Panorama 2004 du Tarn : Regards n°18

De
Publié par

Ce numéro annuel spécial présente en 8 pages un panorama complet du département du Tarn selon les thèmes suivants : équipements et emploi dans les bassins de vie ruraux, population, logements, revenus (revenus fiscaux des ménages, salaires et prestations sociales), emploi et chômage, industrie, commerce et services, tourisme, agriculture.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 25
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

Regards sur le Tarn
Numéro 18-81 : avril 2005
Panorama du département
Démographie, équipement et emploi dans les bassins de vie ruraux
Bassin de vie
Département
Cahors
Rodez
Montauban
AlbiCordes-sur-Ciel Carmaux
Auch Toulouse
Tarbes
Gaillac Albi
Foix
Rabastens
RéalmontSaint-Sulpice
Graulhet
Lacaune Principales agglomérationsLavaur
er 1 profil : déclin démographique et
Castres bon niveau d'équipementBrassac
Puylaurens
e 2 profil : population et emploi stables et
bon niveau d'équipement
Labruguière
e Mazamet 3 profil : dynamisme démographique
et de l'emploi, bon équipement concurrentiel,
faible équipement non concurrentiel
e 4 profil : stabilité démographique,
faible équipementSource : Rapport établi en 2003 pour la Datar par l'Inra, le Scees et l'Insee,
Insee, recensements de la population de 1990 et de1999, inventaire communal 1998.
Insee Midi-Pyrénées
36, rue des Trente-Six-PontsUn bassin de vie est le plus petit territoire sur lequel s’organise l’essentiel de la vie quoti-
31054 TOULOUSE CEDEX 4
dienne des habitants d’un secteur géographique donné : travail et accès aux principaux Téléphone : 05 61 36 61 36 - Télécopie : 05 61 36 62 00
services publics et privés. On compte en Midi-Pyrénées 123 bassins de vie ruraux (centrés Directrice de la publication : Magali Demotes-Mainard
Rédactrice en chef : Marie-Pierre Plauxsur des villes de moins de 30 000 habitants), dont 13 ont leur pôle dans le Tarn.
Maquettiste : Monique GalouOn peut classer les bassins de vie ruraux de Midi-Pyrénées selon leur dynamisme démo-
Ce document est téléchargeable à partir du site Internetgraphique et l’évolution de l’emploi entre 1990 et 1999, puis leur équipement en services www.insee.fr/mp
à la rubrique « Publications »concurrentiels et non concurrentiels. Les bassins de l’ouest du Tarn dont le pôle est situé
dans le Tarn bénéficient d’un bon niveau d’équipement. Leur population et leur nombre Imprimeur : Imprimerie Ménard 31682 Labège
Dépôt légal : avril 2005d’emplois sont restés pratiquement stables dans la décennie 90. En revanche, la popula-
ISSN : 1298-9541www.insee.fr/mp
tion a diminué dans les bassins centrés sur Carmaux, Graulhet, Lacaune et Mazamet. SAGE : R81180476
Celle des bassins localisés à proximité de Castres et d’Albi (Brassac, Labruguière,
Prix au numéro : 1,5 €Puylaurens et Réalmont) est restée stable mais ne dispose très localement que d’un faible Abonnement à l’ensemble des publications
pour l’année 2005 :équipement. Le bassin de Saint-Sulpice, proche de Toulouse, conjugue stabilité démo-
- France : 85 €
graphique et faible équipement. - Étranger : 105 €
1Regards sur le Tarn
POPULATION Pyramides des âges en 1990 et 1999
Âgeer Au 1 janvier 2003, la population du Tarn est estimée à
90 1999350 477 habitants. Elle est stable depuis quinze ans. Le dyna- 1990
80misme démographique de l’ouest compense le dépeuplement de
l’est et de certains centres urbains. Entre 1990 et 1999, le peuple- 70
ment des cantons limitrophes de la Haute-Garonne se fait
60
plus dense, notamment ceux de Lavaur (+ 1 500 habitants) et Hommes Femmes
50Rabastens (+ 520 habitants). A l’inverse, les cantons d’Alban et
de Vabre ont perdu 300 habitants chacun. 40
30
Entre 1990 et 1999, le nombre d’arrivants est supérieur de
204 000 personnes à celui des sortants. L’arrondissement d’Albi
10gagne 5 800 personnes alors que celui de Castres en perd 1 800. Les
cantons situés sur les axes Toulouse-Albi et Toulouse-Castres, 0
3 000 2 500 2 000 1 500 1 000 500 0 0 500 1 000 1 500 2 000 2 500 3 000notamment Gaillac (+ 1 900 personnes), Lavaur (+ 1 500),
Source : Insee - recensements de la population 1990 et 1999Rabastens (+ 650) et Vielmur-sur-Agout (+ 440) sont particulière-
ment attractifs. A l’inverse, Graulhet (- 1 300) et l’ensemble des
cantons de Mazamet (- 1 300) enregistrent un solde défavorable. Évolution de la population de 1901 à 1999
en millier
350Entre 1990 et 1999, le département compte en moyenne chaque
année 340 décès de plus que de naissances. Ce déficit du
340
solde naturel déjà observé par le passé s’est amplifié puis-
qu’il avoisinait 120 habitants dans les années quatre-vingts.
