Population, logement, activité dans l'Essonne

De
Publié par

Au recensement de la population de mars 1999, plus de 1 134 000 habitants ont été dénombrés dans le département de l'Essonne, soit 48 900 habitants de plus qu'en 1990. La croissance démographique de l'Essonne est l'une des plus faibles de la grande couronne. La population du département reste relativement jeune comparée à celle des autres départements franciliens : la moyenne d'âge y est de 35,6 ans contre 36,4 ans pour la région. Près d'un quart de la population s'est installé dans le département durant les dix dernières années, soit 260 900 nouveaux habitants dont 42 % viennent d'une autre région. Malgré son dynamisme et sa jeunesse, la population de l'Essonne fait face à un début de vieillissement. Le nombre des 60-74 ans a crû en moyenne de 3 % par an entre 1990 et 1999. La part des étrangers a enregistré une très légère baisse depuis 1990 : 93 500 étrangers ont été recensés en 1999, soit 8,2 % des habitants du département contre 8,7 % en 1990. Les nationalités les plus représentées sont le Portugal et l'Algérie avec respectivement environ 30 200 et 11 500 ressortissants. Par ailleurs, le parc de logements de l'Essonne a fortement augmenté. Il compte environ 460 750 logements, soit une progression moyenne annuelle de 1,2 % depuis 1990. Les résidences principales représentent plus de 90 % du parc. Elles se répartissent en parts égales entre logements en immeubles et maisons individuelles. La population active s'élève à 562 000 personnes, soit 14 800 actifs de plus qu'au recensement de 1990. Cependant, le taux d'activité a légèrement diminué : il s'établit à 62,2 % contre 63,7 % en 1990. Cette baisse concerne uniquement les hommes. En 1999, 9,5 % des actifs (soit près de 53 000 personnes) ont déclaré être chômeurs, alors qu'ils étaient 6,8 % (soit près de 37 000 personnes) en 1990. Toutefois, la comparaison de ces taux est légèrement biaisée par un mode de calcul différent entre les deux recensements.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 33
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

INSEE
ILE DE FRANCE
Population, logement, activité
RECENSEMENT
dans l’Essonne
n mars 1999, plus de 1 134 000 habitants ont gratoire devenu négatif (- 0,4 % contre
été recensés dans l’Essonne, ce qui repré + 0,3 % entre 1982 et 1990).-Esente environ 10 % de la population franci-
lienne sur 15 % du territoire de l’Ile-de-France. Par
sa population, le département se situe au 7e rang
La population de l’Essonne reste relative-
dans la région, et au 14e rang national. Par sa densi- ment jeune comparée à celle des autres dé-
té (629 habitants au km²), il se situe en 2e position de
partements franciliens : la moyenne d’âge
la grande couronne, après le Val d’Oise (887 habi- y est de 35,6 ans contre 36,4 ans pour la ré-
tants au km²). La population se concentre essentiel- gion. Plus de la moitié de la population du
lement au nord-est du département, autour de la
département a moins de 40 ans, et un tiers
ville nouvelle d’Evry qui compte 79 700 habitants.
a moins de 25 ans (cf. figures 1 et 2). Ce
phénomène est dû en partie à la ville nou-
velle d’Evry qui offre un peu plus d’emplois
L’Essonne compte 48 900 qu’elle n’a de résidents, et dont le dyna-Un début de
habitants de plus qu’en misme économique attire les jeunes. La
vieillissement 1990, soit une progression ville nouvelle d’Evry concentre ainsi7%de
annuelle de 0,5 % contre la population départementale mais seule-
1,2 % par an entre 1982 et 1990. Cette croissance ment 7,5 % de plus de 60 ans contre 15,5 %
démographique est l’une des plus faibles de la dans l’ensemble du département. La part
grande couronne. Elle s’explique par un solde na des moins de 25 ans apparaît plus élevée-
turel élevé (+ 0,9 % par an) combiné à un solde mi- dans les communes du nord du départe-
ment, qui sont situées dans l’aggloméra-
Figure 1 Pyramides des âges en 1990 et 1999 tion parisienne. La proportion des person-·
nes âgées de 60 ans ou plus est plus forte
dans les communes situées au sud du dé-
partement (cf. figure 3).
