Loin des grands pôles urbains, 112 communes offrent services et équipements

De
Publié par

40 % des Bourguignons vivent dans une zone rurale, hors de l'aire d'attraction des grandes villes. Cet espace rural est marqué par un peuplement important dans des zones dotées de peu d'équipements. Il s'articule autour d'un réseau de 112 communes disposant d'une large gamme de services. Leur aire d'attraction est très variable, allant de 1 000 à 10 000 habitants. Dans ces bassins, un relais est parfois assuré par d'autres communes plus petites qui disposent d'une gamme d'équipements de proximité comme la boulangerie ou le médecin.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 30
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Loin des grands pôles urbains,
112 communes offrent services et équipements
40 % des Bourguignons
vivent dans une zone à
dominante rurale, hors de
l’aire d’attraction des
grandes villes. Cet espace
rural est marqué par un
peuplement important
dans des zones dotées
de peu d’équipements.
Il s’articule autour d’un
réseau de 112 communes
disposant d’une large
gamme de services
de référence. Leur aire
d’attraction est très
variable, allant de 1 000
à plus de 10 000 habitants.
Dans ces bassins, un
relais est parfois assuré
par d’autres communes
plus petites qui disposent
d’une gamme d’équipements
de proximité comme
la boulangerie ou
le médecin. ombien de Bourguignons dispo-C sent dans leur commune d’une
large gamme d’équipements et de ser-
vices et combien doivent se déplacer
pour en bénéficier ?
Globalement, 54 % des habitants
de la région résident dans des commu-
nes disposant d’au moins 26 des 36
équipements de référence. En France
métropolitaine, cette proportion est
plus élevée (62 %). Cet écart est prin-
cipalement dû à l’importance du
monde rural dans la région. La concen-
tration de la population dans des zones
urbaines bien équipées est moins forte
qu’en moyenne nationale.
En Bourgogne, d’après les pre-
miers résultats provisoires du recense-
ment de 1999, 650 900 personnes
vivent dans des zones à dominante
rurale, soit 40 % de la population. En
France, cette proportion est de 23 %.
L’écart est également important en ce équipées. La part de la population ru- élevée (42 %) dans des communes
qui concerne les zones dites de "rural rale vivant dans des communes dis- moyennement équipées (de 6 à 25 équi-
isolé". En Bourgogne, 246 100 per- posant de moins de 6 équipements pements). La Nièvre et la Saône-et-Loire
sonnes y vivent, soit 15 % contre 9 % s’élève à 29 % en Bourgogne contre présentent quant à eux des profils pro-
en France. 22 % en moyenne nationale. Inverse- ches de la moyenne régionale.
ment, les communes disposant de 6 à
25 équipements ne regroupent queBeaucoup d’habitants 112 pôles de services
32 % de la population rurale bourgui-
dans des zones intermédiairesgnonne contre 39 % en France.
peu équipées La Côte-d’Or présente une situa-
Lorsqu’ils ne disposent pas d’untion fortement contrastée : 30 % des
service ou d’un équipement dans leurhabitants résident dans des commu-Dans l’espace rural, la population
commune, les habitants vont le cher-habitant dans des communes dispo- nes très bien équipées, mais 36 %
cher dans des villes avoisinantes. Cel-vivent dans des communes disposantsant d’une gamme assez large de ser-
les-ci définissent ainsi un réseau dede moins de 6 équipements. Dans lesvices (plus de 25 sur les 36 de
pôles de services que l’on peut décom-référence) est identique en Bourgogne trois autres départements de la région,
poser en deux niveaux : les pôles decette dernière proportion varie de 26 àet en France : 39 % de la population
proximité et les pôles intermédiaires.30 %. L’Yonne se distingue par unrurale dans les deux cas. En revanche,
La gamme de proximité comprendla Bourgogne se distingue de la peuplement peu important dans les
10 équipements assez bien répanduscommunes très bien équipées (32 %)moyenne nationale par un peuplement
comme la boulangerie, la boucherie, lequi est compensé par une proportionimportant dans des zones très peu
36 % de la population rurale de Côte-d’Or habite dans une commune
disposant de moins de 6 équipements Le Zonage en Aires Urbaines
Part de la population de l’espace à dominante rurale selon le nombre d’équipements Le zonage en aires urbaines scinde le
offerts sur leur commune (en %) - Bourgogne et France 1998-1999 territoire en deux grands espaces.
L’espace à dominante urbaine, exclu
Côte-d’Or Nièvre Saône-et- Yonne Bourgogne France
de l’étude, regroupe les pôles urbainsLoire
(au moins 5 000 emplois) et les commu-
36,2 29,6 26,2 26,0 29,2 21,7Moins de 6 équipements
nes dont plus de 20 % des actifs ont un
19,4 19,5 19,2 25,8 20,9 21,5de 6 à 15 emploi dans les pôles urbains.
5,2 10,2 11,5 16,4 10,9 18,2de 16 à 25 L’espace à dominante rurale rassem-
de 26 à 32 9,5 20,8 13,0 13,0 13,6 17,0 ble les autres communes du territoire, à
savoir des communes rurales mais éga-29,6 19,8 30,0 18,8 25,3 21,6de 33 à 36
lement des petites unités urbaines non100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0Ensemble
influencées par les pôles urbains.