330
En 2002, la baisse des naissances et des décès n’a pas réduit le
solde naturel qui reste déficitaire de plus de 330 personnes. 320
310Parmi les aires urbaines, celle de Mazamet perd des habitants
sous le double effet négatif des mouvements naturel et
300migratoire, Castres reste stable grâce à un solde naturel
largement positif et Albi croît grâce à un fort mouvement 290
1901 1911 1921 1931 1946 1962 1975 1990migratoire.
1906 1926 1936 1954 1968 1982 1999
Source : Insee - recensements de la populationVariation annuelle de population
entre 1990 et 1999
en % Population selon les espaces
0,4 et plus
Carmaux
de 0 à 0,4
Population Taux de variation de - 0,4 à 0
sans doubles annuel 1990-1999 (en %)inférieur à - 0,4Gaillac Albi comptes
Ensemble dû dû 1999
au solde au solde
naturel migratoireGraulhet
Aires urbaines
Albi 85 960 0,3 0,0 0,3Castres
Castres 61 760 0,0 0,3 - 0,3
Mazamet 26 186 0,7 - 0,2 - 0,5
Mazamet
Villes principales
GéoFla ® © IGN - Insee 2002 Albi 46 274 - 0,1 - 0,1 0,0
Source : Insee - recensements de la population 1990 et 1999 Castres 43 496 - 0,3 0,3 - 0,6
Graulhet 12 663 - 0,7 0,1 - 0,8
Gaillac 11 073 0,7 - 0,4 1,1
Mouvement naturel de la population Mazamet 10 554 - 0,9 - 0,7 - 0,2
Carmaux 10 231 - 0,8 - 0,8 0,0
Taux Nombre de Taux de Nombre de Tarn 343 402 0,0 - 0,1 0,1
de natalité naissances mortalité décès Midi-Pyrénées 2 551 687 0,5 0,0 0,5
(en ‰) domiciliées (en ‰) domiciliés
Source : Insee - recensements de la population 1990 et 19992001 2002 2001 2002
Tarn 10,2 3 626 10,6 3 960
erEstimations de population au 1 janvier 2003Midi-Pyrénées 11,4 29 134 10,0 26 584
France 13,0 766 276 9,0 532 157
Tarn 350 477 Midi-Pyrénées 2 637 957
Source : Insee - état civil et estimations localisées de population Source : Insee
2
POPULATIONRegards sur le Tarn
LOGEMENTSParc de logements selon leur catégorie
en 1999 En 1999, le Tarn compte 167 300 logements dont 84 % sont
Tarn Midi-Pyrénées France des résidences principales. Depuis 1975, le nombre total de
% % %Nombre logements a augmenté de plus de 30 %. Sur la dernière
Résidences principales 140 177 83,8 81,1 83,0 décennie, malgré la stabilité de la population, le nombre de
Résidences secondaires 12 950 7,7 10,5 9,2
résidences principales a augmenté de 10 %. L’habitat se déve-
Logements occasionnels 1 161 0,7 0,9 0,9
loppe depuis 1990 à l’abord des principaux centres urbainsLogements vacants 13 033 7,8 7,5 6,9
Ensemble 167 321 100,0 100,0 100,0 ainsi que dans la plupart des cantons de l’ouest du départe-
Logements ment. Près de 16 % du parc de résidences principales de la
locatifs HLM dans les
commune de Saint-Sulpice à la limite de la Haute-Garonne,résidences principales 11 154 8,0 8,5 16,0
a été construit après 1990.
