Nette reprise de l'activité industrielle au 1er trimestre 2007

De
Publié par

En Franche-Comté, la production a marqué des signes forts de reprise dans l’industrie. Seuls les biens de consommation n’en ont pas bénéficié. Les mises en chantier de logements diminuent, tandis que le dynamisme des travaux publics persiste. L’emploi progresse de 0,4% sur un an. De mai 2006 à mai 2007, le nombre de demandeurs d’emploi recule plus vite dans la région qu’au niveau national.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 20
Nombre de pages : 7
Voir plus Voir moins
Aprèsuaneéenn 2006 contrastée, lin-dustrie franc-comtoise bénéficie dune de -mande mieux orientée.
NET
TE
CONJONCTURE
REPRISE AU 1e
DE L’ACTIVITÉ INDUSTRIELLE rTRE2007TRIMES
En Franche-Comté, la production a marqué des signes forts de reprise dans lindustrie. Seuls les biens de consommation nen ont pas bénéficié. Les mises en chantier de logements diminuent, tandis que le dynamisme des travaux publics persiste. Lemploi progresse de 0,4% sur un an. De mai 2006 à mai 2007, le nombre de demandeurs demploi recule plus vite dans la région quau niveau national.
La demande intérieure est plus soutenue, tandis que la demande étran-gère adressée aux entre-prises comtoises reste dynamique. Quant aux stocks, ils sont en repli au premier trimestre, ce qui laisse envisager une poursuite de la crois-
sance de lactivité dans tations de produits de les prochains mois. lindustrie automobile Les exportations de pro- et des industries de duits manufacturés pro- biens intermédiaires. gressent de 1,9% au 1erLes exportations de trimestre 2007 pour at- biens déquipements et Des ex rtatde biens de tdmeiienludlrrioesa,2r,rd4e2-siqudynaiopnsouconsomma-m es ation restent venant ainsi1ertrimestre 2007stables. Les à leur niveau de début échanges se sont sur-2004. Cette hausse est tout intensifiés avec les à mettre au compte du pays du continent euro-dynamisme des expor- péen. Sur un an, la Franche-Comté a exporté pour 9,1 milliards deuros, soit 2,4% du total des
exportations nationa-les. 30% des exporta-tions sont le fait des produits de la construc-
Solde d’opinion sur l’ensemble de l’activité 50 40 30
20 10 0 – 10
– 20
Nº 35 - Juillet 2007
tion automobile et 14% des équipements pour lautomobile. La Fran-che-Comté assure 17%
Rebond de l'activité au premier trimestre 2007
Tendance envisagée
Tendance constatée – 30 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 Source : INSEE, Enquête trimestrielle de conjoncture nationale repondérée par la structure régionale (données CVS)
2007
Zone euro : la consommation prend le relais
Léconomie mondiale a continué de croître à un rythme soutenu début 2007. Le ralentissement américain, plus fort quanticipé, na pas entamé le dynamisme du reste du monde. La hausse de TVA en Allemagne a eu un impact négatif, supérieur à celui attendu, sur la consommation des ménages en début dannée, mais linvestisse-ment des entreprises a pris le relais. Lamélioration du climat conjoncturel aux États-Unis et les premiers signes de stabilisation du marché immobilier plaident pour une ré-accélération graduelle de léconomie américaine. La zone euro, tou-jours portée par des besoins importants en investissement, devrait bénéficier en outre dune consommation en accélération. Les créa-tions demplois continueraient dalimenter le revenu des ménages, et les hausses de salaires se renforceraient, surtout en Allemagne, où la forte baisse du chômage permet enfin aux salaires de redécoller. Cette hausse des salaires est bénéfique à ses partenaires de la zone euro car elle soutient la demande interne allemande et devrait en-rayer lamélioration de la compétitivité allemande au détriment de ses partenaires européens.
Dans ce contexte international toujours porteur, la performance de léconomie française a été décevante en début dannée. Les expor-tations vont mieux et linvestissement des entreprises a accéléré, mais cest cette fois la consommation des ménages qui a faibli. Cette faiblesse de la consommation devrait nêtre que passagère, grâce à une hausse substantielle de leur pouvoir dachat. 300 000 emplois seraient créés sur lannée, les salaires resteraient dynamiques et lin-flation modérée.
