Panorama 2002 de l'Aveyron : Regards n°10

Publié par

Ce numéro annuel spécial présente un panorama complet du département de l'Aveyron selon les thèmes suivants : la nouvelle géographie urbaine et rurale du territoire, la population et les logements, les revenus (revenus fiscaux des ménages, salaires et prestations sociales), l'emploi et le chômage, l'industrie, l'agriculture, le tourisme, le commerce et les services.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 30
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

Regards sur l’Aveyron
Numéro 10-12 :: janvier 2003:
Ce numéro spécial de la série « Regards sur l’Aveyron » propose un panorama chiffré synthétique
sur le département à partir des données du système statistique public.
Panorama du département
Un territoire structuré par 4 pôles urbains et 3 pôles ruraux
GéoFLA® © IGN 1999 - Insee 2002
Decazeville
Capdenac-Gare
Espalion
Villefranche-
de-Rouergue Rodez
OrOrOrOrOrggggganianianianianisssssaaaaatttttiiiiiooooon tern tern tern tern terrrrrritoitoitoitoitorrrrrialialialialialeeeee
dddddeeeees ss ss ss ss sererererervvvvviiiiiccccceeeeesssss
Millau Pôle de services intermédiaires
Commune exerçant par les équipe-
ments de sa gamme intermédiaire une
Saint-Affrique attraction sur les habitants d’au moins
une autre commune ou commune
bien équipée (possédant 9 équipements
ou plus parmi les 16 caractérisant cette
gamme).
Aire d’influence des pôles de services
intermédiaires. Chaque commune est
reliée par un trait au pôle de services
Sources : Insee - Scees, recensement de la population 1999 - inventaire communal 1998 intermédiaires fréquenté habituellement.
Zonages d’études établis en 2002
Espace à dominante urbaine Espace à dominante rurale
Insee Midi-PyrénéesAirAirAirAirAireeeees urs urs urs urs urbbbbbaineaineaineaineainesssss AirAirAirAirAireeeees ds ds ds ds d’’’’’empempempempempllllloooooi di di di di de le le le le l’’’’’eeeeespspspspspacacacacace re re re re rurururururalalalalal
36, rue des Trente-Six-Ponts
31054 TOULOUSE CEDEX 4Pôles urbains Pôles d’emploi de l’espace rural
Téléphone : 05 61 36 61 36 - Télécopie : 05 61 36 62 00
Unités urbaines comptant 5 000 emplois Communes (ou unités urbaines) n’appar-
Directeur de la publication :ou plus. tenant pas à l’espace à dominante urbaine
Benjamin Camus
comptant 1 500 emplois ou plus.Couronnes périurbaines Rédacteur en chef :
Bruno MuraCommunes (ou unités urbaines) dont 40 % ou Couronnes des pôles d’emploi
Maquettiste :plus des actifs résidents travaillent hors de de l’espace rural Monique Galou
la commune (ou de l’unité urbaine) mais dans Communes (ou unités urbaines) n’appar-
l’aire urbaine. tenant pas à l’espace à dominante urbaine
www.insee.fr/mp
Communes multipolarisées dont 40 % ou plus des actifs résidents
travaillent hors de la commune (ou de l’unitéCommunes (ou unité urbaines) dont 40 %
Imprimeur : Reprographie Moderne, 31770 Colomiersurbaine) mais dans l’aire d’emploi de l’espaceou plus des actifs résidents travaillent dans Dépôt légal : janvier 2003
rural. ISSN : 1298-9495plusieurs aires urbaines, sans atteindre ce
SAGE : R12100376seuil avec une seule d’entre elles. Autres communes de l’espace
à dominante rurale
Prix au numéro : 1,5 €
Abonnement à l’ensemble des publicationsCommunes (ou unités urbaines) n’apparte-
pour l’année 2003 :nant ni à l’espace à dominante urbaine, ni à
- France : 70 €
- Etranger : 87 €une aire d’emploi de l’espace rural.
