mem Dans les activités comptables et de conseil
bres, par le nombre de leurs membres, leurpour les affaires et la gestion, les réseaux
étendue géographique, aussi bien que par concernent environ 8 et 7 % des entreprises
le type de hiérarchie qui s’établit entre leurs(graphique 1). Ils sont pour la plupart d’ap
membres. parition récente et en pleine expansion. Ain
Les liens entre les unités peuvent être juri si, pour l’ensemble des deux secteurs
diques, financiers, administratifs, informa
Poids des réseaux selon les secteurstionnels (documentation). Ils peuvent
également prendre la forme de flux de
personnel ou de prestations de services
(formation) entre les partenaires, sans
nécessairement de contrepartie monétaire
immédiate. Ils peuvent définir des normes
de qualité pour les produits ou les services
rendus (contrôle technique). Bien évidem
ment, tous ces liens peuvent se nouer au
delà des frontières.
La hiérarchie des relations au sein des
réseaux peut être "verticale". C’est le cas
des réseaux organisés autour d’une filière Source : Insee, Division services
?
INSEE
PREMIEREenquêtés, plus de 9 membres de ble, où la moitié des entreprises mem Des formes juridiques variées,
réseaux sur 10 déclarent une année bres ont moins de 36 partenaires. où dominent association et GIE
d’adhésion postérieure à 1985. Cette Quant aux réseaux les plus impor
expansion récente concerne particu tants, ils regroupent au contraire, dansLa caractérisation des réseaux princi
lièrement le secteur du conseil ainsi les deux secteurs, plusieurs centaines paux dans les secteurs étudiés relève
que les petites entreprises. d’entreprises et plusieurs dizaines de essentiellement de trois grandes
L’appartenance à un réseau est par milliers de salariés, dont une large partdimensions structurantes : la forme
tout caractérisée par un net effet de est localisée à l’étranger. juridique et le paiement d’une cotisa
taille : les entreprises membres ont, En effet, plus les réseaux regroupent tion d’une part, le degré d’intégration
en moyenne, plus du double de sala un grand nombre de partenaires, plus technique de l’entreprise dans son
riés, de valeur ajoutée et de chiffres leur zone géographique d’influence réseau principal d’autre part, et enfin
d’affaires que les autres. Cet écart estest vaste. L’internationalisation est, de son degré d’intégration économique
cependant moins marqué dans le sec plus, une caractéristique fortement (échange de personnel ou de clien
teur du conseil, plus atomisé, où ces liée au secteur d’activité : à peine plustèle).
ratios sont de l’ordre de 1,5. d’un quart des entreprises du conseil La plupart des réseaux sont organisés
Cet effet de taille explique que l’impor se limitent à une échelle nationale ou juridiquement (95 % des entreprises
tance sectorielle des réseaux appa régionale, tandis que plus de 80 % deconcernées). Dans plus d’un tiers des
raisse plus forte lorsqu’on la mesure celles de la comptabilité sont dans ce cas, le réseau le plus important auquel
par leur poids dans le chiffre d’affairescas (graphique 2). appartient l’entreprise est associatif.
total du secteur que par la proportion Dans un quart des cas, il s’agit d’un
d’entreprises concernées. Les 7 % GIE (Groupement d’Intérêt Economi Des entreprises
d’entreprises membres d’un réseau que) ou d’un GEIE (Groupement Euro plutôt "mono réseau"
dans le secteur du conseil réalisent péen d’Intérêt Economique). Le reste
ainsi 16 % du chiffre d’affaires total duPlus de trois quarts des entreprises des entreprises se partage à peu près
secteur. Ce ratio atteint 33 % dans lesmembres d’un réseau n’appartiennent également entre sociétés de capitaux
activités comptables (où 8 % des en qu’à un seul réseau. Ce chiffre est net et " partnership", société de personnes
treprises appartiennent à un réseau). tement plus élevé dans le conseil, où de droit américain proche de la société
près de 9 entreprises sur 10 sont en nom collectif dans le droit français.