Linvestissement des entreprises devrait rester soutenu. Le commerce extérieur amputerait à nouveau la croissance, du fait de la hausse de la demande des ménages et de lappréciation de leuro depuis le début dannée. Au total, le PIB accélérerait quelque peu à partir du printemps et sa croissance atteindrait +0,7% par trimestre au se-cond semestre, revenant au niveau de la zone euro. En moyenne sur lannée, la croissance du PIB (+2,1 %) serait toutefois du même ordre quen 2006 et lécart avec nos partenaires européens persis-terait.
Daprès la note de conjoncture de juin 2007
info web
des exportations fran- tante commande de çaises de matériel opti- TGV, dont une partie est que, photographique et fabriquée sur les sites dhorlogerie et 9% de de Belfort et dOrnans. celles déquipements La visibilité reste bonne mécaniques. pour les prochains tri-Les importations recu- mestres, ce qui devrait lent de 2,2% par rapport permettre à la crois-au 1ertrimestre 2007 à sance de rester soute-un peu plus de 1,2 mil- nue dans ce secteur. liard deuros, le taux de Dans lautomobile, c o u v e r t u r e dessimppaorlteas-ebrdonetNétivnadleditcasaavivétcaitl,6002neélu-cretenemrtfoit teixopnortatrionlindustriemalgré le dy-s sétablissant à 194% namisme des exporta-contre 175% en moy- tions de biens déquipe-enne en 2006 (1). ments automobiles. Le Au premier trimestre, début 2007 est plus fa-lactivité reste dynami- vorable. La demande que dans les industries étrangère reste forte de biens déquipements avec une progression pour répondre à des de 20% des exporta-carnets bien garnis. La tions de biens déquipe-demande étrangère est ments automobiles au forte dans ce secteur, 1ertrimestre. Elle est en notamment dans le do- partie le résultat de maine des turbines, limplantation de Peu-mais également dans le geot dans les pays ferroviaire. La SNCF a dEurope de lEst. Le confirmé une impor- premier trimestre a,
N 35 - Juillet 2007 º
par ailleurs, été mar- Selon les industriels, qué par des rythmes lactivité dans les in-d e p r o d u c t i o n p l u s dustries de biens inter-soutenus. La produc- médiaires progresse. tion a augmenté de Lamélioration dans les 0,8% par rapport au autres secteurs dacti-m ê m e t r i m e s t r e d e vité a soutenu la de-lannée précédente. mande intérieure, tan-Par ailleurs, celle de dis que la demande 308 a commencé au étrangère reste bien deuxième trimestre en orientée. Les rythmes de prévision de son lan- production accélèrent cement en septembre. légèrement dans la Les rythmes de produc- plasturgie et plus net-tion devraient ainsi con- tement dans la trans-tinuer à saccélérer tout formation des métaux. au long de lannée. Les industriels sont plus
Indice base 100 4etrimestre2002 120
115 110 105 100
95
Dynamisme de l'emploi dans la construction
Construction
Ensemble
Tertiaire
90Industrie 85 80 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Champ : secteur concurrentiel hors agriculture et énergie - Données CVS Sources : INSEE - URSSAF (données provisoires pour le dernier trimestre)
info web
Céréales : vive progressionperspectives restent fa-des surfaces ensemencéesvorables. 200720062É0v0o7l/u2ti0o0n6Le premier trimestre marque la fin de la Seigle 1800 1300 +38,5eraleèitiapngcma AOvrogieneetdeshcivoeurrgeondhiver297605003076050030,,302006-2007. Les livrai-Triticale 8100 7000 +15,7sons de lait par les éle-Colza dhiver 26140 25200 +3,7veurs francs-comtois SUoniutréc :e  s: uSpCerEfiEciSe  -e nsi thuaation mensuellesont restées stables à 10,7 millions dhectoli-optimistes pour les pro- Lactivité dans les indus- tres. Le prix moyen payé chains mois. tries agroalimentaires aux producteurs pour Les industries de biens est en forte croissance du lait standard, toutes de