1Regards sur l’Aveyron
POPULATION Pyramides des âges en 1990 et 1999
AgeAu 8 mars 1999, l’Aveyron compte 263 800 habitants. Le
90 1999département a ainsi perdu 6 300 habitants au cours de la
1990
80dernière décennie soit une évolution annuelle de - 0,3 %. Mais
cette décroissance s’est ralentie par rapport à la décennie 70
précédente où elle atteignait - 0,4 % l’an. Hommes 60 Femmes
50
Entre 1990 et 1999, le solde migratoire est à nouveau légère-
40
ment positif (+ 900 personnes) mais il ne compense pas le
30
déficit des naissances sur les décès. Il était déficitaire de 3 300
20personnes lors de la décennie précédente. Hormis la période
1075-82, il n’y avait pas eu de solde migratoire positif depuis le
e
0début du XX siècle. Dans environ 60 % des communes, les
2 000 1 500 1 000 500 0 0 500 1 000 1 500 2 000arrivées sont plus nombreuses que les départs depuis 1990.
Source : Inssee - Recensement de la population 1990 et 1999Le pouvoir attractif du département se concentre dans les
zones rurales situées en périphérie des aires urbaines de
Rodez et de Millau où les gains de population compensent
les pertes observées dans les pôles urbains.
Evolution de la population de 1901 à 1999En 2000, le solde naturel est encore déficitaire de plus de 600
millierspersonnes, malgré une hausse importante du nombre de
390
naissances. Ce déficit des naissances sur les décès pèse de
370façon négative et déterminante sur l’évolution démographi-
que du département depuis une trentaine d’années. 350
330
Entre 1990 et 1999, l’aire urbaine de Decazeville est celle qui
a connu la plus forte diminution de population de la région 310
(- 1,2 % l’an). A l’inverse, l’aire urbaine de Rodez et dans une
290
moindre mesure celle de Millau ont connu une croissance
annuelle positive, de respectivement 0,3 % et 0,1 % l’an. 270
250Variation annuelle de population
1901 1911 1921 1931 1946 1962 1975 1990
par canton entre 1990 et 1999 1906 1926 1936 1954 1968 1982 1999
Source : Insee - recensements de la population
Decazeville
Population selon les espaces
RodezVillefranche-
de-Rouergue Population Taux de variation
sans doubles annuel 1990-1999 (en %)en %
comptes supérieure à 0,6 Millau Ensemble dû dû
de 0 à 0,6 1999
au solde au solde
de - 0,6 à 0
naturel migratoireinférieure à - 0,6
Aires urbaines
GéoFLA ® © IGN 1999 - Insee 2002
65 267Rodez 0,3 0,3 0,0
Source : Insee - recensements de la population 1990 et 1999 28 005Millau 0,1 - 0,1 0,2
19 567Decazeville - 1,2 - 0,7 - 0,5
Villefranche-de-
Rouergue 16 553 - 0,2 - 0,1 - 0,1Mouvement naturel de la population
Villes principales
Taux Nombre de Taux de Nombre de Rodez 23 707 - 0,4 0,2 - 0,6
de natalité naissances mortalité décès
Millau 21 339 - 0,2 - 0,1 - 0,1
(en ‰) domiciliées (en ‰) domiciliés
Villefranche-de-1999 2000 1999 2000
Rouergue 11 919 - 0,3 - 0,1 - 0,2
Onet-le-Château 9 922 0,2 0,7 - 0,5
Aveyron 9,6 2 654 12,5 3 211
Midi-Pyrénées 10,8 29 473 10,3 26 417 Aveyron 263 808 - 0,3 - 0,3 0,0
France 12,7 773 253 9,2 532 952 Midi-Pyrénées 2 551 687 0,5 0,0 0,5
Source : Insee - recensements de la population 1990 et 1999Sources : Insee - Etat Civil et estimations localisées de population
2
PPPPPOOOOOPULATIOOOOONNNNNRegards sur l’Aveyron
Parc de logements selon leur catégorie LOGEMENTS
en 1999
En 1999, le département de l’Aveyron compte environ 150 000
Midi-Pyrénées FranceAveyron logements, dont 73 % de résidences principales. Depuis 1975,Nombre % % %
le nombre total de logements a augmenté de 30 %, soit
Résidences principales 110 043 73,5 81,1 83,0
35 000 logements supplémentaires. Sur la dernière décennie,Résidences secondaires 26 205 17,5 10,5 9,2
le nombre de résidences principales a connu une croissanceLogements occasionnels 1 541 1,0 0,9 0,9
Logements vacants 12 044 8,0 7,5 6,9 de 8 %, alors que la population a diminué de plus de 2 %.
Ensemble 149 833 100,0 100,0 100,0 Le parc de résidences principales a fortement augmenté
Part des logements
dans l’aire urbaine de Rodez (+ 15 %) et dans une moindrelocatifs HLM dans les
mesure dans celles de Villefranche-de-Rouergue (+ 9 %) etrésidences principales 6 703 6,1 8,5 16,0
Millau (+ 8 %) alors qu’il a diminué dans l’aire urbaine de
Source : Insee - recensement de la population 1999
Decazeville (- 1 %).
