Les transports en 2000 Renchérissement des carburants

De
Publié par

Malgré une conjoncture économique favorable, la croissance de la production de services de transport est moins rapide en 2000 que l'année précédente. Elle reste cependant soutenue. Les transports routiers et aériens croissent moins vite qu'en 1999. L'influence de leur ralentissement n'est que partiellement compensée par les effets des bonnes performances des transports ferroviaires et des transports collectifs urbains. L'augmentation des prix des carburants freine les ménages dans leurs déplacements en voiture particulière. Elle s'accompagne aussi d'une revalorisation sensible des tarifs dans les modes de transport les plus consommateurs d'hydrocarbures. L'emploi dans le secteur des transports progresse de 5,3 % soit davantage que dans l'ensemble de l'économie.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 8
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 802 - SEPTEMBRE 2001
PRIX : 15 F (2,29€)
Les transports en 2000
Renchérissement des carburants
Emmanuel Delame, Insee
et André Rémy, ministère de l’Équipement, du Logement et des Transports
algré une conjoncture écono- au ralentissement sur les parcours nationaux
(+ 4,7 % en tonnes-kilomètres après + 8,1 % enmique favorable, la croissance
1999) s’ajoute une baisse sur les liaisons inter-Mde la production de services de nationales (−9,0 % après + 5,4 %). L’augmenta-
transport est moins rapide en 2000 que tion des prix des carburants a particulièrement
pesé sur les coûts des entreprises, et donc surl’année précédente. Elle reste cependant
leurs prix.
soutenue. Les transports routiers et aé- Dans les autres modes de transport de mar-
riens croissent moins vite qu’en 1999. chandises, l’activité reste, en général, bien
orientée :L’influence de leur ralentissement n’est
- La production de services de transport ferro-
que partiellement compensée par les ef- viaire de marchandises augmente de 6,2 %
fets des bonnes performances des trans- en volume, l’essentiel de cette croissance étant
réalisé en début d’année. Mesuré en ton-ports ferroviaires et des transports
nes-kilomètres, le transport national, stable en
collectifs urbains. 1999, progresse de 5,5 % ; le transport interna-
L’augmentation des prix des carburants tional aussi (+ 9,8 %), après une
baisse en 1999 ; le transit croît de 1,6 % aprèsfreine les ménages dans leurs déplace-
deux années de forte baisse. La partie ferro-
ments en voiture particulière. Elle s’ac- viaire du transport combiné (train + camion)
compagne aussi d’une revalorisation augmente à nouveau (+ 3,5 % après - 1,1 % en
1999). Cependant, la part du transport ferro-sensible des tarifs dans les modes de
viaire dans le transport de marchandises reste
transport les plus consommateurs d’hy- en deçà de son niveau de 1992 (5,4 % contre
drocarbures. 7,4 %).
- La production du transport de fret aérienL’emploi dans le secteur des transports
enregistre le taux de croissance le plus élevé
progresse de 5,3 % soit davantage que depuis 1994 (+ 5,7 % en volume).
dans l’ensemble de l’économie. - Pour la troisième année consécutive, la crois-
sance du transport fluvial est soutenue
(+ 6,4 %). Contrairement à l’année précédente,
En 2000, selon les résultats provisoires, la
valeur ajoutée de la branche transport aug-
Évolution de la valeur ajoutéemente de 2,1 % en volume, soit moins que les
de la branche transport et du PIBannées précédentes et moins que le produit
intérieur brut (+ 3,1 % - graphique 1). Ce ralen-
(volume prix 95 - Base 100 en 1995)
tissement marque une rupture avec la période
130
Transport1995-1999 : la valeur ajoutée du transport avait
125
progressé de 5,7 % par an en moyenne alors
120
que le PIB n’augmentait que de 2,4 % par an.
115
PIBLa production de la branche transport (cf. Pour
110
comprendre ces résultats) augmente de 4,6 %
105
en volume, contre + 6,1 % en 1999.
