Les transports en 2004 - Embellie de l'activité

De
Publié par

En 2004, la production de la branche transports augmente plus rapidement que celle de l'ensemble de l'économie. Cette croissance retrouve le rythme élevé qu'elle avait connu à la fin des années 1990. Elle est liée à l'amélioration de la situation économique française par rapport à 2003 et à l'accélération des échanges internationaux. La production de services de transport de voyageurs se redresse en 2004 (+ 5,8 % en volume). Après trois années de conjoncture difficile, le transport aérien est le moyen de transport de voyageurs qui bénéficie de la plus forte croissance (+ 7,1 %). Le transport de marchandises s'accroît de 6,0 % en volume, contre 1,9 % en 2003. Toutes les composantes de la branche profitent de cette embellie, à l'exception du fret ferroviaire, toujours en baisse (- 3,7 % en volume). Le solde des échanges extérieurs se dégrade. Ce sont le transport aérien et les services auxiliaires des transports qui contribuent le plus à cette dégradation, les compagnies étrangères étant de plus en plus sollicitées pour assurer ces services. La diminution des effectifs dans les grandes entreprises nationales se poursuit, mais l'emploi reste stable dans l'ensemble du secteur.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 12
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 1045 - OCTOBRE 2005
PRIX : 2,20€
Les transports en 2004
Embellie de l’activité
Alain Nolin, Élodie Chochoy-Caillaud, division Services, Insee
Sylvie Mabile, Nathalie Augris, Service Économie Statistiques et Prospective,
ministère des Transports, de l’Équipement, du Tourisme et de la Mer
n 2004, la production de la branche marquée par une stagnation de l’activité, que
les premiers mois de 2005 semblent confirmer.transports augmente plus rapide-Ement que celle de l’ensemble de
l’économie. Cette croissance retrouve le Transports de voyageurs :
rythme élevé qu’elle avait connu à la fin retour à des rythmes élevés
des années 1990. Elle est liée à l’améliora-
tion de la situation économique française Après avoir ralenti de 2001 à 2003, la produc-
tion de transports (définition) de voyageurspar rapport à 2003 et à l’accélération des
augmente en 2004 de 5,8 % en volumeéchanges internationaux.
(tableau 1). Il s’agit de la plus forte progression
La production de services de transport de
depuis 2000. Le contexte économique est pro-
voyageurs se redresse en 2004 (+ 5,8 % en pice à cette reprise : le pouvoir d’achat des
volume). Après trois années de conjonc- ménages est en légère hausse, ce qui favorise
ture difficile, le transport aérien est le leurs dépenses de transport.
Le mouvement d’ensemble du transport demoyen de transport de voyageurs qui béné-
voyageurs est en partie lié au redressement duficie de la plus forte croissance (+ 7,1 %).
transport aérien qui affiche une hausse de
Le transport de marchandises s’accroît
7,1% (graphique 2). Le transport international
de 6,0 % en volume, contre 1,9 % en 2003. émerge de trois années difficiles, et dicte cette
Toutes les composantes de la branche hausse. Pour la première fois depuis 2000, il
profitent de cette embellie, à l’exception n’a été perturbé par aucune crise majeure,
géopolitique ou sanitaire. En revanche, ladu fret ferroviaire, toujours en baisse
situation continue de se dégrader pour les(- 3,7% en volume).
déplacements intérieurs : les disparitions
Le solde des échanges extérieurs se dé-
d’Aeris et d’Air Littoral montrent que plusieurs
grade. Ce sont le transport aérien et les transporteurs nationaux d’envergure ont des
services auxiliaires des transports qui difficultés à garder leur équilibre financier dans
contribuent le plus à cette dégradation, les un secteur fortement concurrentiel. Cette
concurrence est également accrue par le déve-compagnies étrangères étant de plus en
loppement des lignes TGV. La production deplus sollicitées pour assurer ces services.
La diminution des effectifs dans les gran-
Évolution de la production de la branchedes entreprises nationales se poursuit,
transports et de l'ensemble de l'économie
ermais l’emploi reste stable dans l’en- base 100 au 1 trimestre 1992
150semble du secteur.