Age
90
85
Environ 260 900 nouveaux habitants se80
75
sont installés dans le département depuis70
65
1990, soit près d’un quart de la population60
55INSTITUT totale. Les trois quarts de ces nouveaux ar50 -
45
rivants ont moins de 40 ans. Ces arrivées40NATIONAL DE LA Hommes Femmes35 sont surtout le fait de familles avec de jeu-30STATISTIQUE 25 nes enfants : 28 % des nouveaux arrivants20
ET DES ETUDES 15 ont moins de 15 ans et 37 % sont âgés de 2510
5ECONOMIQUES à 39 ans. Les jeunes de 15 à 24 ans ne repré-0
0 2000 4000 6000 8000 1000010000 8000 6000 4000 2000 0
sentent que 11 % des nouveaux arrivants
Effectifs
(cf. figure 4). Cependant le pôle scientifique1990 1999
d’Orsay est toujours attractif pour les étu-
diants. A Orsay et dans les communes limi-
trophes, les 15-24 ans représentent plus
Source : Insee, recensements de 1990 et 1999 d’un cinquième de la population contre
ILE-DE-FRANCE
MENSUEL N° 189 OCTOBRE 2000 - 16 F / 2,44€
àlapage
1999lation de l’Essonne avec le reste de la France
Figure 2 Répartition par sexe et âge de la population· et l’étranger est négatif sur la période
1990 - 1999 (- 38 100).
1990 1999
Age
Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble
Malgré son dynamisme et sa jeunesse, la popu-De 0 à 19 ans 158 664 151 976 310 640 157 185 150 732 307 917
lation de l’Essonne fait face à un certain vieil-De 20 à 39 ans 178 352 175 035 353 387 171 203 169 890 341 093
lissement. En effet, ce sont les 60-74 ans dont
De 40 à 59 ans 141 980 138 342 280 322 153 774 155 407 309 181
le nombre augmente le plus vite : il a crû en
De 60 à 74 ans 43 027 49 722 92 749 57 802 63 625 121 427 moyenne de 3 % par an pendant la période in-
75 ans et plus 15 821 32 189 48 010 18 708 35 700 54 408 tercensitaire, tandis que celui des moins de
Total 537 844 547 264 1 085 108 558 672 575 354 1 134 026 40 ans a diminué de 0,3 % par an sur la même
Source : Insee, recensements de 1990 et 1999 période.
En 1999, environ 93 500 étrangers ont été re-Figure 3 Part des plus de 60 ans·
censés dans l’Essonne. La part des étrangers
dans la population totale du département
s’élève à 8,2 %, soit une légère baisse par rap-
port à 1990 où elle était de 8,7 %. La propor-
tion d’étrangers est plus importante pour les
Massy
tranches d’âge de 25 à 39 ans et de 40 à 59 ans,Palaiseau
c’est-à-dire aux âges de forte activité (cf. fiSavigny-sur-Orge -
Sainte-Geneviève-des-Bois gure 5). Les femmes sont de plus en plus nom-
Évry breuses parmi les étrangers (+ 2,4 %), tandis
que les effectifs masculins se réduisentCorbeil-Essonnes
(- 0,5 %). Mais la répartition est toujours iné-
gale : plus de la moitié des étrangers sont des
hommes. La population étrangère se situeEn % de la
population totale principalement au nord et à l’est du départe-
moins de 12,4
ment et en particulier dans la ville nouvellede 12,4 à 16,8
de 16,8 à 21,7 d’Evry et ses alentours. En effet, c’est l’arron-21,7 ou plusÉtampes
dissement d’Evry qui compte la plus forte pro-
portion d’étrangers dans sa population
Préfecture (9,7 %). La population d’origine étrangère se
Sous-préfecture compose pour 43 % de ressortissants de
périmètre des communes
l’Union Européenne. Néanmoins le nombrede la ville nouvelle de Sénart
de ces ressortissants a diminué de 6,8 % dedans le département -
périmètre ville nouvelle d’Evry puis 1990. Parmi les pays étrangers les plus re-
© IGN - Insee 1999 présentés, on trouve le Portugal et l’Algérie
avec respectivement environ 30 200 et 11 500
Source : Insee, recensement de 1999
ressortissants.
