Les services marchands en 2002 - Le ralentissement se poursuit

De
Publié par

Le ralentissement des services marchands amorcé en 2001 se prolonge en 2002. La production augmente de 1,4 % en volume, contre 3,5 % l'année précédente. Cet infléchissement de la production se retrouve à la fois dans les services aux entreprises et les services aux particuliers. Seules les activités immobilières sont épargnées. À un niveau plus fin, les disparités sont fortes : la production s'accroît de 11,9% pour la branche enquêtes et sécurité et diminue de 9,6 % pour le travail temporaire. Globalement, le plus faible rythme d'activité entraîne des créations d'emplois moins nombreuses (77 500) que les années précédentes.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 16
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 907 - JUIN 2003
PRIX : 2,20€
Les services marchands en 2002
Le ralentissement se poursuit
Luc Brière, Evelyne Duclos, Colette Héricher, Isabelle Raton,
division Services, Insee
e ralentissement des services mar- les télécommunications, réalisent néanmoins
de meilleures performances que les autreschands amorcé en 2001 se pro-
branches, en particulier les activités deLlonge en 2002. La production
conseils et assistance (graphique 2).
augmente de 1,4 % en volume contre
Dans les postes et télécommunications, l’acti-
3,5 % l’année précédente. Cet infléchis- vité, bien qu’en ralentissement, conserve un
sement de la production se retrouve à rythme de hausse plus rapide que les autres
la fois dans les services aux entreprises services (+ 6,0 % après + 13 % en 2001 et
+ 24,9 % en 2000). Cette progression resteet les services aux particuliers. Seules les
pour l’essentiel le fait des services de télécom-activités immobilières sont épargnées.
munications (+ 7,2 % après + 15,3 % en 2001
À un niveau plus fin, les disparités sont
et + 30,5 % en 2000). Elle est principalement
fortes : la production s’accroît de 11,9 % engendrée par la téléphonie mobile (+ 15 %)
pour la branche enquêtes et sécurité et et, dans une moindre mesure, par l’Internet
diminue de 9,6 % pour le travail tempo- (+ 6 % pour le chiffre d’affaires). Selon l’agence
de régulation des télécommunications (ART),raire. Globalement, le plus faible rythme
au 31 décembre 2002, le parc de clientèle de lad’activité entraîne des créations d’em-
téléphonie mobile s’élève à 38,6 millions
plois moins nombreuses (77 500) que
d’abonnements (+ 4,3 %). L’association fran-
les années précédentes. çaise des fournisseurs d’accès (AFA)
dénombre 8,9 millions de comptes individuels
Au cours des dernières années, la production d’accès à Internet, dont 1,7 million aux commu-
des services marchands augmente plus rapi- nications « haut débit » (+ 183 %). Par ailleurs,
dement que celle des autres branches. Elle le marché de la téléphonie fixe est en baisse.
augmente de 2,8 % en moyenne par an entre Dans les services opérationnels, l’intérim est le
1990 et 2002 contre 2,2 % pour l’ensemble des secteur qui baisse le plus : - 9,6 %. Le recul de
branches. Cet écart s’explique en grande l’intérim en 2002 fait suite à une année 2001
partie par le dynamisme des services aux déjà ralentie (+ 5,0 %) par rapport à la crois-
entreprises, surtout ceux liés aux nouvelles sance élevée de 2000 (+ 15,2 %). En phase de
technologies. Bien que très atténué, ce phéno- ralentissement conjoncturel, les entreprises
mène joue encore en 2002, grâce notamment ajustent en premier lieu la fraction de leur
aux télécommunications. En revanche, les ser-
vices aux particuliers croissent moins rapide- La production en volume depuis 1985
ment que le reste de l’économie. Pour les Base 100 en 1985
activités immobilières, le profil est plus irrégu-
lier (graphique 1). 200
Ensemble des services
180
Services aux entreprises : Services
aux entreprises
160les télécommunications Promotion et gestion immobilières
résistent mieux
140
La croissance ralentit dans toutes les branches Services120
aux particuliersdes services aux entreprises. Globalement, la
Ensemble de l’économieproduction augmente de 1,8 % en 2002, contre 100
1985 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
5,3 % en 2001 et 9,9 % en 2000. Les services
opérationnels, en dehors de l’intérim, et surtout Source : Commission des comptes des services, Insee
INSEE
PREMIERE Production des services marchands en 2002 Avec près d’un milliard d’euros de chiffre
d’affaires, le marché de l’édition vidéo
Enquêtes et sécurité
est en fort développement pour laEtudes de marché
Télécommunications deuxième année consécutive (+ 30 %
Assainissement
après + 24 %) selon le syndicat de l’édi-Agences de presse
Activités cinématographiques et vidéo tion vidéo (SEV). L’année 2002 restera
Jeux de hasard et d'argent
Activités de nettoyage la première année où le DVD a dépassé
Location sans opérateur
la cassette VHS en nombre de supportsContrôle et analyse technique
Services de soins de beauté et d'entretien vidéo distribués. En parallèle, au cours
Autres services personnels
Services aux entreprises de la seule année 2002, les ménages se
Conseil pour les affaires et la gestion
sont autant équipés en lecteurs DVDEnsemble des services
Location immobilière que depuis le lancement de ce produit
Activités immobilières
Promotion et gestion immobilières en 1998, soit 2,8 millions. Le parc fran-
Ingénierie et études techniques çais atteint ainsi 5,6 millions d’unités, etServices funéraires Ensemble
Activités comptables le taux d’équipement 23 % des foyers.