140
Transports*
La croissance de la branche transports rede- 130
vient supérieure à celle de l’ensemble de l’éco-
120nomie en 2004 (graphique 1). Les services de
transport bénéficient du dynamisme des
110
Ensemble de l'économieéchanges internationaux, de la reprise de la
production industrielle, d’un marché du loge- 100
ment actif, et de la bonne tenue de la consom-
90mation des ménages. La production de
1992 1994 1996 1998 2000 2002 2005
transport en volume augmente ainsi de 5,3 % * y compris agences de voyages.
(tableau 1). La fin de l’année 2004 est toutefois Source : comptes trimestriels, Insee, base 2000
INSEE
PREMIEREtransports ferroviaires de voyageurs pro- sont très dynamiques en 2004 (+ 5,2 %). transports en commun, tant urbains
gresse de 3,5 %. Ce mode de transport L’année a été favorisée par la hausse qu’interurbains, contraste avec la quasi-
revient ainsi sur sa tendance de long légère du pouvoir d’achat des ménages stagnation de la circulation des voitures
terme, après une année 2003 marquée et par une bonne saison touristique en particulières en 2004, hors du réseau
par des mouvements sociaux. La crois- Île-de-France. L’amélioration de l’offre autoroutier.
sance de 2004 est imputable à la reprise constituée par le prolongement de la
du TER et aux TGV. Elle est favorisée par ligne 14 du métro parisien et de la ligne
Transports de marchandises :de nouveaux comportements en matière T1 du tramway explique une partie de ces
de déplacements : les Français étalent en performances. Une autre partie est due nette reprise, à l’exception
effet leurs vacances en partant moins au développement du trafic et de l’offre du ferroviaire
longtemps mais plus souvent. Les trans- sur les réseaux urbains de province. Le
ports urbains (transports en commun) dynamisme des déplacements par Sur l’année 2004, les transports de mar-
chandises renouent avec un taux de
Évolution de la production en Évolution de la production en croissance élevé (+ 6,0 %). Ce secteur
volume des principaux modes de volume des principaux modes de bénéficie de la reprise de la production
transport de voyageurs transport de marchandises industrielle et d’une consommation des
ménages en produits manufacturés bienbase 100 en 1995 base 100 en 1999
180 140 orientée. Les transports internationaux
sont particulièrement dynamiques.170
130
Maritime Le fret ferroviaire poursuit malgré tout
160
Transport aérien son recul, bien qu’à un rythme amorti120
Aérien150
Transport ferroviaire (- 3,7 %). Une partie du transport
110140 continue en effet de se détourner du rail
RoutierTransport urbain Ferroviaire130 au profit des autres modes de transport
100
(graphique 3). Mais la branche fret de la120 Fluvial
90 SNCF se réorganise, le plan Fret visant
110
un retour à l’équilibre financier de cetteTransport routier
100 80 activité. Il impose des hausses tarifaires
1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 1999 2000 2001 2002 2003 2004
et des suppressions de trajets parmi lesSources : Insee - commission des comptes des transports Sources : Insee - commission des comptes des transports
de la Nation (CCTN), base 2000 de la Nation (CCTN), base 2000 moins rentables. La production de
Évolution de la production de la branche transports et de l'ensemble de l'économie
structure
2000 2001 2002 2003 (p) 2004 (p)
en %
(valeur
volume prix volume prix volume prix volume prix volume prix
2004)
Transports de voyageurs 8,7 -0,1 1,4 -0,1 1,5 1,2 0,5 2,9 5,8 1,3 29,4
dont : Transport ferroviaire 8,6 0,9 1,9 -9,9 4,8 3,5 -1,5 0,1 3,5 4,5 5,4 aérien 14,7 -0,6 0,0 1,1 -2,5 1,1 -0,3 5,6 7,1 -2,1 10,4
Transport urbain 5,4 -1,9 2,8 3,5 1,7 0,3 1,7 1,4 5,2 3,2 7,0 routier 2,0 -0,5 0,3 1,8 6,1 0,3 1,0 2,9 4,5 1,5 3,2
Autres transports terrestres* 5,8 2,6 3,9 4,3 4,3 2,0 4,9 2,7 7,2 3,5 2,6
Transports de marchandises 5,3 6,2 2,1 4,1 1,0 1,4 1,9 -0,1 6,0 1,0 36,8
dont : Transport ferroviaire 6,2 2,3 -8,3 5,8 2,3 -2,8 -6,4 2,0 -3,7 0,7 1,5 aérien 11,8 7,5 -1,5 1,7 0,8 7,0 4,3 2,0 10,4 -7,9 1,9
Transport routier 4,0 6,1 3,0 4,3 1,1 0,5 1,7 -0,4 6,0 0,8 27,2
Transport maritime 11,0 14,8 4,3 -2,4 1,0 5,4 3,7 1,1 9,6 6,0 4,5
