Les services aux entreprises : Un secteur fortement dépendant de l'industrie régionale

De
Publié par

Fortement dépendants du tissu économique régional, les services aux entreprises sont très dynamiques en Haute-Normandie. Un grand nombre d'établissements du secteur ont une activité directement liée à la production industrielle régionale. Ce sont principalement des établissements de petite taille. Les caractéristiques des établissements de la région sont assez différentes de celles de la France. Il en est de même pour l'évolution de l'emploi dans la plupart des activités du secteur.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 6
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins

ENTREPRISES
Les services aux entreprises
Un secteur
fortement dépendant
29de l’industrie régionale
ans la région, le secteur une forte majorité d’établisse-Fortement dépendants du
des services aux entre- ments qui emploient peu de sa-tissu économique régional, Dprises est très dynami- lariés. C’est en Seine-Maritimeles services aux entreprises
que et se situe au deuxième rang que les établissements de servi-sont très dynamiques en
derrière le commerce en matière ces aux entreprises sont les plus
Haute-Normandie. Un grand
de création d’entreprises. Il est nombreux.
nombre d’établissements
fortement déterminé par le tissu
du secteur ont une activité
économique régional et marqué
directement liée à la par l’emprise des grandes unités Une répartition des activités
production industrielle industrielles sur l’économie lo- différente de celle
régionale. Ce sont cale. Les activités induites par de la France
principalement des l’externalisation pratiquée par
établissements de petite les entreprises industrielles est Si l’on s’intéresse aux activi-
taille. Les caractéristiques une des caractéristiques les plus tés à un niveau de nomenclature
nettes de la composition de ce plus détaillé, la répartition dedes établissements de la
secteur : on y retrouve une forte celles-ci est nettement différenterégion sont assez différentes
proportion d’établissements de la répartition nationale. Lade celles de la France. Il en
dont l’activité économique est recherche, par exemple, y estest de même pour
directement liée à la production beaucoup moins développée etl’évolution de l’emploi dans
industrielle régionale. De même, ne représente que 2% du secteur
la plupart des activités du
les contrecoups des crises écono- contre près de 6% au niveau na-
secteur.
miques touchant le secteur in- tional. Les activités de conseil et
dustriel y sont plus fortement assistance représentent, propor-
ressenties que dans le reste de la tionnellement, deux fois moins de
France. salariés que pour l’ensemble de la
En Haute-Normandie, le sec- France. Au contraire, les services
teur des services aux entreprises opérationnels sont surreprésentés
regroupe plus de 8 800 établisse- dans la région en raison des acti-
ments fin 1998. Il a créé plus de vités liées à l’implantation de
9 000 emplois entre 1990 et 1998, grandes industries (nettoyage,
dont près de 7 000 depuis 1996. voirie et assainissement).
Au total, ce sont 64 500 salariés De même, l’évolution de l’em-
qui travaillent dans ce secteur ploi se distingue nettement de
(janvier 1998). On y retrouve celle de la France. La récession de
AVAL 86 3e TRIMESTRE 1999ENTREPRISES
L’externalisation de la production industrielle influe fortement sur l’emploi 1990 à 1993 y est beaucoup plus
marquée dans la région en raison
ÉVOLUTION DE L’EMPLOI DANS L’INDUSTRIE ET LES SERVICES AUX ENTREPRISES de son fort impact sur le secteur in-
EN HAUTE-NORMANDIE ET EN FRANCE
dustriel. Le nombre de salariés de
125 l’ensemble du secteur s’est accru
de 16% sur la période 1990-1998
120 contre +21% en France. Si dans les
services opérationnels les effectifs
115
salariés ont augmenté de 32% (con-Services aux entreprises
en France tre 37% au niveau national), sur
11030 cette même période l’emploi ne
s’est accru que de 4% dans les acti-
105
vités de conseil et assistance contre
Services aux entreprises
en Haute-Normandie 28% en France. Seules les activités
100
de recherche et développement,
encore nettement sous-représen-
95
Total de l’industrie
Total de l’industrie tées, ont sensiblement progressé,
en Haute-Normandie
en France
mais de manière chaotique.90
85
1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 Le conseil et assistance
regroupe plus de la moitié
Unité : indice base 100 en 1990 Source : INSEE - Estimations d’emploi au 1er janvier des établissements
A un niveau détaillé de la no-LES ESTIMATIONS D’EMPLOI
menclature, l’activité la plus im-
Les estimations annuelles d’emploi sont Ces estimations sont établies à partir des portante en termes d’établisse-
réalisées depuis 1968 au niveau régional résultats des différents recensements,
et depuis 1981 au niveau départemental actualisés sectoriellement par les ments est celle de conseil et
en concertation avec les Directions évolutions issues principalement de assistance. Cette activité concerne
régionales de l’INSEE. sources administratives.