Evolution de la population et des logements Avec 26 200 résidences secondaires, l’Aveyron détient le parc
base 100 en 1975 le plus important de la région. Depuis 1975, le parc de résiden-
140 ces secondaires a doublé. En moyenne, un logement sur cinq
Logements est une résidence secondaire. Cette proportion dépasse 40 %130
au nord dans la Viadène et l’Aubrac, au centre autour des lacs
du Lévézou, à l’ouest dans la commune de Najac et enfin dans120
toute la partie sud proche de l’Hérault et du Gard.
110
Le nombre de logements vacants décroît légèrement, mais100
de façon régulière depuis 1975. La part de ces logements ne
Population représente plus que 8 % de l’ensemble contre 13 % en 1975. On90
en dénombrait alors 13 000 contre 12 000 en 1999.
80
19991982 19901975
Source : Insee - recensements de la population
Revenus fiscaux des ménages en 1999 REVENUS
Aveyron Midi-Pyrénées France
Revenus fiscaux des ménagesNombre de ménages fiscaux 105 850 1 003 737 22 711 824
Part des ménages imposés (en %) 49,5 54,8 59,9 En 1999, le revenu fiscal moyen des ménages s’élève à
Revenu fiscal moyen 22 547 €. Il se situe parmi les plus faibles de la région et de
des ménages (€) 22 547 24 636 26 787
la métropole. Un ménage sur deux est imposé sur le revenuPart des traitements et salaires* 53,2 61,1 65,2
Part des bénéfices* 12,6 8,7 7,5 dans ce département où la part des traitements et salaires
Part des pensions retraites rentes* 28,0 25,0 22,5 dans le revenu fiscal est la plus faible de la région (53 %
Part des autres revenus* 6,2 5,2 4,8
contre 61 %). La moitié des 106 000 ménages fiscauxRevenu fiscal médian
aveyronnais disposent d’un revenu annuel inférieur àdes ménages (€) 18 343 20 166 21 604
* en % du revenu fiscal 18 343 €. Dans l’Aveyron, 10 % de ménages perçoivent moins
Source : Direction Générale des Impôts 1999
de 6 584 € alors que 10 % disposent d’un revenu supérieur à
42 139 €. Cet écart entre les hauts et les bas revenus est l’un
Revenu fiscal médian des ménages par canton des plus faibles de la région. Les ménages les plus aisés sont
concentrés dans les cantons périphériques de Rodez.
en millier d'euros
plus de 24 Champ couvert : : son t exclus les ménages concernés par un
de 22 à 24Decazeville
de 20 à 22 mariage, un décès ou une séparation, les ménages consti-
de 18 à 20
de 16 à 18 tués de personnes n’ayant pas leur indépendance fiscale
de 13 à 16
Rodez ou vivant en collectivité.
rreevvenu fenu fiissccalalLe rrreeevvvenu fenu fenu fiiissscccalal estal la somme des ressources portées sur
la déclaration de revenus, avant abattements. Il ne com-
Millau prend pas les revenus sociaux non déclarés (RMI, …).
ménage fiscalUn al se c ompose de tous les foyers fiscaux
rattachés à une résidence principale.
revenu médianLe ian pa rtage la population en deux groupes,
la moitié des ménages dispose de revenus inférieurs à cette
GéoFLA ® © IGN 1999 - Insee 2002
valeur et l’autre moitié de revenus supérieurs.Source : Direction Générale des Impôts 1999
3
REREREVENUS LLLOGEMENTTTSSS
RERE LLTTSSRegards sur l’Aveyron
Salaire annuel moyenREVENUS
par qualification et par sexe en 2000
Unité : euroSSSSSalalalalalairairairairaireeeeesssss
Aveyron Midi- France
Pyrénées (métropole)En 2000, le salaire annuel moyen perçu par les Aveyronnais Femmes Hommes Ensemble
s’élève à 15 277 €. Il est le plus bas de la région, inférieur de
Cadres et chefs 10 % au salaire moyen régional (16 928 €) et se situe parmi les
d'entreprises 23 158 32 403 29 918 32 205 37 040plus faibles de la métropole. Les femmes reçoivent en
Professions
moyenne un salaire inférieur de 21 % à celui des hommes. Cet intermédiaires 16 974 20 090 18 683 19 361 20 401
Employés 11 594 14 675 12 305 12 655 13 401écart est moins important que dans la région (25 %).