Sources : INSEE - Inventaire communal 1998
Recensement de la population 1999 (données provisoires).
2112 communes offrent services et équipementsmédecin ou la poste. La gamme inter-
médiaire regroupe 17 équipements
moins répandus comme le supermar-
ché, la banque ou le magasin de vête-
ments.
Dans les zones rurales de Bourgo-
gne, 112 communes sont des pôles de
services intermédiaires : 28 en Côte-
d’Or, 24 dans la Nièvre, 36 en Saône-
et-Loire et 24 dans l’Yonne. La majorité
d’entre eux sont des chefs-lieux de
canton, mais 12 n’en sont pas et 16
chefs-lieux ne sont pas des pôles de
services intermédiaires.
Leur aire d’influence est très varia-
ble : 16 d’entre eux sont au centre d’un
bassin de 10 000 à 20 000 habitants
tandis que 24 en comptent moins de
2 000, dont 7 moins de 1 000.
Certains pôles sont plus
attractifs que d’autres
Leur pouvoir d’attraction varie aussi
beaucoup. Cet indicateur représente le
poids de la population du pôle par rap-
port à la population fréquentant ses
services et équipements. Si le pouvoir
d’attraction est élevé, la population uti-
lisant les équipements et n’habitant
pas le pôle est plus importante que
celle qui y réside. A l’inverse, quand le
pouvoir d’attraction est faible, c’est
l’usage interne qui domine.
Pôles de services, gammes d’équipements et pouvoir d’attraction
Le découpage du territoire en aires d’influence de pôles de et une aire d’influence autour de chacun d’eux. Une commune se
services est réalisé à partir de la fréquentation de ces services par trouve dans l’aire d’influence du pôle qui l’attire pour le plus grand
la population. On commence par identifier des pôles en fonction nombre d’équipements.
non seulement de la présence des équipements, mais aussi de Dans cet article, seules les aires de services dont le pôle se situe
l’attraction qu’ils exercent sur les communes environnantes. dans l’espace à dominante rurale sont prises en compte. L’espace
Les équipements ont tendance à se concentrer par gamme dans à dominante urbaine regroupe lui aussi des pôles de services, mais
certaines communes. Lorsqu’une commune possède un équipe- l’interprétation de leur influence est différente du fait de la présence
ment de la gamme, elle a en général les autres : le bureau de tabac de grands centres urbains très bien équipés.
et l’épicerie dans la même commune que l’école par exemple. Ces Le pouvoir d’attraction d’un pôle représente le poids de la popu-
communes équipées exercent aussi le même type d’attraction sur lation du pôle par rapport à la population fréquentant ses équipe-
les autres communes non équipées. ments. Si le pouvoir d’attraction est supérieur à 1, la population
On définit ainsi quatre gammes d’équipements qui se retrouvent utilisant les équipements et n’habitant pas le pôle est plus impor-
très largement dans les mêmes communes : une gamme de base, tante que celle qui y réside. L’équipement, dans son utilité, dé-
une gamme de proximité, une gamme intermédiaire et une gamme passe ainsi largement le cadre de la commune qui l’abrite. A
élargie. Les deux gammes de services, intermédiaires et de proxi- l’inverse, quand le pouvoir d’attraction est inférieur à 1, c’est
mité, définissent de ce fait par leur attraction des pôles de services l’usage interne au pôle qui est dominant.
Les 36 équipements de référence par gamme
Gamme de base : bureau de tabac, garage, maçon, alimentation, plomberie-menuiserie, école.
Gamme de proximité : poste, coiffeur, carburant, plâtrier, électricien, médecin, infirmier, pharmacie, boulangerie, boucherie.
Gamme intermédiaire : chaussures, électroménager, vêtement, meuble, droguerie, librairie, pompier, ambulance, dentiste, masseur,
perception, supermarché, collège, gendarmerie, notaire, banque, vétérinaire.
Gamme élargie : hôpital, laboratoire, cinéma.
3112 communes offrent services et équipements17 pôles de services intermédiaires
L’inventaire communalsont très attractifs : la population atti-
rée est d’une fois et demi à trois fois L’inventaire communal est une enquête Tous les résultats présentés dans ce do-
réalisée par le Service Central des Enquê- cument concernent les communes enquê-plus importante que celle qui y réside.
tes et Études Statistiques (SCEES) du tées en 1998, hors DOM, Corse et petiteEn Côte-d’Or, on peut citer plus par-
Ministère de l’Agriculture et de la Pêche et couronne parisienne (départements deticulièrement Pontailler-sur-Saône,
l’Institut National de la Statistique et des Paris, des Hauts-de-Seine, de la Seine-
Saint-Jean-de-Losne et Sombernon ;
Études Économiques (INSEE) avec le Saint-Denis et du Val-de-Marne).