100
Le transport routier de marchandises pour 95
compte d’autrui, qui comprend la location de 90
1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000véhicules avec conducteur, représente le quart
de la branche transport. Il progresse moins vite
Source : Insee, DAEI/SES (ministère de l’Équipement, des Trans-
que les deux années précédentes (tableau 1): ports et du Logement)
INSEE
PREMIEREelle est imputable au transport interna- conflits sociaux dans les entreprises du l’entreprise nationale aura rénové ses
tional, qui progresse nettement après un groupe Swissair. Sur les liaisons régio- matériels, installé des rames spécifiques
recul en 1999, alors que le transport nales, le nombre de passagers aug- et réaménagé ses tarifs.
national reste stable. mente de 3,6 %. Sur les lignes - Avec une augmentation de 4,4 % en
- En contraste avec ces fortes croissan- internationales, ce sont les relations volume, la production de transport
ces, la production de transport maritime, avec le continent américain qui progres- urbain de voyageurs retrouve une
dont l’essentiel concerne le fret, n’aug- sent le plus, du fait de l’alliance entre Air croissance proche de celle de 1997
mente que de 0,8 % après 11,4 % en France et Delta Airlines (+ 16,5 %). (+ 4,6 %). Aux effets positifs de la
1999. -Le transport ferroviaire de voya- conjoncture économique générale et de
Pour la plupart des modes de transport geurs progresse pour la cinquième la bonne saison touristique se joignent
de voyageurs, l’activité progresse année consécutive et retrouve le rythme d’autres facteurs favorables : l’exploita-
grâce à une bonne année touristique, un de la période 1996-1998. Sur le réseau tion en année pleine de la ligne E du
environnement économique favorable et TGV, le nombre de voyageurs-kilomè- RER (Eole, inaugurée en été 1999) et
un usage plus fréquent des transports tres a augmenté de 7,4 %, autant qu’en les bons résultats de la politique tarifaire
collectifs au détriment de la voiture parti- 1999. Thalys renoue avec une progres- (abonnements “Imagine’R”, billet unique
culière, dû pour une part au renchérisse- sion à deux chiffres et Eurostar pro- sur les autobus de banlieue parisienne
ment des carburants. gresse plus vite que l’année précédente. et carte intégrale). La fréquentation des
- La production du transport aérien, Par contre, la croissance de fréquenta- réseaux de province progresse égale-
toujours impulsée par le inter- tion des TGV-jonctions, qui relient les ment.
national, croît de 6,2 % en volume en grandes villes de province entre elles, La production des services auxiliaires
retrait par rapport à 1999 (+ 9,7 %). ralentit. Le réseau des trains express et annexes des transports progresse
Pourtant, l’année a été bonne pour les régionaux (TER) progresse plus vite de 4,7 % en volume. L’augmentation des
entreprises du groupe Air France. Le qu’en 1999. La contractualisation avec services de manutention (+ 7,7 %) pro-
ralentissement est essentiellement dû les Conseils régionaux continue de por- vient surtout de la manutention non por-
au transport intérieur sur les lignes entre ter ses fruits. La fréquentation des trains tuaire. Dans l’entreposage,la
Paris et la province, qui est stable : il rapides nationaux augmente après une croissance (+ 6,5 %) résulte d’une
souffre de la concurrence du TGV, de baisse en 1999. Elle bénéficie des hausse de l’entreposage non frigori-
l’augmentation des tarifs à la suite des mesures prises par la SNCF pour rendre fique, atténuée par une baisse de
hausses des prix du kérosène et des ces services plus attractifs : d’ici à 2004, l’entreposage frigorifique. La production
Évolution de la production au prix de base des principales branches de transport depuis 1996
Évolutions au prix de base - en %
Évolutions en volume au prix
Évolutions 2000/1999 2000
de l'année précédente
milliards milliards
1996 1997 1998 1999 Volume Prix Valeur
de francs d'euros
Transport ferroviaire 4,4 3,7 2,8 2,0 6,2 0,5 6,7 53,6 8,2
Transport ferroviaire de voyageurs 4,8 8,2 4,5 2,6 6,2 0,6 6,9 38,5 5,9
Transport ferroviaire de marchandises 3,5 - 5,8 - 1,1 0,8 6,2 0,2 6,4 15,1 2,3
Autres transports terrestres de voyageurs 1,7 3,2 2,3 2,9 2,4 0,7 3,1 82,6 12,6
Transport urbain de voyageurs 3,2 4,6 1,6 3,2 4,4 0,3 4,8 46,1 7,0
Transport routier de voyageurs 2,0 - 0,1 2,5 2,6 1,0 0,4 1,4 22,1 3,4
Taxis, téléphériques et remontées mécaniques - 3,7 3,4 4,1 2,7 - 1,6 2,3 0,7 14,4 2,2
