Les salariés du tourisme

De
Publié par

Ils sont un peu moins de 30 000 salariés en moyenne annuelle dans la région à travailler grâce au tourisme. Nettement plus jeunes que dans l'ensemble des autres secteurs d'activité, ils connaissent aussi plus souvent des conditions précaires d'emploi. Ainsi, moins d'un salarié sur deux travaille à temps complet toute l'année. Des constats à relier aux faibles rémunérations observées
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 24
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

NORD-P AS-DE-CALAIS
ROFILS
NOVEMBRE 1998Prix : 15 francs N°12P
Ils sont un peu moins de 30 000 Sept salariés sur dix dansLes salariés le commerce de détail ousalariés en moyenne annuelle dans
l’hôtellerie restauration
la région à travailler grâce au
tourisme. Nettement plus jeunes Parmi les quelque 700 secteurs quidu tourisme
composent la nomenclature d’activitésque dans l’ensemble des autres
française, 82, tout de même ont dans
secteurs d’activité, ils connaissent
leurs effectifs une part plus ou moins
aussi plus souvent des conditions importante de salariés dont l’activité estdans le Nord-
liée de près ou de loin au tourisme.précaires d’emploi. Ainsi, moins
C’est l’ensemble de ces fractions ded’un salarié sur deux travaille
main-d’œuvre qui constitue, au sens de
à temps complet toute l’année.Pas-de-Calais la méthode, l’emploi touristique (qu’on
appellera aussi le tourisme).Des constats à relier aux faibles
Les quatre cinquièmes de l’emploi
rémunérations observées...
touristique annuel moyen ne concernent
cependant que 18 des 82 secteurs.
Arrivent en tête le commerce de détail
et les hôtels-restaurants qui mettent
Parce que le tourisme n’est pas ensemble 20 500 salariés au service
Didier Castille seulement l’affaire des établissements des touristes et dont les parts s’élèvent
d’hôtellerie ou de restauration et que la respectivement à 34,9% et 33,7%. Plus
Division Synthèses économiques
clientèle de ces mêmes établissements précisément, c’est dans la restauration
de type traditionnel, les hôtels avecne peut pas toujours être qualifiée de
restaurant, le commerce de détail detouristique, la question du nombre
d’emplois touristiques n’est pas simple. l’habillement, les hypermarchés et les
L’Insee et le Comité régional de supermarchés que l’on retrouve 45%
Tourisme se sont associés pour mettre de l’emploi touristique annuel moyen.
en œuvre une méthode conduisant à Ce sont aussi ces secteurs qui embau-
des estimations régionales du volume chent 57% de l’afflux de main-d’œuvre
de main-d’œuvre lié à l’activité touris- observé dans le tourisme entre le
er1 janvier et le 31 juillet et qu’on peuttique dans la région. Celui-ci, si l’on
en grande partie imputer à l’activitéretient l’acception la plus large de
l’activité touristique, représenterait, en saisonnière du secteur : les hôtels-
(1)1996, 2,9% de l’emploi salarié total restaurants accroissent ainsi entre ces
en moyenne annuelle, soit 29700 deux dates leurs effectifs liés au tourisme
personnes. Il culminerait à 3,2% soit de 2 800 unités (+33%) et le commerce
35 000 salariés en plein cœur de l’été. de détail de 2600 unités (+27%).
La méthode conduisant aux estimations d’emploi
utilisées dans cette étude a été élaborée par (1) Le niveau de l’emploi salarié total de la région est restreint au champ de l’exploitation des DADS. Celui-ci couvre
l’Insee et le Comité régional de Tourisme du l’ensemble des employeurs et de leurs salariés, sauf les salariés de l’agriculture et de la sylviculture, des services
Nord-Pas-de-Calais. domestiques, des activités extra-territoriales et les agents des organismes de l’État. Il rassemblait en moyenne
1 029 700 postes en 1996. Il ne correspond pas à celui des estimations d’emploi que publie annuellement la
direction régionale de l’Insee et qui est calculé notamment à l’aide de la source Unedic.