plus de 4 900 unités fin 1998 dont
Une très grande majorité d’établissements de petite taille
RÉPARTITION DES ÉTABLISSEMENTS DES SERVICES AUX ENTREPRISES PAR ACTIVITÉ ET TAILLE EN HAUTE-NORMANDIE
Non Pas de De 1 à 5 De 6 à 9 De 10 à 19 De 20 à 49 De 50 à 99 De 100 à 199 200 salariés
Total
déclaré salarié salariés salariés salariés salariés salariés salariés et plus
Postes et Télécommunications 77 14 149 50 59 80 26 12 10 477
Activités informatiques 4 231 177 34 29 14 5 1 0 495
Activités juridiques comptables
et conseil de gestion 46 1 253 977 283 161 57 4 4 3 2 788
Activités d’architecture
et d’ingénierie 6 556 428 74 50 29 4 2 1 1 150
Activités de contrôle
et analyses techniques 3 32 123 13 6 13 4 1 2 197
Publicité 4 122 119 21 15 8 4 2 3 298
Location sans opérateur 5 221 153 33 25 11 1 2 1 452
Sélection et fourniture
de personnel 43 79 198 18 11 13 2 0 0 364
Enquêtes et sécurité 3 43 33 7 16 31 10 4 3 150
Activités de nettoyage 4 118 85 21 18 32 19 16 8 321
Services fournis principa-
lement aux entreprises 34 621 846 66 48 36 10 4 4 1 669
Assainissement voierie
gestion des déchets 239 51 48 19 11 20 2 3 0 393
Recherche et développement 7 529342120 80
Total 475 3 393 3 345 642 453 346 92 53 35 8 834
Unité : nombre d’établissements Source : INSEE - SIRENE au 1er janvier 1999
AVAL 86 3e TRIMESTRE 1999ENTREPRISES
LES SERVICES AUX ENTREPRISES
La notion de services aux entreprises qui est retenue dans comprennent essentiellement les services annexes à la
cet article est celle que nous retrouvons dans la production (748K) et le secrétariat et la traduction (748F) -
nomenclature d’activités française telle qu’elle a été c’est dans ce dernier secteur que nous retrouvons les
définie en 1993. activités de traduction et d’interprétation, les services
Celle-ci s’est élargie à la définition des services aux fournis à des tiers de photocopies et de calques, les
entreprises répertoriée au niveau de la nomenclature en services de domiciliation téléphonique ou postale et les
36 postes (NAF 36). services de secrétariat ou de dessin industriel à façon).
Certaines prestations offertes aux entreprises telles que la Le conditionnement à façon (748D), les laboratoires
restauration collective ou la blanchisserie par exemple techniques de développement et de tirage (748B), les
(qui, pour une grande part, s’adressent aux entreprises) activités de routage (748G) sont relativement bien
31
sont comptabilisées dans les services aux particuliers dans implantés dans l’Eure, l’organisation de foires et de salons
la nomenclature d’activités française. Elles ne sont donc (748J) est faiblement représentée en Haute-Normandie.
pas étudiées ici. Le secteur informatique est dominé par les activités du
Au sein des activités juridiques et comptables, deux conseil en informatique, de la réalisation de logiciels et du
secteurs sont prédominants : l’administration d’entreprises traitement des données. Les activités de banques de
(741J) et les activités juridiques (741A). données et d’entretien et de réparation de matériel
Les services fournis principalement aux entreprises informatique restent embryonnaires.