Figure 4 Structure par âge des nouveaux arrivants·
Le parc de logements deUne forte
l’Essonne a fortementprogressionNouveaux arrivants augmenté. Il compte en-Age du nombre
viron 460 750 logementsEffectifs %
de logements en 1999, soit une progres-
De 0 à 14 ans 72 721 27,9 sion moyenne annuelle de
De 15 à 24 ans 29 759 11,4 1,2 % depuis 1990. C’est la plus forte augmenta-
De 25 à 39 ans 97 475 37,4 tion d’Ile-de-France après la Seine-et-Marne. Les
résidences principales ont augmenté de 1,2 % parDe 40 à 59 ans 45 928 17,6
an pendant la période intercensitaire, tandis queDe 60 à 74 ans 8 651 3,3
le nombre de résidences secondaires a diminué
75 ans et plus 6 403 2,5
fortement (- 4 %). Ce sont les logements vacants
Total 260 937 100,0
qui ont le plus progressé (+ 4,7 % par an depuis
1990).
Source : Insee, recensement de 1999
13,4 % en moyenne dans l’ensemble du dépar-
Comme en 1990, les résidences principales retement. Parmi ces nouveaux arrivants, -
présentent plus de 91 % du parc de logements108 600 (42 %) viennent d’une autre région.
(cf. figure 6). La proportion de vaCes arrivées nombreuses n’ont pas compensé -
cants est faible au cœur du département, et plusles départs encore plus nombreux de ce dépar-
forte dans le nord, à Evry, Corbeil-Essonnes ettement puisque le solde des échanges de popu-Figure 5 Part des étrangers par classe d’âge Figure 8 Part des logements collectifs· ·
dans les résidences principales
Effectifs Effectifs Part des
Age
totaux d'étrangers étrangers (%)
De 0 à 24 ans 381 724 24 185 6,3
De 25 à 39 ans 267 286 27 582 10,3
MassyDe 40 à 59 ans 309 181 30 785 10,0
Palaiseau
De 60 à 74 ans 121 427 8 743 7,2 Savigny-sur-Orge
Sainte-Geneviève-des-Bois75 ans et plus 54 408 2 170 4,0
Évry
Total 1 134 026 93 465 8,2
Corbeil-EssonnesSource : Insee, recensement de 1999
Grigny. A l’opposé, les résidences secondaires
En %(1,4 % des logements) se trouvent principale-
moins de 8,2ment au sud du département, dans l’arrondisse-
de 8,2 à 19,0 Étampesment d’Etampes. de 19,0 à 41,3
41,3 ou plus
Préfecture
Sous-préfecture
périmètre des communes
Les habitants de l’Essonne sont, pour plus de
de la ville nouvelle de Sénart
la moitié, propriétaires de leur logement (cf. fi- dans le département
gure 7). C’est dans l’arrondissement d’Etam périmètre ville nouvelle d’Evry-
© IGN - Insee 1999pes que le taux de propriétaires occupants est
Source : Insee, recensement de 1999Figure 6 Répartition des logements par type·
le plus élevé (68 %). C’est aussi l’arrondisse-
1999 ment qui a la plus forte proportion de maisons
Type de logement individuelles : celles-ci y représentent presque
Nombre %
les trois quarts des résidences principales,
Ensemble des logements 460 753 100,0 alors que dans les autres arrondissements
cette proportion ne dépasse pas 49 %. A l’oppo-Résidences principales 420 603 91,3
sé, les locataires se situent à plus de 90 % dansLogements occasionnels 3 185 0,7
les arrondissements de Palaiseau et d’Evry et
Résidences secondaires 6 574 1,4
ils habitent essentiellement dans des immeu-
Logements vacants 30 391 6,6
bles collectifs. Les logements collectifs se si-
tuent surtout au nord-est du département,
Source : Insee, recensement de 1999
dans l’agglomération parisienne, ainsi que
dans les communes de Dourdan (46 %) et
Figure 7 Résidences principales par type et statut d’Etampes (49 %) qui sont au sud-ouest (cf. fi-·
d’occupation gure 8).