Source : Insee - recensement de la population 1999
Le nombre de résidences secondaires a augmenté de 50 %
Évolution de la population depuis 1975, mais ne s’est accru que de 3 % sur la dernière
et des logements dans le Tarn décennie. En 1999, on en compte 13 000 sur le département
Base 100 en 1975 soit 8 % du parc total de logements. Elles se concentrent dans
135 la partie est du département, en limite de l’Aveyron et deLogements
130 l’Aude. Dans les cantons d’Anglès et Murat-sur-Vèbre en
125 particulier, la part des résidences secondaires dans l’ensem-
120 ble des logements atteint respectivement 67 % et 55 %.
115
Le nombre de logements vacants baisse dans le département.110
Population Ils représentent plus que 8 % de l’ensemble des logements105
contre 10 % en 1975. On en dénombrait 14 300 en 1990 contre
100
13 000 désormais.
95
1975 1982 1990 1999
Source : Insee - recensements de la population
Revenu fiscal des ménages en 2001
REVENUS
Tarn Midi- France
Pyrénées Revenus fiscaux des ménages
Nombre de ménages fiscaux 139 012 1 043 896 23 336 863
Part des ménages imposés (%) 50,3 55,4 60,1 En 2001, le revenu fiscal moyen des ménages tarnais s’élève à
Revenu fiscal moyen
24 609 €. Il est inférieur au revenu moyen régional, mais estdes ménages (€) 24 609 26 066 28 433
Part des traitements et salaires * 57,5 61,8 66,0 supérieur à celui des autres départements de la région hors
Part des bénéfices * 9,4 8,9 7,6 Haute-Garonne et Hautes-Pyrénées. Un ménage sur deux est
Part des pensions retraites rentes * 28,9 25,0 22,4 imposé sur le revenu. La moitié des 139 000 ménages fiscaux
Part des autres revenus * 4,2 4,3 4,0
tarnais perçoit un revenu annuel inférieur à 20 238 €. CommeRevenu fiscal médian
des ménages (€) 20 238 21 301 22 831 dans l’Aveyron, l’écart entre les hauts et les bas revenus est
* en % du revenu fiscal plus faible que dans les autres départements de la région. Les
Sources : Direction Générale des Impôts - Insee 2001
10 % des ménages les plus pauvres perçoivent moins de 7 304 €
et les 10 % les plus aisés perçoivent plus de 45 628 €. Les ménages
Revenu fiscal médian des ménages par canton dont le revenu est le plus élevé résident en périphérie des
principales villes du département et à l’ouest, à proximité de
Toulouse.
Carmaux
Champ couvert : sont exclus les ménages concernés
Albi par un mariage, un décès ou une séparation, les ménagesGaillac
constitués de personnes n’ayant pas leur indépendance
fiscale ou vivant en collectivité.
Graulhet Le revenu fiscal est la somme des ressources portées
Lavaur sur la déclaration de revenus, avant abattements. Il ne
Castres comprend pas les revenus sociaux non déclarés (RMI…).
en millier d'euros
plus de 25,1 Un ménage fiscal se compose de tous les foyers fiscaux
21,9 - 25,1 rattachés à une résidence principale.
20,5 - 21,9 Mazamet Le revenu médian partage la population en deux groupes,19,5 - 20,5
GéoFLA ® © IGN 1999 - Insee 2003 la moitié des ménages dispose de revenus inférieurs à cette16,9 - 19,5
14,9 - 16,9 Sources : Direction Générale des Impôts - Insee 2001 valeur et l’autre moitié de revenus supérieurs.
3
REVENUS LOGEMENTSRegards sur le Tarn
Salaire annuel net moyen REVENUS
par qualification et par sexe en 2002
Unité : euroSSalairalairesesSSSalairalairalaireseses
Tarn Midi- France
En 2002, le salaire annuel net moyen perçu par les Tarnais Pyrénées (métropole) Femmes Hommes Ensemble
s’élève à 14 129 €. Il est inférieur à la moyenne régionale (15 246 €),
Cadres et chefs
tirée vers le haut par la Haute-Garonne, mais se situe en tête d'entreprises 25 937 34 120 31 853 32 356 35 878
Professions des autres départements de la région. Les femmes ont en
intermédiaires 16 159 19 964 18 179 18 317 19 087moyenne un salaire inférieur de 25 % à celui des hommes. 10 355 12 770 10 938 11 074 11 525Employés
La différence de salaire est plus importante chez les cadres Ouvriers qualifiés 10 409 13 471 13 146 13 456 14 344
Ouvriers (24 %) que dans les autres catégories de salariés. Dans le Tarn,
non qualifiés 8 100 9 981 9 358 9 308 9 774
les cadres sont les mieux rémunérés de la région, après ceux Apprentis, stagiaires,
emplois aidés 6 200 5 806 5 998 5 720 5 565de Haute-Garonne, les autres catégories de salariés se situant
11 938 15 964 14 129 15 246 16 282Ensemble des salariésau niveau des autres départements hors Haute-Garonne.