Services de coiffure Activités immobilières
Les recettes des radios restent orien-Activités de radio et de télévision
Activités d'architecture, métreurs, géomètres Services aux entreprises tées à la hausse : la production aug-
Services aux particuliers
Activités juridiques mente de 1,4 %. Grâce à l‘actualité richeServices aux particuliers
Recherche et développement en évènements (élections, coupe duActivités informatiques
Hôtels et restaurants monde de football notamment), les
Activités de poste et de courrier
radios généralistes et d’information enAgences de voyage
Blanchisserie, teinturerie
continu enregistrent de bonnes perfor-Activités photographiques
Publicité mance d’audience. En revanche, les
Autres activités culturelles, récréatives et sportives
Travail temporaire recettes de télévision marquent le pas
-10 -6 -2 2 6 10 14 après plusieurs années de forte progres-
Taux de variation de la production en volume (%) sion. Néanmoins, après un recul en
2001, les investissements publicitaires
Source : Commission des comptes des services, Insee
progresseraient à nouveau selon le syn-
dicat national de la publicité télévisée
main-d’œuvre constituée de contrats des services professionnels s’accroît (SNPTV). La croissance des activités
courts. faiblement (+ 0,8 %). Les activités juridi- cinématographiques marque un arrêt,
En dehors du travail temporaire, l’acti- ques ne baissent plus (+ 0,1 %) ; en parti- tant en termes de production de films
vité des services opérationnels est culier, la progression de l’immobilier (- 1,6 %) qu’en termes de fréquentation
mieux orientée que celle des autres dynamise l’activité des notaires. Les des salles de cinéma (- 0,4 %).
services, bien qu’elle ralentisse par rap- activités d’architecture stagnent à + 0,1 %. Les autres activités culturelles, récréa-
port à 2001. La poursuite de l’externa- La production de l’ingénierie (+ 1,1 %) et tives et sportives progressent très fai-
lisation des fonctions auxiliaires des celle du contrôle et analyse technique blement (+ 0,4 %). Les jeux de hasard et
entreprises alimente leur progression. (+ 2,5 %) sont mieux orientées. d’argent, qui représentent un tiers de
Ainsi les activités logistiques conservent Les activités de publicité et études de ces activités, constituent toujours un
un rythme soutenu (+ 3,2 %), avec un fort marché baissent de 0,6 %. Alors que les marché en forte croissance (+ 4,6 %),
accroissement des services d’enquêtes études de marché affichent une bonne mais moins vive que les années pré-
et sécurité (+ 11,9 %). Parallèlement, les année (+ 8,3 %), la gestion des supports cédentes.
services de location progressent de de publicité baisse de 2,2 %, et les Pour les activités liées au tourisme,
3,5 % (4,3 % pour la location de véhi- agences-conseil en publicité de 2,3 %, l’année 2002 est en demi-teinte. La pro-
cules automobiles). Par ailleurs, la limi- les entreprises ayant réduit leurs bud- duction des agences de voyage
tation de mise en décharge à partir de gets publicitaires. continue à baisser, bien que beaucoup
la mi-2002 prescrite par une directive moins vite qu’en 2001 (- 1,4 % contre
européenne continue de contribuer au - 6,0 %). L’activité des hôtels et restau-
développement rapide des services rants, qui avait mieux résisté jusqu’àServices aux particuliers :
d’assainissement (+ 6,8 %). présent, baisse de 0,7 %. Les servicesla croissance du DVD
Les activités de conseils et assistance haut de gamme souffrent des consé-fait exception
(+ 0,2 %) sont davantage touchées par la quences des incertitudes internationales
faiblesse de la demande des entreprises. et du ralentissement économique mon-
Dans les services aux particuliers, leAinsi, les services informatiques, dont la dial, notamment pour la clientèle améri-
ralentissement de 2001 se confirme. Encroissance atteignait 7,7 % en 2001, flé- caine et japonaise. En revanche les
2002, la production stagne (+ 0,1 %).chissent de 0,3 % en 2002. Selon l’orga- reports de clientèle liés au développe-
Seules les activités culturelles, récréati-nisme professionnel Syntec informatique, ment d’un tourisme plus européen profi-
ves et sportives tirent leur épingle du jeula demande a été faible dans tous les tent aux établissements les plus
(+ 1,5 %) avec le marché de la vidéo quidomaines, exception faite de celle du sec- modestes. La production des hôtels de
poursuit sa progression grâce au DVD.teur public. Dans le même temps, l’activité tourisme, des restaurants et des cafés
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREbaisse d’environ 2 % alors que les canti- En revanche, la production des autres Les autres services marchands sont tou-
nes d’entreprise et la restauration sous activités de promotion (infrastructures, jours créateurs d’emplois en 2002, bien
contrat accélèrent leur progression bureaux, supports juridiques de pro- que moins fortement qu’en 2001
(+ 6,9 %). La fréquentation de l’hôtellerie grammes) baisse de1%en volume en (+ 110 000 salariés contre + 188 000).