1990 1999
Statut d'occupation et type
Seulement 49 500 résidences principales ontNombre % Nombre %
été construites depuis 1990, contre 52 200
Ensemble des résidences principales 379 272 100,0 420 603 100,0 entre 1982 et 1990. Ces nouvelles construc-
Dont par statut d'occupation : tions sont surtout des maisons individuelles
Propriétaire 218 937 57,7 245 118 58,3 (52 %), ce qui s’explique vraisemblablement
par l’arrivée de nombreuses familles avec desLocataire 144 118 38,0 161 560 38,4
enfants.
- d'un logement loué vide non HLM 65 234 17,2 68 440 16,3
- d'un logement loué vide HLM 76 085 20,1 88 733 21,1
- d'un meublé ou d'une chambre d'hôtel 2 799 0,7 4 387 1,0
Le nombre moyen de pièces des résidencesLogé gratuitement 16 217 4,3 13 925 3,3
principales a augmenté entre 1990 et 1999 : il
Dont par type :
est passé de 3,79 à 3,86 pièces par logement.
Maison individuelle ou ferme 189 555 50,0 208 283 49,5 Mais la répartition reste inégale entre les pro-
Logement dans un immeuble collectif 179 875 47,4 202 604 48,2 priétaires et les locataires, puisque les pro-
Autres* 9 842 2,6 9 716 2,3 disposent en moyenne de 1,4 pièce
de plus que les locataires.
* Logement-foyer pour personnes âgées, chambre d’hôtel, construction provisoire, habitation de
fortune, pièce indépendante louée, sous-louée ou prêtée, autres.
Source : Insee, recensements de 1990 et 1999Au recensement de 1999, Figure 10 Taux d’activité par communeHausse ·
plus de 562 000 actifs ré-modérée de
sident en Essonne , soit
la population près de 14 800 actifs sup-
active plémentaires par rap-
port au recensement de
1990 (cf. figure 9). Cela représente un rythme Massy
Palaiseaude croissance inférieur à celui de la population
Savigny-sur-Orgeen âge de travailler (+ 0,3 % d’évolution an- Sainte-Geneviève-des-Bois
nuelle au lieu de + 0,6 %). Cette évolution Évry
marque un net ralentissement de la croissance
Corbeil-Essonnesde la population active par rapport à la période
En % de la
1982-1990 (+ 1,7 % d’évolution annuelle). population
de 15 ans ou plus
moins de 57,4
de 57,4 à 62,2
de 62,2 à 66,8
Les actifs se concentrent dans la partie nord 66,8 ou plus
du département, au sein de l’arrondissement
Préfecture Étampes
de Palaiseau et dans la zone septentrionale de Sous-préfecture
périmètre des communesl’arrondissement d’Evry. Ainsi, les communes
de la ville nouvelle de Sénartde la ville nouvelle ont toutes un taux
dans le département
d’activité supérieur à la moyenne du départe- périmètre ville nouvelle d’Evry
ment. Les communes situées à proximité, plus © IGN - Insee 1999
au sud (Villabé, Lisses, Chevanne...), sont
aussi dans cette situation (cf. figure 10).