Ouvriers qualifiés 11 547 13 773 13 545 13 881 14 930
En Aveyron, les ouvriers non qualifiés sont en moyenne mieux Ouvriers
10 216 12 196 11 624 11 133 11 582 non qualifiésrémunérés que dans la région (11 624 € contre 11 133 €). Dans
Ensemble des salariés 13 230 16 835 15 277 16 928 18 331cette catégorie, les Aveyronnaises perçoivent un salaire
Source : Insee - Déclarations annuelles de données socialesmoyen de 10 216 € contre 9 570 € dans l’ensemble de la
région. Ce salaire est le plus élevé des départements de
Midi-Pyrénées.
CCCCChamp couououououvvvvverererererttttt : ensemble des salariés résidant dans le
département à l’exclusion des salariés de l’agriculture, des
agents de l’Etat, des gens de maison et des apprentis.
Revenu salarial annuel moyenen : salaire moyen perçu, net
de prélèvement à la source. Il comprend les primes, avan-
tages en nature et indemnités versés en complément de
rémunération. Le salaire perçu prend en compte toutes les
périodes successives de travail dans l’année ainsi que les
activités complémentaires du salarié relevant de plusieurs
employeurs.
Prestations sociales Part de la population couverte fin 2000
par les cinq minima sociaux (RMI, API, AAH, AS, ASS)En 2000, près de 15 600 personnes sont allocataires d’un des
cinq principaux minima sociaux. Les femmes représentent
57 % des allocataires. Cette population a diminué plus forte-
ment dans le département (- 15 %) que dans la région (- 7 %),
Laguiole
Decazevillesoit 2 700 allocataires en moins entre 1999 et 2000. L’AS et l’ASS
enregistrent les plus fortes baisses avec respectivement
- 24 % et - 15 %, suivies de l’API (- 9 %) et du RMI ( - 4 %). Les
RodezVillefranche-
allocataires de l’AS sont les plus nombreux (48 %), suivi par de-Rouergue
l’AAH (31 %), le RMI (13 %), l’ASS (5 %) et l’API (2 %). Avec les
en % de la populationconjoints, enfants, ascendants des allocataires, le nombre de Millaucantonale Réquista
supérieure à 15personnes couvertes par ces cinq minima sociaux est estimé
de 10 à 15 Sainte-Affriqueà 24 600 soit plus de 9 % de la population départementale, de 5 à 10
taux le plus faible de la région. La localisation cantonale fait inférieure à 5
GéoFLA ® © IGN 1999 - Insee 2002apparaître des territoires fortement concernés tels que la
zone frontalière du Tarn et la partie nord du département. Sources : CAF, MSA, CRAM, ASSEDIC, INSEE
Le Revenu Minimum d’Insertionn (RMI) MI) est une prestation
sociale destinée à permettre l’insertion sociale et profes- Allocataires des cinq minima sociaux
sionnelle. fin 2000 (RMI, API, AAH, AS, ASS)
L’Allocation de Parent Isolé (API) (API) est destinée à prémunir
Aveyron Part de la Midi- Part de la
les personnes seules avec enfant à charge des conséquences
population Pyrénées population
financières de leur situation d’isolement récente. couverte couverte
(en %) (en %)L’Allocation Adulte Handicapé (AAH)AH) est destinée à assu-
Nombre d'allocataires 15 610 158 210rer un minimum de revenu aux personnes qui présentent
Revenu Minimum d'Insertion 2 093 1,5 47 140 3,5une incapacité permanente.
Allocation de Parent Isolé 282 0,3 5 825 0,6
L’Allocation Supplémentairee (AS) S) est destinée à assurer un Allocation Adulte Handicapé 4 880 3,1 40 076 2,4
minimum de revenu aux personnes âgées. Allocation Supplémentaire 7 531 3,7 46 604 2,4
Allocation de Solidarité Spécifique 824 0,7 18 565 1,6L’Allocation de Solidarité Spécifiquee (ASS)S ) assure un mini-
Population couverte 24 622 9,3 268 005 10,5mum de revenu aux personnes dont les droits à l’assurance
chômage sont arrivés à expiration. Sources : ASSEDIC - CAF - MSA - CRAM - INSEE
4
REVENUSUSUSUSUSRegards sur l’Aveyron
EMPLOI - CHOMAGEEvolution de l'emploi total
indice base 100 en 1989110 EmpEmpEmpEmpEmpllllloooooiiiii
Midi-Pyrénées
Dans l’Aveyron, l’emploi total augmente de façon continue108
depuis la fin de l’année 1996. Cette progression, un peu plusFrance
106 tardive que dans l’ensemble de la région, est principalement
104 due au développement du secteur tertiaire. Début 2001,
Aveyron l’Aveyron compte près de 106 000 emplois, dont près de la
102 moitié dans les services.