consommation sont au premier trimestre, qualités confondues, restées en retrait des aussi bien dans la filière sétablit à 28,73 euros/ autres secteurs. Les dif- viande que dans le lait. hectolitre, en hausse de ficultés restent impor- La production de fro- 0,8% par rapport au 1er tantes dans les équipe- mage AOC est repartie trimestre 2006. Cest la ments du foyer et les à la hausse en ce dé- première fois depuis le conséquences du ra- but dannée. La cam- 4e 2003 que trimestre chat de Smoby par pagne 2006-2007 se le prix du lait augmente MGA Entertainment sur termine par une pro- à un an dintervalle. lemploi ne sont pas gression de 7% de la Cette hausse devrait par ailleurs ccioesm.pDlèatnesmleesnitndéucsltariier-spdroduMctioonntLe prix du lait à la c o n n a î t r e eahserèiioflaremseusoupune accélé-tdimoeonbn,itelrenessnditnedncuéosnatrsnioemlmsomisnae-sddeOcro.mCteélsleaépedsiunsprreaquatioataunr progres second se-plus confiants quant à de 2% au mestre de lannée, en leur activité au deuxième mestre. La demande est raison de La flambée trimestre. bien orientée et les actuelle des prix du
beurre et de la poudre 0%. Après une vive progres-sion au cours des trois premiers trimestres de 2006, les cours de la vache de réforme sont en recul en ce début 2007 et ce pour le deuxièmetrimestre consécutif. Le repli est cependant moins ac-centué quà la fin de lannée dernière. En raison dun hiver clément, le développe-ment des cultures dhi-ver a été en avance dune quinzaine de jours. La hausse des cours des céréales a en-traîné une forte aug-mentation des surfaces ensemencées. En ce qui concerne le maïs, celui semé en avril a souffert des conditions sèches et le développement est très hétérogène. En re-vanche, les parcelles semées en mai ont
Nº 35 - Juillet 2007
Linfluence des aléas climatiques sur lactivité des travaux publics
Le secteur de la construction, qui concerne, au niveau national, pour les trois quarts le bâtiment et pour le quart restant les travaux publics, est soumis aux aléas climatiques. En particulier, lactivité devrait y être freinée en hiver lorsque les températures sont froi-des, en raison dun avancement plus difficile des chantiers. Si on nobserve pas deffet significatif du climat sur les mises en chantier de logements et de bâtiments, il nen est pas de même dans les travaux publics. Dans ce secteur, la production telle quelle est estimée à partir des données de lenquête de conjoncture sur le marché intérieur de la fédération nationale des travaux publics (FNTP), montre une sensibilité du secteur aux aléas climatiques : durant les mois dhiver, des températures supérieures dun degré aux normales saisonnières induisent une hausse de lactivité dans ce secteur denviron un demi-point. Disposant pour ce secteur dinformations supplémentaires sur leffet des intempéries, une analyse plus précise a pu être menée. Len-quête mensuelle de la FNTP interroge en effet depuis 1989 un échantillon de 2 400 entreprises du secteur des travaux publics au sein dune population de 8 100 entreprises, notamment sur les heures chômées en raison des intempéries, les heures travaillées totales et le montant des travaux effectivement réalisés. En hiver (période allant de novembre à mars), les températures contrai-gnent sensiblement lactivité dans les travaux publics : une aug-mentation moyenne dun degré est associée à une diminution de 20 % des heures chômées en raison des intempéries. Durant cette saison, le nombre de jours de précipitations exerce aussi une in-fluence : un jour de précipitation en plus augmente de 5 % le nombre dheures chômées. Limpact est toutefois trois fois moins important quen été (de juin à août). Quant à linfluence des tem-pératures sur les heures chômées, elle nest pas significative en été. Daprès la note de conjoncture de juin 2007