"mono réseau", quel que soit leur Les réseaux-associations sont aussiDes tailles de réseaux
poids économique dans le secteur. fréquents dans le secteur de la comp très diversifiées
Dans le secteur comptable, la « mono tabilité que dans celui du conseil. Si,
En moyenne, chaque entreprise mem appartenance » domine également dans les activités comptables, ils con
bre d’un réseau compte environ 140 (60 %), mais de manière moins mar cernent les entreprises de toutes
partenaires dans le secteur du conseil quée, et les petites entreprises choi tailles, ils sont davantage prisés par
et 70 dans celui des activités compta sissent plus fréquemment que les les plus petites entreprises dans le
bles. Mais, dans le cas du conseil, la grandes une double affiliation. Dans conseil (graphique 3). Les GIE ou les
moitié des entreprises membres d’un tous les cas, il est fort rare de rencon GEIE sont le plus fréquemment ren
réseau ont moins de 10 partenaires, trer des entreprises appartenant à contrés dans les activités comptables,
ce qui illustre l’existence de nombreuxplus de deux réseaux, et l’apparte où ils sont même la forme juridique
réseaux de très petite taille, regrou nance multiple concerne davantage dominante. En revanche, ils sont rela
pant moins de 4 à 5 entreprises. Ce les entreprises dont le réseau principaltivement rares dans le secteur du con
phénomène se retrouve, quoiqu’un est constitué de partenaires régio seil, qui comporte plus fréquemment
peu atténué, dans le secteur compta naux. des entreprises regroupées en
Aire géographique des réseaux Forme juridique des réseaux structurés
Source : Insee, Division services Source : Insee, Division services
´`"partnership", ou en sociétés de capitaux. logie entre entreprises du reau prin és Une influence fréquente
Près de deux tiers des entreprises cipal. Des différences intersectoriel des réseaux sur la clientèle
membres d’un réseau lui versent une les, moins nettes, apparaissent
des entreprises de conseil
cotisation. C’est la règle générale de encore.
fonctionnement dans le secteur des La mise en commun de la documenta L’influence du réseau peut également
activités comptables, où 97 % des en tion ou de bases de données concernese manifester en matière de partage
treprises membres sont dans ce cas. environ un quart des entreprises mem du marché ou de mise en commun de
En effet, les formes juridiques les plusbres de réseaux pour l’ensemble des technologie. L’impact du réseau sur la
fréquentes dans ce secteur (associa activités comptables et de conseil clientèle des entreprises membres dif
tions, GIE) supposent en général une (graphique 4). Mais l’utilisation est fère beaucoup entre les secteurs de la
participation financière. La proportion davantage concentrée sur les plus comptabilité et du conseil. Ainsi, cet im
de cotisants est nettement plus faible grosses entreprises dans le conseil pact est nul (aucun apport de clientèle à
(un peu moins de 40 %) pour le secteur(30 % des entreprises représentant l’entreprise par le réseau, ni au réseau
du conseil, essentiellement en raison 95 % du chiffre d’affaires), et à un par l’entreprise) pour près des trois
des natures différentes d’organisation moindre degré dans la comptabilité quarts des entreprises du secteur comp
juridique des réseaux qui le traversent, (20 % des entreprises représentant table. Moins de 10 % des entreprises de
en particulier à l’importance des socié 54 % du chiffre d’affaires). ce secteur reçoivent des clients par le
tés de capitaux et des groupes. Dans plus de la moitié des cas, aussi biais du réseau, tandis qu’environ 12 %
Le montant moyen de la cotisation, bien en proportion du nombre d’entre lui en apportent (graphique 5). A peine
lorsqu’elle existe, est de l’ordre de prises que du chiffre d’affaires total, le7 % des entreprises comptables prati
50 000 F dans le secteur des activitésréseau intègre une fonction de "con quent les "échanges de clientèles" dans
comptables, la moitié des entreprises trôle qualité". Cette fonction est très les deux sens, mais il s’agit d’un sous
versant moins de 38 000 F. Dans le fréquemment rencontrée en parallèle groupe de grandes entreprises, plus im
secteur du conseil, le montant moyen à la documentation commune. Commepliquées économiquement dans les
est plus faible, un peu inférieur à pour celle ci, elle concerne relative réseaux que le reste du secteur, et qui
42 000 F, la moitié des entreprises ment plus les grosses entreprises du représentent 47 % du chiffre d’affaire
concernées versant moins de conseil (49 % des entreprises mem global. Même lorsqu’un impact de ce
10 000 F. Bien que d’un niveau plus bres de réseaux et 97 % de leur chiffre type existe, le poids du chiffre d’affaires
élevé, cette cotisation représente, en d’affaires total est concerné), et les induit pour l’entreprise est extrême-
moyenne, une part légèrement plus petites entreprises de la comptabilité ment faible.
importante du chiffre d’affaires dans le(77 % des entreprises membres de L’impact sur la clientèle est beaucoup
secteur du conseil (un peu moins de réseaux et 45 % de leur chiffre d’affai plus sensible dans le secteur du
2 % contre un peu moins de 1 % dans res total). conseil : Il concerne 60 % des entre
les activités comptables). Finalement, l’existence de "transferts prises. Dans plus d’un tiers des entre
de technologie" liés au réseau (repriseprises du secteur, c’est le réseau qui
par l’entreprise de normes ou de spé apporte des clients à l’entreprise.Une forte dimension
cialités externes) est fréquente : elle Dans ce cas, les flux de chiffres d’af d’intégration technique
concerne 60 % des entreprises et plusfaires induits peuvent être assez
La seconde dimension structurante des deux tiers des chiffres d’affaires importants. Les échanges croisés en
des réseaux concerne les fonctions lorsque l’on considère l’ensemble des touchent environ 11 %, mais il s’agit
techniques : mise en commun de do activités comptables et de conseil, et des entreprises les plus importantes
cumentation, partage de méthodes davantage encore dans le conseil pris du secteur. Le volume de chiffre d’af
et de normes communes, fonction de isolément (la moitié des membres de faires généré par ces "échanges"
contrôle qualité et transferts de techno- réseau et 99 % du chiffre d’affaires). apparaît là aussi limité.