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS 130, avenue du Président J.F. Kennedy - 59034 Lille Cedex - Tél. : 03 20 62 86 29 - Télécopie : 03 20 62 86 00Participent également de façon notable de 25 ans s’accroît de 97%, celui 80% de l’emploi touristique
à l’accroissement des effectifs touris- des 25-30 ans de 19%, celui des Répartition de l’emploi touristique (estimation haute e
tiques en été, les administrations 31-35 ans de 15 % et enfin de celui
publiques et les services de santé avec des plus de 35 ans de 14%. C’est
respectivement 1 000 et 850 salariés plus particulièrement aux très jeunes
supplémentaires. salariés (moins de 20 ans) que le
Restauration de type traditionnel
Selon les secteurs, la contribution tourisme saisonnier profite car la part Hôtels avec restaurant
du tourisme à l’apport saisonnier de des salariés âgés de 21 à 25 ans dans Commerce de détail d’habillement
Supermarchésmain-d’œuvre est variable : dans les le surplus d’emplois touristiques est
Hypermarchés
hôtels-restaurants, le tourisme explique identique à celle dans l’emploi total. Transports maritimes
63% de l’afflux de main-d’œuvre Boulangeries et boulangeries-pâtisseries
Coiffureobservé pour le secteur entier entre
Commerce de détail de produits pharmaceutiques
l’hiver et l’été, dans le commerce cette Près d’un salarié sur trois Services annexes à la production
part n’est que de 33%. ne travaille pas toute l’année Agences de voyage
Héberg. tourist. autres que hôtels, aub. jeunesse et campings
Restauration de type rapide
Alors que 20 600 salariés concernés Activités sportives autres que la gestion d’instal. sportives
Les emplois touristiques par le tourisme ont travaillé pendant Enlèvement et traitement des ordures ménagères
Commerce de détail divers en magasin spécialisésont majoritairement féminins l’année complète, soit une proportionétail de livres, journaux et papeteriede 69% en moyenne annuelle, une part
Hôtels de tourisme sans restaurant
Du fait de l’importance du secteur importante, 16%, n’a pas travaillé plus
Autres secteurs de l’activité “Hôtels-restaurants”du commerce de détail dont l’emploi de six mois. L’écart que l’on observe à
Autres secteurs de l’activité “Commerce de détail”
est plus volontiers féminin, il est assez ce propos entre l’emploi touristique et Autres secteurs à orientation touristique
Ensemble des secteurs à orientation touristiquenaturel de constater que les femmes l’emploi total est assez grand puisque
sont mieux représentées dans l’emploi ceux qui ont travaillé toute l’année Hôtels-restaurants Commerce de d
touristique que dans l’emploi total. dans l’emploi total représentent 81% Source : Insee, CRT - Estimation de l’emploi salarié touristique direct - D
Elles détiennent en effet 53% des de l’ensemble et que seulement 8%
emplois en moyenne annuelle contre ont un contrat d’au plus six mois.
Les salariés du tourisme sont très jeunes
39% tous secteurs d’activité confondus. Répartition par tranche d’âge des salariés
La sur-représentation des femmes dans en moyenne annuelle
l’emploi touristique se vérifie, non Le temps partiel
Emploi total Emploi touristiqueseulement à tout moment de l’année est plus fréquent
de 61 à 65 ansmais également dans l’accroissement
de 56 à 60 ansde ses effectifs entre l’hiver et l’été. Parmi les salariés ayant travaillé toute
de 51 à 55 ans
l’année, ceux qui travaillent à temps
de 46 à 50 ans
complet (appelés permanents) ne sont
de 41 à 45 ansBeaucoup de jeunes, que 14300 en moyenne annuelle,
de 36 à 40 ansparticulièrement pendant ce qui représente à peine un salarié
de 31 à 35 ansla saison estivale du tourisme sur deux alors que la
de 26 à 30 ans
proportion est pratiquement d’un sur
de 21 à 25 ans
Les salariés du tourisme sont plus trois dans l’emploi total régional. Cet moins de 20 ans
jeunes que l’ensemble des salariés de écart est encore grand et l’est davantage 20 10 0 10 20 30
en %la région. Ainsi, 31% d’entre eux, au cœur de la saison touristique.