Autres transports terrestres de marchandises 0,5 4,0 7,0 7,1 5,0 5,8 11,1 223,5 34,1
Transport routier de marchandises 0,4 4,0 7,1 7,2 5,0 6,0 11,3 214,4 32,7
(y compris location de camions avec conducteurs)
Déménagement, transport par conduites 0,8 4,2 4,7 3,7 4,5 2,3 7,0 9,1 1,4
Transport par eau - 3,2 7,0 2,6 11,8 1,3 9,4 10,8 35,0 5,3
Transport fluvial - 2,7 - 2,1 8,7 15,8 6,4 0,1 6,5 3,0 0,5
Transport maritime - 3,3 7,9 2,1 11,4 0,8 10,3 11,2 32,0 4,9
Transport aérien 13,9 5,1 3,7 8,6 6,1 7,2 13,8 87,4 13,3
Transport aérien de voyageurs 16,9 5,5 4,1 9,7 6,2 7,2 13,8 77,3 11,8
Transport aérien de marchandises - 2,3 2,8 0,5 0,8 5,7 7,5 13,6 10,1 1,5
Autres 1,9 22,3 5,6 5,8 4,7 1,6 6,4 290,9 44,3
dont Manutention 4,1 1,4 5,1 3,9 7,7 0,9 8,6 12,7 1,9
Entreposage 2,6 8,6 5,8 5,2 6,5 2,0 8,6 32,9 5,0
Gestion d'infrastructure 0,1 61,5 4,0 9,4 3,2 1,0 4,2 113,1 17,2
Messagerie, fret express 11,3 0,8 5,6 3,5 1,5 4,5 6,1 51,0 7,8
Transport spatial, affrètement et
organisation de transports internationaux - 2,5 7,8 8,0 3,0 7,8 0,8 8,6 81,2 12,4
Total des transports 2,6 10,4* 5,0 6,1 4,6 3,6 8,4 773,1 117,9
* La forte augmentation de la production en 1997 est artificielle. A la suite de la création de Réseau ferré de France (RFF), l’activité liée à l’infrastructure (entretien et pour une part investisse-
ment) apparaît comme une production supplémentaire. A structure comparable, l’augmentation de la production aurait été de 4,3 %.
Source : Insee, DAEI/SES (ministère de l’Équipement, des Transports et du Logement)
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREde services de gestion d’infrastructures 5,2 %. Les taux de marge (marge de utilisent davantage les modes maritime,
augmente (+ 3,2 %), notamment dans transport rapportée au total de la pro- fluvial, ferroviaire et par conduite, et
les domaines aéroportuaire et ferro- duction et des importations des biens moins le transport routier et les auxiliai-
viaire. considérés) sont les plus élevés pour res de transport. Les produits agricoles
les produits lourds : les minéraux, les empruntent plus fréquemment la route
produits agro-alimentaires, les pro- et la voie maritime. En revanche, ils utili-
La demande des entreprises duits du bois et du papier (gra- sent moins les auxiliaires de transport.
phique 2). Les moins élevés concer- Les produits agro-alimentaires sonten services de transport fléchit
nent les automobiles, les biens d’équi- davantage transportés par route et
À l’exception de la consommation finale, pement et les composants électriques moins souvent par chemin de fer.
dont la croissance se maintient, les pos- et électroniques.
tes de la demande de transport progres- Le transport routier de marchandises (y
L’augmentation du prix desent moins vite en 2000 que l’année compris la location de camion avec
précédente. conducteur) représente les trois quarts carburants freine les dépenses
Les consommations intermédiaires du total des marges (tableau 2). Cette de transport des ménages
augmentent de 4,8 % (contre 8,5 % en part fluctue assez nettement selon les
1999). Elles sont composées des dépla- produits. La filière automobile et celle Les ménages consomment plus de 20 %
cements professionnels ainsi que de des biens d’équipement recourent relati- des services de transport : transports
certains services de transport de mar- vement plus au transport ferroviaire et collectifs, taxis, services de déménage-
chandises : manutention, entreposage, aux auxiliaires de et moins au ment, utilisation d’infrastructures terres-
gestion d’infrastructure, déménagement transport routier. Les entreprises de tres, services de messagerie et de fret
et transport spatial. biens de consommation recourent plus express. Leurs dépenses à ce titre aug-
Les marges de transport, qui corres- fréquemment aux auxiliaires de trans- mentent de4%en 2000, soit 0,5 point
pondent à la valeur du transport d’un port et moins souvent au transport ferro- de moins qu’en 1999, alors que la crois-
bien commercialisé, augmentent de viaire. Les producteurs d’énergie sance de l’ensemble de la consomma-
tion finale des ménages ne ralentit
Les taux de marge par produits en 2000 pratiquement pas. La croissance est la
plus forte pour les transports aériens
Total
(+ 9,5 % en volume), suivis du déména-
gement (+ 5,2 %) et du transport ferro-Produits agricoles, sylvicoles et de la pêche
Produits agroalimentaires viaire (+ 5,1 %).