Fonctions techniques des réseaux Effets sur la clientèle de l’appartenance à un réseau
* Existence d’un transfert fréquent ou occasionnel.
Source : Insee, Division services Source : Insee, Division services
ˆ˜juridiques, comptables et de conseil, lors deEffet des réseaux sur le peonners l
l’enquête annuelle d’entreprises ( EAE)
Services.
Le phénomène "réseaux" étant supposé fai
ble chez les petites entreprises, ces derniè
res ont été plus faiblement échantillonnées
que dans l’EAE Services. En revanche les
grandes entreprises ont toutes été interro
gées. Il n’a pas été possible de prendre en
compte les entreprises entrées dans les
secteurs au cours de l’année. Cette particu
larité doit être présente à l’esprit lorsque
l’on compare les entreprises membres de
réseaux aux "secteurs" de référence de
l’EAE Services. Enfin, dans le cas où les
*Influence : en partie, en grande part ou totalement entreprises appartiennent à plusieurs
Source : Insee, Division services
réseaux, ce sont les caractéristiques du
réseau principal qui ont été décrites.
Par ailleurs, la mutualisation des ris L’appartenance à un réseau étant rare dansL’échange de personnel est rare
ques est peu répandue dans l’ensem le secteur des activités juridiques, les non
Près de neuf entreprises sur dix appar ble (moins de 8 % des entreprises). réponses n’ont pu faire l’objet d’un redres
tenant à un réseau, et davantage en Elle ne concerne réellement que quel sement complet ; les résultats n’ont donc
core parmi les moins importantes ques grandes entreprises du pas pu être analysés dans ce document.
économiquement, ne pratiquent au conseil (5 %), secteur pour lequel Seules quelques grandes caractéristiques
cune mise à disposition de personnel cette pratique est déterminante, puis des réseaux de ce secteur ont fait l’objet
entre membres (graphique 6). Il est que les entreprises concernées repré d’une exploitation statistique. L’apparte
alors assez naturel qu’une proportion sentent 82 % du chiffre d’affaires total.nance à un réseau y concerne moins de 2 %
forte d’entreprises (plus de 85 %, et Finalement, plus de la moitié des des entreprises, qui réalisent environ 12 %
même plus de 95 % chez les compta entreprises membres d’un réseau du chiffre d’affaires total du secteur. La
bles) ne se sentent pas ou peu influen afffirme que celui ci participe, au fonction principale de ces réseaux est
cées par leur réseau principal dans moins en partie, à leur stratégie. Le l’échange de documentation.
leur recrutement de personnel. profil des entreprises concernées est
L’organisation de formations commu bien évidemment comparable à celui
nes est davantage pratiquée : par la des entreprises les plus impliquées Pour en savoir plus
moitié des entreprises au total. Ces économiquement ou techniquement.
formations concernent 70 % des en
"Les réseaux d’entreprises, des collec
treprises comptables, et davantage
tifs singuliers", actes du deuxième sémi Pour comprendreparmi les plus petites. Au contraire, naire de la Direction des Statistiques
ces résultatsparmi les entreprises de conseil, ce d’entreprises, Insee méthodes , n°67 68.
sont les plus importantes qui utilisent
"Relations producteur distributeur : lescette fonction de formation : un peu
enseignements du secteur de l’habille
plus du tiers des entreprises sont Cette étude repose sur une enquête réali
ment", J. Philippe, Economie et Statisti
concernées, et elles pèsent pour près sée à partir d’un sous échantillon de que, n° 303, 1997, Insee.
de 85 % du chiffre d’affaires total. 1700 entreprises des secteurs des activités
Direction Générale :
18, Bd Adolphe Pinard
A RETOURNER A : INSEE CNGP, B.P. 2718, 80027 AMIENS CEDEX 01
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE Tarif 1997
Paul Champsaur 1 an, 60 numéros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde)
Rédacteur en chef :
Nom ou raison sociale : ____________________ Activité : __________________________ Baudouin Seys
Rédacteurs : F. Magnien, Adresse : _______________________________________________________________
C. Dulon, A.C. Morin, S. Tagnani___________________________________ Tél : _____________________________
Maquette : Brigitte Doguet
Ci joint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE : ___________________________ F.
ISSN 0997 3192
Date : _______________________________ Sgnaturei © INSEE 1997
q¯qq

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.