de plein air baisse légèrement mais 2002, après - 5,1 % en 2001. L’activité Malgré ce ralentissement, ces activités
l’activité de l’ensemble des moyens des agences immobilières est orientée sont, avec les autres secteurs tertiaires
d’hébergement de courte durée est favorablement en 2002 (+ 2,7 %), après (+ 94 000 salariés), les moteurs des
restée stable. un recul en 2001 (- 1,4 %). La bonne créations d’emplois dans la sphère mar-
tenue du marché de l’immobilier ancien chande compte tenu des pertes
explique en grande partie cette évolu- d’emplois industriels (tableau 2). Les ser-Progression des activités
tion : selon la FNAIM, le portefeuille des vices aux entreprises, hors intérim, sont
immobilières
biens disponibles à la vente auprès des les plus créateurs d’emplois (+ 2,9 % soit
agences progresse de 4,4 % en 2002. + 73 300 emplois), ce qui marque néan-Après une stabilité en 2000 et une
moins un fort tassement par rapport àbaisse en 2001, la production des activi-
2001 (+ 6,4 %). En revanche, la progres-tés de promotion et gestion immobilières
Des créations d’emplois sion de l’emploi dans les services auxs’accroît de 1,2 % en volume en 2002.
particuliers ralentit peu (+ 2,7 %, soitmoins nombreusesMis à part la promotion immobilière
+ 34 000 emplois, après + 3,0 % enhors logement, toutes les activités
En 2002, l’emploi intérimaire recule sen- 2001). Dans les activités immobilières,immobilières sont orientées à la hausse
siblement (- 5,3 % soit - 32 300 emplois). les effectifs augmentent légèrementen 2002. Ainsi, en moyenne annuelle, la
La stagnation de l’activité dans l’industrie, (+ 1,0 %, soit + 3 000) après avoir reculéproduction de promotion de logements
qui est fortement utilisatrice de travail tem- en 2001 (- 1,6 %).augmente de 3,8 % en volume. Les
poraire, explique en grande partie cette Au sein de l’ensemble des services mar-ventes de logements neufs ont forte-
évolution. L’industrie a en effet moins fait chands, y compris les intérimaires,ment augmenté au quatrième trimestre
appel au travail temporaire qu’en 2001 l’effectif salarié s’approche de 4,8 millions2002, faisant plus que compenser le
(- 9,1 %), sa part dans le volume de tra- en 2002, ce qui représente une créationrecul des deux trimestres précédents.
vail intérimaire global continuant de nette de 77 500 emplois en moyenneCela concerne à la fois le logement
reculer (tableau 1). annuelle.individuel et le logement collectif. La
demande des ménages a été soutenue,
confortée par la faiblesse des taux
Les secteurs utilisateurs Définitionsd’intérêt. L’amortissement « Besson »
du travail temporairejoue également favorablement sur le
en %niveau de la demande. Ce régime fiscal
Services marchands : trois composantes
1999 2000 2001 2002particulier dans le cas d’un investisse- Les services décrits ici corres-
Agriculture 0,4 0,5 0,5 0,6ment locatif connaît en effet un vif suc- pondent au secteur des activités tertiaires
Industrie 51,9 51,6 50,1 48,1 hors commerce, transport, assurances etcès : selon la fédération nationale de
Construction 18,2 17,0 16,8 17,0 organismes financiers. Les résultats sontpromoteurs constructeurs (FNPC), le
Tertiaire 29,5 30,9 32,6 34,3 présentés selon la nomenclature écono-
nombre de logements neufs vendus Total 100 100 100 100 mique de synthèse (NES), qui distingue
selon ce régime aurait augmenté de services aux entreprises, services aux par-Source : DARES, exploitation des fichiers Unedic des dé-
16 % en 2002. clarations mensuelles des agences d’intérim ticuliers et activités immobilières.