Autres transports terrestres** 8,3 -9,1 1,2 19,4 -3,8 6,9 7,6 -4,8 0,2 3,6 1,4
Auxiliaires des transports 5,3 2,3 0,2 3,0 1,3 3,7 -1,3 2,6 4,0 2,5 33,9
dont : Manutention 4,2 -0,8 -1,5 0,3 -0,3 -0,2 1,5 -0,3 6,3 1,8 1,5
Entreposage 5,2 12,4 1,0 4,9 -2,1 4,5 1,2 3,0 7,1 1,8 6,3
Gestion d'infrastructure 4,7 -3,0 3,1 -0,7 1,7 4,0 1,2 4,1 2,3 3,4 15,2
Messagerie, fret express 2,5 6,2 -4,5 10,6 -3,5 7,1 -2,5 4,5 2,6 0,1 4,2
Affrètement, organisation de transports
internationaux et transport spatial 8,8 4,7 -3,4 5,8 6,8 1,3 -8,1 -1,6 5,2 2,9 6,6
Ensemble transports*** 6,3 3,0 1,2 2,5 1,3 2,1 0,4 1,7 5,3 1,6 100
Ensemble de l'économie 5,8 2,9 2,7 1,7 0,8 1,4 0,6 1,2 2,7 1,6
(p) : provisoire.
* Exemples : taxis, téléphériques.
** Exemple : déménagement.
*** Hors agences de voyages.
Sources : Insee - commission des comptes des transports de la Nation (CCTN), base 2000
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (0) 1 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREtransport routier de marchandises accé- concessionnaires d’autoroutes ont mis concerne surtout les transports aériens,
lère en 2004 (+ 6,0 %). Elle bénéficie de en service de nouveaux tronçons et de marqués par une croissance des impor-
la progression de la demande intérieure nouveaux équipements (télépéage, pan- tations de 20 %, aussi bien dans le
de biens manufacturés et de produits neaux à messages variables…). Les tra- domaine du fret que des voyageurs. Les
agricoles, et de la bonne tenue de la vaux de construction de la ligne services annexes aux transports contri-
construction. Les transports internatio- ferroviaire à grande vitesse est-euro- buent aussi à la dégradation du solde : le
naux effectués par des entreprises fran- péenne se poursuivent. Parallèlement à recours à des services étrangers d’orga-
çaises progressent très légèrement ces investissements, l’activité de gestion nisation de transport de fret progresse
après quatre années consécutives de des infrastructures déjà mises en place ainsi de plus de 20 % en valeur. Le solde
baisse. Ce timide redressement ne suffit n’augmente que de 2,3 % en volume. des échanges extérieurs de transports
toutefois pas à enrayer la perte de parts Les entreprises de manutention ont maritimes s’améliore une nouvelle fois
de marché du pavillon français en bénéficié de la reprise de l’ensemble du en 2004 et atteint 1 milliard d’euros en
matière de transport routier de marchan- secteur des transports et ont adopté une 2004. La demande extérieure de la part
dises à l’intérieur et à l’extérieur du pays. stratégie de spécialisation, par produit de certains pays asiatiques (dont la
Les volumes transportés par mer conti- ou par type de transport. L’entreposage Chine), des USA, de l’Amérique du Sud,
nuent d’augmenter en 2004 (+ 9,6 %), (+ 7,1 %) fait figure d’exception dans l’in- voire de l’Europe a été très vive. La pro-
comportant toujours davantage de mar- dustrie du transport : les frais de person- gression a été de 17 % pour les exporta-
chandises conteneurisées. Le transport nel sont faibles et les frais de tions de services maritimes de transports
de marchandises en vrac atteint aussi fonctionnement, gazole ou péage, de marchandises, c’est-à-dire les services
des sommets, avec un accroissement inexistants. La gestion des marchandi- de transports rendus par des compagnies
des importations de fer et de charbon et ses et des colis est automatisée au maritimes françaises à des sociétés étran-
des exportations d’acier. Le transport maximum, ce qui accroît la productivité. gères. Le solde positif des échanges de
aérien de marchandises bénéficie de Les services de messagerie et de fret transports ferroviaires s’améliore forte-
l’accélération de la croissance mondiale. express progressent de 2,6 % en volume ment en 2004 et atteint 500 millions
La bonne tenue des marchés asiatiques après trois années de baisse. Les tonna- d’euros. La progression importante de
a eu un impact positif sur les échanges ges traités s’accroissent, ainsi que les l’Eurostar explique en partie l’améliora-
internationaux, ce qui redresse l’activité prix moyens à la tonne. L’affrètement et tion de ce solde.