connu un développe-ment plus satisfaisant. Néanmoins, les impor-tants volumes de préci-pitation enregistrés de-puis le mois de mai lais-sent planer des inquié-tudes sur certaines ré-coltes. Cest en particu-lier le cas pour la vigne où les conditions sont propices au développe-ment du mildiou. Les cours des céréales ont baissé au cours du premier trimestre, après la forte hausse enregis-trée dans la deuxième partie de 2006. Ils res-tent néanmoins très net-tement supérieurs à leur niveau de début 2006 (+22%pourleprix moyen dapport du blé). Dès avril, les cours sont repartis à la hausse en raison de la révision à la baisse des prévisions de récoltes mondiales, notamment des pays de la mer
info web
Noire, suite à des aléas registrent même une climatiques défavora- progression de lacti-bles. De plus, la cam- vité, aussi bien dans la pagne 2007/2008 dé- construction indivi-bute avec des stocks duelle que dans celle très bas, ce qui devrait dappartements. Les-entraîner une nouvelle sentiel de la diminution hausse des cours dans des mises en chantiers les mois à venir. se concentre dans le Dans le bâtiment, 6 863 Doubs (-25,6%). Il con-logements ont été mis cerne aussi bien le pa-en chantiers de juin villonnaire que le col-2006 à mai 2007, en lectif. baisse de 8,7% sur un Ce nouveau recul des an. Ce recul atteint mises en chantier dans 4,2% dans la construc- la région marque un tion pavillonnaire et décrochage avec les 18,2% dans celle dap- autorisations de cons-p a r t e m e n t s .Tassement detruire qui pro-La phase delactivité dansedntseesgr consolidationle bâtiment2,6% en glis-amorcée au sement an-début de 2006 se pour- nuel à 9 482 unités à suit. Néanmoins, la la fin mai. Cette crois-baisse du nombre de sance concerne quasi logements mis en chan- exclusivement la cons-tier tend à se réduire. truction pavillonnaire Au sein des départe- (+4,1%), montrant ments comtois, la ainsi une appétence Haute-Saône (+22,3%) toujours marquée des et le Jura (+4,9%) en- Francs-Comtois pour la
maison individuelle. Cest dans le Doubs que les autorisations augmentent le plus for-tement (+8,0%), alors que le Jura enregistre un repli de 6,3% du nombre de permis de construire acceptés.
Nº 35 - Juillet 2007
949 000 m² de bâti-ments à usage profes-sionnel ont été mis en chantier de juin 2006 à mai 2007, en hausse de 7,4% en un an. Seul le secteur industriel reste à lécart du rebond de lin-vestissement en bâtiment
des entreprises. Les mi-ses en chantiers de-vraient rester bien orien-tées puisque 1 036 000 m² ont été autorisés (+1,1% sur un an) au cours de la période. Les travaux de la Ligne Grande Vitesse assu-
Bâtiment : un recul des mises en chantier essentiellement concentré dans le Doubs
Logements commencés de juin 2006 à mai 2007 Individuels Collectifs loeNgnoecmmhbearnnettsidemeris1É2vmolouitsio(n%)loegNneocmmhbearnnettsidemerisÉvolutionloNgoemmbe 12 mois (%) en cha Doubs 1886  18,7 983  35,9 28 Jura 1287 +5,1 401 +4,2 16 Haute-Saône 1256 +16,7 306 +52,2 15 Territoire de Belfort 456  4,8 288  3,4 7 Franche-Comté 4885  4,2 1978  18,2 68 Source : Direction régionale de l'équipement - SITADEL
Ensemble re de Évoluti nnttsiemris12mois(on%) 69  25,6 88 +4,9 62 +22,3 44  4,2 63 8,7
n %)
Bâtiment : des autorisations de construire qui progressent dans le secteur pavillonnaire Logements autorisés de juin 2006 à mai 2007 Individuels Collectifs Ensemble Nombre de loegnecmheannttsiemri1É2vmolouitsio(n%)loeNgnoecmmhebanrntetsidemeris1É2vmolouitsi(o%n)loegNneocmmhebanrntetsidemeris1É2vmolouitsi(o s Doubs 2647 +4,7 1979 +12,8 4626 +8,0 Jura 1491 +2,3 595  22,6 2086  6,3 Haute-Saône 1361 +7,8 294  23,6 1655 +0,5 Territoire de Belfort 548  2,8 567 +8,4 1115 +2,6 Franche-Comté 6047 +4,1 3435 +0,1 9482 +2,6 Source : Direction régionale de l'équipement - SITADEL