Source : Insee, recensement de 1999
Le taux d’activité des personnes de 15 ans ou
plus passe de 63,7 % à 62,2 % entre 1990 et
1999. Cette diminution touche uniquement
les hommes (de 71,1 % à 67,4 %). En effet, taux d’activité des 15-24 ans perd 8 points et
pour les femmes, le taux d’activité global atteint 28,5 % en 1999. Pour les hommes, une
gagne 0,7 point pour atteindre 57,2 %. Cette baisse de l’activité s’observe aussi de façon
poursuite du développement de l’activité fémi sensible à partir de 55 ans alors que le taux-
nine au cours de la dernière période intercen d’activité, aux âges intermédiaires, est stable-
sitaire concerne les femmes âgées de 25 à (cf. figure 12). Pour les femmes, la baisse du
59 ans (cf. figure 11). L’accès croissant des taux d’activité en fin de période active ne
femmes au marché du travail se réalise grâce touche que les personnes âgées de 60 ans ou
au développement du secteur tertiaire et s’ac plus (cf. figure 13).-
compagne d’un recours plus important au
temps partiel. Ainsi, la part des femmes acti-
ves occupées à temps partiel passe de 16,1 %
La faible progression du nombre d’actifs ayant
en 1990 à 23,3 % en 1999. Pour les deux sexes,
un emploi (+ 1 600 sur la période) résulte
cette proportion atteint 13,5 % en 1999 contre
d’une hausse du nombre des non-salariés,
8,7 % en 1990.
alors que les effectifs des salariés sont stables.
Près de 89 % des salariés occupent des postes à
durée indéterminée ou sont titulaires de la
Parallèlement, l’activité des jeunes âgés de 15 fonction publique, contre plus de 92 % en
à 24 ans continue de reculer sous l’effet d’étu- 1990. Dans le même temps, la part des salariés
des plus longues. Diminuant dans les mêmes en contrat à durée déterminée ou en mission
proportions pour les hommes et les femmes, le d’intérim passe de 4,8 % à 7,4 %. Ce mouve-
Figure 9 Actifs et inactifs Figure 11 Taux d’activité par sexe et âge· ·
1990 1999 1990 1999Type d'activité des
Taux d'activité
15 ans et plus Effectif % Effectif % Hommes Femmes Hommes Femmes
Actifs dont : 547 665 63,7 562 443 62,2 Ensemble 71,1 56,5 67,4 57,2
Ayant un emploi 506 176 92,4 507 722 90,3 dont :
Chômeurs* 37 486 6,8 53 367 9,5 de 15 à 24 ans 38,3 34,6 30,4 26,6
Inactifs 311 880 36,3 341 972 37,8 de 25 à 39 ans 95,2 82,7 94,5 85,9
Total 859 545 100,0 904 415 100,0 de 40 à 59 ans 93,8 74,4 92,6 80,3
* Chômeurs au sens du recensement
Source : Insee, recensements de 1990 et 1999Source : Insee, recensements de 1990 et 1999ment est lié aux pratiques des entreprises vi-Figure 12 Taux d’activité des hommes par âge· sant à rendre la main-d’oeuvre plus flexible.
100
Depuis 1990, les déplacements domicile-tra80 -
vail se sont intensifiés. En effet, en 1999, seuls
19 % des actifs occupent un emploi dans la
60 commune où ils résident, contre 25 % neuf ans
plus tôt.
40
En 1999, environ 53 000 actifs se sont déclarés
20
chômeurs, soit 4,0 % d’augmentation annuelle
moyenne entre 1990 et 1999. Cette hausse du
0 chômage est plus rapide qu’au cours de la pé-
15 à 20 à 25 à 30 à 35 à 40 à 45 à 50 à 55 à 60 à Age riode intercensitaire précédente (+ 2,3 % par
19 ans 24 ans 29 ans 34 ans 39 ans 44 ans 49 ans 54 ans 59 ans 64 ans
an entre 1982 et 1990), sous l’effet notam-
1990 1999
ment de la récession des années 1992 et 1993.