Source : Insee - déclarations annuelles de données sociales
Champ couvert : ensemble des salariés résidant dans le
département à l’exclusion des salariés de l’agriculture, des
agents de l’État, des gens de maison et des apprentis.
Revenu salarial annuel moyen : salaire moyen perçu, net
de prélèvement à la source. Il comprend les primes, avantages
en nature et indemnités versés en complément de
rémunération. Le salaire perçu prend en compte toutes les
périodes successives de travail dans l’année ainsi que les
activités complémentaires du salarié relevant de plusieurs
employeurs.
Part de la population
Prestations sociales couverte fin 2002
En 2002, près de 20 100 personnes sont allocataires d’un des par les cinq minima sociaux
cinq minima sociaux. L’AS n’est plus la principale prestation (RMI, API, AAH, AS, ASS)
du département (25 %), elle est devancée par le RMI et l’AAH
Limite cantonale
(28 %). La baisse du nombre d’allocataires (- 2,8 %), plus impor- Carmaux Tarn : 10,1 %
Midi-Pyrénées : 9,7 %tante qu’en 2001, est moins forte que celle observée au niveau
régional. Elle est due essentiellement à la diminution du
Gaillac Albinombre des allocataires de l’AS (- 13,1 %). Le Tarn est avec le
Gers le département où le nombre d’allocataires du RMI aug-
Graulhetmente fortement (4,1 %). Avec les conjoints, enfants, ascen-
dants des allocataires, un peu plus de 35 200 personnes sont
% de la population cantonale Castres
couvertes par l’un des cinq minima, soit environ 10,1 % de la supérieur à 15
11 à 15 Mazametpopulation tarnaise.
9 à 11
6,5 à 9Les cantons des grandes agglomérations (Albi, Castres,
GéoFLA® © IGN - INSEE 2004inférieur à 6,5
Mazamet, Graulhet) ainsi que les cantons situés à l’est, contigus
Sources : ASSÉDIC - CAF - CRAM - INSEE - MSA à l’Aveyron, conservent les plus fortes proportions de bénéfi-
ciaires des cinq minima sociaux. Le nombre d’allocataires baisse
La population couverte par les cinq minima sociaux
dans la majorité des territoires mais il augmente de 6 à 12 %
comprend les personnes appartenant à la famille d’un
dans les cantons environnant Albi et Carmaux-Sud et ceux de
allocataire de ces minima.
Roquecourbe et Mazamet Sud-Ouest .
Le Revenu Minimum d’Insertion (RMI) est une prestation
sociale destinée à permettre l’insertion sociale et profes- Allocataires des cinq minima sociaux
sionnelle. fin 2002 (RMI, API, AAH, AS, ASS)
L’Allocation de Parent Isolé (API) est destinée à prémunir
Tarn Part de la Midi- Part de lales personnes seules avec enfant(s) à charge des conséquen- populationPyrénées population
ces financières de leur situation d’isolement récente. couverte couverte
(en %) (en %)L’Allocation Adulte Handicapé (AAH) est destinée à assurer
Nombre d'allocataires 20 085 147 514un minimum de revenu aux personnes qui présentent une
Revenu Minimum d'Insertion 5 685 3,2 46 632 3,4incapacité permanente.
Allocation de Parent Isolé 894 0,7 6 128 0,6
L’Allocation Supplémentaire (AS) est destinée à assurer Allocation Adulte Handicapé 5 678 2,6 39 280 2,3
un minimum de revenu aux personnes âgées. Allocation Supplémentaire 5 101 1,9 39 178 1,9
Allocation de Solidarité Spécifique 2 727 1,7 16 296 1,4L’Allocation de Solidarité Spécifique (ASS) assure un
Population couverte 35 223 10,1 252 130 9,7minimum de revenu aux personnes dont les droits à l’assu-
Sources : ASSÉDIC - CAF - CRAM - INSEE - MSA rance chômage sont arrivés à expiration.