100
L’emploi non-salarié est en constante diminution depuis 199098
(- 3,0 % par an en moyenne). La baisse est particulièrement
96
1990 1992 1994 1996 1998 2000 forte dans le secteur agricole qui perd 6 300 emplois non-
1989 1991 1993 1995 1997 1999
Source : Insee - estimations annuelles salariés en dix ans. Néanmoins, l’agriculture regroupe encore
la moitié des emplois non-salariés.
Près d'un emploi sur deux dans les services
En revanche, l’emploi salarié a progressé en Aveyron de
2 % en moyenne chaque année à partir de 1994. Début 2001,Emploi total en 2000 : 105 626
l’Aveyron compte 84 000 emplois salariés. La part de cesAgriculture
emplois dans l’emploi total est passée de 70 % en 1990 à 80 %
14 % en 2001. Elle est cependant moins importante que dans
l’ensemble de la région (87 %).
Industrie
17 %Services 49 % Un peu plus de 1 500 emplois salariés ont été créés en 2000
dans le département, nombre un peu en deçà des trois
7 % années précédentes. La moitié de ces créations bénéficie auConstruction
14 % secteur des services, plus particulièrement à ceux destinés
aux entreprises. Les autres grands secteurs ont aussiCommerce
enregistré une augmentation de leurs effectifs salariés
Source : Insee - estimations annuelles notamment l’industrie, la construction et dans une moindre
mesure l’agriculture.
Emploi total et emploi salarié début 2001
Emploi Emploi Evolution annuelle moyenne
de l'emploi total 1990-2001 (%) total salarié
Aveyron Midi-Pyrénées
Agriculture 14 747 2 897 - 2,4 - 3,6
Industrie 17 864 16 909 - 0,1 - 0,5
Construction 7 424 5 646 - 1,2 - 0,5
Tertiaire 65 591 58 521 1,6 1,9
Ensemble 105 626 83 973 0,4 0,9
Source : Insee - estimations annuelles
IntIntIntIntIntééééérrrrrimimimimim
Près de deux emplois intérimaires
Après trois années de forte évolution (+ 17 % en moyenne parsur trois dans l'industrie
an), le volume de travail intérimaire (hors éducation) enRépartition des emplois intérimaires en 2001
Aveyron ralentit nettement en 2001, et ne progresse plus que
Construction Tertiaire de 5 %. L’intérim offre près de 1 500 emplois en équivalent
(hors éducation)
temps plein dont six sur dix dans l’industrie. Ces emplois ont20 % 18 %
Non renseigné progressé de 17 % en un an dans la construction, plus modé-
1%
rément dans le secteur industriel et tertiaire (hors éduca-
tion), respectivement + 1,4 % et + 3,5 %.
Industrie
61 %
Sources : Insee - UNEDIC, Ministère des affaires sociales, du travail
et de la solidarité
5
EMPLOOOI - CHI - CHI - CHOMAGEGEGEOOI - CHI - CHGEGERegards sur l’Aveyron
EMPLOI - CHOMAGE Evolution du taux de chômage trimestriel
%
13CCCCChhhhhôôôôômmmmmagagagagageeeee
12Depuis le début 2001, le taux de chômage aveyronnais, au sens
Midi-Pyrénées 9,3
du BIT, tend à se stabiliser. Fin juin 2002, il s’établit à 5,3 %, très 11
inférieur au taux régional (9,3 %) ; il demeure le plus faible de 10
la région. En un an, il a diminué de 0,1 point alors que le taux
9
régional diminuait de 0,3 point et le taux national augmen- France 9,0
8tait de 0,4 point.