Cependant, la comparaison de ces évolutions
Source : Insee, recensements 1990 et 1999
est délicate en raison d’un léger changement
dans le mode de calcul du chômage entre les
Figure 13 Taux d’activité des femmes par âge deux derniers recensements (cf. encadré : défi-·
nitions). Avec ces réserves, la hausse du
100
nombre de chômeurs engendre un accroisse-
ment de la part du chômage dans la population
80 active qui passe de 6,8 % en 1990 à 9,5 % en
1999. Néanmoins, l’Essonne affiche la part
des chômeurs la plus faible de la région après
60
les Yvelines.
40
La part des femmes actives au chômage de-
meure plus élevée que celle des hommes, mais20
augmente dans des proportions moindres : de
8,9%à10% pour les femmes et de 5,2 % à
0 9,0 % pour les hommes. L’ancienneté du chô-
15 à 20 à 25 à 30 à 35 à 40 à 45 à 50 à 55 à 60 à Age
19 ans 24 ans 29 ans 34 ans 39 ans 44 ans 49 ans 54 ans 59 ans 64 ans mage s’est allongée. La proportion de chô-
meurs déclarant l’être depuis au moins un an1990 1999
atteint 48,5 % en 1999 au lieu de 32,7 % en
1990. Le taux de chômage apparaît plus élevéSource : Insee, recensements de 1990 et 1999
dans le quart nord-est du département ainsi
qu’au sud et à l’est d’Etampes (cf. figure 14).
Figure 14 Part des chômeurs dans la·
population active
Massy
Palaiseau
Savigny-sur-Orge
Sainte-Geneviève-des-Bois
Évry Cosima Bluntz*
Luc BrièreCorbeil-Essonnes
*Etudiante à l’IDUP en stage à la Direction régionale d’Ile -de-France
En %
moins de 5,1
de 5,1 à 7,7
de 7,7 à 11,7
11,7 ou plusÉtampes
Préfecture
Sous-préfecture
périmètre des communes
de la ville nouvelle de Sénart
dans le département
périmètre ville nouvelle d’Evry
© IGN - Insee 1999
Source : Insee, recensement 1999
Taux d'activité Taux d'activitéSource
Ces chiffres sont issus de l’exploitation principale du recensement de la population de mars 1999.
Celle-ci traite sur tous les bulletins toutes les questions sur les logements et les trois quarts des ques- N° 189tions sur les individus (âge, sexe, activité, formation, lieu de travail, lieu de résidence antérieure,...). Ne
sont pas analysées dans cette exploitation les questions relatives aux catégories socioprofessionnelles, à
l’activité économique et à la description des familles. Ces thèmes feront l’objet de l’exploitation complé-
mentaire (2e semestre 2001).
INSTITUTDéfinitions
NATIONALE DE LA
STATISTIQUES ETAge :l’âge indiqué est l’âge atteint par chaque génération au cours de l’année de recensement. La classe
DES ETUDES«0»ne comprend pour le recensement de 1999 que les enfants nés du 1er janvier 1999 au 8 mars 1999.
ECONOMIQUES
Arrivants dans le département : personnes dont le département de résidence au 1er janvier du re-
censement de 1990 était différent du département de résidence au recensement de 1999. Les enfants nés
Direction régionaledepuis le 1er janvier 1990 sont considérés comme « arrivants » (en 1999) si la personne de référence du
d’Ile-de-Franceménage est elle-même « arrivante ».