en Saône-et-Loire, Saint-Gengoux-le- soutien de la Délégation à l’Aménagement Centrée sur les équipements les plus cou-
National, Verdun-sur-le-Doubs et Mar- du Territoire et à l’Action Régionale rants, cette enquête permet d’appréhen-
cigny. On trouve dans l’Yonne, (DATAR). Toutes les communes de der plus spécifiquement le monde rural. La
France ont été interrogées au cours des plupart des communes appartenant à desAillant-sur-Tholon, Saint-Sauveur-en-
mois de février et mars 1998 (comme par grandes agglomérations (comptant plusPuisaye, et dans une moindre mesure,
le passé en 1979 et 1988) sur les princi- de 10 000 habitants) n’ont donc été en-Charny et Vermenton. Dans la Nièvre,
paux équipements commerciaux et servi- quêtées que sur une gamme restreinte de
la forte attractivité de Corbigny s’ex-
ces à la population existant sur leur services, la présence ou l’absence de ces
plique sans doute par l’éloignement territoire. En l’absence d’un équipement, commerces ayant été imputée a priori à
des autres pôles de services inter- il était demandé à la Commission commu- partir de fichiers d’origine administrative.
médiaires. nale réunie pour l’occasion de se pronon- Les agglomérations de plus de 10 000
cer sur la commune généralement habitants font donc l’objet d’un traitement
fréquentée par les habitants pour trouver particulier dans l’ensemble des résultatsLes pôles de services
cet équipement. de cette enquête.
de proximité prennent
le relais
Montsauche-les-Settons dans la Parmi ces 112 pôles intermédiaires
Nièvre, Chatel-Censoir et L’Isle-sur- de la Bourgogne rurale, 34 sont re-A l’inverse, on compte 33 pôles peu
Serein dans l’Yonne, Baigneux-les- layés par 52 pôles de services deattractifs : la population attirée par
leurs équipements y est inférieure de Juifs en Côte-d’Or et La Guiche en proximité. Dans la majorité des cas, il
Saône-et-Loire. y en a un ou deux par bassin intermé-moitié à celle qui y réside. Ils se situent
Se trouvent aussi parmi ces pôles, diaire, mais dans certains bassins trèspour moitié en Saône-et-Loire (16) et
pour moitié dans les trois autres dépar- des villes comme Digoin, Paray-le-Mo- peuplés, on peut en trouver trois ou
nial et Gueugnon dont le bassin dé- quatre comme dans ceux de Châtillon-tements : 7 dans l’Yonne, 6 dans la
passe 10 000 habitants, mais dont le sur-Seine, Is-sur-Tille, ou Tonnerre.Nièvre et 4 en Côte-d’Or. Dans de
nombreux cas, il s’agit de pôles dont le faible pouvoir d’attraction s’explique
sans doute par la proximité d’un pôlebassin d’attraction est très peu peuplé
plus important. Lionel Espinasse.(moins de 1 000 habitants) : Fours et
Pour en savoir plus L’inventaire communal 1998 a
reçu le soutien financier de la
PUBLICATIONS :
Délégation à l’Aménagement Du Territoire et à l’Action Régionale- Équipements des communes de Côte-d’Or, de la Nièvre, de Saône-et-Loire et de
l’Yonne - 4 pages par département - INSEE Bourgogne Dimensions n° 60 - Février
1999.
- Équipements des communes
INSEE-BOURGOGNEl’Yonne - 1 dossier de 12 cartes par département - INSEE Bourgogne Dimensions
Dossier n° 24 Mai 1999. 2 bis, rue Hoche - 21000 Dijon
- "Territoires vécus" Carte poster de Bourgogne - Organisation territoriale de Tél : 03 80 40 67 67
l’emploi et des services- INSEE Bourgogne - 1999.
Fax : 03 80 40 67 40
- Petits magasins et grandes surfaces en milieu rural - Agreste Données n° 32 - DRAF
Directeur de la publication : Alain Ravet
INSEE - Mai 1999.
Rédacteur en chef : Denis Quénelle
- Les campagnes et leurs villes - INSEE - INRA - Contours et caractères - 1998.
Assistante de rédaction : Martine Molet
- Le rural en Bourgogne : diversité des espaces et des activités - INRA - INSEE
Maquette PAO : Maryvonne PoisotBourgogne Dimensions - n° 45 - Juin 1997.
Abonnement :PRODUITS INFORMATIQUES :
11 numéros par an + Bilan économique
- CD-ROM communoscopes et cartovisions - INSEE - 1999. et social annuel : 150 F - 22,87 euros
15 F - 2,29 euros le numéro- CD-ROM Équipements et attractions des communes - fichier détail - INSEE - 1999.
Impression : Imprimerie 21 - Dijon
- CD-ROM ABVCD... Pôles d’attraction 1998 - Les principales données sur les commu-
nes de France Métropolitaine - INSEE - 1999. Dépôt légal : à parution
ISSN 1246-483 X
- INTERNET : http:\\www.insee.fr - http:\\www.agriculture.gouv.fr - http:\\datar.gouv.fr Code Sage D996516
© INSEE 1999- Liste des 112 pôles intermédiaires sur disquette avec la carte en .WMF .PDF.
4112 communes offrent services et équipements

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.