Source : Insee, CRT - Estimation de l’emploi salarié touristiquesoit 9200 personnes en moyenne Au 31 juillet, les permanents ne
direct - DADS 1996
annuelle, ont moins de 25 ans alors représentent plus que 41% de l’emploi
que seulement 13% des effectifs totaux touristique pour 62% de l’emploi total.
de la région se situent sous cette barre. Le nombre de non-permanents du
Le surplus d’emplois que génère le secteur touristique passe en effet
er ertourisme entre le 1 janvier et le de 11 500 salariés au 1 janvier à
31 juillet, soit 9 400 postes, s’adresse 20 900 au 31 juillet, soit un accroisse-
Qu’est ce qu’un salariélui aussi à une main-d’œuvre particuliè- ment de 82%.
permanent au sens de l’étude ?rement jeune. Les moins de 25 ans
Un salarié “permanent” est en activité toute l’annéey représentent 68% alors que leur Le tourisme se caractérise par un
dans un établissement et à temps complet (de 80%proportion n’est que de 59% parmi les recours important au travail à temps
à 100%). Un “non-permanent” est un salarié qui ne
saisonniers des autres secteurs. Entre le partiel (fraction du temps réglementaire travaille qu’une partie de l’année dans un établis-
sement ou un salarié qui travaille à moins de 80%début et le milieu de l’année, le nombre de travail inférieure à 80%). Ainsi, en
d’un temps complet.
des salariés du tourisme âgés de moins moyenne annuelle, en 1996, un salarié
130, avenue du Président J.F. Kennedy - 59034 Lille Cedex - Tél. : 03 20 62 86 29 - Télécopie : 03 20 62 86 00 INSEE NORD-PAS-DE-CALAISsur quatre travaille à temps partiel dans généré par le tourisme et 49% dee dans 18 secteurs d’activité
le tourisme alors que dans l’ensemble l’accroissement observé dans les autresen moyenne annuelle) en 1996 par secteur d’activité
des salariés de la région cette proportion secteurs. Enfin, les apprentis et lesUnité : %
Part dans l’emploi Part de l’emploi n’est que de un sur six. stagiaires sont relativement moins
touristique du touristique dans Le recours au temps partiel en ce nombreux parmi les saisonniers du
Nord-Pas-de-Calais l’emploi total
qui concerne les saisonniers est parti- tourisme (5% dans le tourisme contre
12,3 34,8
culièrement fréquent : un tiers de 9% dans les autres secteurs).12,2 98,0
7,5 32,0 l’afflux de main-d’œuvre observé entre
er (3)6,9 15,1 le 1 janvier et le 31 juillet est concerné Des salaires plus faibles
6,2 12,5
par un contrat à temps partiel. C’est4,8 99,9
3,6 18,8 même une caractéristique du tourisme Les trois quarts des salariés du secteur
3,5 21,5 que de faire appel à des salariés du tourisme, en moyenne annuelle,
3,4 15,2
à temps partiel en saison plutôt qu’à gagnent moins de 90000 francs3,3 12,6
(2)des travailleurs intermittents . En effet,3,1 100,0 annuels, ce qui correspond à 7 500
2,5 100,0 ces derniers ne représentent dans le francs par mois. Cette forte proportion
2,2 23,4 tourisme que 8% des saisonniers contre diffère notablement de celle observée2,0 34,9
17% dans l’emploi total. pour l’ensemble des salariés de la1,9 19,2
1,8 25,7 région où un peu plus de la moitié se
1,7 32,8 Une majorité d’employés situent sous cette barre.
