Les services d'aide à la production : faire ou faire faire

De
Publié par

Le recours accru des entreprises à l'externalisation et la conjoncture favorable de la fin des années 90 ont dynamisé les activités de la sécurité, du nettoyage et autres services divers rendus aux entreprises. Le poids de ces services dans l'économie régionale a doublé au cours de la dernière décennie. Mais ce développement s'est accompagné essentiellement de créations d'emplois peu qualifiés.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 13
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

SERVICES MARCHANDS
Les services d'aide à la production :
faire ou faire faire
Le recours accru
Quatre emplois sur dix dans le nettoyage
des entreprises
Emplois totaux Part des salariésà l’externalisation Activité
1999 (en %)
et la conjoncture favorable Sécurité 2 260 98,2
Nettoyage 5 418 95,3de la fin des années 90
Studio photo 332 45,5
ont dynamisé les activités Laboratoire photo 380 92,4
Conditionnement 705 98,2de la sécurité, du nettoyage
Secrétariat-traduction 451 51,2
et autres services divers Routage 961 99,6
Organisation de foires et salons 156 94,2rendus aux entreprises.
Services annexes 1 972 88,5
Le poids de ces services
Sécurité, nettoyage, services divers aux entreprises 12 635 92,3
dans l’économie régionale
Pour rationaliser leur gestion et se manutention font partie des tâchesa doublé au cours
recentrer sur leur cœur de métier, prises en charge par les entrepri-
de la dernière décennie.
les entreprises externalisent cer- ses des services annexes à la pro-
Mais ce développement taines tâches peu spécialisées. duction.
s’est accompagné Celles-ci sont confiées à des pres-
tataires extérieurs ou parfois pri- Un secteur équivalentessentiellement
ses en charge par des entreprises à la moitié dede créations d’emplois
filialisées. Nettoyage, surveillance l’hôtellerie-restauration
peu qualifiés.
ou transport de fonds, mais aussi
conditionnement et routage sont Les activités de sécurité, de net-
quelques-unes des toyage ou de services divers aux
fonctions logistiques entreprises emploient près de
souvent transférées. 13 000 personnes en 1999. Cet
Pour augmenter leur ensemble représente 2,4 % deEn Alsace, le secteur des services d’aide à
réactivité et réduire l’emploi total régional et constituela production rassemble près de 13 000
personnes en 1999. leurs charges, les un secteur équivalent à la moitié
Il a créé 10 % des nouveaux emplois dans entreprises utilisent de l’hôtellerie-restauration. En
la région entre 1990 et 1999, alors qu’il ne aussi des prestatai- nombre d’emplois, l’Alsace se
représente que 2,4 % de l’emploi total en
res pour faire face à situe à une place moyenne par
Alsace.
des besoins ponc- rapport aux autres régions. Ce-Ces activités se caractérisent par une
tuels. Travaux d’in- pendant, avec 73 emplois pourmain-d’œuvre peu qualifiée : 51 % d’ou-
e
vriers, au lieu de 30 % dans l’ensemble des ventaire, tenue de 10 000 habitants, elle arrive au 4
services marchands. standard télépho- rang avec Provence-Alpes-Côte
nique, travaux infor- d’Azur, juste après la Haute-Nor-
matiques ponctuels, mandie et Rhône-Alpes, mais bien
7Chiffres pour l'Alsace · revue n° 21 · juin 2004
Source : Insee, recensement de la population 1999SERVICES MARCHANDS
Peu d'emplois de cadres créés en Alsace
100
Variation 1990-1999 en %
90
80
70
60
50
loin derrière l’Île-de-France (139 em- avec quelques gran-
40
plois pour 10 000 habitants). des structures : c’est
30
Au cours de la dernière décennie, un des seuls sec- 20
le recours à des prestataires exté- teurs des services 10
0rieurs s’est encore amplifié. En marchands, avec la
Artisans, Cadres et Professions Employés Ouvriers
Alsace, 5 000 emplois ont été recherche et déve- commerçants, professions intermédiaires
chefs intellectuellescréés dans les services d’aide à la loppement, qui Alsace Franced'entreprise supérieures
production entre 1990 et 1999. compte une part re-
Cette progression de 72 % est très lativement impor- des établissements. La taille de
supérieure à la moyenne française tante d’établissements employant ces unités est très hétérogène,
(+41 %). L’essor de l’emploi est dû plus de 100 salariés (3 %). avec de nombreux petits établis-
essentiellement aux embauches La plupart des entreprises ont re- sements.
dans des entreprises préexistan- cours à une main-d’œuvre nom- Elle est toutefois associée à une
tes. Il est moins lié aux créations breuse, peu qualifiée, souvent forte concentration : les dix plus
de nouvelles entreprises qui, dans employée à des tâches de nature grands établissements regroupent
huit cas sur dix, se sont faites sans industrielle (conditionnement, net- plus de 60 % des salariés en
salarié au départ ; elles concer- toyage, etc.). Ce secteur se carac- Alsace. Les trois quarts des em-
nent surtout des entreprises indi- térise par la faible proportion de plois de la sécurité sont localisés
viduelles de secrétariat et traduc- cadres, professions libérales et dans les agglomérations stras-
tion, de nettoyage ou autre service chefs d’entreprises, qui représen- bourgeoise et mulhousienne, où
annexe à la production. tent 8 % des emplois, au lieu de Securitas et Protection Sud