Aveyron 5,37
6En revanche, fin juin 2002, près de 5 000 personnes à la recher-
5che d’un emploi à temps plein et à durée indéterminée sont
1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002inscrites à l’ANPE, soit une hausse de 3,6 % en un an (contre
Source : Insee - estimations trimestrielles
+ 0,3 % en Midi-Pyrénées). Cette poussée du chômage affecte
les hommes (+ 12,6 %) et en particulier les jeunes hommes de
moins de 25 ans (+ 33,4 %) quel que soit leur niveau de forma-
tion. Dans le même temps, le nombre de femmes au chômage
diminue de 3,2 %. Les femmes restent cependant majori-
taires (54 %) au sein des demandeurs d’emploi de catégorie 1.
Si les hommes sont plus touchés par la dégradation écono-
mique, c’est qu’ils sont plus nombreux à travailler dans
Demandeurs d'emploi en fin de mois l’industrie, directement affectée par le ralentissement
au 30 juin 2002mondial, que dans le tertiaire où la main-d’œuvre est plus
Répartition Evolution annuelle en (%)féminine.
des chômeurs* de juin 2001 à juin 2002
(%)
Aveyron Midi-Toutes les catégories sociales sont concernées par la hausse
Pyrénées
du nombre de chômeurs, excepté les employés. Pour ces
Nombre de chômeurs 4 995 4 0
derniers, le nombre d’inscriptions a diminué de 3 %, mais ils . par sexe :
- Hommes 46 13 6représentent encore les trois cinquièmes de l’ensemble des
- Femmes 54 - 3 - 4
demandeurs d’emploi, contre un quart pour les manœuvres . par âge :
- Moins de 25 ans 18 18 3et ouvriers.
- De 25 à 49 ans 66 0 0
- 50 ans et plus 16 3 0
. par qualification :Dans le même temps, le nombre de chômeurs de longue
- Manœuvres, ouvriers 24 16 - 1durée continue de diminuer (- 2 % entre juin 2001 et juin 2002), - Employés 60 - 3 - 3
- Techniciens 8 13 13moins fortement cependant que dans l’ensemble de la région
- Agents de maîtrise 2 17 6(- 7,2 %).
- Cadres 4 14 17
- Autres 2 56 19
Chômage de longue durée
Dans le département, les demandeurs d’emploi de catégorie 1 (un an et plus) 27 - 2 - 7
*chômeurs de catégorie 1 : demandeurs d'emploi immédiatement disponibles à la recherche d'un emploi restent inscrits au chômage 10 mois en moyenne, soit trois
à durée indéterminée, à temps plein
Source : Insee - ANPEmois de moins que pour la région.
Pour en savoir plus :::::
« TEMP 2002 -Tableaux économiques de Midi-Pyrénées 2002 ». Insee Midi-Pyrénées, mars 2002.
« Recensement de la population 1999 : aperçu des principaux résultats – La région Midi-Pyrénées et ses huit départements ».
Dossier n° 103, Insee Midi-Pyrénées, janvier 2001.
« Aveyron – bilan et perspectives ». Dossier n° 112, Insee Midi-Pyrénées, octobre 2002.
Population
« Projections de population à l’horizon 2030 ». Dossier n° 107, Insee Midi-Pyrénées, novembre 2001.
Logement
« Louer ? Une solution fréquente pour les nouveaux habitants de l’espace rural ». 6 PAGES n° 56, Insee Midi-Pyrénées, octobre 2002.
Prestations sociales
« Une approche de la précarité – données départementales 1999-2000 ». Dossier n° 109, Insee Midi-Pyrénées, mars 2002.
6
EMPLOOI - CHI - CHOMAGEGEOOOI - CHI - CHI - CHGEGEGERegards sur l’Aveyron
INDUSTRIEPrincipales activités industrielles
Début 2001, le secteur de l’industrie en Aveyron compte
Activité S Nombre alariés 1 819 établissements, soit 12,2 % du total régional. Il
d'établissements en début d'année
emploie 16 900 salariés. Ses effectifs sont en légère augmen-1990 2001début 2001
tation, en moyenne de 0,2 % par an depuis 1990, alors qu’ils
Industries agricoles et alimentaires 554 4 889 4 949 sont en baisse (- 0,4 %) dans l’ensemble de la région.
Industrie automobile 22 1 688 2 069
Métallurgie et transformation
des métaux 136 1 679 2 065 C’est dans le secteur des industries agroalimentaires que l’em-
Industries des équipements ploi industriel est le plus important ( 4 950 salariés). mécaniques 195 1 148 1 557
Ses effectifs sont restés stables au cours de la dernièreIndustries des équipements du foyer 233 1 455 1 382
Industries du bois et du papier 98 1 041 1 048 décennie.