7, rue Stephenson
Chômeurs : personnes (inscrites ou non à l’ANPE) qui se sont déclarées « chômeurs » sauf si elles ont
Montigny-le-Bretonneux
déclaré explicitement par ailleurs ne pas rechercher du travail. Cette définition diffère légèrement de 78188 Saint-Quentin-Yvelines cedex
celle utilisée en 1990. Les personnes sans emploi et à la recherche d’un emploi qui ne se déclaraient pas
chômeurs étaient alors aussi comptabilisées comme chômeurs. Ils sont désormais comptabilisés parmi
Directeur de la publication :les inactifs. Ce basculement concerne notamment des mères de famille et des femmes au foyer. La com-
Alain Charraudparaison entre les deux recensements des données relatives au chômage, à la population active et aux
taux d’activité est donc légérement biaisée.
Comité Editorial :Logement : local séparé et indépendant utilisé pour l’habitation. On distingue les logements occupés
Odile Bovar(résidences principales) et les logements inoccupés (occasionnels, secondaires ou vacants).
Population active : elle comprend la population active ayant un emploi (y compris les apprentis), les
Rédactrice en chef :chômeurs et depuis le recensement de 1990, les militaires du contingent. Les actifs ayant un emploi sont
Corinne Benvenisteles personnes qui ont une profession et l’exercent au moment du recensement. La population active est
composée de personnes âgées de 15 ans ou plus. Les personnes qui déclarent aider un membre de leur fa-
mille dans son travail y sont également comptabilisées si la personne aidée n’est pas salariée (exploitant Secrétaire de rédaction :
agricole, artisan, commerçant, profession libérale, etc.). La population active étudiée ici est localisée au Josette Siriostis
lieu de résidence.
RédactionRésidence principale : logement ou pièce indépendante où le ménage demeure la plus grande partie
de l’année. Une chambre louée par un étudiant sera sa résidence principale. Service Etudes Diffusion
Service StatistiqueTaux d’activité : proportion de personnes actives dans la population totale en âge d’être active.
Taux de chômage au sens du recensement : dans la population active, proportion de personnes se
Maquette :
déclarant explicitement chômeurs sur le bulletin du recensement. Ce taux diffère par construction du
Vincent Bocquettaux de chômage au sens du BIT.
Taux de natalité : rapport entre le nombre de naissances enregistrées dans l’état-civil pendant une pé-
Impression :
riode donnée et la population moyenne correspondante.
Imprimerie nationale
Taux de mortalité : rapport entre le nombre de décès enregistrés dans l’état-civil pendant une période
donnée et la population moyenne correspondante.
Abonnement :
Françoise Charbonnier
12 numéros par an,
France : 160 F/24,39€
Europe : 200 F/30,49€
Reste du monde : 216 F/32,93€
Le numéro : 16 F/2,44€Vous souhaitez des résultats
Vente sur place
et par correspondance :
Direction régionale
d’Ile-de-France
RECENSEMENT 1999 Division Information-plus détaillés
Commercialisation
7, rue StephensonLe site internet
Montigny-le-Bretonneuxwww.insee.fr
78188 Saint Quentin
rubrique le recensement de 1999 : Yvelines cedex
tableaux départementaux
et communaux gratuits Tél. : 01 30 96 90 99
Fax : 01 30 96 90 27
www.insee.fr/ile-de-franceL'ouvrage documentaire
de référence
INSEE Info ServiceTableaux références et analyses
Tour Gamma Apour le département
195, rue de Bercy(80 F/12,20€)
75582 Paris cedex 12
Tél. : 01 41 17 66 11
Le Cédérom Fax : 01 53 17 88 09
Communes...profils : toutes les communes
d'un département sous forme de base de données. N° ISSN 0984-4724
L'outil indispensable pour l'analyse d'un territoire. Dépôt légal :
2ème semestre 2000(600F/91,47€)
Code SAGE : I 0018952
Commission paritaire
n° 2133 ADINSEE - Ile-de-France à la page figure dès sa parution sur le site internet de l’insee : www.insee.fr/ile-de-france
© INSEE 2000

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.