Produits énergétiques Au sens large, la consommation des
Biens automobiles ménages liée au transport ne recouvre
Biens de consommation
pas seulement les dépenses en services
Biens d'équipement
de transport : elle comprend égalementBiens intermédiaires
les achats de véhicules et les dépensesdont :
Produits minéraux liées à l’utilisation de véhicules (carbu-
Produits textiles rant, entretien et réparation, pièces
Produits du bois et du papier
détachées et accessoires, auto-école,Produits chimiques-caoutchouc-mat. plastiques
etc.).Métallurgie-Transformation des métaux
Composants électriques et électroniques Après deux années de forte croissance,
ces dépenses augmentent de 1,4 % en0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
En % volume en 2000. Les achats de véhicu-
les expliquent ce ralentissement
Source : Insee, DAEI/SES (ministère de l’Équipement, des Transports et du Logement)
(+ 0,2 % pour l’année 2000 après
+ 12,1 % en 1999). En particulier, les Le recours aux modes de transport selon les produits en 2000
immatriculations de voitures neuves
En % baissent légèrement, à 2,13 millions
TRM* y c. Auxiliai- d’unités. Les marques françaises conti-Fer Conduite Mer Fluvial Air Total
location res**
nuent à progresser, mais moins vite
Agriculture - Sylviculture - Pêche 6,1 80,4 0,0 7,5 0,9 0,7 4,5 100
qu’en 1999, alors que les modèles étran-
Produits agroalimentaires 2,0 78,3 0,0 2,2 0,0 0,5 17,0 100
gers reculent. De ce fait, la part de mar-Biens de consommation 2,3 73,0 0,0 1,2 0,0 1,1 22,4 100
Automobile 9,9 66,6 0,0 2,6 0,0 2,1 18,6 100 ché des marques françaises augmente
Biens d'équipement 8,2 64,2 0,0 2,1 0,0 1,7 23,9 100 en 2000 de près de deux points, pour
Biens intermédiaires 6,5 72,2 0,0 5,0 0,8 1,5 14,0 100
atteindre 59 %.Energie 8,7 61,4 11,2 14,9 2,0 0,1 1,6 100
Les dépenses liées à l’utilisation des
Total 5,2 72,4 0,6 4,0 0,4 1,1 16,2 100
véhicules progressent moins rapide-
* Transport routier de marchandises ment que l’année précédente (+ 1,1 %
**Les auxiliaires de transport considérés ici comprennent les entreprises de messagerie et fret express, d’affrètement et d’or-
contre + 2 %) : l’envolée du prix des pro-ganisation de transports internationaux.
Source : Insee, DAEI/SES (ministère de l’Équipement, des Transports et du Logement) duits pétroliers entraîne une baisse du
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREeux. Les évolutions de production proposées Les effectifs salariés et non salariés dans les transports
dans cet article s’appuient sur de premièresEn milliers - Effectifs en fin d’année
évaluations issues de l’Enquête annuelle d’en-2000 2000/1999
1996 1997 1998 1999
estimé (%) treprise. Celles-ci n’étaient pas disponibles au
Salariés 882 900 933 978 1 034 5,7 moment du calcul de la valeur ajoutée. Elles
Transport ferroviaire 176 175 174 175 176 0,6 ont conduit à augmenter le volume de la pro-
Autres transports terrestres
duction précédemment estimée.
de voyageurs 155 158 161 166 173 4,2
La production considérée ici est celle pour
de marchandises 279 286 303 318 335 5,3 compte d’autrui, c’est-à-dire réalisée par
Transport par eau 12 12 12 13 14 7,7
un transporteur pour le compte d’un tiers.