4
REVENUSRegards sur le Tarn
EMPLOI – CHÔMAGEÉvolution de l'emploi total
Base 100 au 01.01.1990
114 Emploi
112
Midi-Pyrénées Début 2003, le Tarn compte 124 600 emplois. Depuis le milieu110
des années 90, l’emploi total dans le Tarn amorce une remon-108
France tée tout comme dans l’ensemble de la région, mais à un106
104 rythme beaucoup moins soutenu. En janvier 2003, le niveau
102 des emplois n’est que légèrement supérieur à celui de janvier
100 1990 (+ 1,2 %). Ce résultat s’explique par des gains d’emplois dans
98 les secteurs du commerce et des services qui compensent desTarn
96 fortes pertes d’emploi dans l’agriculture et l’industrie, respec-
94
Janv 91 Janv 93 Janv 95 Janv 97 Janv 99 Janv 01 Janv 03 tivement - 5 000 et - 7 000 emplois en 13 ans.
Janv 90 Janv 92 Janv 94 Janv 96 Janv 98 Janv 00 Janv 02
Source : Insee - estimations annuelles
L’emploi non salarié diminue de façon constante depuis 1990
à raison de 3,1 % par an en moyenne, correspondant à une
perte de près de 8 400 emplois non salariés qui touche tousPlus d'un emploi sur deux dans les services
les secteurs. Il se stabilise début 2003 (- 0,2 %, par rapport à
Emploi total en 2003 : 124 598 2002).
Agriculture
L’emploi salarié, par contre, progresse à un rythme de
7 %
0,7 % par an en moyenne, depuis 1990. Début 2003, le Tarn
Industrie compte 108 200 emplois salariés, soit 86,8 % de l’emploi
18 %
total du département, taux proche du taux régional.
Services 55 %
6 % En 2002, seulement 700 emplois salariés ont été créés, contre
Construction
1 700 un an plus tôt. Ce ralentissement est dû en grande
14 % partie au retrait de l’industrie.
Commerce
Source : Insee - estimations annuelles
Emploi total et emploi salarié début 2003
Emploi Emploi Évolution annuelle moyenne
de l'emploi total 1990-2003 (%) total salarié
Tarn Midi-
Pyrénées
Agriculture 8 347 2 372 - 3,5 - 3,3
Industrie 23 043 21 650 - 2,1 - 0,3
Construction 8 065 6 423 0,0 0,0
Tertiaire 85 143 77 731 1,4 2,0
Ensemble 124 598 108 176 0,1 1,0
Source : Insee - estimations annuelles
Intérim
Sept emplois intérimaires sur dix
Après une année 2002 en baisse (- 1,2 %), le volume de l’emploidans l'industrie
intérimaire du Tarn augmente légèrement en 2003 (+ 0,7 %),Répartition des emplois intérimaires en 2003
1 % mais bien en deçà de l’évolution régionale (+ 4,9 %). Le TarnNon renseigné
est le seul département de la région où les services ne par-Tertiaire
ticipent pas à la hausse du volume de l’intérim. En 2003, le17 %
département offre plus de 2 400 emplois intérimaires en équi-
valent temps plein dont plus de la moitié dans le secteur
57 % de l’industrie. La construction et l’industrie sont les deux sec-Industrie
25 %Construction teurs où l’emploi intérimaire augmente en 2003 (+ 10,6 % et
+ 1,5 %).
Source : UNEDIC, Ministère de l'emploi, du travail et de la cohésion sociale
5
EMPLOI - CHÔMAGERegards sur le Tarn
EMPLOI - CHÔMAGE Évolution du taux de chômage trimestriel
en %Chômage 13
12Le taux de chômage tarnais atteint 10,6 % de la population
Tarn 10,6 %active fin septembre 2004. Il a diminué de 0,3 point en un an,
11
contre une baisse de 0,1 point dans la région. Le taux de
Midi-Pyrénées 9,9 %
10chômage du Tarn reste néanmoins supérieur au taux régio-
nal et national (9,9 %).
9
France 9,9 %
8Fin septembre 2004, le Tarn compte plus de 13 800 personnes
à la recherche d’un emploi à temps plein et à durée indéter- 7
1T92 1T94 1T96 1T98 1T00 1T02 1T04minée, soit une baisse de 0,7 % (contre -1,2 % en Midi-Pyrénées)
1T93 1T95 1T97 1T99 1T01 1T03
Source : Insee - séries trimestrielles corrigées des variations saisonnièrespar rapport à fin septembre 2003. Cette baisse ne profite
qu’aux hommes (- 1,7 % contre + 0,2 % pour les femmes). La di-
minution du nombre de demandeurs d’emploi est plus sen-
sible chez les 50 ans et plus (- 5,4 %).