Edition-imprimerie-reproduction 110 732 743
Habillement-cuir 66 1 249 631
Viennent ensuite les secteurs des industries de l’automobileIndustries des produits minéraux 125 498 424
Chimie-caoutchouc-plastiques 35 307 377 (2 070 salariés), de la métallurgie et transformation des mé-
taux (2 070 salariés) et des équipements mécaniques (1 560
Source : Insee - estimations annuelles d'emploi salariés). Ils connaissent tous trois de fortes hausses d’effec-
tifs depuis dix ans.
Principales implantations industrielles En revanche, depuis 1990, le secteur de l’habillement-cuir (630
salariés) a perdu la moitié de ses salariés.
Raison sociale Activité Communes Salariés
début 2001
Robert Bosch France Equipement Onet-le-Château 2 010 COMMERCE ET SERVICES automobile
Sté Aveyronnaise Fonderie Viviez 550
Au début de l’année 2001, le secteur tertiaire (hors activités de métallurgie
Blanc Aéro Industries Visserie Villefranche-de- 480 immobilières, financières et administration) emploie près
Rouergue de 46 100 salariés. Ses effectifs ont augmenté en moyenne
Dumeste Fabrication de Séverac-le-château, 360 de 2,3 % par an depuis 1990 sensiblement comme au niveau sièges Millau
régional (2,5 %).Sté Fromagère Produits laitiers Onet-le-Château, 310
de Rodez Rivière-sur-Tarn
Filtrauto Filtres à moteurs Marcillac-Vallon 250 erAu 1 janvier 2001, près de 3 800 établissements commerciaux
SA Espalux Meubles, cuisines Bozouls 250
sont présents en Aveyron. Le commerce de détail regroupe Expansion integrées
près de 62 % de ces établissements.Soulié Restauration Produits à base Rodez 220
de viande
Forest Line Capdenac Machines outils Capdenac-Gare 210
Le département est nettement moins bien équipé enSA Moly Industrie du pain Villefranche-de- 200
Rouergue, hypermarchés (5) que les départements de la région à forte
Vailhourles densité de population, comme la Haute-Garonne et le Tarn.
Source : Insee - SIRENE En revanche, la surface de supermarchés par habitant est
identique à la moyenne régionale (160 m² pour 1 000 habitants).
Les services regroupent près de 5 070 établissements (hors
activités immobilières, financières et administration) et
32 000 salariés. En Aveyron, comme dans l’ensemble de la
région, le secteur marchand de l ‘éducation, la santé,
Secteur tertiaire début 2001
l’action sociale, se détache nettement ; avec près de 18 500 sala-
riés, il emploie un cinquième des salariés du département.
Aveyron Midi-Pyrénées
Nombre Effectifs Part dans Part dans Hypermarchés et supermarchés en 2001
les effectifs les effectifs d'établis- salariés
salariés (%) salariés (%)sements
Aveyron Midi- Part du département
Pyrénées en Midi-Pyrénées Commerce et réparation 3 795 11 678 13,9 13,6
Transports 493 2 441 2,9 3,8 (en %)
Services aux entreprises 1 293 7 340 8,7 12,6 Hypermarchés
Services aux particuliers 2 185 6 124 7,3 8,1 Nombre 5 47 10,6
dont hôtels, cafés, restaurants 1 292 2 379 2,8 3,2 2 Surface (m pour 1 000 habitants) 77 107 ///
Education, santé, action 1 590 18 483 22,0 20,5
Supermarchés sociale
Nombre 47 398 7,3Ensemble tertiaire* 9 356 46 066 54,9 58,5
2 Surface (m 160 161 ///
*Secteur marchand (hors activités immobilières, financières et administration)
Source : Points de vente, Panorama de la distribution 2001Source : Insee - SIRENE, estimations d'emploi
7
COMMEMEMERCE ET SEEERRRVVVICES INDUSTRIERIERIEMEMEEERRRIERIERegards sur l’Aveyron
TOURISME Capacité d'accueil fin 2001
Fin 2001, l’Aveyron compte 181 hôtels classés de 0 à 4 étoiles
Aveyron Midi- Aveyron Midi-
pour plus de 3 600 chambres, soit 9 % des chambres offertes Pyrénées Pyrénées
dans la région. La proportion d’hôtels 3 ou 4 étoiles est Hôtels Nombre d'hôtels Nombre de chambres
plutôt faible : 15 % du parc contre 18 % en Midi-Pyrénées et 0 étoile 4 178 397 3 326
1 étoile 21 194 296 3 75323 % dans l’ensemble de la France.