Transport aérien 66 66 72 75 81 8,0
Elle est calculée à partir des sources fisca-Auxiliaires transports 194 203 211 231 255 10,4
Non salariés 6668707070 0,0 les et des chiffres d’affaires des producteurs
de services de transports. La production estTotal 948 968 1 033 1 048 1 104 5,3
évaluée au prix de base, qui retrace les re-
Source : Insee, Unedic, DAEI/SES (ministère de l’Équipement, des Transports et du Logement)
cettes effectives du producteur. Elle corres-
volume des achats de carburants par les pond aux montants facturés par lesLes transports toujours
ménages (- 2,1 %). Dans le même producteurs, augmentés des subventions
fortement créateurs d’emplois
temps, la circulation des véhicules parti- sur les produits (compensations pour tarifs
culiers est restée stable. Les achats de réduits, maintien de lignes déficitaires...) et
En augmentation de 5,7 % (tableau 3),
pièces détachées et accessoires diminués de celui des impôts sur les pro-
les effectifs salariés des entreprises de
(+ 3,5 %) et l’entretien et les réparations duits. Conformément aux règles de la base
transport croissent davantage que dans
(+ 3,1 %) augmentent. 95 de la comptabilité nationale, le transport
le reste de l’économie.
sous-traité à un transporteur par un autre
Ce sont les auxiliaires de transports qui
transporteur est compté deux fois en pro-
augmentent le plus leurs effectifs sala-
Échanges extérieurs : duction. Une première fois par le sous-trai-
riés (+ 10,4 %), suivis par le transport
tant au cours de la transaction entreun solde proche de l’équilibre aérien (+ 8,0 %). Dans les transports ter-
transporteurs ; une seconde fois au cours de
restres non ferroviaires de marchandi-
la transaction entre le donneur d’ordre et leLa progression des échanges extérieurs ses, l’emploi salarié croît de 5,3 %. Dans
client final. Pour respecter l’équilibre desde marchandises est importante en le transport ferroviaire, une progression
comptes, cette sous-traitance est aussi im-2000 mais concentrée sur le premier de 0,6 % le ramène à son niveau de 1996.
putée comme un emploi de la branche.semestre. Pour la deuxième année
consécutive elle correspond à une faible Pour comprendre ces résultats
croissance des tonnages de marchan- Pour en savoir plus
dises échangées : les tonnages impor-
tés diminuent de 0,1 % (- 1,6 % en 1999) La valeur ajoutée et la production ne sont « Les transports en 2000, 38e rapport de
et les tonnages exportés ralentissent pas directement comparables. la commission des comptes des trans-
ports de la nation », Synthèses,(+ 2,6 % contre + 4,5 % en 1999). La valeur ajoutée permet de comparer chaque
n° 54-55, 2001.En valeur, l’excédent des échanges de branche aux autres composantes et à l’en-
Le rapport est disponible sur le site inter-
services de transport, qui avait atteint semble de l’économie, le produit intérieur brut
net du ministère de l’équipement
1,7 milliard de francs en 1999, est (PIB) étant la somme des valeurs ajoutées (www.equipement.gouv.fr/statistiques).
ramené à 87 millions de francs en 2000. des branches. Pour l’établissement des résul- « Les comptes de la Nation en 2000 »,
Insee première, n° 773, avril 2001.L’excédent du transport aérien baisse tats provisoires des comptes nationaux de
« Rapport sur les comptes de la nationde 0,3 milliard de francs et le déficit du l’année n, le calcul de la valeur ajoutée est ef-
2000 », Insee Résultats, n° 743, papier
transport routier se creuse, de 2,1 à 3,3 fectué avec les sources disponibles au début
et cédérom, juin 2001.
milliards de francs. Pour les autres de l’année n+1, pour chaque branche et au ni- Les principaux articles et résultats des comp-
modes de transport, les soldes restent à veau de l’ensemble de l’économie. tes de la nation en 1999 sont disponibles sur
le site internet de l’Insee (www.insee.fr, sec-des niveaux proches de ceux de l’année La production est l’indicateur privilégié
tion « Les grands indicateurs »).précédente. pour comparer des sous-secteurs entre
INSEE PREMIÈRE figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee.fr
Direction Générale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pinard
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2001
Paul Champsaur
1 an, 60 numéros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde) Rédacteur en chef :
Daniel Temam80,80€ 101,07€ 126,08€
Rédacteurs : J.-W. Angel,
Nom ou raison sociale : _____________________ Activité : ____________________________ R. Baktavatsalou, C. Dulon,
A.-C. Morin, B. OuvréAdresse : ________________________________________________________________
Maquette : L. J.
___________________________________ Tél : _______________________________
Code Sage IP01802
Ci-joint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE : F.
ISSN 0997 - 3192
Date : _______________________________ Signature © INSEE 2001
INSEE
PREMIERE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.