Les catégories sociales dont le nombre de demandeurs
Demandeurs d'emploi en fin de mois
d’emploi baisse sont les ouvriers (- 3%) et les cadres (- 5 %).
au 30 septembre 2004
En revanche, parmi les employés, qui représentent trois inscrits
Chômeurs* Évolution annuelle en (%)à l’ANPE sur cinq, le nombre de chômeurs progresse de 1,5 %.
sept. 2003 à sept. 2004
Tarn Midi-
De septembre 2003 à septembre 2004, le nombre de chômeurs Pyrénées
de longue durée, soit 30 % des demandeurs d’emploi, progresse Nombre de chômeurs* 13 835 - 1 - 1
Répartition en %de 3,4 % contre 2,2 % pour Midi-Pyrénées. La durée moyenne
. par sexe :
d’inscription au chômage dans le Tarn demeure de 11 mois, - Hommes 48 - 2 - 2
- Femmes 52 0 - 1soit légèrement plus qu’en Midi-Pyrénées (10 mois).
. par âge :
- Moins de 25 ans 21 - 1 0
- De 25 à 49 ans 65 1 - 1
- 50 ans et plus 14 - 5 - 2
. par qualification :
- Manœuvres, ouvriers 24 - 3 - 3
- Employés 59 2 - 1
- Techniciens 8 3 - 1
- Agents de maîtrise 2 - 6 1
- Cadres 6 - 5 - 1
- Autres 1 - 39 - 9
Chômage de longue durée
(un an et plus) 32 3 2
* chômeurs de catégorie 1 : demandeurs d'emploi immédiatement disponibles
à la recherche d'un emploi à durée indéterminée, à temps plein.
Sources : DRTEFP - ANPE - données brutes
Pour en savoir plus :
- « TEMP 2004 -Tableaux économiques de Midi-Pyrénées ». Insee Midi-Pyrénées, mai 2004.
- « Une approche de la précarité – données départementales 2001-2002 - Zoom sur la précarité en milieu rural ».
Dossier n° 120, Insee Midi-Pyrénées, avril 2004.
- « L’année touristique en Midi-Pyrénées - 2003 ». Dossier n° 122, Insee Midi-Pyrénées, juillet 2004.
- « Le rural en Midi-Pyrénées ». Dossier n° 124, Insee Midi-Pyrénées, décembre 2004.
- « Midi-Pyrénées : une région diversifiée mais des départements spécialisés ». 6 PAGES n° 60, février 2003.
- « Des salariés apparemment mieux payés en Midi-Pyrénées ». 6 PAGES n° 67, novembre 2003.
- « Un marché du travail en expansion continue en Midi-Pyrénées ». 6 PAGES n° 73, juin 2004.
- « Horizon 2015 : croissance et vieillissement des ressources en main d’œuvre ». 6 PAGES n° 74, septembre 2004.
Consultez notre site Internet : www.insee.fr/mp
6
EMPLOI - CHÔMAGERegards sur le Tarn
INDUSTRIE
Principales activités industrielles
D ébut 2003, le secteur indust riel du Tarn compte
Activité S Nombre alariés en 2 670 établissements, soit 17,8 % du total régional. Il emploie
d'établissements début d'année
21 650 salariés. Ses effectifs ont diminué en moyenne dedébut 2003 1990 2003
2,0 % par an depuis 1990. Cette baisse est plus prononcée que
Industries agricoles et alimentaires 620 2 709 3 560
dans l’ensemble de la région (- 0,2 % par an).Industries des produits minéraux 391 3 200 2 762
Industrie textile 186 5 122 2 547
Industries des équipements 229 1 770 2 125 Les effectifs du secteur de l’agroalimentaire (3 560 salariés) ont
mécaniques progressé de 30 % depuis 1990. Il est devenu le premierMétallurgie et transformation 191 1 310 1 798
secteur industriel du département en termes d’emplois. des métaux
Habillement-cuir 210 5 921 1 666
Pharmacie-parfumerie et entretien 15 2 012 1 640 L’industrie textile (2 550 salariés), en revanche, a perdu la
Chimie-caoutchouc-plastiques 63 1 277 1 346
moitié de ses effectifs salariés en 13 ans. La chute est encoreIndustries du bois et du papier 102 857 688
plus marquée dans l’habillement-cuir (1 660 salariés), qui aIndustries des équipements du foyer 236 673 658
perdu 72 % des effectifs depuis 1990.