2 étoiles 98 725 2 035 19 763
3 étoiles 26 214 850 12 930
Avec 125 campings pour près de 9 300 emplacements, le parc 4 étoiles et luxe 2 22 31 1 253
Total 181 1 333 3 609 41 025aveyronnais représente 22 % des emplacements offerts en
Midi-Pyrénées. Contrairement aux hôtels, la proportion de Campings Nombre de campings Nombre d'emplacements
campings 3 ou 4 étoiles (45 % du parc) est plus élevée que dans 1 étoile 24 84 835 3 046
2 étoiles 45 283 2 576 16 033l’ensemble de la région (39 %) et qu’en France (35 %).
3 étoiles 37 199 3 063 17 107
4 étoiles 19 39 2 796 5 848
Dans les hôtels de l’Aveyron, le poids de la clientèle étrangère Total 125 605 9 270 42 034
est plutôt faible : en 2001, elle représente 19 % des nuitées
Autres modes Nombre Part du département(contre 34 % dans les hôtels de la région). Dans les campings, d'hébergement d'établissements en Midi-Pyrénées (en %)
en revanche, la clientèle étrangère représente 40 % des Gîtes ruraux 570 4 798 12
Chambres d'hôtes 262 2 213 12nuitées en 2001 (contre 28 % dans les campings de la région).
Gîtes d'étapes 54 245 22
Villages de vacances 88 382 23
Auberges de jeunesse 3 11 27
Source : Insee - CRT- DRT - CDT
Fréquentation en 2001Répartition des nuitées étrangères en 2001
(en %)
Nombre de nuitées Part des nuitées
Hôtels Campings et durée de séjour étrangères (en %)
Grande-Bretagne,
Aveyron Midi- Aveyron Midi-Irlande
Pyrénées Pyrénées
Allemagne 9
20 Hôtels22
30 Espagne
Nombre de nuitées (milliers) 733 9 242
Etats-Unis 19 34 dont nuitées étrangèr 138 3 1147
5 Belgique, 39 Durée moyenne de séjour (nuitée) 1,7 2,0
Luxembourg 36 Campings12 Italie
6 Nombre de nuitées (milliers) 1 062 4 424219 10 Pays-Bas dont nuitées étrangèr 429 1 253 40 28
Durée moyenne de séjour (nuitée) 6,7 5,7Autres
1
Source : Insee - CRT - DRT - CDT Source : Insee - CRT - DRT - CDT
Agriculture AGRICULTURE
Depuis le dernier recensement en 1988, la surface agricole
Aveyron Midi-Pyrénéesutilisée par les exploitations de l’Aveyron est restée proche
1988 2001 1988 2001de 515 000 hectares en 2001. Ce territoire est mis en valeur par
10 400 exploitations aux dimensions variables. Les superficies
Nombre d'exploitations 15 668 10 414 87 898 58 522
se concentrent dans des grandes exploitations.
dont professionnelles 10 442 7 909 52 759 35 218
L’effectif des bovins a fortement progressé depuis 1988, celui Part (en %)
de la surface agricole des vaches à viande a fait un bond de près de 43 000 têtes.
utilisée en :L’effectif des brebis laitières s’est développé et les équins ont
céréales 13,8 12,4 33,2 27,7
vu leur nombre quasiment doubler. L’effectif des porcins est
colza, tournesol, soja 0,4 0,1 10,3 9,7
lui aussi en croissance, et comme pour les autres productions, surface fourragère 85,0 86,2 50,5 52,8
on assiste à une forte concentration dans des élevages autres (y c. jachères) 0,8 1,3 6,1 9,8
spécialisés.
Animaux (en milliers de têtes)
vaches laitières 79 64 244 178
Exploitation professionnelle : exploitation agricole vaches nourrices 134 177 433 503
ovins 1 099 1 122 2 422 2 383satisfaisant deux critères, atteindre une dimension écono-
porcins 205 254 604 589mique d’au moins 8 unités de dimension européenne
équidés 3 6 27 38
(U.D.E.) de valeur ajoutée standard (8 U.D.E. équivalent à
nombre de ruches (milliers) 15 13 87 98
12 hectares de blé) et utiliser un volume de travail au moins
égal à ¾ d’un équivalent temps plein. Source : Service Régional de Statistique Agricole
8
AGRICCULULTURE TOURISMEMECCCULULULMEME

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.