Créations dentreprises : un concept qui a changé en 2007
info web
Dans lAnnée économique et sociale 2006, le nombre de créations dentreprises diminuait de 2,3% en 2006. La courbe présentée dans cette publication montre à linverse une croissance des créations den-treprises en 2006 (+2,7%). Cette incohérence sexplique par une évolution du champ des créations dentreprises qui a eu lieu, en 2007, afin dharmoniser les statistiques européennes. Une création dentreprise au sens dEurostat correspond à lapparition dune unité légale exploitante nayant pas de prédécesseur. Ce concept de création se base sur la mise en oeuvre de nouveaux moyens de production. Par rapport aux immatriculations dans Sirene, on retiendra comme création : - les créations dentreprises correspondant à la création de nouveaux moyens de production (il y a nou-velle immatriculation dans Sirene) ; - les cas où lentrepreneur (il sagit en général dun entrepreneur individuel) reprend une activité après une interruption de plus dun an (il ny a pas de nouvelle immatriculation dans Sirene mais reprise de lancien numéro Siren) ; - les reprises par une nouvelle entreprise de tout ou partie des activités et moyens de production dune autre entreprise (il y a nouvelle immatriculation dans Sirene) sil ny a pas continuité de lentreprise reprise. On considère quil ny a pas continuité de lentreprise si parmi les trois éléments suivants concernant le siège de lentreprise, deux sont modifiés lors de la reprise : lunité légale contrôlant lentreprise, lactivité économique et la localisation. Par ailleurs, le champ a été étendu à lensemble des activités marchandes hors agriculture.
rent un dynamisme port au même trimestre supplémentaire à lac- de 2006, ce qui place tivité dans les travaux la Franche-Comté au publics, en-Forte croissance1eres-ngdsrmaé tddraeeîsnmabbneatsuaoicinhnsesidalnstesavarupxucilbstgaiionnporléitrose selon cet in-importants. L tion de béton prêt à La météo, particulière-lemploi est en hausse ment clémente cet hiver, de plus de 30% au pre- a bénéficié aux travaux mier trimestre par rap- publics. En revanche,
les nombreux jours de pluie enregistrés depuis le mois de mai ont eu un impact défavorable sur lactivité de ce sec-teur (cf. encadré Lin-fluence des aléas clima-tiques sur lactivité dans les travaux publics). Dans le transport, les entreprises bénéficient de lamélioration de la
Nº 35 - Juillet 2007
départements enregis-trent une diminution de la fréquentation touris-tique dans lhôtellerie. Après un léger recul en 2006, les créations dentreprises progres-sent de 13,4% à 1 173 unités au 1er trimestre 2007. Cette progres-sion est un peu plus forte que celle observée au niveau national (+11,1%). En dehors de lindustrie où les créations dentreprises restent stables, tous les autres secteurs enregis-
conjoncture industrielle. absence totale de neige Les plans de charge cet hiver. En revanche, sont satisfaisants, mais lhôtellerie en zone ur-des inquiétudes se font baine a enregistré une jour avec la nouvelle quasi-stabilité des nui-progression des cours tées vendues, tandis des produits que ceux si-p é t r o l i e r s ,Tourisme : untués en zone qui pourraitpremier trimestrerurale ont de nouveaudécevantb é n é f i c i é peser sur les marges. dune progression de Lactivité dans le conseil 1,6% de leur fréquen-et lassistance est restée tation. bien orientée au pre- Le recul de la fréquenta-mier trimestre. tion est plus le fait de la Les hôtels francs - clientèle de loisirs (-5,8%) comtois ont comptabi- que de la clientèle daf-lisé 399 500 nuitées au faires (-2,3%). Tous les 1er 2007, en trimestreDynamisme de la éation baisse de 3,6% sur un0140teiridecabes02mestre20Incrd'eniresrtpes an. Au niveau national, la fréquentation a pro-180 gressé de 1,7%. Dans160Franche-Comté la région, cette baisse a eu lieu essentielle-140 ment durant les vacan-ces de février et se120 France concentre exclusive -100 ment dans les hôtels de montagne (-12,6%)80 2003 2004 2005 2006 2007 qui ont souffert duneSource : INSEE - SIRENE (données brutes)