1,6 100,0
Ce sont même 9200 salariés au
3,0 29,4 er Le profil socioprofessionnel des 1 janvier, soit 36% des effectifs touris-
7,4 17,5
salariés du tourisme se distingue très tiques, qui gagnent moins que le9,1 1,3
100,0 9,6 nettement de celui des salariés du Smic (c’est-à-dire un peu plus de
Nord-Pas-de-Calais. Un peu plus de 5 000 francs par mois en 1996), etdétail
la moitié d’entre eux sont classés, 13 600, soit 39% au 31 juillet. DansDADS 1996
en moyenne annuelle, dans la catégorie l’emploi en général, ces proportions ne
des “employés”, alors que cette dépassent pas 23%. À l’autre extrémité
Un salarié du tourisme sur deux est employé
proportion est d’un peu moins d’un de l’échelle des rémunérations, 12%Répartition par catégorie socioprofessionnelle
des emplois en moyenne annuelle tiers dans l’emploi total de la région. des salariés du tourisme, en moyenne
La catégorie “ouvriers” recouvre un annuelle, gagnent plus de 120000
Emploi total Emploi touristique
salarié sur cinq dans le tourisme pour francs annuels et leur nombre est stable
Apprentis et stagiaires
près de deux sur cinq dans l’emploi tout au long de l’année. Cette proportion
Ouvriers total. La part des “professions inter- est de 23% dans l’emploi total.
Employés médiaires” dans l’emploi du secteur
Professions intermédiaires Des différences importantes avec l’emploitourisme (15%) est plus proche de celle
total dans la répartition des salairesCadres et professions intellectuelles observée dans l’emploi total (20%).
Répartition des salariés selon la tranche de salaire
Chefs d'entreprise Les salariés du tourisme sont plus
20 0 20 40 fréquemment des “employés du com-
Emploi total Emploi touristiqueen %France Nord-Pas-de-Calais
merce” (23%), des “personnels des plus de 300 kF
Source : Insee, CRT - Estimation de l’emploi salarié touristique services directs aux particuliers” (21%),
direct - DADS 1996
de 200 à moins de 300 kFdes “ouvriers qualifiés de type
artisanal” (9%) ou des “professions
de 150 à moins de 200 kF
Les salariés permanents intermédiaires administratives ou
bien moins nombreux dans le tourisme
de 120 à moins de 150 kFcommerciales des entreprises (9%).
Répartition par statut des emplois en moyenne annuelle
Cette supériorité numérique des
de 100 à moins de 120 kF
de 90 à moins de 100 kFemployés est plus forte encore parmiSalariés non permanents Salariés permanents de 80 à moins de 90 kF
de 70 à moins de 80 kFles emplois saisonniers du tourisme.Emploi touristique de 60 à moins de 70 kF
au 31 juillet de 50 à moins de 60 kFOn compte plus de 60% d’employés de 40 à moins de 50 kF
de 30 à moins de 40 kFEmploi touristique parmi les salariés supplémentaires de 20 à moins de 30 kFen moyenne annuelle
de 5 à moins de 20 kFau cœur de l’été contre à peine 30%
Emploi total 10 0 10 20dans les autres secteurs. Par contre,au 31 juillet
en %
les “ouvriers” ne représentent que 17%
Emploi total en Source : Insee, CRT - Estimation de l’emploi salarié touristique
moyenne annuelle de l’accroissement de main-d’œuvre direct - DADS 1996
0 20406080 100
en %
(2) Les intermittents sont des emplois permanents dont le contrat est à durée indéterminée et comporte par nature uneSource : Insee, CRT - Estimation de l’emploi salarié touristique
alternance de périodes travaillées et de périodes non travaillées.direct - DADS 1996
(3) Par “salaire”, il faut entendre ici le salaire moyen net de CSG versé pour la période d’embauche et ramené à
l’année. Il s’agit d’un salaire annualisé et qui simule la rémunération qu’aurait perçue une personne n’ayant
travaillé qu’une partie de l’année si elle avait été embauchée pour l’année entière.