du fret transitant par la France. Le trans- l’organisation de transports internatio-
port fluvial, qui avait stagné en 2003 en naux retrouvent une évolution positive Stabilité de l’emploi
partie à cause de la sécheresse, (5,2 % en 2004) : les entreprises d’affrè-
retrouve en 2004 son niveau de l’an tement ont profité de la progression de la À la fin de l’année 2004, un actif ayant un
2000. Il profite en effet de la croissance production industrielle, en particulier emploi sur vingt est occupé dans les trans-
des importations et de conditions climati- automobile, et de la production agroali- ports. Parmi les salariés du secteur, 21 %
ques plus favorables. mentaire. travaillent dans une des deux grandes
entreprises publiques, la SNCF et la RATP,
et 6 % chez Air France, privatisé en mai
Les services auxiliaires Baisse du solde 2004. L’emploi marque le pas depuis deux
des transports dynamisés ans à la RATP et chez Air France, et lades échanges extérieurs
réduction des effectifs de la SNCF se pour-par l’embellie générale
Selon les estimations provisoires, le suit (graphique 4). Pour cette dernière
L’activité des services annexes au trans- solde de l’ensemble des échanges de entreprise, les départs en retraite, plus
port progresse de 4 % en volume en services de transport (source) pour nombreux depuis 2003, n’ont été que par-
2004 (tableau 1). 2004 se détériore très sensiblement tiellement compensés par des
Les investissements en infrastructures (tableau 2). Le déficit s’élèverait en 2004
de transports augmentent de 14 %. Les à 1,1 milliard d’euros. La dégradation L'emploi salarié dans les grandes
entreprises nationales
base 100 mars 2000, données CVS
115 Solde des échanges extérieurs de services de transport (FAB-FAB)
Air France
en millions d’euros courants
1101999 2000 2001 2002 2 003 2 004
RATPTransports maritimes -800 -726 276 292 589 1 027 aériens 1 583 1 260 875 1 436 1 636 807
105
Transports ferroviaires 276 433 294 234 98 473 fluviaux -39 -45 -41 -36 -38 -38
SNCFTransports par conduite -121 -125 -126 -112 -119 -120
100
Transports routiers -1 243 -1 502 -1 302 -1 106 -906 -806
Auxi. transport*, lancements spatiaux -498 -848 -932 -447 -1 533 -2 431
Total transports** -842 -1 553 -956 261 -273 -1 088 95
* Entreposage, manutention, gestion d'infrastructure, organisation de transport de fret.
** Hors agences de voyages.
Sources : Insee - commission des comptes des transports de la Nation (CCTN), base 2000 Sources: SNCF, RATP et Air France
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (0) 1 41 17 50 50
mars-00
sept-00
mars-01
sept-01
mars-02
sept-02
mars-03
sept-03
mars-04
sept-04
INSEE
PREMIERE L’emploi dans les transports
en milliers
1999 2000 2001 2002 2003 2004
Salariés 941 984 1 010 1 021 1 016 1 016
dont : Transport ferroviaire 177 176 178 176 173 168
Autres transports terrestres de voyageurs 167 171 177 182 185 187
Autres de marchandises 318 332 341 340 338 338
Transport par eau 14 14 15 15 16 16
Transportaérien 757979817878
Auxiliaires des transports (hors agences de voyages) 192 209 220 226 226 227
Non-salariés 565554545454
Total transports 997 1 038 1 063 1 074 1 070 1 069
Sources : Insee, SESP, Unedic, SNCF, RATP, Air France
est importé d’un pays étranger. Ces correc- changé en termes de voyageurs et derecrutements. De ce fait, malgré la crois-
tions s’appuient notamment sur une esti- kilomètres.sance de l’activité globale des transports,
mation des coûts de transports selon la Importations de services de transport :
l’emploi reste pratiquement stable, toutes
nationalité du transporteur. Ces nouvelles recours par un client français à des entre-
branches confondues, avec des situations évaluations ne sont donc pas comparables prises de transport étrangères.