Source : Insee - SIRENE, estimations annuelles d'emploi
Principales implantations industrielles
Raison sociale Activité Communes Tranches
d'effectifs
salariés COMMERCE ET SERVICES
Pierre Fabre Fabrication Mazamet, Soual, 3
dermo cosmétique cosmétiques Lavaur
Comau Machines outils Castres 2 Début 2003, le secteur tertiaire (hors activités
Systemes France
immobilières,financières et administration) emploiePierre Fabre Fabrication Castres, Gaillac 2
médicament médicaments 59 950 salariés. Ses effectifs ont augmenté en moyenne de
Valéo Vision Matériel électriques Bout-du-pont- 2 1,9 % par an depuis 1990, sensiblement moins qu’au niveau
pour véhicules de-l'Arn régional (2,5 %).
Voa verrerie ouvrière Fabrication Albi 2
Albi de verre creux
erOlivier Guille et Fils Articles chaussants Briatexte 2 Au 1 janvier 2003, un peu plus de 4 860 établissements
à maille commerciaux sont présents dans le Tarn. Le commerce de
Seppic Fabrication de Castres 2 détail regroupe près de 63 % de ces établissements.
produits chimiques
Groupe Bigard Production viandes Castres 1
boucherie Le département est bien équipé en hypermarchés (146 m²
Alphacan Fabrication de plaques Gaillac 1 pour 1 000 habitants). En revanche, la surface de supermar-
de tubes et plastiques
chés par habitant est la moins élevée de la région (127 m² pour
Maison Milhau Fabrication produits Lacaune 1
1 000 habitants).à base de viande
Les services regroupent plus de 6 130 établissements (horsTranches d'effectifs salariés
1 - 100 à 249 3 - 500 à 999 activités immobilières,financières et administratives) pour
2 - 250 à 499 plus de 42 000 salariés. Dans le Tarn, comme dans l’ensemble
Source : Insee - SIRENE de la région, le secteur marchand de l‘éducation, la santé,
l’action sociale, se détache nettement ; avec près de
23 700 salariés, il emploie plus d’un cinquième de l’ensemble
Secteur tertiaire début 2003 des salariés du département.
Tarn Midi-Pyrénées
Hypermarchés et supermarchés en 2003
Nombre Effectifs Part dans Part dans
les effectifs les effectifs d'établis- salariés
Tarn Midi- Part du département salariés (%) salariés (%)sements
Pyrénées en Midi-Pyrénées
Commerce et réparation 4 855 15 196 14,0 13,7 (%)
Transports 475 2 714 2,5 3,9
HypermarchésServices aux entreprises 1 777 10 793 10,0 13,3
Nombre 11 49 21,6Services aux particuliers 2 073 7 548 7,0 8,2
2 Surface (m pour 1 000 habitants) 146 114 ///dont hôtels, cafés, restaurants 884 2 101 1,9 3,3
Éducation, santé, action 2 283 23 695 21,9 20,0 Supermarchés
sociale Nombre 44 411 10,7
2 Ensemble tertiaire* 11 463 59946 55,4 59,1 Surface (m 127 166 ///
*Secteur marchand (hors activités immobilières, financières et administration) /// sans objet
Source : Insee - SIRENE au 31/12/2002, estimations d'emploi Source : Points de vente, Panorama de la distribution 2003
7
COMMERCE ET SERVICES
INDUSTRIERegards sur le Tarn
TOURISME
Capacité d'accueil fin 2003
Fin 2003, le Tarn compte 89 hôtels classés de 0 à 4 étoiles pour
plus de 1 700 chambres, soit 4 % des chambres offertes dans Tarn Midi- Tarn Midi-
Pyrénées Pyrénéesla région. La proportion d’hôtels 3 ou 4 étoiles y est plutôt
élevée : 24 % du parc contre 19 % en Midi-Pyrénées et 23 %
Hôtels Nombre d'hôtels Nombre de chambresdans l’ensemble de la France.