21 % dans l’ensemble des servi- Alsace disposent des principaux
ces marchands. Le salaire médian sites. Les métiers de la sécuritéDes activités
est ainsi l’un des plus faibles des sont principalement exercés parde main-d’œuvre
services marchands : la moitié des des hommes (77 % des emplois)peu qualifiée
salariés employés à temps com- plutôt jeunes : 38 % d’entre eux
Les petites unités sont nombreu- plet gagnent moins de 1 055 eu- ont moins de 30 ans.
ses dans ce secteur. La moitié des ros par mois, soit environ 200 eu-
établissements fonctionnent sans ros de moins que dans l’ensemble Des femmes
salarié et correspondent le plus des services marchands. à temps partiel
souvent à une profession libérale dans le nettoyage
(traduction, secrétariat) ou à un La sécurité,
Le nettoyage regroupe 5 400 per-artisan (nettoyage). Au total, les une activité concentrée
trois quarts des unités ont moins sonnes, soit 43 % de l’emploi duet masculine
secteur, pour un quart des établis-de 5 salariés. Elles cohabitent
Les activités sements. À côté de nombreuses
La moitié des entreprises fonctionnent sans salarié touchant à la petites unités, cette activité com-
sécurité des prend quelques-uns des plusAlsace France
Tranche de salariés personnes et grands établissements des servi-%Établissements %
des biens re- ces marchands. Ces derniers dé-
0 salarié 929 53,5 56,8
groupent 18 % pendent d’entreprises alsaciennes
1 à 4 salariés 416 23,9 25,6
de l’emploi du (Sernet) ou, plus souvent, de grou-5 à 9 salariés 142 8,2 6,8
10 à 49 salariés 171 9,8 7,7 secteur, pour pes nationaux (GSF Saturne, Tech-
50 à 99 salariés 37 2,1 1,3 seulement 7 % nique Française du Nettoyage…)
100 salariés et plus 43 2,5 1,8
Ensemble 1 738 100,0 100,0
8 Chiffres pour l'Alsace · revue n° 21 · juin 2004
Source : Insee, Sirene au 1er janvier 2002
Source : Insee, recensements de la population 1990 et 1999SERVICES MARCHANDS
Dans le nettoyage : de nombreux petits établissements...
40
Répartition des établissements par taille (en %)
30
ou internationaux (ISS Abilis).
20
Installés surtout dans les agglo-
mérations de Strasbourg, Mul- 10
house et Colmar, ils offrent aux
0clients une palette de services de
0 1à4 5à9 10à49 50à99 100 salariés
plus en plus large (hygiène, net- salarié salariés salariés salariés salariés et plus
toyage de locaux sensibles, sécu-
rité…). De petites unités sont dis- … mais une forte concentration des salariés
séminées sur le reste du territoire : 70
Répartition des salariés par taille d'établissements (en %)
il s’agit essentiellement d’entrepri- 60
50ses de ramonage ou de nettoyage
40généraliste, qui interviennent sur
30un marché local.
20L’activité de nettoyage, tâche ré-
10pétitive à faible valeur ajoutée, est
0l’une des premières fonctions ex-
1à4 5à9 10à49 50à99 100 salariés
ternalisées par les entreprises. salariés salariés salariés salariés et plus
Elle est assurée à 80 % par des
ouvriers non qualifiés. Entre 1990 15 implantés en Alsace emploient dont les deux tiers fonctionnent
et 1999, 1 700 agents d’entretien plus de 50 personnes. Les gran- sans salarié. C’est notamment le
supplémentaires sont venus des entreprises du routage propo- cas dans les activités de secréta-
s’ajouter aux effectifs du net- sent de plus en plus souvent des riat-traduction. La majorité des tra-
toyage (+60 %), pendant que l’in- prestations globales, qui couvrent ducteurs et secrétaires exercent le
dustrie en perdait près de 900 divers métiers de la communica- plus souvent seuls, en libéral. Le
(-40 %). Les femmes sont large- tion : à la gestion des envois de plus grand établissement ne
ment majoritaires et le temps par- tous types viennent s’ajouter la lo- compte qu’une quarantaine de sa-
tiel concerne plus de la moitié des cation et gestion de listes d’adres- lariés.
personnes employées. ses, mais aussi la construction de Le tableau est différent dans les
plans médias. services annexes à la production.
Ces activités regroupent des en-Une offre
treprises très hétérogènes, no-qui se diversifie Emploi plus qualifié
tamment des filiales de groupesdans le routage dans les services
bancaires qui assurent la gestionannexes
Féminisation élevée, faible qualifi- informatique, des assureurs spé-
cation, recours important au L’emploi est plus qualifié dans le cialisés dans les risques profes-
temps partiel et forte concentra- secrétariat et la traduction, l’orga- sionnels ou encore des prestatai-
tion des effectifs concernent éga- nisation de foires ou salons et au- res qui offrent toute une gamme
lement les services de routage. tres services annexes à la produc- de services d’aide à la production.
Cette dernière caractéristique est tion, qui se distinguent des activi-
notamment liée à la déclaration re- tés précédentes par leurs
Karin DEMÉSYgroupée, sur un seul site, des por- prestations plus élaborées, à
Audrey RIMLINGERteurs à domicile des Dernières contenu plus intellectuel ou artis-
Nouvelles d’Alsace. tique. La plupart de ces services
Au total, 5 établissements sur les sont fournis par de petites unités,
9Chiffres pour l'Alsace · revue n° 21 · juin 2004
er
Source : Insee, Sirene au 1 janvier 2002

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.