info web
trent une croissance de ces dentreprises com- les premiers mois de plus de 12% du nombre merciales diminuent. Au 2007. Ainsi, les imma-de créations dentrepri- niveau national, la triculations sont en ses. Laug- hausse des hausse de 13,2% au m e n t a t i o nForte hausse des des cinq pre-défaillances cours des créationsdéfaillancesest plus mo- mois de lannée. miers dentreprises est forte dérée (+1,6%). Comme en 2006, cette dans les quatre départe- Lannée 2006 avait mar- progression se concen-ments francs-comtois. qué un coup darrêt au tre exclusivement dans Les procédures de dé- recul des immatricula- le Doubs qui enregistre faillances publiées par tions de véhicules neufs une progression de 29% les tribunaux de com- qui avait étéRebond desiodtammisetaluc-ir merce de la région sont continu de-en hausse de près dun puis 2001,immatriculationsursnspéettceirdo.e tiers dans la région. El- avec une croissance de Dans les autres dépar-les concernent 205 en- 0,7% par rapport à tements, les immatricu-treprises au 1er sont en léger re- lations Cette améliora-trimes- 2005. tre. Seules les défaillan- tion se confirme dans pli. Au niveau national, ces dernières reculent Les défaillances d'entreprises restent4,2eddree-speetbmal038neivéede%.Larr I4nedtirciembesatsree1200002à un niveau élevé en Franche-Comtévrait de plus dynami r se 180 Franche-Comtéles ventes. Cette aug-160mentation des immatri-culations bénéficie ex-140 aux véhicu-cl ivement us 120les diesel (+18%). Les marques françaises, 100fortement spécialisées France 80dans ce type de moto-2003 2004 2005 2006 2007risat t Source : INSEE - SIRENE (données brutes)ion regagnen 1,5
Nº 35 - Juillet 2007
06 2007
point de parts de mar-ché à 71,9%. Au niveaudechTauxeômagLe recul du chômage s'accentue tional, les marquesen % na14,0 françaises représentent12,0France 53,0% des immatricu-10,0 lations. 8,0 Au 4e 2006, trimestre 13 700 intérimaires en6,0Franche-Comté équivalents temps plein4,0 ont travaillé dans les2,0 entreprises de la ré-0,0 en hausse de 201997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 1g,i0on%,portauSource : INSEE (données CVS)  par rap même trimestre de lan-née précédente. Le re- un an), afin de répon-cours à lintérim aug- dre dans les temps à la mente fortement dans demande. Dans len-le commerce (+12%) et semble de lindustrie, le la cons - repli du t r u c t i o néLerèguahessdunombredintérmiiaersn o m b r e (U+11%)r.-au 4etrimestre 2006d  i n t é r i -ne pa m a i r e s tie des besoins enregis- ralentit avec une dimi-trés dans les travaux nution de 2,9% entre le publicsontainsiétéquatrièmetrimestre couverts par le recours 2006 et le quatrième à lintérim. Le dyna- trimestre 2005 contre misme de lintérim dans une baisse de 12,8% un les industries de biens an auparavant. déquipements ne se Fin mars 2007, lem-dément pas (+33% en ploi salarié privé (hors
agriculture, intérim et énergie) est en hausse de 0,4% sur un an au niveau régional. Les pertes demplois indus-triels sont moins fortes (-2,3% sur un an après -3,8% un an aupara-vant). Le dynamisme de la construction (+3,2%) est soutenu par la crois-sance de lemploi dans les travaux publics. Dans le tertiaire, la croissance de lemploi saccélère au premier trimestre de lannée.