contrastées selon les secteurs (tableau 3). à celles de la base précédente des comptes Exportations de services de transport :
nationaux. recours par un client étranger à des entre-Les transports urbains et routiers de voya-
prises françaises.geurs conservent leur croissance régulière,
Auxiliaires des transports : ils regrou-Définitionstandis qu’à l’inverse, pour le transport ferro-
pent notamment la manutention, l’entre-
viaire, la diminution des effectifs se pour- posage, la gestion d’infrastructure, les
suit. Les entrepreneurs français de services de messagerie, l’affrètement,
Production de la branche transports :la l’organisation de transports internatio-transport routier de marchandises restent
production considérée ici est celle pour naux.très prudents dans le domaine de l’emploi.
compte d’autrui, c’est-à-dire réalisée par
Ils ont subi la flambée des prix des carbu- un transporteur pour le compte d’un tiers.
rants et ont été très exposés à la concur- Elle est calculée à partir des chiffres d’affai-
Bibliographieres des producteurs de services de trans-rence internationale, en 2004, avec
port. Elle est évaluée au prix de base, quil’entrée de dix nouveaux pays dans
correspond aux montants facturés par les
l’Union européenne. e
producteurs, augmentés des subventions « Les transports en 2004 : 42 rapport de la
et diminués des impôts spécifiques à l’acti- commission des comptes des transports de
vité (taxe d’aéroport, …). Elle peut être ex- la Nation », direction des affaires économi-Source
primée en valeur (en euros courants) ou en ques et internationales, service économie
volume (à prix constants). La production en statistiques et prospective, ministère des
Comptes nationaux, base 2000. Les nou- volume intègre les évolutions du trafic en Transports, de l’Équipement, du Tourisme
velles estimations des échanges extérieurs nombre de voyageurs et de kilomètres, et de la Mer, juillet 2005, également consul-
de transports pour la base 2000 de la comp- mais aussi un « effet qualité » rendant table sur le site : http://www.statistiques.
tabilité nationale ont très fortement révisé à compte des modifications dans la structure equipement.gouv.fr
la baisse la position du solde extérieur. des transports selon leur prix : un dépla- Letextedecet Insee Première reprend en
Elles se rapprochent désormais de celles cement des dépenses de transports vers partie les éléments de ce rapport, rédigé
fournies par la balance des paiements. Cer- des plus chers, mais dont les par N. Augris, A. d’Autume, É. Chochoy-
tains doubles comptes dans les frais de prix n’ont pas varié d’une année sur Caillaud, V. Comte Trotet, J. Hermilly,
transports ont été corrigés, lorsque le trans- l’autre augmentera ainsi la production P. Jourdy, B. Korman, S. Mabile, A. Nolin et
porteur est résident français et que le bien en volume, même si le trafic n’a pas J.M. Saunier.
INSEE PREMIÈRE figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee.fr (rubrique Publications)
Vous pouvez vous abonner gratuitement aux avis de parution dans http://www.insee.fr/fr/ppp/abonnement/abonnement.asp#formulaire
Direction Générale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pinard
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :
Jean-Michel Charpin
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2005 Rédacteur en chef :
Daniel TemamAbonnement annuel = 70€ (France) 87€ (Étranger)
Rédacteurs : R. Baktavatsalou,
C. Benveniste, C. Dulon,Nom ou raison sociale : ________________________ Activité : ____________________________
A.-C. Morin
Adresse : ___________________________________________________________________
Maquette : EH
______________________________________ Tél : _______________________________ Code Sage IP051045
ISSN 0997 - 3192Ci-joint mon règlement en Euros par chèque à l’ordre de l’INSEE : __________________________________€.
© INSEE 2005
Date : __________________________________ Signature
INSEE
PREMIERE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.