0 étoile 11 165 198 3 264
1 étoile 8 180 119 3 516
2 étoiles 49 708 789 18 861Avec 55 campings pour plus de 2 700 emplacements, le parc
3 étoiles 17 226 508 13 417tarnais représente 7 % des emplacements offerts en Midi-
4 étoiles et luxe 4 24 99 1 522
Pyrénées. Contrairement aux hôtels, la proportion de cam- Total 89 1 303 1 713 40 580
pings 3 ou 4 étoiles (36 % du parc) est plus faible que dans l’en- Campings Nombre de campings Nombre d'emplacements
1 étoile 7 76 185 2 628semble de la région (40 %) et qu’en France (36 %).
2 étoiles 28 281 1 184 14 882
3 étoiles 18 203 1 025 16 135
Dans les hôtels, le poids de la clientèle étrangère représente, 4 étoiles 2 36 349 5 680
Total 55 596 2 743 39 325en 2003, 23 % des nuitées (contre 37 % dans les hôtels de la
Autres modes Nombre Part du départementrégion). Dans les campings, par contre, la part des nuitées
d'hébergement d'établissements en Midi-Pyrénées (%)étrangères par rapport à l’ensemble des nuitées est plus
Gîtes ruraux 633 4 641 14
importante dans le département que dans l’ensemble de la Chambres d'hôtes 435 2 521 17
Hébergements collectifs 22 380 6région (33 % contre 29 %).
Gîtes d'étapes et de séjour 21 248 8
Auberges de jeunesse 0 10 0
Sources : CDT - CRT - DRT - Insee
Répartition des nuitées étrangères en 2003 Fréquentation en 2003
(%)
Nombre de nuitées Part des nuitées
Hôtels Campings et durée de séjour étrangères (%)Italie
Tarn Midi- Tarn Midi-Grande-Bretagne, 3 6 Pyrénées PyrénéesIrlande11 918 9Belgique, Hôtels7 3 1Luxembourg Nombre de nuitées (milliers) 435 9 236
7 Allemagne dont nuitées étrangères (milliers) 100 3 394 23 37
13 Durée moyenne de séjour (nuitée) 1,6 2,0Espagne
CampingsPays-Bas7
31 6 Nombre de nuitées (milliers) 282 4 463États-Unis 69 dont nuitées étrangèr 94 1 294 33 29
Autres Durée moyenne de séjour (nuitée) 5,12 5,8
Sources : CDT - CRT - DRT - Insee Sources : CDT - CRT - DRT - Insee
AGRICULTURE
Depuis le recensement de 2000, le nombre d’exploitations
Agriculture a diminué de plus de 10 % alors que la superficie agricole du
département (306 000 hectares) demeure stable. Entre 1988
et 2003, la surface moyenne des exploitations a augmenté de Tarn Midi-Pyrénées
18 ha, passant de 27 à 45 ha. On dénombre plus de 6 800 exploi- 2000 2003 2000 2003
tations en 2003.
Nombre d'exploitations 7 647 6 875 60 244 55 114
dont professionnelles 4 749 4 296 36 310 33 629
La spécialisation selon les territoires s’affirme de plus en plus
Part (en %)
dans le département : cultures à l’ouest, élevage en bordure de la surface agricole
du Massif central. utilisée en :
céréales 31,8 28,3 28,1 25,6
colza, tournesol, soja 11,0 11,6 9,4 10,2Les exploitations à dominante “herbivores”, qui sont spécialisées
surface fourragère 47,3 46,6 53,1 53,4pour moitié en ovins et moitié en bovins, représentent 35 %
vignes 2,8 2,8 1,7 1,7
des exploitations. Viennent ensuite les exploitations spécialisées vergers 0,2 0,2 0,8 0,7
en grandes cultures (céréales et oléoprotéagineux), avec 27 % autres (y c. jachères) 6,9 10,5 7,0 8,3
des exploitations. Animaux (en milliers de têtes)
27 26vaches laitières 180 175
Exploitation professionnelle : exploitation agricole 63 59vaches nourrices 504 467
de dimension économique d’au moins 8 unités de dimen- 460 432ovins 2 409 2 354
84 83sion européenne (U.D.E.) de valeur ajoutée standard (8 U.D.E. porcins 552 553
4 4équidés 38 38équivalent à 12 hectares de blé) et utilisant un volume de
15 19nombre de ruches (milliers) 97 101travail au moins égal à trois quarts d’un équivalent temps
Source : Service Régional de la Statistique Agricoleplein.
8
AGRICULTURE TOURISME

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.