Evolution de l’emploi salarié
Effectifs en moyenne annuelle Variations
Secteurs d’activité
en milliers, données brutes en milliers en %
1998 1999 2000 2001 2002 2001 2002 2001 2002
1
Activités tertiaires 8 791,5 9 136,5 9 579,9 9 908,5 10 079,9 328,6 171,4 3,4 1,7
• Services marchands 3 981,3 4 215,8 4 516,4 4 708,3 4 785,8 191,9 77,5 4,2 1,6
- Activités immobilières 254,9 262,3 265,5 261,2 263,8 -4,3 2,6 -1,6 1,0
- Services aux entreprises 2 591,7 2 767,7 3 013,7 3 173,2 3 214,2 159,5 41,0 5,3 1,3
dont intérim 434,2 502,4 606,7 611,0 578,7 4,3 -32,3 0,7 -5,3
autres 2 157,5 2 265,3 2 407,0 2 562,2 2 635,5 155,2 73,3 6,4 2,9
- Services aux particuliers (hors serv. domestiques) 1 134,7 1 185,8 1 237,2 1 273,9 1 307,8 36,7 33,9 3,0 2,7
1
Autres activités tertiaires 4 810,2 4 920,7 5 063,5 5 200,2 5 294,1 136,7 93,9 2,7 1,8
Industrie et construction 5 235,0 5 253,3 5 341,8 5 420,5 5 365,7 78,7 -54,8 1,5 -1,0
2
Ensemble de l’économie 14 026,5 14 389,8 14 921,7 15 329,0 15 445,6 407,3 116,6 2,7 0,8
1- Hors administration, éducation, santé et action sociale, y compris services domestiques
2- Hors agriculture, administration, éducation, santé et action sociale
Source : Insee, département de l’emploi et des revenus d’activité
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIERELes services aux entreprises intègrent les agences immobilières, marchands de biens Les évolutions sont exprimées en moyenne
postes et télécommunications, les services et administrateurs d’immeubles) et la location annuelle. Les évolutions en volume sont
de conseils et d’assistance (activités infor- immobilière (de logements et hors loge- calculées sur les comptes aux prix de
matiques, comptables, juridiques, publicité, ments) ; ces activités représentent 27 % l’année précédente chaînés base 1995.
architecture...), les services opérationnels de la production de services marchands
(location sans opérateur, travail temporaire, en 2002.
nettoyage, assainissement...) et la re- Amortissement « Besson »:ilarempla-
er Bibliographie
cherche et développement ; ils réalisent cé l’amortissement « Périssol » le 1 janvier
56 % de la production totale des services 1999 ; applicable aux logements neufs, il
marchands. L’intérim est inclus dans cet en- permet un amortissement total de 65 %
semble. du prix du logement sous réserve de pla-
« La France des services », éditionLes services aux particuliers comprennent fonnement des loyers d’une part et des
2002-2003, Insee.les hôtels et restaurants, les agences de ressources des locataires d’autre part.
« Les services en 2001, rapport sur les comp-voyage, les activités culturelles, récréatives La production totale est la somme des
tes », Synthèses n° 71, mai 2003, Insee.et sportives et les services personnels tels productions de biens et de services de
« Les comptes de la nation en 2002 - Laque la coiffure et la blanchisserie ; leur produc- chacune des branches de l’économie :
consommation s’infléchit, la demande destion s’élève à 17 % de l’ensemble. certains produits étant utilisés en
entreprises recule », Insee premièreLes activités immobilières regroupent la pro- consommation intermédiaire, elle com-
n° 894, avril 2003.motion et la gestion (promoteurs, porte des doubles comptes.
INSEE PREMIÈRE figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee.fr
Direction Générale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pinard
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :
Jean-Michel Charpin
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2003 Rédacteur en chef :
Daniel TemamAbonnement annuel = 70€ (France) 87€ (Étranger)
Rédacteurs : R. Baktavatsalou,
C. Benveniste, C. Dulon,Nom ou raison sociale : ________________________ Activité : ____________________________
A.-C. Morin
Adresse : ___________________________________________________________________
Maquette : S.Couturaud
______________________________________ Tél : _______________________________ Code Sage IP03907
ISSN 0997 - 3192Ci-joint mon règlement en Euros par chèque à l’ordre de l’INSEE : __________________________________€.
© INSEE 2003
Date : __________________________________ Signature
INSEE
PREMIERE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.