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS 130, avenue du Président J.F. Kennedy - 59034 Lille Cedex - Tél. : 03 20 62 86 29 - Télécopie : 03 20 62 86 00Spontanément, il paraît assez légitime D’une part, les jeunes, généralement
de penser que c’est aux emplois moins bien payés que leurs aînés, sont
saisonniers qu’est imputable ce faible relativement plus nombreux dans le
niveau de rémunération, mais cette tourisme que dans les autres activités.
explication ne suffit pas. Quelle que De plus, les métiers féminins, également
soit la période de l’année, la proportion moins bien rémunérés, sont plus repré-
de salariés payés moins de 90 000 sentés dans le tourisme qu’ailleurs. Enfin,
francs annuels est plus élevée que dans les emplois non permanents et précaires
erl’ensemble de l’emploi (au 1 janvier, y sont plus fréquents : le travail à temps
71% contre 50% et au 31 juillet 77% partiel est mécaniquement moins bien
contre 54%). Le tourisme est donc rétribué et les contrats courts sont souvent
moins rémunérateur que les autres conclus à un faible niveau de rému-
activités de la région. nération. Cet effet de la précarité sur
le salaire pèse d’autant plus que la
Cela dit, dans le tourisme, les salariés proportion de saisonniers est plus élevée
saisonniers sont effectivement moins que dans l’ensemble de l’emploi.
bien payés que leurs collègues : parmi Ainsi, la structure des emplois salariés
les 9 400 emplois supplémentaires au du tourisme explique près des deux tiers
er31 juillet par rapport au 1 janvier, le du décalage de salaire. Il est possible de
quart gagne moins de 40 000 francs, chiffrer l’effet de la précarité à un
soit 3 300 francs par mois, et près de manque à gagner de 400 francs, l’effet
la moitié gagnent moins que le SMIC de l’âge des salariés à 380 francs et
alors que, pour les non-saisonniers l’effet de la plus forte féminisation des
du tourisme, ces proportions sont res- emplois à 240 francs.
pectivement de l’ordre d’un cinquième D’autre part, en dehors des décalages
et du tiers. Mais ce faible niveau de de structure des emplois, il s’avère
rémunération des saisonniers n’est pas effectivement que le secteur tourisme
caractéristique du tourisme, leur profil est globalement moins rémunérateur
socio-démographique différant peu de que les autres activités. Le décalage peut
celui des autres saisonniers. être estimé en moyenne à 690 francs
mensuels. Il convient toutefois de préciser
Les salariés du tourisme gagnent que ce moindre niveau de rémunération
mensuellement 1 800 francs de moins n’est pas systématique dans la région.
que les autres salariés du Nord-Pas-de- Il peut arriver que certains salariés
Calais. Cet important décalage de gagnent plus dès lors qu’ils travaillent
rémunérations entre le tourisme et les dans le tourisme. C’est le cas, par
autres secteurs d’activité de la région exemple, des ouvriers permanents ou
résulte de la conjonction de deux des apprentis non permanents, quel
facteurs. que soit leur âge.
Pour en savoir plus
• L’emploi salarié touristique dans le Nord-Pas-de-Calais - Insee - Profils Nord-Pas-de-Calais
n°11, octobre 1998.
Directeur de la publication : Jean-Claude HAUTCŒUR - Service Administration des Ressources : Daniel HUART - Service Études Diffusion : François HOUSSIN
Service Statistique : Michel BREZAULT - Rédactrice en chef : Élisabeth VILAIN - Secrétaire de fabrication : Jean-Claude DELEHAYE
Vente : Bureau de vente, 130 avenue J.F. Kennedy - BP 769 - 59034 LILLE CEDEX - Tél : 03 20 62 86 66 - Télécopie : 03 20 62 86 00
CPPAD en cours - ISSN 1269-0260 - Dépôt légal novembre 1998 - © Insee 1998 - Code Sage PR0981220 - UNIVERS LILLE Tél : 03 20 63 10 07
130, avenue du Président J.F. Kennedy - 59034 Lille Cedex - Tél. : 03 20 62 86 29 - Télécopie : 03 20 62 86 00 INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.