Elle atteint 1,8% sur un an. Toutes activités con-fondues, les effectifs sa-lariés progressent de 0,7% dans le Doubs et de 0,3% dans le Jura et le Territoire de Belfort. Seule la Haute-Saône enregistre un léger re-pli de ses effectifs sala-riés (-0,2% sur un an). Cette progression de lemploi associée à un probable ralentisse-ment de la progression de la population active se traduit par un net recul du chômage. Le nombre de deman-deurs demploi de ca-
tégorie 1 (demandeurs demploi immédiate-ment disponibles et re-cherchant un CDI à temps plein), qui cons-titue le baromètre offi-ciel du chômage, dimi-nue de 13,7% sur un an à la fin mai 2007 pour atteindre 31 600 per-sonnes en Franche-Comté. Ce recul est un peu plus élevé quau ni-veau national (-10,4%). Plus de la moitié des demandeurs demploi sont des femmes dans les départements les plus ruraux (Jura et Haute-Saône), alors
info web
que cette proportion tombe à 46,4% dans le Territoire de Belfort. La Haute-Saône se distin-gue également par une proportion de moins de 25 ans (19,8%) supé-rieure de 2,4 points à la moyenne régionale. 28,2% des demandeurs demploi de catégorie 1 sont au chômage de-puis plus dun an, pro-portion proche de la moyenne française. Le Jura reste le départe-ment comtois où la pro-portion de chômeurs de longue durée au sein de la population active
Demandeurs d'emploi : un repli plus fort en Franche-Comté qu'au niveau national Demandeurs d'emploi Part dans les demandeurs d'emploi (%) Nombre total Évolution sur Fem Moins de 50 ans An 31/0a5/u20071an(%)mes25ansetplussu 14 727  14,7 49,2 16,7 15,2 5 568  11,6 52,4 16,9 16,9 6 178  13,5 51,1 19,8 16,7 5 139  13,5 46,4 16,8 16,8 31 612  13,7 49,7 17,4 16,1 1 880 651  10,4 48,6 15,9 15,7
Doubs Jura Haute-Saône Territoire de Belfort Franche-Comté France Source : ANPE Champ : DEFM de catégorie 1 (données brutes)
cienneté périeure à 1 an 28,1 22,8 28,7 33,7 28,2 28,4
estlaplusfaible (22,8%), alors que cette proportion atteint 33,7% en Haute -Saône. Un rebond de lactivité qui commence à se traduire sur le marché du travail
Si on ajoute les deman-deurs demploi immé-diatement disponibles et à la recherche dun tra-vail temporaire, dun CDD ou dun travail à temps partiel (catégories 2 et 3), le recul du nom-bre de demandeurs demploi atteint 12,1% dans la région, contre une baisse de 11,6% au niveau national. Au to-tal, on compte 45 900 demandeurs demploi, en Franche-Comté, ap-partenant à une de ces trois catégories. Le nombre de deman-deurs demplois non
Nº 35 - Juillet 2007
immédiatement dispo-nibles (catégories 6, 7 et 8), recule de 7,5% dans la région, soit un rythme deux fois supé-rieur au niveau natio-nal. Fin mars 2007, le taux de chômage régional au sens du BIT sétablit à 7,8%, en baisse de 1,0 point sur un an. Au niveau national, il se re-plie de 1,1 point à 8,3% (2). Des investigations sont en cours pour ana-lyser les différences ob-servées entre les don-nées de lANPE et les ré-sultats de lenquête em-ploi.
Patrice Perron et Catherine Perrin
(1) Le déficit du commerce extérieur français est en grande partie lié aux importations dhydrocarbures. Trois régions (Haute-Normandie, Provence-Alpes-Côte dAzur et Île-de-France) concentrent les deux tiers de ces importations.
(2) Ces chiffres sont néanmoins à prendre avec précaution. Le recalage réalisé habituellement par lINSEE en mars, à partir des résultats de lenquête emploi na pas eu lieu, mais a été repoussé à lautomne.
www.insee.fr insee-contact@insee.fr 0 825 889 452 (0,15/mn)
INSEEFranche-Comté « le Major » 83, rue de Dole - BP 1997 25020 BESANÇON Cedex Tél : 03 81 41 61 61 Fax : 03 81 41 61 99 Directeur de la publication : Didier Blaizeau Rédacteur en chef : Patrice Perron Miseenpage:Maurice Boguet, Yves Naulin
© INSEE 2007 - dépôt légal : Juillet 2007
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.