NOMENCLATURE DES SERVICES AUX ENTREPRISES
Codification Codification
NAF en 60 NAF en 222
divisions groupes
Postes et télécommunications 64 Postes et télécommunications
Conseil et assistance 72 Activités informatiques
74 Conseil et 74-1 Activités juridiques et comptables
assistance divers 74-2 Activités d’architecture et d’ingénierie
74-3 Activités de contrôle et analyses techniques
74-4 Publicité
Services opérationnels 71 Location sans opérateur
74 Sélection et fourniture de 74-5 Sélection et fourniture de personnel
74 personnel 74-6 Enquêtes et sécurité
Autres services opérationnels 74-7 Activités de nettoyage
74-8 Services fournis principalement aux entreprises
dont :
74-8-F : secrétariat et traduction
74-8-K : services annexes à la production
90 Assainissement, voierie
gestion des déchets
Recherche et développement 73 Recherche et développement
56% dans les activités juridiques l’augmentation de l’effectif sala- plus importante, en termes d’effec-
et comptables, 23% dans les acti- rié a été de 3,3%. Cette évolution tifs salariés, est celle des services
vités d’architecture et d’ingénie- diffère notablement de celle cons- opérationnels. Fin 1998, elle comp-
rie, 10% dans les activités infor- tatée au niveau national où c’est te plus de 3 300 établissements. Au
matiques, 7% dans la publicité et un des rares secteurs à avoir eu 1er janvier 1998, 37 800 salariés. En
4% dans les activités de contrôle une croissance continue depuis dehors du secteur de la voirie et la
et analyse. Au 1er janvier 1998, dix ans et à ne pas avoir souffert gestion des déchets où les établisse-
l’activité "conseil et assistance" de la récession du début des an- ments sont de grande taille, ce sec-
compte près de 14 200 salariés. Ce nées quatre-vingt-dix. teur est constitué essentiellement de
sous-secteur est à 44% composé petites unités : on y trouve une large
d’unités n’employant aucun sala- majorité d’établissements compre-
rié et 37% en employant moins de Près des deux tiers des salariés nant de un à cinq salariés. Les servi-
six. Le nombre de salariés a peu travaillent dans les services ces annexes représentent 62% des
varié depuis 1990 : après une lé- opérationnels établissements de services opéra-
gère croissance jusqu’en 1993, il a tionnels, le secrétariat 18%. C’est
chuté en 1994 et n’a retrouvé qu’en Toujours à un niveau détaillé également le secteur qui a connu la
1997 son niveau de 1990. En 1997, de la nomenclature, l’activité la croissance la plus forte depuis 1990
AVAL 86 3e TRIMESTRE 1999ENTREPRISES
Les services opérationnels en forte progression
ÉVOLUTION DE L’EMPLOI DANS LES TROIS PRINCIPALES ACTIVITÉS DU SECTEUR
140
130
Services
opérationnels
120
32
Ensemble du secteur
(y compris recherche110
et développement)
100
Conseil et
assistance
Postes et
télécommunications
90
1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998
Unité : indice base 100 en 1990 Source : INSEE - Estimations d’emploi au 1er janvier
avec une augmentation de plus cations ne représentent que 5%
de 9 000 salariés. des établissements mais 17% des
Cette croissance n’a été effec- salariés en raison principalement
tive, comme pour le conseil et as- de la prépondérance des deux gros
sistance, que depuis 1994, avec opérateurs du secteur. C’est un sec-
une augmentation en deux temps teur qui a évolué au même rythme
de l’effectif salarié : 19% en 1994 dans la région et en France. Le sec-
et 16% en 1997. Comme au ni- teur "recherche et développement",
veau national, c’est le secteur qui au contraire, ne représente que
a le plus souffert de la récession 1 400 salariés répartis en 80 établis-
de 1993. Mais aussi celui qui s’est sements qui sont à 65% des entre-
le plus vivement rétabli lors de la prises individuelles sans salarié.
reprise de 1994. L’emploi y a connu une croissance
Les deux autres activités du de 16% depuis 1990, mais il a chuté
secteur des services aux entreprises de 12% en 1997 alors que c’est un
(postes et télécommunications, re- secteur qui ne s’est accru que de 6%
cherche et développement) sont au niveau national, mais de manière
nettement moins importantes en continue
termes de nombre d’établisse-
Marie-Édith THÉBYNEments. Les postes et télécommuni-
Jean-Yves CAILLEUX
AVAL 86 3e TRIMESTRE 1999ENTREPRISES
AVAL 86 3e TRIMESTRE 1999

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.